LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 70 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Jean-Claude Pirotte, écrivain belge et Insoumis
    Jean-Claude Pirotte Le vin des rêves, tant de bouteilles à la mer Edité par "L'ESPRIT NOMADE" que je remercie au passage Traces de vie, tâches de temps À la santé de Pirotte Le chemin d’une âme insoumise Choix de textes Bibliographie « Les romanciers...
  • Mes Berces du Caucase en 2011
    QUEL BALLET FANTASTIQUE. Nous ne sommes pourtant pas au Caucase mais en Belgique... Description La berce du Caucase est une plante dont la hauteur peut atteindre quatre mètres. Elle est surmontée par une inflorescence en ombelle d'environ cinquante centimètres...
  • Reflets de mes Totems dans le Ruisseau
    Mes Totems se reflètent dans mon ruisseau et dans mes étangs, le ciel aussi. Hermès Trismégiste disait " Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas". C'est du Baselitz non-figuratif
  • La Jeune-fille aux Totems(1)-Wakanta chez Cheyenne
    Photos de mon amie Wakanda (Violette fille des bois), prises sur mon territoire..en 2011. Wakanda revient d'un long séjour en Inde

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 06:35

 

Je ne puis résister à l'envie de reproduire ici un très bon texte de Jérôme Dupuis, publié le 17/08/2005 et illustré par votre serviteur et ses photos prises en 2007, avec quelques ajouts de mon cru aussi au niveau du texte

"A quoi sert le prix Nobel de Littérature? A s'acheter une belle maison dans le Luberon. Avec son chèque suédois, Albert Camus s'offre en septembre 1958 une ancienne magnanerie-ferme où l'on élève le vers à soie-à Lourmarin. Elle est toujours là, habitée par sa fille Catherine, avec ses volets verts, sa terrasse arrondie, son cyprès .

 

Camus de Todd119Extrait de la biographie d'Olivier Todd, "Albert Camus, une vie"

Albert Camus va acheter cette maison pour 9 millions trois cent mille francs, au Docteur Olivier Monod, chirurgien "Ca sert au moins à ça, un chèque de Nobel " remarque René Char.

Dans cette belle bâtisse, une ancienne magnanerie, flotte une bonne odeur de cire et de moisissure discrète. Certains journaux parleront d'un palais. Au rez-de-chaussée: entrée, cuisine, salon, deux chambres d'enfant, au-dessus de caves, ouvrant sur une courette en contrebas. Le jardin s'étend au-delà d'un muret et d'un chemin semi-privatif pour les Camus et les voisins. Camus assure les Monod qu'il entretiendra les oliviers. Au premier étage, une grande pièce et une salle de bains. A gauche la chambre monacale d'Albert, avec un lit en bois d'un inconfort absolu, une table, une écritoire. A droite la chambre de Francine, vite surnommée la chambre rose. Les époux cohabitent dans une fraternité unifiée par les enfants- et Francine paraît s'y résigner. Au second étage, le grenier sera transformé en bureau. Camus fait abattre un mur d'alcôve par Leonce Ginoux, qui exécute différents travaux de maçonnerie. César Raynaud, forgeron et maréchal-ferrand contribue aussi aux aménagements. La femme de Leonce, Suzanne quarante ans, travaillait pour les Monod. Elle se met au service de Camus. Grâce à elle, Francine s'habituera à la maison "Camus Todd verso194

C'est là que Camus va écrire don dernier livre "Le Premier Homme"Camus 1er Homme192-copie-1Camus au 1er rang avec sa casquette, gardien de but au Racing universitaire d'Alger en 1930Camus Prem Homme Verso196

 Maison Camus à Lourmarin-2007Seul le nom de la voie a changé: la grand'rue de l'Eglise a discrètement été rebaptisée rue Albert Camus.
On peut encore aujourd'hui s'asseoir à une table du restaurant Ollier, où il avait coutume de boire son apéritif "Un pastis pour Monsieur Terrasse!" commandait le garçon, soucieux de garder secrète l'identité du prestigieux client
Un peu plus loin, le stade de foot, autre passion de l'écrivain. " Il a même offert des maillots à la Jeunesse sportive loumarinoise" raconte Michel Pichoud.

