Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Bio 24 Mes deux chiens à Bruxelles et à Neerijsse
    BIO 23 Neerijsse-Mes chiens Dans cette clinique de Neerijsse, il y avait aussi "Mademoiselle Hadji", une hongroise, l'Infirmière en chef, le véritable chef de la Clinique, baraquée comme un poids lourd. un jour de fièvre (de croissance), je la vois encore...
  • Ma Bio 23 Maurice Pirenne, mon Grand-Oncle
    Bio 23 MAURICE PIRENNE Le peintre Verviétois ( (1872-1968 ), frère de l'Historien Henri Pirenne, mort à 96 ans. C'était mon grand'Oncle, à savoir qu'il avait épousé, la soeur de mon grand-père Jules Duesberg, chez qui j'ai vécu pendant la guerre 40-45....
  • Ma Bio 22 Bruxelles Rue Montoyer
    BIO 22 Bruxelles rue Montoyer Quand ma mère revient à Bruxelles, je tombe malade. Le médecin de famille pose son diagnostic! Je fais des fièvres de croissance ! Ah bon sang, mais c'est bien sûr! La vérité est que je secoue le thermomètre à l'envers ou...
  • Ma Bio 21 Ma vie à Bruxelles
    Bio 21 1947 et 48 A Bruxelles, heureusement, il y avait mes grands-parents gantois, qui venaient me chercher à l'Ecole, Place Saint-Josse. Ben pardi, il fallait bien, j'étais en congé et il n'y avait personne chez moi, dans la maison mortuaire de le rue...
  • Ma Bio 20 1947 Emménagement à Bruxelles
    BIO 20 1947 Emménagement à Bruxelles. Mort de mon grand-père Nous voici donc dans la période bruxelloise qui va durer deux ans. C'est la période la plus noire de mon enfance. Nous emménageons au 36 de la rue Montoyer, parallèle à la rue Belliard. C'est...
  • Ma Bio 19. Morzine 1946. Naissance de mon frère Etienne
    BIO 19 MORZINE 1946 et Naissance de mon frère Etienne Voilà, l'Hôtel "Champs fleuris" que l'on aperçoit dans le fond à droite, il n'y avait coupl ma mère et moi, sa mère et elle. Elle s'appelait Béatrice de Thiollaz, plus savoyard que celà comme nom,...
  • Bio 18 1946 Voyage à Evian et à Morzine
    Bio 18 Evian Nous voici donc partis en Janvier 1946, pour un long périple, en passant d'abors par Athus où ma mère a une amie cheftaine qui a épousé le Directeur de Cockerill-Ougrée (Les Gerard), puis par Paris où je vais tout apprendre sur la conciergerie...
  • Bio 17 1945 Retour de mon père (suite)
    BIO 17 1945 Retour de mon père (suite) Hélas mon père est mort en 1989 et il est trop tard pour que j'aille lui demander de me raconter tout celà sous un angle différent de celui de mon oncle, qui lui était persuadé que j'allais m'indigner avec lui. Et...
  • Ma Bio 16 Année 1945. Retour de mon père
    BIO 16 Année 1945 Et l'école alors ? Et bien toujours pas; j'obtiens un diplôme de première année primaire sans y avoir jamais mis les pieds. Ma seconde année, ce sera une école de quartier, Saint-Ambroise, mais les bombardements sont tellement intenses...
  • Ma Bio 15 L'offensive des Ardennes quai Mativa
    BIO 15 Et les flashes de guerre continuent: La fin de la guerre approche, le débarquement a eu lieu mais nous sommes toujours "occupés" par les allemands car les troupes alliées ne sont pas encore arrivées en Belgique. Je loge chez une amie de ma mère,...

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 09:19

BIO 23  Neerijsse-Mes  chiens

 

Dans cette clinique de Neerijsse, il y avait aussi "Mademoiselle Hadji", une hongroise, l'Infirmière en chef, le  véritable chef de la Clinique, baraquée comme un poids lourd. un jour de fièvre (de croissance), je la vois encore ma planter le thermomètre dans le derrière et décréter en me dégoupillant..."37°5  Recta " ( me dire celà à moi qui pensais faire 37°2 le matin, bonjour Monsieur Beneix ! ) 

 

J'allais aussi jouer tous les jours dans la salle commune, avec mes deux amis, Hugo et Eric. Comment les oublier ! L'un, noir de cheveux et peau basanée, sûrement italien calabrais, et l'autre tout blond. Age: dix ans comme moi et tous deux "polios". Ils se pendaient aux barreaux de leur lit et essayaient de se redresser sur leurs petites jambes tordues, arborant des sourires radieux, chaque fois que j'arrivais dans la salle; c'était leur récréation de la journée. Deux fois deux mois de vacances, j'ai passé avec eux. On riait beaucoup!

 

Eux deux et mon étang, des allers et retours perpétuels. L'étang d'un hectare et ses bois tout autour. J'étais un petit Tarzan, perdu dans la brousse non hospitalière d'un établissement  hospitalier, a moins que ce ne soit le contraire. Ne pouvant amener mes deux amis dans la jungle, je leur racontais à mon retour, mes aventures périlleuses, au coeur d'inextricables lianes brabançonnes. Il y avait, eux, moi et les poissons. je n'ai aucun souvenir de mes parents, durant ces deux étés !
 

De retour, rue Montoyer, j'allais presque chaque jour chez notre voisine, la femme du Docteur Delchef, patron de mon père. elle avait yeux et cheveux noirs tirés en arrière (enfin pour les yeux je ne suis plus sûr) avec un macaron, ficelant le tout. Cette femme solitaire et perdue dans son immense maison, aimait la musique. Elle me mettait des 78 tours (de poitrine) "La voix de son Maître" avec cette image du chien devant un phonographe.
 

Du classique, du violon surtout, rien que des interprétations de Yehudi Menuhin dont elle était folle (il avait 32 ans en 1948). J'étais loin de me douter que 42 ans plus tard, j'allais le rencontrer et devenir Directeur Financier de sa Fondation belge à Bruxelles (Début 1990 après mon licenciement de ma banque à 52 ans)
 

Mais dans cette maison, je trouvais aussi, ce que je n'ai jamais trouvé chez mes parents, des animaux, en l'occurrence deux chiens. Le premier, mon préféré, était un griffon d'Ecurie, noir et blanc, tout touffu et s'appelait Neri (de Neerijse). (Photo du haut) et le second arrivé plus tard, un berger d'Alsace se prénommait César (photo du bas), trop racé pour moi, peut-être, mais tout de même avec ce côté "Loup "qui me fascinait pas mal( A l'époque je lisais Jack London, Fennymore Cooper, et Grey Owwl, l'Indien aux Castors) D'ailleurs pour César, on disait aussi "Loup d'Alsace ". J'ai dû accompagner une fois, ce César, au dressage. Une fois mais pas deux car j'ai pas aimé ça du tout. Neri par contre on ne le dressait pas.  C'était un zinneke (un bâtard) comme moi et on ne dresse pas les bâtards. C'est pour celà que personne n'a jamais pu me dresser (Zinneke s'utilise ausi pour désigner un vrai belge, à savoir mi-flamand, mi-wallon, ce vrai belge que certains flamands essaient d'écarteler afin de créer une belle race flamande débarrassée de toute pourriture wallonne. "Wallons Caca" entendait-on l'autre jour à la Télévision dans les tribunes d'un match de foot) Ils sont "classieux" ces flamands ! Donc un zinneke, comme les deux chiennes qui ont accompagné ma vie de 1985 à 2003, Craquotte et Plume . Craquotte ma première chienne, 10 ans de vie commune ( je ne cohabite plus qu'avec des animaux, j'ai compris ) et sa fille Plume, une Plume à poils qui m'a peut-être fait prendre la plume, pour écrire cette auto-biographie. Pas Monsieur Plume, mais Mademoiselle Plume, chienne d'écrivain.  Prendre son pied, en prenant sa Plume !. le premier, mon préféré, était un griffon d'Ecurieis durant ces deux étés

Bio 24  Mes deux chiens à Bruxelles et à Neerijsse
Bio 24  Mes deux chiens à Bruxelles et à Neerijsse
Bio 24  Mes deux chiens à Bruxelles et à Neerijsse
Bio 24  Mes deux chiens à Bruxelles et à Neerijsse
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 08:59

Bio 23 MAURICE PIRENNE

 

Le peintre Verviétois ( (1872-1968 ), frère de l'Historien Henri Pirenne, mort à 96 ans. C'était mon grand'Oncle, à savoir qu'il avait épousé, la soeur de mon grand-père Jules Duesberg, chez qui j'ai vécu pendant la guerre 40-45. Chaque année à la Noêl, il amenait sa femme au Quai Mativa, pour la grande réunion de famille mais il n'entrait pas dans la maison. En plein hiver, il allait s'installer avec ses tartines, sur un banc, au bord de la dérivation, si bien que je ne l'ai jamais vu. Mais j'aurais pu, car moi, irrité par ces réunions de famille, je sortais aussi sur ce quai, pour m'aérer. ( Lui ne rentrait pas, moi je sortais ) Maurice était autodidacte; il avait seulement pris des cours du soir à Gand, dans sa jeunesse. Je ne l'ai connu qu'en 1967, amené chez lui par le couple Vandeloise. André Blavier était chez lui et faisait son ménage, car Maurice était veuf et habitait une petite maison ouvrière, sur la route de Stembert. J'ai acheté, ce jour-là, une peinture magnifique, une huile "Bouteilles au couteau", datée de 1967, un an avant sa mort; il ne faisait plus que peindre l'intérieur de sa chambre. 1967, c'est l'année où j'ai commencé à peindre et j'ai apporté mes premières peintures à Maurice!

 

Pirenne disait "La peinture compte plus que le peintre, qu'on n'a nulle raison de faire connaître »

Il a une tête de vieux sage chinois, une gueule terrible undefined 

Ma Bio 23  Maurice Pirenne, mon Grand-Oncle
Ma Bio 23  Maurice Pirenne, mon Grand-Oncle
Ma Bio 23  Maurice Pirenne, mon Grand-Oncle
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 07:30

BIO 22 Bruxelles rue Montoyer

 

Quand ma mère revient à Bruxelles, je tombe malade. Le médecin de famille pose son diagnostic! Je fais des fièvres de croissance ! Ah bon sang, mais c'est bien sûr! La vérité  est que je secoue le thermomètre à l'envers ou le trempe dans l'eau bouillante. Je déteste l'école et vais devenir un petit malade pour attirer l'attention de ma mère et celà d'autant plus qu'il y a ce petit frère qui phagocyte tout. Moi le fils d'avant-guerre, dont la soeur a disparu et qui ne parvient pas à reconnaître son père, j'ai l'impression de ne plus exister

 

Bruxelles, ce sont aussi les ennuyeuses promenades du dimanche, où nous prenons le train à la Gare de Luxembourg, mes parents poussant mon frère Etienne dans sa poussette: campagnes brabançonnes, chemins poussiéreux, mon père, fou de botanique qui cueille et identifie des fleurs sauvages (je dois dire qu'à l'époque ça ne m'intéressait pas du tout) et puis aussi la forêt de Soignes, là je m'y retrouve mieux, parce qu'une forêt c'est l'animal sauvage, possible à tout instant et ça, ça m'intéresse. Tout ceci, sans voiture. Mon père n'en veut pas et n'en voudra jamais, alors qu'avant la guerre, il a appris à conduire avec son père qui, lui, avait une voiture (une dina panhard que, petit, je surnommais "titi toto de Bon Papa" sorte de langage sms, avant la lettre) Nous nous sommes donc toujours déplacés en train et en taxi. Ma mère, elle, ne s'intéresse pas aux fleurs, ni à la nature en général; ce qui l'intéresse, ce sont les gens, dans la mesure où elle peut s'introduire dans leur intimité et y foutre le bordel, le tout avec une figure tellement angélique (on lui donnerait le diable sans confession et elle l'avalerait tout cru) et charismatique, que tout le monde s'y laisse prendre. "Suzanne est extraordinaire". Mais non les cons,! Suzanne est juste une mante "religieuse"

 

Il y a aussi des vacances dans les pays rédimés. Un ami noble de ma mère (le Baron Verlinden), nous prête son chalet de chasse, à Kuschelscheid, près d'Elsenborn. Nous sommes dans une clairière avec un mirador, en lisière  de forêt. Région très sauvage, aucune autre maison ou chalet à l'horizon. J'y fais quelques promenades avec mon père; un jour, nous débusquons un cerf qui faisait sa sieste. Il se lève brusquement et détale dans un coupe-feu. C'est mon premier cerf, je suis très impresionné. C'est comme un cheval sauvage! Il fait chaud )

 

Mais j'ai des devoirs de vacances, en mathématiques. Je déteste les maths. Et pour cause, mon père a toujours adoré les maths, me dit-on. Pendant ses vacances d'élève brillant, n'ayant jamais eu de devoirs de vacances, lui, il faisait des maths pour son plaisir. L'horreur !. Donc là, à la frontière allemande, il s'occupe de moi tous les jours et c'est l'enfer, parce que les maths ça m'emmerde vraiment et donc les choses avec mon père ne s'arrangent pas. Ma mère, par contre, a une vraie passion pour l'histoire et la géographie, mais uniquement l'histoire des rois de france; elle peut réciter par coeur toutes la généalogie des Capétiens et des Valois. Normal, ma mère c'est Marie-Antoinette, la dernière reine de France , ce sont donc ses généalogies qu'elle récite mais croyez-moi, c'est aussi chiant que les maths

 

Retour à Bruxelles. je me souviens que ma mère m'habillait très mal.  Elle me faisait porter un costume ridicule, avec une culotte qui se boutonnait à la veste. J'étais horriblement gêné d'aller dans cette tenue à l'école. Alors au dernier moment, en sortant de la maison de la rue Montoyer, j'empoignais un pull que j'avais caché, près de la porte d'entrée, dans un vase à parapluies, et l'enfilais. Un pull en laine de surcroît, alors qu'il faisait pétant de chaud (L'Eté 1947 a été l'un des étés les plus chauds du siècle avec l’été 1949)

 

Je soupçonne  d'ailleurs ma mère d'avoir très mal habillé ses hommes dans le but, plus ou moins conscient de les rendre ridicules, mal foutus. Je dois néanmoins préciser qu'elle-même s' habillait avec une absence totale de goût. Mon père, lui, s'en foutait, d'autant plus que, pendant la journée, il était habillé en tablier de toubib, noué dans le dos. Quand il était en civil, je me souviens de ses chemises mal repassées, avec, irrémédiablement, une des pointes de son col, tordue, montant le long de son cou, ou débordant malencontreusement sur le revers de son veston

Ma Bio 22 Bruxelles Rue Montoyer
Ma Bio 22 Bruxelles Rue Montoyer
Ma Bio 22 Bruxelles Rue Montoyer
Ma Bio 22 Bruxelles Rue Montoyer
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 07:16

Bio 21 1947 et 48 A Bruxelles, heureusement, il y avait mes grands-parents gantois, qui venaient me chercher à l'Ecole, Place Saint-Josse. Ben pardi, il fallait bien, j'étais en congé et il n'y avait personne chez moi, dans la maison mortuaire de le rue Montoyer; et ils m'emmenaient au restaurant, les braves, en fait, disons plutôt, à la friture, parce que moi, mon pied, c'était le sreak-frites et le verre de Coca. Il faut dire que chez moi, on ne m'avait pas appris à manger, non plus. J'adorais mon grand-père et parrain André . Il était profondément bon comme mon père et ressemblait un peu à Petain (Voir photo en début de biographie). et puis c'était tout de même lui le gynéco, qui m'avait mis au monde. Ma grand-mère  Fernande était moins "simple", mais je l'aimais bien cette grande cigogne, un peu snob. Etudes artistiques aux Beaux-Arts de Gand, un mètre septante au garrot, elle faisait des croquis, au pastel et au crayon. Elle était très fière de son petit-fils, j'ignore pourquoi, sinon qu'elle avait une nette préférence pour les garçons.En plus, j'étais le fils de son fils et non de sa fille. En fait elle préférait les garçons, comme mon grand-père maternel préférait les filles (on retombe toujours dans les mêmes clichés ceux des gens qui n'aiment que les chiens ou les chats et jamais les deux; eh les gens ! ...faudrait vous soigner avant de vouloir élever des enfants. On se fait d'abord, on pond après). Plus tard quand elle parlait de moi elle disait " il mesure un mètre quatre -vingt et joue de la guitare ". Ceci dit être "préféré" n'est pas non plus une sinécure. Et même que ça peut vachement vous cochonner, et dans tout cochon, il y a un Oedipe qui sommeille...à moins que ce ne soit l'inverse ??? (Le sculpteur Reinhoud disait lui  que " dans tout cochon, il y a un homme qui sommeille ")

 

Et puis, il y a aussi les grandes vacances en 1947 et en 1948. Où ça? Mais dans une clinique, celle où mon père travaille, à Neerijse, près d'Overijse, une clinique privée, celle du Docteur "Delchef ", il y a des noms prédestinés. Une clinique " privée " voyez-vous ça ! Face à la Clinique, un groupe de maisons, plantées en cercle fermé. Le "quartier" des médecins et de leurs familles. On se serait cru en plein "Carson Mac Cullers" ( Reflets dans un Oeil d'Or ). Et tout aux alentours de la clinique, des bois et un magnifique étang, au bord duquel je vais passer des journées entères, à "ferrer" (comme Leo ), des carpes, des rousses et des tanches. Je n'oublierai jamais la sensation d'un corps de tanche dans ma main (je les relâchais après les avoir palpées). Introduisez un doigt dans votre bouche et touchez l'intérieur de votre joue, vous saurez tout du toucher de la tanche, poisson de fond qu'on ne voit que si on le tire et qu'on ne tire que si l'on pêche "au fond". Jeune, j'étais fou de pêche et ça a duré au moins jusqu'à mes 18 ans. J'ai recommencé à 42 ans, lorsque j'ai acheté mon territoire. Je me suis remis à pêcher dans mon ruisseau pour faire vivre les étangs que je creusais!

 

A Neerijsse, je suis le seul enfant de toubib. Je mange avec les adultes, les médecins et leurs femmes. je me souviens d'un certain Docteur W., moustache rousse de colonel de l'armée des Indes, peau rose et rouges yeux de noceur, et de sa femme, une superbe jument (qu'il devait monter "a cru" et à mon avis il ne devait pas être le seul ), une grande noire aux longs cheveux, d'une vulgarité peu commune(c'est rare car en général, la vulgarité est plutôt commune), sorte d'Ava Gardner de Pigalle. Eh bien, elle sera ma première femme nue. Ca c'est important! Entrant danss la chambre de mes parents, avant un repas de midi, je tombai sur cette femme, côté cul, grande, blanche et nue comme un ver. Et quel cul !. les pages Internet sont trop étroites pour le dessiner. C'est bien la peine de faire un blog ! Elle se changeait dans notre chambre, étant seulement de passage! Hélas !. Je me suis demandé si mon père n'était pas sous le lit mais je n'ai pas osé vérifier. Dix minutes plus tard, elle était en face de moi, à table, et je ne voyais pas sa robe, seulement sa nudité blanche. C'était bien, ll'Elisabeth Taylor de "Reflets dans un Oeil d'Or, à poil sur son pur sang. De sang pur, je me sentais tranfusé, par cette "Vénus de Clinique"

Mes grrands-parents paternels et la Clinique de Neerijsse
Mes grrands-parents paternels et la Clinique de Neerijsse
Mes grrands-parents paternels et la Clinique de Neerijsse
Mes grrands-parents paternels et la Clinique de Neerijsse

Mes grrands-parents paternels et la Clinique de Neerijsse

Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 07:13

BIO 20  1947 Emménagement à Bruxelles. Mort de mon grand-père

 

Nous voici donc dans la période bruxelloise qui va durer deux ans. C'est la période la plus noire de mon enfance. Nous emménageons au 36 de la rue Montoyer, parallèle à la rue Belliard. C'est affreux comme rue. Nous habitons une grande maison, jouxtant celle du Docteur Delchef, le patron de mon père. Pas de jardin, mais une immense cour. Et une école pour ma quatrième année primaire, appelée, le "petit Saint-Louis", Place Saint-Josse. Je me souviens des trajets: rue Joseph II, rue Guimard, rue Belliard et quelques squares. Je suis un mauvais élève. heureusement, à l'école je me fais un ami, Charles Van Hove, fils d'un antiquaire habitant la même rue que la mienne. Le père antiquaire a épousé une gantoise, Edith de Busschere. Ils ont cinq ou six enfants. Je vais passer le plus clair de mon temps dans cette famille nombreuse. Maison gigantesque bourrée de salons et d'antiquités en tous genres, ambiance feutrée de tapis d'Orient, enfants joyeux et sains. Je m'entends très bien avec Charles. Ils ont une maison de vacances sur la Lys et nous y chassons le papillon comme Ernst Jünger.                                   

 

Et puis voici que mon grand-père paternel, Jules Duesberg, se tue dans un accident de voiture, sur la route de Louvain,  une voiture de l'Université de Liège, pilotée par Nicolas, le chauffeur du Rectorat de l'Université, Nicolas qui a une tête de Popeye. Jules a 65 ans. Et du coup ma mère disparaît pour faire de fréquents séjours à Liège, chez sa mère, Quai Mativa, y emmenant mon frère Etienne, qui a un an. et je me retrouve seul, après l'école, seul dans cette gigantesque maison obscure, attendant mon père qui rentre tard de sa clinique de campagne et à qui je dois préparer à souper ( à savoir le plus souvent des frites et des oeufs sur le plat essentiellement, ma science culinaire, n'allant pas au-delà. Ah si je fais bien les mayonnaises aussi; il faut dire que j'ai vécu 5 ans dans une cuisine avec ma grand-mère à Liège). Mes devoirs je les fais dans la famille Van Hove. Et puis comme ma mère ne revient pas et que mon père n'est jamais là, je passe entre les mains de différentes assistantes  familiales. Je me souviens d'une petite blonde qui ressemblait à  Eva-Marie Saint, la fiancée de Brando dans le " Sur les Quais" de Kazan. On allait se promener dans le parc de la Woluwe, près des étangs, on s'asseyait sur un banc et elle pleurait tout le temps, parce que son fiancé l'avait quittée, et je pleurais avec elle. Larmes mêlées de deux abandonnés.                                                                                                                                                                                             

 

De toutes façons, mon père restait pour moi, un étranger total. rentrant de la Clinique vers les dix-neuf heures, il voulait vérifier mes devoirs et mes leçons et je l'envoyais sur les roses. Pauvre homme , rentrant de la guerre, avec une épouse absente, une fille internée, un fils qui le repousse et un deuxième fils qui est à Liège. Ma mère réapparaît de temps en temps à Bruxelles avec mon frère Etienne, qui dort dans la même chambre que moi, dans un lit-cage. Chaque soir, ma mère lui attache les chevilles au pied du lit avec une bande velpo. En plus son torse est enserré dans une sorte de corset, à bandes croisées, rivé autour du matelas. Ce double harnachement est destiné à l'empêcher de tomber de son lit, à un âge où il commence à se dresser sur ses petites jambes. Je me suis souvent de mandé si cet équipement d'incarcération, était utilisé fréquemment à l'époque, dans le secret des familles et si 10 ans auparavant, à Gand, on m'avait soumis au même genre de supplice ? ça m'étonnerait que je me sois laissé faire . Quoiqu'il en soit, je dis qu'il faut être tordu, pour ligoter son gosse au crépuscule, alors qu'il est à l'aube de sa vie!

Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 07:04

BIO 19 MORZINE 1946 et Naissance de mon frère Etienne

-MORZINE- VANCAU

 

Voilà, l'Hôtel "Champs fleuris" que l'on aperçoit dans le fond à droite, il n'y avait coupl ma mère et moi, sa mère et elle. Elle s'appelait Béatrice de Thiollaz, plus savoyard que celà comme nom, tu meurs. une belle grande blonde comme je les aime, entre 10 et 12 ans. regardez-moi ça le petit séducteur, il s'y croit. mais faut dire que pour une première, c'était pas vraiment un coup dans l'eau. Hélas, elle ne skiait pas et on ne se voyait qu'en dehors des pistes, entre deux stalactites! Qu'est-elle devenue, ma belle stalagmite  ???                                
Après quelques semaines, hélas, c'est le retour à Liège                                                                                                                                                                                                                                     En effet, ma mère est enceinte et en Juillet 1946, c'est la naissance de mon frère, Etienne, à la clinique Sainte  Rosalie à Liège. Je dois avouer que celà ne m'excite pas particulièrement. Que mon frère qui me lira peut-être un jour me le pardonne , d'ailleurs je m'en fous !                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Voici un parfait portrait de famille (Photo du bas) Mon père est là cette fois. Mon frère c'est l'enfant d'après-guerre, celui de la Libération, celui qui a eu l'intelligence de naître après et non avant. il ne va y en avoir que pour lui et je vais passer complètement au second plan. J'aurais peut-être eu besoin d'autre chose, après ce que j'avais vécu dans mon enfance mais voilà on ne choisit rien quand on a huit ans. Nous allons encore vivre à Liège quelques mois car mon père a enfin trouvé une situation; il est engagé dans une clinique privée à Neerijse, on disait  Neerissche à l'époque, près de Bruxelles (Overijse) et nous allons déménager en Janvier 1967, au centre de Bruxelles, très exactement au 36 de la Rue Montoyer. Mais ceci est une autre histoire  !                                                                                                                                                                                         

 

 

Ma Bio 19. Morzine 1946. Naissance de mon frère Etienne
Ma Bio 19. Morzine 1946. Naissance de mon frère Etienne
Ma Bio 19. Morzine 1946. Naissance de mon frère Etienne
Ma Bio 19. Morzine 1946. Naissance de mon frère Etienne
Ma Bio 19. Morzine 1946. Naissance de mon frère Etienne
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 06:57

Bio 18 Evian

 

Nous voici donc partis en Janvier 1946, pour un long périple, en passant d'abors par Athus où ma mère a une amie cheftaine qui a épousé le Directeur de Cockerill-Ougrée (Les Gerard), puis par Paris où je vais tout apprendre sur la conciergerie et la mort de Marie-Antoinette à laquelle ma mère s'identifiera toute sa vie, sans néanmoins aller jusqu'à l'échafaud, étant plutôt par nature, plutôt guillotineuse que guillotinée ! Je découvre un Paris  de guerre, rempli de militaires américains, anglais et Dessin-Guerre.jpgrésistants français et une Seine bourrée de bâteaux militaires. Voici un dessin des bords de Seine, à l'époque. Vachemenr romantique. Ne vous étonnez pas du nez proéminent des soldats; c'est que je les ai, dans mes dessins de l'époque, tous transformés en poussins, histoire de dédramatiser. C'est gentil un poussin. Oui, ça tire tout le temps sur tout ce qui bouge, mais c'est pour rire.  Et puis il a les bons poussins et les mauvais poussins.Ce dessin en dit long sur la capacité des enfants à se protéger, en aménageant à leur guise, le monde réel qui les entoure, quand celui-ci devient hostile et hostile, il l'est toujours un peu, n'est-il pas?? Et quand je dis un peu !

De Paris, nous voici sur la route de Haute Savoie, avec la dame du même non, en voiture, dans quelle voiture, mes parents n'en ont jamais eu? Un taxi peut-être! Nous sommes fréquemment arrêtés par  des soldats, enfin plus ou moins, ils sont habillés en bleu fonçé, des résistants ou des soldats de l'armée de libération? Et pour la première fois, je découvre la montagne. Juste avant, nous avons fait escale pour une nuit à Evian-les Bains, au bord du Lac Leman, côté France !

Photo du Lac d'Evian en début 1946
Photo du Lac d'Evian en début 1946
Photo du Lac d'Evian en début 1946

Photo du Lac d'Evian en début 1946

Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 06:54

BIO 17 1945 Retour de mon père (suite)

 

 Hélas mon père est mort en 1989 et il est trop tard pour que j'aille lui demander de me raconter tout celà sous un angle différent de celui de mon oncle, qui lui était persuadé que j'allais m'indigner avec lui. Et bien sûr c'est le bide! Mais grâce à lui, je vais comprendre pourquoi mon père a eu tellement de mal à retrouver une place en Belgique à son retour. Il est maudit de par son carnet militaire, tout médecin qu'il soit. Je comprends aussi pourquoi, à table, Quai Mativa, lorsque nous nous retrouvons a quatre (et non à cinq) avec mes grands parents, l'ambiance est glaciale alors qu'on devrait fêter son retour après cinq ans d'absence. Famille royaliste, mais tout de même, soyons sérieux, Leopold III, c'était mieux ???Cinq ans plus tard il devait abdiquer lors de la fameuse affaire royale. Mais peut-être il y avait-il d'autres raisons à cet accueil glacial?? Toujours est-il  que moi je ne comprends rien à l'attitude de ..ces adultes. Une soeur qu'on enferme, un mois avant le retour de mon père et un père que l'on accueille dans un silence de mort après cinq ans d'absence; il faut revenir à mon dessin de cette table de la salle à manger avec un siège vide. Cette fois le siège est enfin occupé mais personne ne semble s'en réjouir!
 

Mon père repartira le lendemain car faisant partie de l'armée anglaise, il restera encore mobilisé pendant plusieurs mois et il sera caserné en France à Bayeux. Ma mère et moi partirons à la Côte belge au mois d'août, au Coq sur Mer et il viendra nous voir quelque fois. Entretemps je suis devenu un enfant seul; je n'ai plus la possibilité de faire bloc avec ma petite soeur. Le retour de mon père ne va pas être facile car pour moi, c'est un étranger absolu. Je n'ai aucun souvenir de l'avant-guerre. En plus, je vais le ressentir comme un rival. Je suis fusionnellement attaché à ma mère qui a tout fait pour celà et cet inconnu va venir prendre ma place privilégiée d'enfant devenu unique.
 

C'est alors que je vais "tomber malade" comme on dit, en automne 1945, histoire, c'est classique, de ramener l'attention sur moi. Une broncho-pneumonie, qui va m'emmener jusquà 42,5° de température. Je suis soigné au quai Mativa, par un certain Docteur Massart, qui m'aurait sauvé la vie. Détail amusant ce toubib a un hobby, la peinture et je le reverrai exposer au Cercle Royal des Beaux-Arts, fin des années 50. Je vais rester alité, dans un état quasi-comateux pendant 6 semaines et puis un beau matin, plus rien. Miracle à Lourdes! je n'ai aucun souvenir de mon père durant cette période, ignore même s'il est démobilisé. Il est tout simplement absent comme avant! Ou alors est-il rentré à Gand plutôt que de vivre dans une belle famille hostile! Manifestement il y a de l'eau dans le gaz, dans le couple. Il y a peu de temps, j'ai appris par une cousine qui le tenait de sa mère, la soeur de mon père, que mon père avait une liaison avec une anglaise à Londres, et qu'il ne serait revenu, que pour ne pas abandonner ses deux enfants. Mon père a toujours parlé avec enthousiasme de l'Angleterre, qui était devenue sa vraie patrie; il parlait couramment l'anglais. En plus, il avait appris beaucoup de choses au niveau de son métier de chirurgien, les anglais étant nettement en avance dans ce domaine. Aujourd'hui, je me dis : "que n'est-il resté là-bas, il aurait été bien plus heureux!".
 

Suite à ma broncho-pneumonie, ma mère et moi allons partir en Haute-Savoie au début de l' année 1946!, prendre la montagne comme on disait depuis Thomas Mann (La montagne magique) et Paul Gadenne (Siloë)
 

Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 06:45

BIO 16  Année 1945

 

 Et l'école alors ? Et bien toujours pas; j'obtiens un diplôme de première année primaire sans y avoir jamais mis les pieds. Ma seconde année, ce sera une école de quartier, Saint-Ambroise, mais les bombardements sont tellement intenses que cette école ferme après deux semaines. J'ignore absolument comment je serai admis en troisième année sans avoir fait la seconde, à l'automne 1945, chez les soeurs, à Sainte Véronique, Sainte Vé, comme on disait à Liège, le quartier chic des cathos bourgeois. Mais là j'anticipe !.
 

En effet en Juin 1945, on m'annonce que je dois, avec mon grand-père, aller conduire ma soeur malade, (ah bon, elle a quoi?) dans une école spécialisée, à Ciney, en réalité un asile pour enfants handicapés mentaux. Elle serait atteinte de "démence précoce" comme on appelait à l'époque ce que plus tard, on qualifiera plus délicatement de schyzophrénie, aujourd-hui, on parlerait  d'autisme, la seule évolution dans le traitement et la recherche des causes de ce genre de maladie, étant celle du vocabulaire. Que s'est-il passé. Bien plus tard, j'entendrai parler d'une méningite, contractée durant l'évacuation vers Montpellier. Pour l'instant, on me dit seulement que ma soeur est malade, point barre. Je me retrouve donc avec mon grand-père, dans une cour d'école, remplie d'enfants et de sons extrêmement bizarres; je  saurai plus tard que ce ne sont pas les  sons d'une cour de récréation normale, mais comme c'est ma première cour de récréation, ça valait la peine d'attendre, je ne réalise pas. Ma mère, sans doute, n'aura pas eu le courage, elle a envoyé son père et le fils aîné, sept ans! Bien sûr Danièle allait revenir, c'était provisoire. Elle ne reviendra jamais.! Après un an, j'arrête d'aller la voir. Les soeurs l'ont transformée en véritable folle, tablier noir et cheveux courts. Ruées sur les murs du parloir. elle se mord les poings puis se frappe sur la tête; elle ne me reconnait pas. C'est l'horreur, l'insoutenable! Je n'y retournerai  jamais, sauf à sa mort, à 28 ans, en 1967, à Dave.
 

En même temps, au printemps 1945, c'est aussi la fête, car les américains sont là. Ils arrivent quai Mativa sur leurs chars et leurs auto-chenilles, près de l'Usine Englebert. Autant de grands blonds avec leurs chaussures noires que de grands noirs avec leurs chaussures blondes, et nous, les femmes et les enfants, agglutinés aux blindés, hissés sur les coupoles tournantes et décapuchonnables, d'où surgit à tous les coups, un yankee casqué cool, casque en "arrière toute", et souriant "Gibbs", tout dentifrice dehors, de ses dents blanches et éclatantes comme des touches de piano. IIs nous distribuent du chocolat et des bananes, denrées inconnues de nous, les enfants. Je me souviens qu'ils buvaient du "coco", sorte de cacao chaud, dans des gamelles doubles qui ressemblaient à des jumelles. Très vite, une patrouille avec DCA  (Défense anti-aérienne), s'installe sur la berge du Quai Mativa, juste devant la maison. Et tous les matins je vais la rejoindre, car je me suis fait un ami soldat; il s'appelle Jimmy, un gamin de l'Iowa, il a 18 ans. Je deviens la mascotte du groupe. passant toutes mes journées avec eux, je joue au petit soldat (je n'en ai pas encore assez ?). Et puis un jour, surgit en face de nous, un avion allemand, encore un Stuka, décidément ils me cherchent (voir l'évacuation de 1940), qui pique droit sur nous. Mon ami Jimmy s'installe sur la chaise tournante de la DCA, canon pointé vers le ciel et moi je remonte la berge à toute allure et me réfugie dans la cave. Mais shit, j'ai gardé le casque de Jimmy sur la tête, tandis que lui, mitraille, tête nue face à cet engin de mort à "gammée croix". Et nom de dieu, ce petit mec blond ,il abat l'avion et le schleu, qui s'écrasent de l'autre côté de la Meuse. Si Jimmy l'avait manqué, le kamikaze allemand nous aurait  pulvérisés. Tous les gens sortent alors de leurs maisons et c'est la liesse générale: Un Boche abattu ! On porte Jimmy en triomphe, et moi, petit con , je vais lui rendre son casque. Eh, petit con, tu crois que la guerre, c'est un jeu, que la mort c'est un jeu, un jeu d'enfant???

