Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • https://t.co/WMu5oWiAYn
    https://t.co/WMu5oWiAYn Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e...
    J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture rouge avec photos Christian... https://t.co/uQZQbyZhvQ Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture...
  • https://t.co/vFbC5e52lE
    https://t.co/vFbC5e52lE Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/n3fOdLsXMm
    https://t.co/n3fOdLsXMm Christian Vancau (@VancauChristian) September 22, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 19:19

Vézelay est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne. Elle est un chef-lieu de canton de l'arrondissement d'Avallon. Elle est renommée en raison de la Basilique Sainte-Marie-Madeleine et de la colline classées au patrimoine mondial de l'humanité. Elle est le point de départ de l'une des principales voie de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Lemovicensis.

Nous y débarquons ce jeudi 22 mai 2014, après avoir visité Avallon. Montée très ardue de la grand'rue, visite de 'Abbaye et de ses alentours, un apéro sur la place face à l a Basilique, redescente de la rue, où notre chienne Canaille rencontre son 1er sanglier, , repas dans les bas de la rue principale au Restaurant "Le Bougainville" où nous mangeons, seuls en dépit de la foule  environnante et enfin la visite du Musée Zervos (2e série de photos ci-dessous)

VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne
VEZELAY en Bourgogne

Géographie

Situation

La ville est située sur une haute colline. Celle-ci a valu à Vézelay d'être renommée Vézelay-la-Montagne en 1793, pendant la révolution. La raison en est simple : seul le côté ouest est facilement accessible, les versants sud, nord et est étant plus abrupts. La rue principale suit la ligne de crête de cette colline et permet de rejoindre l'église abbatiale située sur le point culminant. Vézelay domine la vallée de la Cure qui a longtemps été la voie de navigation principale de la région et la frontière entre le Nivernais et la Bourgogne.

Vézelay est distante de 15 km d'Avallon et de 45 km d'Auxerre.

De grands écrivains du xxe siècle, comme Romain RollandGeorges Bataille ou Jules Roy, ont habités sur la « colline inspirée ».

La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos
La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos

La montée de la Grand'Rue jusqu'à la Basilique Sainte-Madeleine, puis la redescente, notre chienne Canaille flirtant avec un sanglier et un autre chien, le resto Le Bougainville et le Musée Zervos

Géologie

« La montagne sur laquelle est bâti Vézelay appartient tout entière aux différentes assises de la Grande-Oolithe. Vers la base, du côté de Saint-Père, se montrent encore quelques-unes des couches du lias et au-dessus les calcaires de l'oolite inférieure avec débris de pentacrinites et radioles de Cidaris Courtaudina, mais cet ensemble est promptement recouvert par les calcaires oolithiques subschistoïdes plus ou moins marneux de la grande oolite, que caractérisent les pholadomyes, les panopées, les mytilus, lesammonites. Du côté opposé, en descendant la route de Vézelay à Clamecy, la succession des couches oolitiques est plus apparente encore. Sous les calcaires compacts et résistants qui constituent le sommet de la montagne, on voit se développer des calcaires argileux très riches en Pholadomyes et qui renferment abondamment le Pholadomya Vezelayi. Au pied de la montagne, d'anciennes carrières aujourd'hui abandonnées, ont été exploitées dans la partie inférieure de cette assise. Les couches sont plus compactes, moins marneuses ; les pholadomyes n'apparaissent pas encore ; les fossiles, assez rares, se bornent à quelques Ammonites. »
La toponymie des bois environnants dévoile un sous-sol riche en minerai de fer : bois des Ferrières, bois du Fourneau.

Hydrographie

Les eaux de pluie étaient « soigneusement recueillies dans trois grandes citernes publiques, deux réservoirs et un grand nombre de citernes particulières ». Les constructions les plus grandes sont au sein de l'abbaye, à la hauteur de l'ancien préau du cloître ; l'une d'entre elles a 16,85 m de longueur, 6,30 m de largeur et 3,60 m de profondeur. Des piliers en pierre carrée soutiennent des voûtes d'arêtes en moellons. Elle recueille les eaux pluviales des toitures plates de l'église et autrefois de tous les bâtiments du monastère.

Démographie

En 2011, la commune comptait 433 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du xxie siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année

 
 
 
VEZELAY en Bourgogne

Histoire

Vue aérienne du village de Vézelay (Yonne)

L'établissement humain sur la colline de Vézelay est très antérieur à l'abbaye bénédictine. On a découvert en 2012 un mur carolingien sous le cloître de Vézelay. Des sarcophages mérovingiens ont été retrouvés dans le sous-sol de l'église Saint-Pierre, et sous l'un d'eux un sarcophage plus ancien. Du matériel gallo-romain trouvé sur la colline montre un centre d'activité économique (marché), un refuge et probablement un lieu de pèlerinage. Par ailleurs le site de Saint-Père, au pied de la colline, a été occupé par un important domaine gallo-romain avec plusieurs sanctuaires, et les sources des Fontaines Salées proches l'ont été depuis 2200 à 2300 avant J.C.

Vers 858Girart de Roussillon choisira d‘assurer la pérennité de ses possessions en les transformant en deux communautés bénédictines, respectivement masculine et féminine : Pothières et Vézelay. Il fonde ainsi un monastère de femmes à l'emplacement actuel de Saint-Père. Il possède une villa, entourée de grands domaines. Le finage dans lequel les habitations se trouvent porte le nom de Vezeliacus qui deviendra Vizeliac puis Vézelay.

L‘existence et l‘organisation de ce Vézelay primitif n‘aura toutefois qu‘une faible postérité puisqu‘elle s‘interrompt brutalement environ dix ans plus tard, entre 871 et 877, lorsque les Normands poussent les moniales à la fuite. Girard demande alors leur remplacement par une communauté d‘hommes. L’abbaye est alors transférée sur la colline et des moines bénédictins remplacent les moniales. La position du monastère attira nombre de familles afin de profiter de la protection des murs du nouvel établissement. Celui-ci est dédié à la Vierge et aux apôtres saint Pierre et saint Paul. Son statut est assez particulier car elle a été affiliée à Cluny qui a bénéficié d'une exemption jusqu'en 1744 : « moyennant la redevance annuelle d'une livre d'argent, qu'elle payait au Saint-Siège, elle fut autorisée à ne reconnaître ni chef d'ordre, ni évêque diocésain, ni prince, ni seigneur quelconque. Elle forme une espèce de république théocratique, détachée d'abord de la monarchiecarolingienne, ensuite de la féodalité française, et ne conservant, ni avec l'une ni avec l'autre, aucun lien, aucun rapport de subordination. » Eudes, premier abbé, est mentionné en 897.

Certains auteurs affirment qu'en 882 le moine Badilon aurait apporté de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume à Vézelay, des reliques de Marie-Madeleine. Par contre, Eudes, premier abbé, est mentionné en 897.

La grandeur de l'abbaye de Vézelay

Élu en 1037, l'abbé Geoffroy réforme l'abbaye et convainc ses contemporains que l'abbaye possède les restes de Marie-Madeleine : d'où pèlerinages, donc offrandes et donations.

Entre les années 1050 et 1250, Vézelay fut le plus grand sanctuaire magdalénien d‘Europe occidentale. Ceci profita naturellement aux habitants et le village devint une petite ville. « De là, chez eux, un esprit d'indépendance que le despotisme monastique irrita, et qui bientôt se manifesta par des révoltes sanglantes, des luttes opiniâtres ». Il faudra attendre une bulle pontificale pour que Madeleine devienne officiellement la patronne de l'abbaye (1050). Une telle prospérité attira Cluny : celle-ci soumit Vézelay et lui imposa l'abbé clunisien Artaud.

En 1060, Vézelay obtient le droit de commune

En 1096Urbain II prêche la première croisade ; la construction de l’abbatiale est décidée. Elle est consacrée en 1104. L'impôt établi pour réaliser cette entreprise avait exaspéré les habitants qui se révoltèrent : l'abbé Artaud fut assassiné en 1106. Après bien des vicissitudes (révoltes, conflits seigneuriaux, incendie de 1120), le narthex ou église des Pèlerins pénitents fut construit : il ne sera dédicacé qu'en 1132). En 1137 l’abbé Albéric signa avec les habitants une charte qui définissait les droits de l'abbaye et des bourgeois : acte de sagesse qui fut loué en termes élogieux par Saint Bernard.

 

En 1146 la réputation de Vézelay est telle que Bernard de Clairvaux y prêche la deuxième croisade. Le lieu du prêche sera transformé en église commémorative : il en reste quelques débris connus sous le nom de la Cordelle.

 

L'abbé Ponce de Montbossier rétablit temporairement l'abbaye dans ses privilèges anciens d'indépendance (« pote, potestas Vezeliacensis »). Les abbés reçoivent du Vatican d'énormes prérogatives : le droit de porter la mitre, la crosse, l'anneau et les sandales La ville obtient des institutionscommunales en 1152, qui lui sont retirées dès 1155 par Louis VII le Jeune. Après la révolte de 1167, les habitants obtiennent des moines une charte écrite qui leur garantit des libertés enviables dans la région (« libertas Vezeliacensis  »).

 

En 1190Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion s'y donnent rendez-vous pour la troisième croisade. Le chœur de l'église romane est reconstruit en plus vaste. L'abbé Hugues, homme corrompu, dilapide les richesse de l'abbaye et sera destitué en 1207. Le déclin de l'abbaye commence, coïncidant en cela avec le déclin des ordres monastiques et celui des bénédictins en particulier.

Le déclin de l'abbaye et la fin du pèlerinage

Si vers 1215 l'abbatiale est achevée, les conflits avec les comtes de Nevers reprennent. Les différents papes et les rois de France ne pourront rien pour protéger la communauté religieuse. La protection des reliques de la Madeleine semble peu efficace, et les pèlerins se détournent de cette ville agitée par tant de conflits (soulèvement de 1250). Le papeClément IV lance une enquête pour comprendre les raisons d'une telle déchéance et ordonne une vérification solennelle des reliques de la Madeleine. Le roi saint Louis s'est associé à la cérémonie (24 avril 1267). Mais en 1279 le pape proclame que le corps retrouvé à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume est bien le corps de Marie Madeleine. Les pèlerins se détournent de Vézelay et la prospérité aussi : d'ailleurs l'apport, fête de Vézelay, change de date et se célèbre le jour de la Quasimodo.

En 1280 une ordonnance signée de Philippe le Hardi proclame le rattachement plus ou moins complet de Vézelay au domaine royal. Le pape Martin IV approuve le décret. L’ordonnance de 1312 de Philippe le Bel confirme que ville et abbaye sont une dépendance ordinaire du domaine royal. Les habitants ont compris que cette autorité leur permettait de contenir l'omnipotence abbatiale et d'échapper aux brutalités de seigneurs féodaux. Vézelay entre dans le cercle restreint des bonnes villes du royaume (il n'y en avait alors que 16).

 

Vézelay dans la guerre de Cent Ans

Le 27 juillet 1421, les troupes du duc de BourgognePhilippe Le Bon attendent l'armée de secours à Vézelay. Elles font leur jonction avec les contingents anglais du roi Henri V, commandées par son frère, le duc de Bedford, Jean de Lancastre. Les deux armées rassemblent 12,000 hommes et se réunissent pour contrer les forces du Dauphin Charles àLa Charité-sur-Loire7.

L'abbé Hugues de Maison-Comte, conseiller de Charles V est reconnu pour son équité dans ses rapports avec les habitants de Vézelay, (1353-1383), et l'abbé Alexandre, conseiller de Philippe Le Bon pour son rôle diplomatique. Il exhorte les Vézeliens à quitter la ligue anglo-bourguignonne, et contribue au rapprochement entre Philippe le Bon etCharles VII et provoque la réunion du concile de Bâle en 1431. Il participe enfin à l'élaboration de la Pragmatique Sanction de Bourges en 1438.

Louis XI ne tolère pas que les abbés soient liés au duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Afin de s'assurer d'une place forte il impose brutalement un de ses courtisans Pierre de Balzac.

En 1538, une bulle accorde ce que les moines demandent depuis longtemps : à savoir la sécularisation. L'abbaye devient une simple collégiale, un chapitre de chanoines remplace les moines bénédictins et surtout le domaine est mis entre les mains d'abbés commendatairesFrançois Ier essaie en vain d'obtenir que Vézelay devienne un évêché. La bulle de 1541 ne sera enregistrée par le Parlement de Paris qu'en 1653. Elle ne laisse au chapitre que des revenus insuffisants et favorise les abbés commendataires.

Vézelay dans les guerres de religion

Lors des guerres de religion elle passe au gré de ses abbés, de place forte des Réformés à citadelle de la Ligue. L'influence de Théodore de Bèze, l'abbaye en pleine décadence, font de Vézelay une des premières villes de la région acquise au protestantisme. En mars 1569, la ville est prise par les troupes protestantes des capitaines Sarrasin et Blosset soucieuses de gagner une belle position militaire.

La ville est bientôt assiégée par les armées de Charles IX commandées par Louis Prévost de Sansac. La cavalerie est lancée sur Vézelay le 6 octobre, mais les capitaines retranchés dans la ville se défendent très bien en attaquant à leur tour. Les bombardements depuis Asquins et Saint-Père ne donnent rien. Le siège se transforme en blocus pour affamer la ville. La ville ne se rend pas malgré huit mois de siège et de combats intenses, grâce à un ravitaillement de secours de troupes protestantes. Sansac lève le camp, laissant la ville invaincue, le 25 février 15708.

Au traité de Saint-Germain (1570) Vézelay est l'une des deux villes du gouvernement de Champagne à autoriser les protestants à exercer librement leur culte.

En 1594Edme de Rochefort, sieur de Pluvault, qui gouverne la ville au nom de la Ligue, livre la place à Henri IV et prend la tête des troupes royalistes pour prendre Avallon.

Le long sommeil

Son successeur Erard de Rochefort s'ingénie à réparer l'église de la Madeleine et ses dépendances, en particulier la chapelle basse : il fait des concessions équitables à la population. Mais les calamités s'abattent de nouveau sur la région avec la nomination de Louis Fouquet frère du surintendant : ce sont des procès interminables, l'abandon du privilège d'échapper à la juridiction de l'ordinaire et enfin les persécutions des protestants et ce bien avant la révocation de l'édit de NantesVauban dans sa Statistique de l'Élection de Vézelay nous montre à quel point de misère et de ruines le pays se trouve confronté.

C'est sous l'abbé Jacques Berthier, prédicateur du roi que le château gaillard est détruit : l'abbé de Cours le trouve trop triste et lui préfère une construction plus au goût de l'époque (1752-1769). À la veille de la Révolution, Vézelay a perdu ses privilèges municipaux, voit sa population diminuer et n'est plus qu'un petit bourg.

Le 6 septembre 1790, les membres du Directoire d'Avallon, agissant en vertu des lois votées par l'Assemblée Constituante, et en exécution des arrêtés spéciaux du Directoire du département, signifièrent aux chanoines que désormais la Madeleine avait cessé d'exister".

Viollet-le-Duc et la réinvention de Vézelay

En août 1834Prosper Mérimée découvre en Bourgogne l'église abbatiale de Vézelay. Immédiatement il alerte le ministre de l'Intérieur sur l'état du monument : "il me reste à parler des dégradations épouvantables qu'a subies cette magnifique église. Les murs sont déjetés, pourris par l'humidité. On a peine à comprendre que la voûte toute crevassée subsiste encore. Lorsque je dessinais dans l'église, j'entendais à chaque instant des petites pierres se détacher et tomber autour de moi… enfin il n'est aucune partie de ce monument qui n'ait besoin de réparations… Si l'on tarde encore à donner des secours à la Madeleine, il faudra bientôt prendre le parti de l'abattre pour éviter des accidents"9.

De 1840 à 1859, la très longue campagne de restauration de l'église abbatiale de Vézelay est dirigée par l'architecte Eugène Viollet-le-Duc, assisté par ses inspecteurs des travaux, François Nicolas Comynet puis d'Émile Amé.

Le renouveau de Vézelay et le mouvement de reconquête catholique

Les autorités ecclésiastiques et administratives locales décident de relancer le pèlerinage de la Sainte-Madeleine.

  • Le 22 juillet 1876, la fête de la Sainte Madeleine est rétablie et Mgr Bernadou, archevêque de Sens, restitue à Vézelay la relique donnée en 1267 au Chapitre cathédrale de Sens par le pape Martin IV et le pèlerinage est rétabli. L'activité de l'abbé Barret, prêtre militant d'une reconquête catholique se heurte aux républicains, qui ne se privent pas de troubler les processions et même de dérober les nouvelles reliques en 1898.
  • En 1919Mgr Chesnelong, archevêque de Sens, nomme le chanoine Marie-Augustin Despiney comme curé doyen et qui va lancer une véritable politique culturelle pour faire connaitre Vézelay pendant 25 ans.
  • En 1920, l'ancienne église abbatiale, paroissiale depuis la Révolution, reçoit le titre de basilique du Vatican, pour signaler son importance historique pour la chrétienté.

Le sauvetage d'enfants juifs 1942-1944

l'école des sœurs de Sainte-Madeleine, aujourd'hui le Centre Sainte-Madeleine, fut l'abri d'une quinzaine d'élèves réfugiées juives entre 1942 et 1944. Elles furent accueillies par la directrice, sœur Léocadie, Marie Arnol (1880-1952), élevée au rang des Justes parmi les Nations par l'état d'Israël en 2006.

Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées
Photos de Saint-Père et des Fontaines salées

Photos de Saint-Père et des Fontaines salées

Vézelay et le cinéma

Personnalités liées à la commune

Au Moyen Âge

Au xviie siècle

  • Théodore de Bèze (1519-1605), pasteur, écrivain, historien, ambassadeur et théologien protestant, successeur de Jean Calvin à Genève. Il est né au 55, rue Saint-Étienne, fils du bailli de Vézelay.

Au xixe siècle

  • Edme Étienne Borne Desfourneaux (1767-1849), général des armées de la République et de l'Empire.
  • Prosper Mérimée (1803-1870), sa redécouverte de Vézelay, a lancé le programme de sauvegarde et de rénovation de la basilique.
  • Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879), architecte, archéologue et écrivain français, a séjourné a de très nombreuses reprises à Vézelay pendant les 19 années qu'ont pris la reconstruction et la restauration de l'église abbatiale de Vézelay entre 1840 et 1859.

Au xxe siècle

Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau
Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau
Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau
Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau
Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau
Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau

Le Musée Zervoz qui fut la maison de Romain Rolland. Son bureau

L"ABBAYE SAINTE-MADELEINE

 
  • En 873 l'abbaye de Saint-Père est dévastée par les Normands qui remontent la Seine, l'Yonne et la Cure. Les moines bénédictin s'installent au sommet de la colline de Vézelay, l'abbaye passe sous le vocable de Saint-Pierre.
  • Les premiers conflits entre les abbés de Vézelay et les comtes de Nevers éclatent en 1027. Ces conflits reviennent en 1147, en 1149, en 1152, en 1161. Avec l'appui du comte de Nevers, Landry de Nevers, l'abbé de Cluny, Odilon, intervient à Vézelay pour rétablir l'ordre. Il chasse de l'abbaye de Vézelay l'abbé Hermann. Cette intervention de l'abbé de Cluny intervient à un moment d'affrontement entre Cluny, les évêques et la papauté. L'abbé de Cluny, Odilon, prétextant d'un privilège du pape Grégoire V sur le libre choix du prélat consécrateur avait choisi un autre prélat que l'évêque du diocèse dont relevait Cluny. Les évêques réunis dans un concile à Anse en 1025 rappellent que ce privilège était en violation du canon IV du concile de Chalcédoine qui soumettait les monastères à l'évêque de leur diocèse. Le 26 mars 1027 le pape Jean XIX répond au cours d'un concile réunit à Rome la primauté de l'église romaine, « tête et gond » de toutes les églises de la chrétienté. Il ajoute qu'une traditio avait fait de Cluny la propriété de la seule papauté qui était, de ce fait, placé sous la seule juridiction de l'évêque de Rome. L'acte pontifical du 28 mars 1027 confirme l'exemption clunisienne. Pour justifier l'intervention de Cluny les responsables citent les privilèges apostoliques consacrant la liberté de l'abbaye de Vézelay face à la règle de soumission de l'abbaye à l'évêque du diocèse. Cette liberté était basée sur les privilèges pontificaux obtenus depuis 863. À partir de cette tradition rattachant Vézelay à Rome, les abbés de Cluny cherchent à obtenir que tous les monastères dépendant du siège de Rome relèvent de l'acte pontifical du28 mars 1027. L'évêque Adalbéron de Laon raille en 1027 le « roi Odilon ». Les évêques s'opposent violemment à cette intervention de Cluny. Guillaume de Volpiano, pourtant proche de Cluny, écrit que la réforme de Vézelay était dangereuse pour Cluny. Cluny doit abandonner son projet et, Hermann, l'abbé « ignominieusement » chassé peut revenir à Vézelay avec ses moines.

La grandeur de l'abbaye de Vézelay

  • En 1037, l'abbé Geoffroy (1037-1052) remplace l'abbé Hermann et réforme l'abbaye. Il expose les reliques de Marie-Madeleine. Des miracles se produisent. Les pèlerins affluent et font de Vézelay le point de départ du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.
  • En 1050 l'abbaye, qui était à l'origine placée sous l'invocation de Sainte-Marie, passe sous le patronage de Marie-Madeleine.
  • En 1058 le pape reconnaît solennellement les reliques. Les textes ne permettent pas de connaître la succession des abbés de Vézelay entre 1050 et 1096, date de l'élection de l'abbé Artaud. On suppose que le rattachement de l'abbaye de Vézelay à l'abbaye de Cluny n'a pu intervenir qu'après la mort de l'abbé Geoffroy, probablement avant1058, et que l'abbé de Cluny, Hugues de Semur, a rempli la fonction d'abbé de Vézelay pour rétablir la discipline monastique. C'est ce que laisse penser la Vie de SaintHugues rédigée par Renaud de Semur vers 1126 : « Qui ramena l'église Sainte-Marie-Madeleine à la primitive observance régulière, si ce n'est ce sainthomme ! ». Un acte délivré par le pape Étienne IX en mars 1058 place l'abbaye de Vézelay au nombre des monastères soumis, à cette époque, à l'abbé Hugues de Cluny. Cette hypothèse est d'autant plus probable qu'un acte du pape Victor II délivré le 11 juin 1055 confirmant les concessions de Cluny ne mentionne pas l'abbaye de Vézelay. En 1069 les textes mentionnent un abbé Boniface.
  •  
  • La réputation de l'abbaye permet au village de prospérer. Le bourg se développe et devient une ville qui attire de plus en plus de pèlerins tels que le duc de BourgogneHugues II et sa cour en 1084. Ou, plus tard, Bernard de Clairvaux (SaintBernard) qui vient pour prêcher la 2e croisade en 1146Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion, avant leur départ pour la 3e croisade en 1190, ou encore Louis IX en 1248… En 1076 le pape Grégoire VII cite l'abbaye de Vézelay parmi les neuf abbayes soumises à l'ordinatio de Cluny.
  •  
  • 1096 : L'abbé Artaud entreprend l'édification d'une nouvelle église, un nouveau chœur et un nouveau transept sont construits, les travaux dureront jusqu'en 1104. Seule lanef de l'église carolingienne sera conservée.
  •  
  • En 1098 l'évêque d'Autun, Norgaud de Toucy, (1098-1112), profitant de la querelle avec l'église de Saint-Maximin, jaloux de l'indépendance de l'abbaye, interdit le pèlerinage.
  •  
  • Dans un acte du 15 novembre 1100 le pape Pascal II confirme le rattachement de l'abbaye de Vézelay à celle de Cluny. Dans cet acte il réduit les dépendances de Cluny au rang de prieurés, mais autorise douze maisons à garder leur titre d'abbayes. Il rappelle que l'abbé doit être désigné, sans violence ni ruse, par l'accord de tous les frères ou par la sanior pars, selon la Règle de Saint Benoît, mais avec l'avis de l'abbé de Cluny. Ces abbayes, comme Vézelay, étaient souvent plus anciennes que Cluny et acceptaient mal cette dépendance. En 1103 les moines obtiennent l'appui du pape Pascal II qui fait une bulle d'approbation des reliques.
  •  
  • Le 21 avril 1104 a lieu la dédicace du chœur et du transept de la nouvelle église. Mais en 1106 les habitants, qui ne supportent plus la charge du financement des travaux de construction de la nouvelle église, se révoltent et tuent l'abbé Artaud. Renaud de Semur (1106-7 août 1129), petit-neveu de l'abbé de Cluny Hugues de Semur, devient abbé de Vézelay avant d'être archevêque de Lyon. Les chapiteaux sont peut-être commencés dès cette date.
  • Nommé en 1116/1117 par l'abbé Pons de MelgueilPierre le Vénérable est écolâtre et prieur à Vézelay jusqu'en 1120 avant de rejoindre l'abbaye de Cluny et d'en devenir l'abbé en 1122. Il est probable qu'il a dû inspirer les thèmes des chapiteaux et des tympans2.
  •  
  • Le 21 juillet 1120 c'est lors de la veillée de Sainte-Madeleine que la charpente de l'abbatiale prend feu et s'effondre (causant la mort de 1 127 personnes d'après la Chronique de Saint-Maixent).
  •  
  • L'abbé Renaud de Semur, reparator monasterii Vezeliacensis, entreprend la reconstruction de la nef. Elle est achevée vers 1132. Les irrégularités du plan de la nef près du transept sont dues au raccordement avec les piles de l'église de l'abbé Artaud. La construction aurait été entreprise d'ouest en est. Après 1125 les moines auraient fait appel au célèbre Gislebertus d’Autun pour le tympan du portail central qui offre, malgré les destructions révolutionnaires, quelques traces de son style. Par contre Jean Adhémarattribue le tympan du portail central au maître des chapiteaux du déambulatoire de Cluny.
  •  
  • En 1129, malgré les avis répétés du pape Calixte II en 1120 et Honorius II en 1125, après le départ de Renaud de Semur qui a été nommé archevêque de Lyon, les moines passent outre l'avis de l'abbé de Cluny et désignent un abbé qui reçoit la bénédiction de l'évêque d'Autun trop heureux de rétablir son autorité sur l'abbaye. En 1131, avec l'approbation du pape Innocent II, l'abbé de Cluny Pierre le Vénérable choisit le sous-prieur de Cluny, Albéric, comme abbé de Vézelay. Les moines rebelles à l'autorité de Cluny sont répartis dans des monastères clunisiens. Le nouvel abbé doit affronter l'opposition des moines, celle de l'évêque d'Autun Étienne Ier de Baugé puis Robert de Bourgogne, et l'hostilité des comtes de Nevers Guillaume II et Guillaume III.
  •  
  • En 1132 consécration de la chapelle des pèlerins qui est très probablement la chapelle de l'hôtellerie. Après 1135 et l’achèvement de la nef, les travaux se poursuivirent par l’avant-nef, construction des trois travées du narthex roman à l'avant de la nef. Renaud de Semur avait voulu donner une signification particulière à sa réalisation grâce à un vaste programme sculpté : les trois portails de la nef ont été confiés à des sculpteurs dont le principal avait exécuté les chapiteaux de l’abside de Cluny. La construction de cette avant-nef s'était imposée pour permettre la formation des processions comme à Cluny.
  •  
  •  
  • En 1138 Albéric est nommé cardinal-évêque d'Ostie. C'est le propre frère de l'abbé de Cluny Pierre le Vénérable, Ponce de Montboissier, qui est élu abbé de Vézelay. Ce nouvel abbé voulut assoir l'indépendance de l'abbaye vis-à-vis de l'évêque d'Autun. Entre 1145 et 1152 réalisation de la voûte de la chapelle Saint-Michel située à l'étage sur la tribune avec une croisée d'ogives, la plus ancienne de Bourgogne et l'une des plus anciennes de France. Consécration de la chapelle par Hugues d'Amiens, archevêque de Rouen (1129-1164).
  • En 1151 le pape Eugène III institue une enquête sur les droits respectifs des évêques d'Autun et des abbés de Vézelay.
Saint Bernard prêchant la 2ecroisade à Vézelay en 1146, d'après un tableau d'Émile Signol (1804–1892).
Louis VII prend la croix à Vézelay en présence de l'évêque de Versailles et de saint Bernard. Miniature deSébastien Mamerot (vers 1490).
 
 
 

 

    Le déclin de l'abbaye

    • Cette reconnaissance est suivi deux ans plus tard, le 24 avril 1267 par un transfert officiel des reliques en présence du cardinal Simon de Brion, légat du pape, et du roi Saint Louis, venus spécialement à l'abbaye à qui il offrit deux reliquaires. D'autres grands personnages sont présents comme le duc de Bourgogne et le comte de Champagne.
    • En 1279, l'ouverture du tombeau de la Sainte à Saint-Maximin confirme aux yeux de l'église qu'il contenait bien les reliques de la Sainte et les pèlerins vont progressivement se détourner de l'abbaye.
    •  
    • Le 6 avril 1295 le pape Boniface VIII prend alors le parti de l'abbaye de Saint-Maximin et réunit les reliques de la Sainte Baume avec celles de Saint Jean de Latran à Rome. Une bulle pontificale confirme l'établissement de dominicains à Saint-Maximin.
    •  
    • Vers 1347 construction de la tour occidentale en style gothique. Ce sera le dernier grand chantier de l'abbaye avant son déclin.
    •  
    • L'Abbé de Vézelay délivre un certificat le 10 février 1449 constatant les titres établissant l'exemption de l'Abbé de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun de la juridiction de l'évêque d'Autun au sujet d'Anzy.
    •  
    • En 1458 le pape Pie II constate que les pèlerins ont délaissé l'abbaye et que les aumônes sont trop faibles pour les finances de l'abbaye.

    « L'église du monastère de sainte Marie-Madeleine de Vézelay (…) a besoin de réparations considérables (…). Il faut en particulier reconstruire son clocher principal, détruit dernièrement par la foudre, lequel était fort beau et répondait à l’importance dudit monastère, ses cloches ont été fondues (…). Mais, à raison des guerres cruelles et meurtrières qui ont duré longtemps en France et surtout dans ces régions, très dépeuplées pour ce motif, à raison aussi des épidémies qui ont sévi, des sinistres événements qui s’y sont produits, ce lieu est peu fréquenté aujourd’hui, et les populations sont tellement appauvries et la piété s’est tellement refroidie, que le sacristie a peine maintenant, et aura plus de difficultés encore dans la suite, à subvenir, par ces offrandes et ces aumônes si modiques, à une partie du luminaire de la sonnerie des cloches. »

    La fin de l'abbaye

     
    • En 1568 et 1569 l'abbaye est occupée par les soldats huguenots puis par les troupes royales.
    • L'indépendance de l'abbaye vis-à-vis du pouvoir ecclésiastique, réalisée par Girart d’Arcy prend fin par un arrêt du Conseil d’État de 1673, les évêques conquéraient légalement un droit de prédominance hiérarchique sur l’abbaye7.
    • L'ensemble des bâtiments sont au bord de la ruine dans un rapport de 1668 et 16808.
    • En 1760 les bâtiments abbatiaux à l'abandon sont partiellement vendus et démolis.
    • En 1790 l'abbatiale Sainte-Marie-Madeleine devient une simple église paroissiale.
    • Le collège des chanoines est supprimé le 6 décembre 1790.
    • L'abbaye est vendue à la Révolution, et sert de carrière de pierres : il n'en reste pratiquement rien. Seule la salle capitulaire est encore en bon état de conservation, servant aujourd'hui de chapelle. Le long de cette salle, il reste quelques arcades du cloître. Les maisons adjacentes portent toutes des traces des bâtiments conventuels qui étaient sans doute de grande proportion.
    • En 1793 les sculptures extérieures et intérieures des portails sont décapitées et mutilées par Hubert Lerond, maçon qui travailla ensuite à la restauration de l'église.
    • Le 22 octobre 1819 nouvel incendie dû à la foudre qui s'est abattue sur la tour Saint-Michel.

    Redécouverte et restauration de l'église abbatiale de Vézelay

    • Le 9 août 1834Prosper Mérimée découvre l'église abbatiale de Vézelay en ruine et décrit la majesté du monument dans ses Notes de voyage dans le midi de la France.

    « il me reste à parler des dégradations épouvantables qu'a subies cette magnifique église. Les murs sont déjetés, pourris par l'humidité. On a peine à comprendre que la voûte toute crevassée subsiste encore. Lorsque je dessinais dans l'église, j'entendais à chaque instant des petites pierres se détacher et tomber autour de moi… enfin il n'est aucune partie de ce monument qui n'ait besoin de réparations… Si l'on tarde encore à donner des secours à la Madeleine, il faudra bientôt prendre le parti de l'abattre pour éviter des accidents »

    Article détaillé : Eugène Viollet-le-Duc.
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne
    VEZELAY en Bourgogne

    Les Remparts de Vezelay

    La muraille d'enceinte a été construite au tout début du xiie siècle. Elle épouse la forme de la colline. Les guerres de Cent Ans puis celles de religion ont eu raison du bel ensemble.

    • L'ancienne église Saint-Étienne
     

    Sise aux 2, 4, 6, rue Saint-Étienne, près de la porte du Barle présente la façade du bas-côté nord sur rue. Cette église de fondation ancienne date du début du xiie siècle. La paroisse de Saint-Étienne est supprimée par décret en 1791 ; à partir de 1794 l'église sert de marché aux grains, avant d'être vendue en 1797. Bien qu'ayant subi de nombreuses transformations (« elle est raccourcie d'une ou deuxtravées lors de la construction, au xviie siècle d'un clocher carré que surmontait une haute toiture qui fut démolie peu de temps après laRévolution française », les contreforts ont été arasés au nu du mur, de nouveaux percements ont été effectués, etc.), elle présente encore aujourd'hui encore un porche ouvert voûté en berceau plein-cintre typique de l'architecture romane.
    L'ancienne église Saint-Étienne est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1960.

    .

    L'ancienne église Saint-Pierre
    • L'ancienne église Saint-Pierre

    Le clocher de cette église subsiste a mi-parcours de la colline, place Borot. Fondée en 1152, son histoire est peu documentée : on sait que la voûte s'effondre le 26 février 1587 et que la grosse cloche (fondue en 1633 de l'horloge est placée dans la tour en 1688. En l'an II, l'église est détruite, à l'exception de la tour de l'horloge (conservée pour cause d'utilité publique). Le clocher semble dater du xviie siècle, il porte une inscription selon laquelle il a été restauré en 1859. L'emplacement de l'église Saint-Pierre est resté non bâti, il est marqué par un mur bahut, il s'appelle actuellement place Borot. À la fin du xixe siècle six tilleuls sont plantés autour de la place Borot. Il a été question pendant le xixe siècle d'y bâtir un marché couvert, cependant la place Borot sert de parking.
     

    • La chapelle de la Cordelle
     

    Située sur le flanc nord de la Colline (à gauche de la basilique lorsqu'on en regarde la façade), à mi-pente en direction du village d'Asquins, la chapelle Sainte-Croix dénommée aujourd'hui La Cordelle, a été construite dans l'année qui a suivi la prédication de la seconde croisade en 1146 par saint Bernard. Les premiers franciscains venus d'Italie, en 1217, y construisirent un couvent. « L'église désignée sous le nom de chapelle Saint-Fiacre, subsiste encore ; elle présente, en plan, une forme à peu près carrée de 7 mètres 50 de largeur. La voûte est en berceau ogival et s'appuie sur des murs décorés d'arcatures plein-cintre reposant sur des colonnes élégantes. Le profil des moulures est d'une très grande pureté et habileté d'exécution. Une petite chapelle absidale est murée ; sa voûte est défoncée... ». En 2011, 3 frères franciscains résident à la Cordelle.

    Institutions culturelles :

    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle
    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle
    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle
    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle
    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle
    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle
    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle

    Catalogue du Musée Zervos et ensuite La Chapelle de la Cordelle

    En apparence, rien ne prédisposait Christian Zervos à venir s’installer au hameau de La Goulotte à Vézelay, sinon pour fuir le Tout-Paris des années 30. Un ami de jeunesse, Jean Badovici, l’y aurait attiré avec sa future épouse Yvonne Marion, à l’occasion d’une pendaison de crémaillère. Son associée Eileen Gray, déjà partie dans le sud à Roquebrune ou à Castellar, ne serait pas intervenue dans la transformation du futur séjour des Zervos. Une de ses biographes, l’historienne d’art Caroline Constant, admet simplement une "assistance possible d'Eileen Gray". C’est cependant à Vézelay que la designer expérimenta ce qui fit d’elle une authentique architecte. 

    Dans une carte postale datée d’août 1937, Yvonne Zervos évoque les lieux qu’ils viennent d’acquérir: "Une chambre à feu et une chambre à four au rez-de-chaussée, une chambre et un cabinet au premier étage, un grenier dessus couvert de tuiles, une cave derrière ayant entrée par la grange". La description sommaire ne mentionne pas la pittoresque tour hors-oeuvre, qui n’eut jamais d’usage précis. Certifiée par aucun plan, la maison fut-elle achevée ultérieurement?

    Extérieurement asymétrique, La Goulotte atteste un réel souci de composition intérieure, digne de praticiens d’une architecture qu’aucun artisan ne pouvait maîtriser seul. Une double mezzanine libre de tout cloisonnement, une large baie en bandeau coulissant pour l’étage surélevé, quelques éléments intérieurs et la répartition de la lumière naturelle sont typiques de ce que Badovici et Gray avaient déjà conçu dans le bourg de Vézelay. 

    Certains agencements nous rappellent d’une manière troublante la facture d'Eileen Gray. L’escalier en vis de la tour, par exemple, et les étroites montées aux mezzanines font étrangement écho à ceux de l’E1027. Une pièce de rangement a même été conçue comme un véritable meuble, ajouré d’une percée vers l’extérieur. Par ailleurs, une habitation attenante, qui servit de maison de gardiennage, nous rappelle encore la distribution des espaces réduits prisés par Gray. Ce bâtiment, tout en longueur et coiffé d’une couverture à pente unique, crée un bel effet de volume en trompe-l’oeil avec le toit mitoyen.

     

    Agréable lieu de villégiature, hormis la période de guerre où les Zervos s’y réfugièrent, La Goulotte fut organisée pour l’accueil des amis de passage, mais aussi pensée pour le travail et le repos. Artistes, poètes, critiques d’art, architectes et mécènes s’y succédèrent. Léguée en 1970 par Christian Zerrvos à la ville de Vézelay, La Goulotte est aujourd’hui administrée par l’association "Fondation Christian et Yvonne Zervos" qui entretient et fait vivre le lieu. Les visites de la maison sont organisées lors des Journées du Patrimoine.

     

    Une
    collection
    d'art
    moderne
    Musée ZERVOS - Collection d'art moderne - Conseil Général de l'Yonne
    Max ERNST (1891-1976) La Sauterelle, huile sur toile, 1934 (détail).
    Acquisition du musée Zervos avec le Fonds du Patrimoine
    et le Fram de Bourgogne. © ADAGP, Paris 2013.
     Calder
    Ernst
    Giacometti
    Hélion
    Kandinsky
    Laurens
    Léger
    Miró
    Picasso...
      

    MUSÉE ZERVOS - MAISON ROMAIN-ROLLAND
    Rue Saint-Étienne - 89450 Vézelay
    Ouverture :
    - du 15 mars au 15 novembre : ouvert tous les jours sauf le mardi
    - du 1er juillet au 31 août : ouvert tous les jours
    Horaires :
    - de 10 h à 18 h (attention : dernières entrées à 17 h 20)

    Site officiel du musée ZERVOS à Vézelay - Conseil Général de l'Yonne - Maison Romain-Rolland - Expositions temporaires - Cahiers du Musée national d'art moderne - Musée de France - collection d'art moderne

     

     

     

    Vézelay dans la guerre de Cent Ans

    Le 27 juillet 1421, les troupes du duc de BourgognePhilippe Le Bon attendent l'armée de secours à Vézelay. Elles font leur jonction avec les contingents anglais du roi Henri V, commandées par son frère, le duc de Bedford, Jean de Lancastre. Les deux armées rassemblent 12,000 hommes et se réunissent pour contrer les forces du Dauphin Charles àLa Charité-sur-Loire7.

    L'abbé Hugues de Maison-Comte, conseiller de Charles V est reconnu pour son équité dans ses rapports avec les habitants de Vézelay, (1353-1383), et l'abbé Alexandre, conseiller de Philippe Le Bon pour son rôle diplomatique. Il exhorte les Vézeliens à quitter la ligue anglo-bourguignonne, et contribue au rapprochement entre Philippe le Bon etCharles VII et provoque la réunion du concile de Bâle en 1431. Il participe enfin à l'élaboration de la Pragmatique Sanction de Bourges en 1438.

    Louis XI ne tolère pas que les abbés soient liés au duc de Bourgogne, Charles le Téméraire. Afin de s'assurer d'une place forte il impose brutalement un de ses courtisans Pierre de Balzac.

    En 1538, une bulle accorde ce que les moines demandent depuis longtemps : à savoir la sécularisation. L'abbaye devient une simple collégiale, un chapitre de chanoines remplace les moines bénédictins et surtout le domaine est mis entre les mains d'abbés commendatairesFrançois Ier essaie en vain d'obtenir que Vézelay devienne un évêché. La bulle de 1541 ne sera enregistrée par le Parlement de Paris qu'en 1653. Elle ne laisse au chapitre que des revenus insuffisants et favorise les abbés commendataires.

    Vézelay dans les guerres de religion

    Lors des guerres de religion elle passe au gré de ses abbés, de place forte des Réformés à citadelle de la Ligue. L'influence de Théodore de Bèze, l'abbaye en pleine décadence, font de Vézelay une des premières villes de la région acquise au protestantisme. En mars 1569, la ville est prise par les troupes protestantes des capitaines Sarrasin et Blosset soucieuses de gagner une belle position militaire.

    La ville est bientôt assiégée par les armées de Charles IX commandées par Louis Prévost de Sansac. La cavalerie est lancée sur Vézelay le 6 octobre, mais les capitaines retranchés dans la ville se défendent très bien en attaquant à leur tour. Les bombardements depuis Asquins et Saint-Père ne donnent rien. Le siège se transforme en blocus pour affamer la ville. La ville ne se rend pas malgré huit mois de siège et de combats intenses, grâce à un ravitaillement de secours de troupes protestantes. Sansac lève le camp, laissant la ville invaincue, le 25 février 15708.

    Au traité de Saint-Germain (1570) Vézelay est l'une des deux villes du gouvernement de Champagne à autoriser les protestants à exercer librement leur culte.

    En 1594Edme de Rochefort, sieur de Pluvault, qui gouverne la ville au nom de la Ligue, livre la place à Henri IV et prend la tête des troupes royalistes pour prendre Avallon.

    Le long sommeil

    Son successeur Erard de Rochefort s'ingénie à réparer l'église de la Madeleine et ses dépendances, en particulier la chapelle basse : il fait des concessions équitables à la population. Mais les calamités s'abattent de nouveau sur la région avec la nomination de Louis Fouquet frère du surintendant : ce sont des procès interminables, l'abandon du privilège d'échapper à la juridiction de l'ordinaire et enfin les persécutions des protestants et ce bien avant la révocation de l'édit de NantesVauban dans sa Statistique de l'Élection de Vézelay nous montre à quel point de misère et de ruines le pays se trouve confronté.

    C'est sous l'abbé Jacques Berthier, prédicateur du roi que le château gaillard est détruit : l'abbé de Cours le trouve trop triste et lui préfère une construction plus au goût de l'époque (1752-1769). À la veille de la Révolution, Vézelay a perdu ses privilèges municipaux, voit sa population diminuer et n'est plus qu'un petit bourg.

    Le 6 septembre 1790, les membres du Directoire d'Avallon, agissant en vertu des lois votées par l'Assemblée Constituante, et en exécution des arrêtés spéciaux du Directoire du département, signifièrent aux chanoines que désormais la Madeleine avait cessé d'exister".

    Viollet-le-Duc et la réinvention de Vézelay

    En août 1834Prosper Mérimée découvre en Bourgogne l'église abbatiale de Vézelay. Immédiatement il alerte le ministre de l'Intérieur sur l'état du monument : "il me reste à parler des dégradations épouvantables qu'a subies cette magnifique église. Les murs sont déjetés, pourris par l'humidité. On a peine à comprendre que la voûte toute crevassée subsiste encore. Lorsque je dessinais dans l'église, j'entendais à chaque instant des petites pierres se détacher et tomber autour de moi… enfin il n'est aucune partie de ce monument qui n'ait besoin de réparations… Si l'on tarde encore à donner des secours à la Madeleine, il faudra bientôt prendre le parti de l'abattre pour éviter des accidents"9.

    De 1840 à 1859, la très longue campagne de restauration de l'église abbatiale de Vézelay est dirigée par l'architecte Eugène Viollet-le-Duc, assisté par ses inspecteurs des travaux, François Nicolas Comynet puis d'Émile Amé.

    Le renouveau de Vézelay et le mouvement de reconquête catholique

    Les autorités ecclésiastiques et administratives locales décident de relancer le pèlerinage de la Sainte-Madeleine.

    • Le 22 juillet 1876, la fête de la Sainte Madeleine est rétablie et Mgr Bernadou, archevêque de Sens, restitue à Vézelay la relique donnée en 1267 au Chapitre cathédrale de Sens par le pape Martin IV et le pèlerinage est rétabli. L'activité de l'abbé Barret, prêtre militant d'une reconquête catholique se heurte aux républicains, qui ne se privent pas de troubler les processions et même de dérober les nouvelles reliques en 1898.
    • En 1919Mgr Chesnelong, archevêque de Sens, nomme le chanoine Marie-Augustin Despiney comme curé doyen et qui va lancer une véritable politique culturelle pour faire connaitre Vézelay pendant 25 ans.
    • En 1920, l'ancienne église abbatiale, paroissiale depuis la Révolution, reçoit le titre de basilique du Vatican, pour signaler son importance historique pour la chrétienté.

    Le sauvetage d'enfants juifs 1942-1944

    l'école des sœurs de Sainte-Madeleine, aujourd'hui le Centre Sainte-Madeleine, fut l'abri d'une quinzaine d'élèves réfugiées juives entre 1942 et 1944. Elles furent accueillies par la directrice, sœur Léocadie, Marie Arnol (1880-1952), élevée au rang des Justes parmi les Nations par l'état d'Israël en 2006.

    Trust 

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by Christian VANCAU - dans BOURGOGNE
    commenter cet article

    commentaires