Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/JhTclis3cE
    https://t.co/JhTclis3cE Christian Vancau (@VancauChristian) September 16, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être...
    Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/CcqJLdfIwY Christian Vancau (@VancauChristian) September 16, 2017
  • Un article sur mon territoire vient de paraître...
    Un article sur mon territoire vient de paraître dans le n° 31 de septembre 2017, pages 22-23 et 24 de la revue... https://t.co/gJxCwRSwyw Christian Vancau (@VancauChristian) September 14, 2017 Un article sur mon territoire vient de paraître dans le n°...
  • https://t.co/pPlRtfzdsB
    https://t.co/pPlRtfzdsB Christian Vancau (@VancauChristian) September 14, 2017 Christian Vancau shared a memory.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 08:00

JEAN GIONO

2805-4f3d0a044f21b-304x339-9cJean Gionocpays de Giono

Giono Le soleil...485719 2442959888809 1857220571 nJean Giono (Manosque30 mars 1895 - Maison « Le Paraïs » de Manosque, 9 octobre 1970) est un écrivain et scénariste français, d'une famille d'origine piémontaise. Un grand nombre de ses ouvrages a pour cadre le monde paysan provençal.1297846622p.airieau fvdev lus-giono 048 Inspirée par son imagination et ses visions de la Grèce antique, son œuvre romanesque dépeint la condition de l'homme dans le monde, face aux questions morales et métaphysiques et possède une portée universelle. Il fut accusé de soutenir le Régime de Vichy et d'être collaborateur avec l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses défenseurs affirment que son pacifisme l'avait conduit à refuser toute opposition armée au nazisme, alors que ses détracteurs soulignent qu'il était un soutien complaisant au régime1.

Il devint l'ami de Lucien Jacques, d'André Gide et de Jean Guéhenno, ainsi que du peintre Georges Gimel. Il resta néanmoins en marge de tous les courants de littérature de son temps.


Biographie]


magnify-clip.png
  

Enfance et Première Guerre mondiale 

Giono est né à Manosque. Voici la Maison natale de Jean GionoGiono Maison natale786px-Jean Giono's house in Manosque le 30 mars 1895. Il n'a ni frère ni sœur. Son père est un cordonnier anarchiste d'origine italienne qui passe beaucoup de temps à lire la Bible ; sa mère, née à Paris et d'origine picarde, dirige un atelier de repassage américain. Giono a évoqué son enfance dans Jean le Bleu. Son père aurait accueilli nombre de proscrits2.

En 1911, la mauvaise santé de son père et les faibles ressources de sa famille l'obligent à arrêter les études. Il travaille dans une banque, le Comptoir national d'escompte3. Il doit parallèlement s'instruire en autodidactepour assouvir sa soif de savoir. En 1915, pendant la Première Guerre mondiale, son entrée en guerre, au cœur d'une des batailles les plus terribles du conflit, le traumatise. Son meilleur ami et nombre de ses camarades sont tués à ses côtés. Lui n’est que « légèrement » gazé. Il reste choqué par l'horreur de la guerre, les massacres, la barbarie, l'atrocité de ce qu'il a vécu dans cet enfer, et il devient un pacifisteconvaincu4, comme bon nombre d’anciens combattants de la Première Guerre mondiale.

Des débuts littéraires à la Seconde Guerre mondiale]

Plus tard, la lecture des écrivains classiques (en particulier Virgile) l'amène à l'écriture. Son ami le peintre Lucien Jacques lit ses poésies, l’encourage et publie dans sa revue Les Cahiers de l’Artisan ses premiers poèmes : Accompagnés de la flûte5. Son premier ouvrage Colline rencontre un certain succès. Ses trois romans suivants rencontrent le même succès, ce qui lui permet d’acheter sa Maison « Le Paraïs » à Manosque3ManosqueParaisGiono10-4-01CRmanosque-giono.jpgag. L'écriture prend de plus en plus d'importance dans sa vie, si bien qu'après la liquidation, en 1929, de la banque où il était employé, il décide d'arrêter toute activité professionnelle pour se consacrer exclusivement à son œuvre. Il reçoit en 1929, le prix américain Brentano pour Colline, ainsi que le prix Northcliffe en 1930 pour son roman Regain.Regain010jean-giono-regain-dedicace-885054815 ML Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1932.

Les événements du début des années 1930 le poussent à s'engager politiquement. Il adhère à l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires (mouvance communiste), mais, par méfiance, il s'en dégage très rapidement.

En avril 1935, il publie Que ma joie demeure qui connaît un grand succès, particulièrement auprès de la jeunesse.Gionoquemajoiedemeure Que ma Joie demeure012Ce titre est une allusion explicite à la cantate de Jean-Sébastien BachJésus que ma joie demeure, par laquelle il souhaitait exprimer sa foi en une communauté des hommes, par-delà les religions6. Il traduit également Moby Dick en français7.

