Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • https://t.co/WMu5oWiAYn
    https://t.co/WMu5oWiAYn Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e...
    J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture rouge avec photos Christian... https://t.co/uQZQbyZhvQ Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture...
  • https://t.co/vFbC5e52lE
    https://t.co/vFbC5e52lE Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/n3fOdLsXMm
    https://t.co/n3fOdLsXMm Christian Vancau (@VancauChristian) September 22, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 07:37

Et pourtant, je suis entré, en réprimant mon fou-rire, et me suis mis à plaider avec passion. Des amis avocats, venus me voir n'en revenaient pas. Comment plaider avec passion pour des causes perdues d'avance, qui, en outre ne me rapportaient pas un sou. En fait, un Conseil de guerre c'est presqu'aussi impressionnant qu'une Cour d'Assises, donc c'est très théâtral et j'avais l'impression d' y entrer comme on entre sur une scène de théâtre,  avec effets de manches, pivotages d'un demi-tour sur le tranchant du  talon, quelquechose de François Perier, dans sa plaidoirie de "Bobosse". Une chose est claire, c'est que j'imposais le silence total dans la salle (phénomène qui s'est reproduit par la suite, chaque fois que j'ai été amené à prendre la parole en public) Bref on m'écoutait et ça m'a plutôt renversé à l'époque. Je crois que ça tenait à la passion que j'avais (que j'ai toujours ) en moi et à ma voix grave aussi. Ma passion étant, au tribunal, de défendre des mecs qui disaient non à l'armée, non à la guerre, non à la connerie humaine.

 

Je pense que mon déserteur a été absous et réintégré dans sa caserne. Pendant ma plaidoirie, je m'étais bien évidemment adressé plus particulièrement à mon commandant de compagnie, président du Conseil de guerre, le Baron, car c'était un baron en plus, qui avait choisi la carrière des armes, enfin disons qui avait dû être nul pendant ses études; c'est courant chez ce gens-là, la consanguinité sans doute, mais souvent leur tête est moins bien remplie que leurs bottes, bottes de ploucs ou bottes de chasseurs, c'est du pareil au même ! J'ai eu peur qu'il ne me refuse  le renouvellement de ma permission de nuit mais il a été correct et n'en a rien fait. Faut dire que j'étais régulièrement consulté par les gradés de carrière, ben pardi, pour donner une consultation à l'oeil. Mais en fait je n'avais aucune pratique et j'essayais donc de m'esquiver adroitement, tout en paraissant maîtriser la matière. Et c'est souvent de divorce que ces gradés m'entretenaient. Etonnant n'est-il pas?

Me voici donc à nouveau parmi mes copains de chambrée (photo ci- dessus, mais à mon avis c'est à Namur pendant mon mois d'instruction (je suis le deuxième en partant de la droite, dans la rangée, du milieu, à côté de mon ami Servais, le Japonais-coiffeur, qui nous a déjà fait retourner nos bérets, plutôt à la Russe cette fois, ce type étant capable, avec un seul béret d'en confectionner une dizaine. C'est ça le talent )
 

Mon adjudant m'emmenait souvent avec lui au mess des officiers, à l'apéro de midi ou en fin d'après-midi et les officiers ne disaient rien. Ils discutaient avec moi et on picolait ferme. Un jour, lors d'une cuite mémorable, j'a sorti toute ma haine et ma dérision vis à vis de l'armée et les officiers m'écoutaient, et même avec un certain intérêt. Ensuite je me suis écroulé ivre-mort. C'est mon adjudant qui m'a ramené chez moi, devant mon épouse effarée. Je me suis réendormi lourdement et bien entendu je dormais toujours à quatre heures du matin. J'ai dû arriver à la caserne vers 9h30, pas fier et complètement embué. Au corps de garde on m'a dit que j'étais porté "Déserteur", n'ayant pas été présent à l'appel au lit. Toute la caserne était au courant. J'étais à la merci des gradés que j'avais invectivés la veille et je risquais le cachot (si pas le peloton d'exécution). Mes camarades me disaient "cette fois-ci, ton compte est bon". J'ai donc repris mon service en attendant des sanctions suprêmes. Elle ne sont jamais venues. Je pense que je l'ai dû à mon chef de service qui a dû prendre sur lui.
 

J'avais justement un copain réfractaire qui a passé l'essentiel de son service au cachot, William Ancion. J'allais le nourrir quand j'étais de garde. Je l'ai revu trente ans plus tard dans un reportage sur Seraing et les chômeurs de Cockerill, dont il était, un reportage tourné par la TV suisse romande. Je l'ai enregistré. Un garçon très chouette, lucide et intelligent. Sur la photo à droite, je monte la garde à l'entrée de la caserne, près du cachot. C'est ce qu'on appelait "être de piquet"
 

Vers la même époque j'ai aussi vécu la lâcheté des hommes. C'est le WE et on va tous partir en permission. On est rangés en rangs d'oignons dans la cour. Vérification de nos tenues de sortie. Bottines, ceinturons et boutons, reluisants-Coupe de cheveux, barbe rasée de près (on nous passait un morceau de ouate sur le visage pour voir si rien n'accrochait ). Le sergent s'amène. Catastrophe, quelqu'un a bouché les chiottes. Qui a fait ça ? Je n'en ai aucune idée. Si les coupables ne se désignent pas, tout le monde sera consigné ! Terminé le WE de permission ! Silence de mort. Ca me fait bouillonner. Alors je sors des rangs et dis au sergent et à voix haute pour que tout le monde m'entende ; " Ce n'est pas moi, mais il y a des lâches parmi nous et les autres n'y sont pour rien. Montrez-moi les toilettes bouchées et j'irai les déboucher". C'est osé mais nom de Dieu, ça marche. Et on m'emmène dans les couloirs vers les toilettes. je suis encadré par plusieurs sous-officiers et aussi par mes copains car tout le monde semble avoir été autorisé à assister à ce gigantesque show.

Et en effet, je me retrouve devant quelques cuvettes remplies de merde de plouc, jusqu'à ras-bord. Et moi je suis vert de râge dans mon uniforme "caca" de plouc et je plonge à mains nues dans la première cuvette et jusqu'au fond du pot et j'en ressors des lambeaux de tissus, morceaux de draps de lit et torchons - très drôle les gars - et la cuvette se débouche et se vide comme par miracle. Les lambeaux de tissus mêlés de merde, je les jette au fur et à mesure sur le carrelage, en éclaboussant bien entendu les chaussures des sous-off.. C'est vrai que j'écume littéralement.

Et je me tape une deuxième cuvette, et puis une troisème. comme on se tape des chopes (bières en belge) "Ti prinds eco une cuvette, vî cadet" (c'est du liégeois). Mais j'y prends goût nom de Dieu !!!. Résultat, tout le monde est rentré chez lui ce WE là. Et moi je suis devenu " l'avocat qui n'a pas peur de tremper ses mains dans la merde et j'ai souffleté le ou les lâches d'une manière magistrale. Ils n'ont jamais avoué et je n'ai jamais su qui c'était

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article

commentaires

iris 15/10/2008 22:25

bonsoir !j'ai bien ri en lisant ton aventure ! quelle histoire , je comprends ton étonnement , quel retour en un passé  que tu ne connaissais même pas !moi il m'est arrivé une aventure aussi... c'était quand je bossais pour les spectacles historiques , Alice Saprich tournait dans catherine de Médicis qu'elle incarnait d'ailleurs avec brio au chateau de Chambord ,et on m'avait demandé de fournir des figurants habitués à porter des costumes historiques ,comme celà m'amusait j'ai demandé à pouvoir y jouer aussiaussitot dit aussitot fait on me met dans une robe à baleines et corset à s'étouffer et on me crêpe les cheveux que j'avais long à cette époque ( que je mis  trois jours à récupérer par la suite ) pour me faire une coiffure" made in epoque" , ......puis je devais attendre dans une espece d'alcove assise sur un coffre à coté de la salle de tournage , qu'on me dise de venir , j'attends une heure puis deux ..., étouffant et pouvant à peine respirer dans cette robe , et à avoir mal aux cheveux ( pas pour la bonne cause ) , et je finis par sortir furieuse : on m'avait simplement oubliée ,!!!bref ...je tourne la scene ou je devais passer devant Catherine pour porter du linge dans un coffre ( "grand role" bien entendu ) .. on refait la scène x fois ... et on me " libère " ensuite bien contente de me défaire de cette robe étouffante et de ces cheveux que je devrai laver trois fois avant d'en obtenir une récupération potable !quelques mois plus tard ...le film passe sur antenne 2 et je guette impatiente le passage du " role de ma vie " et au moment crucial ne me vois pas !retour magneto , et là je vois une petite chose passer là au fond mais en fait la fameuse robe était en tissu tapisserie... et comme sur le mur était une tapisserie d'Aubusson on me voyait à peine me confondant avec la tapisserie !tout ca pour ca , mon role unique au cinéma aura été de " faire tapisserie " quel fiasco n'est ce pas !bisous bonne nuit / iris

Christian VANCAU 16/10/2008 07:02


Tu es donc rentrée d'Ouzbekhistan?  Je vais aller voir sur ton blog. Marrante ton expérience théâtrale. Petite rectification. J'ai hélas très bien connu l'occupation 40-45 puisque je suis né
en 1937 et la raconte dans ma biographie. Bisous