Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 06:53
Ma bio 194 -1984- Mon atelier-Charleville et Rimbaud-Verlaine à Corbion

Extrait de mon journal.

 

Ecriture dans mon journal en ce mois de janvier...quasi néant...bouffé par mon métier de financier-bouffé par les gens, bouffé par cet horrible téléphone. Hier j'ai réalisé qu'IPPA avait mis mon¨n° de téléphone privé dans l'annuaire. Je n'ai plus le droit d'avoir un numéro privé. Désormais ma vie appartient à tout le monde. Tout un programme, non? J'appartiens au domaine des Finances publiques. Dimanche dernier, je suis allé faire un dossier chez le client d'un agent...et c'est l'agent qui va toucher la commission. Hiver 84

Hiver 84-2

Il fait une neige superbe. Soixante centimètres dans le jardin. Une véritable expédition pour arriver à l'étang, avec luge, piolet et Huskies-et au milieu de cette nappe blanche, mes totems flamboyants de leur premier hiver. Ces totems qui, en juin prochain, croustilleront sous le soleil méditerranéen, celui des grandes incendies de Provence. Croustilleront peut-être car partiront-ils réellement vers le Sud  ???. Là-bas, en effet, à La Seyne, les élections de mars 1983 viennent d'être annulées par le conseil d'Etat. On revôte en février. Et voilà que ma première grande exposition personnelle, dépend du maintien des communistes au pouvoir. L'orage gronde dans les chantiers navals où l'on menace de licencier car les carnets de commandes ne se remplissent pas, parce que la  politique  du gouvernement socialo-communiste, vise d'avantage à développer les secteurs de pointe, que les secteurs traditionnels, tels que ceux de la Sidérurgie et des chantiers navals, et que les navires construits dans certains pays, coûtent moins chers, d'où la nécessité d'importer plutôt que de créer à domicile.

De même pour les financiers et les politiciens démagogues de la Culture belge, il vaut mieux importer et promouvoir des artistes français, allemands ou américains, plutôt que de soutenir ce qui se crée en Belgique. Un belge n'est digne d'intérêt que lorsqu'il s'est expatrié et a été reconnu par d'autres pays. C'est seulement alors qu'on lui demande de venir montrer son travail en Belgique. De cette façon, on ne risque rien, on mise à coup sûr "

Dans mon atelier c'est l'explosion des mini-totems qui sont en fait des bûches de bois de chauffage, tranchées au merlin, dans le sens  vertical 

"Je suis comme un fou qui peint les murs de sa cellule, mais un fou qui a encore assez de lucidité et de besoin d'amour, pour souhaiter que quelqu'un vienne parler avec lui, de ce qu'il fait, de ce qu'il est ( de ce qu'il est lui mais aussi de ce qu'est, cet autre fou, qui vient le voir)

J'ai besoin de tous ceux qui mènent un dialogue essentiel, vital, c'est à dire... mortel . J'ai besoin de tous ceux qui vivent avec lucidité en compagnie de la mort, la leur et celle de ceux qu'ils aiment, bref de toux ceux qui défoncent leur vie pour dire non à cette mort, que pourtant ils savent inévitable. Mais je hais les dialogues légers, ceux qui ,ne descendent pas dans les abysses de l'inconscient. Il y a toujours du Scandale aux Abysses (Céline), et la majorité des gens a peur du scandale. Comme le disait Eugène Labisse (peintre français qui a croqué Boris Vian en " Bison ravi"), c'est aux abysses que la queue gêne (Pardonnez-moi cette insupportable manie de jouer avec les mots mais il faut lire,  de Freud "Du Jeu de Mots et des ses rapports avec l'Inconscient").

Il semble que dans le monde superficiel de l'art, je ne sois pas "branché". Or pour moi, être branché, c'est accrocher ses serres à un arbre qui plonge ses racines au centre de la terre, à savoir au centre de lui-même. Cela n'a rien à voir avec la mode. L'expression a été complètement "dénaturée", c'est le cas de le dire quand il s'agit de branche. Notre époque est une époque de banalisation, où les branches se défolient (se des folies). Et c'est bien pour cela que je travaille sur des branches, et sur des racines, des "roots", des racines du ciel pour parodier Gary. Je travaille même sur des troncs d'Aubépines; Parce que l'Aube est Pine et parce que l'aube et la pine sont au commencement du monde et que notre branche intime et profonde a ses racines à l'aube de l'univers .

L'ART ??? NAQUE !!!

Mini-Totems3 Mini-Totems1 Mini-Totems1 001-copie-1

 Mon thème astrologique fouillé m'a été dressé en 1977 par un professeur d'Arlon, Monsieur Leleux, peintre, auquel je rends hommage au passage. (Pour rappel, je suis Scorpion, Ascendant Gemeaux et j'ai le Milieu du Ciel en Verseau) Dans ce thème manuscrit de plus de 100 pages, il a fait aussi des projections pour les années suivantes et voici ce qu'il écrit, pour ma période 1983-1984:

Jupiter entre en trigone avec le soleil. Cet aspect est une indication de bonne santé, de fortune et de bonheur. Elle dote le sujet d'une abondance jamais facile à supporter, qui fait un trigone Jupiter-Soleil, le plus favorable des aspects, et lui apporte indépendance et force de décision extrême. Intuition et résistance physique.

Pluton entre en maison 5.  Pluton, rétrograde chez moi) (maison 5, tout ce qui a trait à la création, à la plénitude de vie) va déclencher un goût effréné de la jouissance; il aura des aventures sentimentales (En effet). Le goût de la création artistique va atteindre un sommet. Pluton va donner son maximum du point de vue de l'expression artistique (peut-être un génie..sic).

Mars est en trigone avec le soleil en Poissons et en maison 10 (très bon aspect).Il produit une surabondance d'énergie vitale qui assure au sujet une bonne santé, il fortifie la constitution et rend capable de venir à bout des tâches les plus rudes. Il donne un courage indomptable et la force de faire face aux plus grandes difficultés. Un plan à suivre leur étant donné, on peut être sûr qu'il triomphera sûrement des obstacles, car il a à la fois des facultés constructives et exécutives et de plus, une volonté invincible qui se refuse à connaître la défaite. Le caractère est franc et ouvert mais il peut être brusque. Il est trop intensément absorbé par le but à atteindre, pour perdre son temps en politesse et courtoisie et c'est sans vergogne qu'il met de côté les conventions..."

A cette époque je lie aussi connaissance avec l'Astrologie chinoise. J'apprends que je suis Buffle, que mon Compagnon de route est le Coq et que mon élément est le FEU. Je suis donc BUFFLE-FEU (1937) 

BUFFLE

Et je lis dans l'opuscule di-dessus:

" Le Buffle est un animal de tendance Yin, il vient du Nord et appartient au solstice d'Hiver. Il est Yin parce qu'il semble surgir du sol détrempé de la rizière. Il est celui qui ouvre, celui qui creuse la terre. Par sa puissance alliée à un esprit contemplatif, il symbolise parfaitement l'élément Terre (l'élémentaire), substance pesante, épaisse, dont la trame est composée de racines entremêlées, d'humus et de glaise (cela fait plus de 30 ans que je creuse et suis plongé dans la boue argileuse), de boues et de rochers. Terre des rizières, des prairies grasses et lénifiantes, peau tendue sur des entrailles grouillantes, le buffle la foule, la piétine, la creuse, c'est une sorte d'ALCHIMISTE, officiant muet du rythme des labours".

 

En février , mort de Michel LANCELOT, le célèbre animateur-radio des années 68 sur Europe 1 avec son émission CAMPUS où il dialogue quotidiennement avec les jeunes. En 1975, l'ORTF éclate et Lancelot convainc Marcel Jullian de lui céder le samedi après-midi afin de faire une émission pour les jeunes au sens large. Ce sera "UN JOUR FUTUR". Je me souviens de trois diffusions magnifiques sur Xénakis, Romain Gary, Jacques Higelin. Hélas le Magnéto n'existait pas à cette époque.

 Michel Lancelot était aussi un écrivain depuis "Le jeune lion dort avec ses dents" en 1974 qui avait obtenu l'Anti-Goncourt, premier manifeste de la contre-culture. En 1968, il avait déjà publié "Je veux regarder Dien en face" que lui a inspiré son séjour chez les hippies en Californie. En 1979, son "Julien des Fauves" sera son dernier livre.

Il a été terrassé par une crise cardiaque, à 46 ans, ce samedi 25 février  

 

Mais le printemps revient et dès que le printemps revient,(Hugo Frey) je fais des projets pour continuer d'agrandir l'étang n°2 

L

Plan de l'étang 2 en mars 1984

Le grand étang commence à se réveiller, la cascade d'hiver coule abondamment et le premier Colvert vient se baignerLe Colvert

 

Le 16 mars, je fais une grande échappée vers CHARLEVILLE, via Bouillon et Sedan (c'est à une heure de chez moi) pour aller retrouver RIMBAUD et m'arrête  au restaurant L'ETOILE- spécialités orientales, Place Ducale sous les arcades et déguste un couscous, le plat préféré de Rimbaud en Abyssinie, accompagné d'un rosé gris  d'Alger

Charleville Place Ducale

Après le le repas, nous nous dirigeons, ma femme et moi, vers la Meuse et le rue du Moulin pour rejoindre le vieux Moulin où se trouve le Musée RIMBAUD. Voici les plans de ce que l'on pourrait appeler l'intinéraire Rimbaud, à Charleville ou le "Circuit rimbaldien"Plan Charleville

Circuit Rimbaldien

Voici le Vieux Moulin et le Musée RImbaud au 3ème étage, le long de la Meuse et de sa dérivation qui passe sous le Moulin, au Nord de la Place Ducale

Charleville Le Musée Rimbaud2

Le Vieux Moulin, vu de la rue du Moulin venant de la Place Ducale et en-dessous, une roue à chien, une grande roue dans laquelle est enfermé un  bâtard jaune empaillé, censé faire tourner le cercle infernal. L'horreur. Car le Moulin contient au rez-de Chaussée, un Musée de l'Ardenne et aux étages un Musée Rimbaud assez minable. J'ignore si ça a changé en 2011 ?. Des lettres manuscrites, de vieilles photos piquées d'Arabie et d'Afrique (voir mes articles sur Rimbaud), quelques étoffes orientales ramenées par Rimbaud d'Aden ou d'Abyssinie et la malle de voyage de Rimbaud, noire et minuscule. 

Le Moulin

La roue au chien

 

Et face à la Meuse, Quai Rimbaud, la maison où vécut Rimbaud de 1869 à 1875 (de 15 à 19 ans) maison gouvernée par sa mère Vitalie CUIF. Je repense à ce bras de Meuse, cette eau et ces berges sur lesquelles Rimbaud allait jouer avec son copain Ernest Delahaye (et subitement je réalise que, moi aussi, j'ai joué sur les berges de la Meuse, quai Mativa à Liège, toute mon enfance) ...bref ce bras d'eau qui fascinait Rimbaud et qui lui a fait écrire le BATEAU IVRE, sans avoir jamais vu la mer 

Charleville Quai Rimbaud

Ensuite nous remontons vers la Place ducale et  au-delà du piétonnier, dans la rue Thiers, nous découvrons la maison natale de RImbaud, toute blanche, dont le rez-de-chaussée est occupé par la librairie "Arthur RImbaud"

Rue Thiers et Grand'Rue

Rue Thiers-Librairie Rimbaud

La librairie en 1984, aussi maison natale de RImbaud (1864)

Librairie Rimbaud-copie-1

Librairie Rimbaud

Dans cette librairie j'ai achéte le Rimbaud d'Yves Bonnefoy et un numéro sur Rimbaud , édité chez Duculot dans la collection Travelling-Biographies-et écrit par Barokas. On m'apprend en outre qu'en octobre (le 20) on va fêter le 130e anniversaire de Rimbaud

Et puis nous sommes partis au Cimetière de Charleville, retrouver la tombe de Rimbaud, à droite sur la photo, mort à 37 ans en 1891, et celle de sa petite soeur Vitalie, handicapée mentale, morte à 17 ans en 1875. Et je réalise qu'à Hauterives, nous sommes allés aussi de la maison natale du Facteur Cheval, vers le cimetière d'Hauterives, retrouver la tombe de Cheval, construite par lui, mini "Palais Idéal", bref toujours ce passage de la naissance à la mort de tous ces "fous créateurs" qui m'ont précédé;

Ecoutez Rimbaud:

"Donc le poète est vraiment voleur de feu.

Il est chargé de l'humanité des animaux même; il devra faire sentir , palper, écouter ses inventions..

Le poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui, les passions, pour n'en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force inhumaine, où il devient entre tous, le grand malade, le grand criminel, le grand maudit et le Suprême Savant"

OH QUE MA QUILLE ECLATE! OH QUE J'AILLE A LA MER

 

Tombe de Rimbaud et de Vitalie

 

Sans transition, je reçois une lettre de félicitations de ma direction Ippa pour la réussite de mes trois examens de cours bancaires, réussis avec Grande Distinction. On m'invitera à aller chercher ma décoration à Bruxelles lors d'une distribution solennelle. Evidemment je n'irai pas. Ceci n'empêchera pas ces salauds de me virer cinq ans plus tard. Motif "Ne convient plus", après 23 ans.. Je le leur ferai payer très cherRéussite formation bancaire Mars 84

Extraits de mon journal.

Après ce petit voyage dans un bâteau ivre, de retour sur mon territoire. Mon but est bien d'anénager un territoire afin d'y amener le plus d'animaux sauvages à y vivre en paix, à savoir à l'abri de l'homme, écraseur et tueur perpétuel, tueur de vie dans l'oeuf.

Ces animaux que je veux abriter ne sont autres que moi-même. Mettre mon animalité à l'abri des hommes et de la société, étant entendu que je me proclame animal d'abord, c'est à dire innocent fondamentalement-refusant de participer aus jeux cruels du genre humain. Je suis ORIGINEL....

Découverte de Georges PERROS ce dimanche 25 mars. Terriblement ému...

 

Découverte d'une phrase de Paul VERLAINE que je reprends totalement à mon compte:

"LE MONDE QUE TROUBLAIT LEUR PAROLE PROFONDE...LES EXILE...

A LEUR TOUR, ILS EXILENT LE MONDE"

 

C'est merveilleux d'être ivre un dimanche matin à 11h42, quand on est levé depuis 6 heures et qu'il neige et qu'on est un 14 avril et que l'on fait vibrer un PIANO NOIR au mileu de TOTEMS ROUGES

Et vivent les poissons qu'ils soient d'avril ou non. Samedi dernier Schubert a ouvert la truite et comme le disent les pècheurs enrhumés, en écrasant la tête de leur proie sous une pierre sourde, "Truite ou détruite, c'est chou bert et bert choux, car il faut que cartilage soit détruit(e).

