Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 06:48
Bio 174 - 1978 - Ma rencontre avec Henri Pousseur - Le Karaté
Bio 174 - 1978 - Ma rencontre avec Henri Pousseur - Le Karaté

"Il n'existe pas d'Ecole où apprendre l'Art en dehors de la vie même"  Henri MILLER
 

Nous sommes donc rentrés trempés de notre séjour à la Côte d'Azur, le 7 mai. Dix jours de pluie sur 10 jours de séjour. La côte d'Azur n'est plus ce qu'elle était;
 

C'est alors que je vais faire la connaissance d'un immense compositeur belge de Musique Contemporaine, Henri POUSSEUR.

Mon jeune ami peintre Jean-Pierre Devresse est en relation avec lui et aménage un rendez-vous au Conservatoire de Liège, dans l'appartement que Pousseur occupe avec sa famille, en tant que Directeur du Conservatoire. Et la rencontre a lieu le 3 Juin 1978.
 

 Qui est Henri Pousseur ? Il est né à Malmédy en 1929 et fait partie avec Boulez, Stockhausen, Berio et Nono, de l'avant-garde internationale des années cinquante. Il a entrepris des études musicales aux Conservatoire de Liège, puis de Bruxelles de 1947 à 1953. Ses premières oeuvres témoignent de son admiration pour le sérialisme et pour Webern. A partir de 1960, Pousseur prend ses distances par rapport à l'Ecole de Vienne et au néo-sérialisme. En 1968, il achève l'opéra "Votre Faust", écrit en collaboration avec Michel BUTOR qui  participera à l'élaboration des oeuvres  suivantes: La Rose des voix (1982), Déclarations d'Orages(1989), le Sablier du Phénix (1993) etc... (N'oublions pas "Le procès du Jeune Chien que je verrai, créé à Liège en 1978")

Pousseur devient en 1970 professeur à l'Université de Liège et fonde le Centre de Recherches et de formation musicales de Wallonie. De 1975 à 1994 (date de son départ à la retraite), il est directeur du Conservatoire de Liège. En 1991 il écrit "Leçons d'Enfer" à la mémoire de Rimbaud et en 1993 une oeuvre qui paraphrase le Dichterliebe de Schumann
 

Donc ce 3 juin, je me retrouve chez Henri Pousseur avec les deux frères Devresse, Jean-Pierre, et Etienne qui suit des cours au Conservatoire. Pousseur me dit que le livre de Paul Klee sur les rapports Peinture-Musqiue est son livre de chevet. Il a opéré une scission avec Boulez (tiens donc, voir mon article sur Xenakis et Pousseur me confirme le côté dictatorial de Boulez) avec lequel il a été très lié dans les années cinquante.

Son fils peint et au mur il y a une peinture de lui assez proche de Rauschenberg. Henri a aussi deux filles musiciennes, Isabelle et Marianne. Je l'interroge sur le côté aléatoire de sa musique et sur la façon dont il se situe actuellement par rapport aux Post-Sériels. Comme Ben il me traîte d'envahisseur après avoir vu mon catalogue.

Nous parlons de son oeuvre de 1974 "Die Erpröbung des Petrus Hebraicus" créée aux Festivals de Berlin et de Venise. Il vient d'ailleurs de participer à la Biennale et a choisi un plasticien liégeois, Michel Boulanger, pour l'accompagner et exposer à Venise. Il me dit que s'il m'avait connu un peu plus tôt, c'est moi qu'il aurait choisi. Voilà donc comment je n'ai pas exposé à la Biennale de Venise. Il me dit qu'il y a un paradoxe "Xenakis" car il impose à ses musiciens de suivre scrupuleusement la partition de l'Ordinateur. Celà semble le gêner

Et bien sûr, on parle de son grand ami Michel BUTOR; Comme je suis administrateur au Foyer Culturel de Libramont, l'idée folle germe en moi de faire venir Henri pour partager sa musique et ce sera chose faite au mois de septembre, j'y reviendrai. Henri et moi allons rester assez liés pendant des années mais avec des intervalles immenses et uniquement par écrit, en dehors de son unique passage à Libramont, au-dessus de la Banque. Il ne verra donc jamais le territoire de Moircy, occupé dès octobre 1979.

En attendant je continue à préparer l'exposition de mon atelier avec mes élèves

Et je commence à prendre des cours de Karaté le 13 Juin, au Foyer culturel, avec un certain Gérard de Saint-Hubert qui y tient un magasin de jouets "'Gédé Loisirs " et est ceinture noire. C'est le Karaté Wado Ryu, plutôt défensif et très proche de la danse collective, du Ballet, pourrait-on dire, ce qui n'empêche pas l'organisation de combats individuels en fin de séance. C'est très exigeant. Je me souviens de certaines positions-figures, le Zenkutsu, le Kiba-dachi, le Seiken-Choku-Zuki, le Junzuki (poing en avant du même côté que la jambe en avant), le Hidari-Gamae, le Mar Geri (coup de pied de face), l'Uraken (poing avant-arrière)etc... Il est interdit d'utiliser ce Karaté ou du moins certaine passes fatales sous peine de se faire retirer sa licence. Que doit être alors le Karaté offensif.

Cette expérience très intéressante va mal se terminer en fin d'année car lors d'un combat libre, je vais me faire décoller les cartilages des côtes 8, 9 et 10 suite à un coup de pied d'un jeune de vingt ans (j'en ai 41) qui va me mettre dans une telle fureur que je vais l'allonger au sol suite à quelques crochets bien ciselés, un souvenir de mon passé de boxeur. Il se retrouve couché sous moi, terrorisé et bien sûr je m'en tiens là. Mais voilà faut pas m'emmerder. J'en prendrai tout de même pour 3 semaines de repos au grand dam de mes employeurs et je décide de m'en tenir là malgré l'insistance de mon professeur, un peu gêné aux entournures tout de même
Voici le catalogue de la Biennale de Venise 1978 que Pousseur m'a envoyé. Il y présentait "Paraboles croisées" Natures de l'Espace,qu'il me dédicace " pour Christian Vancau qui en sait quelquechose"(de l'espace évidemment)Henri Pousseur-Mai 1978-Liège Conservatoire-Biennale de Venise-Paraboles croisées-Nature de l'Espace

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article

commentaires