Giono et quelques amis, bloqués accidentellement dans le hameau du Contadour lors d'une randonnée sur la montagne de Lure, décident, subjugués par la beauté des lieux, de s'y retrouver régulièrement : ainsi naissent les Rencontres du Contadour. C'est l'époque de la publication de l'essai Les Vraies Richesses, dédié aux habitants du Contadour.giono les vraies richessesContadourCentrejeangionogiono-bergers

Les prémices d'une nouvelle guerre se manifestent bientôt. Jean Giono rédige alors ses suppliques Refus d'obéissanceLettre aux paysans sur la pauvreté et la paixPrécisions et Recherche de la pureté. La déclaration de guerre interrompt la neuvième réunion. Les « disciples » attendent la réaction de Giono. Elle est difficile pour cet homme libre qui ne voulait pas être directeur de conscience et qui écrit « Vous êtes, vous, de l’humain tout frais et tout neuf. Restez-le ! Ne vous laissez pas transformer comme de la matière première [...] Ne suivez personne. Marchez seuls. Que votre clarté vous suffise. »8.

Seconde Guerre mondiale À la déclaration de guerre, il va au centre de mobilisation de Digne9. Cependant, à cause de son pacifisme (il n'assimilait pas les Allemands aux nazis), il est arrêté le 14 septembre1939. Il est relâché après un non-lieu, et libéré de ses obligations militaires10.

Ayant acheté deux fermes en 1939, il dispose d’abondantes ressources alimentaires, ce qui selon sa fille lui permet d’accueillir nombre de personnes de passage11. Pendant la guerre, Giono continue à publier sans respecter la directive du Comité national des écrivains. Le passage obligatoire par la censure de l'occupant l'a amené à avoir des contacts avec les autorités allemandes. Le succès de ses oeuvres l'a enrichi considérablement12. Il se consacre longuement aux soins à donner à sa fille touchée par la tuberculose, en l’emmenant dans la montagne, à Lalley13.

Dès avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, on lui reproche sa proximité avec la collaboration. Une bombe est déposée devant la maison de son domicile la nuit du 11 au 12 janvier 1943 et explose sans faire de blessés, emportant cependant la porte d’entrée14. Après la guerre, il est accusé d'avoir collaboré et de nouveau emprisonné, en septembre 1944, principalement pour avoir fait paraître Deux cavaliers de l'orage dans La Gerbe, journal collaborationniste, et un reportage photo (publié sans son accord]) dans Signal, sorte de Paris Match nazi15. Il n'est libéré qu'en janvier 1945, sans avoir été inculpé. Néanmoins, le Comité national des écrivains, organisme issu de la Résistance, l'inscrit sur sa liste noire, ce qui interdisait de fait toute publication de son œuvre en France. Bien des résistants qui avaient été torturés et avaient risqué leur vie pour libérer le pays du joug nazi et du régime de Vichy ne lui avaient pas pardonné cette phrase :« Je préfère être un Allemand vivant qu'un Français mort », considérant cette citation comme une offense à leurs morts. Cette mise à l'index ne prend fin qu'en 1947, avec la parution de Un roi sans divertissement, livres-magazines-jean-giono-divertissement-imgUn Roi sans D008première en date des Chroniques. Giono a cependant abrité Karl Fiedler, trotskiste allemand, l’épouse de Max Ernst, et dit avoir aidé Jan Meyerowitz, musicien juif, qui, lui, n'en fait jamais mention. Sa fille mentionne également plusieurs autres personnes en fuite recueillies au Paraïs16Pierre Citron affirme, dans la biographie de Giono, détenir les preuves de ces aides, sans les publier[9782020122122

Pour sa fille, cette longue période de mise à l’écart et de mépris populaire lui inspire l’épisode du Hussard sur le toit où Angelo, poursuivi par la foule qui cherche un bouc émissaire, se réfugie sur les toits de Manosque. D’après elle, ce fut une satisfaction de « faire mourir les habitants de Manosque de manière horrible, sale, souffrant physiquement et moralement, au milieu de vomissures et de diarrhée. »17.Le Hussard sur le Toit013

Giono et la collaboration

Les défenseurs de Giono le présentent comme un pacifiste trompé par le Régime de Vichy qui, pour lui, amenait la paix. Cela l'aurait poussé en 1938 à donner son soutien aux Accords de Munich. Le fait que le « néoprimitivisme » ou le « tarzanisme »18 de Giono ait été admiré à la fois par les nazis et par le Régime de Vichy n'est pas selon eux une preuve que Giono était réciproquement un soutien au régime. Du reste, les Allemands ont tenté à plusieurs reprises de le faire venir au « Congrès des écrivains de l'Europe » à Weimar. Giono n'y a jamais participé. Mais il a exprimé une reconnaissance qui a les accents de la sincérité19.

Des études récentes montrent que Giono a pris lui-même contact avec les autorités allemandes1. Le colonel Gerhard Heller le trouvait « « extrêmement bien disposé » envers la collaboration »19. Dans La Gerbe du 19 mars 1942, Jean Giono qualifie la défaite de 1940 et Vichy de « grande expérience » après des « années d'erreurs ». Dans son journal il affirme que nazis et alliés sont « semblables »20, tandis que les résistants sont des « assassins » et des « voyous ». Les mots durs que Giono utilise pour qualifier les résistants contrastent avec l'insensibilité qu'il affiche à l'égard des juifs20 :

« Il (une connaissance juive) me demande ce que je pense du problème juif. Il voudrait que je prenne position. Je lui dis que des Juifs je m'en fous comme de ma première culotte : qu'il y a mieux sur terre que de s'occuper des Juifs. Quel narcissisme ! Pour lui il n'y a pas d'autre sujet. Il n'y a pas d'autres chose à faire sur la terre qu'à s'occuper des Juifs. Non je m'occupe d'autre chose. »21

Le Giono d’après-guerreDans les années qui suivent, Giono publie notamment Mort d'un personnage (1948), Les Âmes fortes (1950), Le Hussard sur le toit (1951), Le Moulin de Pologne (1953).

Avec le succès de ces livres, surtout celui du Hussard sur le toit (qui est porté à l'écran en 1995 par Jean-Paul Rappeneau), Giono est de nouveau considéré comme l’un des plus grands écrivains français du xxe siècle. En 1953, le Prix littéraire du Prince-Pierre-de-Monaco lui est décerné pour l'ensemble de son œuvre. Il est élu l'année suivante au sein de l'Académie Goncourt 2. De plus en plus intéressé par le cinéma (son film Crésus sort en 1960), il préside le jury du Festival de Cannes en 1961. Son dernier roman L'Iri s de Suse, paraît l'année de sa mort. Emporté par une crise cardiaque le 9 octobre 1970 dans sa Maison « Le Paraïs » de Manosque, Jean Giono est enterré à Manosque.

Giono et Manosque

220px-Giono%27s_Manosque_landscape.JPG
magnify-clip.png
Paysage de Giono
Article détaillé : Rencontres du Contadour.

Giono s'est surnommé « le voyageur immobile ». De fait, son œuvre évoque souvent de longs voyages ou cheminements, alors que lui-même n'a presque pas voyagé, sauf de courts séjours en Écosse, à Majorque et en Italie (Voyage en Italie, œuvres complètes, La Pléiade). Avant de vivre dans sa Maison « Le Paraïs , qui surplombe Manosque, à partir de 1929, Jean Giono a habité à Manosque même : 1, rue Torte, où il est né le 30 mars 1895 ; 14, rue Grande, où ses parents déménagèrent peu de temps après ; 8, rue Grande, où il emménagea en 1930, après son mariage.

Sur le boulevard circulaire de Manosque se trouve aujourd'hui le Crédit agricole, qui était le Comptoir d’escompte lorsque Giono y travaillait.

Il a également souvent séjourné dans le Trièves où il passait ses vacances, avant la guerre (à Tréminis) et après (à Lalley)giono-et-les-alpes-est-sorti-dans-la-collection-les-patrimo. Cette belle région montagneuse, située au nord du col de la Croix-Haute et qu'il qualifiait de « cloître de montagnes », lui a inspiré notamment Le Chant du monde,Bataille dans la montagne (situé à Tréminis), Un roi sans divertissement (dont l'action se déroule dans un village correspondant à la situation de Lalley),i Les Vraies richesses et Tromphe de la vie, essais qui empruntent beaucoup à la sérénité bucolique du Trièves.giono les vraies richesses57 giono-affiche

L'œuvre[

L'œuvre de Jean Giono mêle un humanisme naturel à une révolte violente contre la société du xxe siècle, traversée par le totalitarisme et rongée par la médiocrité. Elle se divise en deux parties : les premiers livres sont écrits d'une façon très lyrique (ces œuvres sont souvent dites de « première manière ») et leur style est très différent des œuvres tardives plus élaborées et plus narratives, telles que les Chroniques romanesques et le Cycle du Hussard (œuvres dites de « seconde manière »). La nature est d'une certaine façon le personnage principal des premiers livres, tandis que l'Homme est celui des seconds.

Soldat durant la Première Guerre mondiale, Jean Giono n'aborde objectivement cette période de sa vie que dans Refus d'obéissance, c'est-à-dire bien après ses premières publications. L'influence de la guerre est pourtant très forte tout au long de son œuvre. S'il est inclassable, Giono est sans conteste un humaniste et un pacifiste.

Les premières œuvres : la Nature prééminente Après Naissance de l'Odyssée, qui ne sera publié que plus tard, les trois premiers livres de Jean Giono (CollineUn de Baumugnes et Regain) constituent la trilogie de Pan.Colline011 Un de Baumugnes009Le dieu Pan est une figure importante dans les livres de Giono. Il est explicitement présent au tout début, et restera jusqu'à la fin en filigrane. Il représente la nature unifiée dans un être unique. Bien que peu adepte des discussions philosophiques, Giono fait quelques brèves allusions au panthéisme (cf. SpinozaParménide), qu'il développe allègrement de façon lyrique dans ses premiers livres. La nature y est présentée d'une façon bien différente de l'idyllique et bienveillante Provence de Pagnol. Chez Giono, la nature est belle, mais elle est aussi cruelle, destructrice et purificatrice : l'Homme en fait partie, mais elle n'est pas l'Homme. Ainsi, dans Le Hussard sur le toit (1951), la nature se manifeste par le choléra qui dévaste la Provence et tue aveuglément sans se soucier des préoccupations politiques qui agitent les hommes. On retrouve du reste cette conception de la nature, particulièrement absente des idées de cette époque, dans un texte contemporain d'Albert Camus, intitulé L'Exil d'Hélène.

 

La seconde manière où l’Homme est au centre 

À l'instar de Balzac, et très impressionné par La Comédie humaine, Giono avait en tête le projet d'un cycle romanesque en dix volumes « à la manière de Balzac ». Le premier volume de la série, écrit en six jours, a pour titre Angelo. Ceci devait être le premier volume de dix ouvrages qui auraient retracé « réinventer le XIXe siècle, pour mieux faire ressortir les tares du XXe siècle ».Angelo I, écrit en 1934, paru en 1958, est considéré sans doute à tort comme le brouillon du Le Hussard sur le toit. Il devait être suivi par une série d'Angelo dont le petit-fils, Angelo III, serait un Résistant en 1940. Peut-être effrayé par l'ampleur de la tâche, Giono renonça au projet initial et ne publia que trois romans pour ce cycle : Le Hussard sur le toitLe Bonheur fou et Mort d’un personnage24 (le personnage en question est la marquise Pauline de Théus dans sa vieillesse) .

Une spiritualité imprégnée de paganisme JEAN-GIONO-LA-NOSTALGIE-DE-L--ANGE

Peut-on parler de spiritualité chez Giono ? La question est posée par l'un de ses biographes, Jean Carrière, qui répond "Oui, dans la mesure où celle-ci lui est venue non comme une expérience délibérée, mais comme une lente maturation à jouir des choses sans les posséder."25 Et cet esprit de jouissance-dépossession, qui s'apparente au carpe diem des antiques sagesses, accorde à celui qui s'y livre sans réserve et sans fausse pudeur, selon les propres termes de l'auteur, un sentiment de libération païenne :

« Ce n'est pas seulement l'homme qu'il faut libérer, c'est toute la terre... la maîtrise de la terre et des forces de la terre, c'est un rêve bourgeois chez les tenants des sociétés nouvelles. Il faut libérer la terre et l'homme pour que ce dernier puisse vivre sa vie de liberté sur la terre de liberté [...] Ce champ n'est à personne. Je ne veux pas de ce champ; je veux vivre avec ce champ et que ce champ vive avec moi, qu'il jouisse sous le vent et le soleil et la pluie, et que nous soyons en accord. Voilà la grande libération païenne26. »Giono's Manosque landscape

Cet appel à la libération de l'homme et de la terre s'inscrit en faux contre l'injonction biblique de prise de possession de la terre et de ses animaux par l'homme. Il est aussi une invitation à renouer pleinement avec les joies du corps, la sensualité naturelle, longtemps niée ou occultée par la morale chrétienne :

« J'ai pris pour titre de mon livre le titre d'un choral de Bach : Jésus, que ma joie demeure ! Mais j'ai supprimé le premier mot [...] parce qu'il est un renoncement. Il ne faut renoncer à rien. Il est facile d'acquérir une joie intérieure en se privant de son corps. Je crois plus honnête de rechercher une joie totale, en tenant compte de ce corps, puisque nous l'avons27. »

Le paganisme de Jean Giono, apparaît dès les premiers romans écrit à la fin des années 1920, sous la forme d'une vision panthéiste, qui replonge les êtres au cœur du cosmos étoilé, mais aussi par la perception d'un sentiment tragique de la vie inspiré notamment par sa lecture enthousiaste des récits homériques dès la plus tendre enfance :

« Je lus L'Iliade au milieu des blés mûrs. [...] C'est en moi qu'Antiloque lançait l'épieu. C'est en moi qu'Achille damait le sol de sa tente, dans la colère de ses lourds pieds. C'est en moi que Patrocle saignait. C'est en moi que le vent de la mer se fendait sur les proues28 »

