Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 08:09

 

Et l'école alors ? Et bien toujours pas; j'obtiens un diplome de première année primaire sans y avoir jamais mis les pieds. Ma seconde année, ce sera une école de quartier, Saint-Ambroise, mais les bombardements sont tellement intenses que cette école ferme après deux semaines. J'ignore absolument comment je serai admis en troisième année sans avoir fait la seconde, à l'automne 1945, chez les soeurs, à Sainte Véronique, Sainte Vé, comme on disait à Liège, le quartier chic des cathos bourgeois. Mais là j'anticipe !.

En effet en Juin 1945, on m'annonce que je dois, avec mon grand-père, aller conduire ma soeur malade, (ah bon, elle a quoi comme maladie???, c'est bizarre, je n'avais rien remarqué et pourtant nous ne décollions pas l'un de l'autre) dans une école spécialisée, à Ciney, en réalité un asile pour enfants handicapés mentaux.
Elle serait atteinte de "démence précoce" comme on appelait à l'époque ce que plus tard, on qualifiera plus délicatement de schyzophrénie, aujourd-hui, on parlerait  d'autisme, la seule évolution dans le traitement et la recherche des causes de ce genre de maladie, étant celle du vocabulaire. Que s'est-il passé???. Bien plus tard, j'entendrai parler d'une méningite, contractée durant l'évacuation vers Montpellier en 1940. Pour l'instant, on me dit seulement que ma soeur est malade, point barre. Je me retrouve donc avec mon grand-père, dans une cour d'école, remplie d'enfants et de sons extrêmement bizarres; je  saurai plus tard que ce ne sont pas les  sons d'une cour de récréation normale, mais comme c'est ma première cour de récréation (les écoles sont fermées à Liège à cause des bombardements et j'ai effectué ma première année primaire à domicile) , je ne réalise pas mais aujourd!hui ces sons tremblent encore dans mes oreilles. Ma mère, sans doute, n'aura pas eu le courage, elle a envoyé son père et le fils aîné, sept ans! Bien sûr Danièle allait revenir, c'était provisoire.
Elle ne reviendra jamais.! Après un an, j'arrête d'aller la voir. Les soeurs l'ont transformée en véritable folle, tablier noir et cheveux courts. Ruées sur les murs du parloir. elle se mord les poings puis se frappe sur la tête; elle ne me reconnait pas. Elle est laide C'est l'horreur, l'insoutenable! Je n'y retournerai  jamais, sauf à sa mort, à 28 ans, en 1967, à Dave.

Soixante cinq ans plus tard je m'interroge encore sur la cause de l'enfermement de ma soeur. Pourquoi ma mère l'a t'elle fait enfermer avant que mon père rentre d'Angleterre  après 5 ans d'absence???. Ma soeur était née en Juin 1939. Mon père s'est embarqué en Juin 1940 à Dunkerke. Il l'aura connue pendant un an. Mon père adorait les filles (comme moi). Il est revenu en juillet 1945, un mois après son enfermement

Pourquoi on ne m'a jamais rien dit à ce sujet, jamais, même des années plus tard.??? Moi je sais que ma soeur n'était pas folle mais je sais aussi qu'elle l'est devenue rapidement à Ciney, étouffée par des béguines à cornettes, dont le premier empressement a été de lui tailler une coupe au bol, une coiffure de folle. Danièle avait les cheveux ondulés pour ne pas dire bouclés. Les soeurs ont tout aplati et tout castré. C'est hélas la dernière image que j'ai eue d'elle

Nous voici tous les deux sur le balcon de mes grands parents; Jules et Adrienne Duesberg, Quai Mativa à Liège. Ca doit être en 1941-1942. La voici la démente précoce, la seule normale sans doute dans un monde d'adultes déments. Une mini Camille Claudel. Mais moi je ne m'appelais pas Paul Claudel, j'aurais voulu aller délivrer ma soeur, la sortir de cette prison démente et partir tous les deux dans la nuit, loin des adultes "matons"

 Toute ma vie est marquée par cet évènement. Je réalise aujourd'hui que je me sens coupable de ne pas être allé délivrer ma soeur. Toutes les femmes de ma vie auront été des soeurs retrouvées, disons plutôt des tentatives pour retrouver ma soeur, adulte sauvée, normale, miraculée.

Et de celà je ne guérirai jamais.....
 
