Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • https://t.co/WMu5oWiAYn
    https://t.co/WMu5oWiAYn Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e...
    J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture rouge avec photos Christian... https://t.co/uQZQbyZhvQ Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture...
  • https://t.co/vFbC5e52lE
    https://t.co/vFbC5e52lE Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/n3fOdLsXMm
    https://t.co/n3fOdLsXMm Christian Vancau (@VancauChristian) September 22, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 10:23

  Certains passages de cet article ont été inspirés par le site officiel de Joseph Delteil," L'Art c'est moi"    http://josephdelteil.net.

Je remercie Monsieur Bertrand Lacombe de m'avoir permis de puiser à sa source

201Couv-DELTEIL

 

 

tumblr lhwh0bfUnB1qf3foso1 500

 

Caillou-8269Le Château de Villar en Val

 chateau-de-vals-en-villar.1293960246delteil-jai-cent-mille-ans-sentier.1293960819 LE PAYS DES CATHARES

 

 

   Aude (département), département du sud de la France, situé dans le sud-ouest de la Région Languedoc-Roussillon. Le département de l'Aude (11) (en occitan Aude) est un département français de la  région Languedoc-Roussillon, dont le nom vient du fleuve côtier l'Aude. Ce département se situe dans le sud de la France et a pour chef-lieu Carcassonne, célèbre grâce à sa cité, une ville fortifiée médiévale à double rempart très bien conservée. L’Aude présente de nombreux paysages et un patrimoine riche et varié favorisant un tourisme en pleine expansion. L’Aude fait partie de la région Languedoc-Roussillon. Elle est limitrophe des départements des Pyrénées-Orientales au sud, de l’Ariège au sud-ouest, de la Haute-Garonne au nord-ouest, du Tarn au nord et de l’Hérault au nord-est. À l’est, le département est bordé par la Méditerranée (golfe du Lion) sur 47 km. Sa superficie est de 6 343 km² ce qui le classe au 39e rang des départements français. L’Aude est aussi un département pyrénéen dont le point culminant est le pic de Madrès 2469 m. Dans ce département se trouvent des pays qui sont des régions naturelles : Lauragais, Montagne Noire, Cabardès, Carcassonnais, Razès, Quercob, Pays de Sault, Minervois, Corbières, Narbonnais

.Val en Villar où naquit Delteil situé entre Saint-Hilaire (à l'est de Limoux) et Lagrasse (voir carte ci-dessous)villar3 dans l'Aude-Village natal11_Aude-copie-2.gif

Joseph Delteil (1894 - †1978 ), est un écrivain et poète français
 

 

  33e-anniversaire-mort-joseph-delteil-L-iLiUI

  Delteil Règle de Vie085

Delteil AtelierDelteil1082

Biographie

 

 

Joseph Delteil est né à Villar-en-Val dans l'Aude, le 20 avril 1894 ; il est mort le 16 avril 1978 à La Tuilerie de Massane, à Grabels dans l'Hérault.

 

Né dans la ferme de La Pradeille, d’un père bûcheron-charbonnier et d’une mère "Buissonnière", Joseph Delteil vit les quatre premières années de son enfance à la Borie (construction de pierres sèches) de Guillaman, à 30 kilomètres au sud de Carcassonne, dans le Val de Dagne. De cette masure, il ne reste aujourd’hui que des moignons de murs, que l'on peut toujours voir en randonnant sur le "Sentier en Poésie" à l'entrée duquel on peut lire "Ici le temps va à pied" créé par Magalie Arnaud et ses amis, maire de Villar-en-Val pour honorer la mémoire du poète.cadre-villar-1

 

En 1898, son père achète une parcelle de vignes à Pieusse (30 kilomètres plus loin et du côté de Limoux). val de Dagne dans les Corbières Maison nayale de DelteilC’est là, dira Delteil, son "village natal", au cœur du terroir de la Blanquette de Limoux, « où le paysage s’élargit, où l’on passe de la forêt au soleil, de l’occitan au français ».un sentier vigneron a villar en val illustration Il y demeure jusqu’à son certificat d’étude (1907), puis il intègre l’école Saint-Louis à Limoux. Il est ensuite élève au collège Saint-Stanislas (petit séminaire) de Carcassonne.

 

La parution, en 1922, de son premier roman Sur le fleuve Amour attire l'attention de Louis Aragon et André Breton9782246319832 pour qui cette œuvre "dédommageait de tant de diables au corps1. Delteil collabore à la revue "Littérature" et participe à la rédaction du pamphlet « Un cadavre » écrit en réaction aux funérailles nationales faites à Anatole France (octobre 1924). Breton le cite dans son « Manifeste du surréalisme » comme l'un de ceux qui ont fait "acte de surréalisme absolu".

Ci-dessous, Delteil le 4e dans la voiture en partant de la gauche, avec une moustache

delteilphototimbre432

 

Le 24 mai 1924, à la Soirée du Claridge où l'ancien Corps des Pages de Russie donne un bal de bienfaisance, un défilé de mode avec des costumes de Sonia Delaunay illustre un poème de Joseph Delteil La Mode qui vient. « L'apparition de ce groupe souleva les applaudissements de la mondaine assemblée3. »

 

La publication, en 1925, de Jeanne d'Arc, ouvrage récompensé par le Prix Femina, 9782246489115suscite le rejet des surréalistes et de Breton en particulier, malgré le scandale déclenché par ailleurs en raison de la vision anticonformiste de la Pucelle d'Orléans. Cette œuvre est, pour Breton, une "vaste saloperie". Delteil participe au premier numéro de "La Révolution surréaliste", mais après un entretien dans lequel il déclara qu'il ne rêvait jamais, il reçut de Breton une lettre de rupture

 

"L’année dernière un livre fit scandale. Un auteur connu jusqu’alors pour des ouvrages surréalistes, d’une fantaisie grossière et immorale, annonça au monde que lui seul comprenait Jeanne d’Arc et qu’il allait nous la révéler. Il nous la représenta comme une rustaude, une costaude, hantée d’images luxurieuses et perpétuellement agitée dans son corps par l’obsession des sens. Dans les camps, il nous la montra sous les traits d’une virago, mangeant bien, buvant sec, jurant, crachant et détendant ses sens dans des actes de brutalité et de cruauté. Tout surnaturel disparaissait de sa vie, car même ses voix, même ses saintes devenaient des personnages vulgaires » (Jean Guiraud, La Critique en face d’un mauvais livre, 1926).
Ce « mauvais livre » que fustige le rédacteur en chef de La Croix est sans doute le plus sensible qu’on ait écrit sur Jeanne d’Arc, sainte de l’Eglise catholique et figure emblématique de l’Histoire de France. A nulle autre pareille, si ce n’est peut-être à celle qui a vécu, la Jeanne de Delteil sort des poncifs édifiants pour entrer, vivante, dans une légende enfin humaine. Ni ange ni bête, Jeanne est ici de chair et d’émotions, quelquefois sombre, sublime quand elle trébuche. « Ma Jeanne d’Arc a dix-huit ans », revendique Delteil qui, pour toute raison, dit simplement « l’aimer». 

Publié en 1925, cinq ans après la canonisation de Jeanne D’Arc, le livre déclenche aussitôt une nouvelle bataille d’Hernani. Rassemblant contre lui surréalistes et catholiques, il achève de placer Delteil au panthéon littéraire des grands anticonformistes".
simone-breton-gala-eluard-max-ernst-andre-breton-robert-des

 

En 1931, il tombe gravement malade et quitte la littérature et la vie parisienne pour le sud de la France. En 1937, il s'installe à la Tuilerie de Massane, (à Grabels près de Montpellier) où il mène jusqu'à sa mort une vie de paysan-écrivain, en compagnie de sa femme, Caroline Dudley, qui fut la créatrice de la Revue nègre.

Dans sa retraite occitane, il entretient de solides amitiés avec les écrivains (Henry Miller,...Miller-Sel3(a)doc14, les poètes (Frédéric Jacques Temple,...), les chanteurs (Charles Trenet, Georges Brassens), les peintres (Pierre Soulages), les comédiens (Jean-Claude Drouot,...). En publiant en 1968 La Deltheillerie, 9782246001805il retrouve un peu de la notoriété des années 1920, soutenu par des personnalités comme Jacques Chancel, Jean-Louis Bory, Michel Polac, Jean-Marie Drot.Jean-Marie-Drot 5562BUDIN-Laure-Joseph-Delteil

 

Jean-Marie Drot, né le 2 mars 19291 à Nancy , est un écrivain et un documentariste français.
Il a été directeur de la Villa Médicis à Rome de 1985 à 1994.

 

Biographie

 

Le jeune Jean-Marie passe son enfance à Nancy, où il vit avec son père, chez sa grand-mère, éloigné de sa mère et de son plus jeune frère.

Reçu au concours général en 1946, alors qu’il échoue au baccalauréat, cela lui permet d'entrer au lycée Louis-le-Grand, à Paris, puis d’intégrer l’École normale supérieure — ce qui, du même coup, le rapproche de sa mère. À Louis-le-Grand, Jean-Marie fait la connaissance de Kiki Heidsieck — héritier de négociants en champagne — qui lui présente sa famille ainsi que le père dominicain Jacques Laval. Ces personnes le prennent sous leur protection et l’aident matériellement lorsqu’en 1948, lauréat d’un concours de littérature américaine sur l’œuvre de Melville, Moby Dick (1851), il a la possibilité de partir étudier aux États-Unis durant une année.

À son retour, il débute immédiatement à la télévision naissante, grâce au père Laval. Un concours de circonstances fait que Laval a été choisi par sa hiérarchie pour diriger la première chaîne de télévision du Vatican. Par l’intermédiaire de Jean d’Arcy2, alors directeur de cabinet de François Mitterrand, ministre de l’Information, Drot est officiellement engagé comme assistant réalisateur de la première émission de télévision vaticane avec, pour seule qualification en audiovisuel, son expérience de téléspectateur durant son séjour en Amérique...
Les émissions qu’ils réalisent sont constituées d’interviews de personnalités comme Rossellini, Visconti, Paul Claudel, deux ou trois rois africains convertis au catholicisme par les Pères blancs, des ministres, des actrices de la Comédie-Française et de vieux films muets de l’Istituto Luce3, ancêtre de Cinecittà. Cette expérience vaticane ne dure qu’un an et demi, de décembre 1949 à juin 1951, mais initie Jean-Marie Drot à la réalisation de programmes de télévision.
Il rentre de Rome avec le statut de réalisateur de documentaire pour la télévision, « avec la bénédiction de Jean d’Arcy ».

Durant les années 1950, il réalise divers films sur l’art, qui ont pour cadre le continent européen, tel Les Enfants de Varsovie (1956), en collaboration avec Polanski, ou encore La Rome de Giorgio De Chirico (1957), avec l’artiste lui-même.
C’est en constatant que le Montparnasse des artistes du début du XXe siècle est condamné par l’urbanisme des années 1960 qu'il a l’idée de réaliser un film témoignage sur ce quartier mythique. Il commence à tourner Les Heures chaudes de Montparnasse en 1960, documentaire à la base de sa renommée.

En 1985, il succède à Jean Leymarie à la direction de l'Académie de France à Rome, où il reste dix ans.

 

Delteil est enterré, ainsi que sa femme Caroline, au cimetière de Pieusse.gen-carte-region.inc.asp

Œuvres

  • Le Cœur grec (1919)
  • Le Cygne androgyne (1921)
  • Sur le Fleuve Amour (1922)
  • Choléra (1923)
  • Les Cinq sens (1924)
  • Jeanne d'Arc (1925, Prix Femina)
  • Le Discours aux oiseaux par Saint François d'Assise (1925)
  • Les Poilus (1925)
  • Mes amours...(...spirituelles) (1926)
  • Allo ! Paris (1926)
  • Ode à Limoux(1926)
  • Perpignan (1927)
  • La Jonque de porcelaine (1927)
  • La Fayette (1928)
  • Le Mal de cœur (1928)
  • De J.-J. Rousseau à Mistral (1928)
  • Il était une fois Napoléon (1929)
  • Les Chats de Paris (1929)
  • La Belle Corisande (1930)
  • La Belle Aude (1930)
  • Don Juan (1930)
  • La Nuit des bêtes (1931)
  • Le Vert Galant (1931)
  • A la Belle étoile (1944)
  • Jésus II (1947)
  • François d'Assise (1960) - rééd. 2009
  • Œuvres complètes (1961)
  • La Cuisine paléolithique (1964) - éditions Robert Morel, Grand Prix international de littérature gastronomique 1965
  • La Deltheillerie (1968)
  • Correspondance privée Henry Miller-Joseph Delteil, Paris, Pierre Belfond, 1980 (préface, traductions et notes de Frédéric Jacques Temple)
  • Musée de marine (1990)
  • Les Prisonniers de l'infini (1994)
  • Le Maître ironique (1995)
  • L'Homme coupé en morceaux (2005)

Travaux consacrés à Joseph Delteil

  • André de Richaud, Vie de saint Delteil, Paris, La Nouvelle Société d'Édition, 1928.
  • Maryse Choisy, Delteil tout nu, Paris, éd. Montaigne, 1930.
  • Christian Chabanis, "Joseph Delteil au cœur du monde" in Le Figaro Littéraire, 30 décembre 1961.
  • Claude Schmitt, "Joseph Delteil ou l'épithète introuvable" in revue L'Honneur, 1970.
  • Collectif s/d de Claude Schmitt, Delteil est au ciel !, Alfred Eibel Éditeur, 1979.
  • Robert Briatte, Joseph Delteil, coll. "Qui êtes-vous ?", Lyon, La Manufacture, 1988.
  • Jean-Marie Drot, Joseph Delteil prophète de l'an 2000, Imago, 1990.
  • Jean-Louis Malves, Delteil en habit de lumière, Éditions Loubatières, 1992
  • Collectif s/d de Robert Briatte, Les Aventures du récit chez Joseph Delteil, Montpellier, Éd. de la Jonque/Presses du Languedoc, 1995
  • Collectif s/d de Denitza Bantcheva, Joseph Delteil, coll. "Les Dossiers H", L'Âge d'homme, 1998.
  • Denis Wetterwald, Joseph Delteil. Les escales d'un marin étrusque, Christian Pirot éditeur, 1999.
  • Guy Darol, Joseph Delteil brille pour tout le monde, Samuel Tastet éditeur, 2006.
  • Marie-Françoise Lemonnier-Delpy, Joseph Delteil : une œuvre épique au XXe siècle, destinées du héros et révolution du récit, Éditions IDECO, 2006.

 

 

   
mm_spacer.gif
  Delteil (Joseph),1894-1978, une figure originale et anticonformiste de la littérature française  
mm_spacer.gif
   

 

indexOK1_htm_smartbutton2.gifDELTEIL PHOTO 932

 


Audois d'origine, cet écrivain est entré en littérature avec deux recueils poétiques, Le Coeur grec (1919) et Le Cygne androgyne (1921)Delteil Le Coeur Grecjorda (WinCE)56600100366081 1. Ses racines paysannes et occitanes en font un personnage à part à Paris où il s'installe en 1920. Parallèlement à son travail de fonctionnaire, il lit , écrit beaucoup et très vite se lie d'amitié avec des poètes tels Max Jacob et les surréalistesEchanges épistolaires avec Max Jacob. Il faut la publication de sa Jeanne d'Arc (1925) delteilpour que sonne le glas de sa participation au mouvement d'André Breton et de Louis Aragon qui avaient pourtant encensé ses premiers textes narratifs, Sur le Fleuve Amour et Choléra . 1931, année au cours de laquelle l'écrivain tombe gravement malade, marque une rupture avec la vie parisienne. Par la suite, Delteil décide de s'installer dans le Sud et à partir de1937, à la Tuilerie de Massane, près de Montpellier, où il mène jusqu'à sa mort une vie de paysan-écrivain, en compagnie de sa femme, Caroline Dudley, qui fut la créatrice de la Revue Nègre. Son oeuvre qui compte une quarantaine de livres lui octroie une place originale et anticonformiste dans la littérature française contemporaine, tant par sa façon de ranimer de grandes figures historiques que par son écriture qui mêle lyrisme épique, réalisme et fantaisie.

 

 

 
 

Joseph Delteil

Ecrivain français

 

  • medium Numeriser0014.4)Joseph Delteil naît dans un petit village de l'Aude, où il mène cependant de belles études. Durant ses années de collège, il voue un grand intérêt à Hugo, Bazin ou Rimbaud. En 1918, il publie deux poèmes sous le pseudonyme de Louis XV dans la revue Annales. Son premier véritable recueil sort l'année suivante. Il est baptisé 'Le Coeur grec'. Tiré à trois cents exemplaires, il obtient un prix de l'Académie française l'année suivante. Toujours en mouvement, en balade et en voyage, Joseph Delteil change souvent de domicile et d'emploi. En quelques années, la passion qu'il porte aux vers le mène à écrire 'Le Cygne androgyne' et 'Les Roses adultères', deux autres recueils. En 1923, Aragon le rencontre et le présente à Breton et à Radiguet. Delteil sympathise également avec Robert Desnos ou Jules Supervielle. A cette époque, il écrit son premier roman, 'Sur le fleuve Amour'. C'est un véritable succès. A la sortie de 'Choléra', il quitte son emploi au ministère pour se consacrer entièrement à l'écriture. En 1925, la sortie de 'Jeanne d'Arc' l'éloigne d'André Breton et de Louis Aragon qui pourtant ont toujours soutenu sa plume. Six ans plus tard, il tombe malade. Ses poumons sont atteints et il doit se reposer. Tout en continuant à écrire, il entame une longue convalescence et s'installe dans le sud de la France, près de Montpellier, avec sa femme, Caroline Dudley, créatrice de la revue Nègre. Il y mène une vie de paysan écrivain et continue de nouer de belles amitiés avec des écrivains, des poètes, des chanteurs et des peintres - Delteil fut l'ami de grands surréalistes. Entre poésie, romans et biographies, sa plume est un mélange de lyrisme, d'histoire et de fantaisie. Une grande partie de son oeuvre littéraire est publiée aux éditions Grasset.

 

 

 

 

 
   

 

   
mm_spacer.gif
  Delteil (Joseph),1894-1978, une figure originale et anticonformiste de la littérature française  
mm_spacer.gif
   

 

 

 


  

 

 

 

  BIOGRAPHIE CHRONOLOGIQUE JUSQU'EN 1936

      

   

 

1894.

Le 20 avril, à cinq heures du matin, naissance de Joseph Delteil à Villar ­en ­Val (Aude).villar3 dans l'Aude-Village natalSes parents sont originaires des environs de Montségur, haut lieu ariégeois du catharisme. Jean­Baptiste Delteil, son père, est bûcheron charbonnier et va de forêt en forêt : " Il ne rentrait presque jamais le soir à la maison; en plein bois, il avait installé une hutte de branchages et de bruyères où parfois nous passions quelques jours. " Sa mère, née Madeleine Sarda, n'apprendra jamais à lire et ne prendra par conséquent jamais connaissance d'aucun des livres de son fils : " Pas même le titre; et aujourd'hui encore, je ne sais pas si je dois dire " Dieu merci " ou bien " tant pis " (cité par J.­M. Drot dans Vive Joseph Delteil). Le 29 avril, Joseph est baptisé à Villar­en­Val.

1896.

Naissance de sa soeur Marie, le 5 février.

1898.

Le 1er novembre, la famille s'installe à Pieusse - un village à quatre kilomètres de Limoux (Aude) - où M. Delteil a acheté une vigne et une maison, et dont Joseph fréquentera l'école primaire.France Pieusse Joseph Delteil

Plaque apposee sur sa maison de Pieusse1906.

Le 27 mai, première communion à Pieusse.

1907.

Le 10 juillet, certificat d'études primaires. Cette année-­là, le Midi connaît une grande crise viticole. Joseph accompagne de son père quand celui­ci se rend à Carcassonne pour participer aux manifestations des viticulteurs en colère. En septembre, entrée en classe de sixième à l'école Saint­Louis de Limoux

1908.

Classe de cinquième à Saint­Louis. Il est prix d'excellence.

1909.

Il entre directement en troisième au collège Saint Stanislas, école religieuse qui fait office de petit séminaire à Carcassonne. A cette époque, Mme Delteil caresse sans doute le secret espoir de voir son fils devenir prêtre. Peut-être s'imagine­t­elle déjà dirigeant le presbytère administré par le curé Delteil. A Saint­Stanislas, Joseph a un surnom : " l'enfant de Marie "

1910.

Il semble pourtant que les espoirs de Mme Delteil doivent être déçus : Joseph, rebuté par le catholicisme traditionnel adhère cette année­là au mouvement Le Sillon, animé par Marc Sangnier, mouvement qui s'adressait en priorité aux " jeunes gens " , issus en majorité des milieux ouvriers, et qui se proposait " d'amener les catholiques à la démocratie " , prônant l'ìéducation populaire " (ìcatholicité, fraternité, responsabilité"), ouvrant des universités et " instituts populaires " , des centres de conférences, des cercles ouvriers. L'ambition suprême du mouvement : " bâtir des cathédrales de démocratie " Delteil adhère au Sillon et livre ses tout premiers articles à la publication locale, Le Soc, l'année même où le pape condamne les doctrines de l'organisation, sous la pression des monarchistes de l'Action française soutenus par le cardinal de Cabrières.

1912.

Il songe à fonder un nouvel ordre de chevalerie, les Pur­Sang, " pour le plaisir " Projet qui ne connaîtra pas de suite. Durant ses années de collège, ses " admirations littéraires " sont Barrès, Bazin, Loti, Hugo (qu'il appelle " Victor " , tout simplement). Un peu plus tard, il découvre Henri de Régnier, Huysmans et enfin Rimbaud. En juin, première partie du baccalauréat (latin-­grec).

1913.

En juin toujours, seconde partie du baccalauréat (philosophie). Il commence à écrire des vers. Son diplôme de bachelier lui est remis le 8 octobre. Il devient clerc de notaire à Limoux, chez Me Auzouy, jusqu'au printemps de l'année suivante.

1914.

Il publie en début d'année un sonnet - en langue d'oc - dans l'Almanac patouès de l'Arièjo. En mars, conseil de révision. Le 6 septembre, Delteil est mobilisé et affecté au 4e colonial de Toulon. Son régiment fusionne bientôt avec celui des tirailleurs sénégalais stationné dans le Var, à Saint­Raphaël, où il restera pendant pratiquement toute la durée de la guerre.

1918.

Le 15 septembre, Adolphe Brisson publie, dans le n° 1838 de sa revue Les Annales, deux poèmes de Joseph Delteil, qui a pris pour l'occasion le pseudonyme de " Louis XV "

1919.

En août, les éditions de la revue Les Tablettes publient à Saint­Raphaël son premier recueil de poèmes, Le Coeur grec, tiré à trois cents exemplaires, avec une préface d'Hélène Vacaresco, par ailleurs collaboratrice des Annales. Le 7 septembre, il est démobilisé. Retour à Pieusse le 8 octobre pour un mois. Il est employé à partir du 10 novembre au bureau des contributions indirectes de Fraize, un village près de Saint­Dié, dans les Vosges.

delteil_soldat2.jpgDelteil 1919

1920.

Le 21 juillet, l'Académie française lui attribue le prix Archon d'Espérouze pour Le Coeur grec .Mais le vrai événement a été en fait, le 20 janvier, son départ pour Paris, où il s'est installé à l'hôtel de Verneuil, sis au n° 29 de la rue du même nom.(la maison de Gainsbourg se trouve au fond à droite, là où il y a de la verdure)delteil 29 Rue de Verneuil Il changera incessamment d'adresse pendant plusieurs années, allant de pension en pension, selon les moyens dont il dispose. D'avril à octobre, il est employé au Comptoir d'escompte de Paris. Il collabore aux Annales et à une revue de poésie, Pour le plaisir, dirigée par René Groos. Le 10 octobre, il entre en qualité de rédacteur au ministère de la Marine marchande où il restera jusqu'au 31 décembre 1923. Il y fait la connaissance d'Elie Richard, un collègue de bureau, qui édite une revue, Les Images de Paris. Il y publie des poèmes dès le mois de décembre. A la fin de l'année, il quitte le quartier de Saint­Germain-­des-­Prés et l'hôtel de Cronstadt, rue Jacob, pour l'hôtel Kensington, avenue de la Bourdonnais.

delteil_1920%20%282%29.jpgDelteil 1920 en complet veston002026.jpg

1921.

Il présente ses nouveaux poèmes, presque tous les dimanches, à son maître en poésie, Henri de Régnier. Ces visites dominicales cesseront après 1922, mais le maître gardera toujours une bienveillance guindée vis­à­vis de son disciple. C'est à Henri de Régnier que Delteil dédie Le Cygne androgyne, publié par Elie Richard, à cent exemplaires. Pendant l'année 1920, il a écrit un troisième recueil de poèmes, Les Roses adultères, qui restera inédit. Il en envoie trois pièces : " Figure sexuelle " , " Le Sacrifice à l'aube " , " Le Site " à Paul Valéry qui les lui renverra, annotées et corrigées, en avril. En juin, il donne aux Images de Paris un premier conte intitulé Elyud. Il se consacre désormais aux nouvelles, aux critiques et aux chroniques : il publiera peu de poèmes par la suite. Elie Richard le présente à tous ses amis : Philippe Soupault, André Salmon, Raymond Thiollière, Antral... et Pierre Mac Orlan.

1922.

En avril, il s'installe à l'hôtel de Turenne, avenue de Tourville. En septembre, la N.R.F. publie Iphigénie; Claudel écrit à Jacques Rivière, le menaçant de rompre son abonnement si la N.R.F. publiait autre chose de ce " fouille­merde " A la fin de l'année paraît le premier roman de Delteil, Sur le fleuve Amour, dans une collection que dirige Mac Orlan aux éditions de la Renaissance du livre. Succès immédiat.56600100366081 19782246319832

"Toute l'armée Sémenoff grouillait sur les quais de Nicolaievsk. De maigres Ostiaks rôdaient sans relâche aurour du môle en briques en dévisageant de belles Mongoles de miel allaitant des enfants jaunes. Un pope accroupi devant une borne déclamait des incantations. des estafettes en pleurs passaient dur de petits chevaux de l'Oural..."

1923.

Il déménage à l'hôtel du Centre, rue des Bernardins, en avril. Aragon veut le rencontrer pour le présenter aux surréalistes : Delteil devient le poulain de Breton, face à Radiguet dont Cocteau célèbre Le Diable au corps. Soupault l'amène chez les Delaunay, 19 boulevard Malesherbes : c'est le début d'une longue amitié avec les deux peintres. Il sympathise avec Robert Desnos, André Lhote, Jules Supervielle, Valéry Larbaud. Il adhère en novembre à la Société des gens de lettres et publie ce même mois Choléra aux éditions Kra, dans une collection dirigée par Philippe Soupault.9782246319924  

"Je suis né le 25 décembre à minuit, d'une moujik et d'un grand-duc. Mon père avait le teint blond, une barbe de pope et des sourcils de dieu. Il fumait les havanes par le nez, et se saoûlait d'une vodka spéciale confectionnée à Tsarskoié-Selo dans un monastère de vierges à poil. A pied il ne manquait pas de sentimentalité, ses jambes tendrement prises dans de hautes bottes de cuir suave. Mais à cheval, il n'était que torse, comme s'il eût fourré ses deux bottes dans les oreilles de sa monture..."

 

Le 31 décembre, il quitte son emploi au ministère et devient écrivain à part entière.

1924.

Le 24 mars, soirée de charité à l'hôtel Claridge, présidée par le maréchal Foch : Delteil illustre d'un poème " La Mode qui vient " , les modèles créés par Sonia Delaunay. Dans le premier Manifeste du surréalisme, il figure parmi ceux qui ont fait " acte de surréalisme absolu "simone-breton-gala-eluard-max-ernst-andre-breton-robert-des A cette époque, il participe régulièrement aux séances d'écriture automatique organisées par André Breton, rue Fontaine. En juin, il signe, avec tous les autres surréalistes, "Ie Manifeste surréaliste" publié par Breton dans Paris-­Journal. On le retrouve dans le photomontage Les Surréalistes entourant Germaine Breton. Il collabore également à l'éphémère Surréalisme, lancé en octobre par Yvan Goll. Ce même mois d'octobre 1924, ayant signé un contrat avantageux avec Bernard Grasset, il publie chez ce dernier Les Cinq Sens, encensé par les surréalistes. Il signe l'un des quatre textes d' Un Cadavre, pamphlet contre Anatole FranceHR 56600100143070 1. Il annonce pour un proche avenir la publication d'une Vie de Jeanne d' Arc (une " biographie passionnée " ), une Vie de la Vierge (un " mystère " , à tous égards), Bébé­Cadum (un " roman­feuilleton " ) et une autobiographie, modestement intitulée Moi. En 1923 et 1924, il aura collaboré à une vingtaine de revues, dont la N.R.F., La Revue européenne, Littérature, Les Feuilles libres, La Révolution surréaliste, L'Intransigeant, Paris­Journal. Le 12 décembre 1924, il s'installe dans son propre appartement, sis au numéro 17, boulevard de la Chapelle, à côté du métro aérien. Cet appartement, le n° 15 dans l'immeuble, quatrième étage au fond du couloir, il va le louer sans interruption jusqu'en 1930. Néanmoins, à partir du 1er janvier 1924, date à laquelle il s'est libéré de toute obligation en renonçant à son emploi de fonctionnaire, il partagera son temps entre Paris et Pieusse.

1925.

Il rencontre Marc Chagall. Il va voir - plusieurs fois de suite - la Revue Nègre, qui fait alors courir le Tout-­Paris. Le 7 avril, André Breton lui écrit une lettre- violente - de rupture; cette exclusion du groupe surréaliste est surtout motivée - entre autres raisons - par la parution prochaine de Jeanne d'Arc.9782246489115 " Jeanne vint au monde à cheval, sous un chou qui était un chêne. Dejà neuf mois avant sa naissance, les maigres règles de la création furent prises de bouleversement. Elle prit forme comme on prend d'assaut. Incomparable conception en ce soir de printemps au son des cloches de Pâques ! L'amour emplissait le firmament. Il y avait de la Vie dans l'air !"...Dehors l'aube est encore noire. L'étoile Algol entre à pas de loup par la fénêtre. La mécanique céleste oint d'huiles ses rouages, pour s'accorder au rythme de l'opération. Huile, huile, huile ! Domrémy rêve. Des mugissements sourds, encombrés de foin viennent de l'étable. Une clochette de vache rumine dans sa barbe de lait. Un chien aboie en forme de queue...Et toujours ces coqs...

"Bébé a deux mois...Elle est blanche et contente, gorgée de lait et d'azur. La maison natale lui sourit, avec des murs de gros grès rose, avec son toit de chaume. De l'étable à vaches, de l'écurie de l'âne, du parc aux moutons, s'élèvent mille murmures substantiels, des bruits de sabots à l'aise, des cornes heureuses, de chaudes laines et de longues oreilles. La cour est toute éclatante d'odeurs, toute fleutrie de bouses de veaux. L'épais parfum du fumier monte droit dans le ciel. Jeanne respire l'encens de la nature, se nourrit des sucs de la terre, des fruits de l'air. Des poules vont et viennnent, familières autour de l'enfant, picorantes et caquetantes. Trente-trois poules luisent dans le beau jour. Jeanne est petite comme une poule, Jeanne est une petite poule. Mais cette coquette n'a d'attention que pour le coq, le fantastique coq vert, créé d'aurore et botté d'azur..."

 

Dès le mois de juin, cette " épopée " va connaître un succès phénoménal en librairie, lié au scandale qui éclate bientôt, et va rebondir lorsque, ayant obtenu des voix au Goncourt, le livre remporte le prix Fémina ­ Vie heureuse, en novembre (à vrai dire, dans une version expurgée). Jacques Maritain, Maurice Denis, l'empereur Hirohito lui-­même, la défendent. Claudel qualifie Delteil d'" écrivain tout à fait étonnant " A partir de cette année 1925, il essaie de " planifier " sa carrière littéraire et annonce une Vie d' ëAdam, une Vie d'Eve, une Vie de Napoléon, une Histoire de la Révolution française, une Histoire générale de la femme, d'Eve à nos jours, trois romans : La Nature, La Vie, Le Soleil, et une tragédie : Le Grand Frisson ou l'Allemagne en feu.

1926.

Il publie aux éditions des Cahiers libres le Discours aux oiseaux par saint François d'Assise, dès le mois de janvier. Suit une nouvelle " épopée " : Les Poilus . Il compte alors se mettre à une Apologie du Moyen Age, mais s'arrêtera au seul titre de l'essai. Il publie Mes amours...Joseph DELTEIL (Mes Amours..., La Phalange, Messein, 1926) (... spirituelles), recueil de contes, de chroniques et de poèmes, déjà publiés dans divers périodiques. Jean Guiraud, rédacteur en chefLes Poilus de La Croix, poursuit de sa vindicte la Jeanne d'Arc dans un pamphlet intitulé De la critique en face d'un mauvais livre. En octobre paraît Allo! Paris! avec vingt lithographies par Robert Delaunay. Du 20 décembre 1926 au 5 janvier 1927, il se consacre à l'écriture d'une " continuité cinématographique et filmée " pour la Jeanne d'Arc de Carl Dreyer. Les deux cd52cc099e2b926ahommes, mis en présence, ne se sont pas entendus. Delteil travaille seul et Dreyer se référera très peu à ce texte lors du tournage. Lors d'un de ses fréquents séjours dans le Midi, il rend visite, en compagnie de Jean Girou et de Carlos de Lazerme, au sculpteur Aristide Maillol, installé à Banyuls.

1927.

delteil_photomaton2.jpgphotomaton 1927

Delteil se trouve cette année­-là, plus souvent à Pieusse qu'à Paris. Il publie Perpignan en janvier,7aautdel Ode à Limoux en février, " Essai d'un programme pour une organisation du Midi " dans la revue Les Feuillets occitans en juillet. C'est Magali de Séverac (la fille du compositeur Déodat de Séverac) qui semble tant l'attirer vers son Midi natal en cet été

1927. Jacques Maritain, Gaétan Bernoville et Victor Bucaille répondent - mollement - au pamphlet de Jean Guiraud dans une brochure intitulée D'une mauvaise critique, éditée à compte d'auteur(s). La Jonque de porcelaine sort chez Grasset dans l'indifférence générale, semble­t­il. A l'automne, périple audois avec Chagall, Delaunay et Jean Girou, un auteur de la région de Carcassonne. Chagall s'installe quelques jours près de Limoux, sur la route de Chalabre, dans une villa où il peint ses illustrations des Fables de La Fontaine. Pendant ce temps, Delteil et Delaunay sillonnent joyeusement les routes de la région dans l'Oberland du peintre. Ils en profitent pour rendre ensemble visite à Maillol avant de rentrer à Paris. En décembre paraît La Passion de Jeanne d'Arc," née d'un voyage de la Littérature au pays du Cinéma "

1928.

En mai, il publie Le Mal de coeur ; en juin,  La FayetteDelteil La Fayette007 et De Jean­Jacques Rousseau à Mistral (pour écrire cet essai, précédé d'une étude de René Groos, Delteil s'est enfermé de longues semaines en début d'année dans une chambre de l'auberge Saint­Pierre à Dampierre- en­Yvelines, près de Rambouillet). Il rencontre André de Richaud, qui vient de publier Vie de saint Delteil ,Vie de Saint Delteil345949448 et lui demande un livre pour la collection " Les Grands Evénements du monde " , que Grasset vient de lui confier : La Création du monde, terminée au cours de la semaine sainte de 1929 et publiée en 1930, sera malheureusement le seul volume de cette collection que de Richaud avait ainsi ironiquement inaugurée. Les deux autres collections confiées à Delteil en cette année 1928 connaîtront le même sort : Louis Mossay renoncera à publier d'autres " Grands Textes " que celui du Gargantua et Delteil lui­même n'éditera rien d'autre que Le Petit Jésus qu'il signe aux éditions du Delta, dont il assuma l'éphémère direction. Il avait de nombreux projets pourtant : Maurice Denis et Marc Chagall, entre autres, avaient donné leur accord pour illustrer les ouvrages suivants. Le 25 octobre, première française de La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Dreyer; Delteil est crédité du scénario dans le générique, mais il n'ira jamais voir le film.La-Passion-De-Jeanne-D'Arc

1929.

Il publie Il était une fois Napoléon et collabore à Jazz, la revue de Carlo Rim. Pour arrondir des fins de mois rendues difficiles par la fréquentation exagérée des champs de courses et des casinos, il assure la représentation à Paris d'une marque de blanquette de Limoux. En août, il confie à André Lang, journaliste aux Annales : " J'espère ne plus écrire d'ici un an ou deux. Je vais encore faire un Don Juan... Après, j'espère pouvoir m'arrêter : j'ai été créé pour me tourner les pouces, au soleil, sur les plages. " Pendant ce temps, Maryse Choisy termine à Dampierre un essai, Delteil tout nu, dont voici les dernières phrases : " Maintenant, je veux être moi. Delteil est un bouffeur de " moi " Adieu Delteil. " C'est le deuxième ouvrage dithyrambique qui lui est consacré en un peu moins de deux ans.

1930.

Le 13 janvier, il rencontre pour la première fois, au sixième étage du numéro 6, place du Panthéon, celle qui deviendra sa femme, Caroline Dudley, la créatrice de la Revue Nègre. Delteil tout nu paraît en même temps que Les Chats de Paris143Couv-CHATS PARIS (qui n'est autre que la reprise, à quelques variantes près, du texte d'Allo! Paris!), aux éditions Montaigne. Il publie également La Belle Corisande et La Belle Aude.

A la Bibliothèque nationale, il consulte le dossier de canonisation de Don Juan : il pense appeler son livre Saint Don Juan. Il regrettera - jusqu'à l'édition des Oeuvres complètes - de s'en être tenu, pour finir, à SAINT DON JUAN.Delteil Don Juan997283437

C'est le dernier roman qu'il publie chez Grasset."Il naquit du côté de Séville, un dimanche à l'heure brûlante du Magnificat, alors que les grandes orgues, dans tous les villages d'Andalousie, chantent Marie Immaculée. Il tèta dès le prioncipe le lait chrétien des cloches, la mamelle catholique de la vierge. Les enfants qui naissent le dimanche ont le coeur plus ardent que les autres.

Nous assistons donc à la naissance de Don Juan, naissance placée sous la protection de Marie, pour qui l' enfant manifeste "de bonne heure", une "dévotion aiguë, mystérieuse". Il fréquente assidûment la chapelle, Notre Dame de Marceille, qui lui est "dédiée". C'est là qu'il tombe de l'autel un jour qu'il tentait d'atteindre le Tabernacle. C'est là aussi que les enfants du village célèbrent son mariage avec Thérèse, sa compagne de jeu. Mais Don Juan "brunit, prend traits et nerfs" et devient "de plus en plus la proie du sang". Luttant contre sa sensualité grandissante, il ôte symboliquement l'anneau de fiançailles à Thérèse pour le passer au doigt de la statue de la Vierge avec laquelle il est désormais lié. Son enfance s'achève sur une scène tragique : jaloux de l'amitié qu'un cygne baptisé Virginie porte à Thérèse, il finit, dans un combat titanesque, par tuer le bel androgyne, au grand dam de sa jeune amie.
Avec l'adolescence, Don Juan découvre l'amour brutalement; il est violé par une bande de lavandières qui le laissent "anéanti, la chair stupéfaite, et pelurant sur il ne savait quoi". N'osant approcher Thérèse, il poursuit alors Soledad, "fillette noiraude", partenaire de ses jeux amoureux dont l'un tourne mal. Après une course folle en haut d'un amandier, Soledad tombe et meurt violemment. Don Juan, à la fois victime et meurtrier malgré lui, assiste ensuite au travail effrayant de la nature, au nettoyage du corps de Soledad par des myriades d'insectes.
Ces deux chapitres d'ouverture précèdent une réflexion sur le personnage de Don Juan au cours de laquelle le narrateur prend la parole pour faire la théorie du donjuanisme. Les anecdotes du début ont bien sûr valeur emblématique : elles démontrent la force du couple Eros -Thanatos et manifestent le triomphe de la foi, "charpente de l'être ". Don Juan professe une théorie : il mène croisade en faveur de l'amour physique " élevé", "à la hauteur d'un sacrement". Cette mystique de l'amour ordonne la suite du récit où Delteil retrouve la tradition littéraire dont il s'était échappé en premier lieu. A commencer par la séduction forcée de Thérèse, incarnation du rêve que Don Juan poursuit. Le duel avec le père de la jeune fille, le Commandeur " avec sa robe de chambre rouge à pois noirs, ses pantoufles vertes", est traité par la dérision. Une nouvelle fois, Don Juan tue, ce qui n'est pas sans conséquence sur la suite des événements :" Il semblait que le crime lui eût déboutonné les veines. Le sang mit le feu au sang".
Le quatrième chapitre, comme le précédent, s'ouvre sur une réflexion théorique-"A travers les femmes, il cherchait désespérément la femme, la surfemme; derrière la peau, le rêve; par-delà l'instant, l'Immortalité"- illustrée par des épisodes à valeur symbolique et paroxysmique. C'est tout d'abord l'incendie du couvent de Thérèse où la fièvre destructrice de Don Juan culmine. Emporté par la colère - Thérèse lui résiste- Don Juan ne cesse de repousser les limites de son entreprise de séduction et de possession charnelle des femmes. Le voici ensuite qui séduit les enfants, de plus en plus jeunes note le narrateur, et qui les initie, comme ces "pauvres gosses" croisés du côté de Burgos qu'il aide à ajuster "leurs petits instruments" alors qu'ils lui obéissent "plus morts que vifs…"
Sa concupiscence sans bornes l'incite à tout conquérir sans s'en tenir à la seule espèce humaine. Son insatiabilité s' exprime dans la diversité de ses victimes mais aussi dans le choix des lieux où elles succombent. Elle l'amène notamment à posséder telle "pauvre fille" qui se refusait à lui en plein cimetière, sur les tombes de ses anciennes victimes dont la liste est ainsi rappelée. Don Juan, dans un élan sacrilège et nécrophile qu'encourage l'embrasement sexuel de la nature tout entière -"Il semblait que le cimetère fût en chaleur…"- déterre le cadavre de l'une d'elles. Il ne va pas plus loin et sa course dans le cimetière se finit par sa rencontre avec la Statue du Commandeur que, tradition oblige, il invite à dîner.
Le cinquième acte du récit narre le déroulement de ce dîner: Don juan est entouré de "deux moricaudes, à pulpe de velours, à yeux de mauvais anges" mais qui, précise le narrateur, ne sauraient être des "don juanes" car il n'est de Don Juan que sous les traits d'un homme. Il reçoit la Statue qu'il traite et apostrophe sur un ton burlesque et blasphématoire. Le dialogue entre les deux convives , loin d'être bref et terrifiant, s' éternise. Progressivement la Statue prend le dessus en dévoilant à son hôte la vérité sur ses victoires amoureuses présumées : Don Juan n'est qu'un homme objet, "le putain des femmes". Et la Statue d'adopter à son tour un ton sarcastique , de révéler au séducteur dont elle décrit la déchéance physique future et présente qu'il est syphilitique…
" Cet étrange nocturne" au cours duquel Don Juan est ridiculisé inaugure la dernière phase de la vie du héros : celle du repentir. Or se repentir, c'est repartir, retrouver les lieux de l'innocence, c'est à dire de l'enfance, de Thérèse et de Marie, ses premières amours. Don Juan mystérieusement convié à un rendez-vous galant par une lettre qu' il croit écrite de la main de Thérèse, chevauche avec impatience vers Notre-Dame de Marceille. Son voyage réveille de vieilles sensations fortes, émanant de "tout un chaud paysage d'ocres, d'ardoises, d'azurs, d'oranges, nuancé et violacé par le plus délicat des crépuscules, et couronné de roses". Les cinq sens en éveil, Don Juan renoue avec sa patrie, le soir de la Saint-Jean dont le narrateur évoque minutieusement le brasier. La date est chargée de significations : Don Juan, être solaire par excellence dans l'œuvre delteillienne, sans cesse associé au zénith, comparé à "un phœnix de pure argile" rêve avec exaltation, devant ce feu purificateur, de ses retrouvailles avec Thérèse. Le lendemain, il s'achemine vers la chapelle quand il rencontre un jeune homme " pur et frais comme un ange gardien" qui lui ouvre les yeux sur son égarement - la femme ne lui est pas hostile- et lui apprend que Thérèse vient de mourir. Son premier effroi passé, le héros se hâte alors vers Notre-Dame de marceille où ont finalement lieu ses retrouvailles avec Marie qui, pour la seconde fois, se substitue à Thérèse : " Alors Don Juan comprit. Il comprit que la lettre mystérieuse n'était qu'un stratagème de La Vierge pour le ramener au bercail"." L'anneau de chévrefeuille( c'est-à-dire de fiançailles) au doigt, et le cour affamé de Dieu", voici Don Juan détourné de "l'odor di femina "du premier chapitre et succombant à "l'odeur de sainteté" du dénouement. Il entre en pénitence au cloître de la Sainte-Confrérie de la Caridad, à Séville, où il met autant de zèle et de passion à expier qu'il n'en mettait naguère à pécher. Il exècre la nature dont hier il idolâtrait l'animalité brute. Repentant à l'excés, il soigne des pestiférés. Bientôt contaminé par l' épidémie, il découvre enfin " ce pont entre la sensualité et Dieu" qu'il avait tant "cherché sous le soleil", dans la progressive altération de ses cinq sens. Le mystère de la chair, qui n'est que "la substance de l'âme", lui est enfin révélé. Il peut alors "rayonner" devant la vision du Paradis qui l'attend, qui n'est autre que celui de Delteil, peuplé des amis de l'écrivain.

. A Frédéric Lefèvre qui l'interroge pour Les Nouvelles littéraires, il confesse qu'il a voulu plaire et avoue sa lassitude, son désir de changer d'image : " J'ai voulu cacher ma faiblesse sous des airs farauds. J'ai triché en proportion. Cela a fait illusion au­delà de mon espérance. J'arrive sans doute à " l'âge où un peu de vérité, un peu d'humanité font du bien au coeur. Aujourd'hui, ce faux Delteil qui court le monde, cette espèce de grand gaillard dépoitraillé, un mètre quatre­vingt­dix et cent vingt kilos, tonitruant, orgueilleux, " m'as­tu vu " , ce faux Delteil m'horripile. "

En mai, il publie dans la N.R.F. :

" " C'est au peintre Pascin qu'il devait d'avoir rencontré Caroline et il rêvait de lui faire illustrer un de ses livres. Ce " rêve " allait sans doute se concrétiser avec Don Juan pour lequel on prévoyait une édition de luxe. Mais peut­être Pascin s'est­il reconnu dans le portrait de Don Juan, " ce Juif errant de la chair " : le peintre se suicide le 2 juin, trois jours après avoir lu le roman. Fin octobre, Delteil et Caroline Dudley, accompagnés de Sophie, la fille de Caroline, née d'un premier mariage, partent pour Utelle dans les Alpes­Maritimes. Ils y resteront jusqu'en février 1931. Tout au long de l'année 1930, Delteil a continué à assurer la représentation à Paris de la blanquette de Limoux, pour le compte de la marque Génie. Il est associé dans cette affaire de vins à Mme Déodat de Séverac et au musicien Marie­Joseph Canteloube.

delteil vin1A la fin de l'année, il diversifie encore ses activités et déclare à Jean Portail, dans un numéro de Vu qui paraît début 1931 : " En dehors du pinard, je suis directeur général d'une compagnie d'assurances [...]. La littérature est un passe­temps de millionnaire... Je préfère faire du commerce que de la littérature commerciale. "

1931.

André de Richaud publie La Douleur chez GrassetRichaud-189x300 .Le jury du prix du Premier Roman distingue l'ouvrage et s'apprête à le couronner. Pourtant, au dernier moment, les membres du jury (Giraudoux, Estaunié, Maurois, Bernanos, Pourtalès, Green, Lacretelle et Mauriac) ne sont plus d'accord et se divisent : le prix est refusé à de Richaud, pour ne pas mécontenter les lecteurs de la Revue hebdomadaire qui attribuait le prix, mais aussi, disent­ils, " pour préserver la morale " Indigné par cette accusation d'immoralité, Delteil défend le roman et son auteur avec fougue dans la presse aussi bien que dans le milieu littéraire.AAA

 André de Richaud, né le 6 avril 1907 à Perpignan et mort le 29 septembre 1968 à Montpellier, est un écrivain et poète français.
Il est collégien à Carpentras où il se lie d'amitié à Pierre Seghers, qui sera son éditeur. Etudiant en droit et en philosophie à Aix-en-Provence, il est maître d’internat au lycée Mignet en même temps que Marcel Pagnol. Grâce au conservateur de la bibliothèque Méjeanes qui l’a pris en amitié, il rencontre André Gaillard, poète et fondateur des Cahiers du Sud et Joseph d’Arbaud, écrivain-félibre, directeur de la revue Le Feu. En 1935, il se lie d'amitié à Paris avec Jeanne Lohy et Fernand Léger, chez qui il vivra 14 ans, à Paris et en Normandie.
Il reçoit le Prix Guillaume Apollinaire en 1954 pour Le Droit d'asile.

Fréquents déplacements entre Saint­Cloud, Pieusse et Villefranche­sur­Mer, puis, en mai et juin, voyages à Berlin, à Venise et en Angleterre. Il publie Le Vert Galant et annonce successivement, dans la collection " Les Nuits " chez Flammarion Les Nuits des bêtes et chez Grasset Poil et plume, recueil où il pense rassembler toutes les nouvelles qu'il a écrites sur les animaux. Mais le 15 juillet, il est admis à l'hôpital américain de Neuilly, dans le service du docteur Kindberg : il ne quittera l'établissement que le 4 septembre, ayant perdu pour un bon moment l'usage du poumon droit, suite à un épanchement pleural. Selon toute vraisemblance, Delteil a"fait "une pleurésie tuberculeuse, avec atteinte du parenchyme pulmonaire et importantes séquelles. Affection très fréquente à l'époque, et qui justifiait un repos de deux ou trois ans. Toujours est­il qu'après avoir été fait, le 15 août, chevalier de la Légion d'honneur au titre des arts et des lettres (ce qui ne semble pas avoir notablement amélioré son état), il entame au mois d'octobre à Vence une convalescence qui va se prolonger durant deux longues années. L'hypothèse d'une affection tuberculeuse n'est pas une certitude absolue, les bacilles de Koch n'étant pas les seuls responsables possibles des épanchements pleuraux. Toutefois, la discrétion de Delteil sur ce point aurait été compréhensible : il s'agissait essentiellement d'une maladie de la pauvreté, et les tuberculeux n'en parlaient pas pour ne pas être rejetés par crainte de contagion (en l'absence d'antibiotiques spécifiques en 1931)... De toute façon, bien que déclaré guéri deux ans plus tard, il n'en gardera pas moins une santé extrêmement fragile qui va conditionner le reste de sa vie.

1932.

Convalescence à Vence - hôtel Biffi - jusqu'à la fin du mois de mars, puis à Briançon - villa La Fresnaye - où il passe l'hiver 1932­1933. Au mois de novembre, Jean Paulhan lui écrit : " Je ne savais pas que vous étiez malade." Delteil répond, laconique : " Je suis malade et guéri. "

1933.

Delteil et Caroline quittent Briançon le 5 avril. Ils s'installent villa Capra à Villeneuve-­lès­-Avignon dans le Gard, face à la cité des papes, jusqu'à la mi-­août. Ils passent la première quinzaine de septembre à Pieusse où Delteil n'est pas revenu depuis deux ans, avant de rejoindre Toulon : ils y résideront de manière intermittente jusqu'en mars 1935 aux " Quatre Chemins " à La Collinière. Il publie " La foire à Paris " , un texte d'une vingtaine de pages, dans la revue Les Oeuvres libres. C'est sa première apparition éditoriale depuis le début de sa maladie.

1934.

En avril paraît En robe des champs. Grasset annonce, sur la bande rouge qui entoure l'ouvrage, " le vrai Delteil " Pendant une décennie, Delteil ne publiera rien. Sa décision de quitter Paris et la vie littéraire date vraisemblablement de 1931, l'année du début de sa maladie, mais la parution de ce recueil de " morceaux choisis " marque la vraie fin d'une époque pour lui. Sans doute est­il, de plus, " lâché " par Grasset : la publication d'un tel recueil est une manière assez expéditive d'honorer une fin de contrat. Paulhan lui offre de participer de manière plus régulière à la N.R.F., mais Delteil ne donnera aucune suite à cette invitation. Robert Brasillach écrit dans un de ses Portraits : " En songeant à ces années un peu folles qui suivirent la guerre, nous penserons que M. Delteil en est une des victimes les plus complètes - et l'une de celles, assurément, dont nous devons le plus regretter l'échec " Delteil et sa compagne passent l'été à voyager dans l'arrière­pays niçois d'abord, puis en ltalie (séjour à Santa Margherita Ligure). Retour pour l'hiver à Toulon.

1935.

Première rencontre à Paris avec Henry MillerMiller-Sel3(a), grâce à Dorothy Harvey, la deuxième soeur de Caroline, auteur d'une biographie de Theodor Dreiser. La rencontre eut lieu sans doute chez Katherine, l'aînée des soeurs Dudley, qui tenait salon dans son appartement du 13, rue de Seine. Anaïs Nin connaissait les deux hommes et avait établi des contacts entre eux, mais cette première rencontre est certainement due à la seule initiative de Dorothy. Début mai, Delteil envoie une carte postale à Miller qui lui répond aussitôt, le 16 mai, avec enthousiasme. Le 3 juillet, nouvelle lettre passionnée de Miller qui offre de devenir l'agent littéraire (non rémunéré, précise­t­il) de Delteil pour les Etats­Unis.

En juin, Caroline achète une propriété viticole dans le Gard, près du village de Tavel : le domaine de Trinquevedel, surnommé dans la région " le château de Cathelan " , en souvenir du chevalier du même nom qui y fut assassiné. Pendant l'été, le couple voyage à Barcelone, avec le père de Delteil, et en Ecosse. Automne et hiver à Tavel.

1936.

Début janvier, la mère de Caroline - qui vivait avec sa fille depuis la mort de M. Dudley en 1929 - tombe gravement malade. Afin de se rapprocher des médecins, ils louent un appartement au prieuré de Villeneuve-­lès-Avignon. Mme Dudley y meurt, quelques jours à peine après leur installation. La page " américaine " de la vie de Caroline est définitivement tournée. Retour à Trinquevedel jusqu'en juillet : ils revendent alors la propriété, ayant jugé que le capital à investir était trop important. Le 24 juillet, ils partent en croisière pour Majorque, d'où les chasse, une semaine après leur arrivée, la situation politique en Espagne. De retour à Villeneuve­lès­Avignon, Delteil se remet à travailler... à une pièce de théâtre. Il en informe Jean Paulhan, qui demande des précisions : " Quel théâtre? Est-­ce un drame, une tragi­comédie, une farce? " C'est tout à la fois puisqu'il s'agit de la pièce Le Grand Prix de Paris ou Hippolyte. Décidée à tout faire pour guérir l'homme qu'elle aime de sa passion maladive pour les courses et autres jeux d'argent, sans doute Caroline lui offre ­t'­elle à cette époque­là une importante somme d'argent à la condition qu'il consente à écrire quelque chose sur le thème du jeu. Elle a en effet consulté des médecins éminents qui se sont déclarés impuissants devant cette emprise du jeu, analogue selon eux à celle que peut exercer l'alcool. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans ECRIVAINS
commenter cet article

commentaires

Laurence Warot 30/05/2014 10:40

Merci Christian pour m'avoir fait découvrir ce homme que je ne connaissais pas du tout!

vancau 30/05/2014 10:52

On le connait mal Laurence et pourtant c'est un des plus grands écrivains du XXe siècle. Lire Jeanne d'Arc

nic 18/05/2012 01:26


Mais quel boulot , quel travail de "fourmi" tu viens de faire à nouveau...!
Tu me fais découvrir un auteur, un poète et qui plus est, résidait dans une région voisine ...Tu aiguises ma curiosité , une fois de plus, et je t'en remercie ...!
Je vais aller à la rencontre de cet illustre et intéressante personne et de son oeuvre ...et dès que possible sur ses traces ...l'Aude est à un jet de pierres de mon domicile !


Par contre, je suis un peu frustrée de n'avoir pu lire l'intégralité de  ta publication car son format ne rentre pas dans mon écran ...!
Je ne peux lire que la partie gauche et deviner la droite , ce qui n'ai guère commode pour une bonne compréhension .
Je ne sais si d'autres personnes ont eu le même problème que moi ?


Encore merci pour toutes ces découvertes faites grâce à toi ...


Mes amicales salutations


Nic

Christian VANCAU 18/05/2012 06:52



Merci Nic. Tu dois être la seule à avoir cliqué sur cet article donc je vais voir ce que je puyis faire, essayer de réduire mes formats mais au niveau du texte ce n'est pas évident. Je vais
essayer. Et merci de me l'avoir signalé. Je t'embrasse. Delteil est extraordinaire. Le pays d'Aude j'en rêve depuis longtemps mais ne connais pas du tout hélas. Donc je vais essayer. Tu devrais
faire ce "Sentier Delteil" et m'envoyer des photos, j'aimerais. Je vais revoir cette mise en page illico