Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • PLOTIN et ses Enneïades
    Plotin Plotin Plotin Naissance 205 Lycopolis, Égypte Décès 270 Naples, Campanie, Italie École/tradition Néoplatonisme Principaux intérêts Métaphysique, hénologie, épistémologie, éthique, art Idées remarquables L'Un, procession et conversion, émanation...
  • En Albanie, à Hekal une institutrice, écrivain : Fatbardha Sulaj
    FATBARDHA SULAJ ECRIVAIN ALBANAIS..." L'OMBRE FEMININE" par Christian Vancau, mardi 13 décembre 2011, 15:56 Elle habite HEKAL a 144 Kms au Sud-Est de TIRANA , près du site archéologique de BYLIS et elle est institutrice. Cette jeune femme a appris le...
  • @mfeymery @VancauChristian
    @mfeymery @VancauChristian Christian Vancau (@VancauChristian) February 20, 2017
  • Mes BROUS de NOIX
    Rien que de l'eau et du brou de noix sur du papier 0.65 / 0.86, papier étalé sur une table, sans aucun projet de départ.? Ce n'est qu'ensuite que les formes ont été travaillées, en brunissant fortement les arrières-plans et sans retoucher les figures...
  • Les Pierres peintes de Christian Vancau
    Sur mon territoire à Moircy-Libramont, Pierres fracassées à la masse dans ma maison en ruines en 1978-79. D'anciennes mangeoires. Obligé de fracasser, sinon impossiblité de mettre des meubles le long des murs. En ce temps-là, j'étais marié et père de...
  • PARIS en Octobre 2010 - Balade à St Germain-des-Prés
    Après Gainsbourg, je remonte sur St Germain des Prés par la Rue Bonaparte. Il doit être dans les 15 heures, à peu près, ce dimanche 10 octobre. C'est la toute grande foule? Il n'y a plus de place au Bvd St Germain, les terrasses sont bondées, les gens...
  • ROMAIN ROLLAND (1866-1944)
    Romain Rolland Romain Rolland Romain Rolland en 1914. Données clés Naissance 29 janvier 1866 Clamecy ( France-Bourgogne) Décès 30 décembre 1944 (à 78 ans) Vézelay ( France ) Activité principale Écrivain, philosophe Distinctions Prix Nobel de littérature...
  • Bourgogne: Bibracte et le Mont Beuvray-Morvan
    Christian Vancau devant le Monument François Mitterrand ce 4 septembre 2014 - Nous sommes à l'Oppidum de Bibracte ce jeudi 4 septembre 2014 à 15h30, après avoir quitté AUTUN, très exactement devant le Musée de Bibracte qui se trouve au pied du Mont Beuvray....
  • Vancau-Fragments d'Atelier-Mes Mythologies personnelles
    Ces photos de mon atelier ont été prises cet été 2010 par mon amie Anniki Van Damme, qui a un très beau regard.... Je vous invite à venir y farfouiller comme on le fait dans un grenier ou dans des boites à souvenirs Et d'abord mon coin " Musique et Photos-souvenirs...
  • Christian Vancau, Archéologue de l'Inconscient- A l'intérieur de ma maison
    Un peu partout dans ma maison au hasard de ma promenade intérieure de ce 24 novembre 2011. Mon territoire est un chantier archéologique mâtiné de culture contemporaine. Mais la sauvagerie, y est omni-présente. Je ne suis ni de ce monde, ni de cette époque....Territoire...

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 06:02

Mardi 1er avril 1997

Je lis "Le Bestiaire" de Leautaud. Insoutenable à certains moments tant il décrit sans arrêt les souffrances et les maltraitances des animaux

 

J'attends toujours le devis de la réparation de mon piano

 

Mercredi 2 avril

A 10h00 chez les Noiset à St Pierre. Francis me montre son bouc et ses brebis d'Ouessant ainsi que son potager. Il me donne un peu de consoude. (voir photos). Ma poupée-sorcière est clouée sur la porte. Ils ont un grand terrain, à côté de l'Eglise de St Pierre avec tout au fond un petit ru qui permettra plus tard à Francis de faire un petit étang

 

Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset

J'emmène Murielle chez moi pour une séance-photos. Plume adopte Murielle illico alors que celle-ci n'aime pas beaucoup les chiens. Murielle, tout en noir au milieu de mes totems avec ou sans son voile. Elle a les yeux pers (couleur intermédiaire entre le bleu et le vert). C'est une idée qui nous viendra dans l'après-midi.Avec son voile noir on dirait une Berbère. Avant cela on visionne des tas de documents, y compris ma cassette du Village des Damnés. Elle m'offre un superbe poème. On parle de Basquiat. Francis nous rejoindra plus tard avec un magnifique plant de consoude. Une troisième brebis noire vient de naître

 

La Consoude. Par ses feuilles, ses tiges et ses fleurs à poils rudes, c'est une Borragnée (mêm famille que la Bourrache et que la Vipérine). Signifie "qui consolide, qui soude, qui cicatrise par ses tanins mucilagineux, astringents, émollients, calmants immédiats, par son potassium. C'est la racine qui est surtout utilisée, 60 grammes après ébullition ou en macération toute la nuit. Contre l'hémoptysie (crachats de sang)

 

Je reviens souper chez eux à St Pierre, voir la brebis nouvelle-née. Christine Ligi téléphone. La chatte tigrée Twiggy est sur le divan. Puis on fait des crêpes mais ma première crêpe est tellement belle que je renonce à la manger et la mets à sécher. J'en ferai une oeuvre en la solidifiant au liant acrylique. Je l'appelle "La Crêpe de Lascaux". Hélas un jour dans l'atelier, les souris la mangeront (voir photo ci-dessous)

 

En sortant vers 23h00, je parle avec Francis, de la Comète que j'ai guettée en vain hier. Francis me la montre. Elle va m'accompagner pendant tout le trajet vers Moircy (13 Kms) et j'irai ia photographier de la fenêtre de ma chambre à coucher, sans pied, accoudé sur le rebord de la fenêtre

 

Ci-dessous un article de presse sur une exposition de Murielle Noiset

Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy
Murielle Noiset à Moircy

Murielle Noiset à Moircy

Photos de la Comète au-dessus de mon jardin. Nuit du 2 au 3 avril 1997
Photos de la Comète au-dessus de mon jardin. Nuit du 2 au 3 avril 1997
Photos de la Comète au-dessus de mon jardin. Nuit du 2 au 3 avril 1997
Photos de la Comète au-dessus de mon jardin. Nuit du 2 au 3 avril 1997

Photos de la Comète au-dessus de mon jardin. Nuit du 2 au 3 avril 1997

Samedi 5 avril

J'offre à Jean-Louis Brocart un montage-collage d'appareils à jeter pour le remercier de m'avoir conservé et fourni toutes ces cartouches (voir ci-dessous)

 

Chez Anciaux l'après-midi. Didier me prête Eros de Lou Andreas Salomé

 

Anne me montre trois petites peintures à elle, à la gouache. A suivre

 

Didier d'après mon journal trouve que ma vie se tient depuis 1980, avec parfois des détours mais toujours des retours. Ils en sont au 28e tome-(fin 1992)

 

WE Enelle vient à Moircy. Je relève le taux de PH de la terre de mon potager. Un peu plus de 7, donc un peu trop alcaline, ma terre. Enelle n'arrête pas de faire des rêves et elle ne note rien. Je lui dis "Une psychanalyse ça doit se prendre à bras-le-corps, devenir ton activité principale, ou alors ce n'est pas la peine"

 

Elle a d'ailleurs fait un beau lapsus en me disant "quand je suis devant le psy je ne parviens pas à ne rien lui dire". Révélateur d'un beau blocage

 

Je lui prête un livre d'Abraham "La Psychopathologie de l'Echec"

 

Mercredi 9 avril

Murielle à Moircy avec ses extra-terrestres jaunes, ou plus exactement on se donne rendez-vous dans un champ de Jonquilles à Bonnerue. Je connais l'endroit et quand j'y arrive à 15h00, Murielle a déjà  installé tous ses extra-terrestres jaunes parmi les jonquilles. Je prends des photos de la Contaminatrice et de ses enfants E.T (voir ci-dessous)

 

Je repasse chez eux le soir. Murielle nous montre des grandes boites de "velouté de perce-neige" et d'autres boites de "Concentré de silence"

Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset

Dimanche 13 avril

Mon agave sauvée du ruisseau a été réempotée et se porte à merveille

 

Plume aurait pu être couverte par Bouboule Anciaux le 23 février. Il y aurait donc 50 jours mais je ne vois toujours rien bouger

 

Murielle m'a prêté " L'Origine" de Thomas BERNHARD : "Le national-socialisme ausisi bien que le catholicisme sont des maladies mentales et rien d'autre"

 

Lundi 14 avril

On joue "La voce della luna" de Fellini avec Roberto Benigni (voir ci-dessous), ainsi que "I Vitelloni"

 

Mardi 15 avril

La Commission Dutroux fait son rapport à la Chambre. La Gendarmerie belge est sérieusement mise en cause

 

J'ai refait quelques autodafés en brûlant et peignant des livres cartonnés (voir ci-dessous) Continue mon travail sur les brous de noix

 

Je lis "Topologie du Pessimisme" de Roland Jaccard

"La psychanalyse nous permet tout au plus d'intégrer nos échecs plutôt que de nous y désintégrer"

"Atteindre la sagesse, c'est ne plus aspirer qu'à être le chiffre zéro qu'on efface du tableau noir"

 

 

Kafka aimait flâner dans les parcs de Prague. Au cours d'une de ses déambulations, il rencontra une petite fille qui pleurait la perte de sa poupée. "Ta poupée est en voyage" lui dit Kafka "Je le sais, elle vient de m'écrire". Comme la petite fille restait dubitative, il lui donna rendez-vous le lendemain au même endroit. Il rentra chez lui, rédigea pendant la nuit une longue lettre et retourna au matin dans le parc. Il lut à l'enfant qui l'attendait fébrilement, ces quelques pages où la poupée racontait se aventures, ses voyages, sa nouvelle vie. Le jeu dura trois semaines. Kafka y mit fin en trouvant un époux à la poupée. Il savait que les femmes ont une étrange façon de mourir: elles se marient

 

"On a dit que les derniers mots de Goethe étaient "Mehr Licht"( D'avantage de lumière), mais en réalité ce serait "Mehr Nicht" (ça suffit)

 

Un Thema sur Gabriel Garcia Marquez, écrivain colombien

Gabriel García Márquez, né le 6 mars 1927 à Aracataca (Colombie) et mort le 17 avril 2014 (à 87 ans) à Mexico, est un écrivain colombien.

Romancier, nouvelliste, mais également journaliste et activiste politique, il reçoit en 1982 le prix Nobel de littérature. Affectueusement surnommé « Gabo » en Amérique du Sud, il est l'un des auteurs les plus significatifs et populaires du XXe siècle. Son œuvre se démarque par un imaginaire fertile et constitue une chronique à la fois réaliste, épique et allégorique de l'Amérique latine dans laquelle se recoupent son histoire familiale, ses obsessions et ses souvenirs d'enfance. La presse le compare à François Rabelais pour sa prose truculente ainsi qu'à Miguel de Cervantes et Victor Hugo pour sa dimension monumentale.

 

Étudiant, García Márquez poursuit en autodidacte ses études, après avoir quitté l'université de droit et avant de se lancer dans le journalisme. Très tôt, il ne montre aucune retenue dans sa critique sur la politique intérieure comme extérieure de la Colombie et sur la situation en Amérique du Sud. Par ailleurs, il ne fait pas mystère de ses sympathies pour la gauche radicale et les mouvements révolutionnaires auxquels il apporte parfois une aide financière. En 1958, il épouse Mercedes Barcha avec qui il a deux fils : Gonzalo et Rodrigo García, devenu réalisateur. Il voyage à travers l'Europe et s'établit ensuite à Mexico où il lance une édition mexicaine de son hebdomadaire colombien Cambio.

 

En tant qu'écrivain, García Márquez commence sa carrière en publiant nombre d'œuvres littéraires, bien reçues par la critique, comme des nouvelles et des ouvrages non-fictionnels. Cependant ce sont les romans Cent ans de solitude (1967), Chronique d'une mort annoncée (1981) et L'Amour aux temps du choléra (1985) qui lui apportent la reconnaissance du public, des médias et de ses pairs. À la suite de la parution de Cent ans de solitude, considéré comme son chef-d'œuvre, l'auteur connaît un succès commercial planétaire. Son nom est fréquemment associé au « réalisme magique », courant artistique qui insère des éléments magiques et des motifs surnaturels dans des situations se rattachant à un cadre historique, culturel et géographique avéré. La plupart de ses livres fondent une quête du temps perdu et abordent différents thèmes tels que la solitude, le pouvoir, l'amour, le désir, la décadence, la violence et la mort. Le regard de l'auteur sur la civilisation et la nature humaine se veut tour à tour ironique, désabusé, méditatif et fataliste. L'action de plusieurs de ses œuvres se déroule dans le village fictif de « Macondo ».

 

Mercredi 16 avril 1997

"Comment allez-vous" viendrait de" comment allez-vous à (la) selle". Car bien aller à la selle était considéré comme un signe de bonne santé

 

Jean-Pierre Devresse me téléphone. Il prépare son expo à Juprelle à la Galerie Sonia Willems. Vernissage vendredi avec concert Yiddish. Il viendra en mai avec sa nouvelle amie Catherine (28 ans)

 

Mort de Roland Topor à 59 ans

 

Un "Siècle d'écrivains" sur Dino BUZZATTI (voir ci-dessous) (1906-1972)

 

Jeudi 17 avril

Je reçois le devis du piano de Joseph Sibret et vais l'apporter chez mon assureur Jean-Marie Leonard

 

Les plantes vertes poussent bien dans mon hall d'entrée (voir ci-dessous)

 

Je commande ma première camera Panasonic ches Jean-Louis Brocart

 

Voici un texte de Siné sur un toreador et sur la Corrida en général,, dans Charlie-Hebdo

"Jesulin de Ubrique, quel nom à la con, est le nouveau sex-symbole de ces dames. Enculé d'assassin de taureaux avec ses paillettes dans le cul, ses médailles de la Vierge et son ridicule catogan, il fait se pâmer, paraît-il, la plupart des pétasses qui assistent dans les arènes ibériques, à ses prouesses prout-proutesques. Excitées comme des salopes en rut, par l'odeur du  sang et du vomi et par la vue des cadavres, suintant des dessous de bras et de l'entrejambe, elles balancent leurs soutifs et leurs petites culottes souillées à ce macaque pédé. A 2 millions de nouveaux francs et à plus de 150 boucheries par saison, cet "hijo de puta", prévoit prendre sa retraite à 25 ans. J'espère qu'entretemps, un "toro bravo" lui aura enfoncé ses cornes dans l'anus jusqu'à la glotte"

 

Vendredi 18 avril

Jean-Louis Brocart m'apporte mon premier camescope (Panasonic) et m'en explique le fonctionnement. Ce n'est pas encore une caméra numérique. Elle fonctionne avec des mini-cassettes. C'est hallucinant. C'est une VHS ouverture 1,4, Grand angle, Zoom x 14

 

Le Parlement a voté le rapport de la Commission Dutroux à l'unanimité

 

Dimanche 20 avril

Chez les Anciaux l'après-midi. Didier me prête Jean-Pierre Otte " Le Coeur dans sa gousse"et Maupassant "La Beauté inutile"

 

On donne Missouri Breaks à la Télé. D'Arthur Penn avec Brando et Nicholson

 

Il a neigé un peu

 

Toujours aucune nouvelle de l'expert pour le piano

 

Mardi 22 avril

Une invitation au mariage de mon ami turc Savach Mantcho. Il épouse Lisette Vandermeulen. Ils ont une fille d'un an et demi qui s'appelle HIMALAYA. Cela doit être son 5e enfant avec trois femmes différentes. Il a 56 ans (voir ci-dessous)

 

J'écris à Jean-Pierre Ransonnet pour lui expliquer mes travaux de ces derniers temps et que toutes ses peintures sont accrochées. En fait j'ai accroche 65 oeuvres de mes amis-es artistes, sur 70

 

Reçois l'invitation de JP Devresse. Vernissage le 25, à la Galerie Sonia Willems. Je n'irai pas mais irai voir l'expo plus tard avec Jean-Pierre (voir ci-dessous)

 

Alexandre Vialatte à "Un siècle d'écrivains" (voir ci-dessous)

 

Vendredi 25 avril

Premiers semis dans mes deux potagers

Une émission de la RTB sur mon ex-professeur de Droit Public à Liège, François Perin (voir ci-dessous). C'était en 1959-1960

 

Samedi 26 avril

Je pars à Liège au mariage de Savach. Enelle m'accompagne. Après avoir mangé en ville, nous sommes à Vaux-sous-Chèvrement à 14h30. De la porte d'entrée j'aperçois mon ex-femme. Je fends la foule pour lui dire bonjour mais elle me, tourne le dos et s'enfuit. Son mari me croise en me bousculant légèrement sans me dire bonjour et sort de la salle. On ne le reverra pas. Manifestement on ne s'attendait pas à me voir. Alors je retourne à la voiture et mets mon chapeau noir et mes lunettes de soleil pour passer incognito. Un gag bien sûr.. Nous serons à table avec Céline et tout se passera bien mais elle doit rentrer à 17h00. Son mari est jaloux de moi. Je n'y peux rien.

 

Je fais la connaissance de la mariée, retrouve Marie-France Quinet (ex-épouse de Savach) et son mari Bulgare, Vladimir, que je ne connais pas. Les mariés partent demain en voyage de noces à Antalya

 

Céline part en Cappadoce la semaine prochaine avec Pierre

 

Je revois Gondja, la fille de Savach. Elle a 36 ans. Sa mère est turque d'Usküdar (Istambul d'Asie)

 

Belle ambiance mais nous quittons vers 20h40. C'est Enelle qui conduit

 

Dimanche 27 avril

Et c'est l'expertise du piano. L'expert Kaufman et sa femme qui a fait l'Académie des Beaux-Arts à Liège et connait Plomteux. Lui a un magasin de piano, rue Royale à Bruxelles. Ils visitent la maison après une expertise assez fouillée du piano, vachement amoché par la fuite dans le toit; Ils ont une maison de vacances à Ortho. Il va envoyer son rapport à la Royale Belge

 

Un Jardin extraordinaire sur la SALAMANDRE et un Thema sur Dalida (voir ci-dessous)

Il ya 45 espèces de salamandres, connues. Il y en a des terrestres et d'autres aquatiques, qui font des têtards les unes et les autres mais elles pondent sur la terre. Les têtards sortent de l'eau en juin comme ceux des grenouilles

 

Plume n'a toujours pas de jeunes. Il faut compter entre 60 et 65 jours et nous sommes au 64éme jour.

 

 

Lundi 28 avril

Ja'i l'impression que Plume commence ses contractions

 

Une expo d'Attila à Verviers et une autre sur Jean Raine à la Galerie Cyan à Liège

 

Jean Raine, né Jean-Philippe Robert Geenen, est un peintre, poète, écrivain et cinéaste belge né le 24 janvier 1927 à Schaerbeek (Bruxelles), mort à Rochetaillée-sur-Saône près de Lyon le 30 juin 1986 (à 59 ans).

 

 

 

 

Biographie

 
Jean Raine peignant
 
La Broyeuse de Tête à manivelle (1972) 220 × 300 cm
 
Acrylique sur papier; ensuite marouflé sur toile
 
collection : PMMK Ostende.
 
Affiche du Manifeste de Jean Raine en 1951.
 
Carton d'invitation en mars 2007.
 

 

Dernier carton d'invitation en mars 2008.

Dès ses années de lycée, Jean Raine publie dans la revue de poésie créée par son professeur de français, Fernand Verhesen, il se lie d’amitié avec ses condisciples Luc de Heusch, avec lequel il collabore plus tard à de nombreux films, et Hubert Juin qui l’initie au surréalisme.

Il rencontre Pierre Alechinsky en 1944 ou 45. Grâce à leur amitié, il participe en tant que poète et cinéaste à l’aventure du groupe CoBrA. Il publie des textes dans plusieurs numéros de la revue et organise Le Festival du film expérimental et abstrait lors de la Deuxième Exposition d’Art Expérimental CoBrA au palais des Beaux Arts de Liège en 1951.

Ses premières amours sont la poésie et le cinéma. Il a rencontré Henri Langlois lors d’une exposition que celui-ci a organisé à Bruxelles et le rejoint à Paris en 1946. L’amitié de Langlois et les multiples rencontres qu’il fait à la Cinémathèque française le marquent profondément.

Très intéressé par le surréalisme, il a, à Bruxelles, rencontré René Magritte, Marcel Lecomte qui plus tard préface sa première exposition à Bruxelles et Louis Scutenaire, qui préface l’une de ses expositions à Paris. Dès son arrivée à Paris, il rend visite à André Breton qui lui fait connaître le docteur Pierre Mabille avec lequel il réalise son premier film documentaire sur le Test du Village1.

Il collabore à divers films avec Henri Storck, Henri Kessels et Luc de Heusch, principalement pour la rédaction des commentaires de leurs films, notamment pour Perséphone, le seul film COBRA réalisé par Luc de Heusch et dans lequel joue Nadine Bellaigue (fille de Jean Camille Bellaigue), sa première épouse.

Alors que toute sa vie Jean Raine écrivit poèmes et textes, les mots peu à peu lui semblent insuffisants et il commence à dessiner puis à peindre. En 1962, son ami Marcel Broodthaers le présente à Philippe Toussaint, propriétaire de la Galerie Saint Laurent à Bruxelles où il expose pour la première fois, préfacé par Marcel Lecomte.
À Paris, Pierre Alechinsky l’introduit auprès de la Galerie du Ranelagh où il expose en 1964, exposition préfacée par Christiane Rochefort. C’est de ces années 1964 à 1967 que datent ses grandes encres de Chine. Il séjourne de 1966 à 1968 à San Francisco où il découvre la peinture acrylique et l'Action Painting. Il revoit Kenneth Anger qu’il avait hébergé lors de son premier passage à Paris vers 1950. Il y expose dans les universités de Berkeley et Stanford, ainsi que dans des galeries de San Francisco et Los Angeles. À partir de 1968, il s’installe définitivement à Lyon où enseigne son épouse Sanky Raine.
Depuis 1970, attiré à Calice Ligure2 par Théodore Kœnig un ami de longue date3, il séjourne tous les étés en Italie, où il expose à de nombreuses reprises4.

« C'est Théodore Koenig qui me fit connaître l'Italie des ligures et les peintres qui y séjournaient tous les étés à Calice autour de la galerie Il Punto et de Remo Pastori. »

— Jean Raine

Ancien patient de l'Institut de psychiatrie l’hôpital Brugmann, Jean Raine fait partie des fondateurs du « Club Antonin Artaud » en 1962. En proposant comme thérapie la pratique d’une discipline artistique, le Club Artaud s’inscrit dans le courant de la déshospitalisation psychiatrique.

Il meurt à Rochetaillée-sur-Saône, près de Lyon, le 30 juin 1986.

 

Mardi 29 avril 1997

Un Thema sur Albert Camus (voir ci-dessous)

 

Mais avant je visite avec Murielle et Francis, une maison hantée située à Suxy (Neufchâteau) Voir ci-dessous les deux photos

 

Mercredi 30 avril

Un reportage sur Georges BATAILLE 1897-1962. Trop vaste pour le traîter ici mais j'ai pris des notes dans mon journal. Son père, mort pendant la guerre 14-28 était aveugle et paralytique

Georges Bataille, né le 10 septembre 1897 à Billom (Puy-de-Dôme), mort le 9 juillet 1962 à Paris, est un écrivain français. Multiforme, son œuvre s'aventure à la fois dans les champs de la littérature, l'anthropologie, la philosophie, l'économie, la sociologie et l'histoire de l'art. Érotisme et transgression sont les deux termes les plus communément attachés à son nom. Il est également connu sous les pseudonymes de Lord Auch, Pierre Angélique, Louis Trente et Dianus. Georges Bataille est enterré au cimetière de Vézelay dans l'Yonne.

Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille
Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille

Les 2 dernières photos: Gabriel Garcia Marquez et Georges Bataille

Jeudi 1er mai

Je visionne Bataille et ça ne m'attire pas du tout. Erotisme malsain et maso

 

Des nouvelles de Thierry Dion. Des ennuis d'argent. La maison de La Seyne à rembourser seul. Sa fille Aurelia encore aux études (HEC). Sa mère, 74 ans, vit toujours (la mienne en a 83). Thierry a 51 ans

 

Attila - Alain Mercenier) expose à Verviers.mais il ne fait plus signe depuis 1991, alors pourquoi me dérangerais-je ??? Et puis j'ai bien compris que c'était un carriériste...encore un ! Loin de moi les carriéristes

 

Avec Murielle et Francis on a regardé le film de Richard Olivier "Au fond Dutroux". C'est un chef d'oeuvre

 

Attention aux Noisetiers. Si un noisetier est seul, il ne fait pas de noisettes car il est auto-stérile. Chaque noisetier a des châtons mâles et des châtons femelles; Il ne peut donc féconder et être fécondé que s'il y a d'autres noisetiers

 

Vendredi 2 mai

Aucune réaction de Ransonnet à ma lettre et à mes photos. Je reste sur le mauvais souvenir du Triangle bleu. L'expo Mahieu mais j'ai fait un effort pour reprendre contact après avoir accroché ses oeuvres chez moi

 

A 15h00 je vais chercher à Libramont, Jean-Pierre Devresse et sa nouvelle compagne Catherine Timmers. Elle est grande, belle et froide. Je les ramène ici et on soupera dans l'atelier après que Jean-Pierre dans la cuisine m'ait parlé d'elle car je ne sais rien. Etonnante révélation ! ! Je joue carte sur table et la détente se fait. Je les reconduis à minuit

 

Dimanche 4 mai

Nouvelle expédition avec Murielle qui a construit d'autres extra-terrestres et qui veut les planter dans une petite carrière de sable à St Pierre, près de chez elle. Il suffit d'enfoncer dans le sable les deux lattes qui leur servent de jambes. Il y en a cette fois, des jaunes, des verts et des roses, peints à la bombe. Voir les photos ci-dessous. Je résultat est hallucinant. Je prends des photos et je filme avec le camescope. On retournera à Moircy pour visionner le film et Francis nous y rejoindra et m'offrira 10 oeufs de ses poules

 

J'offre à Murielle un de mes poèmes intitulé:

Rocal et Calcide

"C'est doux la marée, dit Calcide. Le sable bourgeonnait sous la pulsion des pulcides fangeuses. Comme chaque soir, les Verdâtres descendaient vigoureusement le long des troncs bleus calcinés, les pigeons roussissaient dans les cactus fugifères, les Martinets plongeaient dans le lac salé.

Rocal prit la peau grumeleuse de Calcide entre ses doigts et...pinça. Les points noirs se mirent à monter, droit vers le ciel, comme un bataillon de conifères pervers.

L'homme et la femme se rapaient. Leurs langues étaient sableuses. Le disque rouge implacable crevassait le désert. La moiteur des peaux ruisselait sous les boisseaux entrouverts. On entendait cliquer les plumes des serpents dans les marais salans. Le corps des amants devinrent incandescents. Poudre de phosphore rouge. Derniers crépitements des cactus. Parchemins des bouches désséchées. Face au soleil ultra-violet, Rocal étreint Calcide... qui se calcine. C'est la fusion dorée...l'effusion adorée. La nuit tombe. Face à la lune, deux fossiles blancs..." (Christian Vancau)

Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset

Lundi 5 mai

Un terrible film d'Yves Boisset"Fusillé pour l'exemple". Il s'agit de l'histoire authentique du soldat Bersot, qui pendant la grande guerre s'était refusé à revêtir le pantalon troué de balles et maculé de sang d'un cadavre (voir ci-dessous)

 

Les épouses ou concubines de Picasso. Il a eu sept mais n'épousera qu'Olga et Jacqueline.

Les  voici 1) Fernande qui finira dans la misère 2) Olga, danseuse de Diaghilev qui deviendra folle 3) Dora Maar qui elle aussi deviendra folle 4) Marie-Thérèse, la maîtresse cachée qui se suicidera 5) Jacqueline qui se suicidera en 1986, donc après la mort de Picasso 6) Eva qui meurt d'un cancer en 1915, à l'âge de trente ans 7) Françoise Gilot qui le quitte en 1954 et lui donne deux enfants Claude et Paloma

 

Je termine "OUI" de Thomas Bernhard

 

Mardi 6 mai

Un Thema sur la Belgique avec notamment Panamarenko et l'écrivain William Cliff (voir ci-dessous) né à Gembloux en 1940 (son frère est venu chez moi à Moircy)

Un autre film célèbre de Robert Bresson sur un âne nommé Balthazar "Au Hasard Balthazar

 

Mercredi 7 mai

De Roland Topor : (décédé récemment)

"Au Cimetière Montparnasse

Parmi les tombes ordinaires

Il en est une sans carcasse

Où les defunts se désaltèrent

On y est mieux qu'au bar d'en face

Les grands crus reviennent moins cher

Le service a bien plus de classe

Et on ne manque pas de vers

 

Une expo de Denmark et de Thea Soggot à l'Eglise romane de Mont St Martin. Je les ai rencontrés tous les deux jadis (voir ci-dessous)

 

 

Jeudi 8 mai

Je ne suis plus allé à Pontaury chez Enelle depuis le 7 septembre 1996. J'y retourne faire un tour ce jeudi après-midi. Nous sommes allés ensemble chez dez ORTIECULTEURS (sic) à Biesmerée dans la région de st Gerard Il y a des autruches, beaucoup de bourgeois. Enelle achète des ageratums et des euphorbes

 

Quant à Julie, sa fille, elle est dans sa chambre et n'en sort pas. Sympa...

 

Je suis de retour chez moi à 20h00

 

J'ai filmé le territoire d'Enelle avec mon  nouveau camescope

 

Vendredi 9 mai

Didier Anciaux, seul ici l'après-midi. C'est lui qui a demandé à venir. Je lui prête Koestler, il m'amène "Ostinato" de René-Louis des forêts, "Tous des voleurs" d'Edward Anderson," Ivanov" de Tchekov, "Cité de Verre" de Paul Auster. Il me dit que je lui ai fait connaître deux grands écrivains Rezvani et Powys. Quand je le reconduis en voiture, il me dit qu'il voudrait faire un livre sur moi. Je suis surpris et lui propose plutôt de réaliser une interview ou plutôt un dialogue à bâtons rompus. OK pour cet automne

 

Didier est un type complexe. Une certaine solidité, ujne étonnante maturité, mais aussi une extrême sensibilité, et une curiosité énorme, un esprit de recherche, une pudeur. C'est un homme du Nord. Nous ne ressentons pas entre nous de différence d'âge

 

On se suit de près depuis un an et demi. Lui et Anne ont lu 12 années de mon journal. Ce sont les seuls

 

Enelle est à Versailles en excursion

J'enregistre un reportage sur Marcel MARIEN, surréaliste belge (voir ci-dessous)

 

Samedi 10 mai

Il y un an, j'écrivais à ma fille, voulant la voir rapidement à Moircy pour parler de ma succession. Et rien ne s'est passé

 

Une carpe Koï morte dans mon étang (voir ci-dessous)

 

Ma voiture est en panne

 

Une expo de Denmark à Jamoigne, à la Grange du Faing (voir ci-dessous)

 

Lundi 12 mai

Le garagiste est là et me met une nouvelle batterie mais elle ne démarre pas. Or je suis attendu à Liège par Jean-Pierre Devresse pour aller voir son expo à Juprelle. Le garagiste va chercher de nouvelles bougies et enfin ça y est. Suis à Liège à 11h30. Je visite le nouvel apart de Jean-Pierre, rue Coremolin, dans mon ancien quartier de Ste Marguerite; Catherine doit prendre son service à la Poste, au service du tri derrière les Guillemins

 

Nous sommes à la galerie de Sonia Willems, à Wihogne sur Juprelle, à 16h00. L'expo se tient dans la maison et dans le garage. Je n'aime pas l'accrochage. Je parle avec Sonia. Elle me connait (Elle est de Libramont à l'origine mais je l'ignore); Elle me pressent pour une expo mais je lui dis que je n'expose plus. Sonia consternée "Et même à l'étranger???" Et moi "pas non plus à l'étranger, c'est fini partout, j'ai coupé toute relation avec le monde de l'art"

 

Jean-Pierre n'a rien vendu

 

Sonia part à Biarritz

 

Mardi 13 mai

Lourde conversation avec ma fille qui ne sait rien de tout ce qui se trouve ici, ne s'intéresse à rien et refuse de changer d'attitude. Comment pourrait-elle plus tard gérer ou faire gérer un territoire et des archives énormes sans rien en connaître, sans que j'aie jamais pu lui dire ce qui était vraiment important, ce qu'il fallait préserver à tout prix, ce que l'on pouvait divulguer ou pas??

 

Le soir je vais au Chalet chez les Brocard. Christine, Mathilde, la chienne Noisette, la mésange bleue qui a pondu dans la boite aux lettres

 

Je n'ai toujours aucune nouvelle du résultat de l'expertise du piano. Le rapport serait arrivé à la Royale belge

 

Portrait de Paul Auster au Cercle de Minuit (voir ci-dessous)

 

Jeudi 15 mai

On joue le film d'Atom EGOYAN, EXOTICA, un canadien d'origine arménienne

Atom Egoyan est un réalisateur, producteur de cinéma et scénariste canadien d'origine arménienne, né le 19 juillet 1960 au Caire, en Égypte.

Biographie

Atom Egoyan aborde dans ses films les thèmes de l'aliénation et de la solitude, avec des personnages aux prises avec la technologie, la bureaucratie et d'autres structures de contrôle. Né au Caire, de parents artistes arméniens, Joseph et Shushan (née Devletian) Yeghoyan, qui tiennent une boutique de meubles, Egoyan est baptisé Atom en hommage au premier réacteur nucléaire construit par l'Egypte. Ses parents quittent l'Egypte en 1962 pour le Canada, s'installent à Victoria (Colombie britannique) et transforment leur nom en Egoyan. Atom et sa sœur, Eve, aujourd'hui pianiste concertiste vivant à Toronto, grandissent à Victoria dans la province de la Colombie-Britannique.

Enfant, Egoyan cherche à s'intégrer à la société canadienne. Son conflit avec son père entraîne un rejet de la culture arménienne. Ce n'est que quelques années plus tard, lorsqu'il fréquente l'Université de Toronto, qu'il se met à étudier l'histoire arménienne. Egoyan commence à se passionner pour le théâtre et à écrire des pièces. Il est influencé principalement par Samuel Beckett et Harold Pinter. Il obtient son diplôme de Trinity College de l'Université de Toronto.

Egoyan habite Toronto avec son épouse, Arsinée Khanjian, qu'il rencontre en 1984 à l'occasion du casting de Next of Kin et qui devient sa muse et actrice fétiche (elle joue régulièrement dans ses films). Leur fils, Arshile, porte le prénom du célèbre peintre américain d'origine arménienne, Gorky.

Egoyan a réalisé une douzaine de longs métrages, des épisodes de séries télévisées et plusieurs courts métrages.

Ses premiers films sont fondés sur ses propres scénarios. la quête de l'identité est un thème récurrent dans son œuvre, notamment dans Calendar (1993).

Il se fait connaître avec Exotica (1994), mais c'est sa première adaptation du roman de l'auteur américain Russell Banks, De beaux lendemains (1997) qui lui vaut une notoriété internationale et des nominations aux Oscars, dans les catégories de meilleur réalisateur et de meilleure adaptation à l'écran.

Il dirige également Sarabande avec Khanjian, la violoncelliste et actrice Lori Singer et le violoncelliste Yo-Yo Ma, qui interprète la quatrième suite de Bach pour violoncelle, dans le cadre d'une série de films inspirés de Bach pour Sony Classical. Il met également en scène des opéras, dont Salomé de Richard Strauss pour l'opéra de Toronto en 1996, l'opéra de Vancouver en novembre 1997 et le Houston Grand Opera en 1998, et la "Walkyrie" de Wagner en 2004 pour la Canadian Opera Company.

Le film Ararat (2002) fait beaucoup parler d'Egoyan. Après Mayrig (1991), d'Henri Verneuil, il s'agit de la première œuvre majeure qui traite directement du génocide des Arméniens. Ararat remporte le Prix Génie du meilleur film, une récompense qu'il avait déjà reçu à diverses reprises dans le passé pour le meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario et d'autres catégories.

Atom Egoyan reçoit le Prix de la Critique Internationale pour Exotica en 1994 au Festival de Cannes. Il y reçoit le Grand prix du Jury en 1997 pour De beaux lendemains et le Prix du Jury Œcuménique en 2008 pour Adoration. Il en est membre du jury en 1996.

Depuis 2005, Egoyan est aussi le président du Festival international du film d'Erevan. Il avait lui-même remporté le premier prix pour son film Ararat l'année précédente.

En 2010, il réalise Chloé, un remake de Nathalie... d'Anne Fontaine.

En 2014, Atom Egoyan présenta au Festival de Cannes son nouveau thriller Captives

 

Samedi 17 mai

Un reportage sur D.W GRIFFITH (La Naissance d'une Nation)

David Wark Griffith, plus connu sous l'appellation D. W. Griffith, est un réalisateur américain, né le 22 janvier 1875 au Manoir de La Grange à Crestwood (Kentucky), et mort le 23 juillet 1948 d'une hémorragie cérébrale à Hollywood (Californie).

Réalisateur prolifique, il a tourné environ quatre cents films courts en cinq ans, de 1908 à 1913, et réalisé, dès 1914, les premières super-productions américaines. Trouvant l'équivalent au cinéma du don d'ubiquité de la littérature, il a notamment fait évoluer l'écriture des scénarios, permettant aux cinéastes de faire des films de plus en plus longs. En 1914, il s'associe avec deux autres executive producers ("producteurs délégués" en français), Thomas Harper Ince et Mack Sennett, pour créer la Triangle Film Corporation et échapper en partie aux financiers qui, dès cette époque, dirigent le cinéma américain et l'obligent à préférer les recettes éprouvées aux films novateurs. En 1919, après l'échec de sa dernière super-production, Intolérance, il fonde United Artists avec les comédiens Mary Pickford, Douglas Fairbanks et Charlie Chaplin, pour mieux contrôler leurs droits sur les recettes de leurs films.

 

Mercredi 21 mai

Je reçois une proposition des vignerons de St Emilion. Un vin à mon nom.Vaste rigolade (voir ci-dessous)

 

Jeudi 22 mai

Complètement marre d'attendre ce rapport d'expertise concernant ia réparation de mon piano (l'expertise a eu lie le 27 avril) qui ne sera possible que si je suis suffisamment indemnisé, car je suis toujours chômeur. Je bondis chez mon agent à Libramont et de chez lui rédige la lettre ci-dessous et l'envoie par Fax

 

Un article sur la BOURRACHE

 

Patrick Moriaux de la Commission Dutroux sort son livre aujourd'hui

Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset
Ma Bio 248 - Avril et Mai 1997- Murielle Noiset

Vendredi 23 mai

Une carte de Ransonnet avec au dos "Bonne continuation". C'est toute sa réponse à ma longue lettre. On ne m'y reprendra plus (voir ci-dessous)

 

Je téléphone à mon assureur. J'exige une réponse à mon Fax aujour'hui sans faute

 

Coup de fil d'Alain Schmitz. A appris que j'avais une peinture de Maurice Pirenne. Il ne l'a pas vue aux Portes ouvertes en 1995 car elle était dans ma petite galerie, ouverte au public, mais il n'y est pas allé dans la petite galerie, le Directeur du Centre d'Art Contemporain. Très concerné par l'art comme on peut voir. Symptômatique en tout cas. Il veut cette peinture pour une expo à La Grange. Bon prince j'accepte en lui disant que cette peinture de mon grand'oncle a une grande importance sentimentale pour moi et que j'exige que toutes les mesures de sécurité soient prises." Non je ne viendrai pas au vernissage, j'ai horreur ds vernissages". Sauf les tiens me dit-il. "Ceux-là encore moins que les autres" lui réponds-je. Il n'a rien compris à rien

 

Il m'apprend que Patrice Gaillet a fait un accident de voiture. Matériel détruit et multiples fractures. Depuis ma visite à la clinique je n'ai plus jamais eu de nouvelles. Je téléphonerai le lendemain et aurai Nicolas Bertolaso au bout du fil. Patrice s'est endormi au volant. Voiture au fossé. deux heures pour l'extirper. Fractures ouvertes, aux genoux, aux tibias

 

Je retéléphone à Leonard, mon agent. La Royale belge n'aurait pas reçu le rapport de l'expert Kaufman. Ca suffit comme cela. Je téléphone à la RB à Jambes, et ai la dame d'hier, Nathalie Verhaegen. Mr Kaufman lui avait promis le rapport pour mercredi ou jeudi et elle n'a rien reçu. Elle a appris que l'expert avait le rapport avec lui et qu' il était à Ostende et rentrerait à 15h00. Elle va exiger de sa part un fax immédiat et retéléphonera à mon agent avant 16h30

 

En attendant Murielle vient me voir à vélo; Madame Verhaegen me retéléphone. Impossible d'atteindre cet expert. Elle a envoyé ma lettre par fax. C'est le WE, c'est foutu

 

On rejoue "Le Messager" de Losey (voir ci-dessous)

 

Samedi 24 mai

Un vrai miracle, Valérie vient me dire bonjour, seule. Renaud est furieux de ne pas avoir pu l'accompagner. mais nous avons à parler. On mange dehors. Pas de tension. Je lui dis qu'il y a 8 ans que j'attends cela. "Ce n'était pas si terrible de revenir ici seule". Elle me répond "Non effectivement, je me sens bien". On parle beaucoup et je lâche tout. Beaucoup d'humour, le même tous les deux

 

Je passerai la soirée chez Anciaux. Anne me montre ses nouvelles peintures. Je rentre à 2h30 du mat. Quelle journée

 

Dimanche 25 mai

Le matin je tombe en panne de nouveau à Bande. Touring Secours. C'est la bobine cette fois

 

Lundi 26 mai

Coup de fil de la Royale belge. Nathalie a reçu le rapport Kaufman ce matin. On m'accorde 2250 euros. Reste à savoir ce que l'accordeur va me demander car son devis s'élève au double de cette somme

 

Mardi 27 mai

Invitation au spectacle de Valérie à Libramont pour le 30 mai." Petite Maison d'Os" de Roland Dubillard en 2e partie (voir ci-dessous)

 

Je reçois aussi une invitation à une expo de Grooteclaes, Place du marché à Liège. Sur la carte, une magnifique photo. On dirait mon ex-femme Céline. La chose n'est pas impossible. Il aurait pu la photographier lorsque nous étions amis en 1966-67. Mais la photo semble être datée de 1980. En tout cas c'est hallucinant (voir ci-dessous)

 

Mercredi 28 mai

J'ai Madame Sibret pour la réparation du piano. Je lui dis mon indemnité. C'est OK. Elle viendra démonter l'intérieur du piano; Il paraît que c'est possible, la carcasse restant sur place

 

Jeudi 29 mai

La lettre d'Alain Schmitz me demandant de confirmer le prêt de ma peinture de Pirenne "Bouteille aux couteaux", pour l'expo qui se tiendra à Jamoigne du 6 au 27 juillet 1997 (voir ci-dessous)

 

Vendredi 30 mai

 

On joue Paris Texas de Wenders et aussi un magnifique reportage sur l'île des fous dans la lagune de Venise SAN CLEMENTE de Raymond Depardon. Un reportage dérangeant et fabuleux (voir ci-dessous). Enregistrements car le soir je vais voir Valérie au Théâtre, au Centre culturel de Libramont. Très chouette. Après le spectacle, je parle avec Christiane DORVAL, sculpteur et organisatrice des cours de théâtre suivis par Valérie. Elle me connait comme artiste par ouï dire. Elle viendra à Moircy

 

Le théâtre en question est "Le Théâtre de la Marquise' qui a son siège à Habay-la-Neuve. Référence obligée à La Marquise du Pont d'Oye

 

Samedi 31 mai

Enelle est à Moircy depuis hier pour voir Valérie au théâtre et pour recevoir avec moi, Jean-Pierre Collignon et sa nouvelle compagne Lily,(Liliane Guisset) 45 ans, blonde, pianiste et écrivain.

 

Elle a trois enfants (de 7 à 21 ans) de trois hommes différents et qui vivent chez elle à Liège (les enfants, pas les hommes)

 

Dans l'atelier, je lui ai préparé la chanson "Lily" de Philippe Chatel, pour l'accueillir (voir photos ci-dessous). Je suis allé les chercher à la gare de Libramont à 11h20

 

Le Maitrank en  apéro. On mange dehors. Coup de pompe de JPC. Ils vont se coucher dans la chambre d'amis, à savoir la petite galerie d'art. Ils se lèveront peu après 19h00. Ah ces jeunes ! !.Ca a coupé l'ambiance mais Lily se met au piano et joue du Chopin. Magnifique ! !

 

Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon
Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon

Carte de Ransonnet. Au verso "Bonne continuation" In Fine Lily Guisset et Jean-Pierre Collignon

Liliane Guisset est née le 22 juin 1952 à Liège. Elle mène de front une enfance perturbée et des études de piano. Après un bref passage aux Jeunesses Musicales de Charleroi, on ne la retrouve dans aucune expérience professionnelle conventionnelle ou de longue durée. Elle connaît par contre un parcours privé dense et singulier. Liliane Guisset participe en 1995 au film Maîtresses de Marie-France Collard et publie en 1999 un récit autobiographique «L’autre Tambour» aux éditions de L’Harmattan. S’ajoute désormais une nouvelle ligne à sa biographie: en 2000, elle reçoit le premier Prix «Pages d’Or» pour «In Vino», roman à la première personne du masculin singulier.

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 07:26
Mes champignons peints, dans la neige

Mes champignons peints, dans la neige

Mardi 2 janvier-Mercredi 3 janvier 1997

Une lettre d'Isabelle N. (voir ci-dessous)

Des photos de l'étang sous la neige avec Plume

 

Dimanche 5 janvier

Les Anciaux ici l'après-midi. Ils choisissent deux oeuvres. Je vais réfléchir pour les prix. Je propose et c'est OK. Ils s'attendaient à plus. Je suis nul pour négocier mes oeuvres, depuis toujours. Je leur passe des K7 vidéos sur mes chantiers en France et à Rossignol

 

Accrochage ave Annie au téléphone Elle ne peut pas nous ramener de Bruxelles, Valérie et moi le dimanche 26 janvier. Un vrai faux-bond  car en train c'est impossible, nous n'avons personne pour nous charger à la Gare de Libramont qui est à 12Kms de chez nous. Et je ne veux pas prendre ma voiture qui n'est pas encore passée en révision (Garagiste pas libre avant la fin du mois) et n'est pas assurée contre le vol.Quant à Valérie elle ne veut pas conduire en ville Et j'ai payé les places.

 

Lundi 6 janvier

Je suis furibard car c'est Annie et non moi, j'y avais renoncé, qui voulait aller voir cette pièce de Maeterlinck avec ma cousine et même écrire un article et c 'est elle qui avait choisi le jour. Je vais donc devoir annuler. Aussi pour l'amie de Valérie, Anne Bourdon. J'écris à Annie et la remercie de notre part à tous

 

Lundi 6 janvier

J'entegistre le "Molière d'Ariane MNOUCHKINE", avec Philippe Caubère (voir ci-dessous)

 

Mardi 7 janvier

Nous n'avons aucune autre solution. Elle nous a tous mis dedans, se permettant même de me raccrocher le téléphone au nez. Comment récupérer le prix des places???

 

Ma lettre est une rupture car Anne me déçoit depuis tout un temps avec sa façon de courir sans arrêt, ses perpétuels changements, le non-aboutissemenr de l'édition de son roman, cette perpétuelle soif de la présence de gens autour d'elle. Je lui dis que l'agitation est antinomique avec la création. Christian Bobin vit seul et ne va jamais chez les autres, j'en sais quelquechose. Céline c'était pareil (L'écrivain parce que l'autre...allait tout le temps chez les gens). Elle c'est une "collectionneuse de gens"

 

Je lis les Charlie-Hebdo de Didier

 

Des fouilles en cours à Jumet dans l'affaire Dutroux

 

Mercredi 8 janvier

Je répond à Marie-Eau

 

Eric N.va recevoir une lettre lui demandant de me payer ses dettes avant le 31 janvier. J'ai envoyé la lettre chez les parents avec mon nom en lettres grasses sur l'enveloppe. J'imagine la scène. "Il ya une lettre pour toi de Vancau (car Fifi vient manger tous les midi chez Maman). Alors dit sa mère "Bonnes nouvelles?". Et Fifi "euh, euh c'est que...ben c'est que sa maman ne sait pas qu'il aacheté un vancau. Aïe, aïe, aïe, vilain Fifi. Pensez donc ce gaspillage à acheter n'importe quoi alors qu'on lui construit une belle  maison au Fifi..."

 

Les Anciaux, cher ami, avec un seul salaire moyen pour trois, payent cash. C'est toute la différence

 

Toujours la commission d'enquête Dutroux. Cette fois la PJ de Charleroi sur la sellette. J'enregistre tout. PJ = Police judiciaire. La BSR (Brigade de Surveillance et de Recherche) fait partie de la Gendramerie. Il a une BSR à Charleroi et 11 autres brigades dans le reste du pays

On joue "Le Salaire de la Peur" de Clouzot

 

Jeudi 9 janvier

 

Patrice G au téléphone. Brûlé par les rayons. Encore deux semaines de radiothérapie. A perdu 13 Kgs et en pèse 72 comme moi. Je lui dis que je passerai chez lui dès que ma voiture sera passée en révision au garage

 

Vendredi 10 Janvier

Coup de fil d'Henri Michon grand ami de Christian Bobin. Je lui raconte et ça ne l'étonne pas. Bobin ne leur répond jamais non plus. L'été dernier, vu qu'il remontait en Bourgogne avec Agnès ils ont écrit à Bobin pour lui demander s'ils pouvaient passer. Aucune réponse. Ils se risquent à passer tout de même, sonnent, pas de réponse; mais ils entendent un bruit de machine à écrire et insistent. Christian descend et leur  dit qu'il cherche une maison dans les environs du Creusot mais qu'il ne la  trouve pas

 

Il me parle d'un photographe de l"Afrique et des Eléphants, américain, nommé BEARD dont ils ont vu une exposition à Paris. Comme moi il tient des journaux, bourrés de collages, qui font parfois 50 cm d'épaisseur. Il s'est fait écraser le bassin par un éléphant et il peint, écrit, colle, dans la galerie, mais couché vu son accident

 

Un Bouillon de Culture sur Jean Marais (voir ci-dessous). Il a 83 ans. Sa mère était cleptomane et a été emprisonnée à St Lazare

 

Aussi une émission sur le POLAR belge.: Patrick Raynal, Claude Lefrancq, J.B Baronian, Xavier Farette, Luc Dellisse, Duchateau, Gilbert Mérague, Patrick Delperdange, Pascal Fonteneau, Bruce Mayence etc....

 

Samedi 11 janvier

Ma fille Valérie va à un cours de théâtre à Libramont. De l'Impro !

 

Lundi 13 janvier

Murielle Noiset et son mari Francis, ici l'après-midi. Murielle ne boit que de l'eau. Murielle a accroché ma poupée-sorcière, sur la porte de sa remise. Elle me donne une idée "photographier mes champignons dans la neige"

 

 

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

 Mardi 14 janvier

Ma nouvelle voiture est au garagepour 3 jours. Je suis donc complètement bloqué

 

Je suis en plein dans mes grands broux de noix. Voir la table de l'atelier ci-dessous sur laquelle je travaille à plat,

 

Je sors quelques champignons-ganodermes dans la neige et les photographie (voir ci-dessous)

 

Une émission  sur Yehudi Menuhin. Un documentaire de Bruno Monsaingeon (voir ci-dessous)

 

Mort de Jean Edern Hallier ! !

 

Mercredi 15 janvier

Une lettre délirante d'Eric N. avec une finale "voici tes 3.500 frs...". Je fouille l'enveloppe. Rien ??? Ca va chauffer...

 

Aussi une lettre d'Enelle qui me dit son bonheur d'être seule. J'en suis enchanté car c'est une attitude saine et fondamentale

 

Je téléphone chez les parents d'Eric. J'ai le père qui me passe Eric, qui me dit "L'argent est sur ton compte..Ah bon ?"On va voir

 

Emission sur Nabokov

 

Jeudi 16 janvier

 

Toujours du gel et de la neige

 

Ma voiture sera prête ce soir

 

Aucune réaction d'Annie si ce n'est un message téléphonique. Ne se reconnait aucun tort

 

On joue ROUGE de Kieslowski. Je n'ai pas tout compris car Kieslowski aime jouer à être obscur. Un peu comme Hanneke plus tard. Un autre reportage sur Dennis HOPPER (voir ci-dessous)

 

Samedi 18 janvier

L'après-midi chez Anciaux. Merveilleux comme toujours et ça me change de mes trois perpétuels problématiques, Ennelle, Eric et Annie. Eric les aurait invités à une expo chez lui mais n'a pas invité Murielle et Francis, ni moi bien sûr. Ils ne savent que faire. Je leur conseille tout de même d'y aller. Ils ne connaissent pas sa maison

 

Lundi 20 janvier 1997

Visite de la Gendarmerie. Encore pour savoir si je ne porte pas plainte pour la pollution au mazout. Non je ne porte pas plainte car je n'ai pas de préjudice si ce n'est celui de m'être battu pendant 6 semaines pour enlever le mazout du ruisseau. Je les emmène sur les lieux. Il reste un peu de mazout au niveau du 1er barrage. Puis on revient dans le Hall. L'adjudant Maissin me demande si mes totems viennent d'Amérique du Sud. Non c'est moi qui les fais ! L'adjudant fait de l'aquarelle et donc ils demandent à voir et je les fais monter dans l'atelier. Maissin en fait me connait; "Oui, oui, le banquier de la rue de Serpont à Libramont...". Il connait très bien la région de La Seyne et de Sanary, a vu mes totems dans la mer. Ah c'est vous aussi??? On visite tout l'atelier et je leur raconte la genèse de mon travail. Un des gendarmes veut même m'acheter une oeuvre. Je leur dis que je ne puis pas vendre parce que je suis chômeur. Et il est à deux doigts finalement de sortir avec un tome de mon journal car son carnet de bord est le même que le mien. Un cahier Clairefontaine que je récupère à temps

 

Mardi 21 janvier

 

J'attaque l'atelier au Latex, murs et plafonds

 

A leur demande j'ai prêté 2 tomes de mon journal au couple Anciaux (Ils sont mes premiers lecteurs, après Beaudhuin Simon) et oh surprise, ils adorent. Didier me téléphone. Il trouve que ce journal a aussi une qualité littéraire. Didier n'ira pas chez Eric étant donné que Murielle n'est pas invitée par Nadine, ils n'ont aucun moyen de transport pour Longwilly

 

Mercredi 22 janvier

Invitation à une expo à Liège de Véronique Depierreux, compagne d'Etienne Devresse qui est le père de ses deux enfants

 

Une émission sur Maurice LEBLANC et son Arsène Lupin (voir ci-dessous). Sa soeur a épousé Maurice Maeterlinck (voir ci-dessous)

 

Jeudi 23 janvier

Enelle au éléphone. Ennuis avec plomberie, eau dans la maison, WC bouché, va falloir décarreler et elle n'a plus d'argent. Va essayer de revendre la collection de timbres de son père car elle a un trou financier évident. Mais comment fait-elle???  Et ce manque d'argent va l'obliger à ne plus aller chez son psy

 

Vendredi 24 janvier

Je continue à raffraichir tous mes murs au latex. C'est le 4e jour. Cette rénovation amène beaucoup de lumière dans la maison

 

On a volé le vélo de Murielle. Evidemment, elle l'avait laissé sur le trottoir sans cadenas pendant qu'elle était chez le toubib

 

86ème témoin devant la Commission Dutroux

 

Sida : 5milions 800.000 morts dans le monde en 10 ans

 

Valérie me parle de son cours de théâtre. La professeur est la compagne d' un type qui dirige un théâtre à Namur. Une fille du cours lui a demandé si elle était la fille du peintre Vancau. Je ne sais pas qui c'est. Ils vont jouer du Pirandello, "Six personnages en quête d'auteur". J'explique à Valérie qui est Pirandello

 

Samedi 25 janvier

Mes étangs sont gelés depuis le 25 décembre

 

Valérie commence à se guérir du divorce de ses parents. Elle a pu regarder la manière dont chacun survivait lorsqu'il ne pouvait plus brandir comme excuse, les carences de l'autre. Je puis dire que j'ai continué, après le divorce à être ce que j'avais toujours été et qui n'a jamais eu besoin de personne. J'ai pu le réaliser pleinement, enfin libéré du poids des autres. Tous ces autres qui vous déclarent coupables de vouloir devenir ce que vous êtes. J'ai continué à travailler mon territoire et ma peinture, je n'ai pas épousé de femme riche, j'ai appris à vivre seul, je n'ai pas déménagé

 

Je ne vais évidemment pas à la soirée chez Neuberg, pas plus que les Anciaux, ni les Noiset. Nous ne sommes pas souhaités par Dame Nadine; J'irai donc à Freux à l'anniversaire du fils Leclerc. C'est à côté de chez moi. Une trentaine de personnes que je connais. Anne Bourdon, les Lagrange, Bernard Mottet et sa femme Debora. Marc et Joelle Champion, les 3 frères Verhaegen et les deux fils de Guy. Isabelle et Robert Felix. Eric Wagemans et sa nouvelle compagne très chic, très" famille royale"; je le lui dis et elle ne semble pas apprécier. Son con de notaire de mari qui me demande si je ne suis pas mal à l'aise d'être de gauche avec toutes les affaires visqueuse du PS

 

Je discute longtemps avec Debora, chamante jeune femme. Elle a fait St Luc à Liège. Plus tard on dansera ensemble

 

Bref ambiance du Tonnerre. Je me tire à 3h00. Les survivants vont passer la nuit comme chaque fois

 

Dimanche 26 janvier

Les Anciaux ici l'après-midi. Ils m'ont ramené les deux premiers tomes de mon journal qu'ils ont lu au lit, le soir et Didier a mis des signets pour pouvoir me poser des questions. Ca les passionne; Didier me demande les deux tomes suivants, années 84-85. Il me demande si je ne suis pas tenté de relire ce journal et d'en expurger les passages essentiels aux fins de publication; Pourquoi pas mais il faut encore trouver du temps pour cela

 

Je réalise que j'ai écrit 20 tomes de ce journal en 10 ans (de fin 1980 à fin 1990) et 38 tomes de début 1991 à début 1997, donc en 6 ans. Au total 17.800 pages auxquelles il faut ajouter 940 pages écrites entre 1975 et 1980 dans de grands cahiers

 

On donne Théorème de PASOLINI avec Sylvana Mangano et Terence Stamp (voir ci-desspus)

 

Lundi 27 janvier

Les ministres Spittaels et Moureaux mis en question dans l'affaire Dassault. Les mandats d'arrêt d'Hermanus et de Pirot sont confirmés par la chambre du Conseil

 

Mardi 28 janvier

Didier m'a remis un article sur Calixte BELAYA, la grande plagiaire qui vient de remporter le Prix de l'Académie française

Seizième brou de noix dans l'atelier

 

Mercredi 29 janvier

Je démonte et remonte dans le grenier la garde-robe de notre ex-chambre d'amis, devenue mon bureau. 14 pièces à démonter et remonter. J'y arrive en 2h30

 

Un siècle d'écrivains sur Yasushi INOUE ( Voir ci-dessous ). Lire Histoire de ma mère 1997 -Le fusil de Chasse 1961. Meurt en 1991. Né en 1907

 

Jeudi 30 janvier

Dans le Hall, je rempote Le Dracena et le Yucca

Murielle a retrouvé son vélo

On joue Kika d'Almodovar (vor ci-dessous) 

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

 

Un"Siècle d'écrivains" sur Yasushi INOUE ( Voir ci-dessous ). Lire Histoire de ma mère 1997 -Le fusil de Chasse 1961. Meurt en 1991. Né en 1907

 

Yasushi Inoue (井上 靖, Inoue Yasushi?), 6 mai 1907 à Asahikawa - 29 janvier 1991 à Tokyo) est un écrivain japonais. Inoue a reçu de nombreux prix et été adapté plusieurs fois au cinéma.

Biographie

Fils d'un chirurgien militaire souvent muté, il est pendant un temps élevé par la maîtresse de son arrière-grand-père, une ancienne geisha (芸者) qu'il appelle grand-mère - alors qu'elle est étrangère à la famille Inoue. Il est un pratiquant assidu du judo (柔道) (ceinture noire).

Il écrit des poèmes dès 1929. Après des études en philosophie à Kyoto et une thèse sur Paul Valéry, il se lance dans la littérature en publiant des poèmes et nouvelles dans des magazines, puis dans le journalisme, carrière entrecoupée par le service militaire (1937-1938).

Il se fait connaître grâce à une nouvelle récompensée par le prestigieux Prix Akutagawa (芥川賞) en 1949 : Combats de taureaux (闘牛, Tōgyū). Il se met ensuite à publier un grand nombre de romans et de nouvelles dont les thèmes sont souvent historiques et minutieusement documentés, comme la Tuile de Tenpyō (天平の甍, 1957) ou le Maître de thé (本覚坊遺文, 1991).

Il est élu en 1964 à l’Académie des Arts et préside l’Association littéraire japonaise de 1969 à 1972. Il reçoit l’Ordre National du Mérite en 1976. Il sera également élu vice-président du PEN Club International en 1984.

Certaines de ses œuvres ont été adaptées au cinéma. Furin kazan (風林火山, en 1953) est adapté par Hiroshi Inagaki (稲垣浩) et filmé par Akira Kurosawa (黒澤明). Asunarô (あすなろ物語) est adapté en 1955 par Akira Kurosawa et filmé par Hiromichi Horikawa. Honkakubō Ibun (Le Maître de thé, 1991) inspira Kei Kumai (熊井啓) pour son film Sen no Rikyu - honkakubō ibun (千利休 本覚坊遺文) en 1989 qui obtint un Lion d'argent au Festival du film de Venise

 

Jeudi 30 janvier

Dans le Hall, je réempote Le Dracena et le Yucca

Murielle a retrouvé son vélo

On joue Kika d'Almodovar (voir ci-dessous)

 

Vendredi 31 janvier

Je prends des photso dans l'atelier des 15 Brous de Noix que j'ai réalisés ce mois-ci (voir ci-dessous)

 

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

Samedi 1er février

Enelle ici pour le WE. Etonnant mais c'est ainsi. Je lui parle de Michel Ragon. Elle ne connait pas. Eddy Devolder est venu chez elle

 

Dimanche 2 février.

Je démonte la porte de mon bureau que je réarrange et je la peins en blanc. Je vais en faire un deuxième lieu de peinture, enlever les étagères, repeindre les murs en blanc.Contrairement à mon atelier cet ancien bureau est chauffé

 

Lundi 3 février

Deux invitations à des expos. Christiane Gillardin à Bastogne et mon ami Jean-Louis Brocart, ses photos de la Syrie, à St Hubert (voir ci-dessous)

 

Le Cercle de Minuit sur Naguib MAHFOUZ, Prix Nobel 1988, écrivain égyptien. 85 ans à ce jour

 

Patrice Gaillet. Sa femme m'explique que la valve mitrale de Patrice a été envahie par un staphilocoque et on vient de trouver un médicament qui s'appelle "VANCOMYCINE". J'ai peine à y croire. De toutes façons je verrai cela demain puisque je vais voir Patrice à St Luc

 

Mardi 4 février

A l'Hôpital St Luc à Bruxelles. J'y suis à 14h00. Je me trompe de n°de chambre en inversant les chiffres 648 et 684. C'est le 684 me dit-on. Eh bien non, c'est le 284 ou plutôt non, le 248. Je cherche. Au bout d'un couloir, 4 étages plus bas, un couloir se termine par le n° 239  et le couloir suivant commence au 250. Pas de 248. On m'indique alors l'existence d'un bureau d'accueil au 6e étage. Ah bon, j'en viens. Là-bas enfin quelqu'un qui cherche "Gaillet" sur l'Ordinateur. Ah c'est le 284 et non le 248. . Dans toutes ces pérégrinations, jai croisé un seul malade et aucune salle d'attente, aucun visiteur..Je me dirige vers cette porte et lis "Ne pas entrer sans appeler l'Infirmière". Mais personne dans les couloirs. On est en plein Kafka. Ah si enfin...., un jeune infirmier noir. Il me fait entrer dans un Sas et m'habille. Tablier jaune boutonné dans le dos, masque, gants en plastic. Je dois ressembler à mon père chirurgien.et  je le dis à l'infirmier qui rit.. et qui me propulse dans la chambre. C'est tout de même la première fois qu'un infirmier noir me boutonne dans le dos un tablier jaune. Patrice debout avec son perroquet à quatre bouteilles; Directement il me montre l'une d'entre elles. Il est bien écrit " VANCOMYCINE". Patrice a les muqueuses brûlées au 2e degré. Il prend de la morphine. Il prend 4 photos de moi en chirurgien. Il me parle de tir à l'arc.Me fait une démonstration, debout à côté de son "perroquet" et me propose de venir tirer avec lui à Chiny. Non merci ! Arrivent deux stagiaires assistantes sociales qui s'habillent en jaune dans le Sas.Elles entrent. Que se passe t'il??? Patrice devrait de l'argent à la Clinique d'où enquête. Je dis aux infirmières que Patrice est un photographe connu. Il ne peut être à la clinique, enfermé, et continuer à rentrer de l'argent. Mais il a des expos en vue. Malgré l'énorme  Canon qui est sur la table de nuit, les assistantes n'ont pa compris qu'il était photographe. Un canon de 160.000 frs belges m'a t'il expliqué auparavant. Et aussi qu'il fallait remplacer le moteur de la voiture de sa compagne, 90.000 francs mais qu'il venait d'avoir une commande de 8 portraits de famille à 15.000 frs pièce d'un médecin namurois, qu'un type des pays de l'Est lui  doit  50.000 frs pour une photo que Patrice est allé prendre en Pologne pendant un séjour d'une semaine et qu'un éditeur venait de lui faire une commande de 2 millions mais qu'l venait de mourir d'une crise cardiaque.(Omer Marchal)  C'est assez délirant. Je suis quant à moi, persuadé que je le vois pour la dernière fois et je ne me trompe pas. Il me dit que le fameux Philippe Catherine, guitariste belge mondialement connu, va venir le voir. Il est tout content. Il me parle aussi d'un certain Docteur Salamon, très bien sur le plan humain. Patrick a fêté ses 49 ans le 21 novembre dernier; il est Scorpion, ascendant Scorpion

Un mal fou à sortir du Parking et à retrouver le Ring

 

Mercredi 5 février

Je continue à travailler mon futur bureau-atelier

 

Un reportage sur PRIMO LEVI (voir ci-dessous)

 

Jeudi 6 février

Travaux dans le hall toute la journée. Accrochages de tableaux

 

Le soir je porte aux Anciaux les tomes 5 et 6 de mon journal

 

A propos de Francis, ils me racontent l 'histoire du Huskie mâle qui sautait sa clôture de deux mètres, éléctrifiée dans le bas pour venir tuer ses chèvres. Un irrépressible tueur.  Et pourtant gentil avec les humains. Le bouc faisait face pour défendre ses chèvres mais l'une d'entre elles était déjà à moitié dévorée; Le chevreau tout tremblant était réfugié dans la cabane. On a dû piquer le chien

 

Vendredi 7 février

 

Un reportage sur Maeterlinck et un film de Zhang Yimou; le Sorgho Rouge (voir ci-dessous)

 

Isabelle Noiset m'invite à Neufchâteau la semaine prochaine. Non, je ne suis pas libre car en plein dans les travaux. J'aurai encore plusieurs appels d'elle sur mon répondeur

 

Je visionne "Au fond Dutroux" un excellent reportage du cinéaste belge Richard OLIVIER

 

En lisant Charlie Hebdo, j'apprends la mort de Louis Pauwels, à près de 77 ans. Je ne l'avais jamais revu depuis 1970 (Les Ateliers Planète) car son évolution Madame Figaro et catho bien à droite, m'avait fortement déçu

Je commence Alma Mahler de Françoise Giroud

 

Samedi 8 février

J'écris à Isabelle, lui dis que je me consacre à mon oeuvre, ne désire plus entreprendre de nouveaux courriers mais plutôt d'éliminer les courriers en cours. Je n'ai plus le temps. Ce qui ne m'empêchera pas d'être à nopuveau harcelé de messages téléphoniques auxquels je ne répondrai pas

 

En visionnant un reportage sur Yves Klein, j"apprends que c'est Adam de Montparnasse, marchand de couleurs qui lui a appris à fixer son bleu sans en atténuer l'éclat pigmenté avec de l'acétate de polivinyl et de l'alcool éthilique, plus un médium incolore. Ce même Adam qui m'a fait monter dans son appartement au-dessus de son magasin, boulevard Edgar Quinet à Paris, mon fournisseur pendant des années. Et c'est justement cette recette qu'Enelle recherche pour ses pigments

 

A 22h30, les CESARS. Grand vainqueur, MICROCOSMOS sur le monde des insectes. Voici la page de mon journal avec toutes mes notes sur le palmarès. Aussi le film Ridicule, qui fait 4 Césars. Meilleurs acteurs et actrice Philippe Torreton et Fanny Ardant (voir ci-dessous)

 

Dimanche 9 février

A la commission Dutroux, on parle beaucoup de NIHOUL

 

Casanova, celui de Fellini à la télévision

 

Je travaille mes accrochages et encadrages des oeuvres de mes amis dans les deux galeries, à savoir la chambre d'amis et mon bureau. Une septantaine d'oeuvres, sculptures et peintures, échangées avec mes ami-es peintres. L'envie de montrer les oeuvres des autres et non seulement les miennes

 

Je me propose aussi de peindre en blanc les deux portes de la chambre d'amis et celle de la salle de bains ainsi que  l'armoire. Tout cela dans le seul but d'amener de la lumière

 

Mardi 11 février

Le Mardi Gras. Je déteste les Carnavals

 

Un reportage sur les avoirs des juifs. Les Suisses étient loin d'être neutres. Disons qu'ils étaient neutres pro-nazis et anti-juifs. La Banque Nationale suisse a admis avoir acheté de l'or nazi-les dents des juifs-pour plus d'un milliard de francs suisses (voir ci-dessous)

 

Annie G. passe rechercher ses affaires en me téléphonant en dernière minute. Je les mets dans un sac-poubelle

 

Coup de fil de Didier. Journal passionnant. Autant qu'un bon roman et de la Philosophie en plus; Même s'il ne me connaissait pas, ce serait tout aussi passionnant de me lire

 

Mercredi 12

Je peins toutes les portes intérieures, y compris celles qui donnent sur l'atelier. Une frénésie du blanc

 

Je vais à Hatrival, voir Valérie et Renaud monter à cheval. La monitrice, Nathalie, est la fille du Véterinaire Brassine. Son chien s'appelle Bandit. Une petite fille au bord du manège me fait des gâteaux en sable et je fais semblant de les manger ce qui la fait éclater de rire. Son papa est cuisinier et va ouvrir un restaurant à Corroy-le-Grand

 

Jeudi 13 février

Enelle vient voir mes travaux et notamment mon nouveau-bureau-galerie qui va lui permettre de retravailler la peinture, si elle se décide. Elle a d'ailleurs amené des peintures à elle, dont deux très beaux nus. Du même coup elle voit toutes ces oeuvres de mes amis, qu'elle n'a jamais vues et puis de la lumière partout

 

Vendredi 14 février
La St Valentin avec Enelle, Valérie et Stéphane aux Jardins de Sarah à Recogne. Ambiance lourde, décor moche. Mais on parle et on rit. Un garçon veut prendre mon assiette alors que je n'ai pas terminé et je me mets à grogner comme un chien. Le garçon se recule effrayé. Stephane éclate de rire. En partant sa voiture s'enlise. Impossible d'en sortir. On les reconduit chez eux avec notre voiture

 

 

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

Samedi 15 février.

Avec les Anciaux à Redu, au Bâteau-Livre, voir l'expo de Jean-Louis Brocart: ses photos sur la Syrie (voir ci-dessous l'invitation)

 

Ensuite au Fahrenheit 451. J'achète des livres d'occasion, Vailland, de Quincey, Romain Rolland, Colette

 

Nous ramenons les Anciaux chez nous et on parle de Giono "le seul qui passera le Siècle" dit Didier, ensuite de Picasso, de Dubuffet, du peu d'importance de Rimbaud, de la nécessité de la cohérence entre l'oeuvre et la vie d'un créateur et du fait de faire finalement, de sa vie, une oeuvre

 

Impossible de faire couvrir Plume par Bouboule une nouvelle fois

 

Dimanche 16 février

A Redu j'ai trouvé toute une série de timbres-poste de tous les pays.( Impossible de lire les dates), dans un livre.( Voir ci-dessous).

 

Enelle m'offre une peinture à elle et puis s'en retourne

 

Le soir Les Damnés de Visconti que j'enregistre (voir ci-dessous)

 

Lundi 17 février

C'est ma quatrième semaine de travaux dans la maison

Dans mon bureau j'installe les trois spots amenés par Enelle

 

Mardi 18 février

Je peins la porte du grenier dans ma chambre, puis le radiateur dans la salle de bains

 

Je termine mon 20e litre de Latex sur les murs du grand atelier

 

Veronique  Depierreux m'invite à son expo à Liège. Je téléphone à son beau-frère Jean-Pierre Devresse. Quid de cette expo??Réponse "on dit que c'est du Jean-Pierre Devresse". No comment !!!

Un Thema à Arte sur COCTEAU (voir ci-dessous) et projection de son ORPHEE

 

Mercredi 19 février

Toujours dans mes travaux et encadrements

 

Je dessine la charpente de mon toit pour pouvoir y mettre les termes techniques de Maître-Verne, Ferme, Verne, Sablière (voir ci-dessous)etc.

 

Jeudi 20 février...

Didier trouve que je devrais écrire mon fameux roman, à peine entamé "L'Amante religieuse" (ma mère). Il me dit aussi à la lecture de mon journal :" Tu as un ami important, c'est Ransonnet"

 

Vendredi 20 février

J'ai chopé une rhino-pharyngite

 

Je lis "Les écrits intimes" de Roger Vailland. Très intéressant

 

Jean-Pierre OTTE à Bouillon de Culture (voir ci-dessous)

 

Samedi 22 février

Gérard Depardieu dans la suite de Chirac lors de son voyage en Roumanie. Pour négocier son vin sans doute

 

Patrice Gaillet au téléphone. ll est rentré de St Luc hier. C'est son implant pour sa chimio qui a amené le staphilocoque au coeur lors d'une injection. A encore perdu 10 Kgs (Il est passé de 84 à 62 Kgs durant sa radiothérapie)

 

Dimanche 23 février

Je vais amener chez Anciaux, les tomes 9-10 et 11 de mon journal. On parle de Vailland. Plume ne veut toujours pas se laisser couvrir. Passage de Francis et Murielle qui est plongée dans son travail sur les extra-terrestres

 

Lundi 24 février

Je continue à peindre au latex. Des deuxièmes couches; C'est ma 5e semaine de travaux. Ma rhinite va mieux, ma blessure à l'index aussi

 

Au Cercle de Minuit, un débat sur un film projeté ce soir et qui s'appelle " Le Jour et la Nuit" de Jean-Marie Straub et Danièle Huillet. Débat sur "le progrès technique". Straub, insupportable, dictatorial, ressemble à Van Gogh mais tout à fait intéressant. Un personnage. Roux, violent

 

Jean-Marie Straub, né le 8 janvier 1933 à Metz (Moselle), et Danièle Huillet, née le 1er mai 1936 à Paris, morte le 10 octobre 2006 à Cholet (Maine-et-Loire), sont un couple de cinéastes français. Ils ont, ensemble, coréalisé tous leurs films.

 

Parcours

Outre sa participation au Nouveau Cinéma allemand, Jean-Marie Straub a travaillé comme assistant de Jacques Rivette pour le film Le Coup du berger.

 

Réalisateurs atypiques, qualifiant leur cinéma de « minoritaire », ils assurent eux-mêmes la production de leurs films depuis 1962. Ils partagent les tâches de production et de réalisation à part égale, même si Danièle Huillet s’occupe un peu plus de la production, du son, de la diction des acteurs et du montage, alors que Jean-Marie Straub s’attache un peu plus au cadre et à la direction d’acteurs.

 

En septembre 2006, le jury de la 63e Mostra de Venise leur a décerné un prix spécial pour l’ensemble de leur œuvre, pour « l’innovation dans le langage cinématographique ». Ils étaient en compétition avec leur dernier opus, Quei loro incontri.

En mai 2007, Jean-Marie Straub a mis en scène au théâtre Francesco di Bartolo à Buti, dans la province de Pise, en Italie, une adaptation de La Belva, sixième conversation des Dialogues avec Leuco de Cesare Pavese. Straub a ensuite réalisé d’après ce dialogue son premier film depuis la mort de Danièle Huillet. Le Genou d'Artémide a été présenté pour la première fois le 15 mars 2008 à la Cinémathèque française, en clôture d’une rétrospective Straub-Huillet qui se déroulait à Paris depuis novembre 2007.

Esthétique et politique

 
  • Tous les textes choisis par Straub/Huillet, à ce jour, ont toujours une portée politique. Le politique et le cinéma sont pour eux inséparables.
  • Tous les films de Jean Marie Straub et Danièle Huillet sont des « adaptations » de textes littéraires et d’œuvres musicales.
  • Les deux cinéastes se qualifient eux-mêmes d'« artisans » du cinéma, par opposition et/ou résistance à l’industrie cinématographique.
  • Straub et Huillet ne travaillent qu’en prise de son direct, ils affectionnent les plans séquence et les plans fixes ainsi que les acteurs non professionnels.

Straub et Huillet ont développé un style cinématographique qui par certains aspects se rapproche de la théorie de la distanciation de Bertolt Brecht en ce qui concerne la représentation des acteurs.

 

Un reportage sur Stanleyville en 1964 (voir ci-dessous)

 

 

Mercredi 26 février

Une réponse de la Fondation DUBUFFET (voir ci-dessous) de Périgny-sur-Verres

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

Mercredi 26 février (suite)

 

Je commence à peindre le mur nord de ma salle de bains. Quelques couleurs à l'huile sur les pierres de schiste (voir ci-dessous)

Je dois abandonner. Plume n'aura jamais de jeunes et Bouboule non plus

Le peintre VIC GENTILS est mort

 

 

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

Jeudi 27 février

Je peins la porte du WC, je l'avais oubliée et c'est la fin de mes travaux

Le ministre Spittaels abandonne tous ses mandats

Je termine mon quatrième mois de gymnastqiue abdominale

 

Vendredi 28 février

Un article sur l'expo de Brocart à Redu (voir ci-dessous)

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997

Dimanche 2 mars

Le soir un reportage sur AKAROVA alias Marguerite Acarin, danseuse belge (voir ci-dessous)

 

Mon total de pages de ce journal, tous tomes confondus est de 19.020 pages. Le tôme que je suis en train d'expurger sur Internet est le 63e

 

Lundi 3 mars

Sixième semaine de travaux. Je repeins le plafond du coin de feu, entre les poutrelles

 

Spéciale DURAS au Cercle de Minuit. On diffuse le film de Jean Mascolo réalisé en 1981 à Trouville (voir ci-dessous)

 

Mardi 4 mars

Je reçois une letrre de José Bedeur avec 2 photos du concert de Pecrot

 

J'achète chez Jardilux Libramont, deux arbustes; Un Cotinus Purpureus et un Fusain ailé Euonymus alatus et les repique à droite de la terrasse aux aromatiques et au bord du bassin n°4

 

Un Thema sur l'écrivain kurde YACHAR KEMAL, Mehmed le mince, Kemal le troubadour. Né en 1923

Yachar Kemal (en turc Yaşar Kemal, de son vrai nom Kemal Sadık Gökçeli) est un romancier et journaliste turc, d'origine kurde, né en 1923 dans le village de Hemite près d'Osmaniye en Turquie.

Biographie

Issu d'une famille pauvre, il dut abandonner ses études après l'école primaire. Il pratiqua divers métiers, tout en publiant de la poésie. Il passa une année en prison en 1950 pour « propagande communiste », puis commença à travailler pour le quotidien Cumhuriyet. Son roman Mèmed le Mince lui valut le succès en 1955, succès grandissant qui lui valut d'être pressenti pour le Prix Nobel de littérature en 1972. Il reçut la médaille de la Légion d'honneur en 1984.

 

Son style est un mélange entre une narration influencée par les traditions orales des bardes turcs et une influence plus occidentale comme le recours à un genre parfois proche du courant de conscience.

 

Yasar Kemal est condamné en 1996 par la cour de sûreté de l'État à un an et huit mois de prison pour un article intitulé « Le ciel noir de la Turquie » publié en 1995 dans le livre « La liberté d'expression et la Turquie » et qui dénonce le traitement de la question kurde par l'État turc.

 

Mercredi 5 mars

Je continue à peindre à l'émail les radiateurs notamment, la caisse à pains etc....

 

Jeudi 6 mars

On aurait retrouvé le corps de Loubna Benaissa, dsiparue en 1992. L'assassin serait un certain Patrick Derochette que l'on amène à Neufchâteau aujourd'hui

Le 5 août 1992 disparaissait Loubna Benaïssa, une jeune fille de neuf ans, à Ixelles. Plusieurs années se sont écoulées sans aucun éclaircissement pour la famille. L'enquête fut entachée d'erreurs. L'affaire a seulement pris de l'ampleur dans la foulée de l'affaire Dutroux. Le 5 mars 1997, le corps de la jeune fille était retrouvé dans la cave du pompiste Patrick Derochette

 

A nouveau chez Jardilux, j'achète 3 noisetiers pourpres.et un chèvrefeuille Japonica

 

On donne le Philadelphia de Jonatham Demme avec Tom Hanks (Sida); Voir ci-dessous

 

Soirée  chez les Anciaux, plongés dans mon journal. Didier qui a même abandonné le journal de Léautaud, me dit que mon journal pourrait être publié comme tel. Il dit que j'écris d'un jet, sans retouches et que c'est rare. Je leur laisse les tomes 13 à 16( jusqu'au printemps 1990)

 

Vendredi 7 mars

Début de ma septième semaines de travaux intérieurs. Ma chambre à coucher aujourd'hui

 

Je vais chez le dentiste Thumilaire. Simple détartrage

 

Un Bouillon de Culture sur François Nourissier

 

Samedi 8 mars

 

Mon Buddleia semble mort. C'est un  arbre à papillons qu'il vaut mieux recouvrir en hiver. J'achète donc un secon Buddleia Davidi Royale Red, un rouge cette fois et je le repique près du bleu. Le repiquage peur se faire jusqu'au 15 avril

 

Je vis désormais dans une" maison blanche"

 

On enterre Loubna à la Mosquée de Bruxelles

 

Je visionne Virginia Woolf (1888-1941). Sa soeur Vanessa était peintre. Leur vrai nom était STEVENS. Virginia épouse Léonard Woolf, un sapphiste convaincu. A 40 ans, Virginia devient la maîtresse de Vita. Elle écrira ORLANDO comme Jacqueline Harpman écrira ORLANDA

 

Dimanche 9 mars

Une publicité délirante ci-dessous sur le Briquet Colt. On n'arrête pas le progrès. Donc chaque fois que vous allumez une cigarette votre "chien" se réveille

 

Un reportage sur Marcel Thiry, l'écrivain belge

 

Visite de Mart Mäger l'esthonien avec son ex-compagne Sigrid. Ils reviennent de Bastogne où ils ont vécu jadis pendant trois ans. Ils attendent soit leur statut de réfugié politique soit leur naturalisation. Sinon ils devront retourner à Thallin en Esthonie

 

Lundi 10 mars

Encore et toujours des travaux intérieurs

On diffuse "La Double Vie de Véronique" de Kieslowski

 

Mardi 11 mars

Première ponte des grenouilles dans le Marais

 

Mercredi 12 mars

Un reportage sur l'écrivain belge Marcel Moreau que j'ai jadis rencontré à Redu avec Jean-Pierre Verheggen (voir ci-dessous)

 

Jeudi 13 mars

Je refais des autodafés avec deux vieux guides rouges Michelin

 

Un reportage intéressant sur l'écrivain Jacques Laurent alias Cecil Saint-Laurent. A propos d'une biographie sur lui, écrite écrite par Bertrand de St Vincent, chez Julliard. Les mêmes mimiques, le même rythme vocal la même façon de tirer sur sa cigarette que Gainsbourg

 

Je termine Roger Vailland, mort à 57 ans, en mai 1965

"Anticlérical sur le plan politique, j'accepte volontiers toutes les extravagances de la nature humaine: les ascètes comme les chênes japonais, pourquoi pas? Mais le sourire de bienveillance supérieure des croyants est insupportable"

"C'est formidable ce qu'on abat de travail dans la matinée en se mettant au travail à 6 heures "

"Toute morale qui, à quelque titre que ce soit, invite l'homme à renoncer à son bonheur individuel, est une morale réactionnaire. Elle joue toujours au profit de quelqu'un"

 

Mon arbuste Fothergilla est arrivé chez Jardilux

Mes voisins coupent des branches importantes de leur marronier et provoquent des dégats dans ma haie. Je leur laisse un carton "Quand on démolit, on s'excuse,c'est la moindre des choses"

 

Je n'aurai aucune réaction. Ce sont des mufles

 

Un article sur Maxime Leforestier (voir ci-dessous)

 

Un portrait d'André COOLS par le peintre liégeois Jacques Charlier

 

 

Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans
Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans

Marie-Odile en performance(danse) au Fort Balaguier et ensuite Katherine Mansfield, écrivain, morte à 35 ans

Vendredi 14 mars

Je visionne "Le SOLEIL TROMPEUR de MIKHALKOV. Un film exceptionnel (voir ci-dessous), avec Mikhalkov dans le rôle principal

 

Dimanche 16 mars

Vasarely est mort

 

Lundi 17 mars

Je peins les deux radiateurs du coin de feu

Les Noiset et les Anciaux ont écouté ma K7 de Jacques Lizène

 

Mardi 18 mars

Mes travaux continuent de plus belle

 

Un rêve récurrent depuis des années. Je me trace une route à travers les maisons et les jardins; En fait je prends des raccourcis pour rentrer chez moi; J'entre dans les maisons, monte dans des greniers, sors par les toits et devant moi plus bas des terrasses avec des jardins et je saute de terrasse en terrasse, craignant d'être vu par les gens. Pour arriver dans les greniers, je traverse même des chambres à coucher. et parfois je croise des gens mais ils ne disent rien. Cela se passe souvent lorsque je quitte une soirée festive, que jen ai marre et décide de rentrer chez moi au plus vite

 

Mercredi 19 mars

Ue émission sur l'écrivain français René-Louis des Forêts

Je traite l'escalier de ma chambre au Linitope

 

Jeudi 20 mars

38e jour de travaux

 

Message téléphonique d'André MOYAERTS, avocat à Bruxelles, un viel ami des années 70 et du Mouvement Planète. Avocat. Il est à Neufchâteau et voudrait passer ici ce soir vers 20h30 et aller au resto. On ne s'est plus vus depuis 1990, à Bruxelles, je logeais chez lui, lorsque je travaillais à la Fondation Menuhin.(voir ma bio à cette époque.) Lui, sa femme et son fils sont venus ici pendant l'été 90

 

Joseph Sibret ici à 9h30 pour accorder mon piano. Catastrophe, il a plu dans le piano. Il y a une trace d'humidité au plafond, juste au-dessus du piano. Toutes les cordes graves sont rouillées. Cela a dû se passer lors de mes multiples séjours en France. Heureusement je suis couvert par l'assurance

 

André arrivera ici à 17h30, ai lieu de 20h30. C'et lui qui défend le marchand d'armes qui vient de se faire coïncer. Il va à Neufchâteau demain, en chambre du conseil, puis à la prison d'Arlon. Visite de la maison qui a pas mal évolué depuis 1990. Son fils Julien a 9 ans et sa femme Daisy est toujours professeur d'anglais. Il a 47 ans et n'a pas changé. Il fait de la politique pour le PRL. Il est au Kiwanis mais a refusé de devenir gouverneur. Ses parents liégeois vivent toujours

 

Nous mangerons ici et il logera évidemment puisqu'il va à Neufchâteau demain. C'est moi qui le lui propose

Couchés vers 1h30

 

Vendredi 21 mars

Je réveille André à 7h15 comme il me l'a demandé. Petit-déjeuner ensemble. Il me quitte à 8h20 et je le raccompagne à sa Mercédes verte. Je lui dis!"André tu es tout de même gonflé, une Mercédes verte (celle des pédophiles) pour aller au tribunal à Neufchâteau, tu devrais au moins la faire repeindre dans une autre couleur..."

Il s'en va mort de rire

 

André serait allé voir mon expo à Rossignol en 1993 mais c'était fermé et il n'a vu que les totems. Pourquoi ne m'a t'il pas prévenu???

 

Je commence Gigi de Colette

 

Mobutu a disparu ???

 

Samedi 22 mars

Je continue de peindre portes et chassis à l'extérieur

 

Long coup de fil avec Murielle Noiset

 

Je me prépare du Hachis Parmentier

 

Enelle est persécutée à l'école par ses élèves qui jouent et menacent avec des cutters. Elle n'en peut plus. Elle se retrouve dans les mêmes problèmes de violence qu'avec les ouvriers de son chantier. Mais, il y a de plus en plus de problèmes de violence de la part des élèves sur les professeurs dans les écoles. Je lui dis d'aller en parler à son psy et de se faire faire un certificat par son généraliste. Je ne puis faire plus et c'est elle qui l'a voulu

 

Dimanche 23 mars

Les Anciaux ici toute la journée. Beau temps. On visionne Straub. Anne m'achète une écoline...pour une bouchée de pain. Je leur remets de nouveaux tomes de mon journal (jusqu'à septembre 1991)

 

A Cuesmes, trois femmes découvertes en morceaux, dans trois sacs-poubelles (Le dépeceur de Mons probablement et l'affaire ne fait que commencer)

 

Lundi 24  mars

Enelle avait, il y a 3 semaines, amené dans mon bureau, toutes ses affaires de peinture pour pouvoir peindre chez moi.Cette pièce je l'ai aménagée pour elle car à Pontaury, il n'y a pas de place pour peindre. Et nous ne parvenons plus à nous voir tant elle est bourrée de problèmes. Je lui écris donc que tout cela ne me convient pas du tout

 

Une émission sur Arthur HAULOT, une des grandes figures socialistes de notre pays. (Voir article ci-dessous)

 

Un article sur Le Pic Noir (ci-dessous)

 

Mardi 26 mars

Je reprends mes autodafés en brûlant mes trois derniers codes, dans le jardin sur une tole, avec du white spirit

 

Un article sur mon copain batteur Stephan Pougin de Hondelange qui s'appelle maintenant Stephan Lay. Il vient jouer à Florenville à la Maison communale

 

Un article sur L'Hermine (voir ci-dessous)

 

Mercredi 26 mars

Je reçois deux photos de Marie-Eau, en train de faire une performance à Balaguier (La Seyne-sur-Mer), alors que je m'apprête à lui poster ma réponse (voir ci-dessous)

 

Je fais mes courses au Delhaize avec ma fille Valérie et son amie Anne Bourdon, qui dort debout

 

Jean-Pierre Collignon me téléphone. Il voudrait me présenter sa nouvelle amie. OK mais mais pas avanr le mois de mai

 

Toujours dans les peintures de mes chassis, deuxièmes couches

 

Enelle a vu son Directeur et aussi le psy de l'école, réceptifs mais il reste à trouver une solution

 

Un reportage sur KATHERINE MANSFIELD  "Un Siècle d'écrivains", l'écrivain Neo-Zélandais

Avant sa mort, à 35 ans elle entrera dans la Communauté GURDJEFF à Fontainebleau

Katherine Mansfield (14 octobre 1888 - 9 janvier 1923) est un écrivain et une poétesse britannique d'origine néo-zélandaise. Puisant son inspiration tout autant de ses expériences familiales que de ses nombreux voyages, elle contribua au renouvellement de la nouvelle de modernisme avec ses récits basés sur l’observation et souvent dénués d’intrigue.

Biographie

Katherine Mansfield, Kathleen Beauchamp pour l’état civil, naît le 14 octobre 1888 à Wellington en Nouvelle-Zélande. Elle publie son premier texte à l'âge de neuf ans.

En 1903, elle part étudier au Queen’s College de Londres, où elle fait la connaissance d’Ida Constance Baker avec qui elle restera amie jusqu’à sa mort. C’est à cette même époque que paraissent les premiers textes publiés sous le nom Katherine Mansfield, du nom de sa grand-mère qui l’a élevée.

En 1906, elle retourne en Nouvelle-Zélande, où elle rencontre Edith Bendall, dont elle s’éprend, ce qui provoque un scandale à Wellington. Trois de ses nouvelles sont publiées dans une revue néo-zélandaise. Son père ayant refusé qu'elle se lance dans une carrière de violoncelliste professionnelle, elle entre au Wellington Technical College pour y étudier la dactylographie et la comptabilité.

Grâce à l’aide de son amie Ida Constance Baker (souvent nommée L.M., acronyme de Leslie Moore, dans son Journal), Katherine retourne en Angleterre en juillet 1908 avec l’assurance d’une pension annuelle de 100 £ que son père s’engage à lui verser, ce qui lui permet de se consacrer uniquement à l’écriture. Elle retrouve alors ses amis les frères Trowell. Bien qu’attendant un enfant de Garnet Trowell, elle épouse George Brown en 1909 pour le quitter le jour même (le divorce fut prononcé en 1913). Elle part alors pour la Bavière, où elle fait une fausse couche. Katherine rencontre Floryan Sobienowsky, qui lui fait découvrir l’œuvre de Tchekhov, dont elle s'inspirera par la suite.

En 1910, elle retourne à Londres, où ses nouvelles sont publiées dans le magazine The New Age. Le recueil de nouvelles inspiré de son séjour en Allemagne, In a German Pension (Pension allemande), est publié en 1911. Cette même année, Katherine rencontre le critique littéraire John Middleton Murry, qu’elle épouse en 1918. Elle aura entre temps une liaison avec l'écrivain français Francis Carco. Jusqu’en 1914, ses nouvelles sont publiées dans les magazines Rhythm et The Blue Review.

Katherine Mansfield et John Middleton Murry font la connaissance de D.H Lawrence et de sa femme Frieda, avec lesquels ils se lient d'amitié. Lawrence fait un portrait de Katherine sous les traits du personnage de Gudrun dans Femmes Amoureuses. Lawrence, Murry et Mansfield créent la revue Signature. Mansfield et Murry ont habité à Hampstead, où aujourd'hui une plaque commémorative est sur leur maison.

La Première Guerre mondiale marque un tournant dans la vie de Katherine lorsque son frère Leslie meurt en 1915. Ses écrits sont dès lors plus que jamais tournés vers la Nouvelle-Zélande, avec des liens plus ou moins explicites avec sa propre famille et son enfance.

En 1916, Prelude est publié. Elle vit alors à Bandol en France. C’est lors d’un séjour en Angleterre l’année suivante qu’elle rencontre Virginia Woolf, avec qui elle est souvent comparée, notamment pour leur utilisation du « stream of consciousness » ou monologue intérieur. Virginia Woolf avouera qu’elle n’a été jalouse que d’un seul écrivain, Katherine Mansfield.

Elle apprend qu’elle est atteinte de la tuberculose en 1918 et décide de rejoindre le climat plus clément de Bandol. Elle épouse alors John Middleton Murry. Après un court séjour en Angleterre, elle part pour Ospedaletti en Italie, puis pour Menton.

Le recueil Bliss (Félicité) est publié en 1920. Mansfield part pour Montana (Valais) en Suisse l’année suivante. The Garden Party est publié en 1922. Elle écrit sa dernière nouvelle, The Canary, en juillet 1922.

Le 9 janvier 1923, elle meurt des suites de sa tuberculose à l’institut Gurdjieff situé au Prieuré d'Avon près de Fontainebleau. Elle est enterrée à Avon (Seine-et-Marne). Deux recueils de nouvelles sont publiés après sa mort, The Dove’s Nest et Something Childish, ainsi que ses lettres et journaux. Apprenant sa mort, Virginia Woolf écrira dans son journal « Je ne voulais pas me l'avouer, mais j'étais jalouse de son écriture, la seule écriture dont j'ai jamais été jalouse. Elle avait la vibration. »

Voir sa photo ci-dessous

 

Jeudi 27 mars

A Neufchâteau chez Isabelle Noiset où je retrouve Murielle qui m'offre une photo de BB, découpée dans un journal. Une pub de la BNP. Isabelle est en plein déménagement dans une rue qui jouxte le Palais de Justice de Neufchâteau, devenu célèbre depuis l'affaire Dutroux et ce n'est pas fini puisque c'est de là qu'il s'évadera bientôt. Murielle me demande si elle peut venir à Moircy mercredi. Bien sûr que oui. Arrive son mari Francis qui est aussi un grand révolté. Isabelle a senti que j'étais bien plus proche de sa soeur que d'elle. Isa a entamé une psychanalyse. Elle fait aussi du Yoga, de la peinture, du théâtre, de l'écriture et plus tard elle fera du chant. C'est un peu beaucoup

 

Vendredi 28 mars

Un reportage sur l'Albanie ce pays que j'ai côtoyé à plusieurs reprises depuis les année 60/70. L'Albanie a vécu pendant 4 siècles sous le domination turque (ottomane) L'Albanie sous Zog 1er est annexée en 1939 par l'Italie de Mussolini. Enver HOXHA chef des armées prend le pouvoir en 1946 jusqu'en 1992. En 1947, HOXHA coupe les relations avec Tito et se rallie à l'URSS de Staline mais il se brouillera avec Krouchtchev en 1960.et passera des accords avec la Chine. Cette période chinoise  ne durera que jusqu'en 1971, la Chine s'étant rapprochée de Tito. Un régime de terreur et de dictature dans ce pays qui amènera de nombreux albanais à s'expatrier. Ce régime stalinien prendra fin en 1991

Il y a un million d'habitants. L'Islam est banni (j'écris ceci en 1997)

 

On joue "La Liste de Schindler" de Spielberg (voir ci-dessous)

 

Samedi 29 mars

En fait c'est le WE de Pâques

 

C'est le 20 août 1995 que les Anciaux et les Dupont-Noiset sont venus ici pour la première fois, à mes Portes ouvertes, amenés par Didier Anciaux

 

Après-midi chez les Anciaux. Didier m'a demandé si Valérie venait parfois à Moircy, seule. Non jamais ! Valérie a 33 ans. Pour Valérie, sa mère et moi aurions dû rester ensemble à tout prix avec des accomodements divers. Donc elle ne veut pas venir dans cette maison d'un couple dont elle n'accepte pas la séparation. Pourtant elle n'a vécu que deux ou trois ans dans cette maison et y était rarement. En 1979 quand nous y sommes entrés, elle avait 16 ans. Elle a fait par la suite 2 ans de secrétariat de Direction à Libramont, puis est partie travailler à Bruxelles et à Luxembourg. Elle s'est installée avec Stephane à St Hubert en 1986 et sa mère et moi nous sommes séparés en 1989

 

Dimanche 30 mars  

 

Dimanche de Pâques !

 

Changement horaire

 

Je commence Le Bestiaire de Léautaud

 

J'ai rendez-vous avec Valérie au Miami vers 20h00 et cela se passe plutôt bien. Elle s'investit à fond dans le théâtre et va présenter à Libramont un spectacle de Roland Dubillard. Bien sûr que je connais. Valérie est ahurie et plus tard je l'entendrai dire à une autre table, à une amie "il connait tout c'est incroyable".

Mais je lui raconte comment sa mère voulait que son mari travaille jusqu'à la mort et me regardait mourir entre 1985 et 1989, sans lever le petit doigt

Valérie me raconte qu'elle a acheté de très hauts talons, qu'elle a essayé de marcher et qu'elle s'est rendu compte qu'elle marchait comme sa mère. Elle m'a dit qu'elle ne voulait ni porter de bijoux, ni laisser pousser ses ongles, pour ne pas faire comme sa mère  (ni utiliser de porte-cigarettes). Pour me parler ainsi, Valérie a besoin d'être dans un lieu public. Dans ces conditions nous n'avons aucune peine à échanger en toute franchise

Mais hélas nous allons être envahis par la tribu Poncin et cela va se passer très mal. No comment

 

Lundi 31 mars 1997

Soleil superbe; Il a gelé. Heureusement j'avais recouvert mon Fothergylla

J'ai terminé tous mes travaux; Je suis content

Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Ma Bio 247- 1er trimestre 1997
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 06:04
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996

Mardi 1er octobre 1996

Oh surprise, une carte de Marie-Odile. Elle habite à Toulon avec un certain JL (voir ci-dessous)

 

Coup de fil à mon ex belle-mère, Charlotte, qui ne va pas bien du tout dans son home à Marche, mais elle ne veut plus voir ni Plume ni moi. Elle se laisse mourir. Je préviens ses filles mais ne parviens à les atteindre ni l'une, ni l'autre

 

A Virton avec Eric Neuberg pour aller voir la galerie de Georges Behin

 

Mercredi 2 octobre

Je n'attends plus rien d'Enelle. Elle est dans sa maison bien loin d'ici et je l'ai aidée à traverser toutes ses épreuves pour y arriver. Maintenant qu'elle y est, elle n'a plus besoin de moi. Que de gratitude et quel imbécille je fais

 

A la télé un film sur les BAKA, une tribu de pygmées du Cameroun. Film réalisé par Thierry Knauff et aussi PERSONA de Bergman

 

Je réponds à Marie-Odile. J'aimerais récupérer les cannisses que j'avais peintes pour son spectacle car bien sûr on ne me les a pas rendues

 

Je continue de répertorier mes Magazine littéraires- 147 numéros dans lesquels il s'agit de répertorier la pupart des articles

 

Vendredi 4 octobre

Céline me téléphone à propos de sa mère Charlotte. Premier contact depuis un an mais Céline est remariée, ne l'oublions pas. D'ailleurs un déclic dans le téléphone et une voix, celle de son mari, Pierre, je suppose?  "Il me semble que nous sommes à deux sur une même ligne" me dit-il, sans savoir à priori qui je suis et puis ça se coupe. Céline retéléphone. Oui c'est bien lui. Je lui demande pour quoi elle ne dit pas que c'est moi. Je lui téléphone pour sa mère, il n'a rien à dire

 

Je lis toujours René Girard et je visionne Persona

 

Je visionne mon ami Jean-Pierre Verheggen, puis arrive en plein milieu d'un film sur Arte qui traîte des Marchands, des Collectionneurs et des Artistes niçois. Un reportage corrosif de Jean-Paul LEON sur les Nahon et leur galerie Beaubourg. Un film sans pitié qui révèle les cochonneries des milieux de l'art contemporain. Je suis furieux d'avoir manqué la première partie de ce film avec Armand, César, Louis Cane etc...

 

Samedi 5 octobre

Chez les Anciaux. Arrivée chez Muriel et Francis qui vont au vernissage d'Arenka auquel je ne veux pas aller mais Didier insiste"Qu'as-tu à perdre ?" et j'accepte, en mettant mon chapeau et mes lunettes noires pour ne pas être reconnu. On part pour Jamoigne. Un monde fou mais je ne dis bonjour à personne si ce n'est à l'héroïne du jour, la peintre hongroise ARENKA et à son mari avec lequel je change mon chapeau Arenka me dit "et votre amie Enelle?" et moi de lui répondre "n'y a plus d'amie", en riant. " Oh excusez-moi !" me dit-elle !

 

Voici un des tableaux Kitsch d'Arenka, ci-dessous.

 

J'embrasse aussi les Gaillet,  et serre des mains, celles de dominique Marx, Bô Simon et son amie, Anne-Marie Klenes, Alain Schmitz, Dominique Collignon, Blandy Mathieu et André Wargny, le Bourgmestre Leleu de Chiny, Michèle Laveaux, Willy Dory, Filippo Principato et Behin du S.I de Virton, sans trop savoir si ces gens me reconnaissent car je suis déguisé, je passe incognito, façon de leur exprimer que je viens pour Arenka et ne désire plus avoir de contacts avec eux si ce n'est bonjour-au-revoir et pourtant je suis bien accueilli partout, sans doute parce qu'il y a des mois qu'on ne m'a plus vu. Bô qui veut venir avec son amie, Patrice qui m'invite demain mais je reçois Annie Gaspard, . Arenka qui n'arrête pas de me dire  "que je suis contente que vous soyez venu, ah cet homme-là, je l'aime bien, qu'elle dit à sa fille et à ses petites-filles" Et Filippo Principato qui me tape dans le dos "Ah Vancau, ah Vancau", tout content de me voir. Et le bourgmestre de Chiny, Leleu, président du Caclb "Ah vous revoilà, je suis bien content"

 

C'est un passage-éclair. Dans la voiture, à l'arrière, je parle comme une radio me dit Murielle qui est à mes côtés et qui ajoute "et pourtant Christian, vous pouvez aussi être très silencieux". Et de me prendre la main pendant tout le voyage. Elle, très à l'aise, malgré la présence de son mari et moi pas du tout. En plus Anne, la soeur de celui-ci était à ma gauche sur le siège arrière. A ma sortie de voiture Didier me serre la main en me disant "n'attendons pas encore 3 semaines pour nous revoir, c'est trop long". Bref tout cela me fait chaud au coeur

 

Dimanche 6 octobre

Passage d'Annie Gaspard qui m'offre "La plus que Vive" de Christian Bobin et qui me photographie avec mon chapeau et les lunettes d'hier soir (voir ci-dessous)

 

Sur le répondeur de Bobin, une phrase: "Ne touchez pas l'épaule du cavalier qui passe, il pourrait se retourner et ce serait la nuit" (Jules Supervielle)

 

Je lis Bobin dans la nuit, au bord des larmes

 

Lundi 7 octobre

Mais quel est cet amour dont parle Christian Bobin? Ghislaine, rencontrée 3 ans après son passage chez moi, à Libramont, donc en 1979. G. qui est mariée, puis divorce et se remarie avec un autre et fait 3 enfants avec d'autres hommes. Pourquoi pas avec lui ???Et ça va durer pendant 16 ans jusqu'en août 1995  "Peur de couper les ailes à un amour de haut-vol en le faisant aterrir. Ghislaine n'est-elle pas encore plus belle, morte que vive,?

 

J'écris longuement à Bobin 

Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996

Mardi 8 octobre

Temps superbe. Je photographie mes carpes (voir ci-dessous)

 

Je reçois l'invitation à la réception de mariage de mon petit cousin Frédéric Hebbelynck. Ca se passera le 9 novembre à Tervueren avec une demoiselle Florence Sellier (voir document ci-dessous)

 

Mercredi 9 octobre

Je retrouve Eric Neuberg à Bastogne pour visiter le Musée diocésain ou Musée Piconrue, tenu par son père. Très beau musée. Une expo sur la révolution française dans le Luxembourg (En 1792 quand la France arrive par ici, succédant aux autrichiens)

 

Ensuite au Café avec Eric et sa soeur France qui vient nous rejoindre et à qui je dis de lire Bobin absolument

 

Un coup de fil de Thierry D. de La Seyne, qui n'est plus avec sa nouvelle amie, est allé une semaine à Genève et va partir à Dakar et à Beyrouth, pour le théâtre. Minique a déménégé une fois de plus et vit avec sa fille qui serait revenue de sa fac à Montpellier suite à une histoire de drogue dure???

 

Jeudi 10 octobre

Je reçois une épreuve du roman d'Annie G. J'en serai le premier lecteur. Titre "La Femme de Pierre" (marrant mon ex-femme est devenue le femme de Pierre). Une lettre d'accompagnement ci-dessous. C'est l'unique exemplaire de son livre (voir ci-dessous)

 

A 15h00 j'ai terminé le roman. J'ai dû pleurer pendant les trente dernières pages. Maintenant je repose le livre fermé sur mes genoux et continue de pleurer silencieusement. J'ignore totalement pourquoi??

 

A la page 155 Annie parle d'un certain Albert Vecchio "Il y a deux ans j'avais interviewé un sculpteur qui inaugurait son nouvel atelier en pleine nature, au bord d'un ruisseau dont le murmure était la seule musique de fond de l'endroit. J'eus tout de suite l'envie de revenir un jour dans ce cadre magique...etc".."Je brûle d'impatience d'arriver chez Alberto Vecchio. J'ai le souvenir d'un lieu extraordinaire avec beaucoup de blanc, beaucoup de boiseries, de sculptures de toutes les tailles partout et de grandes portes-fenêtres qui donnent sur un immense jardin de fleurs et d'arbustes qui descendent jusqu'au ruisseau. Je vais là-bas attirée comme par un aimant..."

 

A un autre endroit, elle parle d'un certain Adrien, qui est mon second prénom

 

Tout ceci s'est effectivement passé sur mon territoire en juillet 1993

 

Elle cite aussi Bobin et Jacques Salomé qui sont amis et cette phrase de Salomé: "N'y a t'il pas en nous, le possible de plusieurs amours uniques?"

 

Un reportage sur la Corse. 500 attentats depuis un an et personne de traduit en Justice. LA LOI DU SILENCE. 80% des corses restent attachés à la République française (voir ci-dessous)

 

Samedi 12 octobre

Je visonne un Bouillon de Culture sur Picasso, enregistré hier à l'occasion de l'exposition "Picasso et l'Art du Portrait au Grand Palais. Très belle émission. Avec Françoise Gilot qui insiste sur le côté emblématique de ses portraits. Emu par cette émission qui me redonne envie de peindre

 

Je commence "La Steppe" de Tchekov, 67e livre de cette année

 

Dimanche 13 octobre

Annie G. est ici et m'apporte les 6 suites pour violoncelle de bach interprétées par Rostropovitch. Je m'empresse de les enregistrer

 

Je lui montre Bedos à l'Olympia

 

Magnifique journée; nous sommes restés dehors jusqu'à 18 heures

 

Lundi 14 octobre

Promenade dans les Champs d'en Haut, ici au-dessus, à 500 mètres d'altitude. Voir photos. C'est mon lieu principal de promenades depuis des années

 

Le juge Connerotte de Neufchâteau, désaisi du dossier Dutroux, suite au souper "Spaghetti"

 

 

Mardi 15 octobre

Mon fichier Magazine Littéraire fait maintenant 42 fiches écrites des deux côtés. Environ 840 écrivains répertoriés

 

 

Mercredi 16 octobre

Je rencontre valérie en courses. Ele me raconte son WE chez le mari de sa mère. On rit beaucoup

 

Je lis le livre d'Audouin sur J.K HUYSMANS

 

 

Jeudi 17 octobre

Je lis "La Bicyclette bleue" de Régine Desforges

Je visionne un reportage sur Samuel Beckett

Annie doit être opérée-Redressement de la cloison nasale

 

Vendredi 18 octobre

On parle beaucoup de Tintin, dans le cadre du Centenaire de la Bande dessinée (voir ci-dessous)

Affaire Dutroux. Nombreuse manifestations de rues suite au désaisissement du juge Connerotte

 

Samedi 19 octobre

Bel après-midi avec les Anciaux et Eric Neuberg, l'Homme -Orchestre. Eric toujours avec la fille de Saint-Mard

 

Encore un échange de livres avec Didier, du Rezvani, du Reverzy et deux Powys

 

Soirée Truffaut ( voir ci-dessous)

 

Dimanche 20 octobre

Je commence "La Souille" de Franz Olivier Giesbert. Superbe roman "Il était encore empâté. Son visage était comme un gros ventre avec un nombril tout rouge au milieu. C'était sa bouche"

 

A Bruxelles, "La Marche Blanche" en l'honneur de Julie et Melissa. La plus grande manifestation de l'après-guerre. On parle de 325.000 personnes

 

Lundi 21 octobre

Je commence Haute-Pierre de Patrick CAUVIN (71 e livre de l'année)

 

Un film de KAZAN "Le Fleuve sauvage" avec Montgomery Clift et Lee Remick. Ella Garth, la vieille est superbe. Elle jouait la mère de Dean dans "A l'Est d'Eden"(voir ci-dessous)

 

Un reportage sur le peintre Baselitz qui en réalité s'appelle Georg Kern, né  à Baselitz

 

Mardi 22 octobre

Je passe chez Murielle à St Pierre (Je l'ai d'ailleurs surnommée Murielle de Saint-Pierre, en rapport avec Michel de Saint-Pierre), après mes courses. Elle me prête la "Suite en Ré majeur" de Bach ainsi que "Le Requiem" de Fauré

 

A mon retour, je prends des photos du jardin et des totems (voir ci-dessous)

 

Jeudi 24 octobre

Je commence "Le Petit Parmentier" de D.BELLOC

 

De Jacques STERNBERG, écrivain belge "Pourquoi les rues de Paris restent-elles désertes le 15 août ? Parce que les parisiens se terrent chez eux dans la crainte de dévoiler qu'ils ne sont pas partis"

 

Murielle s'est acheté un Polaroïd et n'arrête pas de prendre des photos

 

Coup de fil de Gil Dons, retour d'Egypte. Furieuse lorsqu'elle a reçu un mot de moi, accompagnant un brou de noix que je voulais lui offrir mais sans brou de noix. Oublié de le glisser dans l'enveloppe. Elle ne m'a donc pas écrit d'Egypte

 

Du mazout dans le ruisseau. Je bouche l'entrée des étangs. Je fais prévenir le Dr Masoin qui a un étang en aval. Ca pue dans tout le territoire et dans la rue. Il s'agit bien d'une sérieuse pollution, un crétin du haut du village ayant retourné sa cuve à Mazout au-dessus de son soupirail. Or à Moircy, pas d'égôuts et tout va au ruisseau, mais j'ignore encore la cause de ce sinistre

 

Vendredi 25 octobre

La pollution continue. J'appelle le Garde-Champêtre Noêl qui dresse un constat et appelle "La Protection civile" qui va découvrir le pot aux roses. Ils posent des filtres et des produits absorbants près du petit pont en amont; Toute l'Ourthe occidentale en aval dechez moi est également polluée. Ayant bouché l'entrée de mes étangs, je résiste mais le ruisseau est dans un état. Arrive la propriétaire de la cuve; Je l'engueule. Je ne porte pas plainte mais la Protection civile dresse un PV.( Ils iront au tribunal, bien plus tard et seront condamnés). Tout le village est en émoi. Une chose est certaine, si je n'étais pas allé au ruisseau hier matin, tous mes poissons seraient morts à l'heure actuelle.

 

Responsabilité de la commune de Libramont qui ne fait rien pour éviter que les eaux usées n'aillent pas dans le seul ruisseau qui passe à Moircy et ceci malgré de nombreux signaux d'alarmes envoyés par moi au Bourgmestre Charles Bossicart

 

Je passe la soirée à St Pierre avec les Anciaux. Murielle me montre ses écrits. Un vrai talent d'écrivain

 

Samedi 26 octobre

Le mazout est toujours dans le ruisseau. Et hélas il ne pleut pas

 

Dimanche 27 octobre

 

Changement horaire. Il est une heure en moins

 

Sept semaines qu'Enelle et moi ne nous sommes plus vus

 

Je relis la lettre de rupture envoyée par Breton à Delteil, une lettre qui me rend Breton insupportable. La voici !

"Entre nous votre Jeanne d'Arc est une vaste saloperie. Je me suis bien mépris sur votre compte mais qu'à cela ne tienne, la question serait de savoir si vous êtes un porc et un con (ou un porc et un con). Dans l'alternative, je préfère bien entendu ne plus vous voir, ne plus avoir à vous examiner. Et me borner au cas où vous deviendriez gênant, voyez Cocteau, à prendre les mesures nécessaires pour réduire votre activité à ses juste proportions, ce qui tout de même, vous n'y songez pas assez, est en mon pouvoir"

 

Plus que pénible. Delteil déclarera qu'il préfère l'avoir reçue que l'avoir écrite

 

Jeanne d'Arc est un livre magnifique. Quelle mouche a piqué André Breton???. En tout cas c'est très éclairant sur la conception que Breton avait de son rôle dans le monde littéraire parisien

 

Annie G. ici vers 15h00 jusque 20h30

 

Lundi 28 octobre

Cinquième jour de Mazout

Murielle me donne des photos d'elle et d'un de ses mannequins, prises au Cimetière de St Pierre, juste en face de chez elle, ainsi qu'une photos d'une installation réalisée chez elle (voir ci-dessous)

 

On parle du film "Le Village des Damnés"

 

Mardi 29 octobre

Je commence "Paris insolite" de CLEBERT, n°75

 

La protection civile nettoie à nouveau le ruisseau en amont de chez moi, mais plus rien ne coule du tuyau qui relie la voirie au ruisseau. Seul subsiste le mazout agglutiné aux berges

 

Mercredi 30 octobre

Carte de Gil. Cette fois elle a reçu ma peinture (voir ci-dessous)

 

Nettoyage des berges mazoutées, à la pelle et au rateau

 

Enregistrements télé: Pierre-Jean JOUVE

 

Le Dalaï Lama

Un article sur l'écrivain Richard MORGIEVE   "Tellement en marge de la littérature française, dit-il, qu'on me prend souvent pour un belge. Pour moi la liittérature est tellement sacrée que si elle se résume à manger des petits-fours avec tous ces connards...Je trouve que le nouveau roman a fusillé la littérature française et a mis les intellectuels au pouvoir, alors que je pense que n'importe quel con peut écrire un beau livre. Et moi je dis à l'écrivain que je suis con ! Je ne me réclame en rien de l'intelligence

 

De lui, lire Fausto

Richard Morgiève, né à Paris le 9 juillet 1950, est un écrivain et scénariste français. Ses œuvres sont principalement des romans mais il est aussi l'auteur de plusieurs pièces de théâtre. Il est également acteur, et pratique la peinture.

Biographie

Richard Morgiève devient très tôt orphelin : sa mère meurt d'un cancer du col de l'utérus alors qu'il n'a que sept ans, et son père se suicide quand il en a treize. Il vit ensuite une adolescence chaotique, au cours de laquelle il se débrouille en dealant du faux haschisch, entre autres activités, avant d'entamer toute une série de petits métiers. Il publie son premier livre, un recueil de poèmes, à compte d'auteur à l'âge de vingt ans mais, honteux et écœuré de devoir payer pour être lu, il s'interdit d'écrire pendant dix ans. Il exerce tour à tour des emplois de débrouille tel fort des halles, employé de bureau, ouvrier, mécanicien, peintre en bâtiment, plâtrier, représentant, colporteur, déménageur de caves, standardiste ou chauffeur poids lourds. Foncièrement autodidacte, Richard Morgiève publie, à l'âge de trente ans, en 1980, son premier livre à compte d'éditeur : un roman policier. Dès lors, il ne cessera plus d'écrire, entamant véritablement son œuvre personnelle avec la publication de son premier roman de littérature générale, Des femmes et des boulons, en 1987.

 

Pour Fausto, il obtient deux prix : le Prix Point de Mire en 1993 et le Prix Joseph Delteil l'année suivante. L'ouvrage est adapté au cinéma en 1993 sous le même tire Fausto, réalisé par Rémy Duchemin, dont Richard Morgiève a écrit les dialogues.

 

En 2000, il obtient la « Mention Spéciale du jury » du Prix Wepler pour Ma vie folle, et 5 ans plus tard, en est le lauréat pour Vertig.

 

Toujours en 2005, il adapte en spectacle son ouvrage Mon petit garçon (2002), et le met en scène avec Richard Marchand.

 

Il est couronné en 2007 du Prix d'Interprétation au Festival du court métrage d'humour de Meudon pour son rôle dans Le Mozart des pickpockets, de Philippe Pollet-Villard. Ce court est lauréat de nombreux prix dans plusieurs festivals, et obtient en 2008 l'Oscar du meilleur court-métrage de fiction et le César du meilleur court-métrage.

 

En janvier 2015 sort son nouvel ouvrage Love, dernier opus de son triptyque commencé avec United Colors of Crime en 2012, puis Boy en 20132.

Vie privée

Il épouse Émilie Chaix, fille de la romancière Marie Chaix, dont il divorce, avant de se remarier, dans les années 2000, avec la psychanalyste et romancière Alice Massat.

Œuvre

Les cinq premiers romans de Richard Morgiève, publiés de 1980 à 1983, sont des romans policiers qui, à ses yeux, ne font pas véritablement partie de son œuvre, des livres dont il dit que c'était pour lui des tentatives de montrer qu'il savait écrire et user des artifices propres au genre, ce qui le plongeait dans un profond malaise, l'honnêteté et la mise à nu de ses sentiments les plus intimes et les plus profonds constituant ce qu'il a toujours véritablement attendu de son travail d'écrivain.

Distinctions

Bibliographie

Romans policiers

Romans

 

 

Jeudi 31 octobre

Mort de Marcel CARNE à 90 ans

Un Envoyé spécial sur DUTROUX

Demain 1er novembre, je passerai mon anniversaire, seul

 

Belgique-Affaire Dutroux  Vincent Decroly, député écolo a révélé que la gendarmerie aurait détruit certaines pièces du dossier Othello

Le point sur cette affaire Dutroux, en bref. Rétroactes

Le 23 juin 1995, enlèvement de Julie et Melissa à Grâce-Hollogne

En décembre 1995, perquisition de la gendarmerie (Michaux) a un des domiciles de Dutroux à Marcinelle. Michaux entend des voix mais on en reste là "Taisez-vous". Dutoux est en détention. Par défaut de nourriture les petites vont mourir ce même mois, probablement après avoir été transportées à Sars-la-Buissière, suite à cette perquisition

17 août 1996. L'adjudant de gendarmerie Lesage  découvre les corps des deux petites à Sars-la-Buissière

20 octobre 1996. La Marche blanche à Bruxelles réunit plus de 300.000 personnes

Fin d'année.1996 Constitution d'une Commisssion d'enquête parlementaire

Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996

Vendredi 1er novembre

J'ai 59 ans

 

Je ne me souviens pas avoir jamais vécu un de mes anniversaires, seul. De 1992 à 1995, avec Nicole. En 1991 avec Dominique. En 1990 avec Danielle, en 1989 avec Denyse et les 27 années précédentes avec Céline

 

Il pleut comme personne. Un vrai temps de Toussaint

 

Enelle me téléphone. Aussi mon ex belle-soeur. Aussi ma fille. Aussi Annie G.malade

 

Enelle c'ext la catastrophe et la litanie comme d'habitude. L'école la bouffe. Sa fille est toujours avc son drogué. Ses élèves sont de petits délinquants qui en classe jouent du cutter et de la sarbacane. Elle m'en veut de ne pas être intervenu pour la protéger des ses ouvriers à Pontaury. Ca c'est un comble.Il aurait fallu que je tienne son chantier là-bas alors qu'elle avait choisi d'acheter une maison à 100 Kms de chez moi Je lui ai dit qu'elle avait eu un anniversaire, le sien, ici, en juin, qui avait duré 3 jours et qu'aujourd'hui je me retrouvais seul. Je lui dis que je renonce totalement à notre couple

 

Coup de fil d'Eric Neuberg qui va venir l'après-midi. Il m'offrira une de ses petites peintures que j'aime beaucoup

 

J'ai racheté chez Maziers à Libramont, 200 feuilles de papier pour mes futures peintures; Du  0.90 sur 0.60 alors que jusqu'ici je travaillais sur du 0.60 sur 0.43

 

Samedi 2 novembre

 

Un Noms de Dieux avec Jules FERRY, agrégé de philosophie et de science politique à propos de son dernier livre "L'Homme-Dieu ou le sens d la Vie". "La religion commence à partir du moment où l'homme pose des valeurs qui sont supérieures à sa vie" (Nietzsche)

L'homme découvre le sens de sa vie à travers des expériences qui le transcendent

On sacralise un être en l'aimant

De JJ Rousseau Lire son "discours sur l'origine de l'inégalité entre les hommes " Il y a une qualité très spécifique qui distingue l'homme de l'animal c'est sa capacité à se perfectionner, sa faculté de s'arracher aux déteminations naturelles. L'Homme est moins programmé par la nature que l'animal

 

A nouveau Eric qui m'apporte un cadeau de son père, le catalogue de l'exposition sur la Révolution-L'Eglise en Luxembourg de 1795 à 1802 avec une dédicace: "Bon anniversaire à Christian. A l'épreuve, de l'art contemporain, faisons la révolution ensemble" Livre signé aussi par Béatrice, la mère d'Eric et par sa soeur, France

 

Eric et moi accordons nos guitares et voici les Noiset et les Anciaux. Murielle m'offre des poèmes et une photo (ci-dessous) et les autres du vin (J'avais dit "pas de cadeaux" )

 

Eric joue du piano et de la trompette

 

Aussi une invitation à une fête chez Murielle et Francis le 16 novembre prochain avec une couverture qui annonce le début d'un travail que Murielle entreprend sur les extra-terrestres

 

Lundi 4 novembre

Youki le frère de Plume vient nous voir et va renifler sur la tombe de sa mère Craquotte qui, pour rappel, est enterrée derrière le muret du potager du fond. J'y ai planté un Aulne qui a pris racine en elle

 

Viviane Forrester, présidente du Femina vient de remporter le Medicis

 

Je peins beaucoup. Une série au brou de noix sur des chiens préhistoriques et des essais de mélanges de brou de noix et d'écolines (voir ci-dessous), ainsi que 2 acryliques

 

0n parle beaucoup de l'écrivain belge Jacqueline Harpman

 

Mardi 5 novembre

 

Annie G me téléphone de Saint-Luc. On l'opère demain

 

Mon fichier Magazine littéraire. J'ai répertorié 1680 écrivains contemporains

 

Je relis "Du Spirituel dans l'Art" de Kandinski :

"Aveugle vis à vis de la forme, reconnu ou non, doit être l'artiste, comme il doit être sourd aux engagements et aux désirs de son temps.

Son oeil doit être ouvert sur sa propre vie intérieure, son oreille toujours tendue vers la voie de la nécessité intérieure

Alors il pourra se servir impunément de tous les procédés, même de ceux qui sont interdits

Il est l'unique moyen de parvenir à exprimer cette nécessité mystique qui est l'élément essentiel d'une oeuvre

Tous les procédés sont sacrés, s'ils sont intérieurement nécessaires

Tous les procédés sont péchés, s'ils ne sont pas justifiés par la nécessité intérieure "

 

Mercredi 6 novembre

Opération d'Annie G. Je téléphone le soir à la clinique et finis par l'avoir. Elle a très mal. Ses parents sont à ses côtés. Elle me retéléphonera demain

 

Jeudi 7 novembre

Je revois avec plaisir LORD JIM de Richard Brooks d'après le roman de Joseph CONRAD (voir ci-dessous)

 

J'ai repris ma gymnastique (abdominaux)

 

Je téléphone à Bobin. pa de réponse, ni de répondeur. Il n'a pas répondu à ma lettre. Aurait-il déménagé ???

 

Vendredi 8 novembre

Je réécris à Bobin et lui donne mon n° de téléphone

 

Enregistre un "Carré Noir"  sur les écrivains qui ont subi les terribles expériences du Front : Péguy, Psichari, Alain Fournier (mort à 28 ans), Blaise Cendrars etc.. (voir ci-dessous)

 

J'achète le Magazine Littéraire sur Apollinaire

 

Jean-Louis Brocart vient m'interviewer pour un journal de 13h45 à 15h15. Il me dit qu'il a acheté 65 ares de terrain à Hatrival et qu'il va y faire construire une maison en bois. Il va avoir 40 ans, m'apprend qu'il a fait les Beaux-Arts à St Luc à Liège dans les années 70 et que Hubert Grooteclaes a été un de ses professeurs

 

J'ai préparé une oeuvre pour Murielle, ramenée du Sud, épave maritime en bois et ficelle que je retouche pour la lui offrir

 

Je repasse chez Murielle Noiset que j'ai rebaptisée Noisette.

 

J'apprends la mort d'Omer Marchal, éditeur-58 ans-crise cardiaque

 

Annie ça ne va pas très bien

 

Dimanche 10 novembre

Patrice Gaillet au téléphone. Ses tests post-chimio sont bons. Il vient de rater une affaire de 2 millions avec justement Omer Marchal. Ah bon ? Il court partout; mais m'annonce sa visite-en coup de vent mercredi prochain. Il doit me ramener des livres (Carver-Fante-Hillermann)

 

Je suis né un 1er novembre, Patrice un 11 novembre et sa fille Eleonore un 21 novembre

 

Les Marteaux d'Artaud au Cercle de Minuit (voir ci-dessous)

 

Mardi 12 novembre

 

Encore quelques trainées de mazout dans le ruisseau

 

Annie G rentrée chez elle me dit que Patrice Gaillet ne viendra pas ici demain. Je n'en suis nullement surpris mais en fait il passera en mon absence et accrochera à ma porte un paquet rempli de livres et trois textes à lui

 

Le Goncourt à Pascale ROZE pour Le Chasseur Zero", c'est son 1er roman, le Femina à Boris Schreiber (Un silence éblouissant), le Goncourt de Lycéens à Nancy Huston et un Cercle de Minuit avec tous ces gens-là, Nourrissier et un jeune écrivain très remuant. Eric Holder qui a écrit "Mademoiselle Chambon", ainsi que "Manfred ou l'hésitation". Né en 1960 à Lille. Juif. Prix Nimier 1996 pour "En compagnie des femmes"

 

 

PASCALE ROZE

Biographie

Pascale Roze est née au Vietnam en 1954, deux mois avant Diên Biên Phu. Son père est officier de marine, sa mère d’une famille établie dans le commerce avec l’Indochine. Son grand-père a vécu vingt ans en Cochinchine, il a été maire de Cholon.

