Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/JhTclis3cE
    https://t.co/JhTclis3cE Christian Vancau (@VancauChristian) September 16, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être...
    Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/CcqJLdfIwY Christian Vancau (@VancauChristian) September 16, 2017
  • Un article sur mon territoire vient de paraître...
    Un article sur mon territoire vient de paraître dans le n° 31 de septembre 2017, pages 22-23 et 24 de la revue... https://t.co/gJxCwRSwyw Christian Vancau (@VancauChristian) September 14, 2017 Un article sur mon territoire vient de paraître dans le n°...
  • https://t.co/pPlRtfzdsB
    https://t.co/pPlRtfzdsB Christian Vancau (@VancauChristian) September 14, 2017 Christian Vancau shared a memory.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 11:23
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie
Mes trips des année sixties dans l'Ex-Yougoslavie

La Yougoslavie sous tous ses aspects en 1961, 67, 68, 69 et 70, lors de mes 5 séjours dans ce pays

Le départ de Liège par Cologne- Heidelberg, Münich, Villach en Autriche, l'embarquement à Bad Gastein, sur le petit train, pour passer la montagne, (Les Alpes dinariques) juste au pied de la "Villa" d'Hitler, à Berchtesgaden, avec notre petite "Coccinelle" 230NM Badgastein1.jpg Berchtesgaden06848.jpgLe passage de la montagne et l'arrivée en Slovénie au petit matin, du côté de Bled, pour ceux qui connaissent. Un lac merveilleux. J'avais roulé toute la nuit en traversant l'Allemagne et l'Autriche et je m'endormais dans la coccinelle à l'aube, après avoir franchi les Alpes. J'étais au bord du Lac, dans les brumes, un rêve étrange, oui j'étais en Slovénie...bledislandBLEDch01

Je commence par l'Istrie,.Nous campions à Rabac, sur la côte Est. Nous avons visité Trieste, Rijeka, Opatija, Porec, Rovinj, Pula, Medulin etc... et nous avons même poussé jusque Venise. Je pense que c'était en 1970.

istrie2 . Là c'était en 1970. Notre Camping à Rabac, pointe Sud1969 ISTRIE-RABAC-copie-1

Sur la plage de Rabac avec ma fille Valérie, il y a 42 ans. Nous n'avons pas la même couleur de peau1969 ISTRIE-copie-1

La Slovénie avec les cascades de PLITVICE 1969 PLITVICE1969 PLITVICE 002Ma fille et sa maman dans les chutes de Plitvice. Remarquez les talons-hauts ou eaux

Ensuite Ljubliana, capitale de la Slovénie et ses biennales de sculptures et de gravuresLjubljana Ljubljanica1

Notre campement de base, avant  Zadar, en Dalmatie, à Starigrad-Plakenica. A l'horizon les Monts Velebit1968 Yougoslavie Starigrad-Paklenica1967 Yougoslavie Starigrad Monts VelebitCi-dessous, Valérie devant le Mont Velebit. Elle aura bientôt 8 ans et déjà prépare sa future collection de chapeaux1970-2 Valérie à Starigrad-Paklenica

 La Côte dalmate.

TROGIRTrogirtrogir west

trogir-jan-2006Pakostane sur la plage avec ma fille Valérie1970 PAKOSTANE 002-copie-2pakostane 1

 Nous sommes toujours à la fin des années 60. Tito règne en maître absolu et tient tête à Stalin et son compagnon d'armes, le célèbre Djilas est toujours en prison. Dans des villes comme celles-ci,, Split, Skoplje (Macédoine yougoslave), ou Belgrade et Zagreb, il m'arrive de parler avec des opposants au régime serbe, souvent des étudiants et on parle à voix basse à la nuit tombante dans des cafés obscurs. Ca c 'est en 1961. Trente ans plus tard ce sera la guerre et la dislocation de la Yougoslavie. L'Occident les fascine. Ils veulent que je leur envoie des livres, journaux, le tout à voix basse. Même scenario lorsque je discute avec des opposants minoritaires albanais au KOSOVO lorsque nous arrivons dans la région d'Okhrid, bien au-delà de Dubrovnik, au bord de ce lac immense bordé par la Yougoslavie, l'Albanie et la Grèce. Mêmes confidences à Pristina et à Pec. Nous sommes bel et bien dans une dictature, ouverte au Tourisme occidental . Même schema que l'Espagne de Franco. Dictature de gauche et dictature de droite.Elles se valent, elles sont toutes les deux merdiques.  Mon avantage est d'avoir appris le Serbo-Croate et donc d'être un touriste un peu à part car aucun touriste ne parle le serbo-croate. Un tour rapide ci-dessous. J'étais déjà venu dans tous ces lieux en 1961,  j'avais 23 ans