Très vite, par sa simplicité, le Prix Nobel, séduit le village. "Chaque matin, de très bonne heure, je préparais son café à M.Camus et il partait faire son" tour de plaine", se souvient Suzanne Ginoux, sa voisine, aujourd'hui âgée de 87 ans. une promenade qui l'emmène sur la route de Cavaillon, en passant par le magnifique chateau de Lourmarin, dans cette campagne austère, lumineuse, paisible, qui a bien peu changé en un demi-siècle.Château de Lourmarin-2007"Il a retrouvé ici la lumière et les couleurs de son Algérie natale", explique Michel Pichoud, initiateur enthousiaste et érudit des promenades littéraires de LourmarinIci Camus fréquente aussi bien le forgeron du village et les brocanteurs, chez qui il adore chiner, que le poète René Char, son voisin de l'Isle-sur-la-Sorgue (Camus n'était pas petit, c'est Char, le "Capitaine Alexandre" qui était un géant de près de deux mètres)Albert Camus et René Char à LourmarinEn revanche on ne le voit jamais avec l'autre célébrité littéraire du village, Henri Bosco. Henri Bosco, administrateur du château,  a choisi de vivre un peu à l'écart dans un bastidon de pierres sèches "C'était un homme simple et un peu sauvage"Henri Bosco à Lourmarin
Bosco (Né en 1888 à Avignon et mort à Nice en 1978. Installé à Lourmarin depuis 1923 alors que Camus n'y a vécu que quinze mois) survivra de longues années à Camus (décédé en.1960).

Car c'est de Lourmarin que l'auteur de la Peste (NB: Tiens donc, la peste a dévasté le village de Lourmarin au XIVe siècle et ce sont les protestants vaudois qui l'ont repeuplé. Curieuse coïncidence que je viens de noter en écrivant cette page) entama son ultime et funeste voyage. On connaît la suite. La Nationale 5, la Facel Vega, le platane. Albert Camus meurt le 4 janvier 1960. Ce sont les footballeurs de Lourmarin qui portent son cerceuil au cimetière, à deux pas du château. Sa tombe est toute simple, couverte de laurier et de romarin. A deux pas de celle de Bosco. La mort les aura enfin rapprochésTombe de Camus à Lourmarin-2007Tombe d'Henri Bosco à Lourmarin-2OO9Catherine CamusVoici Catherine Camus que j'ai aperçue sur son seuil à Lourmarin

 


Partager cet article

Published by Christian VANCAU - dans CAMUS
commenter cet article

commentaires

denis 10/10/2009


en effet c'est étonnant que Camus et Bosco soient dans le même cimetière alors que leur oeuvre est si différentes


Dominique 23/01/2011



Cher Christian ça y est la communauté se réveille ! depuis mon article sur l'ardèche c'était le grand silence...J'ai relu avec émotion le passage de la peste que vous avez choisi, aussi grand que
soit le mur,la peste frappe si elle veut frapper ! le gens ne savent pas qu'au vingtième siècle elle sévissait encore. Le roman La peste est une allégorie de la 2ème guerre mondiale pour moi elle
n'est que la maladie qui en 1936 à Alger a tué mon grand-père laissant une famille attérée... Je vivais à Alger, j'ai avec Camus un lien charnel, petite je ne comprenais pas pourquoi la peste
maladie du fond des temps avait privé mon père de son père, Camus m'a libéré et expliqué qu'on pouvait mourir de la peste (même si son roman a une autre portée) c'est lui qui m'a dit ce qu'on n'a
pas su, les dernières heures de mon grand-père seul dans le pavillon des contagieux, sans sa famille, aux prises avec son horrible destin, 11 cas cette année là et il disait je ne voudrais pas
mourir de la peste ayant eu connaissance d'un cas précédemment. Je sais que Camus s'est documenté sur les cas de peste en Algérie, le cas de mon grand-père il a dû le connaître, voilà vous faites
ressortir mes démons restés au pays et une nouvelle fois je remercie Albert Camus qui m'a aidé à faire la paix avec ce passé lourd familial.


Bien amicalement


Dominique



Horoscope amour 13/06/2011



Le blog est super !!


 



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog