Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Extrait de mon journal-1988
    Extrait de mon journal-1988 Le 31 août je suis au bord du Barrage la Vierre sur la route qui va de Neufchâteau à... https://t.co/NXwKUmCNXQ Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal-1988 Le 31 août je suis au bord du...
  • Extrait de mon journal Pense à partir en...
    Extrait de mon journal Pense à partir en Andalousie en automne mais m'aperçois que les Espagnols n'aiment pas les.… https://t.co/mbki75oLWR Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal Pense à partir en Andalousie en automne...
  • https://t.co/HP6TiBlYQz
    https://t.co/HP6TiBlYQz Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque)...
    L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque) https://t.co/aTQcgUzx34 Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 0.0/5. Retrouvez L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque) et des millions de livres en stock sur Amazon.fr. Achetez neuf ou...
  • Les Flamboyants https://t.co/DXsIDm6kXh
    Les Flamboyants https://t.co/DXsIDm6kXh Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 4.0. Les Flamboyants - Patrick Grainville et des millions de romans en livraison rapide
  • Jean Moulin (Tome 1): La République des...
    Jean Moulin (Tome 1): La République des catacombes https://t.co/Egwd6Pq0HW Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 4.0/5. Retrouvez Jean Moulin (Tome 1): La République des catacombes et des millions de livres en stock sur Amazon.fr....
  • Homme de boue Homme d'argile - vidéo Dailymotion...
    Homme de boue Homme d'argile - vidéo Dailymotion https://t.co/ZVirnQjczX Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 "Je suis un vieux peau rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne." Achille Chavée. C'est ainsi que se définit Christian...
  • Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la...
    Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la Nature qu'à l'Homme.. L'Homme vient de la Nature et il la cochonne.... https://t.co/l35XUgxIXu Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la Nature qu'à...
  • Extrait de mon journal-1984
    Extrait de mon journal-1984 J'en conclus donc et plus que jamais que toute recherche ne peut être que soitaire.... https://t.co/aabNCiwSLF Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal-1984 J'en conclus donc et plus que...
  • C'était en 2015.....près de l'Isle-sur-la-Sorgue...
    C'était en 2015.....près de l'Isle-sur-la-Sorgue https://t.co/VF7nuss5Zu Christian Vancau (@VancauChristian) November 16, 2017 C'était en 2015.....près de l'Isle-sur-la-Sorgue

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 09:10
         
   


L’AMANTE DE RIMBAUD
amante.jpg
roman

2 Novembre 2005
Anne m’a fait aujourd’hui
un cadeau par l’alphaposte

Il y a dix ans, j’ai rencontré Olivier. Sa notoriété dans le milieu artistique a accentué le fait que je n’ai jamais résolu, à l’époque, de faire publier le récit – demandé en partie par lui – de notre brève relation. J’avais alors imaginé, dès 1994, que je restituerais en 2005 à l’homme qu’il serait devenu le récit non seulement de cette rencontre, mais encore pourquoi elle avait pu me bouleverser autant, et comment elle avait transformé toute ma conscience de l’espace-temps. Car j’ai utilisé les années discrètes qui ont suivi à décoder mon passé intime, recherchant les raisons profondes de cet étrange lien qui m’avait fait le rencontrer, mais aussi à anticiper comment ma propre transformation est solidaire d’une transformation collective.
Utilisant le passé et le futur pour rencontrer mon présent. L’individuel et le collectif pour rencontrer l’Etre.
Aujourd’hui, à l’approche de 2005, je peux rouvrir le dossier « Matthias REICHZWACH ». Parce que mon intention a changé, parce que si on ne peut pas aller à l’encontre de ce qui n’a pas lieu d’être (en publier le récit aussitôt écrit), on ne peut pas non plus aller à l’encontre de ce qui a lieu d’être (le publier avec la distance nécessaire).

 

J’avais imaginé qu’en mettant de la conscience dans le regard, une fonction que je nommais alphaposte s’ouvrirait entre celui qui regarde et un réseau existant, le Réseau-Vie.
Permettant ainsi d’accéder à des banques de données vivantes, passées, présentes ou futures, pour les transférer, les recevoir, ou simplement en avoir conscience.

Ce travail sur le Réseau-Vie et la fonction alphaposte préoccupa ma créativité pendant plusieurs années. Mais finalement, les choses de la vie peuvent être plus simples que celles imaginées.

Voici donc, intact, le récit de l’origine de tout cela.

 



L’amante

de

Rimbaud

amante01.jpg
Journal de Anne

1994

 


Me croirez-vous, aux confins ...

Un soir, jamais, peut-être, un matin, qui sait cela ? Votre permission est infime. Volatile. Ma volition fait tache dans le pur de l’attente. Me voilà repartie. Dans les rêves de l’enfance. De l’autre côté où bascule l’oubli. Où devient prononcé ce qui d’avance est perdu. De l’autre versant d’un miroir. L’envers soudain d’un décor familier. Rien n’est plus reconnaissable de cette façon-là que l’on savait reconnaître. Il faudrait alors inventer.
Réapprendre du silence une autre gravité, que l’entrave soumise du poids des choses délie soudain de son trouble.
Inventer alors ce qui n’a pas de nom, ou peut-être, ce qui est l’envers d’un nom. L’autre versant dont la face invisible cesse et devient à la fois.
L’accès à l'ange involontaire.
Me croirez-vous, aux confins, à cet endroit où se dissout ce qui n’a pas de rêve, à cet endroit où s’accomplissent les touchers subtils, me croirez-vous, aux confins, de ces espaces d’âme où le repos est promesse de ce qui nous est à venir, me croirez-vous, aux confins, de tout ce rêve devenu vie qui prend relais, entre vos mains.

Notre façon de frôler les choses et les êtres dans leur événement et leur poids ne dépend pas toujours d’un temps dont nous avons coutume.
Il arrive qu’un désordre incontrôlé nous livre avant l’heure ce qui ne s’accomplira que plus tard, comme si ces points-là du temps s’immergeaient tout entiers dans le sans temps, le hors temps, où l’accès à la constance des choses et des êtres nous est alors rendue décodifiable.

Il y a quelques années j’ai commencé un livre que je n’ai jamais écrit. Bien des raisons ont pu expliquer cela. Mais aujourd’hui je connais la raison vraie de cette impuissance.
Ce livre-là me fut donné à vivre, étrangement, au terme d’un long parcours qui ramenait à la vie tout ce que par ailleurs, par la littérature et par l’art, je n’avais cessé d’approcher par fragments. Sept années m’ont été nécessaires.

On dirait que la vie sait mieux que nous qui nous sommes.
Et la rencontre, la coïncidence de ces instants prédestinés avec l’empreinte fraîche de la vie, témoigne de ce mystère qui nous rend miraculés de quelque grand secret.

   
         
    La rencontre a lieu à Marseille, dans ma ville.
Ce soir-là, je dormis dans une autre ville, comme pour mieux échapper à cette évidente envie que nous avions eue, spontanément, d’une nuit ensemble.

Nous devons nous revoir le lendemain. Les événements en décident autrement.

Deux jours plus tard encore, nous nous manquons, sans même aucun signe de sa part. J’écris une lettre que je n’envoie pas.

Je réécris la même lettre, autrement.
Je l’envoie.

J’envoie d’autres lettres.
Beaucoup d’autres lettres pendant plusieurs semaines.

Je commence à téléphoner, parfois.
Il dit : tes lettres sont fortes. Il dit aussi : je ne peux pas te parler. Je te rappelle. Il ne rappelle jamais.

Je ne comprends pas ces approches et ces éloignements. Dans mon doute, ils m’obligent moi-même à m’approcher et m’éloigner de lui.

Une nuit je fais le saut.
Je provoque l’aveu.
Mon aveu provoque le sien.
Il avait eu envie de moi, cette nuit-là.
Il a envie de moi.

J’avais commencé pour lui mon premier travail sonore. C’était cela, l’aveu.
Une cassette donnée à entendre par le téléphone, en pleine nuit, de solitude à solitude, de désir à désir.
22h10, Marseille, il pleut. Un fax pour vous. J’ai envie de vous aimer, @.
22h 11. Fin du fax.

Quelque chose s’ouvrait en moi, un espace intérieur neuf. Qui ne s’apparentait plus aux « objets » que j’avais pu produire.
Je produisais des lettres qui devenaient des bandes son. C’était précairement reconnaissable. C’était de l’ordre d’un travail, et pourtant c’était de l’ordre de ma vie.
C’était de l’ordre d’un travail, et pourtant ce n’était plus de l’ordre de l’espace, du visible.
Je commençais à manipuler le temps comme autrefois l’espace.

Marseille, 0h22. C’est aussi celui-là le voyage que je cherche, le voyage en le temps qui croise le voyage en l’espace, la verticale qui croise l’horizontale, et m’amène au centre.
Je retrouve le lilas déposé par mon frère juste avant le départ, les messages de la veille et ceux de l’avant veille, et cette nouvelle voix, Georges A., bonjour bonsoir ; je les enregistre et je regrette encore, comme depuis longtemps, ton message perdu :

« Anne tu n’es pas là bonsoir c’est @ il est minuit tu peux me joindre à l’hôtel ………. au 91……… voilà non il n’est pas tout à fait minuit je t’embrasse »


Obsession de ce premier message, effacé plus tard de mon répondeur, mais donné en gage de la nuit manquée
.

   
         
         
 

Biographie

 

Née en 1962. Vit et travaille à Marseille, France.

 

Raconteuse d’histoires qui permettent notre transformation, Anne ASTIER développe depuis les années 80 une démarche artistique liée à l’écriture.

La décision a été prise à 9 ans de devenir écrivain, mais peu avant 20 ans, l’hésitation se fait entre être peintre, écrivain ou chanteuse.

Très investie dans sa scolarité (régulièrement première de classe avec un an d’avance) elle arrête pourtant ses études sitôt après une inscription en faculté d’Arts plastiques pour faire d’autres choix : un long voyage en Espagne devient initiateur de vie et de création, mais aussi d’autodestruction.

Au retour, c’est un manuscrit sans nom écrit en un mois et une semaine qui fera basculer les choses vers la littérature. Mais déjà, la narration est interrompue de schémas et partitions de musique, comme une volonté d’aller au-delà de l’écriture seule ou d’une forme linéaire.

Rencontré lors d’une exposition de livres/objets, l’éditeur Robert Morel décide sur le champ de publier le roman, sous le titre Le piano.

Et sous le prénom d’Anne, qui sublime alors dans l’œuvre tous les troubles existentiels d’Annick.

L’édition se fera très discrètement, malgré l’enthousiasme de Robert Morel, mais leur relation sera très marquante, faite de correspondances et de séjours dans la grande maison éditoriale du Luberon.

C’est la rencontre aussi avec Marie Morel, sa fille, et le travail de Marie sera d’une grande influence pour réagir en urgence à la remarque désobligeante d’un professeur de Beaux Arts, quelques jours seulement après la rentrée, directement en 3e année.

C’est alors l’abandon brutal de la peinture, et ce qui était vécu de façon séparée (l’écriture et la peinture) devient alors une fusion d’écriture, de petits objets, d’images découpées au gré de revues ou documents anciens chinés sur les marchés aux puces.

Mais à nouveau, la vie est préférable aux études, et c’est face à la Sainte Baume qu’un atelier est installé en place d’une 4e année.

Suivent quelques expositions, un peu en galeries, mais plutôt en bibliothèques ou au Musée de la Poste, car le désir de don plus que de mise en vente amène à donner de petites œuvres sous forme de lettres.

Ne pouvant continuer à financer un travail nécessitant des matières de plus en plus coûteuses, c’est un retour forcé à une démarche précaire qui passe par l’écriture, la prise de son avec un petit walkman, la vidéo avec un caméscope amateur.

Le désir est là d’une rupture encore plus grande avec les codes de l’art, et surtout, le début d’un travail de plus en plus intime oblige à garder secret et à s’interroger sur les moyens de donner à voir.

C’est pendant cette première grande rupture (1994 à 2005) que se développe le concept de « roman multimédia filmé à même la vie ».

Car une toute nouvelle rencontre vient d’activer l’étincelle, le big bang, d’un énorme travail qui se poursuit 20 ans durant.

 « J’avais alors imaginé, dès 1994, que je restituerais en 2005 à l’homme qu’il serait devenu le récit non seulement de cette rencontre, mais encore pourquoi elle avait pu me bouleverser autant, et comment elle avait transformé toute ma conscience de l’espace-temps. Car j’ai utilisé les années discrètes qui ont suivi à décoder mon passé intime, recherchant les raisons profondes de cet étrange lien qui m’avait fait le rencontrer, mais aussi à anticiper comment ma propre transformation est solidaire d’une transformation collective.»

Une connexion au Réseau-Vie par la fonction alphaposte (« mettez de la conscience dans votre regard pour vous connecter au Réseau ») permettrait l’accès à toutes ces banques de données individuelles et collectives.

 

Une approche de la physique quantique mêlée à la pratique d’un journal artistique permet, de livre en livre, ou plutôt tel un même livre en croissance, de comprendre des mécanismes de l’invisible.

Jusqu’à la mise en place, en 1999, de concepts où tout devient quantique, psychanalyse quantique, pensée quantique, conscience quantique, réseaux quantiques, mais aussi sexualité quantique et maternité quantique (recherches sur la notion d’immaculée conception).

A nouveau, arrêt brutal de ces recherches après des mises en danger trop grandes.

Une réflexion s’oriente alors sur les réseaux, et les nouvelles technologies par lesquelles transite une mutation de conscience.

En 2002, reprise des études à 40 ans, pour un DESS en Sciences de l’Information et Communication (mémoire universitaire : « L’émergence d’une connaissance transdisciplinaire comme facteur clef d’une société de la connaissance »).

La première tentative de rendre accessible ce grand parcours est la mise en ligne en 2005  du site web anneastier.com, (la version d’alors ne contenait que les parties démarche, et blog).

Cette narration en images et textes inclut l’arrivée d’un compagnon de vie, et la naissance d’un enfant.

Pendant 3 ans le travail personnel est alors effacé au profit d’un travail sur la maternité et l’enfance, relaté dans le site chemindelouka.com et qui aboutira, en 2012, à l’édition du livre « Femme d’accueil - l’accueil des nouveaux enfants ».

L’entrée de Louka à l’école, libératrice de temps, coïncide avec la découverte des mondes virtuels en 2007, et la création d’un lieu dans Second Life, avec Frédéric Le Berrigaud qui encourage et accompagne cette autre mise au monde.

Sous le nom de Mariaka Nishi. Qui devient passeuse du travail d’Anne.

Cela permet tout à coup de libérer beaucoup de documents stockés en réinventant le rapport à l’espace, et d’investir plusieurs expositions qui très vite feront du lieu Tournicoton Art Gallery un lieu référence, une quasi institution, alors qu’il était simplement question de faire les choses « à sa façon », hors codes, en invitant d’autres personnes, pas forcément artistes mais dans une relation soutenue, à bâtir l’exposition en cours, dans un esprit de co-création.

Un partenariat avec la Bibliothèque Francophone du metaverse favorise de nombreuses présentations lors d’événements liés aux nouvelles réalités.

Cette expérience amène à aborder les expositions comme des livres 3D multidimensionnels, et à repenser tout le travail antérieur comme étant un LIVRE Quantique.

C’est Lorenzo Soccavo, chercheur en prospective du livre et de l’édition, qui facilitera cette parole encore fragile, en programmant une première conférence sur la notion de livre quantique et de narration multidimensionnelle.

L’expérience dans les mondes virtuels prend fin pour laisser place au désir d’édition, longtemps mûri comme un clin d’œil à Robert Morel.

Pourtant, cette expérience aussi s’arrête net, suite à de gros soucis de santé aussitôt le premier livre publié. Arrêt également de toute prise de parole publique, report puis annulation de tous les projets en cours.

Laisser place plutôt aux recherches sur les troubles du spectre autistique pour mieux comprendre les difficultés et besoins de Louka, pour mieux comprendre, aussi, comment fonctionne le monde intérieur, et la délicate entreprise de le rendre visible et partagé, à l’extérieur.

 

 

 

 

Publications et lectures

 

2012 : lecture au Satellite Brindeau, Le Havre

2012 : Femme d’accueil – l’accueil des nouveaux enfants, éditions Metaversel

2003 : Double views of a sexual loneliness, livre photo rephotographié par Giney Ayme, revue Incidences

1993 : La question de Je, nouvelle, revue Co-Incidences

1993 : lecture à La poésie dans un jardin, Avignon

1992 : lecture à la Bibliothèque municipale de Bonneveine, Marseille

1992 : lecture à la Bibliothèque municipale de Grasse

1984 : Le piano, Robert MOREL éditeur, roman

 

 

Catalogues publics en ligne ou sur papier

 

2012 : Intergrid Metaverse Arts Biennal

http://intergrid-metaverse-art-2012.hypergrid.org/index.php/yellow-pages/125-anne-astier-mariaka-nishi

2012 : Festival Videoformes, compte rendu de tables rondes

http://www.videoformes-fest.com/archives-videoformes/festival-12/tables-rondes/2011 : Regards d’artistes sur les medias sociaux, catalogue en ligne

http://www.medias-cite.org/index.php/operations/les-parcours-interactifs/163-parcours-interactif-4-medias-sociaux-regards-dartistes

 

2011 : Regards d’artistes sur les medias sociaux, catalogue en ligne

http://www.medias-cite.org/index.php/operations/les-parcours-interactifs/155-parcours-interactif-4-regards-dartistes-sur-les-medias-sociaux 

http://www.medias-cite.org/index.php/operations/les-parcours-interactifs/163-parcours-interactif-4-medias-sociaux-regards-dartistes

1994 : Plis d’excellence, catalogue de correspondances, Musée de la Poste, Paris

1992 : Par les yeux du langage, Art Transit, catalogue de 41 expositions dans Marseille

 

Films

 

2010 : La balle

2008 : La percée quantique

2008 : « Si vous m’aimez d’amour »

1997 (restauré en 2009) : La 4eme grâce 

 

Sites web et blogs

 

2012 : livrequantique-blogspot.com

2007 : tournicoton-art-gallery-blogspot.com

2005 : anneastier.com (démarche)

2004 : chemindelouka.com

2004 : soutenir-le-poids-du-vrai.com

 

Expositions

 

2012 : Enfances 3 (exposition collective, dont Louka Le Berrigaud) Satellite Brindeau, Le Havre

2011 : Regards d’artistes sur les médias sociaux (exposition collective) Cap Sciences Bordeaux

2011 : Regards d’artistes sur les médias sociaux (exposition collective) Médiathèque de Mérignac

2011 : Fleurs de vie installation lors du 11e Carrefour des possibles, Marseille

2011 : Enfances 2 (programmation vidéo collective) Satellite Brindeau, Le Havre

2009 : Passage d’anges (exposition collective) Centre artistique de Verderonne

1998 : installations vidéo (exposition collective), Galerie de l’Ecole d’Art et Galerie Porte-avion, Marseille

1994 : Plis d’excellence (exposition collective), Musée de la Poste, Paris

1993 : Arc en ciel Femmes (exposition collective), bijoux et flacons, Maison de l’artisanat, Marseille

1993 : Arc en ciel Femmes (exposition collective), bijoux et flacons, Foire de Marseille

1992 : Les anges vus par 50 artistes (expo collective), Galerie Caroline CORRE, Paris

1992 : installations flacons, roses et bougies, Palais des Congrès et Villa Fragonard, Grasse

1992 : La présence au monde, Bibliothèque Municipale, Grasse

1992 : De mémoire et d’oubli, objets, Bibliothèque municipale de Bonneveine, Marseille

1992 : De voyages en silence, Ap’art, Marseille (participe à Par les yeux du langage)

1992 : Un parfum de Baudelaire, objets, Bibliothèque de Marignane

1991 : Les espaces de vie, Fondation Vasarely, Aix en Provence

1991 : Arthur Rimbaud, dernière adresse connue (exposition collective) installation au CIPM (Centre International de Poésie Marseille)

1991 : Salon Jeune peinture, (exposition collective) installation au Grand Palais, Paris

1984 : signature de livres et exposition, Les Arcenaulx, Marseille

1983 : peintures, théâtre de la Nef, Marseille

 

 

Expositions en mondes virtuels

 

2012 : aide au vernissage de Chasse aux fraises, par Louka Le Berrigaud, Francogrid

2012 : Femme d’accueil – l’accueil des nouveaux enfants, Tournicoton Art Gallery, Second Life & Francogrid, participe à l’Intergrid Metaverse Arts Biennal

2011 : De la narration linéaire à la narration multidimensionnelle – introduction au LIVRE Quantique, MetaLectures, Francogrid

2010 : Fleurs de vie, Tournicoton Art Gallery, Second Life

2009 : 2 Novembre 2005, Fondation Rau-Nishi, Second Life

2009 : La planète des Petits Princes, Tournicoton Art Gallery, Second Life

2008 : La jetée des rêves, Centre d’Arts et d’Essais Transdisciplinaires, Second Life

2008 : Si vous m’aimez d’amour, Centre d’Arts et d’Essais Transdisciplinaires, Second Life

2008 : L’échelle de l’ange, Tournicoton Art Gallery, Second Life

2008 : Les anges aussi rêvent, Bibliothèque Francophone du Metaverse, Second Life

2007 : Le piano, Centre d’Arts et d’Essais Transdisciplinaires, Second Life

2007 : L’homme quantique, Tournicoton Art Gallery, Second Life

2007 : Annelies in Wonderland / Real virtuality, Tournicoton Art Gallery, Second Life

 

Conférences et présentations autour des mondes virtuels

 

2012 : journées MITIC thème coworking, Marne La Vallée duplex Francogrid

2012 : ateliers initiation Second Life et participation à une table ronde au Théâtre Liberté, Toulon, théma Les mondes virtuels

2012 : « Livre quantique et technologies quantiques » présentation en duplex Francogrid, lors d’une table ronde au festival Videoformes, Clermont-Ferrand

2012 : conférence / exposition « De la narration linéaire à la narration multidimensionnelle – introduction au LIVRE Quantique » pour l’inauguration de MetaLectures, projet de Lorenzo SOCCAVO sur Francogrid

2012 : présentation de projet aux Rencontres d’Autrans en duplex Francogrid

2011 : interaction à distance avec le public de Regards d’artistes sur les Medias sociaux à Cap Sciences Bordeaux, pendant la manifestation Numériquement Vôtre

2011 : présentation de l’exposition « Fleurs de vie » aux Etés TIC, Université de Rennes

2011 : conférence « Flowers of Life», pour Web3D, manifestation Futur en Seine, Paris

2011 : présentation de l’exposition « Fleurs de vie » à la Médiathèque de Mérignac pendant le vernissage de l’exposition collective Regards d’artistes sur les Medias sociaux

2011 : présentation de « Fleurs de vie » pendant la table ronde Des masques et des avatars, Cyber Carnaval de Nice en duplex Second Life

2011 : inauguration commentée de « Fleurs de vie », Tournicoton Art Gallery, Second Life

2011 : présentation de Tournicoton Art Gallery au 11e Carrefour des possibles, Marseille

2010 : visite guidée de « L’échelle de l’ange » et « La jetée des rêves » pour Les explorateurs du Web, Tournicoton Art Gallery, Second Life

2010 : présentation en anglais de Tournicoton Art Gallery pendant les conférences de Hands On (Musées pour enfants), Cité des Sciences, Paris

2010 : présentation de Tournicoton / Passeurs de dimensions au bar camp mondes virtuels en duplex La Cantine de Rennes et Second Life

2009 : projection du film « L’échelle de l’ange » pendant le vernissage de Passage d’anges, Centre du Livre de Verderonne

2009 : visite de « L’échelle de l’ange » pendant les Etés TIC, Université de Rennes, en duplex Second Life

2009 : présentation des « Architectures invisibles » à Tournicoton Art Gallery, et du film La 4e grâce à la Fondation Rau-Nishi pendant les Rencontres Metaverselles, Second Life

2009 : présentation de Tournicoton Art Gallery et « L’échelle de l’ange », pour l’inauguration de la Fête de l’Internet, Cité des Sciences, Paris

2008 : présentation « Les anges aussi rêvent » en duplex pour le Reality Festival, Bibliothèque Francophone, Second Life

2008 : visite guidée de « L’Homme quantique », Tournicoton Art Gallery,  

 

Second Life 

 

Parcours non public

 

Livres non publiés

 

Hermann et Elvire ou le baiser funeste (1982), Ombrée diurne (1983), La Nominante (1984), nouvelles

L’extradée (1983), Le passage (1984), Les joueurs d’échiquiers (1985), Le complexe d’Adam (1985), romans et essai

L’amante de Rimbaud (1994), roman

Double vues d’une solitude sexuelle (1994-1999), photographies et poésie

La grâce (1999) roman multimédia

La 4e grâce (1999) roman multimédia

Adonaï (2000) roman multimédia

La grâce quantique (2002) roman multimédia

L’homme quantique, les nouveaux sols multidimensionnels (2008) essai et dessins

La jetée des rêves (2008) texte et dessins

L’échelle de l’ange (2009) essai et dessins

Fleurs de vie, le fleurissement des consciences (2010) essai et dessins

Madeleine au bois d’amour, ou deux mille ans de solitude (2000-2011) dessins

Madeleine au bois d’amour, ou deux mille ans de solitude – Le LIVRE (2000-2013) texte et dessins 

 

Travail sonore

 

Chants, 1982

(Seul « Sunrise in your eyes » a été arrangé par Philippe Kodekko en 2008 et intégré à l’exposition L’échelle de l’ange, Second Life. Certains chants a cappella et lecture d’extraits du livre Le piano ont été mixés en 2007 par Christine Webster pour la pièce sonore « Contre ma joue » jouée dans l’exposition Le piano, Second Life)

0.Z., bande son, 1994

L’amante de Rimbaud, bande son, 1994

(Quelques écoutes privées seulement)

Divers morceaux improvisés avec Jérôme Le Goff, 1995

Le grand écart des doigts, improvisation avec Bertrand Daurat, 1999

   

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Mes AMIES et AMIS
commenter cet article

commentaires