Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 07:26
Ma Bio 217 Printemps 1991. Retour de France - Bobin
Ma Bio 217 Printemps 1991. Retour de France - Bobin
Ma Bio 217 Printemps 1991. Retour de France - Bobin
Ma Bio 217 Printemps 1991. Retour de France - Bobin
Ma Bio 217 Printemps 1991. Retour de France - Bobin

 

Le vendredi 1er février 1991, Danielle me téléphone d'une cabine à Forrières, affolée. Son mari lui a fait signer un papier. Elle s'est enfuie, morte de peur. Je vais la chercher à Libramont et la ramène à Moircy.

Le dimanche, elle part se réfugier chez sa tante à Bruxelles, sur les conseils de son avocat. Rappelons qu'elle est en instance de divorce. Mais Danielle change d'avis et décide d'aller chez sa mère qui habite à Mirwart, le village à côté du sien. Sa mère est au courant. Le soir à 18h50 elle me téléphone de chez sa mère et m'annonce que son mari est là. C'était donc cela le refuge???Je suis consterné

Voici mon jardin à notre retour

Fév Jardin315Plus de nouvelles de Danielle. Serait-elle à Bruxelles???Je suis effondré. Je ne parviens pas à me défaire de  son image, celle de son visage bleu et rouge de femme battue, cette terrible nuit du 14 au 15 janvier. Depuis lors je vis dans l'angoisse chaque fois qu'elle n'est pas à mes côtés, chaque fois qu'elle ne téléphone pas, comme c'est le cas depuis trois jours.
 

Le mercredi 6 février, il fait tout blancFév Neige Jardin317

 

Danielle téléphone enfin. Elle cherche un studio et est convoquée à la Gendarmerie

Je commence à lire Le Mal Noir de Nina Berberova. Danielle arrive à 16h00. Ce jeudi 7 février il a gelé à moins 18°. Je dois comparaître en séparation de fait devant le Juge de paix à 16h30, à Saint-Hubert, à la requête de Céline qui s'est installée à Marche. Je comparais seul et signe. C'est en fait une manoeuvre. Je fait que j'accepte cette résidence séparée pourrait permettre à mon épouse de demander le divorce à mes torts dans les cinq ans mais à l'époque j'ignore tout de cela .

 

Le vendredi Danielle part pour chercher une chambre à Bastogne, au Borgès. L'après-midi elle a rendez-vous chez le Notaire Baudet pour signer une convention de divorce avec son mari. Ce la va durer jusqu'à 18 heures. Je vais chercher Danielle à la Gare de Libramont à 18h30. J'ai eu très peur...mais la convention est signée....

 

Danielle et moi allons passer ensemble les jours suivants, dans la neige. Nous cuisinons ensemble des galettes de Millet. Elle m'apprend à faire une sauce Béchamel.

 

Et le 14 février pour la Saint-Valentin, nous allons à Redu, au Village du Livre et je lui offre un collier en quartz rose. Le 15 février nouvelle tempête de neige. Danielle et moi nous entendons à merveille. Enfin quelques jours de répit.

 

Je construis deux maquettes préfigurant les totems futurs qui seront implantés dans la baie de la Seyne-sur-Mer

Fév Projet La Seyne320

Et dans le même temps, ces 9 jours que nous passons ensemble, je commence à peindre mes premiers rhizomes de CannissesFév Rhyzomes319Danielle a terminé Le Sud de Berger, lu le Nadia de Breton et e"Des Fleurs pour Algernon" de Daniel Keyes. Elle commence la Gradiva de Jensen, interprétée par Freud

 

Le dimanche 17 février, Danielle emménage à Mirwart, chez sa mère. Nous avons vécu 9 jours d'harmonie parfaite. Fuigurance totale et permanente. Nous sommes construits pour vivre ensemble, j'en ai la certitude. Son retour chez sa mère m'inquiète car le mari vit dans le village voisin. Mais tout semble bien se passer. Danielle vient ici le 19 février. Elle ne se sent pas chez elle à Mirwart.

 

Le 20 février, coup de fil de France, de Thierry Dion. Cinq projets, dont le mien (totems dans la Baie de Toulon) ont été acceptés par le Conseil minicipal et aussi par le Collège des Maire et échevins. Reste l'accord de la Préfecture puis de la Décentralisation du Ministère de la Culture (FRAC). Voir ensuite qui sera choisi. Ma chance est d'être appuyé par Thierry et d'avoir eu un article dans la Presse toulonnaise, contrairement aux quatre autres

 

Jeudi 21. Danielle ici. En même temps je suis invité à participer à une exposition au village du livre à Redu "UN LIVRE, UN ARTISTE". Une expo de groupe avec des écrivains. C'est la première fois que je suis invité par le Centre d'Art contemporain du Luxembourg belge (CACLB) qui m'ignore depuis des années. Vraisemblablement à cause des échos de mon exposition en France qui risque de les couvrir de ridicule. Le soir Dominique Marx de Bertrix, vient souper avec nous

 

Le samedi 23 Danielle et moi recevons un coup de fil suspect. Ca commence à bien faire. Danielle veut mettre les choses au point avec toute sa famille et quitter Mirwart. Je la reconduis là-bas, chez sa mère, au Chalet. Je n'ai plus qu'à attendre

 

Le 24 février, début de l'offensive terrestre dans le Golfe persique (Guerre contre l'IRAK)

 

Le 26, Danielle loue une chambre à Libramont. Elle  va emménager

 

Le 28, la guerre  contre l'Irak (le Koweit) est finie. Promenade avec Danielle et Craquotte ma chienne dans les Champs d'en Haut

 

Samedi 2 mars  Mort de Gainsbourg,  découvert par Bambou, à 23h30 dans son appartement de la rue de Verneuil à Paris. Ce même jour à 18h00 je le chantais avec ma guitare. Je me retrouve seul avec cette mort et malheureusement Danielle n'est pas là, mais elle viendra ce dimanche en fin de journée et nous passerons une soirée GainsbourgGinsbar12-copie-1

"L'amour est aveugle et sa canne est rose" (Gainsbourg)

 

Je mets du guano dans mes potagers

Le 6 mars arrivée des grenouilles rousses dans les étangs

 

Le 7 mars Danielle et moi partons à Liège. Visiter le lieu de mes années d'enfance et d'adolescence. D'abord le Quai Mativa n°22, où j'ai vécu de 1940 à 1945 chez mes grand-parents Duesberg.

1943-QUAI-MATIVA-22-LIEGE.jpg

Apéro aux Chiroux en terrasse. Achat de " L'Histoire du Cinéma" de Robert Brasillach à la Librairie Saint-Paul. Nous déjeunons à Pain, Amour et Fantaisie, chez Marie-Christine (amie des frères Devresse). Blanquette de veau pour Danielle et Boeuf bourguignon pour moi "Oh ma blanquette de veau, oh mon boeuf bourguignon..." Ensuite un tour à la Citadelle, rue fond Pirette et rue Hocheporte, mes domiciles des années 1963 à 1971

Le 9 mars, promenade "Champignons" avec Danielle et Craquotte. Il s'agit de grands ganodermes que j'ai l'intention de peindre. Coup de fil de mon ami José Bedeur le contebassiste, rentrant de Chine

 

Le 11 mars, viste chez Jean-Pierre Ransonnet avec Danielle à Cortil. Nous quittons vers 17h00

 

Le 13 mars, journée d'enfer. Danielle et moi partons pour Arlon, mangeons cuez Zorba, visitons le cimetière de la route de Diekirch, puis Saint-Donat. J'achète "Le Magazine littéraire" sur Derrida. Puis nous remontons sur la clinique de Bastigne. Radio et Eco pour Danielle à 16h20. Elle sort à 17h00. Ouf elle n'a rien.? Cela fait une semaine que l'on panique

 

Le 13, je reconduis Danielle dans son studio à Libramont. Céline, mon ex-femme me téléphone qu'elle a rencontré René Lambert, comédien, mon ex-voisin  et ami, à l'époque de la rue du Snapeux (années 50). Il vit avec une comédienne que nous connaissons bien, Nicole Jacquemain, pour l'avoir côtoyée au Centre Dramatique ardennais dans "Les Travaux et les Jours" pièce de Marivaux, dans les années 75 et suivantes ( Michel De Paepe et le Fourneau Saint-Michel)

 

Le 14 mars, je commence à peindre le mur que j'ai érigé au bord du grand étang, avec les pierres que j'ai extraites en piochant le sol pour y amener l'eauMars Jardin325On peut voir que j'ai aussi construit un mur le long du ruisseau. Et le même jour je cerne de noir les couleurs de mes totems

Le 15 mars, coup de fil alarmant de Danielle qui est à Mirwart. Son mari l'a suivie à Rochefort et lui a dit qu'il savait tout depuis fin novembre. Il lui a montre mon nom, mon adresse et mon n°de téléphone; C'est lui qui a téléphoné le 23 février. Il lui montre aussi un plan de mon rez-de-chaussée dans lequel il se serait introduit avec un passe-partout, plan très précis, dessiné sur un carton à bière que voici. (Ceci s'appelle une violation de domicile)avril Plan de Serge339

Je  retrouve Danielle à Libramont et nous croisons Serge qui est à notre recherche et fait demi-tour. Poursuite dans la campagne. Je le sème. Je me rends chez le substitut du Procureur du Roi à Neufchâteau, je le connais, et puis nous allons à la Gendarmerie de Libramont faire une déposition qui va durer une heure et demie. Sortons à près de 19h00. Je conduis Danielle dans un hôtel à Bastogne, le Borgès, rentre chez moi vers 23h15 et verrouille la maison. Nous sommes en danger de mort. J'ai prévenu mon ami Jean-Pierre Ransonnet. Je suis en état de prostration avec à mes côtés ma carabine à plombs et un pistolet d'alarme

