Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Extrait de mon journal 1989. Rêve du 20 janvier...
    Extrait de mon journal 1989. Rêve du 20 janvier : " Des gens viennent dîner, montent dans l'atelier que je viens... https://t.co/6V3n1KsRW9 Christian Vancau (@VancauChristian) November 18, 2017 Extrait de mon journal 1989. Rêve du 20 janvier : " Des gens...
  • Extrait de mon journal-1988
    Extrait de mon journal-1988 Le 31 août je suis au bord du Barrage la Vierre sur la route qui va de Neufchâteau à... https://t.co/NXwKUmCNXQ Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal-1988 Le 31 août je suis au bord du...
  • Extrait de mon journal Pense à partir en...
    Extrait de mon journal Pense à partir en Andalousie en automne mais m'aperçois que les Espagnols n'aiment pas les.… https://t.co/mbki75oLWR Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal Pense à partir en Andalousie en automne...
  • https://t.co/HP6TiBlYQz
    https://t.co/HP6TiBlYQz Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque)...
    L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque) https://t.co/aTQcgUzx34 Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 0.0/5. Retrouvez L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque) et des millions de livres en stock sur Amazon.fr. Achetez neuf ou...
  • Les Flamboyants https://t.co/DXsIDm6kXh
    Les Flamboyants https://t.co/DXsIDm6kXh Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 4.0. Les Flamboyants - Patrick Grainville et des millions de romans en livraison rapide
  • Jean Moulin (Tome 1): La République des...
    Jean Moulin (Tome 1): La République des catacombes https://t.co/Egwd6Pq0HW Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 4.0/5. Retrouvez Jean Moulin (Tome 1): La République des catacombes et des millions de livres en stock sur Amazon.fr....
  • Homme de boue Homme d'argile - vidéo Dailymotion...
    Homme de boue Homme d'argile - vidéo Dailymotion https://t.co/ZVirnQjczX Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 "Je suis un vieux peau rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne." Achille Chavée. C'est ainsi que se définit Christian...
  • Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la...
    Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la Nature qu'à l'Homme.. L'Homme vient de la Nature et il la cochonne.... https://t.co/l35XUgxIXu Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la Nature qu'à...
  • Extrait de mon journal-1984
    Extrait de mon journal-1984 J'en conclus donc et plus que jamais que toute recherche ne peut être que soitaire.... https://t.co/aabNCiwSLF Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal-1984 J'en conclus donc et plus que...

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 08:17

 

Avertissement; Tous les articles (présents et à venir) de mon Blog concernant Françoise Lefèvre ont été élaborés en étroite collaboration avec elle, au cours de multiples dialogues entre l'Ecrivain et Christian Vancau, après que celui-ci ait lu au préalable ses 18 livres actuels et bien d'autres documents et articles de presse


Françoise Lefèvre est née à Neuilly le 22 novembre 1942.  Elle vit aujourd'hui en Bourgogne et a 4 enfants.
C'est à l'âge de 29 ans que Françoise Lefèvre quitte son poste d'ouvreuse à l'Olympia, pour se lancer dans l'écriture, et ce, grâce à l'Editeur Jean-Jacques Pauvert, qui reconnait immédiatement son talent et lui fait confianceFrançoise Lefèvre Ecrivain-Dijon-Françoise à 32 ans-copie-1



"Porter à son visage, pour le sentir, un drap frais repassé. Verser sur le dos de sa main un peu de lait, pour vérifier que le biberon n'est pas trop chaud. Fermer les volets, lentement, jusqu'à trouver l'angle où ils laisseront passer la lumière de l'été mais pas sa brûlure. A ces gestes humbles, indispensables à la continuation du bonheur, à ces gestes inaperçus même des anges, il faut ajouter, après avoir lu Françoise Lefèvre, le geste d'écrire... (Christian BOBIN)"

 

 

Tout commence ici, en 1974 avec la publication de son premier livre "LA PREMIERE HABITUDE"Lefevre11La première..lphjaq



Voici ce qu'en dit le critique Pierre Démeron dans Marie-Claire:

"Françoise Lefèvre est une manière de phénomène exotique dans nos lettres. Elle apparut un jour chez Jean-Jacques Pauvert, maigre à force de dénuement, abandonnée après 7 ans de vie aventureuse et difficile par un amant peintre avec, pour tout viatique un "débrouile-toi" et deux enfants dont la misère l'avait obligée à se séparer. Son amant l'avait quittée après la guerre des Six Jours pour rejoindre Israël. Théodore Herzl n'avait sans doute jamais songé que le sionisme pût un jour servir à un homme d'alibi pour abandonner une femme et ses deux enfants et partir avec une autre pour la Terre Promise ! Ex-petite comédienne, en attendant d'hypothétiques rôles à la TV, elle était ouvreuse de cinéma


"C'est à cette époque, écrit-elle dans Un Soir sans Raison, que le miracle eût lieu. Une jeune femme que je connaissais à peine, mais que le récit de ma vie miséreuse et vagabonde auprès de mon artiste peintre avait frappée, me dit qu'un éditeur de sa connaissance s'intéressait aux "témoignages de femmes"....

Deux jours après, je montais les marches usées d'un vieil immeuble de la rue de Nesles. On m'ouvrit. Je me retrouvais dans une pièce, très haute de plafond, entièrement tapissée de livres. Ou plutôt hérissée de livres. Il y en avait partout. Sur la cheminée, le bureau. Sur le rebord des fenêtres. Sur le sol. Derrière des piles de manuscrits, un homme apparut, grand et mince, des lunettes, le front dégagé, il avança vers moi, me tendit la main et m'invita à m'asseoir. C'était Jean-Jacques PAUVERT. De lui je ne savais rien. Sauf qu'il avait découvert Albertine Sarazin dont il avait publié les écrits alors qu'elle était en prison. Ce fut un succès extraordinaire et on en parlait beaucoup à l'époque. Je lui dis que je trouvais fabuleux une telle revanche après avoir mené une vie de galère. Et terrible qu'elle soit morte si jeune sur une table d'opération à cause d'une faute d'anesthésie au cours d'une intervention chirurgicale mineure sur l'astragale, petit os du pied qu'elle s'était brisé en sautant le mur d'une prison. L'Astragale était d'ailleurs le titre de son premier livre. Je ne savais rien d'autre. Je savais seulement que Jean-Jacques Pauvert m'écoutait, un peu comme un médecin qui ne dit rien et qui vous écoute, tantôt en baissant les yeux, tantôt en vous regardant pour vous encourager à continuer. Je savais ausi que je devais reprendre mon service d'ouvreuse dans un peu plus d'une heure. Il demanda:-Et vous? Je lui racontai ma galère à moi, avec l'artiste-peintre, la roulotte, l'errance, le froid, la faim, le dix-huitième étage du Val-Fourré, les enfants. Et aujourd'hui la séparation avec les enfants, les minables boulots, l'absence. J'ajoutais que jamais de moi-même, je n'aurais osé solliciter une rencontre auprès d'un éditeur, d'autant que je n'avais rien écrit. Je me sentais écrasée par le souvenir de ma courte et exécrable scolarité; et puis, j'était totalement inhibée par les fautes d'orthographe que je commettais à chaque mot, à chaque ligne...Il rit et me dit que l'écriture ce n'était ni l'orthographe, ni les règles de grammaire, l'écriture c'était autre chose. C'est une voix...Au moment de nous quitter, il ajouta simplement "Ecrivez une dizaine de pages de ce que vous m'avez raconté de votre vie avec cet artiste peintre. L'ordre importe peu...Ecrivez comme vous avez envie d'écrire...Et apportez-le moi ! Je vous donnerai une réponse très vite !"

 

Editeur-sourcier, Jean-Jacques Pauvert, le découvreur d'Albertine Sarrazin, à l'écouter, mit vite jour à une personnalité rare "Ecrivez-donc tout celà", lui dit-iljean-jacques pauvertjean jacques pauvert002
Ce qu'elle fit à la lueur d'une chandelle dans une minuscule chambre de la Bastille - mais oui je n'invente rien -. Ce fut "La Première Habitude" qui, effectivement, révélait chez cette jeune femme, qui avait quitté l'école en 4e et n'avait jamais lu un livre,  un don et un goût d'écrire auxquels d'ailleurs elle allait consacrer par la suite une longue méditation littéraire, "L'Or des chambres"
Consacré aussitôt par la critique et le succès, La Première Habitude allait dépasser-toutes éditions confondues-les 100.000 exemplaires et Françoise Lefèvre avoir les honneurs du Livre de Poche..."Pauvert
La Première Habitude

Publié en 1974, aussitôt couronné par le grand prix des Lectrices de Elle, La Première Habitude, raconte la désolante histoire d'un fol amour pour un peintre volage, amour qui dura  sept années vécues dans la misère, suivies d'un abandon tel que les deux enfants nès de cet amour, deux filles, devront être placées, pendant un certain temps, loin de leur mère. L'écriture, dans une chambre glaciale de la Bastille, y tient lieu  et place de sauvetage et dépasse le témoignage pour atteindre à ce que Françoise Lefèvre nomme elle-même une rédemption

"Mon habitude ressemblait à une marche le long d'un chemin bordé de sapins. J'avais vingt ans. J'avançais avec la force de ceux qui savent tirer des traîneaux, corsage ouvert sur le givre, le froid planté comme une lame dans les gencives. Rien ne m'importait que d'avancer. Le ciel était bleu. La cîme de cristal des sapins le transperçait comme le cri d'un alleluia. Il faisait froid"

"Je revois Saint-Jean de-Luz, je la sens, je la hume. Elle a une odeur d'océan et de thon, je revois la vente à la criée sous le soleil, tôt le matin: une montagne de thons morts. Leurs ventres glissaient les uns contre les autres en éclaboussant de sang nos pieds nus"

" Ce soir Raphaêl me peindra à demi-couchée en travers du port, un coude appuyé sur la Baie de Socoa. Il me coiffera d'un casque de Walkyrie. Mes cheveux s'envoleront autour des cornes. J'enserrerai un thon entre mes cuisses"

"En cette seconde même, je ressens comme un divorce entre Raphaël et moi. J'aurais voulu qu('il ne me laisse pas rentrer seule; J'ai besoin qu'on vienne à ma rencontre et j'ai besoin d'aller à la rencontre; j'ai besoin d'un rendez-vous. J'ai besoin de savoir que l'autre escalade  un versant de la colline pendant que j'escalade le mien de mon côté"

 

" J'imagine que le seul être qui aurait pu m'expliquer Saint-Jean-de-Luz et mes sept années aux côtés de Raphaël aurait été un grand-père. S'il avait existé quand j'étais petite, j'aurais grimpé sur ses genoux, j'aurais bien calé ma tête contre sa barbe et j'aurais écouté. Sans doute j'aurais été sa préférée et il m'aurait fait croquer un morceau de sucre à peine trempé dans un alcool blanc. Il aurait été un beau grand-père, un peu cosaque et m'aurait dit "Viens ici Douchka, ma petite âme, toi aussi tu connaîtras des hommes !". Et voilà avec son grand mouchoir il aurait essuyé mes larmes et m'aurait remise vivement par terre. Nous aurions ri et tapé dans nos mains en les croisant à chaque fois"

"Nom de Dieu, les rats ! J'avance à mon tour et je vois, perchés sur une malle en osier dans laquelle restait du sucre qui devait servir à la fabrication de la limonade, trois rats énormes qui ne s'enfuient même pas. Ils ont approximativement la grosseur de chats. Ce sont des rats d'égoût luisants et qui bavent "

 

  "Même sans prendre un crayon, j'ai toujours écrit. Écrire est devenu pour moi une manière de combler le temps entre l'intolérable naissance et l'intolérable mort. Rencontrer des gens, c'est écrire. Faire l'amour et mettre au monde des enfants, c'est écrire. Ma vie avec Raphaël et après lui, ce fut dix années d'apprentissage de l'écriture. Je ne le savais pas. Ce que je lui donnais, c'était pour moi des milliers d'avortements. Je ne savais pas ce qu'il y avait de dangereux et de magique à infuser à quelqu'un par le biais de l'amour toutes les pulsions de mort et de vie qui étaient en moi. Lui en faire don, c'était accepter de n'avoir plus de chance. Je donnais ma langue, je devenais muette."


Témoignages
 
" Un magnifique rêve éveillé, consenti, vérifié à tout instant...Une voix juste...un peu tremblante..."(Dominique Rollin)


  On ne peut ignorer plus longtemps un livre qui découvre à la fois une personne et le style qui lui convient...La fureur de vivre anime ce récit rédigé avec une perfection et un raffinement exemplaires. On ne peut pas faire plus belle entrée en littérature (Jean Freustié, Le Nouvel Observateur)

"L'OR DES CHAMBRES," le deuxième ouvrage, dès 1976, toujours chez Pauvert, opère comme son titre invite à le penser, une alchimie. Une vaste réflexion sur l'écriture traverse en outre ces pages dont plusieurs ne dépareraient pas les meilleures anthologiesl'or-des-chambres de Françoise Le fèvre-1976-2e romanIl transmue l'absence en caresses
FR.Lefèvre . L'or des Chambres 1976

"Comment raconter les odeurs, le toucher, Et ces choses simples: les bruits de la pluie dans les petits cours et celui du vent. Comme elles me pénètrent de leurs voix silencieuses. Comme elles me font et me défont. Elles sont gestes d'amants, le sais-tu? Elles sont les caresses de l'absence


"Ce titre de "L'Or des chambres" clos sur lui-même et, dirais-je, couché en rond comme quelqu'un qui voudrait s'endormir, je l'ai choisi parmi les mots qui reviennent sans cesse avant le sommeil, quant tout est calme enfin, et que nous captons sous nos paupières un peu de cet or qui fait de nous des chercheurs d'éternité "

" L'écriture ressemble à l'attente. Et l'attente est bleue. Froide comme le bleu des membres bleuis. Elle laisse derrière la porte celle qui écrit. On ne comprend rien à ce rendez-vous, à ce baiser d'aveugle. On ne peut l'éviter pourtant. On pressent que la mort sera comme ce vide au bout des doigts "

"Un jour retrouverai-je le rire qui ne se casse pas? Dirai-je à un homme que je voudrais venir dans sa maison? J'avancerai à pas de loup le long de ses murs et ferais le cri d'un animal. Cri de loup ou cri de chouette. Il viendrait me chercher. Il saurait que j'ai besoin d'un abri "

"Alors je voyagerai sur les tuiles de la maison. Je toucherai du doigt le portail et le fermerai, comme il se doit quand le soir tombe. Je m'assoirai quelques instants sur les marches du perron et rendrai grâce à la nuit d'être bien née. Je demanderai que celà dure et que jamais je ne perde un seul de mes sens. Je rendrai grâce et prendrai de la terre dans mes mains et m'en frotterai toute la peau. Je la respirerai et n'oublierai pas qu'elle sera ma dernière couche"



Temoignages:

"...Cris dignes d'une anthologie des chagrins d'amour comme :"Qui n'a  écrasé sa langue contre les murs ne sait rien de l'absence"...Avec L'or des chambres, Françoise Lefèvre renoue avec la famille injustement oubliée de Marcel Schwob et de Maurice Maeterlinck "(Jean Chalon. Le Figaro)

"...Sourdes explosions d'une sensualité qui se colore de toutes les nuances de l'érotisme, mais aussi gris de la liberté neuve enfin trouvée grâce à un instrument de transformation du monde et du coeur vieux comme eux: la parole poètique" (Madeleine Chapsal. L'Express)



Le troisième roman "LE BOUT DU COMPTE" toujours chez Pauvert, en 1977, met en scène l'enfance, la naissance de la voix, la panique de l'abandon et ressuscite le père d'adoption, celui qui l'a adoptée et s'est occupé d'elle comme il l'a fait de ses quatre autres filles. Cet homme rencontra la mère de Françoise pendant la guerre, il  l'aima éperdument. Il luit offrit de l'épouser et de donner son nom à son enfant. Pour assurer l'existence de la famille, il renoncera à devenir professeur et s'engage dans l'armée qui à l'époque occupait l'Allemagne vaincue. Après la guerre d'Indochine, il prendra un poste dans l'Education nationaleFR.L Le bout du Compte
"On avait découvert son cadavre dans les montagnes au-dessus de Béziers. La mort remontait bien à un mois "Pour ne pas choquer le enfants, j'accomplirai ce dernier geste loin de Paris" Lui qui avait mis toute sa conscience pour que nous n'attendions pas et que la famille touche l'argent le plus rapidement possible, il n'avait pas prévu que durant quatre semaines la neige recouvrirait son corps. Ce fut un chauffeur de car qui le découvrit à la fin du mois de  mars pendant la fonte des neiges. Sur son siège il était un peu en hauteur et il remarqua un homme qui dormait dans une prairie, contre un fourré non loin de la route. Quand il refit le trajet en sens inverse, il s'étonna de voir que le dormeur était toujours là.
Mon père si prévoyant n'avait pas songé à la neige. Elle dut commencer à tomber au moment où il s'écroulait, et recouvrit très vite son corps, sa sacoche et son revolver"

"Ainsi on peut partir un jour? On peut saisir son revolver sur la dernière planche de l'armoire et le glisser dans sa sacoche, et acheter un billet de train. Tout mettre en oeuvre pour que la famille ne soit pas inquiétée. Régler le moindre détail. Etre certain que l'assurance n'exclue pas le suicide. S'en informer sans éveiller les soupçons. Pourvoir jusqu'au bout; en bon père de famille"



Des années plus tard Françoise refera le dernier voyage de son père:  

"Il est des voyages qu'on ne peut faire que seule. Ainsi c'est une fièvre violente qui me pousse sur le quai de la gare d'Austerlitz, cette gare d'où mon père posta sa dernière lettre. Je prends le train pour Béziers. Puis je prendrai le car pour un petit village. Il fit de même il y a treize ans. Qui rencontra t'il dans son compartiment? J'aurais aimé qu'il rencontre une femme qui le détourne de son chemin. Une femme qui l'écoute, le prenne par la main, le baise sur la bouche, le fasse bander. Une femme qui l'entraîne dans un hôtel de fortune, près d'une gare. une femme qui le fasse descendre du train avant Béziers..."

"L'indécence ce n'est pas la chair heureuse. L'indécence c'est la mort. C'est la semence, le foutre sacré qui ne jaillira plus. L'indécence, c'est lorsqu'il ne s'est trouvé personne pour vous aimer jusqu'au bout. Lorsque personne ne vous a baisé le front, les mains, les pieds, le sexe"

Témoignage:

"On savait que Françoise Lefèvre avait à profusion le don d'écrire. On découvre cette fois qu'elle a celui de se taire ou plutôt de suggérer, plus subtil et peut-être plus difficile. Certes on retrouve l'exubérance sensuelle qui avait séduit dans La Première Habitude, le sens charnel de la terre, le sentiment incorruptible d'être bénie, d'avoir la chance pour elle, qui lui permit sans doute de survivre à ce qu'elle avait vécu et qu'elle racontait dans son premier roman: la faim, le froid, les rats, et, au bout du compte, l'abandon" (Pierre Démeron, Marie-Claire)


En 1985, Françoise publie "Mortel  Azur" qui sera traîté dans l'article suivant. Son 4e romanFR.L . Mortel Azur
 

 

En 1990(cinq ans plus tard) c'est "LE PETIT PRINCE CANNIBALE", son 5e roman qui paraît chez "Actes Sud" cette fois et est couronné par  "Le Goncourt des Lycéens"

"Femme déchirée, écrit Hubert Nyssen son éditeur d'Actes Sud, femme dechaînée, la narratrice de ce livre est, avec toute sa passion, un écrivain qui tente de raconter l'histoire de Blanche, une éblouissante cantatrice que la mort ronge vivante. Mais elle est d'abord la mère de Sylvestre, l'enfant autiste(né en 1982 )qu'elle veut à tout prix faire accéder à la vie et au monde des autres. Or le petit prince cannibale en ce combat dévore les phrases, les mots de la mère écrivain. et dès lors c'est un véritable duo concertant qui s'élève dans les pages du livre entre deux voix, entre deux femmes, l'une, superbement triviale, s'affrontant à tous les interdits et préjugés qui menacent son enfant, l'autre, la romancière, rauque et passionnée, dont les espoirs et les désespoirs se mêlent à ceux de Blanche, son héroïne. Sortant elle-même d'un long silence, François Lefèvre fait retour à l'écriture avec ce texte flamboyant, inclassable "Lefevre12 Le Petit Prince CannibaleHubert NYSSEN Fondateur d'Actes Sud (Arles(décédé en 2012))Hubert Nyssen-Actes Sud-Arles-Françoise Le fèvre
Extraits du "Petit Prince Cannibale" :

Françoise Lefèvre s'adressant à son enfant: "Ce n'est pas tant la mère que tu asphyxies, c'est l'écrivain. Personne autour de moi n'en tient compte..."Autisme-Hugo Horiot-Françoise LefèvregardHermine et Hugo Horiot-2 enfants de Françoie Lefèvre

"Tout est fait dans notre société pour brutaliser le sentiment maternel. Tout est fait pour qu'on se retrouve dépossédée. Les mains vides. Il faut oser aimer le petit enfant et oser le dire"Françoise Lefèvre et son fils Hugo Horiot

Le nouveau-né s'était calmé dans mes bras, consolé par le lait mais plus encore par la tendresse. Par instants, la monodie que je fredonnais s'arrêtait net, tant j'étais obsédée par le souvenir d'autres femmes qui n'avaient pas eu ma chance, poursuivie par le regard de ces femmes africaines dont les nourrissons morts-vivants aux yeux remplis de mouches tètent les seins vides. Et tandis que je circulais dans la pénombre avec le poids de ce bonheur, lourd comme un chevreau endormi, revenaient me hanter les fantômes  de ces mères qu'on poussa dans les chambres à gaz avec leurs enfants. Afin qu'ils aient moins peur et ne pleurent pas, elles trouvèrent la force de les porter, leur cachant le visage contre elles, puisant dans leurs entrailles l'ultime ressource de leur chanter une dernière fois, jusqu'au bout, la plus effroyable des berceuses..."

"Ma liberté c'est de retourner à Blanche. Parler de Blanche. Devenir Blanche. Mourir entre l'eau et les arbres. Muette sous le ciel blanc. Muette de ne pouvoir dire l'amour dont j'ai été sevrée. Le lui faire dire à elle...Il y a en moi des paupières à jamais fermées. Des ailes à jamais rognées. Quelque chose d'une chouette effraie comme celles qu'on clouait aux portes des granges. Témoin solitaire de grands mouvements d'étoiles. Sentinelle à vif contenant ses larmes nocturnes..." hugo1986.jpg
Hugo HORIOT(né en 1982)

 

"J'ai attendu aujourd'hui pour comprendre que peu d'êtres jouissent de l'écho d'un train qui passe. Du carillon d'une église. Du vent. De la pluie. De la nuit qui vient. La lumière soudaine sur un mur. La main d'un enfant qu'on va chercher à l'école. L'odeur du froment dans son cou. Son rire auprès des ronciers qui débordent sur le chemin. Ses doigts, ses lèvres, sa langue tachés de violet. Et puis ce parfum d'automne dans l'humus que je ramasse pour eux et qu'ils viennent renifler dans ma paume..."

Laissez-moi survivre encore dans votre livre génial et atroce. Je suis en larmes. Vous m'avez atteint au coeur, vous qui nous donnez votre chair vivante, vous qui luttez pour un enfant que j'aime, vous qui parlez avec des mots charnels : vous avez retrouvé dans ce bouleversement, dans votre épuisement, le regard de Sylvestre, ses cris, son absence sa réalité
Vous l'aurez sauvé, vous êtes entré dans sa logique, dans son trouble, parfois dans ses propres mots. Il n'yavait que vous qui puissiez donner à Sylvestre ce don quotidien, ferment de votre écriture subtile mais apprivoisée. Je suis bouleversé mais je savais que vous pourriez faire naître Sylvestre dans vos mots, un petit être perdu dans son existence bousculée, mais risquée
Françoise je ne suis rien devant vos pages, comme inutile
et vous nous ouvrez un secret où je ne me sens qu'un pauvre être déchu, désemparé mais qui vous aime puisque votre  maternité quotidienne nous restitue une douleur sans nom mais avec la figure soudain paisible de Sylvestre
Je vous embrasse avec ferveur et émotion (Jean Cayrol)

 

"J'ai souvent été agressée ou totalement ignorée par des gens aigris. Ce sont les mêmes qui ne se réjouissent jamais. Ni d'une naissance. Ni d'un bonheur qui vous arrive. Ni des progrès d'un enfant autiste. Ni surtout du livre qu'on vient de publier. Ils vous reprochent votre verve. Votre vie. Votre lyrisme. Très mauvais, le lyrisme. Et bien sûr ils sont écoeurés par votre érotisme "débridé". Je pense qu'en d'autres temps on m'aurait enfermée. Je me souviens de l'odeur des cachots. A l'opposé, c'est réconfortant d'être reconnue de son vivant, de toucher des êtres qu'on n'aurait jamais rencontrés et qui sont émus et vous le disent.C'est comme si cette violence qu'on se fait à soi-même pour écrire seulement une page trouvait enfin un écho. Alors on revoit défiler toutes ces saisons où l'on s'est empêchée de vivre. Combien d'après-midi ensoleillés derrière les volets ? Il y a tant de retrait, d'enfermement dans l'acte d'écrire que c'est étrange d'imaginer toutes ces pages ayant leur propre vie. Infusant à d'autres êtres une force bénéfique, alors que pour les écrire on s'est privée de tout.
On ne trompe pas l'écriture. On ne bafoue pas la page blanche. On ne peut pas tout au long d'un livre porter un masque et s'en tirer par une pirouette. Inventer une minable intrigue au moment où l'on allait dire l'essentiel. Et l'essentiel, c'est le désir. L'épouvantable désir. L'absence. Le vide. Le néant. Tout ce désir sans objet. Ce désir fou qui fait dire : "Je suis vivante. Je suis vivante !" Mais il n'y a personne. Alors qu'on voudrait s'empaler sur un Dieu. Hier, dans la nuit, regardant les étoiles, j'aurais aimé me souvenir d'un amour. Je me disais que la fin de la vie ne pouvait conduire que sur une route aride et déserte. Jonchée d'amours mortes. Mieux vaut s'y préparer. J'aurais sans doute, au moment de ma mort, l'impression d'être blanche. Blanche de désirs avortés. Blanche de caresses non reçues. Blanche comme le nom de Blanche. Longtemps, j'ai pensé que l'écriture ne pouvait naître que dans une prison. Une forteresse. Il y a sans doute un cachot en moi. Je suis toujours ramenée à ce lieu de douleur. D'enfermement. Depuis quelque temps, je rêve d'une écriture blanche. Vide. Froide comme le marbre. Une écriture de constat. De registre. De greffier ou de médecin légiste. Une écriture sans passion. Une froide écriture vidée de son sang. De ses nerfs. Etincelante comme la neige sous une lune gelée. De justes mots glacés comme le diamant. Une blanche écriture comme les ossements blanchis au soleil. Une écriture de désert. Mais voilà que grillent de chaudes tartines et me bouscule le museau des enfants tout saupoudré de chocolat râpé. Un air léger au piano s'échappe d'une fenêtre. Je m'interdis de penser que les heures présentes sonnent le glas. Enfants qui puisez et m'épuisez, comment ai-je pu vous mettre au monde ? De quelle moelle vous ai-je nourris pour que vous trouviez la force de courir, de rire, de rêver ? Parfois vous me rendez des bribes de ce que vous m'avez pris. Des brins d'herbe. Des boutons d'or. Des baisers. Mais vous ne me rendrez pas cette dent qui vient de tomber. Ni un ventre lisse. Je roule avec vous dans la prairie sous un ciel de nuages. Je suis amoureuse de la prairie. Ses herbes chantantes. Son bestiaire secret. Amoureuse du roulis des grandes berces sous le vent, de l'or vivant des blés. Pourquoi est-ce contre la terre que je retrouve un si grand apaisement et toutes mes forces ? Je ris avec vous dans le vent qui fait parler les arbres. Je voudrais que nos rires secouent les étoiles. Que nous fassions semblant d'être foudroyés par l'orage. Et riions d'être si vite ressuscités."

Extrait du Petit Prince cannibale (Actes Sud, 1990)

  Voici Hugo Horiot aujourd'hui. Hugo a 30 ans, est comédien, écrivain et réalisateur de films-video
Ses liens sont:
Sur Facebook :    http://www.facebook.com/hugo.horiot
Sur My Space :    myspace.com/hh production.
Sur Dailymotion, voyez à Hugo HORIOT, les  4 épisodes de Nicolas VERDOYANT
Nouveau blog de Hugo HORIOT: http://www.facebook.com/l/a409b;hugohoriot.blogspot.com


Voici un message pour lui que m'a envoyé ce matin, sa maman Françoise Lefèvre:


"Aujourd'hui tu as 27 ans. Tu es comédien et auteur de courts métrages. Tu écris aussi  
  Tu t'appelles Hugo Horiot
  Tu sais la vie, c'est un peu comme la traversée du Vendée-Globe. Alors, bonne route, Hugo.
  Bon vent. J'ai adoré être ta mère ".

  FL
Hugo Horiot comédien en 2010Les photos de scène sont de  François Sternicha  Ci-dessous, dans Marie-Tudor de Victor Hugo  au Théâtre du Jour à AgenHugo Horiot dans Marie Tudor de Victor Hugo-Photo Clovis Gauzy
Dans "La Fausse Suivante" de Marivaux. Ces photos ont dû êtres retirées suite à la très collaboratrice et élégante menace de leur auteur Clovis Gauzy, éclairagiste du spectacle, qui m'en demande 132 Euros de droits d'auteur sous peine de porter plainte en justice. Merci à lui ! Il y a des gens comme moi qui essaient de faire quelque chose de beau, pour porter l'oeuvre de qualqu'un d'autre, gratuitement, et il y en a d'autres ......n1099692654 30013862 945Hugo Horiot Comédien-Nanteshoriot3-copie-1

horiot6-copie-1

Hugo a réalisé en 2011, un documentaire sur un peintre anartiste belge, Christian Vancau, l'auteur de ce blog et des articles sur l'oeuvre écrit de sa maman. "Homme de Boue, Homme d'argile, le vieux con qui ne se rend pas", film tourné en juin, à Moircy en Belgique et projeté à Paris-Bastille, en avant-première, en octobre 2011.  Voici le DVD. Il dure 24 minutesDVD Homme de Boue on-8 août 2011014

Homme de Boue Le bien Public-Dijon-8 août 2011013

  En 2013, il publira son premier livre "L"Empereur c'est moi" aux Editions Les Arènes, Collection l'Ionoclaste, rue Jacob à ParisHUGO1124

 

HUGO1125HUGO1126Hugo et sa maman Françoise Lefèvre, ce 28 mai 2013 aux Editions Les Arènes, au 27 de la rue Jacob à ParisRue Jacog 27 Françoise et HugoHugo HORIOT424695 551963344864686 1519711109 n

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Françoise LEFEVRE
commenter cet article

commentaires

artisan serrurier paris 15 22/11/2014 01:27

Bonsoir tout le monde

Je me présente Lynsey Beougher , et mon job c'est Serrurier à Paris . J'habite dans le paris 3eme arrondissement , et je suis passionée de Partir à l'aventure . Mon truc à moi , c'est que Je parle italien . je souhaite échanger concernant à avoir le plus d'échos sur ce sujet et je suis ouvert à toute nouvelle idée !

vancau 22/11/2014 09:36

Vous arrêtez tout de suite d'envahir mon blog. Je vous signale à la direction d'Overblog

nic 03/04/2013 21:21


Toujours le même plaisir à lire tes articles ...et celui là ainsi que tous ceux retraçant l'oeuvre de Françoise avec encore plus d'émotion ...
Parceque Françoise, parceque Hugo, parceque toi aussi ....
Au fil des communications , des échanges, des lectures , des photos, des vidéos, des enregistrements , publiés par les uns et les autres,...  etc ... ce sont mille petits liens qui finissent
par se tisser plein de tendresse et une belle amitié ...
Merci pour ce remarquable travail sur l'oeuvre de Françoise que j'ai connu grâce à toi ...
Bises +++++

elsen 22/09/2016 23:07

bonjour!!!!!!!je viens de voir cet a midi le visage d'hugo le petit cannibale dont jai lu le livre a sa sortie!!!!!!!!avec le temps javais oublié combien javais adoré le livre!!!!et le combat dune mére pour son fils!!!!son histoire me rappelle un peu la mienne!!!!!!!!!!hugo je t'admire tu est devenu un homme beau sincére et emouvant!!!!!!!!!!quelle force en toi!!!!!!!ta maman est une femme formidable!!!je vs souhaite a tout les 2 tout le bonheur du monde!!je lirais ton livre et te retrouverais un peu quand tu étais le petit prince!!!!!!!merci a frederick lopez davoir pu te rencontrer!!!!!!!!!!!!!!!!affectueusement hugo!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!rose

Christian VANCAU 05/04/2013 14:39



Une fois de plus merci Nic d'être là...Bises



françoise 15/04/2010 21:01



"Bon vent : j'ai adoré être ta mère"


j'aurai aimé dire cela à mes enfants


très touchant



Laurence 30/03/2010 23:09



Comme dirait Jane Birkin "mieux vaut être Belle et rebelle, que moche et remoche" ! Belle, rebelle, magnifique, je la découvre et t'en remercie. J'ai une petite tonne de livres en retard, mais
son nom est gravé sur mes tablettes, elle viendra rejoindre bientôt les compagnons de ma table de nuit! Bisous