  Primosten...un bijouprimosten 124945

primosten42 (1)sans oublier l'Ile de Brac avec SupetarBrac

supetarMoi a Supetar en 1970, en brigand albanais

1970-SUPETAR3.jpg1970-SUPETAR-004.jpgMe voici à SPLIT, dans l'enceinte du Palais de Dioclétien1968 Yougoslavie SPLIT-copie-11968 Yougoslavie SPLIT 001SPLIT-Hebrard overall color restitution800px-Split00857

SMOSTAR et la Vallée de la Neretva. Le pont est encore intactMOSTARph00x129

SARAJEVO avant les bombardements1969 SARAJEVO 002

 Sarajevo-1969-1-1.jpg Sarajevo. Ma fille Valérie et moi au resto. En fond de scène, la ville qui sera détruite, vingt et un an plus tard

Sans oublier le dérour par la Vallée de la NERETVA et son village-bijou, MOSTAR, dont le pont turc n'a pas encoré été bombardéMOSTARph00x129.jpgAprès le bombardementMostar-Pont--Guerre-1993.jpg

Dubrovnik sur laquelle je m'étends un peu car c'est un bijou que j'avais découvert depuis 1961, un Venise en petit et vous savez, pour moi, où il y a de l'eau  il y a du palsirdubrovnik

Dubrovnik est une ville et une municipalité de Croatie, capitale du Comitat de Dubrovnik-Neretva. L'ancien nom est Raguse, capitale de laRépublique maritime connue sous le nom de République de Raguse. Ses habitants, ainsi que ce qui s'y rapporte, s'appellent encore desragusains.

Au recensement de 2001, la municipalité comptait 43 770 habitants, dont 88,39 % de Croates, 3,26 % de Serbes, et 3,17 % deBosniaques1 et la ville seule comptait 30 436 habitants2.

Elle a pour devise « La liberté ne se vend pas même pour tout l'or du monde ».

 

Située au sud de la côte dalmate, à proximité de la frontière avec la Bosnie-Herzégovine et le Monténégro, la ville-forte de Dubrovnik est un des hauts lieux touristiques de Croatie. Cette ville portuaire porte en effet de nombreux témoignages de sa très riche histoire, au travers de ses monuments et de ses rues pavées.

La principale d'entre elles, la Placa (ou Stradun), est une large avenue dallée tracée au milieu de la ville, sur l'ancien marécage qui séparait la Raguse latine sur le rocher de Dubrava sur le continent. Lorsque la ville s'agrandit au cours du Moyen Âge, elle assécha ce marais et en fit une artère.croatie-dubrovnik 41

Le climat de la ville est marqué par des étés chauds et humides ainsi que par des hivers froids, mais tempérés par la proximité maritime. Ses caractéristiques sont semblables à ceux de la plaine du Pô en Italie, sur la côte adriatique opposée.

200px-Dubrovnik2.jpg
magnify-clip.png
L'artère principale de la vieille ville

Histoire Moyen Âge et époque moderne 

 

Article détaillé : République de Raguse.

Raguse est fondée durant la première moitié du viie siècle. Dès sa fondation, la ville est placée sous la protection de Byzance. En 980, la ville devient le siège d'un évêché. À l'instar de Venise dont elle devient concurrente, Raguse sait tirer parti de sa position côtière pour développer un commerce maritime lucratif.

Elle est gouvernée par un recteur, élu chaque mois. Celui-ci est logé au palais du recteur, où il ne reçoit plus ni amis, ni famille, se consacrant entièrement à sa tâche. La République de Ragusecomprend uniquement les ports de Raguse et de Ragusavecchia (Cavtat) jusqu'en 1120, date à laquelle elle s'étend à son arrière-pays.

Entre 1180 et 1190, le Grand Prince de Rascie Stefan Nemanja essaie à deux reprises de s'emparer de la République de Raguse, sans succès. En 1184, l'armée des trois frères, (Miroslav et Stracimir rejoint Nemanja dans cette campagne), est devant les murs de la riche République de Raguse. La ville est chrétienne et peuplée d'Italiens venant de l'ancienne province de la Dalmatie, comme toute la région, mais elle est jalouse et surtout très fière de son indépendance, et elle résiste à l'armée de Nemanja deux fois de suite. En effet, après un premier échec en 1184, Nemanja revient en 1185 devant ces murs, pour subir un nouvel échec militaire. En 1186, Nemanja décide alors de libérer les autres villes de la région qui étaient sous domination byzantine, l'armée serbe prend les villes de Svac, Bar, Danj, Sard et Ulcinj avec une étonnante rapidité. Entre 1233 et 1242, la République étend à nouveau ses possessions dans l'arrière-pays.

L'importance de son trafic la conduit à établir la première quarantaine en 1377 pour se protéger de la peste noire.

Après la quatrième croisade, elle passe sous la domination de Venise, jusqu'en 1358. En 1358 (traité de paix de Zadar), la République de Raguse reconnaît la suzeraineté du roi de Hongrie, à qui elle verse un tribut jusqu'en 1526, après la bataille de Mohács. L'autorité hongroise ne porte cependant que sur les impôts et la flotte et on fait donc traditionnellement débuter l'indépendance de la République de Raguse à 1358.

La République reçoit l'île de Meleda (Mljet) puis les alentours de Slano en 1399. Entre 1427 et 1451, elle achète la région des Konavle auroyaume de Bosnie.

En 1409 et en 1417, Venise lui conteste le monopole du commerce dans la ville de Drijeva, qui est alors possession du royaume de Bosnie. Elle échoue par deux fois, et Raguse reste maîtresse du commerce du sel (salines de Ston), qui passait par cette ville.

En 1416, elle est le premier état européen à abolir l'esclavage et, donc, à interdire le commerce des esclaves. Durant les xve et xvie siècles, elle développe son commerce entre l'Europe ottomane et les ports de la Méditerranée. Au xvie siècle, la flotte de commerce de la République compte 160 navires.

L'avancée turque dans les Balkans, et notamment la conquête de la Serbie, nuit gravement au commerce de la République. Elle signe en 1442 un traité avec les Ottomans; ce traité autorise les marchands de Raguse à commercer dans les Balkans, moyennant le paiement d'une taxe.

Farouchement catholique, la République réserve les postes de la magistrature aux membres de cette religion et oblige parfois les orthodoxes à se convertir. En 1492, elle accueillit toutefois un groupe de Juifs expulsés d'Espagne.

À la fin du xve siècle, des conflits opposent Venise aux Hongrois, puis Venise aux Ottomans pour le contrôle du marché de Drijeva, nuisant ainsi gravement au commerce des marchands de Raguse, qui en avaient le monopole. Il faut attendre 1503 pour qu'un traité de paix soit signé.

Tout comme Venise, elle offre assistance à l'alliance musulmane lors de la bataille de Diu contre les Portugais, en 1509, dans l'Océan Indien.

Après 1526, elle paie un tribut aux Ottomans, et ce jusqu'en 1718. Le tribut s'élevait alors à 12 500 ducats par année. La république ne se relève jamais complètement de la crise du commerce maritime en Méditerranée et du tremblement de terre de 1667 (plus de 5 000 morts).

En 1699, elle cède deux portions de terre à l'Empire ottoman. De cette manière, Venise ne peut plus l'attaquer que par la voie maritime, et non plus par voie terrestre. Ceci est à l'origine de l'unique accès à la mer de la Bosnie dans la région de Neum.

 
magnify-clip.png
Napoleon abolit la République de Raguse et l'intégra dans le Royaume d'Italie en 1808

En 1806, Raguse fut assiégée durant un long mois par les flottes russes et monténégrines qui envoyèrent plus de 3 000 boulets sur la cité. La République fut contrainte de capituler face aux forces armées de l'Empire français qui mit un terme au siège et sauva Raguse. Menée parNapoléon, l'armée française entra dans Raguse en 1806.

En 1808, le maréchal Marmont abolit la République de Raguse et l'intégra dans le Royaume d'Italie. Il devint le recteur de Raguse. L'italienne c'est le langue officielle de Raguse.

La puissance commerciale qu'elle acquiert ainsi est la source de la puissance politique qu'elle sauvegarde jusqu'à l'annexion en 1808 par Napoléon Bonaparte (en 1810 incorporation dans les provinces illyriennes dirigées par Marmont puis Fouché).

La ville de Raguse a officiellement changé son nom dans les langues occidentales en Dubrovnik en 1918, avec la chute de l'empire d'Autriche-Hongrie et à la suite de son incorporation dans le Royaume des Serbes, des Croates, des Slovènes, plus tard le Royaume de Yougoslavie.

 

Époque récente  

Le 1er octobre 1991, l'Armée populaire yougoslave attaque et encercle Dubrovnik pendant la guerre d'indépendance croate. Le siège dure jusqu'à mai 1992. La plus grosse attaque d'artillerie eut lieu le 6 décembre 1991, tuant 19 personnes et en blessant 60. Le nombre total de victimes dans cette région est de 114 civils tués, selon la Croix-Rouge, dont le poète Milan Milisić .

 

De 1992 à 1993, la ville est par ailleurs la cible de tirs de l'armée serbo-monténégrine postée sur les hauteurs de Zarkovica, au nord est de la ville, pendant la guerre d'indépendance de la Croatie.

L'attaque contre Dubrovnik vise à compromettre une société politique monténégrine réticente dans les entreprises militaires décidées par Slobodan Milošević : on raconte aux réservistes monténégrins que les « Oustachis » attaquaient le Monténégro, et ils mettent à sac la région, notamment Cavtat et la vallée des Konavle.

Reconstruction

68 % des bâtiments de la vieille ville auraient été touchés directement ou indirectement par les tirs d'obus.

La reconstruction s'est déroulée, autant que possible, dans le respect des techniques traditionnelles, tout en appliquant des normes anti-sismiques nouvelles, dans cette région géologiquement instable.

La restauration des toitures fut particulièrement problématique, les matériaux traditionnels n'étant plus disponibles en quantité suffisante. Les anciennes tuiles furent ainsi progressivement remplacées par de nouvelles, bâtiment par bâtiment. Ces nouvelles tuiles proviennent d'une fabrique située à côté de Toulouse.

Transport 

La ville est desservie par l'Aéroport de Dubrovnik situé à 20 km au sud de la ville près de Čilipi. La ville sera dans le futur desservie par l'autoroute A1.

Tourisme Ici L'ïle de LOKRUM au Sud de DubrovnikLokrum-Island

230px-Velika_Onofrijeva_%C4%8Desma.JPG
magnify-clip.png
La fontaine d'Onofrio.

Dubrovnik, qui déroule ses remparts sur la côte dalmate, au bord de l'Adriatique, est redevenue un lieu de villégiature. L'enjeu est de taille pour le pays, qui devrait rejoindre l'Union européenne le 1er juillet 2013, et dont le tourisme représente près d'un quart du produit intérieur brut. L'ancienneRaguse, qui fut au xve siècle une République rivale de Venise, renommée Dubrovnik en 1918 à la chute de l'empire austro-hongrois, est aujourd'hui une ville-musée, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Entre 1991 et 1993, les deux tiers de ses bâtiments ont été détruits ou endommagés, mais ils ont été restaurés avec soin entre autres grâce à des fonds étrangers. Les visiteurs ne s'y trompent pas. Les mois d'été, sur le Stradum, l'artère principale de la ville, la foule est aussi serrée que sur un quai de métro aux heures de pointe.

 

  DUBROVNIK

dubrovnik1.jpgLe village de SVETI STEFAN au Sud de Dubrovnik. On descend vers l'AlbanieSveti Stefan1

Les Bouches du KotorKOTOR2

Le Lac d'OHRID faisant frontière entre la Yougoslavie, l'Albanie et la Grèce.Ohrid1

Et enfin l'extrême sud de la côte dalmate, près de la frontière albanaise, nous avons séjourné à ULCINJE, sur la plage désete, en 1967, avec un ami californien rencontré à Starigrad-Paklenitsa (David Lee Hofmann). Et là nous sommes en plein monde musulmanulcinj5.jpgulcinje4.jpgulcinje3.jpgEnsuite les remontées vers le Nord par l'intérieur du pays. Kosovo,Macédoine yougoslave, Serbie, Croatie

Le village de PETCH au Montenegro(PEC)PEC 1PEC-2.jpg

SKOPJE avant le tremblement de terre: Les Bains turcsskopje8x

Et l'Horloge de la Gare, arrêtée à l'heure du tremblement de terre

Skopje4

Et enfin NICH sur la route de la Bulgarie, Nich et sa tour des crânes(NIS

)La première révolte serbe contre les Turcs commença en 1804, sous le commandement Karageorges (« Georges le Noir »). En 1809, Niš était encore tenue par les Ottomans. Profitant du fait que les Turcs étaient en guerre contre la Russie, les insurgés marchèrent sur le sud de la Serbie. Le 27 avril 1809, 16 000 soldats serbes, commandés par Miloje Petrović, approchèrent des villages de Kamenica, Gornji et Donji Matejevac, à proximité de la ville. Les Serbes creusèrent six tranchées, dont la plus importante se trouvait sur le mont Čegar, commandée par le voïvode Stevan Sinđelić à la tête de 3 000 hommes. Le 31 mai 1809, les Turcs, au nombre de 10 000 hommes, se lancèrent à l'assaut de la tranchée. La bataille du mont Čegar dura toute la journée. Quand Sinđelić se rendit compte qu'il allait être vaincu, il fit exploser ses réserves de poudre, ce qui provoqua sa propre mort, ainsi que celle de nombreux soldats serbes et ottomans. Le grand vizir Hurşid Ahmed Paşa, qui commandait l'armée ottomane, ordonna alors, en signe d'avertissement et comme symbole de la défaite serbe, de construire la tour de Ćele kula(la « tour aux crânes »), à laquelle il fit incorporer 952 crânes appartenant aux insurgés serbes. En 1833, le poète Lamartine, de passage dans la région, apposa une plaque sur la tour. On peut y lire les mots suivants : « Qu'ils laissent subsister ce monument ! Il apprendra à leurs enfants ce que vaut l'indépendance d'un peuple, en leur montrant à quel prix leurs pères l'ont payée ». Un monument célébrant le souvenir de ce combat a été érigé au mont Čegar en 1927.Nis-Tour-des-Cr-nes.jpg

Et en remontant par l'intérieur des terres....

BELGRADE, c'est pas la joieBelgrade3Belgrade2.jpgBANJA LUKA en BosnieBanja LukaZAGREBZagreb1Toutes ces années sont développées dans d'autres articles de mon blog. Ceci n'était qu'une tournée générale

Partager cet article

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans YOUGOSLAVIE
commenter cet article

commentaires

nic 15/11/2012 14:40


Tu ravives de sacrés souvenirs en moi avec cette publication...!
Porec, fut mon lieu de villégiature pour un séjour après mon mariage (74) ...dans une autre vie! Et le hasard y est-il pour quelque chose ? surement !!!! En même temps que se délitait la
"Yougoslavie" mon mariage suivait le même processus ...c'était les années 92 !
Avec ma Mini 850, nous avions voulu aller à Pula en passant par le centre des terres ....Quelle aventure ! la route s'arrêtait d'un seul coup en pleine zone montagneuse, continuait en chemin
caillouteux redevenait route bitumée , passait par des villages incroyablement beaux, les gens nous regardaient étonnés de voir débouler cette petite bagnole orange avec 2 minots blondinets
...
Et cette Adriatique , si froide où les plages étaient faites de cailloux ...
Malheureusement à cette époque, je n'avais pas la conscience des choses, nous étions trop insouciants pour visiter et voir toutes ces merveilles architecturales qui furent plus tard détruites
.
Mes photos de l'époque sont inintéressantes et rares...pfffff!
Ton article comble mes manques , une fois de plus, et encore merci pour cela ...
Le look de la mère de ta fille est celui des filles de l'époque , en plus elle, a une incroyable classe , pour des gens en camping, c'est une performance !  Je t'embrasse, n'oublie pas de
prendre soin de toi...:)))
Nic

Christian VANCAU 15/11/2012 14:55



Tu es bien ma contemporaine. Moi naussi cela m'a ému d'aller piocher tout celà. . Donc toi aussi mais en quelles années????