 

Ce 7 avril je tombe sur un texte fondamental de BAUDELAIRE:

"L'irrégularité c'est à dire l'Inattendu, la surprise, l'étonnement sont une partie essentielle et caractéristique de la beauté

Le beau est toujours bizarre. Il contient toujours un peu de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et c'est cette bizarrerie qui le fait être particulièrement le beau, c'est son immatriculation, sa caractéristique"...

et puis plus loin..."Or notre public qui est singulièrement impuissant à sentir le bonheur de la rêverie (signe des petites âmesveut être étonné par des moyens étrangers à l'art, et ses artistes obéissants se conforment à son goût, ils veulent le frapper, le surprendre, le stupéfier, par des stratagèmes indignes, parce qu'ils le savent incapable de s'extasier devant la tactique naturelle de l'art véritable"

Et vlan pour les avant-gardes....

Justement je reçois un tract de la galerie L'A à Liège, tenue par des soi-disant amis de longue date, peintres. Pour  la 5e fois ils sollicitent mon fric "leur galerie soutient différentes formes de créations". Leur critère est "toute interrogation authentique face à l'art". Ils exercent une démarche alternative face à l'art.

Mais jamais depuis 4 ans, ils ne m'ont invité. Donc je ne suis rien de tout cela. Merci les amis ! Je n'oublierai jamais, Monsieur Vandeloise et consorts. Et depuis 4 ans, je cotise et participe par sympathie, par amitié. Je suis bon pour cotiser, pas pour exposer. C'est écoeurant.

 

Ce vendredi 13 avril, entre deux inspections, retour à la maison de VERLAINE à CORBION -sur-Semois (Bouiilon).

Ce vendredi 13, première journée éclatante de printemps. Vallée de la Semois. Vacances de Pâques paraît-il.

Et je suis retourné pour la première fois à la maison de Paul Verlaine à Corbion. Là, à l'enrée du bois, j'ai rencontré un certain Maziers, un corbionnais du Syndicat d'Initiative, qui réparait un toit, le toit des Lallemand, précisément les propriétaires des trois ares qui constituent les ruines de le maison de Verlaine, où il vécut de 1881 à 1888, au lieu-dit Bojaban. Voici le croquis que j'en ai fait dans mon journal

Corbion-La maison de Verlaine-Plan

J'ai donc dégringolé le petit chemin, ai retrouvé les murs et le ruisseau séparant la Belgique de la France. Maziers m'a dit que Verlaine s' était réfugié là-bas parce qu'une fois de plus à cette époque, il avait des démêlés avec les polices française et belge et pouvait ainsi facilement passer d'un pays à l'autres. En effet le mur inférieur de la maison, borde le lit du ruisseau-frontière. Voici les photos du ruisseau et des soubassements de la maison de Verlaine.

La plaque métallique "Ici vécut  Paul Verlaine de 1881 à 1888" est presque totalement effacée. Maziers m'a dit que Le S.I essaierait de la repeindre ( à ma demande hé, hé) 

Corbion-La maison de Verlaine-Plan 001

s rien..

Je découvre deux phrases du peintre BONNARD:

Il m'a aussi dit que le Curé de Corbion, l'abbé Bray avrait protégé Verlaine pendant un certain temps puis  en avait eu marre .

On a aussi parlé de l'ABSINTHE que buvait Verlaine, boisson disparue, du moins sous ce nom, dans nos régions. Il m'a dit que c'était une sorte de Pastis et que dans le temps à Corbion, un viel ivrogne en avait renversé sur une table en chêne et que le lendemain la table était toute rongée-et que ce vieux saoulard avait juré de ne plus jamais boire de ce poison qui, paraît-il, détruit le cerveau.

La rupture définitive, la dernière entrevue entre Verlaine et Rimbaud semble dater de 1875, à Stuttgart (Verlaine venait de sortir de prison). Six ans plus tard Verlaine arrive à Corbion. A cette époque, il est surveillant à Reims avec Létinois, qui y fait son volontariat et qui meurt en 1883. Il publie"Les Poètes Maudits" en 1884, et "Jadis et Naguère" en 1885, année au cours de laquelle il est emprisonné pour coups et blessures, portés à sa mère, qui meurt en 1886. Verlaine est mort en 1896, à l'âge de 52 ans. En 1886, il publie "Les Mémoires d'un Veuf" (Donc en pleine période "Corbion").

L'épisode du coup de revolver de Verlaine se passe en 1873 à Bruxelles.

Et m'a dit Maziers, il paraîtrait que les Lallemand chercheraient à revendre cette maison avec 3 ares de terrain. Alors j'ai laissé ma carte de visite....mai

"Il ne s'agit pas de peindre la vie mais de rendre vivante la peinture"

Bien que fou de couleur, il disait aussi: "Oui mais c'est encore de la couleur, ce n'est pas encore de la lumière"

 

Fin avril deux promenades avec une belle jeune femme qui me fait connaître le domaine de l'Abbaye cistercienne de Clairefontaine, à  4 Kms d'Arlon sur la route de Luxembourg. Invraisemblable périple dans une forêt déserte, prenant sa source dans un couvent apostolique longeant une rivière dénommée Eisch, dans laquelle j'ai vu se tortiller une truite noire. Cette rivière est une rivière frontalière entre la Belgique et le Grand Duché et là nous allons tomber sur les vestiges d'un barrage abandonné en 1933, chambres de visite, ècluses et quelques habitations en ruines. Lieux propices au rassemblemenr et à la protection des chauves-souris en hiver. 

" Un choc. Dans la forêt en suivant le cours de l'Eisch, nous tombons sur une grosse maison en ruines, puis juste derrière, un ancien barrage, ave toute la machinerie, ferrugineuse et rouge-rouille-et les bouleaux et le Mélèzes du Japon-le chant des Pinsons, celui de la Mésange...et celui du Merle-et  cette grande maison en ruines à l'Ouest du Barrage, avec des chambres sombres et humides, trouées d'ouvertures sur des bouleaux et des pins, jaunes de soleil...C'est la maison du Barrage de Steinfort Eisch-Maison du Barrage de Steinfort1

Eisch-Maison du Barrage de Steinfort 2Clairefontaine-SteinfortJ'ai toujours été fasciné par les ruines et elles me poursuivront jusqu'au bout. Victor HUGO, lui aussi était fasciné par les ruines, LES RUINES ET LES CIMETIERES et particulièrement les ruines envahies par la végétation. Ah louer un petit temple à Angkor-Vât. Des lieux où l'homme a fini par capituler face à la nature, il a vidé les lieux-et d'un côté j'aime mieux les hommes quand ils ne sont plus là. Ils font moins de bruit quand ils ne laissent dans la végétation, que le silence de leur mort. Et les arbres vivent plus vieux que les hommes et c'est tant mieux, car les arbres ne font pas la guerre. Ils font seulement l'amour.

Et soudain nous tombons sur deux panneaux, se trouvant dans une clairière près de l'Abbaye cistercienne de Clairefontaine et rédigés en allemand    

                                            LOCKSTOFFE FALLE

                                            FUR BORKEN KÄFER

                                            Biologische Waldschutz

                                            Ohne Gift

                                            Bitte nicht berühren

Ce que l'on pourrait traduire littéralement par"Piège avec une étoffe-appât, pour les punaises d'écorces, Protection biologique de la forêt, Pas de poison, Svp, ne pas toucher"

Il s'agit de deux panneaux transparents, à rainures contenant chacun un petit sachet avec du liquide. Nous avons l'impression de nous trouver dans un champ radioactif, miné, bref une aire expérimentale et que nous risquons d'être "contaminés". Un grand silence, une clairière brûlée, une impression d'apocalypse. En plus l'inscription est en allemand, ce qui n'arrange rien (souvenirs de la guerre 40) 

Clairefontaine 001

Clairefontaine 002

 

Ce 28 avril, le ruisseau du jour coule tout vert, euh pardon, le ruisseau d'hiver coule toujours. 

 

Mon territoire est peuplé de galeries creusées par des taupes, des rats musqués et des campagnoles appelées "rates". Et je pense que les galeries d'art sont elles aussi creusées par des taupes aveugles et par des rats

 

"Méfiez-vous du TOC, des gens "Toc". Des gens à culture-bidon non intégrée à leur vie quotidienne

A la culture de VERNIS SAGE.

Je suis un cadre et depuis toujours je réalise des oeuvres sans cadre

Il faut lire "Will there really be a morning" Fontana. Une auto-biographie de FRANCES FARMER, une star maudite d'Hollywood. Extraordinaire épopée. Il y a des femmes qui n'ont pas attendu le féminisme. Morte d'un cancer en 1970

 

Le 12 mai j'entends à la télévison, une phrase superbe de Paul KLEE (J'ai bien dit Paul et non Cassius):

" Le monde est composé de deux crêtes proches du ciel dont l'une est occupée par les animaux et la seconde par les dieux, ainsi que d'une vallée crépusculaire, occupée par les hommes"

Et nous arrivons au mois de juin . Le grand étang, avec dans le fond, la forêt donnant sur le village de Vesqueville et sur Saint-Hubert et sa forêt domaniale, puis de l'autre côté de mon ruisseau, le deuxième étang quasi terminéL'Etang 1 en Juinl'Etang 2 en Mai 1984

 

Dans l'atelier j'ai commencé un travail sur les polaroïds d'argile. En effet, pour la Banque j'utlise un appareil Polaroïd ancienne manière, avec des cartouches que normalement on jette après chaque photo, ceci aux fins de prendre des photos des immeubles que j'expertise. Je suis parvenu à restructurer ces boitiers en creux et j'y mets l'argile que je creuse avec mes mains dans les étangs. Je les bourre d'argile, laisse sécher, puis mets du liant acrylique pour soilidfier, comme toujours, puis je peins à l'huile en fonction des craquelures apparues au séchage. En juin 84, j'en suis à 49 cashes. Je demande à tous mes collègues inspecteurs à Ippa de me garder leurs cartouche vides et de les amener lorsque nous avons une réunion, à Liège, Bruxelles, Charleroi ou Anvers. J'en collecterai des centaines.

Voici d'abord le cash de Polaroïd à  l'état brut, tel qu'il sort de l'appareil. Il contenait 8 pellicules avant usage

 

P1060853

Puis ce que cela donne à l'envers, le creux bourré d'argile pétrifié et peint à l'huile

 

P1060856

 

 

 P1060863

 

P1060866

Re-journal:

" Un jour, je me suis dit: Quand je serai grand, je serai comme Ginsbarre...et j'ai commencé à boire du whisky. Remarquez j'aurais aussi bien pu dire Bukowski (Bukowiski un nom  prédestiné)

 

Nombreux contacts aussi avec un jeune peintre de 20 ans de moins que moi, Eric Müller, d'Arlon. Etudes artistiques à Mons. Un jeune prodige passionné de peinture, de musique et de littérature. Il écrit aussi. En Juin il vient passer 3 jours ici avec sa compagne également plasticienne, Edith de Kindt.

Le voiciEric Müller- Juin 84 à Moircyll y a entre lui et moi, une espèce de dialogue fondamental et spontané sur l'essentiel de la vie et donc sur la Mort et l'Amour-une tendresse énorme et une affinité de culture, la vraie, faite d'amour-qui circule tout à fait naturellement. Lui et moi sommes des tordus-curieux-assoiffés-tragiques-ce que j'apellerais des êtres à deux versants, des alpinistes en diagonales escarpées, continuelllement assis entre deux falaises.

Sans trop savoir pourquoi, j'achète à Arlon "Les Armes secrètes" de Julio Cortazar et "Le Faiseur de Pluie" de Saul Bellow, deux auteurs que je n'ai jamais lus. Du coup je me remets à la lecture de Kundera "La Plaisanterie". Ensuite j'entreprends la lecture de "Macaire le Copte" de Franz Weyergans, un auteur belge, excellent.

Cueillette ce 25 juin, dans le jardin, de Myosotis des Marais, de Gaillets fangeux et de Cardamines des Prés.

Mon exposition à La Seyne prévue pour juin a été annulée. La droite extrême de La Seyne-sur-Mer ne veut pas de moi et pourtant elle m'acueillera en 1991 et 1992

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
7 septembre 2016 3 07 /09 /septembre /2016 06:20
Ma Biographie n°193-1983(suite) Lille et La Seyne-sur-Mer-2e semestre

Tout d'abord une émission sur Elia KAZAN. Quel cinéaste (et malheureusement aussi dénonciateur de ses collègues à la Commission Mac Carthy). J'ai vu de lui 1.Sur les Quais 2. A l'Est d'Eden 3.America-America 4.L'Arrangement 5.Un tramway nommé Désir 6. Baby Doll 7. Le Fleuve sauvage 8. La Fièvre dans le Sang. J'ai tous ces films en K7 VHS (Eh oui je sais, la préhistoire). J'ai toujours été fasciné par le jeu animal de Brando et ensuite par celui de Dean,  surtout dans"A l'Est d'Eden". Cette façon introvertie de jouer, de se déplacer, souvent recroquevillés, comme des autistes, leur difficulté à s'exprimer, à lâcher leurs mots, leur tête dans les épaules, le jeu aussi de leurs mains et de leurs avant-bras. On sait toute l'influence de l'ecole de Stanislawski et de Lee Strasberg (Actor Studio) dans cette façon instinctive de jouer. L'influence de la psychanalyse est évidente. On retrouve cette gestuelle également chez Montgomery Clift

Elia Kazan-cinéasteAu cinéma j'au vu 5 fois "Sur les Quais", 3 fois A l'Est d'Eden ainsi que Viva Zapata.

En 1983 il a 74 ans, a été marié deux fois et ses deux femmes sont mortes jeunes (maladie)

Evidemment complètement lié à Brando, Dean et à l'Actor Studio.

 

" C'EST UN JARDIN D'EDEN QUE JE CONSTRUIS ICI ! NON A L'EST MAIS AU CENTRE D'EDEN

 

Au mois de juillet en fin un peu de repos. J'agrandis encore le deuxième étang et je prends au soleil les couleurs de mes totems. je contine de peindre ma muraille de Chine. Cet étang bis aura été la grande entreprise de 1983 au niveau de l'extérieur; elle a pris des proportions inattendues et étale aujourd'hui, ses 80 m2 (bientôt 100)Etang é en JuilletEtang Vancautotems. Moircy-Belgique-Ardennes Juillet

 

Mes poteaux ressemblent-ils à mon corps de Peau-Rouge ou alors ne serait-ce pas mon corps qui se met à ressembler à mes poteaux de couleurs ???. Tant la création est liée à la vie.. Etang Vancautotems Juillet

 

 La muraille de l'Etang

 

 

 

On voit ici qu'un deuxième espace est né derrière mes totems, un espace vert bien plane avec de jeunes arbres qui, dans quelques années, seront une petite forêt qui transformera encore le paysage. Hêtres, Chênes pédonculés et chênes  chats. Que s'est-il passé cette nuit??? .

d'Amérique, Saules, Pins Sylvestres, Mélèzes du Japon, Epiceas. Chaque arbrisseau a sa personnalité et croït d'une manière différente. Je les suis pas à pas. Seul le chêne d'Amérique, situé au Sud-Est du grand étang, est un rescapé de Libramont, avec le Buis du Ventoux. Tous les autres arbrisseaux, j'ai été les chercher en foêt dès 1980

Je voudrais encore inviter un Aulne, pour le mettre au bord de l'Etang. On dit qu'ils attirent les mouches et donc attirent les truites. Et puis il y a "Le Roi des Aulnes" de Michel Tournier. En fait je finirai par transplanter quatre aulnes.

Héla, j'ai retrouvé ma petite Hermine, celle qui avait élu domicile dans ma muraille... toute raide. Je l'ai enterrée avec mes chats

 L'Hermine morte-Moircy-Belgique

 

Dans mon journal ce samedi 2 juillet 1983, après une conversation pénible, avec ma belle-soeur:

" Je crois que je commence à comprendre. Ce n'est pas seulement en tant que marginal que l'on veut "m'assassiner", c'est aussi simplement parce que j'ai la force de m'obstiner, de m'acharner à réaliser quelquechose dans ma vie, alors que la majorité des gens n'a pas cette force, cette volonté de pousser toujours plus loin, de renoncer à la facilité, d'apprendre la solitude. Alors quand quelpar ce langage de curé impuissant???On vacille un moment, on se dit, oui tu ferais mieux d'aimer que de créer, comme si en créant, on n'aimait pas profondémqu'un s'emploie à cela et a assez de force pour assumer dans les faits, ce qu'il proclame en paroles, on cherche à le tuer, à le châtrer, en lui disant que ce qu'il fait n'a aucun sens, aucune utilité, qu'il cherche seulement à s'exhiber, à devenir célèbre etc..., que ce qu'il fait n'est que le reflet de sa problématique, que s'il était un peu plus équilibré, que s'il s'occupait de sa femme, de sa fille, bref des autres, il n'aurait plus besoin de compenser son manque humain, son incapacité de vivre simplement, par l'érection de phallus indécents. Et on se laisserait avoir par ce langage? On se laisserait tuer lentement. Ah tous ces prêchi-prêchas de tous ces gens qui ne font rien et qui préfèrent tuer ce que les autres font.

 

On me dit qu'il y a d'autres voies initiatiques que celles de la création artistique. Je réponds oui, mais souvent moins intenses et j'ai moi-même suivi beaucoup de chemins, un des plus récents étant celui qui a consisté à construire une maison et dès lors à devenir un "manuel" ce que je n'étais pas du tout de par mon éducation. Passionnante initiation aussi.

 

Mais la voie artistique rassemble et intensifie, toutes les initiations quotidiennes. Voilà la différence. Cela vole au-dessus...Dabord parce que la création opère en dehors du quotidien, ensuite parce qu'il s'agit d'un travail constant de remise en question et de concentration. Enfin parce que l'acte même de création se situe en dehors du temps et en dehors des autres. Il s'accomplit dans un silence total. ll se peut qu'une oeuvre soit le reflet d'un manque ou d'un mal-être mais elle est aussi complètement au-dessus de tout et notamment de la mort, ce qui n'est pas le cas dans nos initiations fortuites reçues au cours de notre vie. Néanmoins l'amour se situe au même niveau mais l'amour nous échappe car nous ne sommes pas seuls en cause. Tandis que dans la création.,, Oui !!

Je pense que beaucoup de gens m'envient d'avoir la volonté inébranlable de chercher à atteindre l'inaccessible. Je me tiens à mes choix, je sacrifie à mes choix. Je ne suis pas un dilettante, je préfère agir que parler. Alors causez toujours mes lapins, moi je continue et si ça vous déplaît, allez vous faire foutre et disparaissez de ma vie. Cessez de réduire ma création à une problématique. Vous avez vos problèmes mais le drame c'est que vous, vous n'en faites rien....

 

Je sens que je vais devenir beaucoup plus impitoyable. On m'a souvent reproché mon egoïsme-eh bien, on n'a encore rien vu. L'altruisme, ce n'est pas payant. Cela consiste souvent à se laisser dévorer par les faiblesses des autres. Ma grande faiblesse a été de vouloir être aimé, parce que je ne l'avais pas été en tant qu'enfant.

L'amour des autres est un leurre dans la plupart des cas. L'amour existe au même niveau que la création, aussi difficile à réaliser que la création. Ils appartiennent tous deux à un autre monde.

 

Ce matin à la radio, j'ai entendu parler de TRUITES de MER, qui évolueraient dans la Meuse et qu'une circulaire ministérielle viendrait de mettre sous protection. La truite serait peut-etre à l'origine, un poisson de mer, ce qui expliquerait ses affinités avec le requin

 

Mon travail sur les pierres dans l'atelier avance bien, lui aussiDans l'Atelier Pierres

 

 Et à l'extérieur les PONEYS se mêlent aux Totems

 Déc.83 Les dans le jardin de Christian vancau

  Mon ami de l'Université, Alex Jacquemin, devenu éminent professeur d'Economie à l'Unuiversité de Louvain, reçoit le Prix Francqui, considéré comme le Nobel de l'Economie, des mains du Roi Baudhuin et de la Reine Fabiola. Il est a ccompagné de sa femme Brigitte Desaive, mon ex-fiancée. Je ne m'étendrai pas sur le sujet, dont j'ai parlé par ailleurs dans ma biographie (1960). Il est décédé de la maladie d'Alzheimer en 2003 ou 2004, je penseAlex Jacquemin Prix Franqui

 Prix Franqui Jacquemin et Desaive

Et fin août, ce voyage à Lille. Notre hôtel chevauche le Furet du Nord, la plus grande librairie de France, avec 150 employés et 500.000 livres en stock. C'est sans le savoir que nous avons réservé un hôtel, l'hôtel de Strasbourg qui recouvrait cette librairie au premier étage, en grand écart sur la Place de Gaulle et la rue Roisin. Là, à l'intérieur du Furet, j'ai fini par m'offrir un "Cahier de l'Herne"sur CELINELille Notre Hôtel de Strasbourg, aussi le Furet du Nord du ? Place de GaulleLille août 83Lille août 83 001Le Vieux Lille août 1983

A Lille, il ya des tas de petits coins et dans le vieux Lille, un endroit remarquable. L'ilôt de notyre-Dame de La Treille, avec ses maisons abandonnées envahies par le Lierre. Fascinant. C'est moi qui m'amuse à colorier les ciels de mes photos au feutre bleu.

 

Je crois avoir lu qu'à Lille, il y avait eu une ILE et que donc Lille vient de l'Ile et l'Ile ça me concerne car je suis en train de devenir une île au milieu de mes étangs. Je suis donc parti à Lille avec mon épouse Céline pour y retrouver au Furet du Nord, l'écrivain CELINE 

 

En revenant de Lille, je suis passé à Mons, rue d'Havré, chez mon ami libraire André LETO et j'ai acheté un livre sur Victor HUGO "AUTREMENT L'ART", un livre à propos de ses dessins et de ses peintures car j'ai lu ceci dans la préface: "Les deux mille dessins connus obéissent à une règle mystérieuse. D'un côté le monde minéral et végétal est seul représenté. De l'autre, se déplace un monde organique, zoomorphe ou anthropomorphe. Il est exceptionnel qu'un personnage traverse un décor." Victor Hugo Ses Peintures

On pourrait dire exactement la même chose de mon travail ou de celui de Dubuffet. Bref on pourrait dépeindre ma production exacement de la même manière et mon attirance pour certains aspects de Victor Hugo n'est évidemment pas le fruit du hasard.

 

A mon retour de Lille ja vais me plonger dans Les Cahiers de l'Herne sur CELINE, avec délices. Je jubile à chaque page, surtout au niveau des correspondances entre Céline et ses amis(es)

  CELINE dans les Cahiers deL'HERNE

Et j'apprends ceci sur Céline, dans une lettre qu'il adresse à Evelyne Pollet "Moi-même Flamand par mon père (tout comme moi) et bien breughelien par l'instinct (comme moi), j'aurais mal à ne pas délirer entièrement du côté du Nord..."

et plus loin "Il est certain que vous êtes douée de haute malice, de fine observation, de sentimentalité délicate, de grande ferveur. , mais tout ceci n'est pas grand'chose SANS BEAUCOUP D'ANARCHIE (c'est moi qui souligne). Non pour le principe et le poncif, mais parce que nous vivons de travers et à l'envers. Il n'y a de lumière que dans les endroits défendus-hélas!"

me

et puis "Je ne suis qu'un ouvrier d'une certaine musique et c'est tout et tout le reste est infiniment indifférent, incompréhensible, paniquement ennuyeux. Ce monde me paraît extraordinairement lourd avec ses personnages appuyés, insistants, vautrés, soudés à leurs désirs, leurs passions, leurs vues, leurs vertus, leurs explications...lourds, interminables, rampants, tels me paraissent les êtres, abrutis, pénibles de lenteur insistante...lourds. Je n'arrive en définitive à classer les hommes et les femmes que d'après leur "poids. Ils pèsent. Ils mastiquent 20 heures, 20 ans...le même coït, la même haine, la même vanité...

"QUAND ON A PAS D'IMAGINATION, MOURIR C'EST PEU DE CHOSE. QUAND ON EN A, MOURIR C'EST TROP"

"CREVER BIEN LIBERE VOICI AU MOINS LE TRAVAIL D'HOMME..."

"Regardez bien un cimetière. Il contient tous les mots, toutes les passions, tout. A mesure qu'on avance vers le cimetière, il convient de s'alléger de tout ceci, d'y arriver le moins lourd possible de bêtises. C'est l'oeuvre même"(lettre à Evelyne Pollet)

Lettre à Elie FAURE: "Je suis anarchiste depuis toujours, je n'ai jamais vôté, je ne voterai jamais, pour rien ni pour personne, je ne crois pas aux hommes

"Elie, l'Homme est maudit. Il inventera des supplices mille fois plus effarants encore. Dès l'ovule, il n'est que le jouet de la mort...)

 

Reçu une lettre de Jean DUBUFFET. Il a tout compris lui, Dubuffet. Autre chose que tous ces bovins, organisateurs d'évènements, comme on dit maintenant...Des fonctionnaires exsangues. Les cloportes de la Culture... 

Lettre de Jean Dubuffet à Christian Vancau- 1983 1983-copie-1

 

Le 30 septembre c'est la fermeture de mon bureau. J'ai vécu dans ce lieu en 1971, en arrivant de Liège et l'ai quitté au niveau privé en 1979 (les deux étages au-dessus du bureau), après avoir acheté Moircy. Mais le bureau a continué d' exister jusqu'en 1983

Sep 83 La fin de mon bureau Ippa à Libramont

Sep 83 La fin de mon bureau 001-copie-1

 

L'Atelier et les créations en cours, fin 1983. Des tas de pierres peintes, des tas de mini-totems, le début de mes créations"PolaroÏds", en 5 et une grosse pierre, en 6Déc.83 Atelier de Christian Vancau à Moircy

Déc.83 Les Mini-Totems

  NOV 83 Début PolaroïdsPierre peinte de Christian Vancau-Moircy-1983

 Il y a aussi ce piano qui m'apprivoise de plus en plus. je recherche les accords du passé, enfouis dans ma mémoire (appris il y a 34 ans). Mon père et mon grand'père avaient un piano et en jouaient. J'ai été élevé dans la musique classique.

 Extrait de mon journal.

"Je suis toujours fasciné par la beauté formelle des instruments de musique. Le piano est un objet merveilleux, à l'extérieur comme à l'intérieur, une beauté à la fois rationnelle et émotive. Et en plus c'est un objet qui a une voix et qui parle. Quand je le vois, tout de noir vêtu, d'une sobriété incroyable, au milieu des mille feux de mon atelier, je le ressens comme un "contrepoint "à mon travail pictural.P1060822

Hier en m'essayant à des compositions "impros", je me disais que j'avais à la fois tendance à jouer à la gauche du piano (je dis bien, quand je compose) et à la fois sur les touches noires- à savoir en MINEUR, plutôt qu'en Majeur. Pourquoi ces termes de "Mineur" et de "Majeur"? D'où viennent-ils?. J'ai pensé qu'ils venaient peut-être de la pensée occidentale ou le BLANC, la lumière, le YANG, est considéré comme prééminent, primordial, à savoir "Majeur", alors que l'obscurité, le féminin, le YIN, le NOIR, est considéré comme MINEUR (Les Noirs sont considérés comme inférieurs). Le piano qaurt-queue de Christian Vancau

Les mélodies en mineur sont toujours graves, mélancoliques, nostalgiques. C'est ce genre de mélodie ténébreuse, orageuse (scorpionnesque?) qui est en moi et qui sort de moi lorsque je compose. Je suis né à la nuit tombante, à 18h20, le 1er novembre, en automne, à quelques heures du Jour des Morts. Dans les Quatre Saisons de Vivaldi, c'est l'automne qui me trouble le plus. P1060826

En outre les mélodies orientales sont souvent en Mineur. Et l'Orient est la partie féminine du monde par rapport à l'Occident (la partie mineure hé, hé) et mon attirance pour l'Orient n'est pas due au hasard. Il y a aussi de l'Orient dans mon travail pictural. Et je préfère les femmes aux hommes et les indiens aux Cow -boys. Tout se tient". Christian vancau au piano

 Le 5 novembre, je retrouve mon ami Jacques LIZENE, plasticien liégeois avant-gardiste, bien connu, qui vient de sortir un disque qu'il me dédicace. Jacques Lizène, le minable Music Hall, le chanteur en-dessous de tout, le chanteur de la médiocrité et de la non-importance. Nous nous connaissons depuis 20 ans. Il est scorpion comme moi. Un personnage. Voir sur Google....LIZENE Dédicace de son disque à Christian Vancau

 

Et enfin la Noêl, à La Seyne-sur-Mer, à côté de Toulon. Chez nos amis Dion,Thierry et Mireille, pour préparer une exposition de mes oeuvres, qui devrait avoir lieu en Mai 1984, au Fort Napoleon ci-dessous. Nos amis habitent à Fabregas au sud -ouest de La Seyne. Nous quittons la belgique le 27 décembre 1983 à 5h30. Nous sommes à Dijon au km 417 à 10h35 (contournement de la ville à l'époque), à Lyon Km 613 à 12h30, à Avignon, Km 836 à 14h30 et à La Seyne-Toulon, Km 985 vers 16h00 Puis Fabregas, 16h15. Mille kilomètres d'une traite. Mon épouse ne peut pas conduire, j'ai une voiture de société que je puis utiliser pour mes vacances mais.... 

Extraits du journal:

Fantastique séjour de 48 heures. La descente vers le Sud. Le verglas à 5H du matin, puis petit à petit le jour qui se lève, la lumière qui s'intensifie en Bourgogne, grand soleil mais le choc sur l'autoroute avec l'apparition de la Montagne Sainte-Victoire, succédant au Ventoux et brutalement la grande ouverture sur la Méditerranée à hauteur de La Ciotat, la recherche des Dion dans la ville de La Seyne, le faux aiguillage dans la presqu'île de Saint-Mandrin (celle des sous-marins atomiques), les Parcs à Moules, à contre-jour sur une mer de soleil couchant.

L'appartement des Dion et leur terrasse dominant la mer à Fabregas, le souper et la promenade le soir, sans lune mais avec des étoiles sur cette colline et à nos pieds, scintillantes, les mini-villes: La Seyne, les Sablettes, Saint-Mandrier, Tamaris, le Mont Faron, Toulon, Six-Fours, les Embiers, Saint-Elme. Je suis loin de me douter que je vais revenir séjourner à 6 reprises dans ces lieux, de 1990 à 1994 et encore en 2007Noël 83 Christian Vancau à La Seyne-sur-Mert 1

Et le lendemain le 28 décembre, la plage de Fabregas, puis de nouveau Les Sablettes, les parcs à Moules avec toutes ces cabanes en bois sur pilotis et puis la mairie de La Seyne, au 8e étage, la rencontre avec l'attaché à la Culture BREMONDI, originaire de La Spezia, très vieille famille de La Seyne, qui est remplie d'italiens, de Corses, de Nord-Africains, beaucoup de noms en "i", toute l'histoire de la ville par Bremondi en regardant par la fenêtre du 8e étage, une ville où les Communistes ont le pouvoir depuis 1947 avec le Maire Merle (chantiers navals de La Seyne),Noël 83-Christian vancau à La -sr-Mer:La Ville

ensuite  le restaurant Ll'OUSTAL, où nous mangeons Sud-Ouest et Bremondi qui parle et qui parle pendant que nous buvons notre apéro maison à base d'Armagnac, ensuite les Tapenades, le foie gras mi-cuit et enfin le Magret aux haricots et la glace aux pruneaux avec du Cahors. (Ah ....elle sait recevoir la Mairie de La Seyne. Dire tout de même, que mon ami  Thierry Dion fait partie du service culturel de la Mairie, organisant le festival de théâtre, le Festival de Jazz et les expositions. Sinon je ne serais pas là)...

Et nous resortons très lourds dans la lumière du port, et plus loin... les chantiers navalsNoël 83 La Seyne Le Cap Sissié et le Port-,

puis nous montons vers le Fort Napoleon, sur une butte située au centre d'un Parc de 18 hectares, appartenant à la Municipalité. C'est là que je vais exposer. Un Fort comme un cratère de volcan envahi par la végétation, avec une cour intérieure superbe, et des murs surplombés de Pins maritimes, des murs sur lesquels je grimpe, avec la Méditerranée à gauche et à droite et des collines partout (au loin le Mont Faron et le Mont Coudon), tout cela dans la lumière du soir car il est entre 16 et 17 heures. Et puis le concierge qui ressemble à Brassens, qui nous invite à prendre un verre, sa femme qui parle comme une mitraillette cet "aksagne du Sude" difficile à suivre, les deux gendarmes de Saint-Tropez qu viennent dire que l'accès du Fort est interdit aux voitures, que les promeneurs se plaignent...et puis qui finissent par prendre l'apéro avec nous dans la cuisine ("eugne Casa" le pastis de là-bas, c'est galère) devant le feu ouvert où brûle le Pin Maritime.

Et le soir Thierry et moi, gavés comme des oies-enfin comme des canards-, incapables de manger ce que nos femmes sont allé chercher au Marché de Toulon. Cosi fan tutti sur le tourne-disques et la musique d'Apocalypse Now et nous écroulés sur le divan, putaigne...Fort Napoleon2Fort Napoleon à La Seybe-sur-Mer en 1983 

Et le lendemain c'est le plein soleil. Encore un tour au parc à Moules, l'achat des journeaux locaux, la marseillaise et le Var-Matin, le soleil splendide 

La Baie de Tamaris

Noël 83 La Seyne- La Baie de Lazaret 2-copie-1

  et la montée vers le Cap Sicié, les sentiers de Mulets, la descente dans les criques, la découverte des rocher noirs, les crevettes et les oursins, la plage et...sur notre droite, le rocher des deux frères face au Cap Sicié, les natuistes mâles qui se promènent, tout fiers d'exhiber leurs zizis de crique en crique...et que la grande crique me croque..Noël 83 La Seyne- Le Cap Sicié

Et moi plongeant dans la méditerranée qui doit faire entre 15 et 17 degrés. Nous sommes un 29 décembre. C'est l'Eté Indien  et nous nous dorons au soleil, ramassons des pierres et des bout de bois patinés par les marées. Et aussi les carcasses de voitures, précipitées du haut de la falaise et les Messugues (de la Ciste cotonneuse), petites chicorées vertes que l'on découpe sur les falaises et que nous mangerons le soir dans un autre décor: celui de Sainte Anastasie, près de Brignolles. Noël 83 La Seyne- Bain de Mer de Christian Vancau

Et puis départ via Toulon pour Sainte-Anastasie où Mireille Rousseau (compagne de Thierry Dion), a une maison,... direction Nord, avec cette route de Corniche dans le soleil couchant et ce panorama superbe de couleurs ocres, et sur le bord de la route, au soir tombant, la cueillette du thym, à pleines poignées.

Et enfin Ste Anastasie, une vue unique et étroite, le soleil a disparu, une impression d'oppression, je ne sais pourquoi, et puis la soirée avec la famille de Mireille, avec Romolo, Françoise et Fabrice. Nous mangeons des Violets et des Rougets(de Lille), un vrai repas de peintres. Une nuit agitée, j'ai bu trop de ricard, un lever pénible à 6h00 du matin, l'expresso très lent à "s'expresser", le morceau de gâteau de la veille, le départ à 6h30, la recherche de l'autoroute aux alentours de Brignolles. Arrivée en Belgique à 16h30, en dépit du brouillard. Nous sommes le 30 décembre 1983 et avons quitté la Belgique, le 27 décembreNoël 83 Ste Anastasie près de Brignolles

Et c'est terminé pour 1983. J'en suis à la page 598 de mon journal manuscrit

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 09:58
A Bruxelles, la Place Rouppe, vue de ma chambre d'hôtel. Dans le fond le resto "Comme chez soi"

A Bruxelles, la Place Rouppe, vue de ma chambre d'hôtel. Dans le fond le resto "Comme chez soi"

1983 commence très mal pour moi. J'apprends pas des bruits de couloir que mon bureau va être fermé, alors même qu'au vu de mes résultats, la Banque IPPA-Anvers, cherche un immeuble plus grand et mieux situé à Libramont, depuis plusieurs mois. Je me rue sur le téléphone et prends rendez-vous avec mon supérieur direct à Liège, un certain Hollange. Quand j'entre dans son bureau, je ne puis y croire. Eh bien si c'est exact !!! Ma secrétaire va partir à Namur et moi on n'a aucune idée...peut-être me reclasser dans les bureaux à Liège???on ne sait pas. 

 

Donc après m'avoir retiré mon réseau d'agents en 1981, m'avoir fait prospecter de la clientèle nouvelle à Libramont, m'avoir féléicité de mes résultats, m'avoir fait suivre des cours bancaires à Liège, que j'ai réussi avec la plus grande distinction, la Direction décide de fermer le bureau de Libramont; Une vraie bande de salopards et de fourbes, les gens d'Anvers et de LIège. Une place d'Inspecteur est ouverte pour le Sud de la Province du Luxembourg, donc mon ancien secteur,  et on ne veut pas me la rendre. Ja vais batailler pour l'obtenir, pendant des mois. J'y reviendrai car cela va se jouer en avril, mai et juin

 

En attendant janvier est tout blanc et un ruisseau d'hiver s'est mis à couler, alimenté par une souce surgissant de la pâture voisine, mais qui s'assèche en été Neige Jan 83

Ruisseau dHiver

Dès  le mois de mars, j'installe les totems au bord de l'étang, construis une muraille constituée des pierres  piochées en le creusant, pierres que je vais commencer à peindre à l'huile avec mon pouce, et je je commence à creuser un deuxième étang au Sud de mon ruisseauInstallation Totems en Mars 83Installation Totems 2-copie-1Début muraille en couleurs Mars 83

Le 3 mars 1983 c'est le suicide d'Arthur Koestler et de sa femme Cynthia, dans la chambre de leur maison à Londres, même tragédie que les époux Zweig en Argentine. Arthur Koestler a beaucoup compté dans ma formation intellectuelle et éthique. C'est un tout grand bonhommeSuicide d'Arthur Koestler et de sa femme Cynthia Mars 83 

Aussi la mort de Maurice Ronet. Surtout l'Homme de Feu Follet de Malle, où il incarne un héro typique de Drieu la Rochelle. Et puis les "Chabrol" bien entendu. Il allait avoir 56 ans

Mort de Maurice Ronet-1983 

 

Ce qui ne m'empêche pas de continuer à aggrandir mon deuxième étang dès le mois d'avril et de porter sa surface à 40 m2 (8 sur 5)Début 2e étang avril83-1

Début 2e étang avril83-2

Et dans l'atelier, je continue mon travail sur mes pierres peintesMa table de travail en Mars 83

Je reçois aussi des nouvelles de mon ami Henri POUSSEUR, un grand compositeur belge, qui annonce sa visite prochaine, une très belle carte, avec 8 poèmes de Po Chü-i, 12e siècleCarte d'Henri Pousseur à Christian Vancau-1983 

Carte Pousseur recto-8 poèmes de Po Chüi 12e s. Tokyo

Une carte aussi de Jean-Pierre Verheggen que je vais bientôt revoir à Bruxelles. Verheggen est un écrivain belge important  (Le degré Zorro de l'Ecriture-Ninitzsche peau de chien, Madame Mao etc....)Carte de JP Verheggen à Christian Vancau 

JP Verheggen

 

Autre anecdote. Un jour en rentrant à Moircy, je vois quatre gaillards qui sont en train de hisser un piano à queue dans mon atelier, via le hall d'entrée. Qu'est-ce???. Céline ma femme me dit qu'elle a acheté d'occasion un piano, à des amis (250 Euros), pour apprendre à en jouer. C'est un quart-queue et il prend une place énorme???. Elle aurait peut-être pu m'en parler???Je ne suis pas content du tout mais c'est trop tard le piano est hissé. Céline prendra des cours et abandonnera très vite. Et à ce moment je commencerai à m'intéresser à ce piano qui ne sert à rien et me remettre à jouer (J'ai pris un an et demi de cours en 1949 et suis arrivé direct en 3e année, mais ne suis pas allé plus loin )

C'est un Förster 1903, tchécoslovaque, cadre métallique, double carburateur et tout et tout. Nous le ferons restaurer pour 150 Euros. Quatre-cents euros pour un quart- queue, qui dit mieux?

Au début il me bouscule ce piano, planté au milieu de mes totems. puis peu à peu il m'apprivoise. Mieux au niveau ésthétique, il compose avec le rouge de mes bois, une merveilleuse symphonie stendhalienne Arrivée du piano (Mai)

 

Et moi avec tous ces amis passionnants qui m'entourent et parallèlement qui suis en train de me colleter avec une bande de cons incultes, ceux de la Banque flamingante IPPA, Plus flamingant que les anversois, tu meurs. C'est aussi le fief du Vlaamse Blok. Car c'est déjà du Bart de Waever que je suis en train de vivre, à titre personnel.

Voilà on me donne une chance de décrocher la place d'Inspecteur Sud-Belgique. Partir en stage à Anvers et à Bruxelles du 19 avril au 6 mai, puis du 16 au 18 mai, puis tournée dans mon nouveau secteur qui comprend en plus les pays de langue allemande (cantons rédimés) avec un Inspecteur de Malmédy, un certain Krings, imbuvable personnage et enfin passer des examens à Anvers les 1er et 2 juin.
 

Je signale que je pratique ce métier depuis 1966 et que j'ai créée seul deux réseaux d'agences. Et Ippa va m'apprendre mon métier.

 

Le Crédit Foncier de Belgique est une société belge et non "flamande" de crédits Hypothécaires, créée en 1835 et située Place du Petit Sablon à Bruxelles. J'y suis engagé en 1966, lors de la création d'un Département Caisse d'Epargne pour constituer dans la Province de Liège, un réseau d'agents indépendants, les former et leur faire ouvrir des livrets d'épargne dans leur entourage. En 1971, un réseau de 60 agents est formé, c'est une réussite.

On m'envoie donc recommencer dans un territoire totalement vierge où je ne connais personne, la Province de Luxembourg, et on crée un bureau à Libramont. Je repars à Zéro et le réseau est formé dès 1976 et tourne bien. Je suis donc nommé Directeur Provincial et mieux encore "Fondé de Pouvoirs" (Pouvoir d'engager la société dans certains actes juridiques). Sur la photo ci-dessous, le Crédit Foncier est l'immeuble foncé dans le fond à droite. Nous sommes au Petit Sablon, la Place des antiquaires. Dans le fond l'Eglise du Grand Sablon, de l'autre côté de la rue de la Régence.

Autre élément qui joue en ma défaveur. Quand je sollicite un prêt en 1978 pour acheter ma maison à Moircy, j'ai un entretien téléphonique avec le Directeur Général, Monsieur Tyteca, frère du célèbre psychiatre. Il me dit "Comment Van Cauwenberghe, vous voulez acheter dans les Ardennes, mais nous avons d'autres ambitions pour vous. Vous êtes docteur en Droit, vous êtes "bien né" (je n'oublierai jamais cette expression ridicule), vous avez fait vos preuves sur le terrain, nous avons d'autres projets pour vous au sein de notre siège social etc..". Et moi de répondre: " Non Monsieur Tyteca je veux rester ici, je ne veux pas retourner en ville, traduisez: "je n'ai aucune ambition au niveau professionnel". Ceci figurera évidemment dans le dossier, le mien que le Crédit Foncier transmettra à Ippa en 1980 "Pas d'ambition". Ceci dit mon patron a été correct et j'ai eu le prêtLe Crédit Foncier de Belgique au Petit Sablon-1983 

Le 18 avril, je me présente à Anvers et me retrouve enfermé dans des bureaux pour la première fois de ma vie. Avantage je suis libre  à 16h30, logé à l'hôtel et j'ai la possibilité d'approfondir ces deux gandes villes, Bruxelles et Anvers dans lesquelles je vais séjourner pendant plusieurs semaines. Voici d'abord mon hôtel, l'EUROTEL. Situé derrière la gare centrale et à côté du Zoo (Mes patrons ont sans doute voulu que je ne sois pas trop dépaysé). Je suis au 6e étage à gauche, ma fenêtre est ouverte, sur les vapeurs des trains mêlées  à celles des crottes de chimpanzés, chimpanzés que je  vais retrouver dans les bureaux. Un monde... les bureaux, avec des enfermés qui s'ennuient, des chefs et sous-chefs de service qui s'y croient, le café à 10 heures et à 14 heures, histoire de tuer le temps. Les bureaux sont des cimetières peuplés d'individus pré-enterrés.

Me voici donc à Anvers à l'EUROTEL. Je suis dans la partie de gauche au 6e étage, ma fenêtre est ouverte

Anvers Eurotel Façade-chambre de Christian Vancau-1983 

Anvers Eurotel

Extraits de  mon journal:

Ce lundi 18 avril à Anvers. Eurotel, à côté du jardin zoologique (Dierentuin) et derrière la gare centrale. Il est 22 heures. Je suis dans ma chambre 606 au 6e étage, sur mon lit, seul, devant la télé-couleurs. Grand Echiquier de Jacques Chancel avec Patrick Segal. Il  fait chaud. Plein de juifs en tenue dans la ville, près de l'hôtel à la Pelikaanstraat, la rue des diamantaires qui longe le chemin de fer. Ici c'est le super-luxe-style Sheraton--avec piscine, centre de fitness, téléphone, radio et tv dans toutes les chambres, 60 euros la nuit. J'en profite à mort. Vive Ippa. Demain départ pour Bruxelles

Extrait de mon journal: " mais ils sont cinglés tous ces juifs avec leur coiffure à la Culture Club-Boyd George-, cette espèce de tresse phallique qui jaillit de leurs chapeaux noirs...tous ces jeunes mecs à la peau blafarde et froqués de noir, des pieds à la tête. Je les voyais tout à l'heure dans la Pelikaanstraat, en partant vers le Middelheim, avec derrière eux, les enseignes diamantaires "Schwarz-Rosenthal-Blumentahl...et tous ces flics de faction sur les trottoirs" 

La vue de ma fenêtre celle de la 606. Hideux. Le centre ville c'est tout droit. Le zoo est à gaucheAnvers Vue de ma Chambre 606 EUROTEL

Je suis donc sur la droite du plan ci-dessous. Au milieu il y a deux buildings IPPA, au Meir et à la LangeNieuwestraat. A droite le centre de la vieille ville avec le Grote Markt et la Groenplaats. C'est de ce côté que je passerai mes soirées, tout près aussi du Steen (Le Port). Sous ce plan d'abord le Meir et le building Ippa en jaune à gauche, une horreur, au Monopoly belge le Meir est la rue la plus chère, ensuite la Gare Centrale et le Quartier de China Town, et enfin la Groenplaats avec la statue de Rubens et le Steen(le port)Plan Portobello d'AnversAnvers Plan

Le Meir et Building IPPA AnversLa Gare Centrale et China Town 

Anvers Groenplaats 2-St atue de Rubens

 Anvers Tram rougeLa maison de RUBENSAnvers Maison de Rubens 

Hmmm....ça sent la MOUETTE

Anvers Le Steen

Dès le 19 avril, je me retrouve à Bruxelles et suis logé à l'Hôtel Windsor, à la Place Rouppe, hideuse elle aussi, dont la seule éclaircie est le celèbre restaurant bruxellois, le "Comme chez Soi", situé au fond de la Place, devant ma fenêtre. Nous sommes dans le quartier de la gare du Midi.

Bruxelles Mon Hôtel Windsor Place Rouppe-2 

Extrait de mon journal: "Ce mercredi 20 avril. Mal dormi pour la troisième nuit consécutive. Je vais partir pour le Petit Sablon (Crédit Foncier-ma Banque) avec  ma serviette et mon sac photos. Je gare ma voiture dans la cour de la Caserne Prince Albert (rue d'Egmont). Hier soir après avoir vu le film "La Balance", de Bob Swaim, avec Nathalie Baye, Richard Berry et Philippe Leotard, je suis revenu de la Grand'Place à pied, en 7 minutes.

 

Voici la Place Rouppe vue de ma chambre. Au fond, à gauche de la rue du Midi, au coin de la place le "Comme chez Soi" (sauf que c'est nettement plus cher)

Bruxelles Mon Hôtel Windsor Place Rouppe

Et voici le plan de quelques quartiers dans lesquels je vais errer pendant 3 semaines (Plan extrait de mon journal)

Bruxelles Plan

Le jeudi 21 avril, je vais à la Chaussée de Charleroi où une ex-"amie", peintre que je n'ai plus vue depuis 13 ans, expose dans la, très en vogue, Galerie Jucien BILINELLI. je me retrouve seul avec le patron, qui est devenu son compagnon et galeriste, et un certain feeling s'installe entre nous. Il semble s'intéresser à mon travail (J'ai toujours des photos avec moi au cas où ) Arrive la belle, super fringuée. Retrouvailles assez guindées, on l'imagine. Est-il au courant?? Vers 21h00 en fermant la galerie, ils me proposent de me reconduire à mon hôtel. Stupéfaction, on me fait monter dans une jaguar super- luxe. Je m'assieds à l'arrière. Imaginez, j'ai connu D.dans une misère totale à Liège, allant jusqu'à lui faire acheter deux peintures par des amis, afin qu'elle puisse manger à sa faim jusqu'à la fin du mois, dans les années soixante (nous nous connaissons depuis 1962). J'apprendrai que son compagnon est richissime. il vient de Milan et fait dans le vêtement(Oh le sale...). Il possède plusieurs boutiques prospères et comme galeriste est en train de faire fortune avec l'avangardia italiana.

Je suis évidemment estomaqué. Je n'avais plus de nouvelles de D., partie de Liège pour NIce avec son mari coiffeur, qui  y tenait salon. Je ne reverrai D. qu'en 1989, après mon licenciement et la séparation d'avec mon épouse. Nous redeviendrons amants, 20 ans après la première fois. Mais ceci est une autre histoire. Il faudra chers lecteurs attendre la fin 1989, si j'y arrive

 

Au Petit Sablon, dans certains bureaux où j'accomplis mon stage, j'ai une belle vue sur le square, ce parc dans lequel Folon exposera ses sculptures, des années plus tardLe Petit Sablon en 1983 

A l'hôtel chaque soir j'écris dans mon journal:

Lundi 25 avril: " Sixième jour de stage. Très étrange sensation de me retrouver dans cet hôtel de la Place Rouppe, auquel je commence à m'habituer. J'entre dans la peau d'un voyageur de commerce. un inconnu dans la ville.

Depuis le WE dernier, plutôt décevant, je me sens sans attaches Autant ici qu'ailleurs; Au moins ici, suis-je à l'abri des reproches éternels de mon épouse, continuant à écrire ce journal dont elle n'a jamais daigné lire une seule page.

Et ce piano à queue, ce crapaud apparu dans mon atelier ce WE, à l'initiative de Céline, que va t'elle en faire, que signifie t'il, sur le plan de son inconscient ??? Un horrible week-end de tension . Oui, j'ai même accepté ce dimanche de recevoir des gens qui ne m'étaient rien, de peur de me retrouver seul, face à sa perpétuelle agressivité à mon égard (qui dure tout de même depuis 14 ans)"

A la Grand-Place au moins on respire

Bruxelles du 19 avril au 6 mai 

Mercredi 27 avril (extrait de mon journal): " Hier soir j'ai vu GHANDIJI, superbe film de Richard Attenborough avec Ben Kingsley, aux Galeries de la Reine. Après, resto à la Petite rue des Bouchers, que voici, dans mon ilôt sacréBruxelles Petite rue des Bouchers

Durée du film, trois heures vingt. Je suis rentré à minuit. Avant, je suis passé à la Librairie d'art Post-Scriptum et ai  montré des photos de mon travail, au patron Bernard Marcellis. J'achète un livre sur Tapiès.

Ce soir retour à Moircy pour une nuit et demain re-marathon pour une journée à Anvers, puis retour sur Bruxelles le soir pour rencontrer mon ami Verheggen qui donne une conférence avec Eric Clemens, au Palais des Beaux-Arts. En effet ce jeudi 28 avril est une journée marathonienne. Je quitte Moircy à 6 heures, suis à Bruxelles à 8h30 à Anvers à 12h30 dans mon resto habituel de la Groenplaats, que voici ci-dessous, suis dans les bureaux d'Ippa à 13h00 et me retouve à Bruxelles à 17h30 et aux Beaux-Arts aux cotés de Jean-Pierre Verheggen.

Je m'apprête à aller me coucher. Il est 21h00. Je croque des macarons, en guise de diner. Je commence à sentir la fin du stage, la fin de l'enfermement, des horaires, des réveils en sursaut, du microcosme bureaucratique.
 

Ce midi en regrdant la Place Verte à Anvers, de ma table de resto, je voyais:

Galerie Petri Paulus Rubens

't spinnenwiel

In den Toren

Vlaamse kanten

Kanten-Dentelles-Laces-pitzen

   Mon resto à la Groenplaats

 

Extrait de mon journal: "Ah Jean-Pierre Verheggen, il a fallu qu'hier soir, tu te mettes à parler de la FOLIE et vois-tu, je n'avais vraiment pas envie de parler en public-de cela. Ma véritable folie, vraie ou fausse, elle éclate dans mon oeuvre de plus en plus et tout ce que je pourrais dire là-dessus, serait bien terne, à côté de mes  poteaux tordus de couleurs...alors j'ai préféré fermer ma gueule...

Moi aussi je suis contre le retour du religieux, depuis longtemps et avec acharnement. J'ai été très, très content de te l'entendre dire

A propos d'Eric Clemens (revue TXT) et de Clemens Banda dont il a parlé, nom étonnant du psychiatre qui s'occupa de Nietzsche dès 1895...

Comment s'appelle t'il encore ce membre de Support-Surface à qui Jean-Pierre a montré une photo de mon étang et qui a dit que mes arbres avaient l'air d'éxécuter une sorte de danse autour de l'eau, comme des flammes ou des torches.

Vendredi 29 avril. Ce soir je regagnerai mon territoire, trois jours de liberté. Sensation de jouissance que celle qui consiste à m'éloigner de la ville et de rouler vers la forêt, de m'éloigner du mensonge et de rouler vers la liberté.

Ce stage m'aura donné l'impression de recommencer mon service militaire. C'est chez moi un rêve récurrent. Je me retrouve dans une caserne et essaie d'expliquer à mes supérieurs que j'ai déjà fait mon service militaire et n'ai donc pas à le faire une seconde fois, qu'il s'agit d'une erreur monumentale de leurs services administratifs. très Kafkéien comme rêve. En outre le hasard a voulu que chaque fois que j'arrive, je doive garer ma voiture dans la parking d'une caserne se trouvant rue des Petits Carmes, ce qui accentue encore ma sensation d'enfermement. Comme par hasard le monde financier a ses entrées dans une caserne.

Je pense que toute rupture est intéressante. Ce stage est une rupture totale, de jour comme de nuit-environnement complètement différent. Le sauvage a dû mettre son beau costume, répondre à l'appel, claquer les talons...mais dès qu'il sort de la caserne, il se rattrape le sauvage....

JE ME SENS DANS UN BUREAU, COMME DANS UN CIMETIERE, LA POESIE EN MOINS...."

 

Bruxelles en sortant de la Gare Centrale, Place de l'Albertine, vers le Marché aux Herbes. Ensuite la célèbre Place Royale au style Leopoldiste

Bruxelles Mont des Arts-Place de l'Albertine-Eglise de la M

Bruxelles. Place Royale

Extraits de mon journal : "Ce 2 mai . .Demain je rentre à la caserne. Il me restera 4 jours à m'enfiler. Après ces trois jours de liberté, cela me semble impensable de devoir retourner là-bas...jusqu'au bout j'aurai donc ressenti cette angoisse claustrophobique.

Mardi 3 mai...Terrible nuit où j'ai dû reprendre un somnifère à 3 heures du matin pour me réveiller à 6 heures et rouler vers Bruxelles.

L'après-midi je rencontre Monsieur Barcy, co-directeur du Crédit Foncier. Il me fait des révélations sur les commérages de mon ex-inspecteur subordonné, Pol Hubermont de Marche-en-Famenne. Pauvre type. Grand catholique évidemment, adepte de Judas Iscariote

Le soir je retrouve pour la première fois un ami d'université, avocat, associé de Graindorge, membre de la SDRW, et écrivain. Son nom FOULEK RINGELHEIM. Lui et le ministre Jean Gol ont épousé les soeurs WInkler. C'est le seul type du Droit que j'aie envie de revoir. Grandes retrouvailles après 21 ans de séparation et ceci au Grand Sablon, au Vieux Saint-Martin. Il vient de publier un roman qui fait un certain bruit "Le Juge Goth" et a dirigé un ouvrage collectif:'Les Juifs entre la Mémoire et l'Oubli ".Bruxelles. Le Mont des Arts

"Avant d'aller me coucher à 21h45, je lis dans "Ecce Homo", cette phrase de Nietzsche repris de Zarathoustra:

" Vrai Zarathoustra est un vent violent pour les plaines et les creux et tel est son conseil à ses ennemis, à tous ceux qui bavent et crachent: "Gardez-vous de cracher contre le vent".

Jeudi 5 mai

Merveilleuse soirée avec André et Daisy MOYAERTS, avenue des Lucioles. André est avocat et Daisy est professeur d'anglais. Devant leur maison, un cerisier se meurt dans ce quartier fleuri, situé à deux pas de l'Hippodrome."Bruxelles Mar.aux Herbes-Gal.St Hubert

Encore des extraits mon journal: "Hier à midi, j'ai acheté "Histoire de la Folie" de Foucault et " La Nostalgie" de Jankélévitch, ainis que "Solal' d'Albert Cohen. Tels auront été mes livres de Bruxelles, avec Ecce Homo, Les taramuharas d'Artaud, les Zodiaques chinois du Buffle et de la  Chèvre (Je suis Buffle ascendant Coq), Butor "Les Mots dans la Peinture" et  Anton Tapiès "La pratique de l'art".

Ce jeudi soir une charmante jeune femme vient me rejoindre... Nous fûmes amants et nous le redevenons. Témoin ma chambre d'hôtel avant et après..Ce matin-là en m'éveillant, sur la Place Rouppe, un chat noir, sur la capot d'une voiture rouge (Stendhal à nouveau), faisait des bonds en essayant d'attraper les oiseaux... Ensemble nous irons manger à la Ferme de l'Ilôt Sacré. C'est à ce moment seulement que je fais le rapport entre l'Ilôt Sacré et mon territoire de Moircy. De là sans doute mon attirance pour cet Ilôt de Bruxelles, cerné par Le Marché aux Herbes, la Petite rue des Bouchers, la Galerie Saint-Hubert (ma région à nouveau, à 9 kms de Moircy), et la Galerie de la Reine

Une dernière razzia avec mon amie m'a conduit à Post Scriptum pour acheter le disque de Burroughs avec John Giorno et Laurie Anderson, un 33 tours à 3 plages. J'achète aussi "Artiste et Métèque à Paris "de Lise Bloch-Morange (Un chapitre sur Xenakis)"

Bruxelles. Une nuit Pascale

Retour à Moircy ce vendredi 6 mai Et ce vendredi matin, le ciel est bleu sur la Place Rouppe. Je termine mon stage en beauté

Extraits de mon journal.

Le 10 mai la Radio Télévison Belge (Christian Bussy) me téléphone. Ils viendront filmer mon territoire le 20 ami. Je ne les attendais plus et ça me laisse indifférent. Très curieux-rattaché à ce détachement que je sens en moi, de plus en plus. Tout un après-midi pour deux minutes d'antenne, ce n'est pas sérieux, c'est une heure d'antenne au minimum qu'il me faudrait pour dire ce que j'ai à dire ou à montrer. Ce genre de flash TV n'a d'utilité que promotionnelle, tout en surface, rien en profondeur. Ce que j'aimerais, c'est que quelqu'un fasse un film-reportage de longue durée, quelqu'un qui serait en affinité avec moi et me ferait cracher tout ce que j'ai à cracher...Qui aime bien, crache bien. Rejeter les corps étrangers pour laisser place aux corps non-étrangers

Il y a dans la langue américaine un rythme physique, profondément physique dont je me ens proche

Souvent les livres que je lis se remplissent de cendres, celles de ma pipe

C'est peut-être à cause de ma pipe que j'ai fini par en attraper la tête..."Ceci n'est pas une tête"

Ce stage m'aura confirmé que je ne puis m'entendre avec des hommes en groupe, qu'à la seule condition que je m'abaisse à leur niveau...à leur niveau d'hommes en groupe, habitués à jouer leurs jeux de groupes. Pendant trois semaines, je me suis déguisé en homme moyen, en homme "sans histoires", en homme rassurant.

Le vendredi 13 mai, Jean-Pierre et Giséle Verheggen viennent manger à Moircy. L'homme de Support-Surface qui a commenté la photo de mes totems, c'est Philippe Boutibonnes. On parle aussi d'Eugène Savitskaya, jeune écrivain.

Et c'est le Concours Reine Elisabeth et le 28 mai, son vainqueur Alain Volondat, un génie précoce du piano. Brillantvolondat Mai 83

" VOLONDAT pianiste autistique...Images fascinantes de la proclamation le dimanche matin 29 mai à 2h15. Pierre-Alain avançant sur scène comme un somnambule, serrant à n'en plus finir, la main du président du Jury, saluant la foule en levant les bras, la gueule ouverte, le regard fou, sans l'ombre d'un sourire...ou encore assis au milieu de ses compagnons pianistes, avant la proclamation, complètement absent, ne disant bonjour à personne, Vodonitcharov à sa gauche plaisantant avec David Buechner à sa droite et Volondat tout raide, regardant fixement devant lui.

Voici donc un garçon de 21 ans, extérieurement complètement bizarre et débile, ayant de perpéruelles ruptures dans son langage, à peine compréhensible lors des interviews, mythomane, et en même temps, au niveau de son art, faisant preuve de folie contenue, maîtrisée, d'une maturité incroyable, d'une énergie entièrement contrôlée, ses mains prequ'immobiles sur le clavier, en en tirant une sonorité incroyable avec ses mains frêles bougeant à peine. un jeune-homme laid, presque repoussant, effrayant tout le monde. Le public applaudit, sidéré;..regarde ce garçon au regard d'ailleurs. Les gens sont inquiets...je revois..le Dictateur de Chaplin...oui il a une petite moustache comme Hitler et a les mêmes gestes que lui, saccadés, avec les deux bras qui s'élèvent brutalement au milieu des clameurs, des bras tout raides, comme des membres d'automate...oui nous sommes à Nüremberg.

Il aime RImbaud, il aime Cendrars et en musique le premier nom cité par lui est... XENAKIS...

Son professeur de piano est une certaine Vera MOORE " VERA MOORE-Volondat

Du 24 au 27 mai je pars en tournée d'inspection dans les pays rédimés (cantons allemands de l'Est de la Belgique), avec un Inspecteur Ippa de Malmédy. Quatre jours infernaux.

Retour en stage à Bruxelles le 1er Juin et le 2 Juin à Anvers, je passe trois examens de stage, qui vont décider si je suis apte ou non pour le poste d'Inspecteur. A Bruxelles d'abord la matinée du 1er Juin, puis une expo en vitesse aux Beaux-Arts avec notamment mon ami Jacques Charlier. je suis pressé car je dois être à Anvers à 14 heures et en sortant, j'entre en collision avec un homme, un grand blanc-blond, avec une  chaussure noire. Nous nous regardons hébétés, sans un mot, nom de Dieu, c'est ANDY WARHOL !!!! J'en suis sûr et je n'ose pas le lui demander. C'est totalement hallucinant.!!! bruxelles Expo Bx Arts

Voici une salle de l'expo réunssant Ben Vautier (au-dessus)et Jacques Charlier.bruxelles Expo Bx Arts Ben et Charlierr

1983. Je me retrouve à Anvers et le soir dans une autre chambre de l'Eurotel, la 328.. Voici mon humeur ce soir du 1er juin:

Extrait de mon journal: "Il est 23 heures, je suis dans ma chambre. Demain je passe un examen décisif pour mon avenir. Et il n'y a personne, pas un coup de fil. Rien, le néant absolu. Et pourtant tout ce que je vomis par tous mes pores, en serrant les dents, depuis 3 ans, aboutit demain. Et je suis seul avec mon trac et mon cafard. Ni amours, ni amis. Ils sont tous manquants aux moments essentiels. Ce sont des choses que j'aurai de la peine à oublier. Les moments les plus éprouvants de votre vie, personne ne s'en préoccupe...Alors que l'on cesse de me parler d'altruisme, d'amour, d'amitié. Foutaises. Quand on crève, il n'y a jamais personne. Je le dis, je souffre de manque d'amour, d'affection, il ne me faut pas grand chose, une présence tendre, allongée et silencieuse, rien de plus..BONSOIR TRISTESSE."

Le 3 Juin, c'est le grand jour. Accompagné de deux collègues de l'ex-Crédit foncier, convoqués comme témoins de l'impartialité d'Ippa à l'égard d'un ancien du Crédit Foncier, je vais être mitraillé de questions, par 4 examinateurs, de 10 à 17 heures, hormis une heure de table au Porto Bello (dans le Meir). En début d'après-midi en effet je me retrouvais dans le bureau d'un certain Schouwaerts, Big Boss du Service "Opérations de paiements" et absent ce jour-là, avec une certaine Madame Verheyen, présente avec nous au Resto Porto Bello où un de mes collègues avait parlé de mes peintures, ce qui semblait intriguer ladite dame à qui j'avais dit alors "Madame, si vous voulez voir mes travaux, regardez la télévision en septembre prochain, l'émission Arts-Hebdo de Christian Bussy " J'avoue avoir ressenti une certaine jouissance; "Comment !!! Cet  homme dont nous voulons nous débarrasser serait un peintre connu???"

Je remonte après le déjeuner dans le bureau de cette dame, ou plutôt celui de son collègue Schouwaerts. Elle doit me faire paser un examen, elle aussi. Or j'aperçois au mur de ce bureau, des dessins tantristes tibétains, dessins ramenés par la fille du Big Boss. Et je commence à parler du véhicule de diamant devant cette femme, une redoutable chef de service, 45 ans environ...et cette dame est littéralement fascinée par mon discours. Faire un cours de culture dans une banque, avant de passer devant les jurés de cette banque, c'est une sensation extraordinaire. Si ça continue elle va oublier de m'interroger. Cette femme m'avait accueilli dan son bureau tout un après-midi, quinze jours plus tôt.

Incontestablement une femme de tête (à défaut d'une tête de femme...on ne peut tout avoir), avec une fonction professionnelle importante et qui, sans arrêt m'avait parlé de finances et cette fois je parviens à l'amener sur mon territoire, à parler d'autre chose, à redevenir tout simplement un être humain non préocupé de défendre sa place de femme au sein d'un milieu professionnel phallocratique. -Qu'ont-elles donc ces femmes à vouloir s'imposer dans un milieu que moi, homme, je ne pense qu'à quitter...à tout jamais...???Et que je quitterai...dans 6 ans

 

Attente. Retour à Anvers au service commercial le 24 juin. Je suis engagé et donc sauvé. the-renaissance-city

Je me suis souvent promené au Middelheim (Parc de sculptures contemporaines)Anvers Le Middelheim

Anvers Middelheim2

Anvers Middelheim3

Extrait de mon journal:

Le Parc-Musée du MIDDELHEIM. Parc superbe mais truffé de sculptures n'ayant aucun rapport l'une avec l'autre ni avec leur environnement naturel. Ca pue l'artificiel. Il y a vraiment quelquechose de mort, de faux, de non-vécu. On met toutes sortes de belles sculptures célèbres dans un beau parc et tout cela n'a aucun sens. Ce qu'il aurait fallu faire, c'est d'amener des artistes à travailler sur place en fonction de ce milieu naturel qui les aurait inspirés en vertu de leur cheminement inconscient. Tous ces PARCS D'ART OU L'ON PARQUE L'ART, C'EST DU BIDON...

 

Je pars en tournée d'agences de mon futur secteur, Sud-Luxembourg. je suis rattaché au Siège de Liège d'Ippa

J'ai pèché 30 truites en juin et agrandi mon deuxième étangLe 2e étang en Juin

 

Autres extraits de mon journal au mois de juin 1983, à mon retour de stage:

"Il y a des moments d'attente qui sont extraordinaires et que l'on voudrait prolonger indéfiniment. L'attente serait-elle plus importante que l'être ou la chose attendue???"

 

A propos de Nietzsche dans lequel je suis plongé. Je le cite: "Ce que j'attends exactement de la musique? Qu'elle soit gaie et profonde comme un après-midi d'octobre"; Et encore  "Je ne connais pas d'autre manière d'être occupé à une grande tâche que le jeu...la moindre contrainte, une mine renfrognée, un accent rauque dans la voix, autant d'arguments qui parlent contre un homme, et à plus forte raison contre son oeuvre

 

Curieux ce séjour de Nietzsche à Saint-Moritz et les échos qu'il éveille en moi qui ai vécu là-bas pendant un an (1952-53). Des noms sonores des villages et montagnes avoisinantes: Vallée de l'Engadine- Silvaplana- Surlei- Sils-Maria- Pontresina- Campfer- Muotas Muragle- La Diavolezza (le Glacier)-Le Pic Maloya.....

 

A propos de mes chats morts-enterrés dans le jardin, c'est comme des morceaux de ma chair qui auraient disparu. Je suis amputé de mes chats. Et parmi eux c'est Figaro, ma panthère noire qui me manque le plus. Hier encore, je l'ai cherché, désiré, en pleurant. J'espérais qu'il surgisse de derrière un fourré, rescapé miraculeusement de la mort, ayant creusé une galerie pour sortir de sa tombe, ressuscité comme il le fut, il y a 3 ans, porté disparu depuis 10 jours et réapparaissant soudain...

 

LE JOUR OU LES BANQUIERS PARLERONT DE LEUR MERDE, LES MILITAIRES BOURRERONT LEURS CANONS ET LEURS BOMBES... AVEC DE LA BOUSE DE VACHE

 

Quand je vois les petits veaux gambader dans la prairie, je pense à du RYTHM and BOUSE.

 

De Mary Marquet, la peintre française à un homme qui l'accoste dans une gare en lui disant "Vous permettez que je vous accompagne???" Et elle de répondre "Pourquoi, vous avez peur??"

 

Pour rester macho, il faut traîter les soubrettes comme des duchesses et les duchesses comme des soubrettes (Entendu à Radio Plume, l'émission de la RTB Namur par mes amis Jean-Pierre Verheggen et Anne Magermans)

 

Dans la pâture encadrée par ma fenêtre, deux magnifique petits veaux blancs, presqu'irréels, à la "Piero di Cosimo". Pourquoi, mon dieu, faut-il qu'une telle beauté se transforme en boucherie

 

Je demande à mes partenaires de tout poils même quand ils n'en ont pas, de l'intensité, un échange de vitalité intense et la majorité des gens me déçoit à ce niveau-là. ils ne vivent pas assez, ne voient pas assez, ne réagissent pas assez, ont mal à l'estomac ou à la tête, ou alors ne boivent ou ne fument plts...Jusqu'à la prochaine fois...Quelle tristesse

 

Quand je regarde mes totems phalliques au lever du soliel, je me dis que L'AUBE EST PINE...

 

 

Me revoici vivant fin juin 1983 redevenu sauvage et libre, dans mon atelier, tel un jaguar (et non une...) prêt à bondir 

Moi en juin 83-copie-1 

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 08:42
Ma Biographie n° 191-1982 (2e semestre)

 

A ma banque on nous fait suivre des cours bancaires et nous passons notre premier examen. J'obtiens 95,7 % des points, soit la plus grande distinction et le meilleur résultat

Dans le jardin les travaux continuent. Je construis une grille d'entrée pour mon étang. Il faut une grille avec des barreaux dont l'écart ne doit pas dépasser 1 cm, ceci pour que je ne puisse pas capter le poisson du ruisseau qui est rempli de truites. Voici le plan que je dresse dans mon journal de l'époque. J'ai rentré routes mes demandes d'autorisation. Un ami architecte est venu prendre les niveaux et j'ai dressé les plans moi-mêmeAoût 82 Entrée Etang 

 

 Les Totems en juillet

Juillet 82 Totems 001

Je vais aussi en forêt chercher des tritons qui se réunissent dans les ornières des roues de tracteurs pour s'y reproduire. Je les mets dans l'étang. Je commence à pêcher des truites dans le ruisseau et les mets dans mon étang, à l'abri, l'étang étant désormais fermé par des grilles.. Début septembre j'ai pèché envirron 50 truites dont une de 40 cms. Dans le ruisseau, il y a aussi des poissons-chats (nom des habitants de Moircy), des vairons et des lamproies fluviatiles (des petites anguilles)

J'ai construit des cascades sur le ruisseau. J'aperçois une hermine sur le premier barrage(2e photo ci-dessous)Avril 82 Les premiers barragesSept L'HERMINETotems vus du fondEtang au Crépuscule Août 82L'étang au mois d'août 1982.

Je fais de nombreuses plantations d'arbustes que je vais chercher en forêt. En voici le croquis. une quarantainePlantations réalisées fin 82

Et dans l'atelier ça bouge aussi.En novembre j'ai réalisé 67 bois peints en ce compris les 13 grands totems et j'ai peint 190 pierres, extraites de la maison ou des étangs. Je m'attaque aussi à des pierres toutes petites et en réalise 70P1030410Atelier fin 82

Bois-de-vancau5-1.jpg

  IMGA0391.JPG

Petites pierresPetites pierres2Un jeune busard vient s'écraser contre la fenêtre de mon atelier au 1er étage. Je descends le ramasser, le remonte, le mets sur un coussin, le masse, il se réveille peu à peu. Une heure après il est debout sur ma main, j'ouvre la fénêtre, il s'envole.Busard recueilli en Nov 82

En septembre, Week-End à Lo Christi, près de Gand, chez ma cousine Régine HebbelynckSept 19 A Lo Christi chez Régine

ur mon étang. Il m'aura fallu 6 mois de démarches.

En septembre je pousse ma fille à s'inscrire à l'Ecole paramédicale de Libramont (Deux ans. Etudes de secrétariat de direction). Elle n'a pas réussi ses études d'assistante sociale à Liège (première année). Elle veut dès lors faire les Beaux-Arts à Liège à l'Académie. Renseignements pris auprès d'un couple d'amis qui y sont tous deux profeseurs, ils me le déconseillent formellement. Quatre ans d'études et aucun débouché. En plus milieu délétère et il y a depuis peu de sérieux problèmes de drogue. Ma fille a 19 ans à cette époque. La décision n'est pas facile à prendre car je suis flatté quelque part , qu'elle veuille faire des études artistiques. (mais je n'en ai pas fait non plus et je m'en félicite). Il faut dire aussi  que je n'ai pas les moyens de lui payer 4 ans supplémentaires d'étuau bureau jusque 17 heures,avec ma secrétaire et qu'après journée, je prospecte. je ne comprends donc pas en me relisant, comment j'arrive à faire tout ce que je fais. Dormant 6 heures par nuit, il me reste tout de même des journées de 18 heures

des et de piaule à Liège, qui est à 100 Kms de chez nous. Mon épouse ne travaille pas, je dois rembourser la maison et aussi la terminer. 

En septembre aussi , il y a une sécheresse, les truites sont bloquées entre les barrages du ruisseau, qui ne coulent,plus, je les pèche à la main et les transfère dans l'étang. Etang qui n'est pas encore tout à fait terminé mais qui est néanmoins envahi pat les Hérons et les Colverts.

Je construis un muret en façade (22 mètres) le long de la haie d'aubépines naissante

Fin du mois j'ai ouvert 101 nouveaux comptes pour Ippa, ma nouvelle banque. Il faut bien réaliser que je suis cloué

. Je suis rapide et hyper-organisé

 

 En octobre, je cimente une partie des pierres de l'écurie (autour des baies vitrées)

En novembre j'obtiens enfin toutes les autorisations et donc le permis de bâtirpo

Autorisation Etang 22-11-82

Voici comment j'envisage l'implantation des totems dès l'an prochain, autour de mon étang. Il y en a treize. Ils sont tous sans la prairie.

Projet d'implant.Totems pour Printemps 1983

 

 

Début de la correspondance avec Jean DubuffetLettre 1

 Lettre 2

 

 

Totems en fin d'année

Totems en fin d'année 82

Le Goncourt à Dominique Fernandez pour "Dans la main de l'Ange" où il raconte le dernier trajet de Pasolini, mort assassiné. Un livre superbe...

Le Centre de Lecture publique à Libramont où j'ai réalisé ma 1ère exposition en 1976, me demande de pouvoir accrocher en permanence dans ses locaux, sept de mes peintures

Le 24 décembre 1982: Mort de Louis ARAGON. Mon journal manuscrit avance lentement. 253 pages depuis fin 1980. mais je tiens des carnets de notes annexes.

 

"Il ne me faudrait qu'un seul mot, un simple petit mot sans importance;..

pour être grand...

pour parler sur le ton des prophètes

un mot subtil

un mot précis

un mot témoin

un mot bien macéré dans les moëlles

sorti de moi

qui se tiendrait à l'extrême bout de mon être

et qui pour tout le monde

ne serait....RIEN "

(Anthonin Artaud cité par Francis Lalanne lors d'un de ses concerts)

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 08:29
Ma Bio 190 - Année 1982- Liège, quai Mativa et Vianden

Je dois d'abord signaler qu'une vie d'enfer est en train de s'annoncer pour moi au niveau professionnel. Mes nouveaux patrons, ceux de la Banque anversoise IPPA, m'enlèvent mon réseau d'agents, patiemment construit depuis mon arrivée dans cette Province en 1971, nomment un autre inspecteur et je deviens gérant de Banque à Libramont, suis donc tenu de prospecter et de faire une masse de nouveaux clients, alors qu'une douzaine de banques est déjà installée à Libramont qui compte 5000 habitants. Donc du porte à porte. Il s'avère que je suis un excellent démarcheur et je suis régulièrement félicité par la nouvelle direction. En vérité, j'ai le couteau sur la gorge. Si je m'en vais ou ne réussis pas dans mes nouvelles fonctions, la porte est là et j'ai 44 ans. Mon épouse ne travaille pas. Je n'ai aucune économie. Je risque de perdre maison (j'ai fait un prêt hypothécaire), territoire et création

 

Voici néanmoins l'évolution de l'Atelier et de l'étang lors du 1er trimestre 1982. L'Atelier en Janvier 82

  LAtelier fin février 82

  Mon chat FIGARO, parfaitement  en accord"stendhalien" avec cet environnementFigaro Black Magic en avrilL'Etang en Janvier 82

L'Etang début Mars 82

 

Le 13 mars, je rends visite aux acheteurs (lui est peintre et sappelle Nollet) de la maison de mon Grand-Père Jules Duesberg dans laquelle j'ai vécu de 1940 à 1945, Quai Mativa à Liège . Emotion. Ci-dessous la façade de la maison n°22 Architecte mon grand-oncle Joseph Duesberg, ensuite la cuisine-cave dans laquelle j'ai vécu pendant l'occupation. On voit le niveau du trottoir du Quai Mativa derrière les vitres. Ensuite le Quai et la berge menant à la Meuse1943-QUAI-MATIVA-22-LIEGE.jpg1943-Quai-Mativa-Cuisine-et-Hall-d-entr--e-1-copie-1.jpg1943-Quai-Mativa-Cuisine-et-Hall-d-entr--e-1.jpg

Ensuite un bond dans le quartier de Georges Simenon, dont je viens de lire "Les Mémoires Intimes, suivies des Lettres à Marie-Jo, sa fille de 25 ans qui

vient de se suicider.

Simenon Mémoires Intimes

  Dans ce livre aux pages 433 et 434, Simenon parle du frère de mon grand-père Jules Duesberg, mon Oncle Emile, à savoir Dom Hilaire Duesberg, éxégète renommé et détaché de l'abbaye de Maredsous, pour devenir Professeur d'Exégèse Biblique à l'Université de Fribourg en Suisse. Avec 3 autres moines, il vivait dans une maison de retraite, au bord du Lac Léman, à 2 pas de chez SImenon qui, lui, habitait Echandens, à cette époque Dom Hilaire Duesberg

Voici le passage de Simenon "Je connais un Bénédictin d'origine belge, de Verviers, qui, après avoir été longtemps professeur d'Exégèse biblique, passe ses vieux jours au bout du Lac, dans une maison de retraite de son ordre, où ils ne sont que quatre à finir paisiblement leurs jours

Lorsque je lui apprends que l'évèché s'oppose à ce que mon fils Pierre soit baptisé catholiquement au  protestant d'Echandens, il me déclare avec assurance - Monseigneur se met le doigt dans l'oeil...On va le voir. Le Bénédictin s'appelle le Père Duesberg et c'est lui, mon Pierre, qui te mets du sel sur la langue, quelques gouttes d'eau sur la tête, sous les yeux du Pasteur, et tous deux viennent déjeûner au château, avec une quarantaine d'invités..."

 Une lettre de Simenon, réponse à la lettre que je lui ai envoyée, après avoir lu son livreSIMENON-001-1.jpg

Le 13 mars, je pars à Liège, en Outremeuse, explorer le quartier d'enfnace et d'adolescence de Simenon : la rue Pasteur devenue , la rue Georges Simenon, la Place des Congrès, la rue de la Loi, la rue de  'Enseignement etc..Je lui enverrai les photos par la suite. Voici la rue de la Loi, avec dur la gauche la rue Simenon..  Simenon Rue de la Loi Outremeuse

Simenon Place du Congrès

 

Ce 19 mars je reçois la visite d'un garde des Eaux et Forêts, au pied de mon étang. Il me demande si j'ai les autorisations. Quelles aurorisations???. Eh bien il me faut passer par une enqête -commodo-incommodo, faire dresser des plans du futur étang par un géomètre, obtenir l'autorisation des Eaux et Forêts, puis passer en Députation permanente qui devra vôter ...ou pas, obtenir une autorisation du gouvernement provincial et enfin un permis de bâtir décerné par l'Urbanisme à Arlon. Sinon on rebouche. Je suis catastrophé et me mets directement au travail 

 

Ce 2 avril 1982, je reçois une analyse graphologique, faite par le Service graphologique d'un journal de la Province et dont l'auteur est censé ne me connaître en aucune manière. En voici la teneur

 

Cher  Lecteur,

 

Votre écriture est remarquablement ferme. Très fortement appuyée, elle indique la force physique, la vitalité, le besoin de vous dépenser. Mais de manière contrôlée, efficace et utile.

Tempérament sanguin bilieux. Des réactions très bien adaptées.

Vous apparaissez comme quelqu'un de robuste physiquement mais aussi de très solide moralement. Ne vous laissant ni influencer, ni impressionner.

Capable de diriger, de commander, d'assurer des responsabilités, de faire des choix rapides aussi, quand c'est nécessaire. Vous avez une très forte personnalité, qui s'impose d'elle-même. Et une volonté tenace, inébranlanble.

Vous êtes un lutteur, quelqu'un qui ne capitule pas devant la difficulté mais qui manque parfois de souplesse diplomatique.

Grand travailleur très précis, adroit et ingénieux; Efficace également. Vous faites certainement beaucoup en une journée.

Vous voyez froidement les choses, ne vous faisant pas d'illusions, n'attendant pas de cadeaux, ni de la vie, ni des êtres .

Réaliste, non pas amer, ni inutilement sceptique

Moyennement sociable. Certes vous êtes très direct avec autrui mais vous n'êtes pas spontanément liant. D'un caractère peu patient, peu facile, vous exigez beaucoup des autres. Vous aimez avoir raison dans la discussion.

Beaucoup d'orgueil, une nette conscience de votre valeur, qui est réelle, besoin de vous affirmer-ce qui est certainement déjà fait depuis longtemps.

Avec mes meilleurs sentiments

Sans signature

 

 

 

Cette description me correspond en tous points. Etonnant tout de même....

 

Durant ce même printemps 1982, les travaux avancent à l'extérieur. Installation de barrages sur le ruisseau élargi-Construction d'une terrasse apéro (à droite le futur potager), Crépi sur le garage et arrivée des premiers colverts sur mon

 

 

Avril 82 Les premiers barrages 

étang

la terrasse Apéro Avril

 

Crépi GarageAvril. Les premiers colverts

 

Et puis en avril 1982, un voyage au Grand-Duché, sur les traces de VIctor Hugo et de ses châteaux, Vianden, Esch-sur-Alzette, Bourscheid, Larochette. Sur cette carte, mon village MOIRCY est sur la gauche (flèche noire), ceci pour signifier que j'habite à 40 minutes du Grand-Duché du Luxembourg  

Juin 82 Carte Grand Duché

Mais tout d'abord  VIANDEN, le village de Victor Hugo, avec son ancienne maison (1871), devenue aujourd'hui "Musée Victor Hugo". En dessous un des lavis de Victot Hugo, qui est aussi un grand peintre , pour ceux qui l'ignoreraient encoreVia800px-Vianden overviewVianden par V.HugoJuin 82 Voyage au G-Duché 001Juin 82 Victor Hugo ViandenJuin 82 Victor Hugo Vianden Le Musée Sur la rivière Our, Vianden. Le musée est à l'extrême droite. C'est l'ancienne maison de Victor Hugo en 1871, lorsque, chassé de Belgique, il obtînt au Grand Duché, le statut de réfugié politique. Le musée fut inauguré en 1935L'Our à Vianden 

ESCH-sur-ALZETTEJuin 82 Esch-sur-Alzette-copie-1

BOURSCHEIDJuin 82 Victor Hugo Bourscheid

LA ROCHETTEJuin 82 Victor Hugo La Rochette

Et au mois de Juin c'est la lente descente de mes totems vers l'étang. Je ne sais pas encore comment je vais les disposer mais ils sont impatients et ont déjà quitté l'atelierJuin 82 sortie des totems 3 et 4

Juin 82 Totems

 

 Aussi au mois de juin une tornade assez redoutable sur le Sud de la Belgique. En dessous, la forêt décimée à un kilomètre de chez moiJuin 82 Tornade sur l'Ardenne

24 juin 82 Tornade Moircy

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 06:52
Ma bio 189-Automne 1981-A Paris chez Jean Clareboudt

Le 5 Septembre, la Galerie L'A à Liège organise une exposition Clareboudt, peintre et sculpteur nomade, installé à Paris, né à Lyon en 1944 Invitation Jean Clareboudt à laGalerie L'A à Liège 1981 

"L'atelier de Jean Clareboudt est partout un atelier à ciel ouvert: à Paris où il a vue sur le métro aérien, près de Nantes, au lieu-dit Pierre percée" dont le nom est une arcane, dans la campagne proche et les pays qu'il visite (Mexique, Egypte, Antilles) , il retrouve en tout lieu son "atelier naturel", observant ici le partage des eaux, ailleurs les limites incertaines d'une ville morte, là encore, Invitation Clareboudt Galerie L'A-versoles "reliefs" de la mémoire, et partout à l'aveuglette du jour et de la nuit.....