La violence inspirée par une lecture sensuelle du récit homérique traverse toute l'œuvre de Jean Giono. Qu'on pense, par exemple, à la fin tragique de Que ma joie demeure, ou, trente ans après, à la rivalité mortelle qui oppose les deux frères de Deux cavaliers de l'orage. Elle est assumée sans jugement moral, et sans jamais faire ombre à la profonde joie païenne de celui qui ne croyait pas au problème résolu pour tout le monde ni au bonheur commun, mais qui disait : « Je crois que ce qui importe c'est d'être un joyeux pessimiste. »

Œuvres

Article détaillé : Bibliographie de Jean Giono.

L'œuvre de Jean Giono est assez dense et très variée. Certains de ses romans sont devenus des grands classiques de la littérature française du xxe siècle (RegainLe Hussard sur le toit ou Un Roi sans divertissement). Certains, traduits dans de nombreuses langues étrangères, ont acquis une renommée internationale. Au-delà de ses romans, Jean Giono écrivit de nombreux essais grâce auxquels il transmit à ses lecteurs ses points de vue sur ses idées (ses écrits pacifistes), les événements qu'il vivait tels qu'il les ressentait (ses notes sur l'Affaire Dominici) ou ses idéaux (Les Vraies Richesses). Il s'est essayé, avec une pointe de causticité, aux chroniques journalistiques. Bien que la poésie ait toujours été présente dans ses textes, il a publié peu de recueils de poésie. Jean Giono a signé en 1955 la préface du livre Moi mes souliers de Félix Leclerc. Il a également préfacé les Œuvres de Machiavel édité par La Pléiade.

Giono et le cinéma

jean giono et le cinéma20100424Très tôt, Jean Giono s'intéresse au cinéma. Il a vu, dans les années 1930, l'impact qu'ont eu sur le public les films de Marcel Pagnol tirés de ses propres romans (RegainLa Femme du boulangerJofroi ou Angèle). Après quelques courts essais, la première coréalisation est un documentaire de Georges Régnier, Manosque, pays de Jean Giono avec des textes du livre Manosque des Plateaux. Il s'essaie ensuite en 1942 à l'adaptation du roman Le Chant du monde qu'il ne termine pas. Dans les années 1950, Jean Giono travaille avec Alain Allioux au scénario de L'Eau vive(1956), film de François Villiers, avec qui il tourne le court-métrage le Foulard de Smyrne (1957). L'Eau vive est présenté en avant-première au festival de Cannes, en 1958.

Giono écrit le scénario, les dialogues, met en scène le film Crésus avec Claude Pinoteau et Costa-Gavras.dvd-jean-giono-cresus-un-roi-sans-divertiss En 1963, dans la froideur de l'Aubrac, Giono supervise le tournage de l'adaptation de son roman Un roi sans divertissement, réalisé par François Leterrier. Ces deux derniers films sont produits par la société de production que Giono avait créée : Les films Jean Giono. Giono reconnaît dans la presse que le cinéma est un art difficile mais qu'il permet de raconter autrement les histoires.

D'autres réalisateurs ont adapté des œuvres de Giono, de son vivant ou après sa mort, et ont réalisé : Les Grands Chemins (Christian Marquand – 1963Les Grands Chemins007), Deux cavaliers de l'orage (Gérard Vergez– 1983), Le Hussard sur le toit (Jean-Paul Rappeneau – 1995), Les Âmes fortes (Raoul Ruiz – 2001), Le Chant du monde (Marcel Camus – 1965) ou L'homme qui plantait des arbres, film d'animation du québécois Frédéric Back en 1987.giono

Scénariste[modifier]

Odonymie 

 

L'Association des amis de Jean Giono 

220px-Cenre_Jean_Giono_in_Manosque.JPG
magnify-clip.png
Centre Jean Giono

Créée en 1972 à la Maison « Le Paraïs » de Manosque, par Henri Fluchère et Aline Giono l'Association des amis de Jean Giono concourt à la mémoire de l'œuvre et de la vie de l'écrivain. Elle encourage et favorise la recherche universitaire, inventorie et conserve les archives de Giono, soutient et organise différentes manifestations (colloques, journées d'études, expositions, spectacles) comme les Rencontres Giono, en juillet à Manosque, pour les adhérents de l'association et pour tous les publics. Depuis sa création, l'association rassemble des lecteurs fervents et fidèles qui partagent une connaissance et une admiration de l'œuvre de Giono. Le Bulletin de l'Association des Amis de Jean Giono a été remplacé en 2007 par la Revue Giono.