Et c'est alors que mon père va rentrer d'Angleterre, un mois à peine après l'internement de ma soeur. Pourquoi ne l'a t'on pas attendu, c'est une question essentielle que je me pose toujours ! Ensuite comment un garçon de sept ans  qui vit avec sa soeur, heure après heure !, ne s'aperçoit-il pas qu'elle est schyzophrène? Il n'y a pas trente-six solutions. Ou elle n'est pas malade, ou je refoule! Je voudrais qu'on m'explique un jour, mais tous les témoins ont disparu. Donc, un soir d'été 45, je joue sur le trottoir du Quai Mativa, un homme en uniforme, tourne le coin de le rue Auguste Hock, et vient timidement vers moi. Et je lui dis cette phrase devenue légendaire, dans la famille  "Est-ce que tu serais Papa " Il me dit oui et me prend dans se bras et c'est moi qui l'amène à la maison. Quand il s'est penché vers moi, j'ai eu le temps de lire sur son épaule, celle de son "battledress", quatre lettres qui vont me rester en mémoire, allez savoir pourquoi? Trente-cinq ans plus tard, j'aurai l'explication de mon oncle juge dans un restaurant! Mon père est revenu de Londres avec un uniforme de l'armée anglaise. RAMC c'est "Royal Army Military Corporation". Il a été viré de l'armée belge pour avoir écrit des articles dans le journal "Vers l'Avenir" installé à Londres, dénonçant la vie dorée et fastueuse des membres du gouvernement belge en exil, le gouvernement Pierlot et en tant que chirurgien orthopédiste, il été récupéré par l'armée anglaise. Mon oncle me raconte cet épisode et je l'en remercie, mais pour lui, l'attitude de mon père,  reste une attitude scandaleuse alors que ce récit me remplit de joie et surtout m'éclaire

 

Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 06:25

BIO 15

 

Et les flashes de guerre continuent:
La fin de la guerre approche, le débarquement a eu lieu mais nous sommes toujours "occupés" par les allemands car les troupes alliées ne sont pas encore arrivées en Belgique. Je loge chez une amie de ma mère, à Souverain-Wandre? Une chambre
de sa maison est occupée par un officier allemand et par son ordonnance. Tous les jours, ma mère va discuter avec lui, dans son petit bureau, en lui montrant sur une carte d' Etat Major épinglée au mur, l'avance des alliés "débarqués", que le Schleu conteste avec énergie. Ils n'arrêtent pas de déplacer, à tour de rôle, les épingles à têtes de couleurs, sur la carte, exprimant ainsi leurs désaccords sur les positions respectives des alliés et des allemands.

Il y a aussi mes souvenirs au Conservatoire de Liège où nous allons tous les dimanche, ma mère et moi. Ma mère va y retrouver Charles, un amoureux transi. Il est fou d'elle et elle le tient à sa botte! Moi, je me tire au balcon tout au-dessus de la salle, seul dans une loge et je joue imaginairement du violon en même temps que l'orchestre, en surplombant la salle (déjà le sens du show), croisant un de mes bras sur l'autre. Et pas une fausse note ! Chaque dimanche, tout le monde me regarde et on m'appelle " le petit garçon au violon ". A l'entr'acte je descends et là, le beau Charles aux noirs yeux de velours, s'approche de moi, avec une main dans le dos; son bras se déplie et sa main me tend une orange (une vraie pas une bleue) Pour séduire la mère, il faut séduire le fils. Il a tout compris le beau Charles, d'autant plus que la voie est libre puisque je n'ai pas de père!


En 1945, j'ai une revanche sur mon grand'père, celui qui ne m'entend ni ne m'écoute. A l'époque des V1 (Pour rappel les bombes volantes de Von Braun, envoyées depuis Berlin par les allemands en déroute et qui vont peut-être changer le cours de la fin de la guerre, les américains sont à Liège et continuent leur progression en Allemagne), toute la famille, oncles, tantes, cousins et cousines, sont venus s'installer dans les immenses caves du Quai Mativa car celles-ci sont renforcées par des piliers solides. Matelas par terre et tout le monde vivait dans ces caves car les alertes étaient continuelles. Moi je servais d'avertisseur car j'avais l'ouïe fine et chaque fois qu'un V1 se pointait à l'horizon, je l'entendais et faisais descendre tout le monde . Un jour cependant, mon grand-père qui écoutait la radio dans la salle à manger, refusa de descendre alors que je venais l'avertir. Je suis donc redescendu sans lui et cinq minutes plus tard, une explosion énorme et nous nous sommes tous retrouvés, recouverts de plâtre, tous à "plâtre-ventre". Le V1 était ombé en face de chez nous, sur l'autre rive. Quant à mon grand'père, je suis allé voir tout de suite et tout blanc de platras, il était aussi blanc que moi, géant fixé sur son tabouret, entre les deux portes vitrées abattues aussi sec et tous carreaux soufflés. Lorsque nous nous sommes aplatis en famille et avons senti les plafonds s'écrouler sur nous, nous avons pensé que la maison s'écroulait, que le V1 était tombé dessus, et que nous allions être complètement ensevelis sous les décombres. Mais personnellement, je ne ressentais aucune peur. je vivais celà comme un   jeu

Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE