Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • https://t.co/WMu5oWiAYn
    https://t.co/WMu5oWiAYn Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e...
    J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture rouge avec photos Christian... https://t.co/uQZQbyZhvQ Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture...
  • https://t.co/vFbC5e52lE
    https://t.co/vFbC5e52lE Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/n3fOdLsXMm
    https://t.co/n3fOdLsXMm Christian Vancau (@VancauChristian) September 22, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 06:10

Dimanche 1er juin

Jean-Pierre Collignon et Liliane Guisset, ici pour le WE. Hélas il pleut et on se réfugie dans l'atelier. Lily joue merveilleusement du piano, Chopin, Schubert, Brahms. Ensuite on écoute Alain Volondat dans les 4 Balades, opus 10 de Brahms, puis Monteverdi, Bach par Rostropovitch et je fais découvrir à Lily, le Requiem de LIGETI

 

Enelle s'en va et je reconduis nos invités à la gare de Libramont au train de 19h17

 

Magnifique journée

 

Aux législatives, victoire de la gauche en France

 

Samedi 7 juin

Enelle ici. Elle m'apporte du Houblon à repiquer

 

J'offre une chaîne radio à Enelle qui n'en a pas. Ben oui c'est son anniversaire "Mais Christian, tu es fou, tu es fou..!!!" Je lui en montre le fonctionnement

 

On boit le Château Margot 1989, offert à Enelle par Eddy Devolder

 

Le soir on regarde Rezvani sur Arte

Serge Rezvani, né le 23 mars 1928 à Téhéran, est un peintre, un écrivain (romans, pièces de théâtre), ainsi qu'un auteur-compositeur-interprète de chansons (il se qualifie de pluri-indisciplinaire).

Il a écrit plus de 40 romans, 15 pièces de théâtre et deux recueils de poésie. Il est l'auteur de plus de 150 chansons, dont la célèbre Le Tourbillon (de la vie), interprétée par Jeanne Moreau dans le film Jules et Jim, ainsi que de J'ai la mémoire qui flanche, également interprétée par Jeanne Moreau (il signa ces chansons sous le pseudonyme de Cyrus Bassiak).

 

Coupure d'électricité. Orages

 

Dimanche 8 juin

On visionne SAN CLEMENTE. L'ile aux fous de la lagune de Venise. Un documentaire exceprtionnel de Raymond Depardon. Quelques morceaux oraux de ce film en italien. Des phrases récurrentes et obsessionnelles prononcées par les internés, les quelques uns qui parlent

"I Fossi di Macale aï Cine corso

Ferrari agrari Maria Jose a Rovigo

L'occhio que me guarda

La Machina fotografica

Ma Venezia, quale confusione ieri

Sono attinto d'Epilepsie de la Marquise"

 

Enelle repart en fin d'après-midi. Doit aller chercher sa fille à la gare de Tamines. Enelle a trois grands enfants qui ont chacun une chaine-radio dans leur chambre. Ils n'ont jamais imaginé se cotiser pour en offrir une à leur mère

 

Lundi 9 juin

Je reçois une très belle lettre de Jean-Pierre Collignon; La jonction avec Lily a été totale. Ses mots en partant "Pendant quelques heures, j'ai eu l'impression d'être au paradis"

 

A propos des élections françaises de 1997 et de la victoire de la gauche, je lui répondrai :"N'est-ce pas plutôt la mise au tapis de la droite qui nous a fait plaisir. Comment croire en effet à une nouvelle gauche non caviardisée. Et pourtant moi aussi j'étais content d'apprendre la nouvelle, et, plus tard, de voir toutes ces femmes entrer dans des postes-clés du nouveau gouvernement. La vraie nouveauté est peut-être là. Femmes ne trahissez pas les hommes qui croient en vous"

 

Une lettre d'Arte que le film de Jean-Paul Leon repassera le 20 juin (voir ci-dessous). Voir aussi un article de Presse sur cette video étonnante "UN MARCHAND, DES ARTISTES et des COLLECTIONNEURS"

 

Max Gallo mesure deux mètres

 

Mardi 10 juin

Un Thema sur Walter BENJAMIN

Walter Benjamin naît à Berlin-Charlottenburg de parents juifs, Émile Benjamin (1856-1929) et Pauline (née Schoenflies). Sa cousine, par le côté maternel, est la poétesse Gertrud Kolmar. Son père était banquier, puis antiquaire et marchand d'art. Il passe son enfance dans cette ville et la relate plus tard dans Enfance berlinoise au XIXe siècle. Pour des raisons de santé, il effectue de 1904 à 1907 un séjour à la campagne. De 1905 à 1907, il fréquente la Hermann-Lietz-Schule à Haubinda, en Thuringe, où il subit l'influence de Gustav Wyneken, inspirateur du mouvement républicain « Freie Studentenschaft ». Celui-ci l'incite à s'engager dans les Jugendbewegungen. (= mouvements de jeunesse) Après le baccalauréat, en 1912, Walter Benjamin commença des études de philosophie, de germanistique ainsi que d'histoire de l'art à l'université de Fribourg-en-Brisgau.

 

« Penseur privé », il n'a pas exercé dans le cadre de l'université, même s'il a toutefois essayé sans succès d'intégrer celle-ci pour des raisons financières. Il n'a quasiment rien publié de son vivant, ses revenus consistant essentiellement en une rente paternelle. Il a été proche de Theodor Adorno ainsi que de Gershom Scholem avec qui il entretient une longue correspondance.

 

En 1910, il écrit des essais dans Der Anfang, la publication de ce mouvement, sous le pseudonyme « Ardor ». En 1912, il voyage en Italie. En 1914, il devient président des « Freien Studentenschaften » puis, en raison de désaccords, se retire des activités du groupe, y compris de la revue Der Anfang. Le suicide d'un couple d'amis le marque profondément. Il se fiance et commence la traduction des Tableaux parisiens de Charles Baudelaire. En 1915, Gustav Wyneken publie un texte encourageant la jeunesse allemande à servir sa patrie. Walter Benjamin lui écrit pour lui signifier son désaccord et rompt définitivement avec lui. Il rencontre Werner Kraft. En 1916 il rompt ses fiançailles pour vivre avec Dora Pollack (née Kellner), épouse de Max Pollack, qu'elle quitte.

 

En 1917, il reçoit un ordre de mobilisation, mais parvient à se procurer un certificat médical qui retarde son incorporation. Il se marie avec Dora Pollack, et passe quelque temps avec elle en sanatorium à Dachau, puis en Suisse. Il est inscrit à l'université de Berne. Il commence une thèse sur la critique d'art à l'époque romantique. En 1918, il a un fils, Stephan. Il achève la rédaction de sa thèse, soutenue à l'université de Berne. Il poursuit alors ses traductions de Baudelaire.

 

En 1919, il rencontre Ernst Bloch. En 1920 il déménage pour des raisons financières à Berlin avec sa femme et son fils. En 1921, il se sépare de son épouse, et vit à Heidelberg et Berlin. En 1922, à Heidelberg, il s'efforce d'obtenir une habilitation lui permettant d'enseigner à l'université. En 1923, il échoue de nouveau dans sa tentative d'être habilité à l'université, et rencontre Adorno. Son père a de gros problèmes financiers qui compromettent l'aide qu'il lui fournit.

Walter Benjamin suit de près la politique allemande ; il note à cet égard que « l’orientation de l’Action française lui semble finalement la seule qui permette sans s’abêtir, de scruter les détails de la politique allemande. »

 

En 1924, il effectue en même temps qu'Ernst Bloch un séjour à Capri. Il fait la connaissance de Asja Lascis, communiste lettone qui l'initie au marxisme. En 1925, il renonce à son habilitation.

 

En 1926, il séjourne en France, à Paris et dans le Var, ainsi qu'à Monaco. Il traduit Proust. À la mort de son père, il fait un passage à Berlin, revient en France, puis part pour Moscou. En 1927, il revient à Paris et termine la traduction d'À l'ombre des jeunes filles en fleurs.

 
Plaque commémorative au 10 rue Dombasle, Paris 15e, où Walter Benjamin vécut de 1938 à 1940.

En 1933, il émigre à Paris, et essaie de quitter l'Europe pour les États-Unis en 1940.

Mort tragique

 
La tombe de Walter Benjamin à Portbou.

En juin 1940, il est enfermé au camp de Vernuche près de Nevers, puis libéré grâce à ses amis intellectuels. Un jour avant l'entrée de l'armée allemande dans Paris, Benjamin quitte la capitale et se rend à Lourdes. De là, il part à Marseille et finalement arrive à Port-Vendres le 25 septembre 1940 avec l'intention de fuir en Espagne.

 

Arrivé dans la petite commune des Pyrénées-Orientales, il se fait connaître auprès de Hans et Lisa Fittko, deux antinazis allemands qui peuvent lui faire franchir la frontière clandestinement. Malgré son âge (Walter Benjamin a quarante-huit ans) et ses problèmes de santé, le philosophe et deux autres candidats à l'exil, Henny Gurland et son fils José, conduits par Lisa, parviennent au bout d'une dizaine d'heures à Portbou. Il y écrit sa toute dernière lettre en français le 25 septembre 1940 : « Dans une situation sans issue, je n'ai d'autre choix que d'en finir. C'est dans un petit village dans les Pyrénées où personne ne me connaît que ma vie va s'achever ». Le 26 septembre 1940, Walter Benjamin se suicide en absorbant une dose mortelle de morphine.

 

D'après Lisa Fittko, les autorités espagnoles ont avisé les trois fuyards qu'une nouvelle directive du gouvernement espagnol préconisait la reconduite des réfugiés en France. Benjamin n'aurait pas supporté la nouvelle — en fait la nouvelle réglementation ne sera jamais appliquée… et était sans doute déjà annulée quand il se donna la mort.

 

Les papiers contenus dans la serviette en cuir de Benjamin qui contenait, disait-il, un manuscrit « plus important que sa vie », n'ont pas été retrouvés même s'ils ont été répertoriés comme liasse de manuscrit dans la main courante de la police de Port Bou. Le philosophe a aussi écrit une lettre d'adieu à Theodor W. Adorno, dictée à sa compagne de fuite Henny Gurland.

 

Bien que sa dépouille n'ait jamais été retrouvée, un monument funéraire lui est dédié au cimetière de Port Bou. Une œuvre commémorative du sculpteur israélien Dani Karavan intitulée Passages a été érigée en hommage au philosophe dans le petit port catalan. Sa mort est évoquée dans l'opéra Shadowtime (musique de Brian Ferneyhough, livret de Charles Bernstein).

D'autres hypothèses ont été émises au sujet de sa mort :

  • « Qui a tué Walter Benjamin... », film documentaire de David Mauas sur les circonstances de l'évènement à Port Bou, présente une réflexion sur l’histoire et son discours. Ainsi, le film propose une construction « benjaminienne » autour de la propre mort de l’écrivain tout en énonçant dans sa narration les problèmes dérivés du discours historique et de sa construction. Si le film met en cause la théorie du suicide et la documentation existante, il reflète également une situation de frontière en donnant la parole aux « anonymes » de l’histoire, s’inspirant de la maxime connue de Benjamin.
  • Selon Stephen Schwartz, il aurait été assassiné par des agents du NKVD, le service secret de l'URSS.

 

 

Jeudi 12 juin

"Didier n'aime personne et même pas lui-même" C'est ce qu'a dit un de ses collègues et il assume complètement. Il n'aime pas les humains...personne.La seule chose qui le relie encore à eux c'est une espèce de pitié... Alors je lui demande ce que je fous là (sans parler de sa femme). Il me dit "Il y a des exceptions" Je lui rappelle que c'est lui qui a déclenché une relation entre nous et que je ne crois pas à ce qu'il me dit là. Didier a 33 ans

 

Vendredi 13 juin

Je suis chez Gaillet en fin de journée. Je lui dis que j'en ai fini avec le monde de l'art

 

Sa tumeur principale a totalement disparu. Mais il doit arroser ses muqueuses sans arrêt

 

Eléonore m'a offert une magnifique bouteille bleue

 

Samedi 14

Un reportage de Mireille Dumas sur Guy Bedos

Scène de la dispute dans un café corse, après son spectacle. Il a 63 ans. Pourquoi n'arrête t'il pas.?? Sa famille lui manque. Il est drogué par la scène. En 2016, il n'a toujours pas arrêté

 

 

 

 

En 4 une page de mon journal avec les notes que je prends en regardant l'enregistrement de l'émission
En 4 une page de mon journal avec les notes que je prends en regardant l'enregistrement de l'émission
En 4 une page de mon journal avec les notes que je prends en regardant l'enregistrement de l'émission
En 4 une page de mon journal avec les notes que je prends en regardant l'enregistrement de l'émission
En 4 une page de mon journal avec les notes que je prends en regardant l'enregistrement de l'émission

En 4 une page de mon journal avec les notes que je prends en regardant l'enregistrement de l'émission

Dimanche 15 juin

Je vais à Pontaury. C'est totalement improvisé, par téléphone. J'y suis à 11h20. Mart l'Esthonien a taillé la vigne-vierge. Il retourne en vacances en Esthonie en juillet. Une petite maison sur une île de la Baltique

 

Le potager d'Enelle (c'est moi qui le lui ai retourné et initié avec des semis divers) est magnifique (voir photos ci-dessous)

 

Lundi 16 juin

 

Lettre d'Arte. La diffusion est annulée pour cause de décès d'un de leurs directeurs (Harris)(voir ci-dessous)

 

Je trouve dans ma boite à lettres une peinture encadrée de Jean-Pierre Devresse. Merveilleuse surprise ! Lui et Catherine sont passés ici vers 17h00. Elle est en congé de maladie et ne veut plus travailler à la Poste

 

Un article sur la situation à Mostar en Bosnie. J'ai tant aimé Mostar en 1969....

 

Mardi 17 juin

Nous avions invité les Noiset et les Anciaux à passer un moment de la nuit de la Saint-Jean, vendredi prochain mais devant leurs réticences (ils n'aiment pas les "trucs" préparés d'avance, c'est bourgeois, allez ça commence. On me fait comprendre que nous sommes de milieux sociaux différents. Je n'y avais pas pensé. (C'est l'éternelle histoire d'ENVIE) et vu une mauvaise météo annoncée, j'annule tout. Didier estomaqué me téléphone; Je lui dis ce que je pense et la genèse de ma décision

 

Et l'après-midi je passe chez Murielle, pour filmer ses extra-terrestres en cage, dans un clapier à lapins, avec un fond sonore

 

Murielle m'offre une cassette d'Arvo Part, ainsi qu'une planche avec des photos de B.B (voir ci-dessous)

 

Mercredi 18 juin

Un reportage sur Anthony Burgess

Anthony Burgess, de son nom complet John Anthony Burgess Wilson, est un écrivain, musicien et linguiste britannique, né le 25 février 1917 à Manchester (Angleterre), mort le 25 novembre 1993 d'un cancer du poumon. Son nom de plume, Burgess, était celui de sa mère.

Biographie

Il étudie la linguistique et la littérature. De 1940 à 1946, il sert dans l'armée britannique.

 

Il a été enseignant en Angleterre mais aussi en Malaisie, mais il a d'abord été compositeur : il a écrit 2 symphonies, des sonates, et des concertos. Il ne se tourne que plus tard vers l'écriture. En 1956, il écrit une trilogie satirique sur le colonialisme, inspirée par sa vie en Malaisie. En 1959, les médecins croient qu'il a une tumeur au cerveau, ce qui le fait travailler plus. En une année, il publie 5 romans, et écrira très souvent à partir de cette époque. Il écrit énormément de critiques littéraires, des essais sur Shakespeare et Joyce, des articles de journaux, une vingtaine de romans souvent cruels et caustiques. Il mourut en 1993.

 

Il a également créé l'Ulam, langage préhistorique fictif, pour le film La Guerre du feu (1981).

 

Anthony Burgess restera surtout connu comme l'auteur de L'Orange mécanique (1962), inquiétant et prémonitoire roman d'anticipation sur la violence de la jeunesse dans une société future corrompue et cynique, porté à l'écran en 1971 par Stanley Kubrick

Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins
Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins

Extra-terrestres de Murielle, dans un clapier à lapins

Samedi 21 juin   L'été

Enelle est ici depuis hier. Ratée notre soirée de la St Jean au bord de l'étang; Il fait dégueulasse

 

 

Dimanche 22 juin

Je termine "La Nuit transfigurée" de Serge Rezvani. La mère de Rezvani est une russe juive. Son père est iranien. Il est né en 1928

 

Celui qui tient un journal est un DIARISTE

 

Un reportage sur John COLTRANE que j'aime. Engagé dans l'Orchestre de Dizzy Gillespie à 23 ans, puis engagé par Miles Davis. Crée son propre orchestre en 1960. Perpétuellement insatisfait

Cancer. Meurt à 40 ans en 1967. Venait de composer "Peace and Earth"

 

Lundi 23 juin 1997

Un rapport de l'ONU dit qu'il sufirait de 459 milliards de francs français pour éliminer la pauvreté du monde entier. Or le seul programme du futur avion de guerre "Rafale", coûte 257 milliards de FF

 

Encore une lettre d'Arte me confirmant l'annulation du film de Leon

 

Mardi 24 juin

A gauche de la porte d'entrée de mon garage un buisson jaune de Lysimaques, appelées aussi Herbes aux Ecus

 

Mercredi 25 juin

Une lettre de ma mère qui ressemble à toutes les précédentes. Une justification obsessionnelle et une foule de dates, de chiffres et de maladies en tous genres

 

J'apprends qu'elle a eu son premier malaise de moi, étant enceinte, sur le Mont Pincio, au-dessus de Rome, en voyage de Noces. Elle se serait fiancée le 5 janvier 1937, et je suis né le 1er novembre de la même année. Elle n'envoie deux photos. Au verso de celle où je suis dans ses bras "Pauvre petit-si mal aimé-si mal accueilli et la tête des parents. On voit bien qu'ils ont envie de le jeter par la fenêtre..." No comment

 

Voir les deux photos ci-dessous

 

Un "Siècle d'Ecrivains" sur Elsa Morante, la femme d'Alberto Moravia. Née en 1926. Juive tout comme Moravia. Meurt à Rome le 25 novembre 1985. Aracoeli, dernier roman

 

Jeudi 26 juin

Je me constitue une bibliothèque delfiches sur le jardinage. J'ai déjà reçu 288 fiches et je dois encore en recevoir 804 (voir ci-dessous)

 

J'attends Alain Schmitz m'ayant annoncé son passage à 11h30, pour venir chercher la peinture de Maurice Pirenne, et ceci en dernière minute, alors que je lui avais dit de me prévenir 48 heures à l'avance. J'accepte néanmoins. Il est 12 heures, personne. Je m'en vais en laissant un mot "Je ne suis pas pendu à un clou". Je me souviens de sa phrase "J'ai "Ouï dire" que tu avais un Pirenne" Moi je réponds "Toi qui vis du visuel, ton gagne-pain, tu es là pour voir et non pour ouire dire"

 

Patrice Gaillet a enfin retrouvé mon câble, oublié chez lui, il y a deux semaines; Trop  tard j'ai dû en racheter un

 

Toujours pas de nouvelles pour la réparation du piano

 

Vendredi 27 juin

Je reçois l'invitation pour l'expo de Pirenne. Seulement voilà, une de ses plus belles oeuvres est toujours chez moi (voir ci-dessous). Maurice Pirenne, mon grand'Oncle a écrit "La peinture compte plus que le peintre, qu'on n'a nulle raison de faire connaître, contrairement à ce qui se passe de nos jours"

 

Invitation à l'expo Ransonnet, Porte de Trêves à Bastogne Et aussi Dominique Marx. Moi j'ai disparu de tout ce bruit vain (voir ci-dessous)

 

Je travaille encore des autodafés (voir ci-dessous)

 

Dans Serge Rezvani à propos des têtards :

"Si vous introduisez dans une mare où se trouve déjà un groupe de têtards, un échantillon de têtards parvenus à un stade de développement plus aisé, immédiatement les têtards du premier groupe seront frappés d'un manque d'appétit aussi étrange que mortel. La même chose se produira si vous vous contentez de verser dans la mare où nagent les petits têtards, de l'eau dans laquelle quelques têtards plus avancés en âge, auraient séjourné. Il s'agit là d'une sécrétion permettant à la nature de pratiquer une sévère sélection par droit d'aînesse. La sécrétion de cette substance inhibitrice, sa dilution dans l'eau et la sensibilité des têtards sont réglées, les unes par rapport aux autres, avec une telle exactitude que les grenouilles ne peuvent dépasser le quota permis par la superficie de la mare. Quelle est cette substance inhibitrice?. Comment le têtard dont le comportement n'est dicté que par l'inné, sait-il que la mare fait tant sur tant et que le quota octroyé par la nature ne doit pas dépasser tant de grenouilles au mètre cube d'eau??? On peut parler dans ce cas de prévoyance physiologique, une forme de prévoyance innée quant à la population future de la mare. En effet cet organisme intermédiaire, sévèrement coupé de tout exemple et ne se sachant pas grenouille en devenir, prévoit cependant, pour ce qu'il ne peut s'imaginer devoir être"

 

Samedi 28 juin

Les Anciaux ici l'après-midi. On parle de Rezvani. Didier est enthousiaste. Il m'a amené Pierre Michon "Vies minuscules" et Louis Calaferte "Choses dites"

 

Après les avoir reconduits, je vais à l'anniversaire d'Anne Bourdon (une amie de Valérie) à Arville. J'arrive à 22h15. Plus tard avec Stephane Poncin on s'échappe un moment pour aller au barbecue de Jacky Felix en pleine forêt, du côté de Vesqueville. On y est vers 1h15 avec dans la voiture de Stef, la musique de Creedence Clearwater Revival. J'adore. On repart sur Arville car il n'y a plus personne. Je rentre à 2h30. Valérie part à la Costa Brava, vendredi prochain

Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal

 Mercredi 2 juillet

Je reçois enfin le cable de mon camescope oublié chez Patrice Gaillet et qu'il vient de retrouver après de longues recherches. Sur la petite boite en carton, ce message :

" A CHRISTIAN VANCAU. Encore une disparition inexpliquée; Le célèbre vidéaste Vancau a disparu sans laisser de traces

On est sans nouvelles de l'expédition Vancau partie à la recherche du renard mordoré, cette espèce mythique qui hanterait les jungles de Nagadougou

Méfie-toi Vancau lui disait une petite voix intérieure, celle qui essayait de le détourner à temps d'une nouvelle aventure pleine de tourments mais comme à chaque fois son caractère aventureux et déraisonnable, prit le dessus lentement et avec un petit pincement d'angoisse, il souleva le couvercle. C'était un raccord video de l'espèce la plus rare, de ceux qu l'explorateur courageux, ne trouve qu'après des mois de recherches incessantes au milieu des pires dangers. Celle-ci, un specimen magnifique (un grand mâle solitaire) fut trouvé loin sous une armoire en compagnie d'une meute de loups gris et floconneux. Quel était le courageux inconnu qui l'avait capturé et le lui envoyait à présent?. Ce nouveau mystère excitait l'imagination de Vancau. En un instant la décision fut prise. Revêtant sa tenue d'explorateur...."

 

 

Je lis Pierre Michon "J'aurais voulu toucher une femme et qu'elle me regardât, voir des fleurs blanches dans les champs d'été, être la pourpre et les verts dorés d'un tableau vénitien"

 

Enelle arrive le soir, décidée à repeindre dans mon bureau

 

Jeudi 3 juillet

Ca y est Enelle repeint. Voir les photos ci-dessous. Dans la pièce, ancienne chambre d'amis et qui deviendra mon bureau. C'est un évènement important. En effet, Enelle n'est jamais arrivée à installer un atelier chez elle et n'y arrive toujours pas; Alors en attendant...

 

Vendredi 4 juillet

Enelle continue à peindre le matin et l'après-midi nous allons au Tombeau du Géant à Botassart. Il y a un parcours d'artiste. Une oeuvre resort, celle des fleurs artificielles, piquées dans un champ. Aussi une oeuvre aux masques d'un type de Fosse-la-Ville. Une drache terrible s'abat sur nous

 

En rentrant, une odeur de thérébentine

 

Samedi 5 juillet

 

Troisième jour de peinture

 

Le soir Enelle me raconte une histoire de son enfance. Faut savoir qu'à Fleurus, ses parents tenaient un magasin de chaussures en face du Cinema Cursal. Son père était commandant à l'armée.

 

Et voilà qu'un jour on joue Psychose d'Hitchcock. Enelle est dans le magasin après la fermeture et regarde les grilles du cinema" qui sont fermées pour que les gens, pris de panique par le film, ne puissent pas s'enfuir dans la rue et avoir des problèmes", me dit-elle. Là, je cale???" Oui, oui  continue t'elle, d'ailleurs ce soir-là, mes parents et moi étions assis derrière les vitrines et nous avons vu qu'on fermait les grilles après le début de la séance". Je lui demande alors si elle ne croit pas qu'on avait fermé les grilles au début de la projection, pour empêcher les retardataires d'entrer et de briser le suspens? Ah??? Je continue mon enquête: "Pendant la séance, avez-vous vu des gens plaqués aux grilles, hurlant de terreur et essayant de s'échapper?" "Non ! " me dit-elle.... Je continue mon interrogatoire "Mais pourquoi tes parents et toi étiez-vous assis derrière la vitrine, dans votre magasin fermé, en train de regarder la sortie grillagée, au lieu d'être dans la salle de cinéma en train de regarder le film?"

"Ah me répond-elle, parce que mes parents n'allaient jamais au cinema."..

Vision apocalyptique  que celle du Commandant L., son épouse et sa fille, droits sur leur siège, le cou tendu, fixant les grilles fermées du cinéma Cursal à Fleurus

On peut se demander de quel côté de la rue, se trouvait la Psychose?

 

Lundi 7 juillet

Je lis "Choses dites" de Louis Calaferte

 

"La volonté de me dénigrer m'est inconnue. Je laisse ce soin à mes amis"

 

Définition du succès "Teigne qui atteint certaines oeuvres mineures"

 

VIVRE

IVRE

A MOURIR

 

"Mourir est une nécessité acceptable. Ce qui ne l'est pas c'est vivre comme un mort"

 

Mardi 8 juillet

Un Thema sur Mario Vargas Llosa, le Péruvien

 

Jeudi 10 juillet

J'en suis à ma 20.000 page depuis 1975. Car j'ai écrit 970 pages dans divers cahiers entre 1975 et 1980, auxquelles s 'ajoutent les 19.030 pages ecrites dans mes cahiers rouge et noir depuis 1980

Je visionne cette magnifique série de documentaires "Des Trains pas comme les autres", réalisée par Bernard d'Abrigeon

 

 

Vendredi 11 juillet

La famille Brocart ici le soir. Jean-Louis, Christine, Florent et Mathilde. Manque Adrien. C'est la première visite de Christine. Tour des lieux. On soupe ensemble avec Enelle (qui est en vacances scolaires). Jean-Louis Brocart me parle de son père français, pilote, ancien de la guerre d'Indochine, pensionné à 33 ans, vu le nombre incalculable de ses "missions". Jean-Louis est né à St Didier, pilotant avec son père dès l'âge de 8 ans. Un frère et une soeur pilotes. Projette de faire construire une maison en bois à Hatrival. Jean-Louis est principalement photographe et aussi basketteur

 

Dimanche 13 juillet

Enelle est passionnée d'Espagne, enfin surtout sa soeur qui y possède une maison et parle couramment l'espagnol. Je marque mon septicisme à propos d' un pays fasciste, dirigé par Franco et ses opposants qu'il torture sous les yeux indifférents des colons-touristes belges et autres et aussi sur un pays,qui est celui  des Corridas

Il y a comme un froid

 

Lundi 14 juillet

Anniversaire de ma fille

 

Enelle va repartir vers sa vie dans laquelle il me semble plus que jamais, que je n'ai aucune place fondamentale

 

Orages et pluies l'apès-midi

 

Mardi 15 juillet

On a retrouvé au camping de Ramatuelle, Remy Lescrenier de Wanze, qui, à Bas-Oha la semaine dernière a assassiné à cpups de revolver son amie, suite à leur rupture, ainsi que ses deux soeurs et la mère de celles-ci. Il a achevé son amie à l'arbalète, en dernier, quatre assassinats calmes et méthodiques. La veille il avait retiré 10.000 euros à sa banque

 

Départ d'Enelle. Le séjour a été bon mais rien n' avancé dans sa vie

 

Vendredi 18 juillet

Lettre d'Arte. Le film de Leon a été censuré par le tribunal de Strasbourg suite à une plainte des collectionneurs (voir ci-dessous). J'écris pour avoir l'adresse de Jean-Paul Leon

 

Samedi 19 juillet

J'écris Marie-Eau dont je n'ai plus de nouvelles depuis février, hormis les deux photos qu"elle m'a envoyées

 

J'écris aussi aux Michon à Avignon. Ma déception de Bobin. "Je n'ai pas quitté des arrivistes de la Peinture pour retomber sur des arrivistes de la Littérature"

 

Il faudrait construire un grand chenil pour les toutous artistes. "Si tu es bien sage, tu auras ton nonossse"

 

Je dis merci au Centre d'Art Comptant pour Rien et à la Communauté s'en crève (française)

 

Au tour de France c'est l'étape de l"Alpe d'Huez

 

Je vais chez les Anciaux l'après-midi. Je leur apporte de Gaston Leroux, la double vie de Théophraste Longuet, le Chevalier d'Italo Calvino, Paulina 1880 de Jouve et Le fils de la Servante de Strindberg

 

Le collage d'Anne Anciaux sur Michel Simon. Magnifique !

 

A nouveau silence total de ma fille que je ne parviens pas à joindre au téléphone

 

Dimanche 20 juillet

Un coup de fil de Patrice Gaillet. Digère mal sa nourriture par Baxter. Parfois son coeur bat à 160. Son toubib ignore ce que c'est. Mais ses fractures se calcifient bien. Dans deux semaines il abandonne les béquilles

 

Eléonore a eu le 3e prix au concours des mons de 35 ans,du CACLB-250 euros

 

Les Haricots commencent à fleurir

 

Lundi 21 juillet

Je visionne Ella MAILLART, amie d'Alain Gerbaut et navigatrice. Très vite a quitté les villes par besoin d'authenticité. Attirée par l'Asie Centrale. Va au Turkestan soviétique.Part à Pékin en 1934"Fuir notre civilisation qui devient de plus en plus épouvantable"

Ella Maillart (20 février 1903 à Genève - 27 mars 1997 à ChandolinSuisse) est une voyageuse, écrivaine et photographe suisse.

Ella Maillart est la fille de Paul Maillart, un fourreur genevois libéral, et de Dagmar Klim, une danoise sportive, née Dagmar Klim. Sa famille s'installe au Creux de Genthod au bord du lac Léman en 1913. Attirée dès son jeune âge par le sport et le dépassement de soi-même, Ella Maillart y rencontre Hermine de Saussure (surnommée « Miette »), fille d'un officier de marine et arrière-arrière-petite-fille de Horace-Bénédict de Saussure, considéré comme le fondateur de l’alpinisme, avec qui elle pratique la voile et le ski. Elle fonde à 16 ans le premier club féminin de hockey sur terre en Suisse romande, le « Champel Hockey Club ». À 20 ans, elle fait avec Hermine la traversée de Cannes à la Corse et fait la connaissance d'Alain Gerbault qui est en train de préparer son Firecrest pour sa fameuse traversée en solitaire de l'Océan Atlantique. Elle barre unmonotype national pour la Suisse aux régates olympiques de 1924, seule femme et la plus jeune de la compétition. Elle participe en 1925 à une croisière en Méditerranée de Marseille à Athènes avec quatre autres jeunes filles dont Miette de Saussure et Marthe Oulié. Un concours de circonstances et le mariage de son amie Miette avec l'archéologue français Henri Seyrig (mariage dont sera issue la future actrice Delphine Seyrig l'oblige à abandonner son rêve de vivre en mer. Membre de l'équipe suisse de ski, elle défend, de 1931 à 1934, les couleurs de la Suisse aux quatre premiers championnats du Monde de ski alpin mais attirée par le cinéma russe, elle part pour Moscoufaire un reportage dont elle tire son premier livre : Parmi la jeunesse russe

Biographie

À la découverte de l'Asie

Après un premier séjour à Moscou et la traversée du Caucase en 1930, elle parcourt l'Asie centrale soviétique en 1932. En 1934, le Petit Parisien l'envoie au Mandchoukuo, État créé par les Japonais en Chine en 1932. Elle y rencontre Peter Fleming, grand reporter pour The Times et agent du MI6 et se lance avec lui, en février 1935, dans un voyage de six mille kilomètres, de Pékin jusqu'à Srinagar, qui va durer sept mois et dont le récit sera retracé à la fois par Peter Fleming dans son livre Courrier de Tartarie et par Ella Maillart sous le titre Oasis interdites. En 1937, elle traverse l'Inde, l'Afghanistan, l'Iran et la Turquie pour faire des reportages, puis en 1939, elle part dans une Ford, de Genève à Kaboul, avec Annemarie Schwarzenbach (nommée Christina dans le récit qu'elle rédige du voyage sous le titre La Voie cruelle) qu'elle essaie de libérer de la drogue.

Cinq années en Inde

De 1940 à 1945, elle passe cinq ans dans le sud de l'Inde auprès des maîtres de sagesse Ramana Maharishi et Atmananda Krishna Menon.

Chandolin

De retour en Suisse, elle découvre grâce au peintre Edmond Bille le village de Chandolin, situé à 2 000 m d'altitude, qui deviendra une ancre dans sa vie nomade. Elle s'y fait construire un chalet et y habite en solitaire, de mai à octobre, depuis 1948. De 1956 à 1987, Ella devient guide culturel et fait découvrir plusieurs pays d'Asie à de petits groupes de voyageurs.

Dans un article intitulé Pourquoi voyager, Ella fait siennes ces paroles du maître chinois Chuang Tzou : « Si nous abordons les choses par leurs différences, même le foie et la rate sont aussi éloignés que les villes de Ch'u et Yueh. Si nous les abordons par leurs ressemblances le monde est un. »

Ella fait du vélo et du ski jusqu'à l'âge de 80 ans.

Peter Fleming écrit d'Ella, dans une notice nécrologique qui ne sera jamais publiée, qu'elle est juste une voyageuse « pleine de courage et de curiosité, toujours soucieuse de voir des endroits sauvages et de tenter de comprendre les gens libres qui y vivent », et finit par « elle ne s'est jamais mariée ».

Les manuscrits et documents d'Ella Maillart sont conservés à la Bibliothèque de Genève, son œuvre photographique au Musée de l'Élysée à Lausanne et ses films à la Cinémathèque suisse de Lausanne. La petite commune valaisanne de Chandolin dans le Val d'Anniviers (en Suisse) a rendu hommage à Ella Maillart en collaboration avec ses amis en organisant dans le village une exposition permanente qui retrace sa vie et permet de découvrir, à travers des photographies et de nombreux objets de voyage, le témoignage de cette existence si bien remplie.

 

 

De Philippe Val dans Charlie-Hebdo à propos de la Corrida: "Comment mais comment, bordel, une tradition aussi réctionnaire, aussi stupidement figée dans des règles d'abruti, dont la finalité est la mort d'un animal sous la torture, peut-elle séduire des esprits éclairés, soucieux du progrès, passant le reste de leur vie à traquer l'injustice et la vulgarité"

 

Au Miami en fin d'aprem. Rencontre les Mooren en terrasse. Avec eux il y a une jeune fille qui s'appelle Karine ou Carinne, qui va exposer à Rochefort, et qui a au-dessus de son lit, me dit-elle,une carte postale de mon territoire et veut absolument le voir, apprenant qu'il se trouve à 10 minutes de Saint-Hubert, mais son entourage n'est pas d'accord, alors que les Mooren me connaissent bien depuis longtemps. Presqu'un affront

 

Quant à Valérie qui est passée en voiture devant le Miami et m'a dit qu'elle allait arriver, elle me téléphone pour me dire qu'elle crève de mal au dos et ne viendra pas, une fois de plus

 

Mardi 22 juillet

A nouveau travail dans le ruisseau pour le nettoyer entre les barrages. J'en suis à 110 seaux de boue retirées et déversées sur les berges pour en rehausser les niveaux et éviter des crues futures. Il y a 8 jours, je me suis fait une déchirure musculaire intercostale en travaillant dans ce même ruisseau de la Hossire (Houssière)

 

Mercredi 23 juillet

Une émission sur Robert Sabatier dont j'ai lu"  Les allumettes suédoises". Né en 1923 et mort en 2012. Membre de l'Académie Goncourt (voir ci-dessous)

 

En tout j'en suis à 177 seaux de boues retirés du ruisseau (-à multiplier par 17 Kgs donc 1989 Kgs)

 

Jeudi 24 juillet

Une carte d'Esthonie de Mart Mâger. Il y est pour les vacances (voir ci-dessous)

 

Un message de Renaud sur mon répondeur. Une chanson qu'il improvise à mon intention. Il doit venir ici la semaine prochaine

 

Une photo de mon territoire prise de la fenêtre de ma chambre(voir ci-dessous)

 

Je continue à tailler le Lierre sur les façades, avec la grande échelle

 

Au Miami, pour la fête de la confrérie, avec Valérie je rencontre un jeune couple. Elle je la connais, c'est Sabine Bourcy,elle tient le magasin de fripes au-dessus du Miami et ses parents tenaient l'Unic à St Hubert. Elle est avec un mec, qui est venu aux portes ouvertes à Moircy avec la fille Paullus, la fille Maka, le fils Legros, Patrice Baijot  et qui a été très impressionné par mon territoire. Il s'appelle Patrick O'Flaherty, d'origine irlandaise. Son arrière grand-père a émigré aux Usa, son père est pilote de carrière-miltaire et s'est retiré après le Vietnam et vit aux USA. Patrick est né dans le Colorado et a vécu en Californie. Sa mère est belge, de souche espagnole; Il vit avec elle à Bastogne et s'y emmerde. Il a fait des études artistiques à St Luc et pour l'instant fait les pauses dans une usine à Wiltz. Il me quitte car il fait la nuit et viendra à Moircy prochainement (Non il ne viendra pas. Dommage)

 

Avec Valérie dans la Cour des Tilleuls. Ca commence à s'animer.Je prends un verre avec l'Inspecteur d'assurances Generali, Muys, charmant, qui me dit "Te rends-tu compte que tu as de plus en plus une gueule d'indien???" et rencontre la fille de Danielle, Nathalie, qui me dit que sa mère est sortie d'affaire. Enfin des nouvelles de mon grand amour avorté. Juste après je tombe sur son mari André Grimonpré, grandes tapes dans le dos, j'en reste coi

 

Mais je retombe sur l'américain. On parle des Maoris et de Jane Campion. Il a une demi-soeur qui habite en Australie

 

Et puis des tas d'autres gens jusqu'à 2 heures du matin

 

Dimanche 27

Ukrich gagne le tour de France à 23 ans

 

Le soir j'attends Madame Sibret qui arrive à 20h20 pour démonter le piano, en fait simplement retirer le clavier, non sans peine. Ils vont le réparer à Erpent et son mari reviendra le placer et réaccorder dans la deuxième quinzaine d'août

 

Un reportage sur SLAVOUTITCH, la nouvelle ville irradiée qui "abrite" les ouvriers de Tchernobyl. Un document percutant. Sept mille ouvriers travaillent encore à la Centrale. La ville compte 25.000 habitants. C'est le réacteur n°4 qui a explosé en 1986 mais de nouvelles fissures apparaissent. Depuis l'accident, on compte 300.000 morts et le pire est à venir

 

Lundi 28 juillet

Je prends Renaud à Moircy. Je vais avec lui à la Foire agricole de Libramont. Il fait très chaud. De retour ici, je montre à Renaud les cassettes avec les E.T de Murielle, puis on discute peinture et puis des signes du Zodiaque et je lui lis son signe. Il me dit que lorsqu'il parle de moi avec sa grand-mère à Liège, Pierre, son mari, ne dit rien ou alors s'en va à la Toilette. Je lui dis "Tu vois que je lui donne des coliques !". Renaud à 10 ans. Il veut bien s'occuper de mon territoire après ma mort, ça l'intéresse, contrairement à sa mère. Il va lui en parler

 

A la foire on voit venir vers nous un cheval "Hafflinger" avec sa mèche de cheveux blonds. Je dis à Renaud "regarde voilà Loulou (sa grand-mère Céline). Il rigole en le regardant passer et me dit "et en plus c'est vrai"

 

 Je lui ai dit aussi que j'avais la vie que je voulais, que je ne faisais plus que ce que j'aimais, que je n'avais pas d'autre but. Il m'a dit gravement "C'est rare cela"

 

Valérie vient le rechercher. Au bord de l'étang, on n'arrête pas de rire tous les trois

 

Mardi 29 juillet

Une dernière lettre d'Arte. Il veulent bien transmettre ma lettre à  Jean-Luc Leon (voir ci-dessous)

 

Dans le ruisseau j'en suis à 310 seaux de boue retirés, soit plus de 5 tonnes

 

Mercredi 30 juillet

Coup de fil de Savac. Sa femme est partie avec sa fille Himalaya, est retournée dans sa famille et veut la garde de l'enfant à 100%. Il y a 6 ans qu'ils sont ensemble et Himalaya a un an et demi, et ils viennent de se marier (voir plus haut). Savas veut venir avec sa fille entre le 1er et le 15 aout, ici à Moircy

 

Mort de Willy Bourdon, le père d'Anne à 52 ans

 

Un tour au manège de Nathalie Brassinne, épouse Henneaux, à Vesqueville car Valérie monte. Elle ne me voit pas arriver, discute avec des filles, je m'assieds à côté d'elle et pousse un meuglement énorme. Valérie effrayée. Rires. Le mari, Dominique Henneaux vient dire bonjour, nous ne nous connaissons pas. Le cheval de Valérie vient de se blesser en sautant un obstacle métallique. Shetan a 2 ans et demi. Un cheval peut vivre 30 ans et arrive à mâturité vers 5 ans. Il y a aussi deux énormes chiens, dont un qui m'a à la bonne et Jacky Felix qui construit une maison. Avec les quatre filles, on va conduire les chevaux dans une pâture à un kilomètre de là. J'en conduis un.J'aurais peur de m'attacher à un cheval. Je me vois mal le prendre dans mon lit comme je le fais avec mes chiennes

 

Jeudi 31 juillet

Je visionne le docu sur Gaston LEROUX; Très intéressant

 

Gaston Leroux est un romancier français, né le 6 mai 1868 à Paris (10e arr.) et mort le 15 avril 1927 à Nice (Alpes-Maritimes). Il est surtout connu pour ses romans policiers empreints de fantastique.

Biographie

Gaston-Alfred-Louis Leroux grandit en Normandie et suit sa scolarité au collège d'Eu. Après avoir obtenu le baccalauréat de lettres au lycée de Caen, il s'installe à Paris en octobre 1886 et s'inscrit à la faculté de droit. Il devient avocat en 1890 et exerce cette profession jusqu'en 1893. Pour arrondir ses fins de mois, il écrit des comptes rendus de procès pour le journal L'Écho de Paris.

Sa relation du procès d'Auguste Vaillant, auteur de l'attentat de la chambre des députés, tombe sous les yeux de Maurice Bunau-Varilla, directeur du journal Le Matin, qui propose à Leroux de devenir le chroniqueur judiciaire de ce quotidien, à l'époque le plus important de Paris. Leroux a ainsi l'occasion de suivre le procès de personnages qui auraient pu figurer dans ses romans, en particulier les anarchistes poseurs de bombes.

À partir de 1901, devenu grand reporter, il effectue de nombreux voyages en France et à l'étranger, notamment en Espagne et au Maroc. Au Matin, il fait paraître en 1903 un feuilleton, Le Chercheur de trésors, qui paraît l'année suivante sous le titre La Double Vie de Théophraste Longuet. De juin 1904 à mars 1906, il est l'envoyé spécial permanent du Matin en Russie et assiste, à ce titre, aux sanglantes prémices de l'écroulement de l'empire des tsars.

Son roman Le Mystère de la chambre jaune, chef-d'œuvre d'ingéniosité qui inspirera les surréalistes, lui vaut le succès en 1908. Il continue à écrire des romans dans la même veine, Le Fantôme de l'Opéra en 1910, La Poupée sanglante en 1923 et la série des Chéri-Bibi à partir de 1913. Son dernier roman, Mister Flow, paraît en 1927.

Son personnage Joseph Rouletabille, jeune apprenti reporter à l'intelligence déductive hors du commun, qui apparaît pour la première fois dans Le Mystère de la chambre jaune, devient le héros d'autres romans tels que Le Parfum de la dame en noir, Rouletabille chez le Tsar et Le Crime de Rouletabille.

En 1918, il fonde à Nice la Société des Cinéromans avec notamment René Navarre, l'interprète du Fantômas de Louis Feuillade, et Arthur Bernède. Avant qu'elle ne soit rachetée par Pathé-Cinéma, il contribue à titre de producteur, scénariste et feuilletoniste (dans Le Matin) aux quatre premières productions de cette société :

  • La Nouvelle Aurore (1919) en 16 épisodes ;
  • Tue-la-mort (1920) en 12 épisodes, dans lesquels sa fille Madeleine, âgée de 13 ans, tient le rôle de Canzonetta ;
  • Le Sept de trèfle (1921) en 12 épisodes ;
  • Rouletabille chez les bohémiens (1922) en 10 épisodes.

Il meurt en 1927 à Nice et repose au Cimetière du château.

Au chapitre privé, Gaston Leroux épouse en 1899 Marie Lefranc, dont il se sépare très vite. En 1902, il rencontre Jeanne Cayatte à Leysin en Suisse, avec qui il vit bientôt maritalement et dont il a deux enfants : Alfred Gaston dit Miki, né en 1905, et Madeleine, née en 1908. Marie Lefranc ayant fini par accepter le divorce, il épouse Jeanne en 1917.

Gaston Leroux a été par ailleurs un adversaire résolu de la peine de mort, contre laquelle il a milité notamment à travers sa pièce La Maison des juges.

Œuvre

Romans et nouvelles

 
Le Fantôme de l'Opéra, couverture de l'édition de 1921.
  •  
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal
Ma Bio 249- Juin-Juillet 1997-Extraits de mon journal

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article

commentaires

Laurence 24/02/2015 23:03

Je dois aller me coucher, quel dommage ! Je découvre, je me marre, non pas à cause du contenu, qui est parfois terriblement lourd entre les lignes... mais vos petites notes, votre patte d'écrivain peut-être ? Comme : "en laissant un mot "Je ne suis pas pendu à un clou" ou : "On peut se demander de quel côté de la rue, se trouvait la Psychose?" Vous avez bien du recul sur les évènements en fait !Vous faites partie de la scène, vous en êtes acteur, puis d'un coup net, vous décidez de sortir du plateau et vous observez vos partenaires. Ecrivain, metteur en scène certainement. A quand derrière la caméra ?

vancau 26/02/2015 16:25

Je n'arrête pas d'écrire, de lire, de photographier, de filmer, de jardiner et de musiquer et bien sûr je fus mêlé étroitement au théâtre, sans compter mes 35 ans de peinture et mes voyages. Hyper actif, obsédé par la mort, terrassier, ancien boxeur et Karateka, et initié au Reiki au second degré. Tout est sur mon blog. Et grand amoureux aussi