 

Le lendemain 16 mars, un samedi, Craquotte aboie, Quelqu'un tambourine sur la porte de devant, puis recommence à l'arrière. J'appelle les flics qui arriveront ici à 5h45, fouilleront le jardin avec des lampes torches, puis monterons dans la maison Je leur parle de ma plainte déposée la veille à la Gendarmerie. Je leur demande de constater que je suis seul et leur dis que Serge est ivre et armé et qu'il faut le neutraliser. Ils le connaissent mais ne feront rien Je préviens l'amie de Danielle, Arlette V. de Waterloo car Serge a proféré des menaces à son égard en disant qu'elle paierait. Réalisant que Danielle n'était pas chez moi, il pourrait être en route pour Bruxelles. Il est 6h45, je lui explique tout et lui donner les coordonnées de Danielle à Bastogne. La gendarmerie me téléphonera pour me reprocher d'avoit appelé le 101 pour rien. Ils sont allés chez Serge à Awenne. Il dormait. J'apprendrai bien plus tard que c'est un ami qui est passé, un certain Benoît G. de Saint-Hubert, complètement ivre et qui voulait me voir à tout prix. A 8h30 Danielle m'appelle et me dit qu'elle part à Waterloo. Elle a téléphoné au psy de son mari, qui, soi-disant s'y rendait deux fois par semaine, pour apprendre qu'il n'y avait jamais mis les pieds. Le psy lui conseille de  faire colloquer son mari en téléphonant au médecin traitant et au Bourgmestre. Mais elle ne le fera pas. En attendant Arlette V. cherche un hôtel à Bruxelles pour Danielle et me propose de venir l'y rejoindre..

 

Mais je dois me rendre à Ferrières chez José Strée, pour voir une expo dans ce lieu où je vais moi-même exposer bientôt. Danielle viendra m'y rejoindre ce dimanche 17 mars.

Une expo de Mathieu Schouteden de St Vith.Schouteden mars 1991107 Nous nous y retrouvons à 16h50. Outre l'artiste et son épouse Simone Huby, également peintre, un couple que j'ai bien connu fin des années 80. Nous rencontrons aussi Lambert Rocour un sculpteur liégeois, professeur à St Luc. Un couple de Verviers qui y tient une galerie d'art "ARTE COPPO" Quai Jacques Brel, les Aubier-Dewalque. Elle fait du théâtre avec mon cousin Adrien Modera de Heusy, deux jeunes femmes peintres dont une certaine Brigitte Closset de Liège et deux polonais. On terminera au resto "La Pie qui louche, avec  les Schouteden et José et Christine Strée, organisateurs de cette expo à Ferrières, qui se tient dans leur "Maison d'Images" et qui s'apprête à m'accueillir bientôt. Danielle me remet une lettre magnifique que voiciMars Lettre Danielle326

C'est dire l'intensité de notre relation qui met notre vie en danger

Je remets Danielle sur l'autoroute pour Bruxelles. C'est très dur. Elle loge chez son amie Arlette en attendant de trouver un hôtel

 

Le mardi 19 mars, je téléphone pour la première fois à Christian BOBIN qui était venu dormir chez moi en 1976, à Libramont, pour voir mon exposition à Marche avec Jean-Pierre Ransonnet. Nos amis communs,Henri et Agnès Michon, m'ayant averti que Christian était devenu écrivain et avait déjà publié plusieurs livres. Il habite "Le Creusot" et vient à Bruxelles samedi prochain, pour rencontrer ses lecteurs à la Librairie LIBRIS avenue de la Toison d'Or. En attendant il va m'envoyer tous les livres qu'il a écrits. Je téléphone à Danielle. Elle a trouvé un hôtel au pied de la Basilique de Koekelberg, le Frédériksborg et j'irai l'y retrouver jeudi

 

Je suis en plein travail de peinture de mes champignonsChampignons 006

Je prends rendez-vous avec Christian Bobin, ce samedi 23 mars, puisque je serai à Bruxelles avec Danielle

Ce vendredi 22 mars je reçois une caisse de livres de Bobin 1. La part manquante (chemin Gallimard) 2.La Femme à venir (Gallimard) 3. Le huitième jour de la semaine (Entre quatre yeux) 4. Souveraineté du Vide (Fata Morgana) 5. L'Enchantement simple (Entre quatre yeux 6. Eloge du Rien (Fata Morgana) 7. L'Homme du désastre (Fata Morgana). Emotion immédiate en empoignant un de ces livres au hasardP1170778

J'arrive à Bruxelles à 11 heures chez Arlette V. agent immobilier à Waterloo. Grande villa avec BMW et Alfa-Romeo. On déjeune chez elle, puis on fonce vers notre hôtel le Frederiksborg où Arlette viendra nous rejoindre pour le repas du soirMars Bxl Frederiksborg328Mars Bxl Koekelberg330Frederiksborg mars 1991108Une photo de Danielle et moi chez Arlette. Nous sommes tous les deux des fugitifs et sommes crevésMars Nous à Waterloo chez Arlette327Retrouvailles enfin dans notre chambre d'Hôtel

 

Le samedi 23 mars: Christian BOBIN à Bruxelles


Le Ciel est pur mais l'air est frais. On s'en va vers la porte de Namur et la Place Royale. Le musée d'art moderne est fermé pour cause de transformations. Alors on descend Le Mont des Arts, le rue des Epronniers, la libraire Post Sciptum est fermée. On va boire de la bière à la Grand'Place en terrasse. Grand soleil en effet. Ensuite nous allons manger dans la fermette de "l'Ilôt sacré", rue des Bouchers. Nous sommes les seuls dans la salle à manger. A 15h00 nous serons à la Librairie Libris.

Comme Bobin n'est pas là, on commence à dialoguer avec ses lecteurs car je leur dis que je connais Christian. Les questions fusent. J'engage le débat avec l'animateur, un certain Roland, ex-comédien du Rideau de Bruxelles et qui fait une émission littéraire sur la RTB le dimanche de 18 à 19h00. Il lit Bobin depuis 3 ans mais l'a rencontré hier à Namur pour la première fois. Quand Christian Bobin arrive enfin avec près d'une heure de retard, Roland lui signale ma présence. Quinze ans qu'on ne s'est  plus vu. Suspense. Son regard s'arrête sur moi...oui c'est bien moi.

Bobin en1990109

Ci-dessus Christian Bobin en 1990

.Alors commence la lecture de ses textes. C'est superbe. Déjà le matin j'ai lu des extraits à Danielle sur le bord du lit. On avait les larmes aux yeux. Et voilà que cela recommence à la lecture de "La petite robe de fête" qui sortira en avril 1991.

 

Après la séance on se retrouve à quelques uns au "Waterloo" avec Christian et le responsable de la maison de la Poésie à Namur. Après avoir dit adieu à Bobin, nous fonçons sur Waterloo car Arlette qui garde Craquotte, s'est blessée en sortant de l'ascenseur au Frederiksborg. Trajet interminable car Danielle se trompe dans ses itinéraires. On passe une heure là-bas.Craquotte est très heureuse  car les filles d'Arlette s'occupent d'elle et elle a dormi dans le lit de Jean-Pierre, mari d'Arlette. On arrive à l'hôtel vers 23h00 et on s'endort illico

 

Bruxelles Dimanche 24 mars.

Nous décidons d'aller voir au 340 l'exposition de Bernard Pagès

Le patron Wodek Majewski arrive en même temps que nous. Après la visite de l'expo, magnifique, nous allons au bar. Il y a là, un jeune couple avec trois enfants. Lui est restaurateur de tableaux, Néerlandophone, jeune, blond et on regarde les reproductions d'un polonais mort en 1973 et né en 1883, un certain Spakowski, constuctiviste avant Malevitch. Il s'appelle Jacques Dujardin et habite Duisburg. Une propriété de 30 ares dans les environs de Tervueren entre Vossem et Overrijsse. Il est aussi peintre et connait bien le restaurateur Michel Lefèvre, ami de Ransonnet, qui est allé s'installer à Monaco. Ami aussi de Denyse Willem et de Lucien Bilinelli. On va ensuite manger tous ensemble dans un resto polonais (des raviolis polonais...), puis on retourne au 340, avec Wodek et une inconnue et c'est là que Danielle craque et parle de son " statut de femme battue" à cette dame qui nous dit que nous devons faire face et cesser de nous enfuir

 

Quant à Wodek, il cherche quelqu'un comme moi, à la fois technique et commercial pour le seconder à mi-temps. Je demande réflexion. Je suis en effet sans travail depuis un an (Fondation Menuhin) et vis sur mon préavis.

 

Je parle aussi avec une musicienne harpiste, une amie de Dujardin. Bref une journée magnifique malgré l'état critique de Danielle

 

Nous reprenons l'autoroute du Luxembourg, après avoir repris Craquotte à Waterloo. Je suis Danielle qui a décidé de retourner loger à Libramont dans son studio, me dit-elle lors d'une halte dans un Parking. Je la laisse aller. Vers 22h00 elle me téléphonnera. En sortant de l'autoroute pour aller chercher des cigarettes, elle s'est plantée et a repris l'autoroute en sens inverse, vers Bruxelles et se retrouve dans un café dans les environs de Ciney. Je ne sais comment elle parviendra à retrouver la route de Libramont et le lundi matin, je reste sans nouvelles.

C'est alors que j'ai la visite de Pascale R. d'Arlon. Sa mère est en clinique et elle vient passer deux heures avec moi. Elle s'est remise à peindre et part à New-York la semaine suivante.

A 10h30, Danielle téléphone, elle est à Mirwart chez sa mère et me déclare qu'elle veut mettre des distances et qu'elle refera signe dans quelque temps. Elle est en train de craquer et de se laisser récupérer. Je suis consterné. A 11 heures nouveau coup de fil anonyme. Visite de Danielle vers 17h30. Nouvel appel anonyme à 18h30. Danielle bondit au téléphone mais...rien!!!!Nous convenons qu'elle restera à Mirwart quelques jours et que je lui fais confiance

Je continue à travailler mes champignons et un totem que je destine à Jean-Pierre Ransonnet. Un cadeau, non pas une vente, comme d'habitude. et je continue à découvrir Christian Bobin (La part manquante). J'écris à Danielle une lettre de 6 pages

Le mardi 26 mars c'est la remise des Oscars avec le triomphe de "Danse avec les loups" de Kevin Kostner

 

Le mercredi je vois Céline à Marche-très bon contact- Je lui parle de Danielle. Quand je la quitte à 17h30, il fait tout bleu de cigarettes, les siennes et l'air est irrespirable. Puis je vais voir la fille de ma chienne Craquotte, recueillie par ma belle-mère à On. C'est Nénette qui deviendra Plume lorsqu'un jour elle reviendra à Moircy, après la mort de sa mère en 1995

 

Danielle aurait une proposition pour travailler chez un antiquaire à Durbuy

 

Ce 28 mars, il y deux semaines que Danielle n'a plus logé à Moircy. Quant à Céline elle s'apprête à visiter avec son ami Etienne C, la maison du Notaire simonet à Forrières. Etienne est en France

Le 29 je fais 7 grandes écolines dans les tons noir-sépia-jauneEcoline11

Et nous arrivons au WE de Pâques ces 30 et 31 mars. Ce samedi 30 Danielle part à Durbuy (Antiquaire) mais ce sera un échec car on lui propose 1000 FB par jour ce qui est dérisoire. Le dimanche 31, avec Danielle, on retrouve Marianne Poncelet et sa mère Nicole, à Redu, au Fournil . Repas mémorable

 

Le 2 avril: Mort de Martha Graham, la danseuse, chorégraphe américaine. Danielle retourne à Mirwart

 

Le 3 avril, Graham Greene meurt à 86 ans, en Suisse

 

Le 4 avril, mort de Max Frisch (Théâtre)

 

Le 5 avril, vernissage photos avec Danielle au Centre culturel Paul Verlaine à Paliseul. On y retrouve Nina de Smedt et Gaston Feller du photo-club de Libramont. Et aussi les Jacques-Dauvin de Paliseul. Retour à 22 heures. Vers minuit, coup de fil de Gérald Dewit, un ami. Il me prévient que" Hulk"(Serge le mari de Danielle), vient de sortir du Miami (Café de Saint-Hubert à 9 Kms de Moircy) après avoir avalé trois Vodkas d'un coup sec. Il a vidé ses balles de revolver sur le comptoir et a dit au patron Christian "Tu sais pour qui c'est cela ???C'est pour Vancau.." Il va donc arriver pour nous tuer. Branle-bas de combat. On descend la carabine et le revolver, on éteint tout et je me couche sur la passerelle qui domine la grande porte vitrée du Hall d'entrée.

 

Mais le téléphone sonne, c'est lui. Je décroche, il est rentré et il veut parler à sa femme. Il veut qu'elle vienne. Je m'y oppose. Il est saoûl et donc dangereux. Danielle lui propose de venir le lendemain. Il refuse, c'est tout de suite ou rien. Ce sera rien

 

Le samedi 6 avril, nous décidons de partir à Charleville. On y prépare le centenaire de la mort de Rimbaud. Arrivés là-bas, nous arpentons les arcades de la Place Ducale avec Craquotte. C'est le marché et nous sommes très bien accueillis au Syndicat d'Initiative où on nous offre un superbe livre sur les célébrations. En plus je découvre dans une librairie un  numéro de Globe sur Rimbaud, qui vient de sortir. Sous les Arcades à nouveau, j'achète "Les oeuvres complètes de Rimbaud"  chez Lattès et aussi "Les Correspondances 1888-1891" chez Gallimard. Nous prenons alors le pastis et nous nous enfilons un boeuf bourguignon, un Côte du Rhône 1989 et puis un calva. Et après le déjeuner, nous allons au Musée Rimbaud. Voici Danielle avec Craquotte sur la berge de la Meuse, le long du Quai Rimbaud avril Danielle Charleville338Dans le musée que je visite pour la 3e fois, au rez-de-chaussée, pièces intéressantes de Ernest-Pignon-Ernest

 

Nous rentrons à Moircy à 17h00 et Danielle part pour Mirwart à 18h00. On pleure tous les deux. Nous avons peur pour demain

 

Le soir, pour échapper à l'angoisse je vais manger à l'Arlequin à Saint-Hubert et suis accueilli avec un grand sourire par le patron Marc Lagrange qui sait tout de l'épisode de cette nuit. Il était au Miami et a vu Serge boire trois vodkas et les mélanger avec du Ketch-up et un autre produit. Sachant qui était Serge, il aurait dit à Gerald De Witte de me téléphoner. Il me dit que Serge est 4 fois comme moi mais qu'il n'a pas un fond méchant. Je lui réponds qu'il a tout de même amoché sa femme et son amie (qui a toujours la mâchoire fracassée, rien que cela), au point de les envoyer en clinique, dans la nuit du 14 au 15 janvier

 

Ensuite je rencontre ma fille Valérie que je vois très peu depuis ma séparation de fait avec sa mère. Valérie me dit que si c'est important pour moi qu'elle rencontre Danielle, elle est d'accord. Bien sûr que c'est important. Je suis conscient que tout le monde dans mon entourage considère que je suis embarqué dans une sale histoire

 

J'apprends aussi qu'Etienne C. le compagnon de Céline n'est pas venu visiter la maison de notaire Simonet à Forrères

 

Ce dimanche, Danielle est chez son mari depuis 10 heures. Angoisse et je suis à côté du téléphone. Mon union avec Danielle est de plus en plus intense et j'ai envie de tout vivre avec elle. Elle me téléphone à 12h05, tout s'est bien passé

 

Je lis "L'enfant brûlé" de Stig Dagerman

 

Le jeudi 11, je découvre des traces de produits toxiques dans le jardin, autour des étangs. L'herbe est brûlée. Je pense d'abord que c'est le dératisateur qui avait mis un produit pour écarter les rongeurs. Il vient le lendemain et je lui pose la question mais ce n'est pas lui. L'herbe qui était huileuse hier, est aujourd'hui complètement brûlée. Donc c'est signé Serge. Voici le travail1991 avril Terrain herbicidé3431991 avril Terrain herbicidé344Trace peinte en rouge sur la photo ci-dessus. C'est de l'Herbicide. C'est évidemment un avertissement. Pourtant Danielle l'avait croisé la veille et il semblait en bonne forme, lui disant qu'une amie l'avait invitée à manger à midi et qu'elle revenait le soir. Et cette même nuit, il arrivait chez moi

 

Je suis extrêmement choqué. C'était quoi alors ce "tout s'est bien passé" dimanche dernier. Comme le dit son amie Denise, Danielle est une femme qui voudrait tout garder. Danielle passe à la maison avec son amie. Je suis extrêmement mécontent car d'autre part elle ne fait rien pour faire avancer son instance en divorce (la procédure n'avance pas, ni la vente de son appartement à Bruxelles)

 

En attendant dans le village d'Awenne, un nommé Noêl, a assassiné sa femme pour les mêmes raisons

 

Et Danielle disparaît suite à mes propos. Je cherche partout, même chez sa mère qui n' a aucune nouvelle. Elle n'est pas non plus au Borgès à Bastogne

 

Samedi 13. Toujours aucune trace de Danielle. je suis de plus en plus inquiet; Suis en communication téléphonique avec ses deux amies Arlette et Denise, Denise qui me dit que Danielle attendait une demande en mariage de ma part, Arlette qui me dit que Danielle trouvait que je ne m'engageais pas assez (Effectivement cela fait 5 mois que je mets ma vie en péril et Danielle est toujours mariée). Je suis stupéfait

 

En réalité Danielle est revenue chez sa mère et l'a réduite au silence à mon égard, en décrochant le téléphone. C'est Arlette qui me révèle ce que lui a dit C. la plus jeune des filles de Danielle. Je suis décidé à tout laisser tomber

 

Le soir je pars pour Mirwart avec une lettre de rupture. Il doit être dans les 22 heures et Danielle sort dans le noir de la maison de sa mère. Elle m'attendait. Elle a rebranché sa ligne téléphonique à 16h00. On s'explique. je rentre vers 23h00

 

Le dimanche 14 avril, Danielle vient à Moircy de 10h30n à 17h00. Elle demande à prendre ses distances avec moi pour régler seule tout ce qu'elle a à régler. J'accepte

 

Lundi 15 Céline me dit qu'elle veut le divorce (nous sommes séparés depuis octobre 1989). OK nous irons voir le Notaire Fosséprez à qui je téléphone. Qu'on en finisse. Il viendra faire l'Inventaire à la maison. Céline arrive vers 13h00. On discute ferme. On ne vendrait pas la maison, Céline ne semblant pas y tenir, heureusement car ma maison c'est aussi toute ma création artistique. Céline m'avoue qu'elle est encore amoureuse de moi. Je le sais et c'est bien pour cela qu'il faut en finir.

 

Mort de David LEAN (Dr Jivago, La fille de Ryan, Lawrence d'Arabie)

 

Mardi 16  Danielle passe un moment avec sa mère et m'offre un pull provenant de Sint Niklaas. Pendant son bref passage, Serge passe devant la maison avec un camion de la SNCB. La maman de Danielle me dit d'aller demander un port d'armes

 

Mercredi 17 Le notaire vient évaluer la maison à 4 millions de francs belges (100.000 euros). Je devrais donc verser à Céline 2 millions moins la moitié du solde de l'emprûnt hypothécaire 350.000) soit 1.650.000 ( 41. 000 euros)

 

Danielle passe à la maison avec sa mère et Arlette. Serge fait du chantage au cancer de la gorge. Danielle téléphone à son médecin à Marche. Le toubib ne l'a jamais vu!!!

 

Jeudi 18 avril Je vais demander un port d'armes à la gendarmerie de Libramont. Je dois repasser demain pour rencontrer le commandant de brigade. J'irai le lendemain et on me demandera de constituer un dossier, avec un certificat de bonne vie et Moeurs, un accord de mon conjoint c-habitant, un engagement sur l'honneur de savoir manier les armes de défense et une copie de mon assurance Responsabilité civile. A 10h30, je ramène mon dossier constitué. On va procéder à une enquête. Il ne s'agit pas d'une demande de Port d'armes mais simplement de détention à  domicile d'une arme de défense

Ce même jeudi 18 avril, je pars avec Danielle au spectacle d'Eddy Devolder à Arlon, "Le Temps Opera" décors réalisés par mon ami Jean-Pierre Ransonnet. Il y a aussi deux expositions, une de Devolder et une de Ransonnet que l'on visite avant d'aller au Bar et d'y rencontrer Pascal R., oui encore elle, avec son ami Gilbert  Avril 1991 Le Temps Opera 2Avril 1991 Le Temps OperaAvril 1991 Le Temps Operarrain herbicidé345

On remonte par Martelange dans une tempête de neige, avec Jean-Pierre Ransonnet et on arrive à Moircy vers 23h30. Souper aux courgettes et au vin rouge

 

Vendredi 19 avril  Inventaire mobilier cette fois du Notaire Fosséprez. Tout est passé au peigne fin y compris argenterie, verres, bibelots, livres. Reste la question de la propriété artistique

 

Dimanche 21...Serge cherche à savoir qui m'a prévenu "la nuit du crime". Il a agressé Marc Lagrange au Miami, a resorti ses balles sur le comptoir. Danielle est en effet avec moi depuis 3 jours. Elle me quitte et repart  chez sa mère car il y a danger. Heureusement sa mère est armée et n'a pas froid aux yeux. Notons tout de même que si la mère intervient c'est pour protéger sa fille qui est battue depuis des années. Avec moi elle sait bien que cela n'arrivera jamais . Bien sûr Danielle a porté plainte pour coups et blessures en janvier avec certificat médical et l'audience doit avoir lieu ce 26 avril

 

Lundi 22 Au téléphone de Raymond Buren, substitut du Procureur, qui est un copain. Il me refuse mon autorisation de détention d'armes et me fait la morale "Tu n'as qu'à lui rendre sa femme..." Que je sois menacé de mort n'a aucune importance. Je ne le reverrai jamais...

 

Le mardi 23 avril, je vais enlever Danielle chez sa mère, à 14h00 en venant par la forêt, et la ramène ici, via Smuid. mais je la ramène  à Mirwart à 18h00

 

Le soir je reçois à nouveau deux coups de fil muets. Il paraît que Serge a reçu lui aussi 3 coups de fil ce même soir. C'est son beau-fils Armand L. qui en est témoin car d'est lui qui a décroché pendant que Serge soignait les moutons. Il y aurait donc une tierce personne qui d'ailleurs serait allé chez Serge à Awenne et aurait versé de l'herbicide.? A 23h40 nouveau coup de fil. Et cette fois on ne raccroche pas et je dis"Espèce de salopard, lâche, on t'a repéré mon vieux et ça va chauffer". Et il raccroche..Quant à Serge il avance mensonges sur mensonges. Rien ne l'a empêché d'aller téléphoner de l'extérieur et d'essayer de mettre son beau-fils dans le coup

 

Etienne C. me téléphone et s'excuse d'être l'amant de ma femme. Je refuse ses excuses et dis qu'il n'y a aucun problème puisque nous sommes séparès depuis un an et demi (J'ai connu Etienne C. à l'époque de l'Atelier d'Ambly-Michel De Paepe et du CDA)

 

Je travaille le totem pour Ransonnet et le termine. Le voici. En vérité n'ayant pas revu Ransonnet avant mon départ en France, je le vendrai à La Seyne à un couple français et en referai un autre pour RansonnetAvril 1991 Totem Ransonnet

J'ai aussi fait un mini-totem pour Danielle, pour consacrer nos 6 mois ensemble ce 25 avril

Partage des meubles, livres etc avec Céline. Tout se passe bien, j'ai sauvé le piano en l'échangeant contre l'argenterie familiale

 

Vendredi 26 avril. Départ pour Liège avec Danielle. En fuite pour quelques jours. D'abord Cortil -Tilff chez Ransonnet où on laisse Craquotte. A 12h15 Jean-Pierre Devresse à la Médiathèque et Café du coin de la rue Charles Magnette. Apéros au Scotch. On va manger au Touch and Go. Danielle apprend que le prononcé du jugement de Serge pour coups et blessures est remis à fin mai. Bravo la Justice !!!

On visite l'espace UHODA (Art Contemporain), rue Lulay. Avril 1991 Galerie Uhoda350Ensuite la Galerie Cyan. Exposition sur Closon. Bon huiliste mais rien de transcendant. Le soir, diner avec les Ransonnet à Cortil. Soirée calme

 

Samedi 27, visite de l'atelier de Jean-Pierre. Danielle parle avec Martine. Voici Cortil sur les hauteurs de Tilff-sur-Ourthe. L'entrée de la propriété et le panorama vu de la maisonAvril 1991 Cortil352Avril 1991 Cortil351

Départ pour Esneux. Visite des alentoursAvril 1991 Danielle Esneux353On déjeunera finalement à Tilff sur les bords de l'Ourthe et on mangera une Musaka. Beaucoup de Colverts sur l'OurtheAvril 1991 Danielle Tilff354

 

Et à 15h30, on prend la route de Mery pour aller chez mon ami Marcel Reynders et son épouse ChristianeAvril 1991 Danielle Mery-Reynders355-copie-1Pour l'apéro Marcel sort le Whisky de chez son père un Glen Eagle de 25 ans d'âge

Délicieux repas de Christiane; On parle beaucoup des Seychelles. Marcel me dédicace un de ses pôèmes édités récemment "Bébé bande aux étoiles" "A Christian qui m'a montré les créations émergeant des déchirures"

On dort dans le divan

 

Dimanche 28 avril. La brume au réveil (voir photo ci-dessus). Nous quittons la vallée de l'Ourthe pour celle de l'Amblève et nous arrivons à Stoumont où nous découvrons une auberge de rêve "Le Relais des Zabomprés"Avril 1991 Danielle Stoumont358Avril 1991 Danielle Stoumont357Avril 1991 Danielle Stoumont356Endroit de rêve  dans lequel nous allons nous attarder. Une entrecôte à l'os pour  nous deux, un sorbet aux pommes vertes, une Mirabelle

 

Nous arrivons à 16h00 à Hoursinne chez notre amie Catherine, un petit hameau perdu. Catherine est au jardin. On visite son territoire, magnifique. Nous goûtons sa tarte aux citrons, puis nous admirons ses tapisseries aux points de croix. La grande fenêtre carrée sur le verger, le soleil couchant et le poteau téléphonique. Le piano droit, la table de boucher, les métiers à tisser, la soupe aux orties, les fromages de chèvre, aux pommes et au lard, la tisane de Mélinot, le Chinon, un bourgogne jeune de la région de Cluny, encore de la tarte aux citrons; Où l'on parle de Bouiboule ( Michel Boulanger, plasticien liégeois) et de Nicole Forshbach, l'épouse décédée du peintre Jacques Charlier.

Le retour par Manhay et Mabompré

Ci-dessous Hoursinne

Avril 1991 Catherine361Avril 1991 Catherine362

Lundi 29 avril

Je reconduis Danielle à Mirwart. Beaucoup de peine à se quitter après ces trois jours merveilleux

21h24, nouveau coup de fil anonyme. Ces gens qui n'ont rien d'autre à faire dans leur vie à part empoisonner celle des autres

 

Mardi 30 avril 

J'écris dans mon journal page 7266, tome 22 : "Je déteste tellement les étrangers que lorsque je vais dans leur pays, je ne puis plus me supporter"

 

Nina Auer m'invite au vernissage d'Hubert Grooteclaes vendredi prochainAvril 1991 Grooteclaes Nina363A 14h30, coup de fil de Thierry Dion "CA Y EST POUR LA SEYNE-sur-MER !!!!" Le projet des totems à installer dans la baie de Toulon dès l'automne de cette année 1991, juste après mon exposition de juillet. La préfecture ayant refusé mon projet comme trop élitaire, il a fait casser la décision de la préfecture et est remonté jusqu'au Ministère qui a accepté le projet avec enthousiasme et a décroché Thierry en vacances à Chatelroux (Limoges), pour le lui annoncer

 

A 17h00 chez le Notaire Fosséprez pour signer la convention de divorce par consentement mutuel. Et Céline en dernière minute, alors que nous nous étions mis d'accord sur tout, me réclame la moitié de mon préavis ou alors je rembourse seul notre emprûnt hypothécaire (emprûnt que j'avais déjà remboursé pour 25.000 euros avec mon seul salaire avant la séparation). J'entre dans une colère bleue.Devant le notaire je la traite de suceuse, de vampire, de vautour et de sangsue. Faut pas emmerder Vancau! Le notaire prend mon parti et l'envoie fumer dans la salle d'attente, car Céline est une locomotive...en plus. J'obtiens gain de cause

Il y a eu deux semaines hier que Céline me téléphonait pour que l'on divorce et aujourd'hui, les actes sont signés

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article

commentaires