La maison de Giono

Jean Giono achète en 1929, une petite maison au lieu-dit « Lou Paraïs » sur le flanc sud du Mont d'Or, qui domine Manosque. « Un palmier, un laurier, un abricotier, un kaki, des vignes, un bassin grand comme un chapeau, une fontaine. »

   

Il Il transforme et agrandit cette maison où il écrit la plus grande partie de son œuvre. C'est aujourd'hui le siège de l'association des amis de Jean Giono.Giono in Manosque Centre Jean Giono

gionochapeau

 

  •  

Sources sur Jean Giono Magnan-Pierre-Les-Promenades-De-Jean-Giono-Livre-896623654

Souvenirs 

  • Aline Giono (fille de Jean Giono), Mon père, contes des jours ordinaires, Gallimard Jeunesse, 2003
  • Sylvie Giono, Jean Giono à Manosque. Le Paraïs, la maison d’un rêveur, Belin, 2012. Collection « De l’intérieur ». ISBN 978-2-7011-5980-5, 103 p.

Biographies de Jean Giono[modifier]

  • Pierre Citron, Giono, 1895-1970, Paris, éditions du Seuil, 1990, 665 p.  9782020122122
  • Jean CarrièreJean Giono, qui suis-je ?, Lyon, édition la Manufacture, coll. « Qui suis-je ? », 1985, 214 p. (ISBN 290463844X) 
  • Pierre Citron, Giono, Paris, éditions du Seuil, coll. « Écrivains de toujours », 1995, 188 p. (ISBN 2020197855)
  • Claudine Chonez, Giono, éditions du Seuil, coll. « Écrivains de toujours », 1956
  • Henri GodardGiono : Le roman, un divertissement de roi, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard », Paris, 2004 (ISBN 2070315436)
  • Pierre MagnanPour saluer Giono, Denoël, Paris, 1990
  • Maurice Chevaly, Giono vivant, éditions Autres Temps, Marseille, 1995
  • Alfred Campozet, Le Pain d'étoiles : Giono au Contadour, éditions Pierre Fanlac, Périgueux, 1980
  • Pierre-Emile Blairon, Giono : la nostalgie de l'ange, Lambesc, Prolégomènes, 2009, 216 p. (ISBN 9782917584132) (OCLC 488486921)giono bureau

Études de l'œuvre de Jean Gionogiono-manosque1

  • Philippe Arnaud, Anatomie d'un chef-d'œuvre : essai sur « Un roi sans divertissement », L’Harmattan (coll. « Critiques littéraires »), 2001 (ISBN 2-747-51326-2)
  • Collectif sous la direction de Jean-François Durand et Jean-Yves Laurichesse, Giono dans sa culture, Presses Universitaires de Perpignan, 2001
  • Jean-François Durand, Jean Giono - le Sud imaginaire, Edisud, 2003
  • Julie Sabiani, Giono et la terre, Édition Sang de la Terre, 1988
  • Le Page Patricia, Space of passion : the love letters of Jean Giono to Blanche Meyer, 2004
  • Colette Trout et Derk Visser, Jean Giono, Collection Monographique Rodopi en Littérature Française Contemporaine, 2006
  • Annick Stevenson, Blanche Meyer et Jean Giono, Actes Sud, 2007
  • Sous la direction de Jean-Yves Laurichesse et Sylvie Vignes, Giono : La mémoire à l'œuvre, Presses universitaires du Mirail, collection « Cribles », 2009 (ISBN 978-2-8107-0083-7)
  • Sylvie Vignes, Giono et le travail des sensations, Nizet, 1999
  • Corinne Von Kymmel-Zimmermann, Jean Giono ou l'expérience du désordre, Thèse présentée en vue du Doctorat ès-Lettres Analyses littéraires et histoire de la langue française, sous la direction de Monsieur le Professeur Christian Morzewski,Université d’Artois Laboratoire Textes et Cultures (EA 4028), 2010giono-et-les-faits-divers

Documentaire sur Jean Giono[modifier]

  • Le Mystère Giono, un film de Jacques Mény (1995)

     

  • Giono et les peintres

    DSC03627.JPG

    L’objectif de cette recherche est de dresser l’état des lieux des relations de Giono avec la peinture et les peintres, et ce tout au long de sa vie.


    Ces relations sont complexes et diverses. L’écrivain a, par exemple, tenté de reproduire des techniques picturales (je songe à Bruegel), il a décrit longuement de nombreux tableaux en les modifiant quelque peu pour qu’ils correspondent à ses intentions, il a fait de très nombreuses références, plus ou moins développées, à de nombreux peintres, de Bosch à Cézanne ou Van Gogh, il a rédigé la biographie imaginaire d’un peintre valaisan du 19e siècle… Il a également fréquenté personnellement des peintres, Lucien Jacques, Eugène Martel (voir le portrait ci-dessus, dont vous lirez l'histoire mouvementée), pour ne citer qu’eux, et, jusqu’à ses toutes dernières années, rédigé des présentations d’expositions, des chroniques journalistiques où il théorisait sur la peinture, et même des ouvrages, sur Buffet ou Brayer.

    Bref, on voit que la peinture occupe une place très importante, tant dans l’œuvre que dans la vie de Giono. Mais il reste encore des pans inexplorés dans cette « œuvre monde » qu’est l’œuvre de Giono, et j’espère que les lecteurs pourront apporter l’une ou l’autre information à cette recherche…

    Cette troisième édition mise à jour début 2012 apporte à nouveau pas mal d’informations complémentaires, essentiellement bien sûr en ce qui concerne les contemporains de Giono (Martel, Fiorio etc.). Quelques noms ont également été ajoutés (Samivel, Jules Mougin, Louis Trabuc entre autres).
    Mais ce tour d’horizon n’est certes pas encore complet… Je suis toujours à la recherche d’informations plus précises, notamment sur les relations de Giono avec Camille Hilaire, Isis Kischka, Jean Lurçat, Edgard Tytgat, André Michel-Carrière, Renée Arbour, Danielle Dhumez, Stan Appenzeller, Gracieuse Christof, Louis-Marie Jullien, Josette Mercier, R. Thuillier ou Félix Tisot par exemple… Ainsi que de renseignements réellement fiables sur les relations entre Giono et Auguste Chabaud. Tout ce que je sais, c’est que le peintre admirait l’écrivain, qu’ils se sont sans doute rencontrés, et que Chabaud a réalisé dans les années 1950 un portrait de Giono, portrait acquis il y a plus de vingt ans par la ville de Manosque, mais qui n’est guère ressemblant…
    Ce sera pour une prochaine mise à jour…

     

    Michèle Ducheny

     

     

     

    Jean Giono et Blanche Meyer
    giono3 Blanche



  • Le premier à soulever le voile sur la liaison de Jean Giono et Blanche Meyer semble avoir été Hubert Nyssen, écrivain et éditeur, dans une communication à l'Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique, le 10 janvier 2004 : Enquête sur trois mille pages de Giono soustraites à l'édition. Dans ce texte, Hubert Nyssen explique comment il a découvert cette relation de Giono avec Blanche Meyer. Il note également que 1300 lettres de Giono à Blanche Meyer, propriété de l'Université de Yale, sont soumises au bon vouloir de la succession Giono qui fait opposition systématiquement à toute publication. Même l'autobiographie de Blanche Meyer ne peut être publiée en raison du trop grand nombre de citations issues de ces lettres qu'elle renferme. Parallèlement, Patricia Le Page soutient une thèse à l’Université du Maryland, en 2004, Spaces of Passion: The Love Letters of Jean Giono to Blanche Meyer. Particia Le Page a eu accès aux lettres de Giono, mais elle n'en cite que de maigres extraits. Puis Annick Stevenson publie Blanche Meyer et Jean Giono, en 2007. Annick Stevenson a eu accès au manuscrit de l'autobiographie de Blanche Meyer, et c'est à partir de ce texte qu'elle retrace la relation entre Giono et Blanche Meyer. Mais toujours pas de reproduction de lettres de Giono à Blanche Meyer. La succession s'y oppose toujours.

     

    L'amour inconnu de Giono : Blanche MEYER

    Monique Verdussen

    Mis en ligne le 29/06/2007

    Ils s'aimèrent. Elle inspira ses romans et plus de mille lettres conservées hors publication.

    Elle a, durant près de trente-cinq ans, bouleversé la vie de Jean Giono. Qui le sait ? Leur histoire a été évincée de l'histoire qui raconte l'écrivain. Oubliée ou ignorée des biographes. Absente du Centre Jean-Giono de Manosque où, pourtant, du temps où elle habitait à l'étage de la maison, ils vécurent les moments les plus lumineux de leur amour. Et, sans doute, l'existence de cette femme passionnément aimée serait-elle, longtemps encore, demeurée secrète si ce fouineur d'Hubert Nyssen n'avait joué les détectives. Mis en alerte par la traduction - et surtout par la préface - qu'avait faite Giono du "Moby Dick" de Melville, celui-ci soupçonna que l'escapade amoureuse attribuée à l'auteur américain relevait d'un amour de l'écrivain manosquin. Il aurait pu en rester là de conjectures tout de même hasardeuses s'il n'avait reçu, en 1997, un article d'une certaine Jolaine Meyer révélant que sa mère, Blanche Meyer, avait eu avec Giono une liaison qui lui avait inspiré le personnage d'Adelina White dans ce qu'il avait titré "Pour saluer Melville".

    giono2.jpg"LE GIONO QUE J'AI CONNU"

    White... Blanche... La curiosité de l'éditeur d'Arles s'accrut d'autant que la fille révélait, dans la foulée, qu'une correspondance de plus de 1000 lettres, 3300 pages écrites par Giono, se trouvait, sous embargo jusqu'en l'an 2000, à la bibliothèque de l'université de Yale où elle-même avait étudié. Accessibles à la consultation sous autorisation à partir de cette date mais toujours refusées à la publication, ces lettres furent décryptées par Patricia Le Page aux fins d'une thèse soutenue en 2004. Les lettres adressées par Blanche à Giono ayant, quant à elles, été détruites, celle-ci avait tenu, juste avant de mourir, à rédiger des "Mémoires" évoquant "Le Giono que j'ai connu". La succession Jean Giono s'opposa toutefois à ce que toute citation ou extraits des lettres de l'écrivain auxquels il serait fait allusion dans ces souvenirs puissent être publiés. Quoi qu'il en soit, Hubert Nyssen chargea alors la journaliste et traductrice Annick Stevenson d'écrire, à partir de ce que l'on savait et pouvait révéler, le récit de cette passion tenue secrète. Il faut lire "Blanche Meyer et Jean Giono". L'auteur de "Regain" n'a pas besoin de cet éclairage pour être aimé. Hors cette occultation, il apparaît pourtant plus proche et plus humain. Plus compréhensible dans son regard sur certaines de ses héroïnes qui s'en expliquent mieux. Plus dense et réel dans la vie qu'on lui reconnaît.

    Née à Nyons et mariée à 17 ans à un futur notaire qu'elle suit à Manosque, Blanche possède une grâce exceptionnelle. Elle est indépendante, intelligente, romanesque. Ses toilettes et sa liberté affichée font désordre dans la petite ville où elle ne se plaira jamais. Son évasion par la lecture intrigue Giono lorsqu'il apprend par son libraire qu'elle lui a commandé "Ulysse" de Joyce. Ce n'est pas banal à Manosque. Le jour où il l'aperçoit furtivement, il n'a d'autre désir que de la revoir. Ils se croisent parfois au hasard des rues. Se saluent. Se sourient peut-être. Mais il aura déjà 39 ans et elle 26 et une petite fille de 4 ans lorsque, la rencontrant chez des amis, elle lui devient aussitôt indispensable. Aveux. Hésitations. Promenades main dans la main. Lectures de manuscrits. Cadeaux. Bientôt échange de lettres... poste restante. Ce n'est que cinq ans plus tard, l'emmenant à Saint-Paul de Vence, qu'il lui fait découvrir, avec le plaisir, la plénitude de l'amour. Il est désormais en état de dépendance. Elle devient sa muse. Il la réinvente sous les traits d'Adeline, de Pauline, de Julie, de l'Absente des livres de sa seconde période, plus stendhalienne. Elle voudrait pouvoir échapper aux rêves de l'écrivain pour appartenir davantage à sa vraie vie. Mais elle comprend, non sans tristesse, que marié lui-même et père de deux filles qu'il adore, il ne lui appartiendra jamais.

    giono3.jpg

    PENDANT 35 ANS

    Ils s'aimeront avec passion, se sépareront, se retrouveront, se déchireront durant près de trente-cinq ans. Elle a un mari, Louis, jaloux mais raisonnable et patient. Jean est jaloux, excessif et impatient. Elle sera pourtant frustrée de ses promesses non tenues : un enfant, une maison. La confiance est ébranlée par leurs infidélités respectives. De disputes en réconciliations, ils demeureront pourtant liés à travers les années par la tendresse et par... les lettres. Il est malade lorsqu'il lui écrit la dernière en 1969, avant de mourir l'année suivante.

    "Je ne peux considérer que comme une trahison envers Giono lui-même le silence qui a toujours été entretenu autour de cet amour", souligne Blanche dans ses "Mémoires", pudiques, parcourues d'ellipses, parfois chahutées dans la chronologie. Discrète sur leurs étreintes et leurs relations les plus intimes, Blanche Meyer, grâce à l'aide de sa fille envers laquelle son amant s'est toujours montré attentionné, nous prend par la main pour rejoindre autrement l'écrivain si attachant de "Le hussard sur le toit" ou de "Noé". Elle est une voix. Un point de vue. Un seul écho, diront les sceptiques. Demeurent les lettres. Les mille lettres...

    Savoir Plus

    Blanche Meyer et Jean Giono Annick Stevenson Actes Sud, coll. "Un endroit où aller". 249 pp. env. 22 €

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans ECRIVAINS
commenter cet article

commentaires

Pierre Costes 18/09/2012 21:55


Beaucoup de plaisir à lire l'article synthétique et complet sur Jean Giono agrémenté de photos.

Christian VANCAU 18/09/2012 22:06



Merci à vous. C'est en effet un gros travail de compilation. Bonne soirée