 

Elle fait en France des études de Lettres et de théâtre. De 1983 à 1993, elle travaille avec le metteur en scène Gabriel Garran au Théâtre de la Commune d'Aubervilliers et au Théâtre international de langue française, chargé de promouvoir le répertoire francophone.

 

Elle publie son premier livre en 1994, un recueil de nouvelles intitulé Histoires dérangées, où l’on sent l’influence de Marguerite Duras. Depuis, elle se consacre à sa propre écriture et à l’animation d’ateliers en milieu scolaire, professionnel, carcéral. En 1996, son premier roman, Le Chasseur Zéro, obtient le Prix du Premier roman et le Prix Goncourt. Elle publie ensuite deux autres romans : Ferraille et Parle-moi, deux récits : Lettre d’été, lettre-méditation adressée à Léon Tolstoï et Un homme sans larmes, dialogue intime avec le poète épicurien Horace, L’Eau rouge, un roman situé dans la Guerre d’Indochine, Itsik, roman qui raconte la vie et la mort d’un Juif polonais pendant la Deuxième Guerre mondiale, Aujourd'hui les cœurs se desserrent, puis Passage de l'amour, dans lequel elle propose de subtiles variations sur l’amour à travers des nouvelles rythmées par la lutte d’un couple contre la maladie. Le heurt entre destin personnel et Histoire est un de ses thèmes d’inspiration.

 

Elle a longtemps tenu une chronique sur l’actualité littéraire étrangère sur France-Inter (jusqu'en juin 2010) dans l’émission de Paula Jacques, Cosmopolitaine.

 

Pascale Roze partage sa vie entre Paris (Montmartre) et un petit village de Bourgogne.

 

Mercredi 13 novembre

Patrice me téléphone. Il commence une radiothérapie dans 2 semaines à Namur. Durée 7 semaines à raison de 5 jours/semaine

 

Merveilleux texte de Romain GARY. Une lettre ouverte à un éléphant

"Monsieur l'éléphant,

Il n'est pas douteux que votre disparition signifiera le commencement d'un monde entièrement fait pour l'Homme. Mais laissez-moi vous dire mon vieil ami que dans un monde entièrement fait pour l'homme, il se pourrait bien qu'il n'y ait pas de place non plus pour l'homme. C'est ainsi Monsieur et cher éléphant que nous nous trouvons vous et moi sur le même bateau, poussés par l'oubli, par le même vent puissant du rationalisme absolu. Dans une société vraiment matérialiste et réaliste, poètes, écrivains, artistes rêveurs et éléphants, ne sont plus que des gêneurs"

 

J'enregistre une émission sur Malraux

 

Jeudi 14 novembre

Une lettre de Christine LIGI avec 3 photos. " J'ai gardé précieusement le brou de noix, l'ai encadré dans une télévision récupérée. Depuis je regarde du Vancau tous les jours"

 

Prépare deux expositions pour janvier

 

Toujours du mazout dans le ruisseau et ce depuis 3 semaines

 

Visite d'Annie qui m'offre un abonnement au Magazine Littéraire et une bouteille de Beaujolais. Belle soirée

 

Annie dormira dans la chambre d'amis

 

Vendredi 15 novembre

 

Annie repart vers 10h00. Doit retourner en visite en clinique

Je commence "Regard et Destin" d'Aldo GARGANI qui me fait penser à Thomas Bernhard. Né à Gênes en 1933. Etudes à l'Ecole Normale supérieure de Pise et à l'Université d'Oxford. Enseigne à l'Université de Pise. Il a aussi eu le privilège d'être accueilli pendant un an à l'Adadémie des Sciences et des Arts de Beelen, sorte de paradis pour les chercheurs. A écrit "La Phrase infinie de Thomas Bernhard" en 1990. Tiens donc !! Lire aussi "L'étonnement et le hasard"

 

Un reportage sur Charles Plisnier et un Bouillon de Culture sur le film MICROCOSMOS réalisé sur le monde des Insectes (Jacques Perrin, producteur, Claude Nuridsani et Marie Perennou, réalisateurs). Superbe documentaire

Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996

Samedi 16 novembre

 

Soirée chez les Noiset à Saint-Pierre avec Eric Neuberg qui vient me chercher ici. J'offre à Murielle la fameuse poupée-sorcière méditerranéenne. (Voir ci-dessous). On danse, Eric avec un massacre de Cerf. J'offre une petite pierre talismanique à Christine pour son anniversaire qui a lieu ce 18 novembre. Eric complètement pèté dort chez les Noiset. No comment mais gros malaise chez tout le monde. Je ne sortirai plus avec lui dans des soirées

 

Lundi 18 novembre

J'ai termine mes 14 classeurs de magazine littéraires et mon fichier est terminé avec 2066 écrivains répertoriés. Travail commencé le 14 septembre

 

Annie a repris son travail à Idelux

 

Mardi 19 novembre

Enfin une réponse de Bobin (voir ci-dessous) à qui je réponds ceci :

"Moi aussi je vis des moments difficiles. J'attends réponse à mes questions quand tu le pourras. Si le maintien d'une relation minimale avec moi ne t'intéresse pas; dis-le moi franchement. Je n'ai pas l'intention de continuer à monologuer. J'espère donc que le baillon sautera rapidement grâce au rire dans tes yeux.

Amitié

PS Aimes-tu la peinture que je t'ai envoyée ??? (dont il ne me dit rien. Il faut le faire tout de même)

 

Et je n'aurai jamais de réponse ni jamais de merci pour la peinture

Il me refera le même coup en 2014 où je lui proposerai une dernière rencontre, près de chez lui en Bourgogne en lui annonçant mon affection au coeur et mon refus de me faire opérer. Mon voyage et ma réservation à l'hôtel dépendront de sa réponse. Il ne répond pas. Je réécris. Il répond. Non, pas de rencontre !. A mon retour de Bourgogne, je l'enverrai paître définitivement et pas par quatre chemins

 

Début d'une série d'émissions sur le journal de voyages d'André Malraux. Les voici ci-dessous

 

Visite du Garde-Champêtre Noël pour voir si j'ai subi un préjudice avec la pollution au mazout. Non aucun poisson mort donc jusqu'ici je ne dépose pas plainte. Ce sont de pauvres gens. mais le Docteur Masoin à déposé plainte ainsi que la Société de pèche de Jenneville, des centaines de poissons ayant été trouvés le ventre en l'air dans l'Ourthe occidentale, rivière dans laquelle se jette mon ruisseau. Si je trouve le moindre poisson mort je porterai plainte

 

Mercredi 20 novembre

Marie-Odile à qui j'ai répondu longuement le 28 septembre dernier, reste muette mais je recevrai sa lettre demain

 

Jeudi 21 novembre

Chez les Anciaux où l'on reparle de cette soirée avec Eric Neuberg. Didier me dit qu'il n'a jamais vécu une nuit aussi délirante

Il neige et reneige

 

Samedi 23 novembre

Un reportage sur Malraux au Pantheon, le transfert de ses cendres (voir ci-dessous)

 

Je réponds à Marie-Odile

 

Annie G. vient le soir et dort ici. Cela lui fait du bien de venir

 

Dimanche 24 novembre

Un article sur la Mort de Marcel Carné et la retransmission d'Hôtel du Nord

 

On donne MOI TARZAN. Un document sur ie romancier Edgar Rice BURROUGHS qui n'est jamais allé en Afrique. Il crée Tarzan en 1911. Influencé par le Mowgli de Kipling. Tarzan est l'anagramme (ou le verlan) de ZANTAR qui veut dire " Peau blanche"

 

Je suis à ma 2000 ème page de journal de cette année 1996

 

Lundi 25 novembre

Une petite lettre d'Isabelle Noiset, la soeur de Murielle (voir ci-dessous) avec une petite peinture. Je ne m'y attendais pas...Je lui réponds en lui précisant que les soirées de groupe ne m'intéressent pas

 

Un article sur Paul AUSTER

 

Jacqueline HARPMAN l'écrivain belge remporte le Médicis avec ORLANDA

 

Je commence John FANTE "Ask the Dust".  80e livre de cette année:

"Bientôt me voilà au coin d'Olive street et de la cinquième, là où les gros trolleys vous cassent les oreilles avec leur boucan, et l'odeur d'essence rend triste même la vue des palmiers, et le noir de la chaussée ests encore mouillé du brouillard de la veille"

"C'était la terre de Camille, c'est chez elle qu'on était à présent, la mer et le désert, la terre magnifique, le ciel immense et tout là-bas, loin du Nord, la lune, ce qu'il en restait de la nuit précédente"

"Souffle le parfum des Cités perdues dans ses narines enfiévrées et laisse-moi mourir ici, la main sur la douceur de ta gorge, blanche comme une plage du Sud à moitié oubliée"

Lire son autobiographie "Les Rêves de Bunker Hill"

Bukowski le découvre dans une bibliothèqye en 1979 et écrit : "Un jour j'ai sorti un livre, je l'ai ouvert et c'était ça. Je restai planté un moemnt, lisant et comme un homme qui a trouvé de l'or à la décharge publique

Fante meurt en 1983 dans l'indifférence générale

 

Mercredi 27 novembre

Jacques KEROUAC à un Siècle d'écrivains (voir ci-dessous). Né en 1922 dans la Massachusett. Mort à 47 ans. Adorait Charlie Parker

 

Jeudi 28 novembre

Ma voiture Opel est en mauvais état. Devis trop lourd

 

Réapparition de D. van M. au téléphone. Message.Je lui retéléphone Me parle de Sabine, sa fille et de son ami Vincent Tavier qui serait un des trois réalisateurs de "C'est arrivé près de chez vous", la bande à Poelvoorde

 

On rejoue GLORIA de Cassavetes avec Gena Rowland

 

Vendredi 29 novembre

Avant 1713, le territoire de la future Belgique est espagnol. En 1713 il devient autrichien. En 1794, français, en 1815 Hollandais et la Belgique en tant q'Etat n'apparaît qu'en 1930, en se libérant du joug hollandais

 

Un hommage à BREL à Taratata (voir ci-dessous)

 

Annie G ici vers 17h30, exténuée par la neige. Elle a remis son roman à une amie, attachée de Presse. qui doit le présenter chez Laffont. Pas de nouvelles. Elle a aussi envoyé ses poèmes à Françoise Verny, Directrice de Collection chez Flammarion et elle-même écrivain. Je la pousse à poursuivre son effort de publication

 

Samedi 30 novembre

Je réveille Annie à 10h00 "C'est le plus beau de mes anniversaires " me dit-elle

Un Geai est venu manger à la porte de la cuisine pendant que nous prenions notre petit-déjeûner

 

 

Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996

Dimanche 1er décembre

C'est le jour àù Enelle vient rechercher ses affaires

 

"Voilà donc que nous abordons le mois le plus  crapuleux de l'année. Toutes ces fêtes familiales en plus- à la con. Tous ces frustrés dans les magasins, toutes ces fausses fêtes imposées. Toutes ces familles saucissonnées dans leurs cordons ombilicaux. Tiens voilà du boudin. Tous ces cochons, ces agneaux, massacrés; ces dindes trucidées, déplumées. Il est né le divin enfant. Lui aussi on l'a cloué. Une pine couronnée par une couronne d'épines. Tiens voilà du boudin. Et tous ces flics avec leurs alcoo-tests. A quand les alcoo-sexes? Attention, mon test i r'cule...

Il suffit d'aller s'installer dans n'importe quel parking de nimporte quel centre commercial, pour être halluciné. Tous ces caddies à roulettes bourrés de victuailles et de cadeaux. A chaque caisse de longues files de larves gloutonnes. Regardez la gueule des gens, c'est fascinant. Ils se font chier toute l'année et là, ils croient qu'ils vont s'amuser, parce qu'ils ont "acheté", et ils vont encore se faire chier plus, parce que leur fête programmée va échouer, parce que tout le monde aura trop bu et qu'on va se dire enfin ses vérités et dégainer les colts, faire le coup de poing et qu'il y aura les cris et les pleurs des femmes, face à la violence des hommes. Tous dans l'arène pour la corrida de fin d'année, avec le 1er janvier, une gueule blanche, une bouche rotante, des aigreurs dans tous les trous...et un porte-feuille vide

 

Enelle quittera à 18h15 après avoir tout chargé. Tout s'est bien passé mais je ne comprends pas ce qu'elle fait avec son psy qui la reçoit dans un centre psycho-médical. Elle n'ose pas lui demander ses références. Est-il psychanalyste. Fait-il partie d'une association??

 

Le fond de notre problème c'est qu'elle projette sur moi son problème avec son père (décédé). Elle le reconnait.Je lui dis que si elle ne fait pas une vraie psychanalyse, elle n'en sortira jamais de son problème de père. Et moi j'en ai tout simplement marre d'être continuellement rejeté. On en a longuemet discuté et elle reconnait que toutes nos difficultés de couple viennent d'elle.

 

En sortant, elle me dit "Je t'aime". Ca me fait une belle jambe

 

Une invitation de Michèle Laveaux pour le 19 décembre. Un hommage à son fils Ugo (Voir ci-dessous). Elle invite tous ceux qui ont accroché dans sa galerie en 1995 et 1996, donc cela concerne aussi Enelle qui a exposé chez elle. Je réponds à Vital et à Michèle "Que faites-vous avec cette petite arriviste de province?? Méfiez-vous. Je ne viendrai pas à cause d'elle

 

On parle de Pascale ROZE le nouveau Prix Goncourt (voir ci-dessous)

 

Lundi 2 décembre

Un article sur Thierry Debroux, metteur en scène de théâtre, que j'ai rencontré à La Seyne-sur-Mer en 1991, lors du festival de théâtre qui s'y déroulait, en même temps que mon expo (voir ci-dessous)

 

Mardi 3 décembre

Truffaut au Cercle de Minuit, à propos du livre de Serge Toubiana

 

Des articles et émissions sur Carné et Amélie Nothomb

 

Un article sur Jacqueline Harpman (voir ci-dessous)

 

Et enfin le fameux film qui fait sensation MICROCOSMOS

 

Ma voiture étant vieille et foutue, j'achète pour 1500 euros, une Opel Corsa d'occasion-192000 Kms au compteur. De mon ancienne voiture on m'offre 200 euros. Bonne pour la casse

 

Attentat à la Bombe à Paris, à la station Port Royal. Deux morts et une cinquantaine de blessés

 

Nous commencons à écouter les débats de la Commission Dutroux

 

Mercredi 4 décembre

J'écris à Neuberg. Refuse désormais toute sortie avec lui et ne veux plus le vivre au quotidien, ne veux plus le revoir avant l'an prochain. Marre aussi de ses continuelles visites à l'improviste. Je lui réclame le montant de ces dettes à mon égard  et lui envoie un bulletin de recouvrement

 

Un Siècle d'écrivains avec François Nourissier (voir ci-dessous). Son père est mort en 1935 dans la salle de cinéma où ils regardaient un film ensemble. Il a un manque de goût pour la vie et déteste son corps et sa personne. Sa femme est peintre

 

Un coup de fil de Maryse Sampaix de Rossignol qui revient à la charge avec la réfection des totems. Je lui lis ma lettre à Benoit Piedboeuf. Ce n'est pas la peine d'insister; Si les gosses tiennent tant à leurs totems, ils n'ont qu'à les repeindre eux-mêmes. J'apprends que la Directrice, une certaine Jacqueline D. ne va pas bien du tout et que Maryse est en constante bagarre avec elle

 

Jeudi 5 décembre

Je quitte mon ancienne voiture, l'Opel Kadett achetée en 1989, au début de ma nouvelle vie et que je remplace par l'Opel Corsa. (Voir ci-dessous)

 

D.V.M vient passer 2 heures. Me parle de la jalousie de son mec à mon égard, alors qu'il n'y a jamais rien eu entre nous. Elle me demande si je n'aurais pas envie de sortir avec une de ses amies, veuve, que je connais. Non merci, lui dis-je, pas du tout mon genre. Comme démarche c'est assez ahurissant. Et qu'en ai-je à faire de la jalousie de son mec, nous ne nous voyons jamais.

 

Danielle V.M me montre le catalogue de Dubuffet Max Loreau)

 

Elle veut aller voir Picasso mais toutes les réservations affichent "complet" . Elle et ses amies devront donc faire la file. Je lui ai dit que, bien qu'elle soit grande, elle prenne ses échasses pour essayer de voir les "Picasso" par dessus la foule. Je lui dis que toutes ces expos de peintres prestigieux attirant les foules n'avaient rien à voir avec une recrudescence de l'intérêt des gens, pour la peinture, mais relevaient simplement de l'activisme des agences de loisirs, essayant de remplir leurs bétaillères, pour les déverser à pleine pelletées sur les parvis des temples de la culture

 

J'apprends que la femme de Barna est partie

 

Enelle me téléphone. Elle pense à moi tout le temps. Il suffit qu'on ne soit plus ensemble pour qu'elle en ait envie. Je connais le processus. Je lui dis que j'ai refait un test Elisa pour le cas où elle m'aurait trompé ces derniers temps sans prendre de précautions. Indignée ! Je lui ai rappelé qu'en 1992 elle avait pris le risque de me contaminer

 

J'enregistre "Cris et Chuchotements" de Bergman

 

Vendredi 6 décembre

Dix mille "Sidaïques" en Belgique

 

J'apprends par Valérie que Charlotte, mon ex-belle-mère venait de se faire opérer d'urgence et que Céline sa mère était en pleine déprime. Elle s'ennuie. Son  mari est tout le temps dans son atelier (il fait de la céramique). Tiens c'est comme moi à l'époque, dis-je en riant à Valérie, l'Histoire se répète. "Tiens oui, c'est vrai" me dit Valérie

 

Personnellement je ne comprends même pas le sens du verbe "S'ennuyer"

 

Samedi 7 décembre

Toutes les conneries des Saint-Nicolas.

 

Je suis sans voiture car j'attends le carnet d'immatriculation

 

J'écris à Arte pour savoir quand ils comptent rediffuser le film de Jean-Paul Leon, "Le Marchand, L'artiste et le collectionneur" afin que cette fois je puisse l'enregister

 

Dimanche 8 décembre

Au répondeur, des borborygmes et autres bruits et soufflements, ce ne peut-être que Neuberg, qui "répond" à ma  lettre. C'est dans son style

 

Un article sur l'écrivain Calixte BELAYA (voir ci-dessous)

 

Lundi 9 décembre

On  donne " Lola Montes" et "Le Plaisir" de Max OPHULS (voir ci-dessous)

 

On opère Annie-encore- demain (hystéroctomie). Ceci peu après l'opération de son nez. Elle me téléphonera le lendemain pour me dire que tout s'est bien passé

 

Mercredi 11 décembre

 

Jean-Pierre Grafé ira t'il en Cours de Cassation???

 

J'ai enfin ma nouvelle voiture, la Corsa. Depuis 1966 ma 1ère voiture, une Coccinelle du Crédit Foncier, j'aurai fait 790.000 Kms avec une Vw 1200, ensuite avec une Simca, une VW 1300, une VW 1500 Fastback, une Fiat, une Opel Kadett, une Ford Sierra et enfin une Opel Kadett 1300

 

Une émission sur RILKE (voir ci-dessous)

 

Jeudi 12 décembre

Visite d'Isabelle Noiset qui restera ici toute la journée; Elle a 31 ans, mesure 1m73, Vierge ascendant Sagittaire. Pas mon genre physiquement mais intéressante. Elle est végétarienne totale

 

Vendredi 13 décembre

Je commence une rhinite

 

Une lettre de Marie-Eau, vite avant les fêtes, m'écrit-elle. Elle me propose de venir chez elle à Toulon dès les beaux jours?? Et son mec alors??. Pour la première fois elle me déclare sa bisexualité (J'avais deviné) "J'aimerais rencontrer cette amie dont tu me parles, qui aime une autre femme-j'ai connu cela et ma vie en a été bouleversée et puis je suis retournée vers les hommes; mais j'aime les femmes, c'est sûr, à condition qu'elles ne soient pas masculines"

 

Elle ajoute "vous les hommes vous avez avec les femmes des rapports qui sont parfois les mêmes que les hommes entre eux" Ca y est, nous revoici dans les fameux problèmes de sodomie qui personnellement m'échappent complètement. Mais combien de femmes m'ont parlé d'amants ou de maris qui voulaient avoir ces rapports-là avec elles. C'est manifestement le signe chez l'homme d'une homosexualité refoulée

 

Samedi 14 décembre

La finale des Dicos dOr de Pivot

"Les coulisses de la Superstition"

 

A.G ici le soir jusqu'à demain

 

Dimanche 15 décembre

Une beau dialogue avec Annie et sans équivoque. Elle me demande si sa vie amoureuse pourrait me poser des problèmes. Pas du tout, je m'en fous, elle fait ce qu'elle veut, tant que le dialogue entre nous reste positif

 

Elle m' apporté "Dieu existe je l'ai toujours trahi" de Françoise Verny.( C'est elle qui lancera Alexandre Jardin) que je commence le soir

 

Lundi 16 décembre

 

Reçois une lettre d'Isabelle Noiset (voir ci-dessous)

 

Aussi une invitation  à assister à Pelleas et Mélisandre de Materlinck avec le théâtre et ma petite cousine Florence Hebbelynck (voir ci-dessous) le 26 décembre

Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996

 Mardi 17 décembre

Françoise Verny ne m'a pas convaincu....

 

Je commence "La Folle allure" de Bobin. 82e livre de cette année

 

Je suis à la télé, à la commission Dutroux, la confrontation Doutrewe, juge d'Instruction, et De Craene Major au BCR (Gendramerie. Bureau Central de Recherches). De Craene est très sûr de lui et la commission ne parvient pas à le confondre

 

Annie  enthousiaste pour m'accompagner au spectacle de Florence le 26 janvier à Bruxelles

 

Mercredi 18 décembre

 

Commission Dutroux. J'enregistre tout. Aujourd'hui c'est la confrontation de la Juge Doutrèwe avec GILOT responsable de l'enquête PJ à Liège sous la direction de la Juge Doutrèwe." Un des deux ment" dira le Président de la commission Verwilghen

 

La gendarmerie de Charleroi n'a pas communiqué un certain nombre de renseignements à la Gendarmerie de Liège

 

Un reportage sur l'écrivain américain J.D SALINGER, né en 1919 à N-Y. Sa mère est catholique, irlandaise d'origine et son père, Juif polonais. Son grand roman "L'attrape-coeur". Un des 25 livres parmi les plus vendus aux USA depuis 1895. Epouse Claire Douglas et en a deux enfants (voir ci-dessous)

 

Enelle m'invite au réveillon de Noël. Pourquoi faire???Je refuse

 

Commission Dutroux. Audition de l'adjudant Lesage, en soirée. Confrontation avec la Juge Doutrèwe, bonne femme tout à fait insupportable. Ca sera terminé à 1 heure du matin. 525.000 téléspectateurs ont suivi les auditions

 

Jeudi 19 décembre

Je suis en pleine rhino-pharyngite

 

MASTROIANNI est mort ce matin, rue de Seine à Paris

 

Enelle au téléphone "Si tu as quelqu'un d'autre dans ta vie, il faut me le dire". Non, personne ! Elle me dit aussi "Tu réussis tout ce que tu entreprends". Elle n'a toujours pas posé la question au psychanalyste. Celle de ses compétences et de ses appartenances et voici que ce même soir, il y a une émission à RTL. Je retéléphone à Enelle pour qu'elle regarde. Et voici que le psy de service à cette émission dit : "N'importe qui peut se prétendre psy et il est donc essentiel de se renseigner et de demander au thérapeuthe de quelle association, il fait partie..." (sic)

 

Vendredi 20 décembre

Une réponse d'ARTE. Ils ne peuvent pas me fournir une copie de la K7 (voir ci-dessous) et une rediffusion n'est pas prévue, contrairement à ce qu'ils m'avaient écrit

 

Un reportage sur DURAS

 

Samedi 21 décembre

Mon petit-fils Renaud a 10 ans

 

Aucune réponse d'Eric Neuberg

 

De 13h00 à 18h00 chez les Anciaux. Didier me prête "Essai sur le libre-arbitre" de Schopenhauer

 

Lundi 23 décembre

Une annonce dans les petits journaux "Jeune-homme célibataire cherche jeune femme célibataire défavorisée pour vivre chez moi. Suis grand travailleur. Bonne ménagère suffit"

C'est excitant, non????

 

Mardi 24 décembre

Je visionne Jules Renard enregistré hier soir (1864-1910) (Poil de Carotte). Ah c'est le réveillon . Je ne regrette nullement de ne pas être à Pontaury. Je bois un Haut-Medoc "Les Trois Moulins de Cantemerle" 1993

 

Mercredi 25 décembre

 

Je dresse la liste des livres que j'ai lus cette année (voir ci-dessous)

 

Je travaille des Pastels avec acharnement (voir ci-dessous)

 

Je photographie dehors 3 séries de mes appareils à jeter, collés ensemble (voir ci-dessous)

 

Un article sur l'autre Vancau, le Ministre de Charleroi, article truqué où j'ai collé ma photo (voir ci-dessous)

 

Jeudi 26 décembre


Je passe chez les Anciaux et leur montre un dessin caricatural d'Eric N., avec sa petite compagne de Virton, qui a déjà 2 ou 3 marmots qui pleurent pour avoir leur lait, un dessin crapuleux qui me défoule et qui fait rire Didier qui me dit "crapuleux, oui, mais c'est la vérité"(voir ci-dessous)

 

Annie doit venir ce soir car nous allons demain voir Dubuffet à Bruxelles. Elle arrive à 20h15. J'ai préparé un hachis Parmentier

 

Vendredi 27 décembre

On est à Bruxelles et on se gare au Botanique où on va rester 3 heures car il y a aussi dans cette expo, trois films sur Dubuffet. Très belle expo. Annie aime beaucoup. On va à la Cafeteria du Botanique. C'est moi qui reprends le volant de sa Peugeot pour le retour. J'ai acheté le catalogue de Max Loreau (voir ci-dessous) "Du Trait à la Matière"

 

Samedi 28 décembre

Après le départ d'Annie à 11h00, j'écris à la Fondation Dubuffet, à Armande de Trentinian, rue de Sèvres à Paris. Armande a repris ce secrétariat en 1967. Elle doit donc être au courant de mes échanges épistolaires avec Dubuffet qui datent du début des années 89. Je demande à pouvoir visiter La CLoserie Falbala au printemps 1997

 

Ensuite je photographie des oeuvres récentes sur papier, mélanges de broux de noix et d'écolines (voir ci-dessous)

 

Dimanche 29 décembre

Mireille, la chanteuse, 600 chansons avec Jean Nohain, est morte à 90 ans. Elle a été l'épouse d'Emmanuel Berl pendant 40 ans

Il neige...

 

On diffuse le Docteur Jivago de David Lean

 

Lundi 30 décembre

Tout blanc de neige

A RTL une rétrospective Dutroux

 

Mardi 31 décembre

J'ai écrit 2.387 pages de journal cette année. C'est le record absolu et le restera

 

Enelle arrive à 16h30. J'ai accepté de passer le réveillon avec elle mais en amis. Elle a mis 2h30 pour arriver ici à cause de la neige

 

Il fait -19° à Elsenborn

 

J'ai relevé le nombre de pages de mon journal, année après année jusqu'en 1996 inclus (voir ci-dessous) 

Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Ma Bio 246 - 4e trimestre 1996
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 09:15

Mardi 2 juillet

Je me régale de Joseph Delteil. Voir mon article à ce sujet sur Overblog. Je n'aime pas son côté tueur d'animaux, pas plus que je n'aime cet aspect chez Vincenot

"Moi c'est à poil que je veux entrer au ciel et la tête de Satan au poing, bavant d'aise, énormément sexueux...Entrer, quoi ! (Alphabet. J. Delteil)

Je remplis le questionnaire de Proust

Une émission sur le Suisse François GENOUD. A 80 ans il revendique un passé de nazi et d'éxécuteur testamentaire d'Hitler, Borman,, et Goebbels

 

Mercredi 3 juillet

Un documentaire sur Ernest HEMINGWAY (voir ci-dessous) (Un siècle d'Ecrivains)

Je ne sais plus si je l'ai écrtr mais j'ai appris que mon ex-femme s'était remariée. J'étais le seul à ne pas être au courant

Ma cousine Régine Hebbelynck qui vient d'acheter une maison à Gand m'avait parlé d'une installation à réaliser dans sa nouvelle propriété, près d'une pièce d'eau mais je n'ai plus aucune nouvelle

 

Une interview de Léautaud à la RTB. Sa dernière parole à l'infirmière qui veut lui faire prendre sa potion "FOUTEZ-MOI LA PAIX !"

Pierre Perret dit de lui "Il a été fidèle a ce qu'il est, toute sa vie. C'est le seul mec qui n'ait pas retourné sa veste, ni pour du pognon, ni pour les honneurs, ni pour rien du tout. Alors ça, ils se comptent sur les doigts les gens qui peuvent se targuer d'une attitude pareille, tout au long d'une vie"

Je lis "Le Joueur d'Echecs" de Zweig. C'est mon 35e livre cette année

 

Vendredi 5 juillet

Je commence "Le Maître ironique" de Delteil ! "Divorce avec la société pour incompatibilité d'humeur" Un style rutilant et baroque

 

Les Michon auxquels j'ai envoyé une peinture le 13 mars. Aucune réaction ???

 

Samedi  6  juillet

Dans "Les Hymnes à l'amour" Anne WIAZEMSKY, petite fille de François Mauriac, raconte les amours extra-conjugales de ses parents (voir ci-dessous)

 

Visite des frères Neuberg, Eric et Luc; Délires à la guitare. Ils quittent vers 22h00. Luc veut faire exposer Eric à Paris dans un hangar chic où Johnny et Delon viennent de temps en temps; N'importe quoi !

 

Dimanche 7 juillet

Enelle téléphone; Sur son chantier rien ne va comme de bien entendu. Les maçons ont coulé 40 cms de béton dans les WC, pour se venger. C'est du sabotage pur et simple. Les plafonnages ne sèchent pas à cause des pluies. Tout devrait être terminé depuis le 30 juin

 

Une soirée avec Marlène DIETRICH (voir ci-dessous)

 

Lundi 8 juillet

Je réécris aux Michon. Je ne comprends pas leur silence

 

Au Tour de France ce jour on annule l'ascension du Galibier pour cause de tempête de neige

 

Je commence de Vadim "D'une étoile l'autre"

 

Mardi 9 juillet

Je reçois ce matin du Centre d'art conemporain un des plagias de Neuberg par Christiane G.. C'est totalement flagrant et ces imbéciles du Caclb vont exposer ces peintures, qui ne sont que des copies. C'est du vol intellectuel soutenu par un organisme qui soutient l'art contemporain; Ou alors leur manque de connaissance de la peinture est telle qq'ils n'ont pas vu le plagia, ou troisième solution, un affront fait à Neuberg qu'ils n'aiment pas et qui est soutenu par moi qui ne fais plus partie des leurs. En tout cas honte à eux (voir ci-dessous) Dominique Marx et Alain Schmitz ont vu à Virton 4 peintures d'Eric qui étaient tout à fait dans cette manière, exposées en même temps que les toiles de Christiane G qui étaient des toiles acryliques et parfaitement lisses. Rien de commun avec la peinture d'Eric; Mais voilà Christiane G est aussi l'épouse de Willy D.qui, entre de plus en plus dans l'organisation du Centre d'Art Contemporain.

 

Quant à l'expo Leonardi, elle est comme d'habirude complètement nulle

 

Eric prépare une lettre pour Christiane G.

 

J'écris à mon ex-psychanalyste en le remerciant de m'avoir aidé à devenir heureux

 

Mercredi 10 juillet

Je reçois une carte de Mart Mäger, l'esthonien qui m'envoie une photo qu'il a prise d'Enelle, Plume et moi, le 27 août 1995. Nous pensions qu'il était retourné en Esthonie car il n'avait jamais répondu à ma lettre (voir ci-dessous). Il expose à Charleroi

 

Vais encore chercher des appareils à jeter chez Brocart

 

Pas moyen d'atteindre les Gaillet. Ah si enfin !. A terminé sa 3e chimio et la tumeur semble se résorber

 

Jeudi 11 juillet

 

C'est l'Aca d'Eté à Libramont et je ne suis pas à l'aise devant ce jeu d'élèves et de profs en vacances Je me souviens d'un soir, Garrett List le saxophoniste faisant une exhibition avec ses élèves, tous ces élèves admiratifs, bavant et écumant devant leurs professeurs pendant leur show  et se prenant pour des créateurs alors qu'il étaient seulement des profs, se faisant sans arrêt pistonner,  tirant toutes les ficelles pour se faire exposer et essayant de baiser un maximum de stagiaires. J'ai chuchotté mon malaise à Annie qui était avec moi et Ransonnet furieux s'était retourné en me disant " tu viens ici pourquoi, toi "??? C'était en août 1993

 

Bastogne: Leonardi. Prof à St Luc à Liège. Je suis à la Porte de Trêves pour la 1ère fois. Avec Eric on se tire, tant c'est nul. Eclairage insuffisant en plus.

 

Eric me montre la lettre qu'il a écrite à Christiane G.

 

Ensuite on passe à l'Aca d'été. Je présente Eric à Ransonnet. On parle de Beuys, Baselitz, Richter et Kline. Jean-Marie Mahieu, pofesseur se joint à nous

 

Ensuite au Bar où je rencontre Marine Closset, l'ex de JP Devresse qui prend des cours à L'Aca. On va la voir dans son atelier "Techniques de la peinture ancienne. Copies de Maîtres" par Jean-Pierre Poidevin. On visite aussi l'atelier voisin celui de Jacques Bage "Aquarelles et Pigments"

 

 

Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996

Samedi 13 juillet

Chez Didier Anciaux evec Eric. Didier nous parle de Louis CALAFERTE

Biographie de Louis Calaferte

Garçon de courses à treize ans dans une usine de piles électriques puis manœuvre, il part en 1947 pour Paris où il entre comme figurant au Théâtre de l'Odéon. Il écrit alors ses premières pièces. L'une d'elles est jouée en avant-première au Théâtre d'Angers, alors qu'il n'a que vingt ans, et lui vaut une ovation du public1. Sous l'égide de son « père en littérature » Joseph Kessel, il publie Requiem des innocents en 1952 chez Julliard, souvenirs d'enfance où se laissent déjà entendre des accents de révolte. Ce premier livre, qui connaît un vif succès, est bientôt suivi de Partage des vivants en 1953. Ces deux œuvres de jeunesse seront sévèrement désavouées par l'écrivain vingt-cinq ans plus tard. En 1956, il s'installe à Mornant dans les monts du Lyonnais et y écrit Septentrion, ouvrage taxé de pornographie qui fut censuré, interdit à la vente et réédité seulement vingt ans plus tard, grâce à Gérard Bourgadier, chez Denoël. Dans ce récit à l'érotisme flamboyant, largement autobiographique, Calaferte relate à la première personne les errances d'un apprenti écrivain, ses premières lectures clandestines au cours de son travail d'ouvrier (il se réfugie encore enfant dans les toilettes de l'usine pour y lire avec passion) et ses rencontres avec les femmes, dont la plus importante dans le récit est sans conteste la hollandaise Nora, figure de l'émancipation féminine et de la réussite sociale. Ce livre subversif est un hymne au désir créateur et à la liberté de l'artiste, dans un contexte social à la fois rigide et fluctuant, celui de l'après-guerre. Calaferte continue de publier régulièrement des recueils de poésies et des récits à l'atmosphère intimiste et sensualiste, parfois onirique, souvent liés au monde de l'enfance. Dramaturge prolifique, il exploite dans ses pièces le thème de la relation familiale, en usant d'une tonalité drolatique et inquiétante. Selon le metteur en scène Patrick Pelloquet "les personnages de Louis Calaferte sont davantage des stéréotypes de comportements que des personnages au sens restrictif du terme6 évoluant dans un décor en huis clos.

Calaferte trouve un emploi à la radio de Lyon à partir de 1974 et à l'O.R.T.F. Il passe les dernières années de sa vie (1985-1994) près de Dijon, dans le village de Blaisy-Bas, avec son épouse, et ses animaux de compagnie auxquels il voue une profonde affection. Il compte parmi ses amis les plus proches l'écrivain Georges Piroué, le peintre Truphémus, ou encore le metteur en scène Jean-Pierre Miquel. Ses carnets nous offrent le témoignage unique de la vie d'un écrivain volontairement en marge, en même temps que celui d'un créateur en proie à l'angoisse et à la maladie, adorateur de Dieu, des femmes et de la nature. Ils nous renseignent également sur l'autre facette artistique de l'écrivain, passionné de peinture, et sur ses goûts littéraires, qui vont de Stendhal, Paul Léautaud et Marcel Jouhandeau, aux moralistes français et à Franz Kafka. La mécanique des femmes (1992), petit livre inclassable qu'il publia moins de deux ans avant sa mort, fut porté à l'écran en 2000 par Jérôme de Missolz et reçut un accueil très mitigé.

Écrivain souvent ignoré de ses pairs, et pour cause s'en tenait-il à l'écart avec détermination, homme d'enthousiasmes et d'indignation, mais tout autant homme d'inquiétude, réservé et secret, Louis Calaferte a construit une œuvre étonnante de complexité. Sa poésie métaphysique, où il excelle, témoigne de l'homme derrière l'écrivain, de la puissance de ses énergies esthétiques et son désir de ne pas les dissimuler. Il fut un poète vigoureux et sensible, dont l'écriture passionnée peut avoir une précision violente et sans concessions. Son œuvre se compose d'une centaine de titres, principalement des recueils de poésie, des récits, des pièces de théâtre et ses fameux carnets qui couvrent presque quarante ans de vie. C'est surtout l'œuvre d'un mystique anti-clérical, qui vécut intensément sa superstition chrétienne dans le siècle, animé des forces contradictoires et radicales que sont le doute existentiel et l'orgueil littéraire.

Louis Calaferte est décédé le 2 mai 1994 à Dijon. Son épouse Guillemette continue d'éditer les volumes restés inédits de son journal et préside à l'association S.C.A.R.A.B.E.E. qui gère ses archives.

 

Le soir au Miami. Rencontrons Nathalie Slachmuylders qui nous parle de Calaferte qui se trouve sur les coussins de la voiture (enfin son livre)

 

Une émission sur Jean-Claude Carrière

 

Dimanche 14 juillet

Anniversaire de Valérie qui a 33 ans

 

Je prends une photo de la façade de la maison

 

Enelle au téléphone à Pontaury. Rien n'avance. En ai ras-le-bol

 

Elle me retéléphone le soir. La plafond de sa cave ne tient pas;? Il faut tout refaire. Elle n'a plus d'argent. Comme elle a déjà emprûnté 2 millions je lui suggère de faire un prêt complémentaire de 300.000 frs et d'allonger la durée des deux prêts sur 15 ans au lieu de 10. Et voilà tout s'arrange

 

Lundi 15 juilet

Patrice Gaillet m'invite à son expo à Virton (voir ci-dessous). Non je ne viendrai pas. Pas envie de revoir tous les crabes du Centre d'Art contemporain. Je lui raconte les évènements de ces derniers temps et surtout l'histoire du plagiat "Tu aimerais toi Patrick, qu'Alain t'exclue d'une exposition et mette à ta place un autre photographe qui aurait copié ton travail"

(voir l'invitation-photo de Patrice)

 

Ceci dit Alain semble avoir pris ma relève auprès de Patrick.? Il va très souvent chez lui

 

Après ce coup de fil, j'écris à Patrick. Je veux que toutes ces cochonneries du Caclb soient mises au grand jour

 

Travaux dans l'étang. Seaux de boues

 

Je lis "Spectateur Immobile" de Calaferte

 

Mardi 16 juillet

Une carte des Bedeur provenant de La Rochelle (voir ci-dessous)

 

Première récolte de Cassis et de Groseilles rouges

 

Pas mal Calaferte mais son côté catho me fait chier ce qui est aussi le cas avec Bobin

 

Calaferte note ses rêves; se passionne pour les insectes. Il aime les éditions originales des bouquins, la peinture (il parle de Caillebotte), vit l'amour avec sa femme Guitte, a un fils George et un petit-fils; Doit être né en 1928. Sa femme a 22 ans de plus que lui

 

Mercredi 17 juillet

Je reçois une réponse de mon ex-psychanalyste (voir ci-dessous) George

 

Deux reportages. Un sur DELTEIL et l'aure une marche du siècle avec Jules Roy et Hector Bianciotti (voir ci-dessous)

 

Je continue de soigner mon bouleau brisé avec de l'argile

 

Je travaille toujours les broux de noix

 

Jeudi 18 juillet

Je commence "Le Miroir de Janus" de Calaferte

 

Je visionne Delteil à la télévison, sur ma K7

 

Aussi le film de Leni Riefenstahl "Les Dieux du Stade" (voir article ci-dessous)

 

Je tombe du haut de mon escabelle en taillant une de mes haies. Sur le coccyx. Etendu et paralysé sur la pelouse. Attends 5 minutes, essaie de me rouler sur le côté vers la porte de la cuisine, à nouveau immobilisé 5 minutes. parviens enfin à me relever. Chaise longue tout l'après-midi

 

Le soir je brûle des branchages et scie deux branches du grand Saule

 

Vendredi 19 juillet

Anniversaire d'Eric qui vient l'après-midi. Je lui offre un grand Brou de Noix. On part vers Vesqueville et sur la route de forêt on voit venir une voiture zigzaguante, conduite per des fous. Je dis à Eric de s'arrêter sur le côté et de faire des appels de phares. Les jeunes s'arrêtent à notre hauteur. Je descends, vais à leur portière et les engueule comme du pus; Ils sont baba... "mais il ne faut pas vous fâcher comme cela Monsieur". Eric tordu de rire pendant le reste du trajet." Ah Christian tu es quand même un mec" Je lui réponds" faut pas qu'on m'emmerde"

 

On prolonge à la Cour des tilleuls à St Hubert. Concerts. Belle ambiance. Marc Champion et sa guitare basse chante Dylan. Muys chante Dutron-impeccable et puis toute la clique habituelle. Eric pété drague dans le vide en titubant. Je le reconduis "Personne ne l'aime". Retour à 3h30

 

Samedi 20 juillet

 

Début des J.O d'Atlanta

 

Une certaine Viviane, hier a demandé à visiter mon territoire mais elle n'est pas là. J'ai son numéro par Valérie et l'appelle. Elle est venue mais n'a pas trouvé la maison; Elle ne sait pas comment je m'appelle. Je lui dis de revenir car j'ai bloqué ma journée pour elle. Ah, non car elle peint. Je l'envoie bouler aussi sec

 

Enelle arrive le soir et on retourne à St Hubert retrouver Valérie et Stephane Poncin qui me dit "J'ai failli monter sur scène hier, j'ai failli y monter aujourd'hui, maintenant je suis tranquille (Stephane adore la musique mais il chante faux)

 

Enelle s'est vu refuser son prêt complémentaire

 

Dimanche 21 et lundi 22 juillet

Très beau WE. Je photographie mes Berces du Caucase (voir ci-dessous)

 

Une lettre de Didier Anciaux(voir ci-dessous)

 

L'ardoisier d'Enelle. Son ardoisier devrait avoir terminé son toit ce lundi

 

Mardi 23 juillet

Des orages. Enelle et moi dans l'atelier

 

Mercredi 24

Enelle est toujours là. J'essaie de savoir comment elle envisage notre éventuelle future vie de couple. En fait elle n'envisage rien du tout et me tient un discours délirant. Je me contiens

 

Jeudi 25

Un reportage sur la Guerre d'Espagne (enregistrements) Ken Loach "Land of freedom" et le film de Joris Ivens (voir ci-dessous)

 

Vendredi 26

 

Avec Enelle à Luxembourg pour voir l'expo de Dominique Marx, dans la cave d'une galerie, la Galerie Simoncini, après avoir mangé sur une place à Luxembourg-ville

 

Il fait torride

 

A 15h30 on repasse "Le Pont Rouge" celui des suicidés, on plonge sur Echternach, puis sur Esch-sur-Sûre (voir photo d'Enelle) Ambiance lourde. Enelle boudeuse

 

A mon retour Patrice Gaillet au téléphone "Aucun espoir de guérison. Terminée la chimio car il est au plafond de tolérance. On va lui faire une radiothérapie pour le maintenir le plus longtemps possible. Une nouvelle opération est exclue"

 

Nous sommes K.O

 

Samedi 27

Un attentat à Atlanta

On visionne Bacon et Balthus

 

Mardi 30 juillet

On va du côté d'Amberloup et de Lavacherie puis on refait ses calculs car pour en sortir il lui faudrait maintenant un prêt de 500.000 au lieu des 300.000 frs qui lui ont été refusés

 

Nouvelle bagarre

 

Mercredi 31 juillet

 

Je travaille au jardin. Plus de temps à perdre dans de multiples conversations stériles. Mes poissons rouges vont bien (voir ci-dessous). Enelle va faire son Loto à Libramont

 

On reçoit une invitation de José Bedeur pour le 8 septembre. Concert dans sa nouvelle maison à PECROT (c'est avant l'accident ferroviaire) (voir ci-dessous)

 

Dans le grand étang mes premiers carpillons commencent à grandir. Ils sont nés en juillet (voir ci-dessous)

 

Une émission sur Louis Guilloux (voir ci-dessous)

Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996

Jeudi 1er août

 

Je, lis SEPTENTRION de Calaferte. Remarquable !

 

Marie-José PEREC gagne les 200 et le 400 mètres aux J.O d'Atlanta

 

Vendredi 2 août

 

L'an dernier c'était le dernier jour du séjour de mes amis Michon. Depuis mon envoi d'une peinture, je n'ai toujours aucune réaction de leur part

 

Je travaille dans le Marais

 

Je photographie mes Lychnis rouges appelées aussi Croix de Malte (voir ci-dessous)

 

Samedi 3 août

 

Enelle lit "Le Paradis trop violent. Autour des Femmes -Fontaines" de Frédérique Gruyèr, livre qui la remue beaucoup

 

Souvenir. Celle qui fut mon professeur de piano en 1949-1959, à Liège, rue Eracle s'appelait Madame Dehain-Delacroix

 

Nous allons au concert de la Braderie à St Hubert. Nathalie Slachmuylders nous annonce la mort de Calaferte en mai dernier. Elle l'a su par Mauranne (la chanteuse)

 

Mardi 6 août

 

Je commence "Mort à Venise" de Thomas Mann, mon 42e livre de cette année

 

Enfin une réponse des Michon. Ils sont à Noirmoutiers

 

Je n'ai plus l'intention d'aller me perdre à St Hubert mais c'est hélas le seul endroit où je puisse voir ma fille et Stephane. Mais ça me débilite de les voir dans cette étuve, avec leur incapacité à rester seuls et cette bière qui coule à flots et tous ces contacts superficiels. J'arrête ce jeu. Impossible de se voir à nous quatre, chez eux ou chez nous, celà ne les intéresse pas. Il leur faut la foule. Et moi les foules me débecquetent

 

Visite des Anciaux avec leur fille Maïlis (prénom breton), sans oublier leur brave et beau chien Bouboule qui s'entend bien avec Plume (voir les photos), mais qui tombe dans l'étang. Didier me donne un fascicule de Paul Lafargue "Eloge de la Paresse", ainsi que "Les Combustibles" d'Amélie Nothomb, un "Essai sur la fatigue" de Peter Handke et Madame Satan de Serge Branly

 

Didier me demande des articles de presse me concernant

 

Muriel est à Hauterives; Facteur Cheval oblige

 

Mercredi 7 août

 

Il a enfin plu cette nuit

 

Je reçois en cadeau de Françoise Lambinet, qui espère encore me re-convertir, un livre de Marie BALMARY "Le Sacrifice interdit-Freud et la Bible" Françoise habite à La Hulpe

 

Le thème essentiel du livre est de poser cette question: "Dieu, comme le psychanalyste est -il quelq'un qui vise à apporter à ses créatures (ses clients), une capacité à se déterminer elles-mêmes"

 

Les Gaillet ne sont pas libres. Je les ai invités mais ils sont à Chassepierre avec des tas d'amis comme d'habitude. Il y a toujours foule autour d'eux et moi je n'aime que les dialogues. Nous n'irons donc pas à Chassepierre

 

J'apprends par ma tante que Céline n'est pas heureuse dans son mariage. Pourquoi? Je connais son mari et je pense que c'est un type bien et qui l'adore. Il y a des gens qui ne sont jamais contents

 

Une émission sur Jules Supervielle(voir ci-dessous)

 

Jeudi 8 août

 

Je suis dans les étangs et continue à tailler les haies. Je tire 102 seaux de boue du grand étang

 

Je réalise que de la chambre de Valérie j'ai fait une Galerie. Une lettre de différence

 

La Spirée du Japon de chez les Redant de Bertrix a bien repris dans mon jardin et est en fleurs (voir photo)

 

Christiane G expose ses plagias de Neuberg à Gaume Jazz Festival de Rossignol (voir ci-dessous)

 

Samedi 10 août

 

Les orages grondent. On parle de grèle. Je crains pour mes haricots

 

Je retire 52 seaux de l'étang mais doit arrêter à cause de l'orage. Il tonne et je suis dans l'eau jusqu'à la taille

 

Je commence" Madame Satan" de Serge Branly

 

Dimanche 11 août

 

154 seaux sur 2 jours à 17 Kgs de boue par seau, je viens de sortir 2 tonnes et 310 kilos

 

J'écris une lettre de deux pages à Françoise Lambinet

 

Je lis un texte critique de Georges Fontaine, critique d'art, sur Christiane G. et le commente dans mon journal. Mon titre à moi serait :

"Je te fais du Neuberg et je te plaque du Fontaine" Voici le texte du discours :

"L'oeuvre de Christiane G. se bâtit sur une longue suite de ruptures (Euh pardon, de "copiages" de Van Gogh à Neuberg) Elle évolue avec une aisance surprenante (plus laborieuse, tu meurs) sur les courants ascendants de l'art moderne (Kékzéksa les courants ascendants...des trous d'air???. Veuillez m'expliquer et m'indiquer en corollaire quels seraient les courants descendants de l'art moderne) tout en offrant des gages d'originalité (ah bon, lesquels, des plagias originaux??), de continuité qui la distinguent du commun. La fidélité à des thèmes chers (ah oui vive les thèmes, ça rassure), le masque (ah ça oui), le rêve, le spleen (c'est dingue ça non?), l'allusion littéraire en condensation sur cette fenêtre magique où elle imagine l'univers (quel univers?) et que par habitude nous nommons encore un tableau (Qui parle encore de" tableau" en 1996 si ce n'est des littérateurs ou des béotiens?)

 

Et voici un autre texte publié par le Caclb, le Centre d'Art Comptant Pour Rien :

"Carton et sac (comme Neuberg ce sont ses matières du moment- Bel aveu donc !!!), rebuts, traces de l'ère post-industrielle (depuis quand le carton-bois et le sac-jute sont-ils des rebuts de l'ère post-industrielle? Ne seraient-ce pas plutôt le Plastic, symbole de notre ère post-plasticienne). Toile brute (donc pas post-industrielle) et ficelle (ça je ne vous le fais pas dire cher ami George et chère amie Christiane) (en tout cas de trait de caractère, ça c'est sûr). Déchirés et triturés, ces contenants en vacance de sens (enfin un commentaire lucide) sont élévés à la dignité de contenus (donc si je comprends bien l'intention du critique d'art, délégué par l'artiste pour exprimer son oeuvre à sa place, les contenants contenant les oeuvres- à savoir les boites en verre ou en plexi, contenant les cartons et les ficelles- sont élévés à la dignité de cartons et de ficelles, et par quel miracle et bien...) par la science des transmutations de l'artiste (eh oui tout simplement une touche de Nicolas Flamel, avec un zeste de Paolo Coelho et voici notre Christiane G, devenue alchimiste, comptant pour Reine de l'Art comptant pour Rien)

 

A l'oeil attentif (celui de George Fontaine-y en a qu'un;.) se révèlent alors les formes universelles (ah bon ?) puis le dessin sous-jacent (si nous parlions plutôt du dessEin sous-jacent consistant à prendre la place d'Eric Neuberg en le plagiant et en s'exposant alors que lui est évincé) enfin par petites touches de précieuses ors byzantines (Le Byzantinisme c'est l'art de parler pour ne rien dire, justement) (ah oui c'est vrai ces petits ajouts de dorures à la Gustave Dory (pardon Doré), ça plaît et puis ça se vend bien,car  ça au moins c'est de l'or dur) et des mots fondateurs submergent le regard (Et bon sang mais c'est bien sûr, cher George, des mots rien que des mots, des mots redorés mordorés )

 

Redondance, mots creux et tricherie, triste monde de l'Art

FONTAINE JE NE BOIRAI PAS DE TON EAU....

 

Ci-dessous une oeuvre plagia de Christiane G et deux oeuvres authentiques d'Eric Neuberg. Voir photos

 

Le soir au Miami à St Hubert, un bras de fer avec André Grymonpré, le beau-fils de Danielle, suite à une discussion à son sujet

 

Lundi 12 août

Une lettre de Didier Anciaux ( voir ci-dessous)

Une carpe morte dans l'étang. Aucune trace de blessure de bec de Héron????

 

Mardi 13 août

Dutroux révèle les cachettes de Sabine Dardenne et Laetitia Delhez. Elles sont à Marcinelle, là où sont mortes Julie et Melissa en mars dernier et dont on va découvrir les corps (voir ci-dessous)

 

Isabelle Noiset, soeur de Muriel, m'invite à venir à Neufchâteau, chez elle , avec Muriel, Francis et Christine. Muriel me dit qu'en janvier dernier elle avait vu des peintures de Christiane G., chez sa fille Anne Dory qui est une amie et même voisine. Et qu'elle avait immédiatement reconnu du  Eric Neuberg au point qu'elle se demandait si Eric et Christiane ne faisaient pas un travail ensemble

 

Régine Hebbelynck insiste pour que je vienne au mariage de son fils aîné Frédéric, dit Fredo qui revient de son tour du monde avec son amie Flo. Ils sont encore en Asie et reviennent fin septembre. Ils ont annoncé de là-bas leur intention de se marier

 

A 19h15, à Neufchâteau chez Isabelle. Il y a aussi son fils Benjamin qui m'adopte. Je joue de la guitare quasi toute la soirée. Christine et Isabelle sont allées en Irlande. On a parlé se son salopard de voisin Zachary, que nous avons vu à la Télévision, dans sa tour

 

Mercredi 14.

 

C'est le vernissage Christiane G. à Rossignol et je n'y vais pas, bien sûr, pour ne pas faire un scandale car je serais incapable de me retenir. C'est la première fois que je n'y vais pas depuis 1990

 

Plume et moi apercevons une hermine courir sur la rive Est du grand étang. Plume fait la folle et tombe dans le ruisseau en voulant franchir un pont à toute allure

 

A Pontaury, ,il y a 10 cms d'eau dans la cave me téléphone Enelle

 

Jeudi 15 août 1996

 

Je commence un livre de René Girard "Des choses tenues secrètes depuis la Fondation du Monde"

 

J'enregistre VIA MALA un téléfilm allemand d'aptès le livre de John KNITTEL

 

J'en suis à 4 tonnes de boues extraites des étangs (4035 Kgs exactement)

 

Valérie qui part en vacances à Tossa de Mar m'amènera Figaro, le chat noir, demain matin (Voir photos ci-dessous)

 

Vendredi 16 août

 

Je lis deux Eddy Devolder "Le rien du souffle qui n'appartient qu'aux dieux seuls et "Le Temps Opera". Né a Bruxelles, Eddy Devolder est licencié en philosophie et enseigne la sémiologie et l'histoire de l'écriture à l'Académie des Beaux-Arts de Tournai. Parallèlement à ses textes, il dessine et peint des travaux en étroite relation avec l'écriture. Son premier récit "L'homme qui regardait le ciel" lui a valu le prix Charles Plisnier en 1983

 

Je ramène trois Charlie Hebdo de chez Didier Anciaux

 

Eric Neuberg est à St Mard avec son amie Nadine. Oui il est allé à Rossignol (impensable) et n'a dit bonjour à personne. Je lui annonce que Muriel et Christine vont venir cet après-midi. Il veut venir avec sa compagne. OK !

 

Et voilà les filles, Muriel Noiset et Christine Ligi. On s'installe au bord de l'étang. Voir ci-dessous. Je déconne et joue les "Tarzan", un surnom que Murielle utilisera souvent à l'avenir. Eric vient plus tard avec son amie mais le contact ne se fait pas du tout avec elle qui semble dépassée. Ils vont se retirer rapidement mais je dis à Eric que je ne comprends pas comment il a pu aller à Rossignol

 

Je vais reconduire les filles vers 20 heures. Journée magnifique

 

Voir le programme du Jazz Gaume Festival à Rossignol, ci-dessous

En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres
En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres

En photo finale Les Spirées du Japon de La Courbeure puis Jule et Melissa dont on retrouve les deux cadavres

Dimanche 18 août 1996

 

Découverte de corps de Julie et Melissa (Affaire DUTROUX). Enlevées le 24 juin 1995. Il aura fallu près de 14 mois pour les retrouver

 

De Balmary : "Freud n"avait pas vu ce qui allait vraiment arriver à son peuple: il est mort en septembre 1939 et son dernier travail n'a pas été un cri d'alarme alors qu'il avait dû fuir Vienne pour sauver sa vie. Ses quatre soeurs, elles, sont mortes;..Par bonheur, il ne sut jamais ce qu'il advint d'elles. Elles moururent dans les fours crématoires quelques cinq années plus tard "

 

Mercredi 21 août

A Arlon avec Enelle. Je lui fais visiter St Donat. On termine au Resto crétois Le Greco chez mon ami Evangelos. Retour par Martelange. Eleonore Gaillet a téléphoné, un message, juste pour dire bonjour....

 

Vendredi 23

D'abord quelques photos du petit brigand Figaro, le petit chat noir de ma fille

 

Affaire Dutroux. Attention au major Decraene. Attention au Juge d'Instruction Martine Doutrèwe. Dutroux est protégé. Attention à Othello qui fait un dossier parallèle pour la Gendarmerie.

L'Inspecteur Zicot de la PJ de Charleroi, interpellé à Bastogne. Un reportage de la RTB ce soir

 

Samedi 24 août

Je termine "L'éloge de la paresse" de Paul Lafargue. 51e livre de l'année

 

Bedos à l'Olympia

"Etre prêt à mourir pour le peuple, ça ne signifie pas nécessairement qu'on est prêts à vivre avec lui"

"un Debré au-dessous de zéro"

De Balladur "C'est peut -être parce qu'il porte ses couilles sous le menton"

 

Pour faire refleurir un Delphinium (Pied d'Alouette) et ce la même année, il faut empêcher les fleurs de se transformer en fruits en coupant très court les branches défleuries. Après 15 jours, vous avez de nouvelles fleurs

 

Dimanche 25 aôut

Je commence " Sable et Limon" de Georges Navel. En 1935, Georges Navel, l'auteur de Travaux et de Parcours, tente une expérience de retour à la nature, dans les collines des Maures

 

Lundi 26 août

Je cueille ma 4e récolte d'haricots

 

Je discute avec la caissière du Delhaize, la liégeoise dont l'ami garde-chasse a été assassiné. Il avait une maîtresse mariée et c'est son mari qui l'aurait assassiné.Ce mari est en détention préventive depuis 8 mois mais on manque de preuves

 

Mardi 27 août

 

Affaire Dutroux. Marc Dutroux, sans emploi, a 6 maisons

 

Michel Bourlet le procureur que je connais, semble tout à fait à la hauteur "si on le laisse faire"

 

Je pense que les deux filles du couple flamand, Ann et Eefje sont mortes et enterrées en Belgique. (L'avenir me donnera raison)

 

Fin d'après-midi je suis chez les Anciaux. Soirée magnifique. Je leur lis des extraits de mon journal. Je ramène Georges Palante" L'Individualisme aristocratique" préfacé par Michel Onfray, Factotum de Bukowski, L'Iris de Suze et Le Serpent d'Etoiles de Giono

 

Didier s'inquiète de ce que va devenir mon oeuvre, picturale et écrite. Il me dit que "Vancau vaudrait la peine qu'on lui fasse un livre" et qu'il va y réfléchir. Il veut m'acheter une oeuvre et ne veut pas que je la lui donne. Il regarde attentivement à chacune de ses visites avant de faire son choix

 

Par contre du côté Gaillet c'est assez ahurissant. La demande de Patrice au téléphone(il était à St Luc, venait d'être opéré et tout devait bien se passer)  "Pourrais-tu me donner quelques cannisses peintes. Je n'ai pas d'argent mais j'en ai envie depuis longtemps. Je profite un peu de la situation". Comment refuser, lui dire que Mady et lui travaillaient à deux et que moi j'étais sans travail depuis des années. En outre il a déjà reçu de moi 4 broux de noix. Il n'a pas d'argent mais il sort sans arrêt, achète du matériel photographique onéreux. Bref je ne dis rien et j'accepte

 

Didier à qui je raconte cette anecdote est ahuri

 

Mercredi 28 août

 

Une carte de Tossa de Mar de ma fille et Cie (voir ci-dessous).

 

Une allusion de mon petit-fils Renaud à Pascal Duquenne, notre grand prix d'interprétation au festival de Cannes (avec Daniel Auteuil)

 

Une soirée avec Marcel Aymé (voir ci-dessous)

 

Aussi un article sur le violoniste belge Arthur GRUMIAUX

 

On donne L'Armée des Ombres de Melville (voir ci-dessous)

 

Affaire Dutroux. On recherche 4 nouveaux cadavres à Jumet

 

Nico, l'ex-égérie du Velvet Underground, née Christa Päffgen, est morte d'un accident de bicyclette sous le soleil éclatant d'Ibiza (voir ci-dessous)

 

Jeudi 29 août

Je termine Navel et ne suis pas emballé. Il rabache trop. Et puis sa femme K, quelle emmerdeuse. Et puis c'est aussi un tueur d'animaux et avec moi ça ne pardonne pas. Et puis, comment cet ouvrier intello-coco tout de même, qui va faire un tour en Espagne pendant la guerre civile, un tout petit tour, puis s'en va, part s'installer dans la Côte des Maures et rêve de partir pour la Russie entre 1935 et 1939, sans aborder le problème du pacte germano-soviétique de 1939...????

 

Je lis Giono "Le Serpent d'Etoiles"

 

Vendredi 30 août

 

Je pars pour Anseremme chez ma Tante Ginette Brunin et arrive à 14h30 (66 Kms.) On va parler jusqu'à 19h00 sur la terrasse. Elle me parle de ses parents qui avant la guerre avaient une villa au Zoute qui s'appelait "Les Oronges" et que les gens appelaient les Oranges ce qui énervait ma grand mère, née Fernande de Cock épouse André Van Cauwenberghe, mon parrain et grand-père paternel. Jules Duesberg mon grand-père maternel avait-au-dessus de l'entrée, changé le O en A, pout faire enrager Fernande. Jules était drôle et Fernande avait une grande admiration pour lui. Donc mes quatre grands-parents se retrouvaient là-bas avec mon père, ma mère et moi. Ils jouaient au lexicon et Jules appelait sa femme Adrienne, ma marraine "l'Institutrice", parce qu'une fois elle avait dit au lexicon, c'est dommage que je n'ai pas un W, j'aurais pu faire WISTITI. Mon grand-père était professeur d'Anatomie à l'Université de Liège et allait en devenir le Recteur et aussi Ministre de l'Instruction publique du Roi Leopold III

 

Ginette a reçu la visite de mon frère-huit ans de moins que moi, il a donc 45  ans. Il a voulu revenir et elle a dit non. Elle le trouve gros et pas ragoûtant. Il lui raconte des histoires sans arrêt. Paraît que les homos c'est dégueulasse. Et qu'un jour il a failli faire l'amour avec une fille et que lorsqu'il a commence à se déshabiller, la fille a dit "Oh non j'ai changé d'avis"!!!

 

Il se serait fait virer du Couvent de Florence à cause de ses séjours en Institut psychiatrique mais par la suite j'aurai d'autres échos

 

On a aussi parlé de l'exode. Mon Oncle Lucien Brunin, son mari, était caserné à Fexhe-le-Haut Clocher (Hesbaye), puis à Bastogne. Ginette est restée à Gand avec Didier, chez sa belle-mère. Lucien ne voulait pas qu'elle parte en zône libre, à Montpellier. Mon grand- père paternel avait promis à mon père en partance pour l'Angleterre; d'emmener ma mère, ma soeur et moi à Montpellier. Nous sommes donc partis pour Abbeville avec mon oncle Jean-Pierre Duesberg, frère de ma mère. A Abbeville, terrible bombardement de nuit, je m'en souviens avec précision (jai plus de 2 ans). Ma grand-mère Fernande me roule dans une couverture pour me descendre dans la cave et est à deux doigts de tomber dans l'escalier, avec moi, en se prenant les pieds dans un pan de la couverture.

 

Pendant des semaines, Ginette restée à Gand, n'a pas su si nous étions passés en zône libre; On lui a même dit qu'on avait vu notre auto (celle de mon grand-père paternel André Van Cauwenberghe),que j'appelais "Titi Toto de Bon Papa", dans le fossé et que nous étions tous morts. Et nous avons en effet été mitraillés en plein pic-nique. On m'avait mis en plus sur le toit de l'auto, une Dina-panhard, je crois, et quand les avions allemands ont commencé à plonger, mon oncle Jean-Pierre qui devait avoir 18 ans, m'a arraché du toit et a plongé dans le fossé en me couvrant. Mes rêves ont reproduit cette anecdote pendant des années alors que j'ignorais que j'avais réellement été mitraillé. Des avions allemands qui plongent vers moi et moi qui essaie de vite creuser un trou dans la terre pour me protéger. Je ne comprenais pas pourquoi je faisais régulièrement ce rêve

 

Un jour donc Ginette a reçu une carte de Montpellier. On logeait chez l'habitant mais j'ignore où? On a dû rester trois mois de juin à août 1940

 

D'Anseremme, à 19h00, je me rends à Pontaury pour la première fois,et arrive vers 20h00, par la route de Philippeville. Magnifique fermette. On fait le tour du proprio à l'intérieur car il fait pluvieux et presque noir; J'ai apporté une commode à tiroirs en osier

 

 

Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996

Samedi 31 août   PONTAURY et THOSEE

 

On déjeûne à 8h00. Un ouvrier arrive pour le chauffage. Puis on fait le tour du Jardin et je photographie. Très beau jardin d'une douzaine d'ares; (voir photos ci-dessous)

 

Je téléphone à Valérie, retour de vacances et qui doit aller chercher Figaro le chat noir,  chez moi

 

Les nouveaux voisins d'Enelle, Maurice et Anne-Marie GUYAUX viennent prendre l'apéro; Le soleil est revenu

 

L'après-midi on part à la découverte du Château de Thozée, demeure de la femme de Félicien Rops,. Félicien habitait Paris, avec ses soeurs couturières mais revenait assez souvent dans cette demeure et s'occupait du jardin

 

La maison est abandonnée et nous devons avec Enelle et Plume nous frayer un chemin à la machette pour y accéder. Merveilleuse découverte. Jugez-en par vous-mêmes en regardant les photos ci-dessous

 

Je reviendrai très souvent dans ce château, étant devenu membre de La Fondation Rops et ami de son initiateur Thierry Zeno, le cinéaste. De nombreux reportages sur mon blog. Le château est restauré et deux portes ouvertes par an sont organisées. C'est un lieu totalement magique

Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996

Dimanche 1er septembre

Je reste à Pontaury mais hélas des tas de problèmes familiaux surgissent à nouveau

 

Lundi 2 septembre

Enelle téléphone à la PJ de CHarleroi. Moi je rentre chez moi. Je sais maintenant que Pontaury de porte à porte est à 95 Kms de chez moi

Sixième récolte de haricots

 

Mardi 3 septembre

Un Perdu de Vue sur Julie et Melissa (voir ci-dessous).Une émission" Perdu de Vue" sur Julie et Melissa avait déjà eu lieu le 4 septembre 1995

 

Julie et Mélissa

Julie Lejeune et Mélissa Russo sont les deux victimes les plus connues de Marc Dutroux.

Julie, huit ans et demi, et Mélissa, neuf ans, disparaissent à Grâce-Hollogne le 24 juin 1995. Leurs corps seront retrouvés à quatre mètres de profondeur à Sars-la-Buissière le 18 août 1996 ; elles seraient mortes le 24 mars 1996 et auraient été enterrées le 27 mars 1996. Les démarches inlassables de leurs parents pour les retrouver et la mobilisation des médias avaient fait connaître leurs noms et visages au public bien avant la découverte de Marc Dutroux, leur ravisseur.

Ainsi, quand l'affaire Dutroux éclate, la société belge est ébranlée par le sort subi par les victimes. Des manifestations de citoyens, appelées « marches blanches », font alors prendre conscience aux politiciens et aux forces de police des erreurs commises durant l'enquête, ce qui a plusieurs conséquences :

  • une commission parlementaire entend des centaines de témoins pendant des mois, en direct, devant les caméras de la télévision ;
  • la police et la gendarmerie sont fusionnées et leur mode de fonctionnement est réformé ;
  • des institutions nouvelles voient le jour, afin d'améliorer la prise en compte des disparitions inquiétantes et mieux observer le droit des victimes ;
  • à partir de l'association Child Focus, créée par des parents des victimes avec l'aide de l'État, des structures internationales sont mises en place pour améliorer les moyens de recherche des enfants disparus.

 

An et Eefje

 
Le lieu du crime (Jumet). La maison fut démolie et remplacée par un monument

An Marchal et Eefje Lambrecks, âgées respectivement de dix-sept et dix-neuf ans, sont enlevées ensemble le 23 août 1995 dans la région d’Ostende, alors qu'elles sortaient d'une soirée entre amis et rentraient en tramway. On retrouvera leurs corps le 3 septembre 1996 sous le hangar du jardin d'un complice de Dutroux, à Jumet, à 2,50 mètres sous terre.

 

 

Une lettre de Didier Anciaux (voir ci-dessous)

 

Une émission sur ARTAUD

 

Enelle et ses trois enfants, cela n'en finit pas. Ca nous empoisonne l'existence. Tout cela en pleine affaire Dutroux

 

ll semble que l'on vienne d'identifier les cadavres d'Ann et d'Eefje

 

Muriel-Francis-Christine et Isabelle sont à Hauterives. Je reçois une carte du Facteur Cheval (voir ci-dessous)

 

Mercredi 4 septembre

Je termine "Le Serpent d'Etoiles" de GIONO :

"Le rond de ton bras, vois, il est juste à la mesure de ta femelle.. Il passe dans ces deux belles vallées qu'elle a au-dessus des hanches. Il passe dans les vallées de sa chair comme le courant coule dans les replis de la montagne. Ta main est creuse à la juste rondeur de ses seins. Tu es comme la grande rive qui borde la mer, et la mer entoure tes promontoires et entre dans tes golfes, et la loi des mondes te soude à ta femelle comme elle a soudé la mer à son rivage"

 

Je commence Factotum de Bukowski-53e livre de cette année

 

Jeudi 5 septembre

 

Je visionne ARTAUD

 

Omni-ptésence de Hérons qui viennent manger mes carpes

 

Un article sur la Grive, bien présente elle aussi sur mon territoire (voir ci-dessous)

 

Je commence" l'Iris de Suze"de Giono

 

Vendredi 6 septembre

Soirée chez les Dupont-Noiset à St Pierre. Francis me montre ses moutons et ses Béliers d'Ouessant, tout petits. On regarde aussi son magnifique potager. Christine est là et aussi les Anciaux. Christine nous raconte qu'elle a des cycles de sommeil de 12-13 heures. Elle s'endort aussi dans les trains et se réveille dans des gares inconnues. Parfois elle se lève et prend son petit-déjeûner avec le reste de la famille qui est occupée à...dîner. Son père, un ingénieur ponctuel a une passion pour les montres...Tiens donc..

 

A Muriel, je dis que pour créer, il faut avoir en soi, une révolte-des embryons de folie et elle répond "oui, oui c'est ça, c'est superbe "des embryons de folie".. Des gens lui disent qu'elle est à moitié folle; Je lui dis alors qu'elle est une narcissique de première, qu'il faut toujours qu'elle se fasse remarquer et qu'elle doit s'interroger là-dessus; Et aussi qu'il n'y a pas de création sans révolte; Sans révolte il n'y a que de l'artisanat.

 

Je ne parle plus d'Enelle à personne, tant les gens en ont marre d'entendre ses problèmes

 

Samedi 7 septembre

Je téléphone à Enelle et tombe sur sa fille Anne-Julie qui me donne une toute autre version des faits. Très longue conversation et le contact fonctionne bien. Je lui dis entre autre "Nous sommes dans une société de merde mais la merde c'est autant pour les adultes que pour les ados. Que le problème c'est d'arriver à être heureux malgré tout et qu'on est tous dans la même galère. Oui j'aime Kurt Cobain comme toi mais c'est sa musique qui m'intéresse et non son côté auto-destructif dont je n'ai rien à foutre. Et d'ailleurs Cobain je le chante et je le joue"

 

Suite à cela je pars pour Pontaury car Enelle est contente d'avoir appris que j'avais parlé avec sa fille

 

Dimanche 8 septembre

J'effectue quelques travaux à la foreuse (la mienne) dans la maison d'Enelle, notamment pour pouvoir accrocher les rideaux

 

Nous partons vers 13h30 pour Pecrot chez José Bedeur. Accrochage car Enelle me fait comprendre qu'elle n'a plus d'argent pour remplir son réservoir d'essence.(Moi qui suis chômeur j'ai évidemment tout l'argent du monde) C'est Zola. En fait je dois payer car c'est moi qui veux aller chez Bedeur. Je me contiens mais suis à deux doigts de retourner à Moircy

 

On arrivera à Pecrot vers 16h30. J'offre un de mes totems à José. Différents concerts.De superbes musiciens.Le guitariste Guy RAIFF, le batteur Tony LIEGEOIS, le pianiste TROISFONTAINES, la  chanteuse noire dont Enelle est jalouse s'appelle Ella WOOD et le saxophoniste est Wilfried VANDEWALLE On grignote des tas de trucs. Il fait magnifique C'est très chouette mais Enelle boude et on se taillera vers 19h40 (voir photos ci-dessous)

 

Vanderbiest, à nouveau inculpé dans l'affaire Cools

 

Lundi 9 septembre

Je suis rentré à Moircy à 9h00. Cette journée d'hier n'est pas du tout convaincante. De la sourde opposition à tout, tout le temps. Je ne suis pas disposé à me taper 200 Kms aller-retour, pour vivre sans arrêt des problèmes en tous genres. Pontaury est une petite merveille mais il est impossible de s'y détendre

 

On se téléphone le soir et je lui largue tout ce que j'ai sur le coeur

 

Voici une photo de sa cuisine

Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
A PECROT chez José BEDEUR ce 8 septembre 1996
A PECROT chez José BEDEUR ce 8 septembre 1996
A PECROT chez José BEDEUR ce 8 septembre 1996
A PECROT chez José BEDEUR ce 8 septembre 1996

A PECROT chez José BEDEUR ce 8 septembre 1996

Mardi 10 septembre

J'écris une lettre à Enelle "Apprendre à gérer sa vie pour pouvoir vivre ses désirs"

 

Et là, elle a tout à apprendre

 

"Je crois avoir fait le maximum pour que notre couple existe"

 

Giono dans "L'Iris de Suze" : "Après cette chute de neige qui étouffa la vallée et la montagne, il y eût des alternatives de froid mort, avec un crachin de verre pilé et des rideaux pleins de tourmentes éblouissantes

 

Cools 6 ans après son assassinat. Les noms que l'on cite Di Mauro-Castellino (en aveux)-Todarello-Van de Biest-Taxquet-Solazzo

 

Je lis PALANTE

Georges Toussaint Léon Palante, né le 20 novembre 1862 à Blangy-les-Arras (Pas-de-Calais) et mort le 5 août 1925 à Hillion (Côtes-d'Armor), est un philosophe et sociologue français. Il défendit un individualisme aristocratique, au sens étymologique du terme.

Biographie

Georges Palante naît à Blangy-les-Arras, dans le Pas-de-Calais, le 20 novembre 1862. Son père, Émile Palante, alors comptable, et sa mère, Thérèse Tricot, sont tous deux originaires de Liège. Le grand frère de Palante, Émile, meurt alors qu'il n'a que cinq ans. Il étudie successivement au collège d'Arras, où il excelle en latin, puis au lycée Louis-le-Grand où il obtient son baccalauréat.

Il obtient une licence ès lettres à l'université de Douai. En 1885, il débute sa carrière de professeur de philosophie à Aurillac, où il rencontre sa future femme, Louise Genty, avec qui il se marie trois années plus tard et dont il aura une fille en 1890, Germaine. Entre 1886 et 1888, il professe à Châteauroux. Il est reçu en 1888 à l'agrégation de philosophie.

Il se sépare de sa première femme en 1890 et est nommé au lycée de Saint-Brieuc, puis, dans les années qui suivent, à Valenciennes, La Rochelle, Niort. En 1893, il traduit un ouvrage de Theobald Ziegler et commence à publier des articles. En 1901, il publie son Précis de Sociologie, le premier en France, et qui sera vivement critiqué par Émile Durkheim4. Il retourne en 1898 au lycée de Saint-Brieuc qu'il ne quittera plus jusqu'à la fin. Parallèlement, il accomplit son œuvre de philosophe, publiant des articles dans des revues et des essais. Il rassemble plusieurs de ses articles qu'il publie dans différents ouvrages : Combat pour l'individu (1904) et La Sensibilité individualiste (1909)

En 1907, il prépare une thèse de doctorat à la Sorbonne, dont la soutenance n'a jamais été autorisée. Il publie néanmoins cette dernière sous le titre Antinomies entre l'individu et la société en 1912, qu'il complète deux ans plus tard sous le titre Pessimisme et individualisme.

En 1908, il se présente aux élections municipales mais ne sera pas élu. Il remplace Jules de Gaultier à la Revue Mercure de France, tenant ainsi, pendant 13 ans, la chronique philosophique. En 1913, paraît les antinomies entre individu et la société, dans lequel il critique Draghiecesco. En 1916, il se lie d'amitié avec l'écrivain Louis Guilloux. Il épouse Louise Pierre en 1923 et prend sa retraite d'enseignant un an plus tard. Il se tire une balle dans la tempe le 5 août 1925.

Georges Palante s'est donné la mort, pour des raisons non réellement déterminées, mais il était atteint d'acromégalie, découverte alors qu'il était étudiant : une maladie dégénérative grave, qui ne se soignait pas à l'époque, et qui lui rendait la vie de plus en plus douloureuse (en 1881, le conseil de révision le réforme, il subira une ablation des orteils en 1905).

Pensée

Individualiste hors toute chapelle, il admire Nietzsche et très tôt s'intéresse aux travaux de Freud. Sa pensée se veut également critique vis-à-vis de l'instinct grégaire, qui oppresse et empêche les individus de se développer pleinement. Il ne s'oppose néanmoins pas à la société, et se cantonne à un constat. Sa philosophie ne cherche pas à détruire la société au profit de l'individu, mais à aider ce dernier à se construire. En sociologie, il s'opposa à la conception holiste de Durkheim.

Sa vision de l'individualisme se veut aristocratique (au sens étymologique), ce qui n'implique nulle conception politique élitiste. Palante part du constat qu'il existe des antinomies entre l'individu et la société, et que ces dernières ne peuvent en aucun cas être résolues. Pour autant, Palante ne condamne pas l'idée même de société, et il préfère opposer à cette dernière un combat que mènera chaque individu, afin d'éviter pour ces derniers de tomber dans les pièges que tend la société. Ainsi, sa vision de l'individualisme se veut constructiviste : il faut construire l'individu, afin de lui permettre de vivre au sein de la société, tout en évitant que cette dernière ne le broie. Ainsi, Palante se déclare « athée social », refusant tout utopisme, et condamnant fermement ce qu'il nomme « l'esprit grégaire » qu'il n'aura de cesse de pourfendre tout au long de sa carrière.

Idées politiques

D'abord proche des thèses socialistes, et bien que critique vis-à-vis du socialisme d'État proposé par les marxistes, il s'éloigne de celles-ci par la suite (même si sa participation aux élections municipales de 1908 se fait sur une liste socialiste). Ayant nié l'étiquette d'anarchiste, ses idées sont néanmoins souvent considérées comme anarchisantes ou tout du moins, familières de celles des libertaires. Parfois également rapproché des libéraux, notamment pour sa définition de l'individu et de son opposition aux différentes entraves faites aux échanges, il s'y oppose néanmoins dans la mesure où l'être économique n'a pour lui rien de rationnel, étant donné l'importance des déterminismes sociaux à l'œuvre. Dans le domaine économique, il s'opposa également aux capitalistes recherchant le profit aux détriments des plus démunis, et appelait à une « politique du ventre ».

Postérité

Sa destinée posthume a été assurée par Louis Guilloux (qui fut un moment son ami intime, et qui fit intervenir son personnage dans plusieurs de ses romans, dont Le Sang noir), Jean Grenier (qui lui consacra un chapitre dans son ouvrage Les Grèves, et qui influença lui-même Albert Camus chez qui le nom de Palante apparaît dans une note de L'Homme révolté, et dont l'ouvrage La Chute est mâtiné de philosophie palantienne), André Gide qui plaça une citation de Palante prônant l'athéisme social extraite d'une chronique de décembre 1912 pour le Mercure de France en exergue des Caves du Vatican, Yves Prié qui rééditera aux éditions Folle Avoine les trois grandes œuvres de Palante, et récemment Michel Onfray (son premier ouvrage est d'ailleurs entièrement consacré à Palante ; Physiologie de Georges Palante, portrait d’un nietzschéen de gauche).

Ses œuvres ont été rééditées récemment, d'abord quelques titres aux éditions Folle Avoine, puis ses Œuvres philosophiques quasi complètes chez Coda en 2004, préfacées par Michel Onfray.

En septembre 2006, a paru aux éditions Coda le premier volume des Chroniques complètes - Le Mercure de France, 1911-1923, préfacé et annoté par Stéphane Beau. Le second volume a paru en janvier 2009 aux éditions Coda, toujours préfacé et annoté par Stéphane Beau : il contient les articles que Palante rédigea pour La Revue philosophique de 1895 à 1913, ainsi que des chroniques publiées dans d'autres journaux.

 

Jeudi 12 septembre

Je me construis une grande videothèque de 9 planches car j'en suis à 300 K7 videos enregistrées; Il est donc temps de classer tout cela

 

J'en suis à ma 1500ème page de journal cette année

 

La soirée chez Anciaux

 

Vendredi

Je visionne TABOU de MURNAU ou plus axactement un reportage d 'Yves Peretti sur le tournage du film en 1929. Murnau se tue en voiture en 1931 juste avant la première de son film

 

Samedi 14 septembre

Je commence à répertorier tous mes Magazines Littéraires et à faire un fichier

José Bedeur me téléphone; Très content de son totem

 

Dimanche 15 septembre

 Didier Anciaux en visite ici. Il m'apporte "Le Sang Noir" de Louis GUILLOUX. Je lui prête "Les Mémoires intimes " de Simenon, "L'Employé" de Jacques Sternberg et "La Faculté de l'Inutile" de Dombrovski

 

On joue La Règle du Jeu de Jean Renoir (voir ci-dessous)

 

Mardi 17 septembre
 

 Je commence "L'Herbe d'Oubli" de Louis Guilloux (59e livre de l'année)

 

Mes Sumacs ( ou Rhus) deviennent magnifiques. Voir photo)

 

Pour retenir le prénom de la fille de Didier et Anne, MAÏLIS, je pense à Tricot (Maille lisse)

 

Vers 17h00 chez Valérie qui est allée voir le Musée Brassens à Sète et m'offre un magnifique livre sur Georges, acheté au Musée, ainsi que la fameuse photo avec Brel, Ferré et Brassens

 

Mercredi 18 septembre

 

Guy Mathot, avec van der Biest est soupçonné d'être un des commanditaires du meurtre de Cools

 

Duras à Un Siècle d'Ecrivains (voir ci-dessous)

 

Je range mes Magazines Littéraires(environ 130 numeros) dans des classeurs. J'ai fait un fichier

 

Je retrouve une phrase d'Enelle dans une lettre de 1994 "J'ai hâte de vivre avec toi, car je suis ta femme, et que même s'il n'y a pas mariage, je trouve que notre union est sacrée. J'ai confiance en toi car je sais que comme moi, tu as le sens des vraies valeurs et que ce que nous vivons, ce n'est pas chose courante "

 

No Comment car ce que j'entends aujpurd'hui c'est que c'est moi qui lui ai imposé mes valeurs, alors faudrait savoir ....

 

Eric N. ici l'après-midi. Il veut absolument m'emmener voir PALADINO à la Basilique de St Hubert. J'y vais mais contrairement à lui, je ne suis pas chaud du tout

Domenico Paladino, plus connu sous le prénom de Mimmo Paladino, est un peintre et sculpteur italien, né le 18 décembre 1948, à Paduli dans la province de Benevento et région Campanie en Italie.

Il est l'un des principaux représentants de la Trans-avant-garde, mouvement italien fondé par Achille Bonito Oliva en 1980 qui est une alternative à l'avant-garde et prône un retour à la peinture, après les différents courants conceptuels et minimalistes qui se sont développés dans les années 1970.

 

Vendredi 20 septembre

Un Bouillon de Culture sur Michel TOURNIER (voir ci-dessous). Né en 1924. Etudes de philo en Allemagne puis il rate son agrégation de philo en France. Ecrit son 1er lire "Vendredi ou les Limbes du Pacifique" à quarante et des ans. Prix de l'Académie française puis le Goncourt avec le Roi des Aulnes dont Volker Sclöndorff tirera un film.