Regardez-là "Comment peut-on enfermer une petite fille comme elle, à 6 ans, terminé, au mouroir, on la jette aux béguines, puisque des psychiatres cathos (double tare) ont pontifié qu'elle était atteiinte de démence précoce". C'est celà la Société. A 7 ans j'avais compris que je n'en ferai jamais partie, de cette association d'étrangleurs. Et rien n'a changé depuis
1943-Quai-Mativa-Ma-soeur-Dani--le-et-moi-1.jpg

Il n'y avait rien d'héréditaire. A 15 ans j'avais dans mon porte-feuille une photo 9/13 d'un certificat décerné par le Docteur Ludo Van Bogaert, grand spécialiste et qui avait diagnostiqué "démence précoce"; Ce certificat attestait que je pouvais procréer sans danger. Je n'aurais jamais osé avoir d'enfants. J'en ai eu un par accident, une fille, à une époque où il n'existait ni pilule, ni préservatif. Cette fille je la bénis d'être là

En même temps, au printemps 1945, c'est aussi la fête, car les américains sont là. Ils arrivent quai Mativa à Liége,sur leurs chars et leurs auto-chenilles, près de l'Usine Englebert. Autant de grands blonds avec leurs chaussures noires que de grands noirs avec leurs chaussures blondes, et nous, les femmes et les enfants, agglutinés aux blindés, hissés sur les coupoles tournantes et décapuchonnables, d'où surgit à tous les coups, un yankee casqué cool, casque en "arrière toute", et souriant "Gibbs", tout dentifrice dehors, de ses dents blanches et éclatantes comme des touches de piano. IIs nous distribuent du chocolat et des bananes, denrées inconnues de nous, les enfants. Je me souviens qu'ils buvaient du "coco", sorte de cacao chaud, dans des gamelles doubles qui ressemblaient à des jumelles. Très vite, une patrouille avec DCA  (Défense anti-aérienne), s'installe sur la berge du Quai Mativa, juste devant la maison. Et tous les matins je vais la rejoindre, car je me suis fait un ami soldat; il s'appelle Jimmy, un gamin de l'Iowa, il a 18 ans. Je deviens la mascotte du groupe. passant toutes mes journées avec eux, je joue au petit soldat (je n'en ai pas encore assez ?). Et puis un jour, surgit en face de nous, un avion allemand, encore un Stuika, décidément ils me cherchent (voir l'évacuation de 1940), qui pique droit sur nous. Mon ami Jimmy s'installe sur la chaise tournante de la DCA, canon pointé vers le ciel et moi je remonte la berge à toute allure et me réfugie dans la cave. Mais shit, j'ai gardé le casque de Jimmy sur la tête, tandis que lui, mitraille, tête nue face à cet engin de mort à "gammée croix". Et nom de dieu, ce petit mec blond, il abat l'avion et le schleu, qui s'écrasent de l'autre côté de la Meuse. Si Jimmy l'avait manqué, le kamikaze allemand nous aurait  pulvérisés. Tous les gens sortent alors de leurs maisons et c'est la liesse générale: Un Boche abattu ! On porte Jimmy en triomphe, et moi, petit con , je vais lui rendre son casque. Eh, petit con, tu crois que la guerre, c'est un jeu, que la mort c'est un jeu, un jeu d'enfant???

Et c'est alors que mon père va rentrer d'Angleterre, un mois à peine après l'internement de ma soeur. Pourquoi ne l'a t'on pas attendu, c'est une question essentielle que je me pose toujours ! Ensuite comment un garçon de sept ans  qui vit avec sa soeur, heure après heure!, ne s'aperçoit-il pas qu'elle est schyzophrène? Il n'y a pas trente-six solutions. Ou elle n'est pas malade, ou je refoule ! Je voudrais qu'on m'explique un jour, mais tous les témoins ont disparu. Donc, un soir d'été 45, je joue sur le trottoir du Quai Mativa, un homme en uniforme, tourne le coin de le rue Auguste Hock, et vient timidement vers moi. Et je lui dis cette phrase devenue légendaire, dans la famille  "Est-ce que tu serais Papa " ??? Il me dit oui et me prend dans se bras et c'est moi qui l'amène à la maison. Quand il s'est penché vers moi, j'ai eu le temps de lire sur son épaule, celle de son "battledress", quatre lettres qui vont me rester en mémoire, allez savoir pourquoi? Trente-cinq ans plus tard, j'aurai l'explication de mon oncle juge dans un restaurant! Mon père est revenu de Londres avec un uniforme de l'armée anglaise. RAMC c'est "Royal Army Military Corporation". Il a été viré de l'armée belge pour avoir écrit des articles dans le journal "Vers l'Avenir" installé à Londres, dénonçant la vie dorée et fastueuse des membres du gouvernement belge en exil, le gouvernement Pierlot et en tant que chirurgien orthopédiste, il été récupéré par l'armée anglaise. Mon oncle me raconte cet épisode et je l'en remercie, mais pour lui, l'attitude de mon père,  reste une attitude scandaleuse alors que ce récit me remplit de joie et surtout m'éclaire

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article

commentaires