 

Michel Tournier le plus allemand des écrivains français, Volker Schlöndorff le plus français des cinéastes allemands

 

Eric me décrit Enelle comme une "femme furieuse"

 

La Juge d'Outrewe n'aurait jamais reçu de la Gendramerie, les informations sur Dutroux

 

Le soir au Miami avec Valérie

 

Samedi 21 septembre

Longue conversation téléphonique avec Mady Richard

 

Je commence  Démonomanie d'Henri Frédéric BLANC (n°60) qui a aussi écrit "Combat de Fauves au Crépuscule" et "Jeu de Massacre"

"J'ai aimé des femmes qui n'existent pas et dont les caresses me hantent encore"

"Désirer, pour une femme n'est-ce pas au fond, se désirer elle-même

Et désirer une femme, n'est-ce pas désirer être cette femme? "

 

Dimanche 22 septembre

 

Je commence "La Mécanique des Femmes " de Louis Calaferte, livre que je napprécierai guère. Déjà le titre

 

Grande expo au Musée de la vie rurale, au Fourneau St Michel. L'Art en Campagne. Moi qui ne fais que cela j'en ai été exclu par un certain Notaire Verbruggen qui n'a jamais vu mon oeuvre (voir documents ci-dessous). Je me tape tout le circuit seul et sur la matinée, je croise 6 personnes. Les sculptures sont nulles sauf celle de Dodeigne et de grandes roues rouillées d'un italien. C'est organisé par la province dont le siège culturel se trouve à St Hubert, avec des gens qui me connaissenr. Je rentre en plein dans leurs thèmes ave mes totems et mes pierres. Un nouveau complot pour me tenir à l'écart. Mais je suis bien content de ne pas participer à un parcours aussi merdique. Dans une tente de la Galerie Cyan, je tombe oh surprise sur un stand de Ransonnet. Que vient-il faire dans cette galère??Sans doute a t'on mis les toiles de lui qui ont été acquises par la communauté française

 

Annie Gaspard au répondeur. Elle a été plusieurs fois en clinique. A terminé son roman, cherche un éditeur. Viendra dimanche. Je lui dis que c'est fini avec Enelle

 

Le soir chez Anciaux. Je leur joue de la guitare

 

Lundi 23 septembre

 

Une lettre d'Enelle qui m'enlève définitivement toutes mes illusions. Je lui répondrai calmement "Tu sabotes d'une main ce que tu construis de l'autre". Elle me téléphonera qu'elle m'aime. Toujours ce jeu de l'élastique, y en a marre

 

Mardi 24 septembre

Je lis Calaferte Monologues

 

Valérie m'apprend que la peintre qui m'a fait faux bond alors qu'elle avait demandé à voir mon territoire et qui n'a pas pu le trouver et n'a plus jamais fait signe s'appelle Viviane De Smet. Elle a vu des peintures d'elle au Moulin d'en bas et me dit que ce n'est pas mal

 

On donne un film sur LENNY BRUCE avec Dustin Hoffman. Lenny est le maître de Guy Bedos (voir ci-dessous)

 

Mercredi 25 septembre

 

Je constate que depuis que j'ai quitté les circuits de l'art, je n'ai plus de conflits avec personne

 

Je commence "Le Sang Noir" de Louis Guilloux. Un livre remarquable

 

Jeudi 26 septembre

Je taille ma vigne-vierge et prends une photo de la façade (voir ci-dessous). La Vigne-Vierge qui commence à rougir

 

Je téléphone à Murielle et l'invite à passer la journée avec moi demain. C'est oui tout de suite. On regardera CHRISTO sur mes K7

 

Un reportage sur Scott Fitzgerald

 

Je commence "La Cripure de la Raison tique" de Guilloux

 

Vendredi 27 septembre

Murielle Noiset ici. On va s'enfiler tout Christo, sauf la "Running Fence". Elle adore. Elle m'a apporté des ficelles pour Eric Neuberg. Je la reconduis vers 20h00. On se serre très fort dans le hall et elle pleure

 

Un dessin de Kroll sur l'Affaire Dutroux et une soirée avec B.B (voir ci-dessous)

 

 

Samedi 28 septembre

Vernissage Eric Neuberg ce soir à Virton. Je ny vais pas. Trop éprouvé par ce que je vis

 

 

Dimanche 29 septembre

Je lis dans le n° 304 du Magazine Littéraire", cette phrase "Pan était amoureux d'Echo mais ne parvenait jamais à s'emparer d'elle, si bien qu'Hermès, son père, par pitié pour son désir inassouvi, lui apprit le seret de la masturbation" Et dire qu'Hermès est le protecteur des arts.

 

Une invasion de Bouvreuils dans mon jardin "Croupion blanc, dos gris et noir, dessous rouge et quel rouge..

 

Annie G. ici à midi. Ca faisait longtemps. Je lui offre un brou de noix qu'elle va faire encadrer. Elle me montre ses poèmes. Va se faire opérer du nez. Elle me dit qu'en 1993 j'ai joué un rôle capital dans sa prise de conscience en tant qu'écrivain. Pour elle je suis un type cohérent, authentique, faisant ce qu'il dit-sans déviations. AG a 44 ans

 

Le soir une émission sur le Jeu d'Echecs.

"Le jeu d'échecs est une mer où le moucheron peut se baigner et l'éléphant se noyer"

 

Lundi 30 septembre

Coup de fil de ma belle-soeur qui me demande d'aller voir au home, sa mère qui déprime." Je lui dis ok mais je précise "s j'ai arrêtè mes visites c'est que nous avions convenu qu'elle me ferait signe quand elle irait mieux, il y a  6 mois de celà et que j'attends toujours, que je n'ai plus de nouvelles de sa soeur (mon ex-épouse) depuis un an et que j'ignore totalement pourquoi. Et que donc, c'est bien de me demander d'aller voir votre mère mais je réclame un peu d'égards de votre part en contrepartie. Et paf ! ! !

 

J'en suis à la 1600 ème page de mon journal cette année et ce n'est pas fini. En tout, je suis à la page 16.813, volume 55

Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Ma Bio 245- 3e trimestre 1996
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 06:58
Ma Bio 244-2e trimestre 1996

Lundi 1er avril

A nouveau coup de fil de Nadine Graeffe de la Société Royale Belge des Ingénieurs et des Industriels. Il s'agit d'attribuer un prix des Ingénieurs à un artiste de la Province du Luxembourg. Je lui signale que Marie-Anne Bolle-Corbiau n'est jamais venue ici et ne connait pas mon travail; Mais ce n'est rien, elle viendra tout de même

Une question à Jean Edern Hallier "On vous dit megalo?" Jean Edern: ". Ce sont les autres qui sont petits. Et j'ai mal au dos si bien que je n'ai pas envie de me baisser. Je ne suis pas plus mégalo que Balzac, Hugo ou Nabokov, lesquels n'arrêtaient pas de me dire qu'ils étaient les meilleurs écrivains. Et ils l'étaient ! "

 

Mardi 2 avril

Patrice Gaillet revient de St Luc demain

Une émission de Christian Bussy sur les couples créateurs avec mes ex-amis, les Vandeloise, Guy et Juliette. Guy toujours aussi prétentieux et méprisant (voir ci-dessous). Une des réflexions de Vandeloise "La peinture ne m'intéresse pas". Il devrait plutôt dire "La peinture, je n'y arrive pas"

 

Mercredi 3 avril

Je reçois une lettre de Benoît Piedboeuf à propos de mes totems de 1993, qui se détériorent. Ah ben oui, il sont dehors et le Centre Culturel ne les entretient pas "Que comptes-tu faire ??,,,"Ils sont gonflés. Voici donc ma réponse à Benoît, mayeur de Tintigny, Président du Centre culturel de Rossignol at administrateur du Centre d'Art contemporain:

Cher Benoît,

Oui j'ai vu !(le mauvais état de mes totems). L'an dernier déjà au Festival de Jazz ! Des boursouflures ! Des explications? Elles sont multiples. Au niveau des grandes poutrelles, le bois neuf a joué, ce qui est tout à fait normal puisqu'en 1993, nous n'avons pu trouver du bois sec, tes animatrices le savent bien. Avec du bois sec et ancien les couleurs tiennent. C'est le cas depuis 17 ans chez moi (Tiens au fait je n'ai vu personne de Rossignol lors de mes portes ouvertes de 1995). Cela semble tenir le coup aussi dans la baie de Toulon alors que mes totems sont dans la mer. Mais il y a d'autres raisons, des erreurs dee manipulation qui ont été commises dans les ateliers. Une fois en mon absence, on a utilisé de la gouache à la place de la couleur acrylique-il a fallu tout effacer à mon retour avec des détergents, ce qui a pu altérer le vernis de base. Une autre fois pendant le spectacle des femmes aux tams-tams, des totems ont été rayés aux marqueurs, belle surveillance. Là aussi il a fallu employer des détergents; Jacqueline Daloze et Maryse Sampaix savent très bien tout celà. Je rappelerai aussi que les totems ont été réalisés par des enfants; Il y avait 6 équipes et nous ne pouvions tout contrôler. Certains travaillaient à toute allure et sans soin. Là aussi il a fallu corriger

En outre en 1993, après l'inauguration, j'ai surpris des enfants de Rossignol en train d'escalader mes totems et je les ai très clairement sermonnés. A la même époque, c'st moi qui ai découvert la sculpture de Philippe Le Docte, complètement renversée par les jeunes de Rossignol et j'ai alerté immédiatement les animatrices qui, bien entendu, n'avaient rien vu, comme d'habitude. Une autre fois, des campeurs au Festival de Jazz avient fixé leur tente en enfonçant des pitons dans mes totems et je m'en suis plaint immédiatement auprès de toi

Je te signale que je ne suis pas un artiste à qui l'on aurait commandé une oeuvre pour un parc, sinon j'aurais demandé un certain prix, beaucoup plus élevé. J'ai été engagé comme animateur d'une oeuvre réalisée par des enfants et j'ai été uniquement dédommagé en frais de défraiements "voiture"

J'ajouterais encore une chose. Nous avons reçu 1750 euros pour réaliser ce projet à Rossignol, ce qui  est dérisoire. En France nous avions obtenu 15.000 euros pour le même travail

Bien à toi

Christian

 

Ci-dessous les totems à Rossignol en 1993 et une vue du stage, le travail en atelier avec les enfants

 

Vendredi 5 avril

 

Vernissage à Bastogne de Josée ANDREI (voir ci-dessous)

Je me retrouve seul à l'Hôtel de Ville de Bastogne et vais chercher Eric qui dort chez lui, me disent ses parents. Je ramène Eric, puis demande à Anne Dominique de me présenter à sa mère, la peintre aveugle de San Francisco. Dominique me présente en disant "Je t'amène un monsieur formidable, Maman, tu vas voir". Et en effet cela va durer 2 heures. Elle a des cheveux blancs tirés en arrière et un visage basané de peau-rouge, vêtue de lin. Aveugle de naissance. A San Francisco depuis 14 ans. Peint depuis 10 ans. Ecrit aussi des poèmes et fait de la musique, compose et joue flûte, Kena etc...Elle a un ami térapeuthe. Adepte de la Gestalt et du Chamanisme. Expose dans les locaux de la Fondation Menuhin à La Hulpe et connait bien Marianne Poncelet. Je lui achète une K7 audio. Elle m'invite à San Francisco

Ensuite au bistro avec eric Neuberg qui me fait l'éloge de monj travail artistique

 

Samedi 6 avril

Je téléphone à Patrice Gaillet. On parle longuement. En gros cela va bien...

 

Dimanche 7 avril  PAQUES

Je termine l'Alchimiste de Coelho et commence Le Hussard Bleu de Roger Nimier.(21ème livre de cette 'année)

Une émission sur Belmondo (voir ci-dessous)

 

Lundi 8 avril

J'étudie et résume par écrit l'Histoire de l'Egypte:. Ancien Empire (3000 av J.C), Moyen Empire(-2000) et Nouvel Empire (-1600 Louxor-Karnac-Vallée des Rois). Aménophis IV vers moins 1300. Le culte d'ATON(monothéisme) remplace celui d'AMON etc....jusque Nasser

J'apprends par A.G qu' Alain Schmitz a demandé la sponsorisation d'Idelux. Annie a dû refuser au nom de la Direction générale et Alain a raccroché. Donc Monsieur Schmitz peut demander du fric à Idelux mais j'aurais dû refuser d'être repris dans un dictionnaire Omer Marchal, sponsorisé par Idelux

Amusant et d'une cohérence remarquable

 

Un hommage à BELMONDO (voir ci-dessous)

 

 

Mardi 9 avril

Visite de Madame Graeffe qui sort de chez Monique Bossicart. Je vois tout de suite qu'elle n'y connait rien en peinture. En fait chaque année dans une province différente cette société d'ingénieurs offre un oeuvre d'un artiste, à une entreprise régionale méritante. C'est Lambert Rocour qui a été choisi dans la Province de Liège l'année dernière et à Charleroi, celui qui a fait la sculpture sur la Grand'Place; Je ne recevrai jamais de nouvelles et ignore toujours (en 2015) qui a emporté la commande

 

Mercredi 10 avril

Anniversaire de la mort de ma chienne Craquotte. Ma première chienne inoubliable...

Visite de Dominique Marx qui n'est plus venu depuis un an. Il m'apporte une magnifique bouteille de whisky Glenfiddish. Grande discussion dans le jardin. Pourquoi a t'il pris le parti d'Alain Schmitz contre moi, à l'époque??. Pourquoi n'a t'il pas d'atelier à lui? Il est en crise et j'essaie d'être positif

 

Jeudi 11 avril

Mady Richard m'a laissé un message hier après 22 heures. Pourrais-je conduire Patrice à ses examens de contrôle à St Luc Bruxelles, demain à 11 heures, car elle ne peut pas????. Donc aller le chercher à Villers, 50 Kms vers le Sud, revenir vers le centre de la province et le remonter à Bruxelles puis refaire tout en sens inverse. Au minimum 6 heures de route avec une voiture en fin de course et Enelle qui vient cet après-midi. Désolé c'est non !

A midi à Charleville avec Enelle que je suis allé chercher à Bertrix. On va voir le Musée Rimlbaud avec Plume (voir photo)

Ah les Forsythias en fleurs le long de la route de Sedan

Un reportage sur STALINE

 

Vendredi 12 avril

J'achète deux Forsythias 'Mimosa de Paris) et un cerisier du Japon (Prunus) à Libramont et les repique dans mon jardin

Je croise Monique Bossicart qui me confirme la visite de Madame Graeffe chez elle. Elle reviendra la semaine prochaine avec son mari. Ah, ah......

 

Dimanche 14 avril

J'apprends par Enelle qu les Redant lui ont dit que je voulais profiter de son argent. Eh ben oui, je suis chômeur donc suspect. Un comble !!. Plus tard c'est moi qui vais lui avancer une somme importante qui ne sera remboursable qu'à sa mort, même pas à la mienne et cela parce qu'elle s'avèrera incapable d'assumer la maison qu'elle vient d'acheter à Pontaury, bien loin de chez moi. J'ai seulement évité de léser ma fille au profit de ses enfants à elle, la moindre des choses, en prenant des années plus tard une hypothèque sur sa maison de Pontaury, ce qu'elle aura tout fait pour éviter en prenant un avocat que j'ai rapidement roulé dans la farine et réduit à neant

 

Mardi 16 avril

Un Thema à Arte sur Jean Genêt (voir ci-dessous).Jean Genet (Paris, 19 décembre 1910 - id., 15 avril 1986) est un écrivain, poète et auteur dramatique français. Par une écriture raffinée et riche, Jean Genet exalte la perversion, le mal, l'homosexualité et l'érotisme, à travers la célébration de personnages ambivalents au sein de mondes interlopes.

Né de père inconnu à Paris VI. Sa mère l'abandonne à l'âge de sept ans. Il faut lire le poème "Un condamné à mort"

Le condamné à mort - Poéme de Jean GENET (Extraits


Le vent qui roule un cœur sur le pavé des cours,
Un ange qui sanglote accroché dans un arbre,
La colonne d'azur qu'entortille le marbre
Font ouvrir dans ma nuit des portes de secours.

Un pauvre oiseau qui meurt et le goût de la cendre,
Le souvenir d'un œil endormi sur le mur,
Et ce poing douloureux qui menace l'azur
Font au creux de ma main ton visage descendre.

Ce visage plus dur et plus léger qu'un masque

Est plus lourd à ma main qu'aux doigts du receleur

Le joyau qu'il empoche ; il est noyé de pleurs.

Il est sombre et féroce, un bouquet vert le casque.

Ton visage est sévère : il est d'un pâtre grec.

Il reste frémissant au creux de mes mains closes.

Ta bouche est d'une morte où tes yeux sont des roses,

Et ton nez d'un archange est peut-être le bec.


Le gel étincelant d'une pudeur méchante
Qui poudrait tes cheveux de clairs astres d'acier,
Qui couronnait ton front d'épines du rosier
Quel haut-mal l'a fondu si ton visage chante ?

Dis-moi quel malheur fou fait éclater ton œil
D'un désespoir si haut que la douleur farouche,
Affolée, en personne, orne ta ronde bouche
Malgré tes pleurs glacés, d'un sourire de deuil ?

Ne chante pas ce soir les «
Costauds de la
Lune ».
Gamin d'or sois plutôt princesse d'une tour
Rêvant mélancolique à notre pauvre amour ;
Ou sois le mousse blond qui veille à la grand'hune.

Il descend vers le soir pour chanter sur le pont
Parmi les matelots à genoux et nu-tête «L'Ave
Maris
Stella ».
Chaque marin tient prête
Sa verge qui bondit dans sa main de fripon.

Et c'est pour t'emmancher, beau mousse d'aventure,
Qu'ils bandent sous leur froc les matelots musclés.
Mon
Amour, mon
Amour, voleras-tu les clés
Qui m'ouvriront le ciel où tremble la mâture

D'où tu sèmes, royal, les blancs enchantements,
Qui neigent sur mon page, en ma prison muette :
L'épouvante, les morts dans les fleurs de violette,
La mort avec ses coqs !
Ses fantômes d'amants !

Sur ses pieds de velours passe un garde qui rôde.
Repose en mes yeux creux le souvenir de toi.
Il se peut qu'on s'évade en passant par le toit.
On dit que la
Guyane est une terre chaude.

Ô la douceur du bagne impossible et lointain !

Ô le ciel de la
Belle, ô la nier et les palmes.

Les matins transparents, les soirs fous, les nuits calmes,

Ô les cheveux tondus et les
Peaux-de-Salin.

Rêvons ensemble.
Amour, à quelque dur amant
Grand comme l'Univers mais le corps taché d'ombres.
Il nous bouclera nus dans ces auberges sombres,
Entre ses cuisses d'or, sur son ventre fumant,

Un mac éblouissant taillé dans un archange
Bandant sur les bouquets d'oeillets et de jasmins
Que porteront tremblant tes lumineuses mains
Sur son auguste flanc que ton baiser dérange.

Tristesse dans ma bouche !
Amertume gonflant
Gonflant mon pauvre cœur !
Mes amours parfumées
Adieu vont s'en aller!
Adieu couilles aimées! Ô sur ma voix coupée adieu chibre insolent !

Gamin, ne chantez pas, posez votre air d'apache !
Soyez la jeune fille au pur cou radieux,
Ou si tu n'as de peur l'enfant mélodieux
Mort en moi bien avant que me tranche la hache.

Enfant d'honneur si beau couronné de lilas !
Penche-toi sur mon ht, laisse ma queue qui monte
Frapper ta joue dorée.
Ecoute, il te raconte,
Ton amant l'assassin sa geste en mille éclats.

Il chante qu'il avait ton corps et ton visage.

Ton cœur que n'ouvriront jamais les éperons

D'un cavalier massif.
Avoir tes genoux ronds !

Ton cou frais, ta main douce, ô môme avoir ton âge !

Voler voler ton ciel éclaboussé de sang
Et faire un seul chef-d'œuvre avec les morts cueillies Çà et là dans les prés, les haies, morts éblouies
De préparer sa mort, son ciel adolescent...

Les matins solennels, le rhum, la cigarette...
Les ombres du tabac, du bagne et des
marins
Visitent ma cellule où me roule et m'étreint
Le spectre d'un tueur à la lourde braguette.

Le condamné à mort

 

On joue aussi RAGING BULL de Martin SCORSESE avec De Niro (voir ci-dessous)

Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996

Mercredi 17 avril

J'ai reçu ce matin l'affiche et le programme de l'expo de Liège aux Brasseurs, à laquelle je devais participer et je n'y suis pas. Pire, on ne m'a rien dit

Voici l'extrait de la lettre que m'adressait Evelyne Massart, organisatrice, le 24 janvier dernier:

"J'ai bien reçu ton courrier et ta proposition de travail. On en reparlera prochainement, au cours d'un déplacement vers ta région. Je te tiens au courant"

TU PARLES !!!,

Ce n'est pas ma non-sélection que je condamne mais la manière. Je n'avais pas demandé à participer, dégoûté de ce que j'avais vécu. Ce sont les organisatrices, dont aussi Anne Garnier, qui sont revenues à la charge. Il s'est donc passé des saloperies en coulisse, derrière mon dos (voir document ci-dessous. Invitation)

 

Un reportage sur Philippe LABRO et son expérience du COMA (voir ci-dessous)

 

Une émission sur l'écrivain américain John FANTE (voir ci-dessous)

J'ai repiqué un "Arbre à Papillons"

 

Dimanche 21 avril

Il fait superbe, je plonge dans l'étang, fais des coupes dans les élodées

Danse avec les Loups de Kevin COSTNER (voir ci-dessous)

 

Lundi 22 avril 1996

Voici ma réponse

Lettre A Anne GARNIER et Evelyne MASSART:

"Fin janvier je vous écrivais à chacune d'entre vous et vous envoyais-par sympathie, une mini-peinture. Aucune réponde d'Anne à qui je proposais de montrer des peintures d'Eric Neuberg, un des peintres les plus prometteurs que j'aie rencontré ces 20 dernières années

Le 24 janvier Evelyne me répondait "J'ai bien reçu ton courrier et ta proposition de travail. On en reparlera prochainement, au cours d'un déplacement vers ta région. Je te tiens au courant"

J'ai donc attendu, attendu jusqu'au 17 avril...j'avais d'autres propositions à vous faire, en outre. Et ce 17 janvier, je reçois de l'Administration communale de Liège, un carton d'invitation avec toutes les expositions sur le thème du FEU

Enterré le Vancau ou plutôt Incinéré...sans un mot, sans un signe de vie. !!!

Il avait cru que son installation aux Brasseurs avit suscité de l'intérêt, vous le lui aviez dit d'ailleurs, il avait cru qu'un certain contact humain s'était installé entre vous et lui, il avait même renoncé à porter plainte pour le vol de son totem, pour ne pas créer de problèmes à Evelyne

Et puis voilà, rien ! Le néant !; Ce n'est pas son élimination qu'il discute, c'est la manière. L'ART SANS ETHIQUE N'EST RIEN  ! ! !

Christian Vancau

 

Très curieux; Je tombe sur une article à propos de Roger SOMVILLE "qui accuse les stratégies maffieuses du monde culturel aux mains de quelques généraux et de nombreux sous-caporaux...les Femmes en tête "

 

Mardi 23 avril

Soirée Samuel BECKETT

En Belgique grosse affaire, le procès INUSOP, avec la condamnation du Ministre Guy Coeme et de bien d'autres (voir article ci-dessous) (Hermanus, Stalport, Vosswinkel, Javeau etc...)

 

Mercredi 24 avril

Une émission sur Henri TROYAT (voir ci-dessous)

J'ai laissé un message à Alain Schmitz en présence d'Eric Neuberg; Lui dis que je lui ai écrit une lettre de 10 pages à laquelle il n'a jamais répondu et qu'en conséquence il me foute la paix et pour de bon car lui ausi voudrait que je répare les totems, à l'oeil bien entendu

 

Vendredi 26 avril

Un article sur Gabriel Belgeonne que je ne connais pas encore

Aucune réponse d'Evelyne Massart ni d'Anne Garnier

J'ai Alain Schmitz au téléphone. Il laisse tomber pour les totems de Rossignol. Je lui dis ce que je sais à propos de sa demande de sponsoring à Idelux. Il ne nie pas. Il s'étonne que je ne participe pas à la nouvelle opération Portes ouvertes qu'il lance cette année; Je pense avoir assez donné. Et je lui parle d'Anne Garnier et de ma lettre

 

Dimanche 28 avril

On projette BOSNA de Bernard-Henri-Lévy qui nous raconte le conflit Bosniaque. Terrible film réquisitoire

Un article sur Charles BERTIN, le montois, neveu de Charles Plisnier. A reçu le prix Rossel en 1963 pour "Le Bel âge"

 

Lundi 29 avril 1996

Je reçois une convocation pour le Conseil culturel du Caclb malgré ce que j'ai dit au téléphone à Alain S. (voir ci-dessus). La réunion aura lieu à La Grange le 4 mai prochain. Stupéfait, je réponds en donnant ma démission officielle. Je dis que de toutes façons je me casse du monde de l'art sauf éventuellement pour l'une ou l'autre expo individuelle dans des conditions valables "Oubliez Vancau. Pensez à des gens comme Neuberg dont l'expo à Bastogne était remarquable". Qu'Anne-Marie aille voir ses peintures comme elle me l'avait promis et qu'elle passe par ici pour voir mon travail de cet hiver. Je quitte sans animosité et serai toujours prêt à l'aider dans un projet valable à condition qu'il ne concerne pas mon travail..." et je poste

Je termine Rimbaud "Souvenirs d'Ernest Delahaye", qui a rencontré Rimbaud sur les bancs de l'école de Charleville-Mézières. C'est le début d'une amitié indéfectible

Rimbaud est mort d'une tumeur synovite comme sa soeur Vitalie qui, elle, est morte à 17 ans, d'une synovite, après des souffrances dont le spectacle l'a cruellement affecté. Elle lui ressemblait par la fraiche carnation, la chevelure châtain foncé, les yeux bleus

 

A la télé on donne GERMINAL avec RENAUD. Un film de Claude Berri (voir ci-dessous)

 

Mardi 30 avril 1996

A la télé je visionne JOYCE-YEATS et BECKETT

Beckett, né un vendredi saint, en 1906 dans la banlieu de Dublin. Va à la même école qu'Oscar Wilde en Irlande du Nord. Joue du piano. Son favori Schubert. Joue aussi du criquet. Nommé en 1928, lecteur d'anglais à Paris; A 32 ans il est poignardé par un clochard qui lui avait demandé du fric. A l'hopital il est visité par une certaine Suzanne Deschevaux de Mesnil. Il l'épouse

Il est présenté à Joyce. Ils se voient pendant 10 ans, surtout au Pont de Grenelle. Le soir, le fils de Joyce chante Schubert accompagné au piano par Beckett

Pendant la guerre B.rejoint la Résistance et se réfugie avec sa femme à Roussillon. dans le Vaucluse. Il sera décoré de la Croix de Guerre par de Gaulle etc...

 

Un Thema sur SIMENON (qui était somnambule)

Sa deuxième femme était Denise QUIMET, la canadienne. Une ressemblance avec Piaff. La première était Régine RENCHON dite Tigy. Elle peignait (voir les articles ci-dessous)

Je vais chercher des appareils à jeter chez Jean-Louis Brocart

La sécheresse est de plus en plus intense

 

Un reportage sur Jane BIRKIN (voir ci-dessous)

Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996

Mercredi 1er mai

Simenon, 3 ans après la mort de sa mère Hannette (remariée)-il a 71 ans, écrit "Une lettre à ma mère" dans laquelle il dit " Non, nous ne nous sommes jamais aimés de ton vivant, tu le sais bien, tous les deux nous avons fait semblant"

Il ajoute "Ma mère était une scrupuleuse, une culpabilisée mais en même temps, elle voulait que sa bonté rapporte"

Elle lui préférait son frère

Cet hiver j'ai peint 120 broux de noix, plus ceux que j'ai donnés à Enelle, aux Gaillet, à Luc Neuberg, à Pascale Ravet et aux Michon

Je commence le "Journal d'André Gide". Plus de 1300 pages

Le vrai nom de Marina Vlady est" de Poliakov"

 

Un Thema sur Saint-John Perse (Alexis (ST) LEGER)

Jeunesse et débuts diplomatiques

Fils d'Édouard Pierre Amédée Leger, avocat-avoué à Pointe-à-Pitre à partir de 1873, et Marie Pauline Françoise Renée Dormoy, fille d'une famille de planteurs, Alexis Leger passe son enfance à Pointe-à-Pitre ainsi que dans les deux importantes demeures familiales que sont La Joséphine — une caféière sur les hauteurs de Saint-Claude au sud de Basse Terre — et Le Bois-Debout — une exploitation de canne à sucre à Capesterre — qui marqueront son imaginaire. Il fait son entrée en huitième au lycée de Pointe-à-Pitre tout récemment créé (futur lycée Carnot) mais suit ses parents partis pour Pau en mars 1899. Il entre en classe de cinquième au lycée de la ville, l'actuel lycée Louis-Barthou (c'est un autre lycée de Pau qui porte aujourd'hui son nom). Il fait ensuite des études de droit à Bordeaux dès 1904, puis fait son service militaire dans l'infanterie à Pau dès avant la fin de ses études.

Il rencontre assez tôt le poète Francis Jammes, en 1902, qui habite alors à Orthez, lequel le présente notamment à Paul Claudel, avec qui il entretient des relations mouvementées. Grâce à Jammes encore, il entre en relation avec André Gide et le milieu de la NRF. Gide et Jacques Rivière le poussent à publier ses premiers poèmes. Les poèmes Images à Crusoé puis Éloges paraissent dans La Nouvelle Revue française en 1909 et 1910, puis en recueil sous le titre Éloges en 1911. Valery Larbaud consacre un article très élogieux au recueil dans la revue La Phalange.

Le diplomate

 
Saint-John Perse à Locarno en 1925.
De gauche à droite : Saint-John Perse, Henri Fromageot, Aristide Briand, Philippe Berthelot.

Ayant réussi au concours des consulats en 1914, il est affecté au service de presse du ministre Delcassé, puis à la Maison de la presse du ministère des Affaires étrangères avant d'être nommé secrétaire de la légation française de Pékin où il reste de 1916 à 1921. Remarqué par Aristide Briand, il est nommé à l'administration centrale du ministère en 1922 puis devient en 1925 directeur du cabinet du ministre. En février 1933, il remplace Philippe Berthelot souffrant au poste de secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, avec le rang et la dignité d'ambassadeur de France, et ce jusqu'en 1940.

 

Peu de temps après avoir été nommé chef de cabinet d'Aristide Briand, Alexis Leger, alors germanophile, est l'un des principaux auteurs des Accords de Locarno en octobre 1925, plaidant pour une « conciliation franco-allemande pour assurer la sécurité de la France puis de l'Europe » ; Aristide Briand aura été son mentor et après sa mort en 1932, son disciple prolongera son influence au Quai d'Orsay et ce jusqu'en 1940. Ce que l'on a appelé la « pactomanie » lui sera reprochée par ses ennemis politiques. Toute sa vie, Alexis Leger a défendu la mémoire de Briand, comme en 1942 où il prononce un discours à sa mémoire à New York.

 

Secrétaire général du ministère des affaires étrangères, il a participé en avril 1935 à la conférence de Stresa. À ce poste pendant huit ans, il a assuré la continuité de la diplomatie française devant la valse des ministres (plus d'un par an en moyenne, dont Pierre Laval). Ainsi, en mai 1936, au moment de son arrivée au pouvoir, Léon Blum, sur plusieurs sujets, demanda : « Qu'en pense Leger ? » Par exemple sur l'attitude à adopter face à la remilitarisation de la rive gauche du Rhin. S'agissant de la Guerre d'Espagne et de la politique de la non-intervention, le rôle de Leger a peut-être été déterminant. Lors des Accords de Munich, il semble moins complaisant que Daladier et surtout Georges Bonnet, son ministre, devant l'abandon de la Tchécoslovaquie : Hitler le qualifie à cette occasion de « petit martiniquais sautillant ». En juin 1940, Paul Reynaud le démet brutalement de ses fonctions pour marquer une rupture avec la politique de passivité pratiquée vis-à-vis du Reich pendant huit ans et, accessoirement, pour complaire à sa maîtresse. Leger, remplacé par François Charles-Roux, en est blessé, refuse les affectations qui lui sont proposées en compensation et s'exile aux États-Unis.

 

Non sans être d'abord passé par Londres, mais tout rapprochement avec de Gaulle était impossible : Leger lui dénie toute légitimité. Il est alors déchu de la nationalité française par le régime de Vichy, son appartement parisien est mis à sac et il est radié de l'ordre de la Légion d'honneur. À Washington, il a trouvé un emploi à la Bibliothèque du Congrès grâce à Archibald MacLeish, poète américain, qui en était le bibliothécaire. Il devient, avec Jean Monnet peut-être, le seul Français qu'accepte d'écouter le président Roosevelt, très hostile au général de Gaulle. Le chef de la France libre essaie de le rallier à sa cause, mais Leger refuse sèchement, ce que le Général ne lui pardonnera jamais : en 1960, à l'occasion de son Prix Nobel, Alexis Leger ne reçoit aucune félicitation du Général.

 

Après la publication de ses Œuvres Complètes dans La Pléiade, en 1972, deux anciens très importants diplomates du Quai d'Orsay, René Massigli et Léon Noël, le dénonceront comme faussaire (sic) : en effet, il y publie sa correspondance privée avec sa mère, qui annonce, entre 1917 et 1920, des prophéties politiques concernant la Chine et l'Union Soviétique, que l'on ne retrouve pas dans ses notes adressées, à cette époque, au ministère des Affaires Etrangères.

Exil américain et mort

Aux États-Unis, en Argentine et en France, il publie successivement Exil en 1942, Pluies et Poème à l'étrangère en 1943, Neiges en 1944. À la Libération, depuis les États-Unis, il publie Vents chez Gallimard en 1946, puis Amers en 1957. À cette date, il revient chaque été faire de longs séjours en France, sur la presqu'île de Giens où des amis américains ont acquis pour lui une propriété, « Les Vigneaux ». Il se marie avec une Américaine, Dorothy Russel, dédicataire de Poème à l'étrangère, qu'il appelle « Dot » et surtout « Diane », de vingt ans plus jeune que lui. Il publie son poème Chronique en 1960, année où lui est attribué, grâce à ses amis américains et à Dag Hammarskjöld, secrétaire général des Nations-Unies, le Prix Nobel de littérature. Son allocution au banquet Nobel du 10 décembre 1960 est consacrée aux rapports entre science et poésie. Il publiera encore le recueil Oiseaux, inspiré par Georges Braque en 1963, et encore quelques poèmes dans la Nouvelle Revue Française : Chanté par Celle qui fut là en 1969, Chant pour un équinoxe en 1971, Nocturne en 1973 et Sécheresse en 1974. Il meurt le 20 septembre 1975, sur la presqu'île de Giens, dans le Var, où il repose désormais. Ses quatre derniers poèmes paraissent peu après en recueil sous le titre Chant pour un équinoxe. Peu avant sa mort, il avait légué tous ses manuscrits, papiers et objets personnels, ainsi que les livres de sa bibliothèque, à la Ville d'Aix-en-Provence, qui aujourd'hui encore abrite la Fondation Saint-John Perse. Son épouse Dorothy est décédée en 1985.

Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996

Jeudi 2 mai

CREOLE Personne d'ascendance européenne, née dans les Antilles, la Guyane ou La Réunion

Parler né à l'occasion de la traite es esclaves noirs et devenu la langue maternelle des descendants de ces esclaves (Antilles-Guyane. Iles de l'Ocean indien)

Il existe des créoles a base de français, d'anglais et de portuguais

 

Vendredi 3 mai

Un Bouillon de Culture sur Jean-Marie Colombani et Franz Olivier Giesbert

Jean-Marie Colombani est un journaliste et essayiste français, né le 7 juillet 1948 à Dakar (Sénégal), cofondateur et directeur de publication du magazine en ligne Slate.fr. Il a été président du directoire du journal Le Monde et directeur du journal Le Monde de 1994 à 2007.

 

Franz Olivier Giesbert dit FOG

Nommé en 1985 directeur de la rédaction d'un journal en pleine crise, il redresse Le Nouvel Observateur. Il y était considéré comme "de droite" par certains de ses journalistes.

En septembre 1988, il quitte Le Nouvel Observateur pour rejoindre Le Figaro, quotidien alors emblématique du Groupe Hersant. Sa mère s'était pourtant vivement opposée à Robert Hersant quand ce dernier avait racheté Paris-Normandie et le passage du grand hebdomadaire de gauche vers le grand quotidien de droite surprend beaucoup de gens. Jean Daniel dit avoir vécu son départ comme une trahison1 De 1988 à juin 2000, il est directeur des rédactions et membre du directoire du Figaro. Il redresse par ailleurs les ventes du Figaro Magazine.

Il quitte ses fonctions en septembre 2000, et entre à l'hebdomadaire Le Point en qualité de directeur, sous l'influence de son fondateur Claude Imbert. Il croit dans les valeurs du travail d'équipe, aussi s'entoure-t-il de Michel Colomès, directeur de la rédaction et de Michel Richard comme directeur adjoint. Avec Philippe Bertrand, son directeur artistique, il décide de moderniser la maquette. Pour augmenter le nombre de lectrices, il fait évoluer la dernière partie du magazine, car les études montrent que davantage de femmes que d'hommes commencent leur lecture par la fin.

PDG depuis 2003 du groupe SEBDO Le Point, il permet au magazine de connaître un nouvel essor commercial, notamment auprès des catégories socioprofessionnelles les plus élevées. Misant sur l'indépendance d'esprit, les couvertures de l'hebdomadaire sont volontairement de plus en plus agressives. Sous sa houlette, les ventes du Point passent de près de 300 000 en 1999 à environ 415 000 en 2010, soit une augmentation de quelque 120 000 exemplaires.

Le ton ou l'impertinence du Point aurait déplu à Nicolas Sarkozy qui, en 2008, aurait demandé la tête de Franz-Olivier Giesbert à François Pinault, tout comme l'auraient fait auparavant François Mitterrand, Jacques Chirac et Dominique de Villepin. En février 2012, François Pinault confirme l'information au magazine économique Challenges : « C'est à moi que Nicolas Sarkozy s'adressait pour me demander régulièrement de virer Franz-Olivier Giesbert de la direction du Point », explique le propriétaire de l'hebdomadaire, avant de préciser que l'immixtion présidentielle lui déplaît et le conduit au contraire à maintenir Giesbert, qu'il décrit comme un « excellent patron de presse, solide, créatif et paradoxal », dans ses fonctions.

Il entretient ou a entretenu des relations d'amitié avec plusieurs grand écrivains : Julien Green, Michel Tournier, Norman Mailer et J.M.G. Le Clézio qu'il a interviewés souvent ou qui ont collaboré régulièrement aux journaux qu'il a dirigés. Il fréquente le club Le Siècle. Il est membre du jury du Prix Renaudot, où il a été élu en juin 1998 .

 

Lundi 6 mai

Homage à Joseph Redouté le peintre de la Rose, né à St Hubert en 1759

 

Mardi 7 mai

Je taille mes haies. J'en ai taillé trois sur quatre

Un reportage sur Stephan ZWEIG ((voir ci-dessous). Né en 1881-Juif. A Vienne, puis à Salzbourg, il part pour Londres en 1934 et ensuite pour le Brésil en 1940, après avoir en 1939 épousé Lotte Altsman, sa secrétaire

Enelle est à Tamines peandant que les travaux suivent leur cours à Pontaury

Murielle Noiset et Christine Ligi viennent passser l'après-midi ici. Je les reconduis à St Pierre à 22h00

Mercredi 8 mai

Un Siècle d'écrivains sur Jean-Marie LE CLEZIO, né à Nice en 1940 (voir ci-dessous)

 

Jeudi 9 mai

De Kurt WEIL: "Je n'ai jamais admis la différence entre la musqiue sérieuse et la musique légère. Il n'y a que de la bonne ou de la mauvais musique"

Un article sur mon ami, l'écrivain liégeois Bernard GHEUR ainsi que sur LOU REED

 

Vendredi 10 mai

Hier j'a lu dans Le VIF-L'EXPRESS que Christian BOBIN était un jeune écrivain catholique. L'article s'intitule SAINTES ECRITURES. :Hériters de Bernanos, Clavel et Peguy, de jeunes écrivains catholiques

"Aujourd'hui quand on entend l'expression "écrivain chrétien", on sort son Christian Bobin de la poche. Ecrivain du silence et de la contemplation, Bobin en appelle à l'esprit d'enfance évangélique"

Quelle horreur ! ! !. C'est un article signé Laurence LIBAN

Pour moi un artiste n'appartient à aucune religion. Il est au-delà. Sinon ce n'est pas la peine

J'écrirai à Bobin qui n'a peut-être pas vu cet article, que je lui envoie, s'il compte exercer un droit de réponse.?? (Je suis vraiment naïf)

Je n'aurai jamais de réponse

 

Goya est mort à Bordeaux en 1792 (né en 1746), frappé d'une méningite cérébrale à 46 ans

 

Samedi 11 mai

Une page de mon journal esquissant ces 4 haies que je suis en train de tailler à la hauteur réglementaire (voir ci-dessous).Cela m'aura pris 7 jours

Un Bouiilon de Culture avec BERTOLUCCI. Son père Attila est poète et  a 85 ans. Berto a fait beaucoup d'années de psychanalyse. Sa femme est metteur en scène. Il a reçu le Grand Prix de Poésie avant de se lancer dans le cinéma. S'est inscrit au PC en 1968

Aussi "La Femme Tatouée" film japonais de TAKABAYASHI

Au Delhaize je croise Didier Anciaux, le beau-frère de Muriel Noiset :"Il paraît que tu as quitté le CACLB (Centre d'Art Contemporain du Luxembourg Belge), tu as bien fait, je te félicite. Ce sont des cons !"

Il dit que je dois lire DELTEIL (Et je le ferai bien sûr)

Patrice Gaillet au répondeur. Aïe, récidive, le joue regonfle, le cancer est revenu. Ils vont voir à St Luc ce qu'il y a lieu de faire

 

Lundi 13 mai

On diffuse PARIS TEXAS de WENDERS; Palme d'Or à Cannes en 1984 (voir ci-dessous)

Patrice me dit au téléphone "J'ai trois chances sur dix de survivre dans les 5 ans qui viennent" Il va commencer la chimio

 

Mercredi 15 mai

Raymond ROUSSEL à "Un siècle d'écrivains" (voir ci-dessous)

Raymond Roussel, né à Paris, le 20 janvier 1877 et mort à Palerme, en Italie, le 14 juillet 1933, est un écrivain, dramaturge et poète français.

 

Biographie
 
L'auteur âgé de 18 ans : c'était là son portrait préféré2.

« On en sait plus sur Virgile que sur lui » écrit Jean Ferry. Pour résoudre certaines énigmes de sa biographie, on peut interroger Roussel lui-même en consultant Comment j'ai écrit certains de mes livres, publié deux ans après sa mort.

 

Raymond Roussel est né le samedi 20 janvier 1877 à h du matin au 25 boulevard Malesherbes (Paris) dans un milieu extrêmement aisé. Ses parents sont Eugène Roussel, 47 ans, agent de change et fils d'un avoué normand et Marguerite Moreau-Chaslon, 30 ans, fille du président du conseil d’administration de la Compagnie générale des omnibus, Aristide Moreau. Il est le cadet d'une famille de trois enfants : un frère, Georges, et une sœur, Germaine. Après des études musicales, durant lesquelles il s'est essayé à la composition, mais vainement, « la musique restant rebelle », il décide à dix-sept ans de ne plus faire que des vers, dans une versification parfaite, il écrit nuit et jour pendant de longues périodes.

 

En 1883, la famille Roussel quitte le boulevard Malesherbes pour venir s'installer dans un hôtel particulier, au 50 rue de Chaillot qui deviendra le 20 rue Quentin-Bauchart, et sera l'adresse de Raymond de 1928 jusqu'à sa mort. Il a 16 ans quand il est admis au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, en classe de piano.

 

En 1894, sa mère, sa sœur et lui-même héritent de la fortune du père, ancien agent de change, mort le 6 juillet. Cette fortune, qui sera gérée par le père de Michel Leiris, est alors estimée à environ 40 millions de francs-or. Raymond Roussel commence à écrire des vers pour accompagner ses compositions musicales. À 17 ans, il écrit Mon Âme, un long poème publié trois ans plus tard dans Le Gaulois.

 

En 1896, il commence l'écriture d’un long poème intitulé La Doublure. Pendant la rédaction de cette œuvre, il a ce qu’il appellera une « curieuse crise » où, durant quelques mois, il éprouve une « sensation de gloire universelle d’une intensité extraordinaire ». En octobre, il est à Milan avec sa mère. Il s'éveille à la vie et à la poésie.

 

La Doublure, paru le 10 juin 1897, reste son premier livre mais s'avère cependant un échec complet : « J'eus l'impression d'être précipité jusqu'à terre du haut d'un prodigieux sommet de gloire », témoigne Roussel. Il tombe alors en dépression. Il est soigné par le psychiatre Pierre Janet qui décrira son cas dans De l'angoisse à l'extase (1926)

 Ses insuccès provoquent chez lui de véritables crises de délire.

 

Raymond Roussel fréquente les salons mondains, y rencontre Marcel Proust. En 1899, il rend visite à Jules Verne. Il admirait aussi Pierre Loti et Paul Bourget.

 

Au moment de la parution dImpressions d’Afrique, en 1910, il est de nouveau déçu. Le roman reçoit peu d'échos. Personne ne s’y intéresse, sauf Edmond Rostand qui prétend en faire une « pièce extraordinaire ». Roussel en fait alors jouer successivement trois versions, mais la critique s’acharne sur la pièce qui s'avère un échec.

 

L'année 1911 est marquée par la mort de sa mère. Sa sœur, Germaine Roussel (1873-1930), duchesse d'Elchingen, s'installe dans l'hôtel particulier familial.

En janvier 1914, c'est la parution du roman Locus Solus qui n’est guère mieux accueilli que les précédents.

 

En 1920 et 1921, Roussel effectue un tour du monde. Il séjourne notamment à Tahiti, sur les traces de Pierre Loti.

 
La fameuse roulotte automobile présentée ici sur une carte postale (1925) imprimée aux frais de l'auteur.

En 1923, Roussel charge Pierre Frondaie de faire une adaptation théâtrale de Locus solus, qui rencontre aussi un notable insuccès et provoque même des disputes. Roussel accède ainsi à une forme de célébrité par le scandale.

 

Le 5 mai 1924, pensant que ses pièces échouaient parce qu'elles n’étaient que des adaptations, Roussel écrit directement pour la scène L’Étoile au front, mais c’est encore un échec accompagné de protestations et de bagarres : « Pendant le second acte, un de mes adversaires ayant crié à ceux qui applaudissaient : « Hardi la claque », Robert Desnos lui répondit : « Nous sommes la claque et vous êtes la joue ». Le mot eut du succès et fut cité par divers journaux. »

 

Le 2 février 1926, La Poussière de soleils, sa dernière pièce, est jouée au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, dans les décors de Numa et Chazot : « On s'arracha les places, et l'affluence y fut énorme. Beaucoup ne venaient que pour avoir le plaisir d'assister à une séance houleuse et d'y jouer leur rôle. Cependant la représentation fut calme. »9 La critique fut toutefois encore assez négative.

 

En 1932 paraît le dernier livre publié de son vivant, Nouvelles Impressions d’Afrique.

tombeau
 
Tombe de Raymond Roussel au cimetière du Père-Lachaise.

 

Le 14 juillet 1933, il est retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel, au Grand Hôtel et des Palmes, à Palerme, à la suite d'une ingestion excessive de barbituriques. Le 2 juillet, il avait déjà tenté de s'ouvrir les veines, mais fut sauvé par son mystérieux chauffeur Orlando et par sa « gouvernante », Charlotte Dufrêne.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise.

Deux ans plus tard est publié un ouvrage posthume, Comment j’ai écrit certains de mes livres.

Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel
Photo de Raymond Roussel

Photo de Raymond Roussel

Vendredi 17 mai

Enfin des orages et des averses...

Un Bouillon de culture sur Yehudi Menuhin qui a fêté ses 80 ans

Un article sur les GRENOUILLES

 

Dimanche 19 mai

WE de l'Ascension. Patrice Gaillet me téléphone et me propose de venirr. Ils m'attendenr à 14h00 pour le déjeûner. J'y suis Arrivent un collègue du Soir, sa femme et leur bébé. Aucune affinité avec ces gens-là. Après leur départ je fais un tour du potager avec Mady et Patrice s'endort dans l'herbe. Ensuite promenade avec eux deux le long de leur sentier boisé (Il sont vraiment dans un cul-de-sac)

Patrice part chez sa mère pour téléxer ses photos

Conversation lourde avec Mady. Il y a vraiment très peu d'espoir. Il va suivre un traitement omeopathique en même temps que sa chimio

 

Lundi 20 mai

Je sème des fleurs de rocailles un peu partout (voir ci-dessous)

A Cannes "Secret end Lies" de Mike Leigh (Grande Bretagne) remporte la Palme d'OR

 

Mercredi 22 mai

Eric Neuberg ici avec ses nouvelles peintures, dont une en cours, qu'il retravaille dans mon atelier

 

Jeudi 23 mai

Je prépare le deucième potager pour les haricots et plante des tuteurs

Un reportage sur Jack Nicholson

 

Vendredi 24 mai

Un grand document sur "L'Histoire du Vatican" qui est devenu un Etat par le Traité du Latran signé par Mussolini et Pie X, en 1929

 

Samedi 25 mai  Pentecôte

Je rentre mon bois de chauffage, fourni par Clarenne et déversé devant la maison. 74 brouettes sous la pluie

Enelle arrive ici le soir

José Bedeur et Mirela vont déménager à PECROT

 

Dimanche 26 mai

Je lis un article sur un livre " Lila dit ça" dont l'auteur se fait appeler CHIMO mais personne ne sait qui c'est. Nouvelle supercherie littéraire?? Edité chez Plon (voir ci-dessous)

Le soir au Miami avec Enelle, Valérie et Stepahne qui revient de Virton, avec une casquette et en super-forme. Aussi Nathalie Slachmuylders, Christine Brocart, Anne Bourdon et tous les autres

On va rire jusqu'à 1 heure du matin

Denyse W une nouvelle fois au répondeur. Ma lettre d'il y a un an à laquelle elle n'a jamais brépondu, était pourtant on ne peut plus claire

 

Mardi 28 mai

Je reçois une carte d'Irlande de Christine Ligi et Isabelle Noiset (voit ci-dessous)

 

Mercredi 29 mai

Un Siècle d'écrivains sur Frédéric DARD, le commissaire San Antonio (voir ci-dessous). Dard a 76 ans. Est né dans le Lyonnais avec un bras gauche inerte, dans une famille pauvre; mais sa grand-mère le faisait lire. Sa fille a été enlevée pendant 3 jours en 1983. Amateur d'art contemporain. Escarpit le compare à Rabelais. Rencontre Albert Cohen

 

Vendredi 31 mai

Eric Neuberg ici vers 16h00. Pastis. On monte dans l'atelier. Je lui montre un catalogue sur Tal Coat et Eric s'éclate. Il n'aime pas Rolet

A 20h00, je suis chez le couple Anciaux à Libramont, pour la première fois, je crois. Didier Anciaux fou de lecture. Aussi le chien Bouboule. On a discuté de philosophie et de littérature. Didier me prête de Claude Duneton 'Le Bal à Korsor"--Sur les traces de Luois FerdinandCéline à Sigmaringen.

On a écouté Léautaud

Je me couche à 2h20

J'ai écrit 150 pages de journal en mai

 

 

Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996

44Samedi 1er Juin 1996

Le peintre TAL COAT(signifie Front de Bois en Breton), Breton (1905-1985). Son vrai nom Pierre Jacob. En 1927, sa 1ère exposition à la Galerie Fabre où il prend le pseudonyme de Tal Coat pour ne pas être confondu avec Max Jacob (qui peint aussi, pour rappel). Se lie d'amitié avec les frères Giacometti. Puis il rencontrera Balthus-Artaud et Tzara

Je lis "Le cauchemar climatisé" d'Henri Miller

Je termine DUNETON. Très bon

Claude Duneton, né en 1935 à Lagleygeolle en Corrèze et mort à Lille le 21 mars 2012, est un écrivain, romancier et traducteur, historien du langage, chroniqueur au Figaro Littéraire et comédien.

 

Biographie

De culture occitane, Claude Duneton est d'abord enseignant d'anglais. Il se fait connaître par ses livres sur l'institution scolaire et sur la difficulté à faire aimer les lettres en raison du conformisme de l'enseignement de la langue française et des préjugés de classe ; il souhaite une langue française ouverte aux apports populaires et dialectaux, comme l'est, à ses yeux la langue anglaise (Parler croquant).

Depuis la publication de La Puce à l'oreille, il est connu comme un dénicheur d'expressions dont il cherche, autant que faire se peut, à retrouver des origines attestées.

Il fait aussi œuvre d'historien dans Le monument qui narre la vie et la mort des jeunes morts inscrit sur le monument aux morts, micro-contribution à l'histoire de la guerre de 1914-1918.

Il a publié l'œuvre d'Alain Cahen, dont il a retrouvé les manuscrits.

Il faisait partie du jury de l'académie de la Carpette anglaise.

Claude Duneton était également comédien au théâtre, à la télévision et au cinéma.

Il décède le 21 mars 2012 à l'EPHAD Edilys à Lille.

Bibliographie

  • Jojo l'animain, ill. Marie Fatosme : conte jeunesse illustré, Tertium éditions, 2010
  • La Dame de l'argonaute : roman, Paris : éd. Denoël, 2009
  • « Marcelle », texte in Inconnues Corréziennes, résonances d'écrivains. Ouvrage collectif, éd. Libel, 2009
  • Pierrette qui roule. Les terminaisons dangereuses, Paris : éd. Mango, 2007
  • Les Origimots : album jeunesse, avec Nestor Salas, Paris : éd. Gallimard Jeunesse, 2006
  • Loin des Forêts rouges : roman, Paris : éd. Denoël, 2005
  • Le Monument : roman vrai, Paris : éd. Balland, 2004
  • Au Plaisir des mots, Paris : éd. Balland, 2004
  • La Duchesse de Malfi, John Webster, Claude Duneton, Paris : éd. Grasset et Fasquelle
  • Mots d'amour : petite histoire des sentiments intimes, Paris : éd. du Seuil
  • Alexandre Vialatte ou la complainte d'un enfant frivole, Claude Duneton & Ferny Besson, éd. Jean-Claude Lattès (Biographie)
  • La Chienne de ma vie, éd. F. Janaud, 2000
  • La Mort du français, Paris : éd. Plon, 1999
  • Le Guide du français familier, Paris : éd. du Seuil, 1998 (Dictionnaire/Encyclopédie)
  • Histoire de la chanson française (coffret - 2 volumes : Vol. 1 - Des origines à 1780 ; Vol. 2 - De 1780 à 1860), Paris : éd. du Seuil, 1998 (Danse/Musique)
  • Le Voyage de Karnatioul, éd. du Laquet, 1997 (diffusion Tertium éditions)
  • Bal à Korsor, sur les traces de Louis-Ferdinand Céline : nouvelles, Paris : éd. Grasset et Fasquelle, 1994
  • Marguerite devant les pourceaux, Paris : Grasset et Fasquelle, 1991.
  • Le Bouquet des expressions imagées : encyclopédie thématique des locutions…, en collaboration avec Sylvie Claval, Paris : éd. du Seuil, 1990 (Cinéma/Photographie)
  • Rires d'homme entre deux pluies, Paris : Grasset et Fasquelle, 1990 / Prix des libraires 1990
  • L'Ouilla, Paris : éd. du Seuil, 1987
  • Petit Louis, dit XIV, l'enfance du roi-soleil, Paris : éd. du Seuil, 1985 (Littérature - Documents)
  • Le Chevalier à la charrette, en collaboration avec Monique Baile, Paris : éd. Albin-Michel, 1985 (document - actualités)
  • À hurler le soir au fond des collèges : l'enseignement de la langue française en collaboration avec Frédéric Pages, Paris : éd. du Seuil, 1984 (Sociologie/Anthropologie)
  • La Goguette et la gloire, Le Pré aux Clercs, 1984
  • Le Diable sans porte, Paris : éd. du Seuil, 1981
  • La puce à l'oreille : anthologie des expressions populaires avec leur origine / Paris : éd. Stock 1978 ; nouvelle édition revue et augmentée, Paris : éd. Balland, 2001
  • Anti-manuel de français à l’usage des classes du second degré / en collaboration avec Jean-Pierre Pagliano, Paris : éd. du Seuil, 1978(Littérature/Documents)
  • Je suis comme une truie qui doute, Paris : éd. du Seuil, 1976
  • Parler croquant, Paris : éd. Stock, 1973

A 19h00 je suis chez les Felix à Lorcy. Maryse et sa mère me disent "Ta braguette est ouverte" alors que je vais entrer et que tout le monde est sur le seuil. Et moi sans réfléchir "Que voulez-vous, quand on vit seul..". Eclats de rire. Merveilleuse soirée

 

Dimanche 2 juin

Enelle au téléphone de Tamines. N'en sort pas, est à bout, est sur le point de revendre, n'ose pas additionner ses devis. ben oui les travaux doivent être terminés pour la fin de ce mois. Mais pourquoi alors avoir fait appel à des ouvriers qui ne travaillent que les W.E???

 

Lundi 3 juin

Je me prends deux doigts dans la tondeuse mais je me tape tout de même toutes les pelouses

Eric Neuberg veut m'acheter une pièce, en payant par mois. C'est OK. Une pièce magnifique qui provient de la cheminée de Ransonnet à Cortil que j'ai fracassée lors de travaux de démolition partielle de l'immeuble qu'il venait d'acheter. La voici ci-dessous. Je la regrette cette oeuvre

Je cuve mon mal de doigts comme je peux

 

Mardi 4 juin

Eric vient chercher ma pièce de marbre et de plâtre

 

Mercredi 5 juin

Grand soleil

Sortie de mes 4 premières lignes d'Haricots

Je me baigne deux fois dans le grand étang avec Plume qui semble accepter l'eau

Je vais être bientôt libéré de l'obligation de pointer. Il faut faire baisser les statistiques. Un chômeur de moins????

Je nettoie les étangs

Je me mets à penser à mon psychanalyste Robert George. Il y a des années que je pense que je devrais lui dire merci de m'avoir permis de survivre. Je ne l'ai plus vu depuis 25 ans. Vit-il toujours et si oui, où?? Exerce t'il toujours?? Je prends un vieil annuaire. Son nom est dedans. Je risque. Il est là. Je lui dis que je suis un homme heureux et que je le lui dois en partie. Il a 65 ans.(Il n'avait donc que 6 ans de plus que moi lorsqu'il m'a psychanalysé) Sa femme, psychagogue n'exerce plus. Il travaille avec mon oncle Jean-Pierre Duesberg, dermatologue à Liège; en travaillant les verrues par suggestion. Il ne vient plus à Beauraing (maison de campagne de sa belle-mère qui est décédée). Il semble très content de mon coup de fil. Je vais lui écrire et lui envoyer des photos

 

Vendredi 7 juin

C'est l'anniversaire d'Enelle. Elle viendra ce soir. Courses à Libramont.et probablement mon dernier pointage. A 11 heures, deux femmes inconnues surgissent par le côté (qui n'est pas encore clôturé à l'époque. Une des deux est Zaïroise (du Kivu). La blanche est grecque d'origine. Je leur fais tout visiter et elles vont rester deux heures. En fait elles veulent que je m'abonne à un Club du Livre. Non, pas d'argent et puis leurs sélections ne m'intéressent pas. Désolé. Leur car vient les chercher à Moircy à 14h00; Ci-dessous une trace de la grecque. La noire a bronzé en restant au jardin Elle n'en revenait pas en regardant les traces de ses sandales. Le soleil de Moircy qui fait bronzer les Noires

Je prépare le Maitrank, travaille aux étangs, tonds les pelouses, prépare le repas d'anniversaire

Nicolas Bertolazzo me téléphone pour m'inviter à l'anniversaire de Mady Richard, femme de Patrice Gaillet, demain. Désolé c'est trop tard; Toujours cette manie des gens de prévenir en dernière minute

Les Lunaires sont en fleurs (Monnaie du Pape ou Herbe aux Ecus) depuis un mois. Les genêts s'ouvrent ainsi que les lupins

Les travaux de la maison d'Eric à Longwilly sont en cours

Les ORAGES arrivent. Il risque de faire trop "pical" ce WE

Enelle arrive à 21h15. Bravo. On boit tout de même le champagne dehors

 

Samedi 8 juin

L'anniversaire d'Enelle et un de mes cadeaux. Plein soleil

Eric Neuberg le soir

 

Mardi 11 juin

Je reçois du chômage de nouvelles cartes blanches confirmant ma dispense de pointage. Je dois en renvoyer une tous les mois

Une émission sur la transsexualité (voir ci-dessous)

Dans mon journal je recopie des extraits du "Cauchemar climatisé" de Miller qui est un livre important

 

Mercredi 12 juin

Mon Rhodo est en fleurs (voir ci-dessous)

Reportage sur l'écrivain Jules ROY "L'amour  c'est la déraison"

 

Jeudi 13 juin

Une expo de mon ami Bernard Noirot de Libramont chez son copain Daniel Fauville à Montigny-le-Tilleul

Je plante des Canisses de Toulon dans mon plus petit étang(voir ci-dessous)

 

Vendredi 14 juin

C'est le foot. L'Euro 96 qui commence en Angleterre avec un match Portugal-Turquie

Quel est l'endroit où les femmes sont le plus frisées?? Réponse "En Afrique"

Un ABER ou RIA c'est la basse vallée d'un cours d'eau, envahie par la mer, formant un estuaire profond et découpé

 

Samedi 15 juin

Je suis dans Le Clezio "Diego et Frida" mais je ne parviens toujours pas à coller à son écriture

Je vais chez Valérie et cela se terminera au Miami où je rencontre Xavier Dupont et ses deux amis liégeois. Xavier fait de moi quelques carricatures sur des cartons à bière; Fin à 3h00 du mat.

 

Mardi 18 juin

Je réalise ma première tarte (voir ci-dessous)

Coup de fil de Didier Anciaux qui travaille à l'Offic des Pensions à Arlon. Il me dit que mes années de chômage entrent en ligne de compte pour le calcul de ma pension. Bonne nouvelle !

 

Mercredi 19 juin

Au printemps j'ai transplanté une bouture de Spirée venant de La Courbeure et elle à repris. Une Spirée Triumphans (fleurs rouges). Les Spirées attirent beaucoup les abeilles, les Papillons..ett les Mouches

Dans mon jardin, aussi une Ancolie (voir photo ci-dessous)

Boris Vian avait deux enfants Patrick et Carol

A nouveau forte sécheresse

Les têtards sont en train de devenir grenouilles

De Vian que je visionne à la télé "Je m'applique volontiers à penser aux choses auxquelles je pense que les autres ne penseront pas" ou "Personnellement je ne sais pas du tout ce qui est beau mais je sais ce que j'aime et je trouve ça entièrement suffisant". Je visionne Vian à" Un Siècle d'écrivains" (voir ci-dessous)

A la Courbeure pour aider Enelle dans son déménagement. Je rentre vers 19h00 et Enelle me suit et remplit presque la totalité de mon surgélateur avec des quantités de provision. Pouc combien de temps. Je lui fais remarquer que je suis à son entière disposition depuis des mois mais que moi aussi j'ai une existence et des problèmes dont je n'ai même pas le temps de lui parler. Et aussi que c'est très agréable pour moi de l'aider à déménager loin de chez moi.

Trois maçons sont occupés à Pontaury et ça n'avance pas et ils disent qu'ils n'auront pas fini avant fin juillet. Je pensais qu'Enelle avait acheté une fermette habitable, le 13 ami dernier ???.

Eric Neuberg est né le 19 juillet 1965. Il va donc avoir 31 ans

 

Vendredi 21 juin

On donne "La Dame de Shangaï" d'Orson Welles à la télé. Un chef d'oeuvre

 

Samedi 22 juin

Un Metropolis sur Pierre COMBESCOT qui vient de sortir "La Sainte Famille" (Voir article ci-dessous)

Patrice Gaillet encaisse difficilement sa deuxième chimio. Il a comme d'habitude des ennuis avec son groupe éléctrogène

 

Dimanche 23 juin

A nouveau un article sur CHIMO cet auteur inconnu qui a écrit  "Lila dit ça", édité par Plon et déjà acheté par 17 pays (voir article ci-dessous)

En soirée je reçois Didier et Anne Anciaux et Eric Neuberg. Didier m'offre un livre de Céline "Entretiens avec le professeur Y" et Eric m'apporte "Le Désert" de Le Clézio

Didier m'a aussi apporté deux K7 de Léautaud (180 minutes)

 

Lundi 24 juin

Je visionne "Le Village des Damnés". Génial. Voir ci-dessous. Film britannique réalisé par Wolf RILLA

Je commence "L'Occupation" de Georges PERROS (1923-1978) qui a aussi écrit "Papiers collés"-"Poèmes bleus" et "Une vie ordinaire"

Un "Fait Divers" sur JULIE et MELISSA" "Affaire Dutroux", qui ont été enlevées le 24 juin 1995 à Grace-Hollogne; On n'a toujours rien trouvé. Impensable! (voir ci-dessous)

On joue Lily Marlène de Fassbinder (voir ci-dessous)

 

Mardi 25 juin

Un Thema sur" L'Art afrcain". Arman a commencé sa collection d'art africain en 1954. Baselitz en 1974 (voir ci-dessous)

 

Mercredi 26

Je commence" Le Désert" de Le Clezio

Dominique Mars expose à la Galerie Simoncini à Luxembourg (voir ci-dessous)

Murienne Noiset harcelée par un certain Benoit G. que je connais très bien et ne fréquente plus. Elle m'appelle "au secours". Je lui dis "si tu es une folle créatrice, protège-toi et garde-toi des fous stériles". Murielle a 28 ans.

Un reportage sur LAURENCE D'ARABIE (voir ci-dessous) (1888-1935). Le roi sans couronne d'Arabie. Cela se passe durant la guerre 14-18. Les turcs sont du côté allemand et tiennent Jérusalem. Etudes à Oxford. Un frère de 17 ans plus âgé que lui et mort en 1981. Son père-Chapman- est parti avec la" Bonne". Laurence croyait qu'il n'était pas son père. Part pour la Syrie en 1911. Il est engagé à 22 ans pour fouiller des sites hittites et prend à son service, un jeune garçon Selim Ahmed. D'où la dédicace des Sept Piliers de la Sagesse. "à S.A ". Mais ce garçon mourra du typhus en 1917. Deux frères de L. tués alors qu'il est au Caire. Les arabes commencent à se soulever contre les turcs. L. est envoyé avec eux pour rencontrer FAYCAL et lui apporter des armes. lls vont prendre Akaba. A 29 ans la tête de Laurence est mise à prix à cause de ses attaques des trains turcs. Il sera trahi par les accords SYKES-PICOT entre les anglais et les français qui se partagent les nations arabes. Un grande partie de la Syrie va à la France. Laurence veut se suicider et est capturé par les Turcs qui le violent. Il s'évade. Il vient à Paris en 1919 pour défendre les arabes une dernière fois. En 1922, Laurence disparaît et un certain ROSS( c'est lui bien sûr) s'engage dans la RAF. Laurence perd son manuscrit des Sept Piliers et le réécrit entièrement de mémoire. On finit par l'envoyer dans le Nord des Indes. Il y traduit L'Odyssée et s'occupe de vedettes de sauvetage en mer. Démobilisé à 45 ans, il se tue en faisant une embardée en moto, pour éviter deux enfants

 

A nouveau déménagement d'Enelle à La Courbeure

 

Vendredi 28 juin

Didier Anciaux me propose de me prêter CHARLIE-HEBDO chaque semaine. C'est gentil et j'accepte bien sûr. (Je n'ai toujours pas d'argent). Voir sa lettre ci-dessous

Je taille le pignon Ouest de ma maison. Le Lierre. A la double échelle. C'est ma 3ème façade taillée

Un article encore sur l'écrivain Bernard Gheur (ci-dessous)

Un portrait de François TRUFFAUT. Film de Toubiana

Après ma sieste je passe chez Didier Anciaux. On discute à mort jusqu'à 20h30. De Delteil, de Perros et de Zweig. Didier à l'âge de ma fille, soit 36 ans. Didier, lui non plus ne prête pas ses livres; C'est très rare mais il a remarqué chez moi ma méticulosité et aussi le fait que je rende rapidement les bouquins et sans qu'on me le demande. Il a horreur comme moi des gens qui gardent les livres pendant des mois ou pire ne vous les rendent jamais

Enelle déménage de Bertrix ce WE. Je reste en dehors? J'en ai fait assez et ce déménagement me fait souffrir

Je lis "Histoire de Tönle" de Maria Rigoni Sterne,'auteur italien 1961-2008

 

Samedi 29 juin

Un "Dites-moi' de Michèle Cedric de la RTB, sur Didier COMES, le dessinateur, né en 1942 dans les cantons de l'Est (Sourbrodt)

Suite au plagia des peintures d'Eric par une certaine Christiane G., ce qui lui a valu d'être présentée sur le programme des mois à venir( Le Parcours d'Eté, voir ci-dessous), comme future exposante à Rossignol,alors qu'Eric lui, le plagié, a été écarté de cette sélection, vu aussi que je ne suis plus dans le coup, je mets au point un gag avec Eric, en préparant une fausse lettre-réponse de CY TWOMBLY auquel Eric a écrit. Je fais des essais de copie d'écriture et de signature dans mon journal et montre le tout à Eric, emballé par ce gag (voir ci-dessous)

 

Un article sur la PIE-GRIECHE (voir ci-desssous)

 

Dimanche 30 juin

Je vais à Bertrix faire les derniers chargements, notamment toutes les plantes d'Enelle que l'on mettra provisoirement dans mon hall. Terminé cette sordide méprise à La Courbeure  mais rendez-vous à la Banque  demain pour récupérer sa caution, ce qui va nous permettre d'amener en pleine lumière, la malhonnêteté de son propriétaire à La Courbeure. En effet ce monsieur sera à la Banque avec elle à Bertrix le lendemain, touchera le chèque qu'Enelle lui a remis ce dimanche pour la facture d'eau et d'électricite et vu qu'Enelle, trop tard comme d'habitude, conteste l'eau, il refus de libérer la caution et s'en va, le gougeat. Je lui téléphone: "Je vous conseille de retourner tout de suite à la CGER et d'en finir sinon ce sera un grabuge épouvantable..." Un grand silence mais il ne raccroche pas. J'attends et conclus" Eh bien on va voir ce qu'on va voir "

Enelle s'est réfugiée chez le menuisier et sa femme et leur a raconté. Je lui téléphone, lui dis que sa facture d'eau est correcte, qu'elle renonce à  la contester et le dise à P.R et aille chercher sa caution; Elle n'ose pas. "Il est violent et capable de tout". M'en fous. je retéléphone en messagerie car no answer et dis " qu'Enelle accepte la facture d'eau, donc vous retournez à la banque, on clôture et c'est terminé"

J'ai un coup de fil muet. Pour vérifier si je suis encore là, sûrement et je dis dans le silence "C'est bon, je descends sur Bertrix"

Jacqueline sa compagne va alors rétéléphoner à Enelle, toujours chez le menuisier et lui dit "Je t'envoie Pol dans les 10 minutes". Ensuite elle me téléphone à moi car elle croit qu'Enelle est ici et se demande comment elle pourrait être à Bertrix dans les 10 minutes. je lui explique et ajoute "Tant que je n'ai pas les 1125 euros ici sur ma table, je ne vous laisserai pas tranquilles. Nicole est partie à la Banque et j'attends de ses nouvelles"

A midi Enelle est ici et l'argent est sur la table. Nous sommes le 1er juillet 1996.Terminé le cauchemar de La Courbeure

Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Ma Bio 244-2e trimestre 1996
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 06:45
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Lundi 1er janvier 1996

Enelle a t'elle oui ou non l'intention d'acheter une maison dans ma région ou alors dans la sienne, à savoir dans le Namurois?? Dois-je continuer à éplucher les journaux? A t 'elle l'intention de prendre sa pension ou pas, à 55 ans??(Elle va avoir 50 ans). L'inertie des gens me rend fou, leur incapacité à faire des choix

 

Mardi 2  janvier

Ma chienne Plume est en âge de se faire couvrir. Il ne faut surtout pas que ce soit son frère, qui habite tout près qui s'en charge

 

Eric Neuberg ici le soir

 

Mercredi 3 janvier*

 

Invitation du Collège Saint-Servais à Liège. Banquet pour mes 40 ans de Rétho. J'y suis allé il y a 20 ans et ça m'a profondémenr déplu (voir la convocation ci-dessous, écrite par un de mes anciens condisciples, devenu Jésuite, André Pirard, qui était aussi dans ma patrouille ax Scouts et que j'ai sauvé de la noyade, quand nous étions scouts)

 

Jeudi 4 janvier

Une lettre de Dominique Bechet (voir enveloppe ci-dessous)

 

Vendredi 5 janvier

Les vacances d'Enelle se sont très mal passées. Enelle s'en va, c'est un échec complet "On s'est trompé d'histoire d'amour" à t'elle écrit dans le livre sur Christo qu'elle m'a offert "Christo et Jeanne-Claude" (voir ci-dessous)

 

Une émission sur la Yougoslavie et le début de cette guerre, au printemps 1987 (Voir ci-dessous). Il y aura une série d'émissions télé dans les semaines qui suivront "Yougoslavie, suicide d'une nation européenne". Tout est bien parti d'une volonté d'autonomie et de suprématie des Serbes dans toutes les républiques yougoslaves. Et tout a commencé au Kosovo en 1987, lors de la viste de Milosevic, Président du PC serbe, les Serbes du Kosovo se prétendant persécutés par les albanais majoritaires

 

Samedi 6 janvier

Verglas généralisé. Arlon est paralysé

 

Dimanche 7 janvier

Je subis mon 1er alcootest à Transinne, en revenant de Redu. Pas de problèmes. Négatif ! Le gendarme m'a demandé "Vous avez déjà passé le test ?"et moi comme un innocent "Non c'est pourquoi faire?? Pour savoir si on est séro-positif???" Le flic semble estomaqué...

 

Je termine "L'os de Dyonisos" de Christian Laborde, prêté par Eric

 

A Redu, chez Pierre Dailly, j'ai acheté plusieurs Rezvani, Victor Hugo peintre, Maurice Sachs, Vincent Van Gogh: Lettres à Théo. Carson Mc Cullers: Reflets dans un oeil d'or, La Modification de Butor, Melville (Herman) par lui-même ainsi que Montherlant, Le Passage de Jean Reverzy, Rainbow pour Rimbaud de Jean Theulé

 

Lundi 8 janvier 1996

 

Mort de François MITTERRAND-Cancer de la Prostate

 

Mitterrand, l'ancien anti-militariste (Désarmement nucléaire) et socialiste agnostique, sortant de l'Eglise de Jarnac, porté par des militaires....C'est tout lui..

 

J'écris à Marie-Odile et à Anne-Marie K.

 

On joue Apocalypse Now

 

Mardi 9 janvier

Avec Plume, visite à ma belle-mère

Coup de fil avec Gil Dons où il est question de son amie Annie Lambert que j'ai déjà croisée à plusieurs reprises

 

Mercredi 10 janvier

 

Je termine " Le Passage" de Reverzy. Très bien écrit. Reverzy est né en 1914 à Lyon, de mère irlandaise. Père médecin tué à la guerre. Ami avec Charles Juliet. Son état naturel était le désarroi. Grand, très maigre, triste. Admirait Sade et Joyce , meurt en 1959, à 45 ans d'une crise cardiaque. N'a écrit que pendant 6 ans (Place des Angoisses-Le corridor-Le Silence de Cambridge...)

 

Je commence "J'avais un ami" de Rezvani. "Pour que je communique avec vous, il faut que soit exclu cet informe, ce brouillage, ce social. Il faut donc à priori, qu'il y ait un point de rencontre, un accord, le refus ou au moins le doute sur le monde et la société, sur leurs valeurs "

 

Albert Cohen avait la hantise d'être enterré vivant. Il aurait voulu être enfermé dans une petite cabane avec le téléphone au cas où....

 

PPDA condamné à 15 mois avec sursis (Affaire Michel Noir et Botton)

 

Jeudi 11 janvier

 

Je visionne Albert Cohen; "J'ai été un enfant, je ne le suis plus et je n'en reviens pas". Il est resté à Corfou jusqu"à l'âge de 5 ans. Il y retournera à 13 ans, après Marseille

Biographie

Né dans l'île grecque de Corfou en 1895, Francis Albert Cohen a un père d'origine juive romaniote et une mère juive de langue italienne. Son grand-père préside la communauté juive locale.

Issus d'une famille de fabricants de savon, les parents d'Albert décident d'émigrer à Marseille après un pogrom, alors qu'Albert n'a que 5 ans. Ils y fondent un commerce d'œufs et d'huile d'olive. Il évoquera cette période dans Le Livre de ma mère. Albert Cohen commence son éducation dans un établissement privé catholique. C'est le 16 août 1905 qu'il se fait traiter de « youpin » dans la rue par un camelot de la Canebière, événement qu'il racontera dans Ô vous, frères humains. Le jeune garçon court à la gare Saint-Charles. Il s'enferme dans les toilettes, faute de pouvoir s'enfuir. Sur le mur, il écrit : « Vive les Français ! ». En 1904, il entre au lycée Thiers, et en 1909, il se lie d'amitié avec un autre élève, Marcel Pagnol. En 1913, il obtient son baccalauréat avec la mention « assez bien ».

En 1914, Albert Cohen quitte Marseille pour Genève. Il s'inscrit à la faculté de droit de la ville en octobre. Dès lors, il s'engage en faveur du sionisme mais n'ira jamais en Israël. Il obtient sa licence en 1917 et s'inscrit à la faculté des lettres où il restera jusqu'en 1919. En 1919, il obtient la nationalité suisse (il était ottoman). Il tente sans succès de devenir avocat à Alexandrie. Il épouse cette même année, Élisabeth Brocher. En 1921, sa femme donne naissance à Myriam, leur fille. En 1924, sa femme meurt d'un cancer. En 1925, Albert prend la direction de la Revue juive à Paris, qui compte à son comité de rédaction Albert Einstein et Sigmund Freud. De 1926 à 1931, il occupe un poste de fonctionnaire attaché à la Division diplomatique du Bureau international du travail, à Genève. Il trouvera dans cette expérience l'inspiration qui lui permettra de construire l'univers d'Adrien Deume et de Solal des Solal pour Belle du Seigneur. En 1931, il se marie en secondes noces avec Marianne Goss dont il divorcera.

En 1941, il propose de regrouper les personnalités politiques et intellectuelles européennes réfugiées à Londres dans un comité interallié des amis du sionisme qui aidera la cause d'un État juif, une fois la paix revenue. En effet, les dirigeants sionistes choisissent de porter tous les efforts sur le sauvetage des Juifs d'Europe quitte à sacrifier l'avenir politique. La stratégie de « propagande » de longue haleine de Cohen n'est donc plus d'actualité. De plus, avec l'entrée en guerre des États-Unis, l'Agence juive comprend que l'avenir du sionisme dépendra plus de l'Amérique que de l'Europe. Cohen est alors chargé par l'Agence juive pour la Palestine d'établir des contacts avec les gouvernements en exil. Il s'irrite vite de la méfiance de ses supérieurs de l'Agence juive. Il démissionne en janvier 1944 très déçu par la cause sioniste.

 

Le 10 janvier 1943, la mère de Cohen décède à Marseille. Cette même année il rencontre sa future troisième épouse, Bella Berkowich, En 1944, il devient conseiller juridique au Comité intergouvernemental pour les réfugiés dont font partie entre autres la France, le Royaume-Uni et les États-Unis. Il est chargé de l'élaboration de l'accord international du 15 octobre 1946 portant sur le statut et la protection des réfugiés. En 1947, Cohen rentre à Genève. Il est directeur d'une des institutions spécialisées des Nations unies. En 1957, il refuse d'occuper le poste d'ambassadeur d'Israël, pour poursuivre son activité littéraire.

 

Dans les années 1970, Albert Cohen souffre de dépression nerveuse et manque de mourir d'anorexie en 1978. Cette mort qu'il attend à chaque instant depuis toujours, ne veut pas de lui. Il change alors radicalement de vie (à plus de 80 ans…) et va employer ses dernières années à faire ce que son grand ami Marcel Pagnol avait fait toute sa vie : la promotion de son œuvre. Sortant de l'ascèse, il publie ses Carnets 1978 et répond aux demandes d'interviews. Une interview télévisée exclusive de Bernard Pivot, réalisée depuis son domicile genevois situé 7, avenue Krieg, pour Apostrophes le propulse sur le devant de la scène littéraire. Un numéro du Magazine littéraire lui est enfin consacré.

Il publie son dernier texte dans Le Nouvel Observateur en mai

1981 en forme de dernière glorification de l'amour de sa femme pour sa personne.

 

Albert Cohen décède à 86 ans, le 17 octobre 1981 (très tôt après la publication de son texte), des complications d'une pneumonie. Il est enterré au cimetière israélite de Veyrier, près de Genève. Bella Cohen est décédée le 1er décembre 2002, à 83 ans.

Son œuvre

En 1921 il publie Paroles juives, un recueil de poèmes. Il publie ensuite un roman, Solal (1930), premier volume d'un cycle que Cohen a pensé un temps intituler « La geste des juifs », ou « Solal et les Solal ». Le roman, préfigurant en quelque sorte Belle du seigneur, raconte la jeunesse du jeune grec sur l'ile de Céphalonie, ainsi que ses premières amours. Le livre bénéficie en France d'une critique exceptionnelle. Il est traduit dans de nombreuses langues et le succès du roman devient universel : « Une œuvre stupéfiante », écrit le New York Herald Tribune ; pour le New York Times, Cohen, c'est James Joyce, Erskine Caldwell, Rabelais réunis, avec en plus la magie des Mille et Une Nuits. Les critiques anglaise, autrichienne, italienne ou helvétique s'expriment sur le même ton.

Vient ensuite Mangeclous en 1938. Aux analyses sentimentales s'ajoutent l'observation amusée de la gent S.D.N.. Après seize ans de silence, Cohen publie Le Livre de ma mère en 1954, poignant portrait d'un être à la fois quotidien et parfaitement bon qu'il évoquera une nouvelle fois dans ses Carnets (1978).

Belle du Seigneur

1968 est l'année de consécration pour Albert Cohen qui publie son œuvre majeure: Belle du seigneur. L'œuvre reçoit le Grand Prix de l'Académie Française. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1970. Belle du Seigneur, considéré par certains dont Joseph Kessel comme un roman central de la littérature française, est un hymne éternel à la femme, objet de fascination et de désespoir pour l'auteur. La leçon de séduction de Solal, donnée à Ariane au Chapitre XXXV, détruit plus vite et brutalement encore que Les Liaisons dangereuses l'espoir d'un amour qui ne serait pas basé sur une stratégie guerrière. Le livre est un succès public.

 

J'entame "Mille aujourd'hui" de Rezvani, né en 1928 de mère russe et de père perse. A été peintre à Paris pendant 20 ans, compose et écrit des chansons sous le nom de Cyril Bassiak. Après un premier mariage, épouse Danièle avec laquelle il s'installe, vers 1957, à la Garde-Freinet (voir mes articles à son sujet sur http://www.christianvancautotems.org )

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Vendredi 12 janvier

Je visionne Jamon Jamon de Bigas Luna avec Pénélope Cruz et Javier Bardem (voir ci-dessous). C'est nul et vulgaire

Eric Neuberg ici avant et après un passage à Paliseul. Soirée épique. Il restera loger

 

Samedi 13 juin

Enelle m'annonce par téléphone qu'elle s'est décidée à chercher une maison dans sa région. J'aurais passé 3 mois à chercher cette maison dans ma région avec elle...pour rien; J'encaisse en pleine gueule. Je suis justement en négociation avec le Notaire De Maré pour lui acheter une maison à Bras qui va être vendue en surenchère

 

Son amie Franciane Lhost a vu mon installation aux Brasseurs à Liège. Elle en a parlé élogieusement à Enelle, sans savoir que j'en étais l'auteur

 

Dimanche 14 janvier

Enelle passe ici avec sa fille en allant faire des courses à Bastogne. Anne-Julie monte dans l'atelier. Je lui montre comment marche ma chaîne, elle met des disques. Devant Enelle, je lui dis que je l'aime beaucoup et c'est vrai. Je viens de l'écrire dans une longue lettre que je remets à Enelle et qu'elle lira plus tard, que c'est elle qui a gâché le contact entre moi et ses enfants et qu'il n'y a donc de problèmes d'enfants que posés par elle

 

Et elles s'en vont. Enelle m'a enfin apporté l'article sur Rezvani avec une photo de lui et de Danièle à La Béate

(Voir ci-dessous)

 

Lundi 15 janvier

Une lettre de Mireille Rainchon(voir ci-dessous) totalement typique d'elle

Une autre carte de José Strée

 

Mardi 16

Un carte du couple Blavier, invitant à l'amour dans les bois. Pas un mot sur mon expo à Liège. Pas un mot de José Strée non plus d'ailleurs

 

J'écris à Anne Garnier pour qu'elle prenne Eric Neuberg dans son expo sur le Feu, en préparation et à laquelle je dois participer

 

J'aborde le 50e tome de mon journal à la page 15.333

 

Madame H., caissière au Delhaize m'apprend que son ami, le garde-chasse de Resteigne, avec lequel elle était venue visiter le territoire ici et qui devait revenir à Moircy avec une châtelaine qui s'intéressait à l'art contemporain- a été assassiné avec une femme, par un mari jaloux vers Noël- Nouvel-an

 

Mercredi 17 janvier

 

Une émission sur Heinrich Böll (voir c-dessous)

Heinrich Böll, né à Cologne le 21 décembre 1917, mort le 16 juillet 1985 à Kreuzau-Langenbroich, est un écrivain allemand. Il est considéré comme l'un des plus grands auteurs allemands de la période de l'après-guerre.

Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1972. L'Académie de Stockholm le distingue pour une poésie qui, par la synthèse de sa description clairvoyante des courants de son temps et la puissance créatrice et attentive, a contribué au renouveau de la littérature allemande. Ses romans, ses nouvelles, ses essais et ses déclarations publiques ont connu une répercussion importante dans le monde littéraire et dans la société de la République fédérale d'Allemagne d'après-guerre.

 

Vendredi 19 janvier

Je lis "Maîtres anciens" de Thomas Bernhard, mort à 58 ans (1931-1989), né à Heerlen aux Pays-Bas

 

Décès de Leonor FINI

 

Photos de Moircy. Paysages gelés (voir ci-dessous)

 

Dimanche 21 janvier

Enelle de passage ici le matin, ébauche deux peintures dans l'atelier avec mes pigments. Je fais semblant de ne rien voir car je peins à l'autre bout de l'atelier; C'est la première fois qu'elle peint ici. Ca va durer une heure. Elle me dit que Ransonnet revient comme professeur à l'Académie d'Eté

 

Elle continue à fréquenter son psy et commence enfin à noter ses rêves.

 

Une soirée Michelangelo ANTONIONI (voir ci-dessous)

 

Lundi 22 janvier

Une lettre de Murielle Noiset (voir ci-dessous)

 

Mercredi 24

Je suis invité à participer à une expo à Vresse-sur-Semois au Centre culturel. C'est un vériatable gag. L'animatrice Johanne Courtois veut que j'expose l'oeuvre qui figure dans le catalogue d'Omer Marchal, or c'est une photo de mon jardin qui y figure et sans doute pense t'elle que c'est une peinture...

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Je lui réponds ceci car tout cela devient de plus en plus grotesque

 

"Chère Madame,

Je suis assez surpris de votre lettre; L'oeuvre dont vous me parlez c'est mon jardin, ici à Moircy. Elle fait 3000 m2 et je me vois mal la transporter et la faire entrer dans votre Centre culturel de Vresse-sur-Semois. Il ne s'agit donc pas d'une peinture. Ce territoire a d'ailleurs fait l'objet d'une porte ouverte tout l'été et les gens y sont venus par centaines.

 

Mon travail est essentiellement tri-dimensionnel. J'avais proposé pour le dictionnaire, une oeuvre constituée des déchets peints et mis en scène sur une échelle noire, de l'Antenne d'Anlier qui avait explosé avec la tornade de Léglise. Cette oeuvre avait été longuement photographiée, ici à Moircy, par Yvan Thierry, photographe officiel du dictionnaire et exposée dans les locaux d'Idelux. Quelle ne fut pas ma surprise de réaliser qu'elle n'avait pas été reprise dans le dictionnaire et cela sans que j'aie été contacté. Et vous êtes un bel exemple du malentendu que peut provoquer un tel manque de rigueur professionnelle.
 

Je vous propose donc de  venir me voir ainsi que mon travail et que sur cette base, nous choisissions éventuellement ensemble, une oeuvre qui puisse rentrer valablement dans l'espace de votre exposition.

 

Je préciserai encore que mon nom de peintre est VANCAU, que tout le monde me connait sous ce nom, et que le nom de VAN CAUWENBERGHE n'avait pas à figurer dans le dictionnaire, pas plus que le fait que j'étais "Docteur en Droit en recherche d'emploi". Ceci n'a rien à voir avec la peinture

 

Mais bien sûr vous n'êtes en rien responsable de ces légèretés professionnelles

 

PS L'article de La Libre Belgique d'août 1992 que je vous envoie a été fait par Colette BERTOT, qui n'est autre que la fille de Stephane REY, critique d'art bien connu, et non par Colette BARTOT, comme indiqué dans ledit dictionnaire, autre bévue. Stephan BERTOT, c'est aussi le véritable nom de l'écrivain fantastique belge, Thomas OWEN

 

 

Eh bien cette pauvre dame, ne me répondra jamais et ne viendra pas à Moircy. Bravo Johanne COURTOIS !!!

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Mercredi 24 janvier (suite)

En fin de matinée je vais chez Valérie m'occuper de Renaud et fais la connaissance de ses ouvriers polonais qui sont de CZESTOCHOWA. On parle en allemand de Witkacy, de Wajda, de Polanski etc....

 

500 Poids lourds bloqués sur l'A 411 par le Verglas, la nuit dernière, entre Neufchâteau et Léglise

 

Jeudi 25 janvier

Je reçois une lettre de dominique Marx avec une reproduction de Gaston CHAISSAC

 

Aussi une lettre des Chiroux d'Evelyne Massart et d'Anne Garnier, me remerciant et m'annonçant leur visite en prévison de l'expo FEU (voir ci-dessous)

 

A la télé, un film d'Elia Kazan "La Fièvre dans le sang", un docu sur Nathalie Wood

 

Je lis René ALLENDY, psychanalyste de Maurice Sachs et d'Anaïs Nin

Sa thèse : "Notre destin trouve ses causes dans des sources inconscientes qui nous poussent à reproduire sans cesse les mêmes errements, les mêmes échecs, à revivre les mêmes situations de souffrance. Notre vie alors, ressemble fort à une roue, au Karma des philosophies orientales, à quoi seule la connaissance de notre inconscient peut mettre un terme en nous révélant les motivations en dernière analyse de nos faits et gestes les plus destructeurs"

 

Vendredi 26 janvier

De J.J Rousseau "Je sais bien que le lecteur n'a pas besoin de savoir tout cela, mais j'ai besoin moi, de le lui dire" . Ceci pourrait s'appliquer à mon journal

Ou alors cette phrase-ci de Zola "Nulla Dies sine Linea"

 

Dimanche 28 janvier

 

Un article sur Dubuffet et une émission sur Philippe Soupault

Philippe Soupault, né à Chaville le 2 août 1897 et mort à Paris le 12 mars 1990, est un poète français, cofondateur du surréalisme. Il est inhumé au cimetière de Montmartre (17e division).

Biographie

Famille

Il est le 3e enfant du docteur Maurice Soupault, gastro-entérologue, médecin des hôpitaux de Paris, riche propriétaire terrien en Beauce et de Cécile Dancongnée, fille de Victor Léon Dancongnée, célèbre avocat au Conseil d'État dont la famille originaire du Puy-en-Velay avait fait fortune dans la dentelle. La sœur de sa mère, Louise, épouse Fernand Renault, frère aîné de Louis Renault. Philippe Soupault portera un jugement très dur sur son oncle par alliance. Il le décrit dans Le Grand Homme ou Histoire d'un Blanc.

 

Il est également l'oncle de Brigitte Sabouraud, qui est une auteur-compositrice-interprète de chanson française et la cofondatrice du cabaret L'Écluse.

 

Il est le père de deux filles : Nicole, de son premier mariage (1918) avec Suzanne Pilliard (1895-1980), et Christine, de son second mariage (1923) avec Marie-Louise Le Borgne (1894-1955).

Du dadaïsme au surréalisme

 
Philippe Soupault (à gauche) et Vítězslav Nezval, Prague, 1927.

 

Avec ses amis André Breton et Louis Aragon, il participe à l'aventure Dada, qu'il considère comme une « table rase nécessaire », pour ensuite se tourner vers le surréalisme, dont il est un des principaux fondateurs avec André Breton. Avec ce dernier, ils ont en effet écrit le recueil de poésie Les Champs magnétiques en 1919, selon le principe novateur de l'écriture automatique. Ce recueil de poésie peut être considéré comme une des premières œuvres surréalistes, alors que le mouvement ne sera lancé effectivement qu'en 1924 avec le premier Manifeste du surréalisme d'André Breton.

 

Soupault est cependant exclu du mouvement surréaliste en 1926, avec le motif « trop de littérature », alors que le mouvement surréaliste s'engage dans la cause communiste.

 

L’amour fou

Le 7 novembre 1933, lors de la « fête de la Révolution » à l’ambassade soviétique où se retrouve le Tout-Paris intellectuel, Philippe Soupault fait la rencontre d’une Allemande, Ré Richter. Ils se marient en 1937. Ré Soupault fait déjà partie du cercle d’artistes parisiens qui évolue autour de Man Ray, Fernand Léger, Elsa Triolet, Max Ernst, Kiki et bien d’autres. Cette ancienne élève du Bauhaus et amie des dadaïstes berlinois, leur fait découvrir l’avant-garde allemande jusque-là peu connue en France. Le couple qu’elle forma avec Philippe Soupault concrétise ce fructueux partage artistique.

 

Le journalisme

Depuis la fin des années 1920, Philippe Soupault est devenu un journaliste français très célèbre. Il travaille notamment pour VU, Excelsior ou L’Intransigeant. Il croit au talent de sa femme qui a étudié l’art et il la convainc donc d’illustrer ses reportages.

 

Dès 1934, le couple Soupault sillonne le monde, voyageant en Allemagne, en Autriche, en Suède, en Angleterre puis aux États-Unis. Lui écrivant, elle photographiant. Comme il le racontera dans ses entretiens sur France Culture, il rencontra même par hasard dans un ascenseur Hitler et son aide de camp. Il regrettera de ne pas avoir eu un revolver à ce moment-là. De même, il croisa un jour Staline et fut surpris par l'expression cruelle de son visage. Ce jour-là, il le vit boire 24 vodkas dans une réception mais on lui affirma que Staline les jetait discrètement sans les boire. En 1935, ils font ensemble une série de reportages en Norvège, de nouveau en Allemagne, en Tchécoslovaquie, en Angleterre, en Espagne (1936) et enfin en Tunisie. Philippe Soupault est chargé par Léon Blum, alors président du Conseil du Front populaire, de lancer une nouvelle station antifasciste Radio Tunis, qu’il dirigea de 1937 à 1940.

 

En 1941, ils voyagent à travers tout le pays à vélo. Ils veulent rencontrer la population, voir de leurs propres yeux la réalité et en faire part : « nous voulions parler au peuple » racontera-t-elle dans un entretien pour Libération en 1994. Pourchassés tant par la police de Vichy que par la dictature nazie – Philippe Soupault est emprisonné durant six mois – ils parviennent, par un heureux concours de circonstances et sans pouvoir rien emporter, à fuir clandestinement hors de Tunisie en novembre 1942, un jour avant que les troupes allemandes de Rommel n’envahissent Tunis. Leur maison de la rue el Karchani sera plusieurs fois pillée. Ils passent par l’Algérie et vont se réfugier sur le continent américain.

 

Durant l’année 1943, Philippe Soupault est chargé de nombreuses missions en Amérique du nord, centrale et du sud, où il travaille à reconstruire le réseau des agences de presse françaises pour le gouvernement de Charles de Gaulle. Ils retrouvent à New York leur groupe d’amis parisiens, Walter Mehring, Man Ray, Fernand Léger, Marcel Breuer, Herbert Bayer, Kurt Weill, Max Ernst. Ré accompagne Philippe dans tous ses voyages. Ils rencontrent Gisèle Freund et Victoria Ocampo en Argentine. Ils font de nombreux voyages en Amérique du sud durant l’année 1944 : Mexique, Bolivie, Colombie, Guatemala, Chili, Argentine, Brésil. Ils rentrent aux États-Unis en passant par Haïti, Cuba et un bref séjour à Swarthmore en Pennsylvanie, où Philippe enseigne à l’Université. L’année 1945 marque la séparation du couple Soupault.

 

Sa poésie est depuis le début très cosmopolite et ouverte aux mouvements d'avant-garde. Soupault fut aussi journaliste, critique, essayiste, producteur à la radio (en compagnie de Paul Gilson) et l'auteur de nombreux romans.

 

Lundi 29 janvier

A la télé "L'odeur de la Papeye verte" de Tran Ahn Hung et un reportage sur MISHIMA.

Aussi un article sur Eric ORSENNA

 

Mardi 30 janvier

Le soir une émission sur François PERIN qui fut mon professeur de Droit public international au début des années soixante à l'Université de Liège et fondateur avec Gendebien du Rassemblement Wallon

 

Je commence "Le Chevalier et la Mort" de Leonardo SCIASCIA

 

 

 

3Mercredi 31 janvier

Rezvani répond à ma lettre (voir ci-dessous) et me renvoie tout ce que je lui ai envoyé. Je n'admets pas et lui répond illico en lui renvoyant uniquement la photo de mon territoire

Cher ami,

Je vous comprends très bien, suivant exactement la même évolution que vous car pour moi aussi le temps se rétrécit.

La lettre que je vous ai écrite était une exception à une règle de vie et de distanciation du monde au profit de l'oeuvre, que je pratique comme vous

Je disparais donc, n'ayez crainte. Mais il y a une chose que je n'accepte pas ! Vous m'avez donné votre oeuvre, je vous en ai remercié puisque je l'ai aimée. Je vous ai envoyé à mon tour des bribes de la mienne et vous me renvoyez le tout.

Imaginez un instant qu'après avoir vu mon oeuvre, vous m'envoyiez un de vos livres et que je vous le renvoie, aussi sec!!!. Je ne suis pas d'accord sur le plan humain !

Vos livres sont ici devant moi. On crée aussi pour partager, sinon pourquoi puiblier ???. Acceptez que je vous renvoie la photo de mon territoire, en signe de protestation. Qu'elle vous rappelle qu'il existe d'autres sauvages, en d'autres lieux

Je ne vous en veux pas et vous conserve toute mon estime

Vancau

PS Vous m'auriez écrit : "On arrête les frais mais je garde une photo", tout aurait été différent

Je veux simplement faire de ma folie, un gigantesque feu d'artifice

 

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Jeudi 1er février 1996

Je termine Cioran "Larmes et Saints"

 

Je commence Max Gallo "Un Pas vers la Mer"

 

Vendredi 2 février

J'ai à ce jour, enregistré 11 films d'Hitchcock, plus 2 interviews

 

Encore la Yougoslavie. Les Serbes ont froidement assassiné tous les Bosniaques qui voulaient s'enfuir de SREBRENICA. Au moins 3000 musulmans massacrés

 

Une carte d'Eric Neuberg et une invitation à son expo, à Bastogne "Talisman", le 24 février

 

Il neige

 

Dimanche 4 février

On reparle de l'Affaire LEROUX à Nice (Renée et Agnès-Palais de la Méditerranée-Fratoni) dans une émisson sur la Mafia rachetant les casinos à la Côte d'Azur

 

Lundi 5 février

Une émission sur Le Combat de Serge Klarsfeld. Sa femme Beate est allemande non-juive. Elle a giflé le Nazi Kiesinger en pleine campagne électorale et c'est Willy Brandt qui a été élu. Son père  Arno Klarsfeld, déporté en septembre 43, a giflé un Kapo en arrivant dans son camp de concentration. A fait condamner Lishka (Chef de la Gestapo à Paris) au Procès de Cologne. A fait arrêter et condamner Barbie, en découvrant le document signé par lui et ordonnant la déportation des "Enfants d'Izieu", fin 1944. Pour rappel, LAVAL, PETAIN et René BOUSQUET, auquel on peut ajouter le chef de cabinet de Laval, le "Main Jaune" Jean Jardin, grand -père de l'écrivain Alexandre Jardin ("Des Gens biens") et père de Pascal Jardin, auteur du "Nain Jaune"

 

Pierre Mertens, l'écrivain belge nous parle de Mitterrand (voir ci-dessous), l'ami de René BOUSQUET, chef de la Milice française. Il parle aussi de l'Attentat-bidon de l'Observatoire et de sa complaisanceà l'égard de Mobutu

 

Mardi 6 février

Je termine "Mozart assassiné" de René Fallet

 

Je restaure mes champignons peints avec du durcisseur

 

Emission de Bussy "Les Arts en Liberté" sur les Gares allemandes(voir ci-dessous)

 

Cet hiver j'ai réalisé, en Broux de noix, 36 grands formats, 36 moyens et des tas de petits

 

Depuis des mois, je transcris dans un cahier à part tous les rêves que j'ai écrits dans mon journal, journal qui commence, en fait en 1975 et non en 1980, avec 4 cahiers couvrant la période 1975-1980, dont 3 en format A4, le tout faisant 970 pages. C'est MON JOURNAL DES RÊVES

 

Mercredi 7 février

BAROQUE : Qui est d'une irrégularité bizarre. Se dit d'un style qui s'est développé au 16e-17e et 18e siècle, d'abord en Italie puis dans de nombreux pays catholiques, style caractérisé par la liberté des formes et la profusion des ornements

ROCOCO se dit du style "rocaille" du 18e siècle, carcactérisé par la profusion des ornement contournés et par la recherche d'une grâce un peu mièvre

Un Siècle d'Ecrivains sur Patrick Modiano (voir ci-dessous). Son oeuvre est une topographie une quête au sein de Paris. Obsédé par l'Occupation. Sa mère est anversoise, son père juif d'Alexandrie, instable et aventurier. A passé son enfance dans le même appartement que Maurice Sachs. Son frère Rudy est mort d'une leucémie à 10 ans, en 1957. Sa mère était comédienne de boulevard. Proche de Truffaut. En 1969, rencontre Queneau, ami de la famille; Prix Roger Nimier. Goncourt en 1958 avec "Rue des Boutiques obscures"

 

Jeudi 8 février

Je téléphone à Patrice Gaillet. La cata. Il a un cancer à la joue droite. Il faudra opérer à St Luc à Bruxelles. Je suis assommé

Coup de fil de Viviane Bechoux de Rossignol qui veut que je lui dise l'orthographe du mot ANATOR dont je lui aurais parlé à l'apoque. Heureusement je comprends qu'il s'agit d'ATHANOR (Four de l'Alchimiste). Elle est séparée de fait, donne des cours à St Luc( de restauration d'estampes)

 

Vendredi 9 février

Un GEOPOLIS sur le Ruanda (voir ci-dessous). C'est en 1916 que les belges s'installent au Ruanda et soutiennent les Tutsis. Mais en 1950, les Tutsis réclament l'Indépendance et les colons belges se rallient aux Hutus.Les Tutsis fuient dans les pays voisins et font des raids. Dès 1963, la chasse aux Tutsis commence. L'armée Ruandaise Hutu est encadrée pae des officiers belges. Mille Tutsis sont exterminés. En 1973 s'installe le règne d'Habyarymana, un Hutu. Les Tutsis exilés pour la plupart, ont renoncé à la lutte armée. Habyarimana est inconditionnellement soutenu par les belges et par le Roi Baudhuin. Mais Habya est un dictateur et les Tutsis revenus d'Ouganda, au sein du FPR (armée gouvernementale ruandaise soutenue par la France) déclarent la guerre aux Hutus et la Belgique ne bronche pas. En avril 1994 Habyarimana est abattu à l'atterrissage de son avion par les Tutsis, soi-disant, ou par je ne sais qui et le Génocide des Tutsis commence

 

Je relis l'histoire d'Oedipe et d'Antigone (voir ci-dessous mon tableau). Oedipe veut dire "Pieds enflés", son père Laios lui ayant troué les chevilles pour les lui attacher dans la montagne. En effet l'Oracle de Delphes lui avait interdit d'avoir un enfant car Laios avait une relation homosexuelle avec Chrysippos et l'Oracle lui avait prédit que s'il en avait un, celui-ci le tuerait. Oedipe sera recuelli par un berger qu'il pense être son père. Oedipe ignore donc que son père est Laios, le roi de Thèbes, lorsqu'il le tue. Le sphynx est un monstre qui sévit dans la région de Thèbes. Oedipe après avoir tué son père, rencontré par hasard et qui lui barrait le chemin avec son charriot, (une bête dispute qui tourne mal), rencontre le Sphynx et le vainct en résolvant son énigme (Quel est l'animal qui le matin marche sur 4 jambes etc...). Et en récompense, Creon, beau-frère de Laios, lui offre la main de sa soeur, Jocaste, qui se trouve être la mère d'Oedipe. Oedipe et Jocaste donneront naissance à Antigone dont Jocaste est à la fois, la mère et la grand-mère

 

Samedi 10 février

Un article sur le Génocide Srebrenica-Glogova. Deux mille corps de Musulmans viennent d'être retrouvés (voir ci-dessous)

 

Dimanche 11 février

En visite chez les Gaillet à Villers-devant-Orval. Patrick a un cancer de la joue et je vais aux nouvelles. Il aura le résultat de ses examens dans quinze jours. Toute la famille est présente. Je vais féliciter la chienne Toundra qui a eu un jeune

 

Lundi 12 février

Un Thema sur André BRETON (voir ci-dessous)

Mon territoire neigeux(voir photos)

 

Mercredi 14 février

Un reportage sur Maurice GENEVOIX (voir ci-dessous). Ecrivain de la guerre, puis de la campagne et de la forêt dès 1930. Ecologiste avant la lettre. Ami de Max.Jacob et de Vlaminck Veuf à 48 ans

 

Rencontre Suzanne et en a une fille, Sylvie

 

Maurice Genevoix, né le 29 novembre 1890 à Decize dans la Nièvre en Bourgogne et mort le 8 septembre 1980 à Jávea, est un romancier-poète français, héritier du réalisme.

L’ensemble de son œuvre témoigne des relations d’accord entre les hommes, entre l’Homme et la Nature, mais aussi entre l'Homme et la Mort. Son écriture est servie par une mémoire vive, le souci d'exactitude, et le sens poétique. Normalien, il admire tout autant l’éloquence des artisans ou des paysans. D’une grande vitalité malgré ses blessures reçues lors de la Première Guerre mondiale près du village des Éparges, en avril 1915, et animé de la volonté de témoigner, il écrit jusqu’à ses derniers jours. Son œuvre, portée par le souci de perpétuer ce qu'il a tenu pour mémorable, produit d'une grande longévité littéraire, rassemble 56 ouvrages.

 

Maurice Genevoix est surtout connu pour ses livres régionalistes inspirés par la Sologne et le Val de Loire comme son roman Raboliot (prix Goncourt 1925). Il a cependant dépassé le simple roman du terroir par son sobre talent poétique qui, associé à sa profonde connaissance de la nature, a donné des romans-poèmes admirés comme la Dernière Harde (1938) ou la Forêt perdue (1967).

 

Genevoix a également témoigné des épreuves de la génération qui a fait la Grande Guerre (1914-1918), particulièrement dans Ceux de 14, recueil de récits de guerre rassemblés en 1949. Il s'est aussi penché plus largement et plus intimement sur sa vie en écrivant une autobiographie : Trente mille jours, publiée en 1980.

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Vendredi 16 février

Tombé en panne d'essence sur la route de Libramont, sur la glace et dans le brouillard. Dépanné par une voisine, Madame Nicolas, qui va me remplir un jerrycane d'essence au Garage Jacquemin

 

Valérie part à Val Torrens ce soir. C'est une folie

 

Je termine la restauration de mes champignons peints

 

Dimanche 18 février

On donne à la Télé, SMOKING d'Alain Resnais. Très drôle.( Voir ci-dessous)

 

Et aussi Down by Law de Jim Jarmush

 

Enelle, le soir me disant "A demain???" alors que l'on va s'endormir. Et moi : "Ah oui, au fond, pourquoi pas, c'est une idée, Je n'y avais pas pensé..."

 

Lundi 19

On donne Baby Doll d'Elia Kazan avec Caroll Baker

 

Mardi 20 février

Une prochaine expo au CACLB, sur la Chasse." APPEL AUX CHASSEURS". Heureusement que je ne suis plus dans le coup car ça aurait encore pété (voir ci-dessous)

 

Mercredi 21 février

Un reportage sur "Les Oubliés de Kigali". L'assassinat des dix commandos belges (voir ci-dessous)

 

Je déblaye mon seuil envahi par la neige et puis part déblayer celui d'Enelle à Bertrix

 

Il neige depuis le 2 février

 

Jeudi 22 février

Photo de mon ruisseau sous la neige (ci-dessous) ainsi que des totems

 

Le CACLB projette de rééditer une opération Portes Ouvertes chez les autres artistes luxembourgeois

 

Il neige à gogo

 

Vendredi 23 février

Coup de fil inattendu d'Alain Schmitz, soi-disant pour me demander des nouvelles de Patrice Gaillet. Il me questionne sur mes projets. Je n'en ai aucun

 

Le chat noir de Valérie, Figaro, en pension chez moi, reste bien au chaud. (voir photo)

 

Samedi 24 février

 

A Bertrix Enelle est dans les inondations avec son ruisseau en bordure de fermette

 

 

Vernissage Eric Neuberg à l'Hôtel de Ville de Bastogne. Magnifique. Beaucoup trop long discours de George Fontaine. Muriel et Francis sont là, Benoît Dominique, Secrétaire communal et aussi une femme originaire de Liège qui peint mais n'a jamais exposé. Sa mère aussi est peintre et aveugle de naissance. Elle habite San Francisco. Elle va venir exposer à Bastogne. Son mari(de la fille) est passionné de Jazz et me connait par Rossignol (voir photos ci-dessous)

 

Discussion avec Didier Anciaux sur Cioran et Schopenhauer

 

Ensuite, tous au resto chinois. Mais ça dégénère entre Eric et George Fontaine qui s'en va avec Willy Dory. Nous restons un peu avec Eric mais nous sommes en désaccord avec lui car c'est lui qui a demandé un discours et maintenant il s'en plaint

 

Dimanche 25 février

Valérie et Stephane viennent rechercher leur chat Figaro

 

Mardi 27 février

Enelle me téléphone le soir, après son congé de carnaval catastrophique à Bertrix. Elle a acheté une maison cet après-midi par agence immobilière et a signé le compromis. C'est à Pontaury, près de Mettet. Bravo. Je pleure, après le coup de fil. Joli coup qu'elle m'a donné là...

 

Le soir je me plonge dans Powys "Apologie des sens" et regarde un docu sur Tahar Ben Jelloun

 

Mercredi 28 février

 

Patrice Gaillet sera opéré le 11 mars

 

Mort de François CHAUMETTE à 62 ans (cancer)

 

On diffuse "Un Tramway nommé Désir"" A streetcar named Desire". Une phrase de Vivian Leigh "On m'a dit de prendre un tramway nommé Désir et puis un autre qu'on appelle Cimetière et, après 5 arrêts de descendre aux Champs Elysées..."

 

Jeudi 29 février

Visite de Pascale R. Un fiasco complet; L'Impuissance personnifiée. Je lui offre néanmoins un brou de noix

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Vendredi 1er mars 1996

Enelle passe ici . J'apprends qu'elle n'a pas de copie du compromis qu'elle a signé, donc aucune preuve. On téléphone à l'agent immobilier et je le prie d'envoyer ce compromis signé par Fax à mon agent à Libramont. Ordinateur, connais pas, à cette époque. Vers 18h00 le fax est sur le téléfax de mon agent auquel je téléphone. Enelle est sauvée.Toujours cette même inconscience, cette propension destructive à se faire rouler

 

Arrive Eric Neuberg et nous passons une très belle soirée. On a regardé ensemble Alain Delon à Bouillon de Culture. Il s'en est tiré en dépit de son inculture notoire

 

Mais on parle aussi du flic de Nathalie, vu au vernissage d'Eric, un petit minable qui, le lendemain a fait un grand numéro chez la soeur d'Eric, en racontant, très excité, les petites tortures dans les commissariats de police...pour se mettre en valeur sans doute

 

Dimanche 3 mars

 

Mort de DURAS à 81 ans

 

Mort de Leo MALET

 

Un hommage à Serge Gainsbourg "Je me suis fait faire trois millions de Jocondes sur papier-cul, et chaque matin j'emmerde son sourire ambigu "

 

Mardi 5 mars

Duras à ARTE en dernière minute vu son décès. Deux heures d'India Song et une interview de Dumayet. Duras me bouleverse encore plus qu'avant. La bicyclette d'Anne-Marie Stretter. LOLA VALERIE STEIN. "Il tirait la nuit sur les jardins de Shalimar (Le Vice- Consul). "Lol a très bien compris qu'on se déprenne d'elle"

 

Je reçois une lettre de Minique, de Toulon, lettre assez ironique et particulière, l'essentiel étant qu'elle soit guérie (voir ci-dessous)

 

Mercredi 6 mars

Eric me téléphone. A découvert un Christ en croix sans bras dans son terrain. Me parle de "J'ai un ami"  de Rezvani que je lui ai prêté

 

 

Jeudi 7 mars

Je visionne Raymond CHANDLER (voir ci-dessous). Lire "The Big Sleep". Quinze à 17 personnes à son enterrement. Sa femme Cissy est morte en 1954 (lui en 1959). Son père disparaît quand il a sept ans. Il part à Londres avec sa mère. Naturalisé anglais en 1907. Part aux USA en 1912. Rencontre Cissy en 1919. Elle a 17 ans de plus que lui. Il l'épouse en 1924. A Los Angeles il travaille dans le pétrole mais il est viré à 45 ans pour alcoolisme. Il déménage sans arrêt. Il reconnait que c'est HAMMET qui a inventé le roman noir

 

Jeudi 7 mars

Enterrement de Marguerite DURAS

 

Vendredi 8 mars

Journée de la Femme

 

J'aprends à jouer India Song au piano (d'oreille comme toujours)

 

En regardant mes "Mémoires braisées" de Rossignol...Pourquoi ne pas les proposer pour l'exposition aux Chiroux sur le thème du FEU???

 

J'écris à mon ami André Pirard au Collège Saint-Servais pour lui dire que je ne viendrai pas au Banquet des 40 ans de Rétho et je lui envoie quelques articles de presse à mon sujet à l'intention de mes ex-copains qui seront là, ce jour-là

Lundi 11 mars

Opération de Patrice Gaillet. Je téléphone à Mady qui me retéléphone. Elle me propose de venir voir Patrice un WE et de lui apporter des livres. On parle aussi de son optimisme nouveau, apparu avec son cancer, ce qui est pour le moins paradoxal. Mercredi prochain, elle va le voir avec les enfants

On donne LE TAMBOUR de Volker Schlöndorff à la Télévison, ainsi que "Les années de plomb" un film de Margarethe von Trotta, la mère du petit Oscar Matzerath, (David Bennent fils de Heinz Bennent que l'on verra dans Le Dernier Metro)

 

Mardi 12 mars 

Voici une lettre publiée par Le Cirque Divers, dans son bulletin de mars 1996, lettre écrite à Vitrival, le 21 septembre 1967 et qui est un vrai délire. C'est la lettre d'un Milicien belge, envoyée au Ministère de la Défense Nationale

"Monsieur le Ministre

J'ai l'honneur de vous exposer ma situation. Je suis marié avec une veuve, laquelle a une fille. Mon père a épousé cette fille

Donc à cette heure, mon père est devenu mon gendre puisqu'il a épousé ma fille. Et puis ma belle-fille est de ce fait devenue ma belle-mère, puisqu'elle a épousé mon père. Ma femme et moi par ailleurs avons eu un fils à la StJean

Cet enfant est donc le fils de la mère de la femme de mon père, en conséquence, mon oncle, puisqu'il est le frère de ma belle-mère. Mon fils est donc devenu mon oncle. Quand à la femme de mon père, elle a eu à Noël, un garçon qui est à le fois mon frère puisqu'il est le fils de mon père, et mon petit-fils, puisqu'il est le fils de la fille de ma femme.

Ma fille se trouve être ma mère puisqu'elle est devenue la femme de mon père et moi, en plus que je suis le mari de la mère de cette femme, donc son père, je suis aussi le frère de mon petit-fils. Comme le mari de la mère d'une personne est le père de celle-ci, il arrive qu'à cette heure je suis le père de mon père et le frère de mon fils. Je suis donc mon propre grand-père

J'ai donc l'honneur Monsieur le Ministre de vous demander de me renvoyer dans mes foyers, vu que la réglementation interdit que le père, le fils et le petit-fils soient mobilisés ensemble

Veuillez agréer Monsieur le Ministre etc...

Signature illisible

Le père de mon père

2e F1B

 

Une des pièces occupée par Enelle à La Courbeure avec une de ses grandes peintures au-dessus du divan (voir ci-dessous)

 

Mercredi 13 mars

 

Lawrence DURRELL à "Un siècle d'écrivains" (voir ci-dessous)

 

A la télé, j'apprends la mort de Jacques-Louis NYST, Jacques Luinyst de son nom de peintre, à 53 ans. Nous avions exposé ensemble il y a 3 mois à Liège et je savais qu'il avait un cancer. Je l'avais rencontré chez lui en 1965, pendant mon service militaire, emmené à Presseux-Sprimont par son frère Frédérique Nyst et nous y sommes retournés un certain nombre de fois en 1966 et 67 et 68, avec mon épouse Céline . C'est même chez lui ,que j'ai rencontré Jacques Lizène. Ci-dessous quelques photos prises au Château de Presseux. Son père avait été directeur de la STIL (Tramways liégeois)

"Jacques était un poète, pas un plasticien" a dit Jacques Charlier, hier à la Télé . Il a parfaitement raison. Jacques était d'ailleurs un des pionniers wallons de la video, avec sa femme Dany qui travaillait à la RTB

 

Mort de Kieslowski à 54 ans

 

Voici des photos de quelques uns de mes Broux de Noix accrochés dans mon atelier

 

On joue BLEU de Kieslowski avec Juliette Binioche

 

 

Mardi 14 mars. Un article sur l'écrivain suisse Jacques CHESSEX

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Vendredi 15 mars

Je suis toujours dans "Pascal Lainé" qui écrit bien mais ne m'excite pas plus que cela

La mort d'Ugo, fils de Michèle, le cancer de Danielle, celui de Dominique, celui de Patrice, celui de Jacques Nyst, celui de Jean Blanc ami de Dominique, quelle ambiance....

 

Samedi 16 mars

Coup de fil de Dominique Bechet (dite Minique). Je comprends enfin l'allusion de sa lettre (voir plus haut) à laquelle je n'ai pas répondu "Je ne vois pas ce qui te permet de juger Marie-Odile alors que tu t'es comporté exactement de la même façon avec moi" me dit-elle

Oh là, tout doux la Minique. D'abord je ne t'ai jamais parlé d'amour et ne me suis en rien engagé; Deusio, Thierry est mon ami depuis 20 ans et il est normal que je sois de son côté car il ne faudrait pas l'oublier, c'est elle qui l'a quitté; Or ils disaient s'aimer, cohabitaient depuis 6 ans, avaient acheté une maison ensemble, réalisé un spectacle etc...Aucun rapport avec notre situation

 

Eh bien me répond-elle "Je crois que nous n'avons plus rien à nous dire;" "En effet, réponds-je et nous raccrochons le combiné. Ce sera désormais le silence absolu et cela m'arrange tout à fait

 

Dimanche 17 mars

J'apprends par Mady, que l'opération de Patrice a duré 12h30, qu'on lui a enlevé le Péroné (adjoint quasi inutile du Tibia) pour essayer de réparer sa machoire

 

Un reportage sur Lee Harvey OSWALD et un Thema sur les OVNIS, tout ceci, enregistré comme toujours (voir ci-dessous)

 

Lundi 18 mars

Je prends des photos de ma petite Plume dans le hall (voir ci-dessous)

 

Patrice Gaillet au téléphone. Il peut me parler grâce à sa trachéo. On parle de bouquins Boyd-Auster-Hemingway-Salinger (Patrice est féru de littérature américaine). Je lui demande s'il lit langlais? Héla non, sinon je leui aurais prêté mes Vonnegut. Mais il a lu en français "Abattoir 5".(Slaughterhouse Five)

 

Il voudrait avoir 3 cannisses à moi (peintes pour le spectacle de Marie-Odile)

 

Mort de René CLEMENT

 

On joue Louis II de Bavière-LUDWIG- de Visconti

 

Un article sur BHL et Sarajevo

(Voir ci-dessous)

 

Mardi 19 mars

Je passe chez Yvan Thierry le photographe de Libramont. Il n'a jamais vu le catalogue d'Omer Marchal dont il a fait les photos. On ne l'a même pas invité au vernissage. Quelle bande de salopards !!!. Tout se confirme

 

Les grenouilles sont là

 

Je commence "La Vie passionnée de Vincent Van Gogh" d'Irving Stone

 

Mercredi 20 mars

Une lettre de mon condisciple du Collège Saint-Servais, André Pirard SJ. Très sympa mais aucun de ces ex-amis d'enfance ne tentera de prendre contact avec moi, par la suite. Vrai, ils sont resté catholiques et moi pas. lls sont aussi restés à Liège et moi pas (voir lettre ci-dessous, ainsi que la liste de mes ex-condisciples de la Rhéto 1956)

 

Une émission sur Hervé BAZIN (voir ci-dessous) "Un siècle d'écrivains"

 

Jeudi 21 mars

Une invitation de mon ami José Bedeur au Théâtre Le Café à Bruxelles avec son ami Christian DURAY, "Eboueur poétique"et le Centenaire de la Mort de Paul VERLAINE à Paliseul, où il séjournait fréquemment chez ses tantes Evrard (Région de Bertrix). Le père de Verlaine était de Jehonville, près de Paliseul "Au pays de mon père il y a des bois sans nombre"

(voir ci-dessous)

 

Vendredi 22 mars

Je visionne BLANC de Kieslowski. Je suis très troublé

 

Aussi un portrait de Marcel LIEBMAN, Professeur à l'ULB

 

Les grenouilles ont pondu

 

Samedi 23 mars

Ci-dessous le trajet de la Comète HYAKUTAKE, qui sera observable du 23 au 28 mars

 

Un article sur le "HERGE" de Pierre ASSOULINE

 

Dimanche 24 mars

Depuis qu'Enelle a acheté sa maison bien loin de chez moi, nos relations sont excellentes. Allez comprendre. J'ai avalé la pillule et elle est soulagée de ne pas avoir à vivre dans ma région. C'est beau l'amour ....

 

Un Thema sur Ingrid BERGMAN

 

Je reçois un article du 5 mars sur l'expo Neuberg à Bastogne

 

Lundi 25 mars

Les grenouilles continuent de pondre dans mes bassins (voir photos)

Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre
Ma Bio n°243 1996-1er Trimestre

Mardi 26 mars

Je plante un Aulne sur la tombe de Craquotte, ma première chienne, morte il y a un an. J'y pense sans arrêt

Patrice Gaillet. Une des greffes a mal pris. On a regreffé une peau. Toujours pas de sortie en vue par conséquent

 

Jeudi 28 mars

Une performance à l'Atelier 340 (voir ci-dessous)

 

Jean-Marie Gheerardijn et ses mouches. Tout simplement répugnant

 

Un entrefilet sur Gstaadt, la station suisse pour individus riches et célèbres

 

Vendredi 29 mars

Ma cousine Régine me téléphone que sa fille Florence, comédienne, joue à Bruxelles au Théâtre National; Il s'agit de Francesca de Franck WEDEKIND, joué par une troupe française. Metteur en scène; Braunschweig

 

Benjamin Franklin Wedekind, dit Frank Wedekind, né à Hanovre le 24 juillet 1864 et mort à Munich le 9 mars 1918, est un dramaturge et un poète allemand.

 

Biographie

Apparenté à une ancienne famille comtale (les Wedekind zur Horst), Friedrich Wilhelm Wedekind, le père de Frank Wedekind, est médecin-gynécologue. Il émigre à San Francisco après la révolution de mars 1848, attiré sans doute par la ruée vers l'or. Il épouse Emilie Kammerer, la fille de l'industriel Jakob Friedrich Kammerer. Le couple aura six enfants, dont Frank.

 

En 1872, la famille Wedekind s’établit au château de Lenzbourg en Suisse. En 1884, Frank commence par étudier la littérature allemande et française à l'université de Lausanne, mais son père exige qu'il fasse son droit à l'université Louis-et-Maximilien de Munich. Le conflit éclate et Frank quitte l'université pour un poste de rédacteur publicitaire chez Maggi. Attiré par le monde des saltimbanques, il travaille également pour le Cirque Herzog.

En 1888, rentrant dans le rang, il se réinscrit en droit mais cette fois à l'université de Zurich : son père meurt en octobre de cette année-là, lui laissant un patrimoine conséquent, assurant son indépendance financière. Frank va désormais se consacrer à l'écriture1.

 

En 1891, il publie L'Éveil du printemps, une « tragédie enfantine » où l'on découvre des adolescents en proie à l'éveil de leur sexualité, un texte relevant à l'époque de la pornographie puisqu'il y décrit plusieurs actes d'autoérotisme, de masturbation collective et évoque sans complexe l'avortement, autant de thèmes considérés alors comme tabous

 

Il est ensuite à Paris, se lie d'amitié avec Albert Langen et fréquente le milieu de la nuit, assistant aux spectacles joués au Grand-Guignol et à des pantomimes, dont Lulu, tirée d'un « roman clownesque » de Félicien Champsaur et qui lui inspirera La Boîte de Pandore dont une première version est établie dès 1892.

 

À partir de 1896, il vit une histoire d'amour avec Frida Uhl, la femme d'August Strindberg, dont il aura un fils, Friedrich (1897-1978). Le couple s'installe à Munich.

 

L'année suivante, il trouve un emploi dans le journal satirique munichois Simplicissimus. En 1899, il se rend à la police allemande et est condamné à sept mois de prison ferme pour « crime de lèse-majesté », ayant écrit et fait publier des poèmes satiriques visant le kaiser : durant son incarcération, il rédige une nouvelle version de sa pièce Mine-Haha.

 

En 1906, il épouse la comédienne Tilly Newes (1886-1970) dont il aura deux filles, Pamela et Kadidja. Cette même année, Max Reinhardt monte L’Éveil du printemps à Berlin.

Analyse de son théâtre

Son théâtre conteste dès le départ la société bourgeoise et les tabous sexuels. Il provoque dans un dessein d'émancipation des masses et en usant de nombreux procédés dramatiques, de la farce au vaudeville en passant par le drame et le cirque. Ses provocations lui causent d'incessants problèmes de censure, l'inquiétude des directeurs de théâtre, et des problèmes de budgets. Aussi revint-il vers le cabaret de ses débuts, lieu plus permissif et moins onéreux. Là, il s'attire la sympathie des artistes, souvent irrévérencieux comme lui, tandis que les procès assurent sa notoriété. Il peut ainsi consacrer sa vie au théâtre.

Après une période de répression, il finit par obtenir des autorités une relative liberté d'expression, un privilège implicite accordé à certains dramaturges ayant un comportement décalé, cette forme d'art étant considérée à cette époque et dans ce contexte comme négligeable. Certains observateurs contemporains de Wedekind comprirent que ses provocations et son théâtre parlaient de la société elle-même, faisant émerger la notion de théâtre vivant.

Son œuvre annonce l'expressionnisme. Cependant, bien qu'il soit souvent associé à ce mouvement, Wedekind lui-même ne s'y reconnaissait pas, déclarant qu'il en utilisait les techniques avant que ce mouvement existe . Wedekind a été influencé par Ibsen, Nietzsche, Hauptmann, Büchner et Strindberg.

Alban Berg s'est inspiré de L'Esprit de la terre et de La Boîte de Pandore pour écrire l'opéra Lulu.

Wedekind est également poète et lithographe, mais son talent de dessinateur est peu connu.

 

Mon frère Etienne y serait allé, est entré dans sa loge après le spectacle et lui a dit qu'elle était sur une mauvaise pente ( pièce anticléricale et en plus Florence montre ses nichons paraît-il), qu'elle devait se tirer de ce milieu et qu'il allait être obligé d'écrire un article très défavorable sur la pièce dans un journal catholique. Florence dit qu'elle a vu entrer dans sa loge "L'INQUISITION". On comprendra pourquoi je n'ai plus de contacts avec ce frère qui pue la vieille soutane; Le plus drôle c'est qu'il vient de se faire virer d'un couvent à...FLORENCE

 

Enelle envoie son renon à La Courbeure-Bertrix. Elle devra aussi récupérer sa caution de 1125 euros et là on n'a pas fini de rigoler

 

Pendanr que je prends mon bain, une certaine Madame Graff me téléphone de la part de Madame Corbiau, ah oui, je me rappelle, Anne-Marie Bolle de son nom de jeune-fille, amie de Marianne et proche de l'entourage de Menuhin. Madame Graff voudrait passer voir mon oeuvre à l'occasion d'un prix à décerner dans la Province de Luxembourg  par la Société des Ingénieurs et Industriels ( Anne-Marie Bolle  a organisé jadis une exposition Julos Beaucarne à Nobressart et m'avait déjà contacté à l'époque. Elle s'intéresse tellement à mon oeuvre qu'elle ne s'est jamais déplacée jusqu'à Moircy, même pas lors des Portes Ouvertes )

 

Madame Graff me recontactera en avril

 

Mes Ides Mélanottes dans mes étangs se réveillent (voir photos)