Derrière ces disques métalliques jouant avec la lumière dans laquelle ils s'inclinent légèrement, au-delà du bleu d'Egypte ou du noir de Chine qui tournent autour d'un axe, et magré leur "ombre portée jusque sur le sol. Clareboudt nous donne à voir tout un arrière-plan, où croyant voyager au loin, nous revenons sur nos pas pour laisser une empreinte volage comme la fleur de farine, le présent est enfin réduit à sa plus simple expression."(Gérard Macé).

Voici donc les photos de l'installation et du vernissageClareboudt à la Gamerie L'A Liège 1981 

 

Jean de face avec Jean-Pierre Ransonnet de profil et Céline mon épouse sur la droite

 

 Clareboudt et Ransonnet Galerie L'A-1

La soirée du 24 septembre où nous nous retrouvons à quelques uns chez Michel Boulanger, rue des Bénédictines à LiègeClareboudt chez Michel Boulanger à Liège

Jean Clareboudt et moi allons sympathiser et c'est ce qui nous vaudra d'être invités dans leur appartement au mois d'Octobre 1981, à Paris; J'en parlerai à la fin de cet article.

Je passe rapidement sur un rassemblement de la famille Vancau (Van Cauwenberghe) qui a lieu le 25 septembre, à Anseremme, au bord de la Meuse, dan une villa appartenant à la soeur de mon père (Ginette) et son époux Lucien Brunin, tous deux domiciliés à Gand, un vrai paradis où j'ai passé une grande partie de mon enfance et de mon adolescence. Anseremme est aussi situé à la sortie de la Lesse et à quelques kilomètres de Dinant, en Belgique. Voici donc une partie d la famille Vancau. Mon père Roger Van Cauwenberghe, se trouve sur la droite, avec une cravatte noire, entre deux jeunettesFamille Van Cauwenberghe à en 1981 

Grand repas sur un bâteau de Meuse qui va nous conduire à GIVET en France...et retour...L'embarcadère est devant la villaAnseremme Le Bâteau

Mon territoire vu de mon atelier en septembre 1981. Dans le fond l'étang en cours qui est encore en contrebas à l'époque. En dessous, vu de près, dans son état fin 1981, à savoir 160 m2. Il en reste 40 à creuser, soit au moins une cinquantane de mètres cubes à sortirTerritoire de Christian Vancau en 1981 

Le Lac début novembre 1981

Territoire de Christian Vancau L'étang Fin 1981 

Et voici mon atelier en octobre 1981. De ce côté-là, non plus, je n'ai pas chômé

 

Atelier en Octobre 81 

 

PARIS chez Jean et Jocelyne CLAREBOUDT.

Nous arrivons  donc à Paris  le 30 octobre 1981 à 13h15, en crevant un pneu à l'arrivée, Boulevard de la Villette. Cela commence fort. Jean habite au 228, sur la droite, une des maisons blanches. Le metro aérien est sur la gaucheParis Bvd de la Villette 228-Chez Jean Clareboudt 

Et voici le Metro vu de la fenêtre de son appartement

Paris 1981 metro aérien Bvd de la Villette  

Et voici l'appartement au 228 Boulevard de la Villette. Paris Chez Clareboudt3

Paris Chez Clareboudt2Paris Chez Clareboudt4Clareboudt ApartNous déjeûnons avec Jean et Jocelyne Clareboudt, puis à 16h30, Jean et moi allons voir Nicole Rousset Altounian, à la Galerie NRA, rue de Jour.. Elle nous annonce que l'expo va se poursuivre à Beaubourg en décembre. J'ignore à ce jour ((juillet 2011) ce qu'est devenue Nicole. Rien sur Internet???.

Ensuite nous repassons à la Fnac car je cherche des livres sur Xenakis. On rentre vers 18h00 et on se met à table. On mange tôt chez les Clareboudt car Jean travaille de nuit. Il est retoucheur de photos à France-Soir et commence à 21h00. Voici Jean et en-dessous, son épouse Jocelyne et moiJean Clareboudt en 1981 Paris-Bvd de la Villette 

 Jocelyne Clareboudt et Christian Vancau

Jean nous quitte à 20h15 pour prendre son boulot à France Soir. A 20h35, il nous téléphone et nous annonce LA MORT de BRASSENS. Il est en train de retoucher le photos. France Soir va sortir une édition de nuit. Nous n'avons ni, ni Internet. Nous ne savons  donc rien de plus. Nous sommes consternés. Vers 4h30, Jean traversera notre chambre pour aller dormir dans la sienne. Et le lendemain matin......... Le Décès de Georges Brassens dans Libération 

Paris Beaubourg 2

 

Samedi matin, 31 octobre, nous allons voir à Beaubourg l'exposition PARIS-PARIS 1937-1957. Belle expo; J'achète le CATALOGUE ci-dessous qui est exceptionnel et retrace vingt ans d'histoire, une histoire qui commence avec la guerre d'Espagne. et parle de toutes les formes d'art (hormis la musique, j'ignore pourquoi)et de leur évolution jusqu'en 1957. Arts plastiques, Cinéma, Théâtre, Littérature. Qui dit aussi les rapports entre les occupants allemands et les intellectuels français sous l'occupation allemande. Très belle documentation photographique. Ce document est peut-être encore disponible à la Librairie du Centre Georges Pompidou. C'est un monument 

Suis frappé par la Piscine Deligny à Paris avant-guerre, et par des voix d'écrivains que l'on entend dans tous les coins de l'exposition. Expo Beaubourg 

Redécouverte de RIOPELLE. Voici la salle Riopelle..J'adore ce peintre. Paris Riopelle à Beaubourg Oct 81 

Paris BeaubourgA la sortie de Beaubourg sur la place, j'observe un hypnothiseur qui hypnotise tout ce qui bouge. Des gens descendent des cars, il les envoûte, les fait mettre à quatre pattes et tourner en cercle devant le Centre Pompidou. Je suis fasciné. Il me propose de m'asseoir sur un type qui est entre deux tréteaux et qui se maintient à et n'a d'appui qu'au niveau de la nuque et des chevilles. je m'assieds. Le type ne bronche pas. Je demande alors à être hypnothisé. Regard très bleu. Il essaie par trois fois. Echec . Il me dit "vous avez une trop forte personnalité". Pourtant je n'oppose aucune résistance, je veux vraiment tenter l'expérience.Je suis frustré. Voici l'hypnotiseur et son chien...hypnotisé..lui...veinard !!! Paris Beaubourg L'hypnotiseur et son chien Nous parcourons d'autres lieux, les Halles, une fois de plusParis Forum des Halles 

Paris Le Metro pour La Villette

Puis le Metro pour La Villette. On arrive chez les Clareboudt vets 18h00. In nous offre une oeuvre à lui, branches nouées (je lui ai offert une pierre peinte. Il nous montre des diapos sur ses expos, puis nous visitons son atelier et ses peintures "Cobra" dans l'arrière atelier. Il est minuit 1er novembre, c'est mon anniversaire, on sabre le champagne. On se couche vers 3heures du mat.

Voici son oeuvre que j'ai toujours, bien entendu  Sculpture de Jean Clareboudt 

 

Dimanche 1er novembre 1981. J'ai 44 ans.

Je veux voir le quartier de la Défense et on part à 7h45. Nom de dieu je tombe en panne, à l'angle de la rue du Faubourg Saint-Martin et de la rue Lafayette. Un dimanche de Toussaint. Un dépanneur agréé, le Garage Babic nous prend en charge à Saint-Ouen. Nous retournons chez les Clareboudt en métro, vers 11h15. Jean part manger chez son père en banlieue avec Jocelyne. Je pars faire des courses dans le quartier, rue d'Aubervilliers, un quartier sympa rempli de noirs et d'arabes. On picnique dans l'apart avec Céline.

 Ensuite Metro Cité, bouquinistes sur les quais, maison et atelier de Picasso, au 7 de la rue des Grands Augustins, près du Restaurant La Pérouse. Il y vécut de 1936 à 1957 et y peignit Guernica en 1937

Photos en-dessous, le Theâtre de José Valverde, le Café de la Gare, rue Pierre au Lard. J'ai rencontré José Valverde début des années soixante, via un ami commun, Elio Marinelli qui tenait La Maison du Livre Italien.

Ensuite un verre au Boul'Mich où nous rencontrons un jeune couple sympathique, elle américaine et lui Québecois  Paris au 7 de la rue des Grands Augustins

Paris Le Café de la Gare rue Pierre au Lard

Paris Boul Mich L'américaine et le Quebecquois

 

Le lundi 2 novembre,

 Jean me conduit à Saint-Ouen avec sa camionnette. La voiture est réparée mais la facture est salée, dépannage un dimanche, réparation de quoi??? on ne saura jamais, grosse discussion avec Jean Clareboudt et les garagistes, Jean me défend, c'est un garçon très bien, qui a le sens de l'amitié, très humain, et que pourtant je ne reverrai jamais. Il voyage sans arrêt. En février 1982, je recevrai une carte de Pierre Brisée. La voici. Jocelyne était originaire de ce lieu nantais.

Un jour fin des années 90, Ransonnet m'a annoncé sa mort qui remontait à des mois en arrière. Je viens d'apprendre par Internet qu'il avait été renversé par une voiture à Istambul, le 7 avril 1997. J'essaie d'établir un contact avec sa femme Jocelyne qui était originaire de Pierre-Brisée. Aucune trace??? Vit-elle toujours. Jean était né en juin 1944 à Lyon, Grèce etc.... Il avait donc 52 ans et 37 ans lors de notre rencontre. Il avait déjà une carrière artistique prodigieuse en 1981. Grand voyageur aussi. Danemark, Allemagne, Angleterre, Pays de Galles, Ecosse, Mexique, Californie, Nevada, Turquie, Grèce etc.... 

Retour à Moircy, ce lundi soir 2 novembre, après un dernier whisky avec JeanClareboudt Carte de fév.1982-2

Carte de Jan Clareboud 1982

 

Le territoire de Moircy en cette fin d'année 1981. En novembre, je monte dans l'atelier, les poutres de l'Ecurie, il y en a une dizaine, je les traîte  au liant acrylique, les peint et les dresse, après les avoir truffées de clous à la base et de béton, pour leur faire un socle. L'atelier devient complètement délirant et envahi de mille feuxAtelier Arrivée premiers arbres Mi-Nov 81

Atelier décembre 81 Erection des 2 Atelier décembre 81 Erection des Totems 1

Atelier décembre 81 Erection des totems 3

Et voici l'étang fin décembre 1981

La lac fin déc 81

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 06:50
Ma Bio 188- Eté 1981-Cologne-Hauterives-Lausanne etc
Ma Bio 188- Eté 1981-Cologne-Hauterives-Lausanne etc
Ma Bio 188- Eté 1981-Cologne-Hauterives-Lausanne etc
Ma Bio 188- Eté 1981-Cologne-Hauterives-Lausanne etc
Ma Bio 188- Eté 1981-Cologne-Hauterives-Lausanne etc

D'abord un coup de tféâtre en Juillet 81 Sous le nom d'EMIL AJAR se cachait Romain GARY: Le mystère du Prix Goncourt 1975 est perçé. Six mois après le suicide de Romain Gary, son neveu, Paul Pavlovitch parle et dit qu'il a servi de couverture, sous le nom d'Emile Ajar, aux 3 romans suivant "Gros Calin", "La vie devant soi" et " L'Angoisse du Roi Salomon"ARTISTES-327.jpg 

Ensuite un voyage à Cologne avec Céline et Jean-Pierre Ransonnet, pour vister la WESTKUNST au Mässe de Cologne Cologne Cathédraie Juillet 81-copie-1Cologne Céline Juillet 81 

 

Exposition prestigieuse. Les dessins de Moore- Kurt Schwitter, Joseph Cornell, et leurs boites- Le livre-boite de Duchamp- Les Bois de Karel Appel- Giacommetti et ses petits formats- Les "Portraits" de Dubuffet- Les petits "Fautrier"-Motherwell-Kline-Matisse- De Kooning-Pollock. Alberto Burri- Les Troués de Fontana, Des bacon et des Cy Twombly de 1957- Le Ward Hospital de Kienholz-Cologne Kienholz Les Lacérations de Raymond Hains- Découverte de Ernst Wilhelm Nay et de Requichot (1959)- Agnès Martin- Dieter Roth (morceaux de chocolat)- La video de Nam June Paik sur la lune-- Panamarenko (1966)- Les Tiroirs de Boltanski- La Porta murata de Yannis Kounellis- Le tas de gravier de Rainer Rutenbeek- L'objet cache-toi de Mario Merz- La Chambre de Judith Pfaff(Ziggurath)-Cologne Judith Pfaff Ziggurath Les Assiettes cassées de Schnabel,

Tinguely et ses machines infernales Cologne Tinguely

 

Claes Oldenburg et son Store

Cologne Oldenbourg The Store 1

 

CologneWestkunst Oldenbourg Store 2 

Les " Découpages papiers de Félix Droese, Les "Tubes à terre" d'Isa Gensken, Les Bustes au mur de Jon Ahearn, Les Papiers-peints de Brigitte Kowanz,

 

Et pendant ce temps que devient l'Etang?? Le voici et en-dessous à la mi-août 

L'Etang à la mi-août 1981

 

Et en août, je pars pour Lausanne où Michel Thevoz, Directeur de laCollection de l'Art Brut, au Château de Beaulieu, m'attend. Voici la lettre de Geneviève Roulin, sa collaboratrice

Geneviève Roulin

Voici le périple que je vais effectuer. Itinéraire Lausanne

D'abord LYON la place BellecourLyon Place Bellecour Ensuite Hauterives,  découvrir le Facteur CHEVALHauterives

HauterivesEnsuite Annecy Le Lac d'Annecyet  son Lac  Annecy1

Annecy2Le Col des Aravis avec dans le fond, le Mont Blanc Le col des Aravis et le MontBlanc dans le fond GENEVE et le Lac LemanGenèveGenève

Enfin le Château de Beaulieu à LAUSANNE qui abrite la Collection de l'Art Brut.Lausanne Château de Beaulieu

Nous allons passer 72 heures de délire. C'est Geneviève Roulin qui nous accueille. Après la visite du Musée, nous picniquons à Ouchy au bord du Lac Léman, puis nous nous promenons dans la ville de Lausanne. Le soir nous sommes invités à souper chez Geneviève Roulin et son compagnon, l'écrivain Daniel Wilhem. Aussi un jeune écrivain prometteur, Yves Laplace, qui a publié Lahore et Le Garrot, aux Editions Lattès. Aussi une certaine Anne Sause Hall, petite nièce de Cendrars qui a fait les Arts Plastiques à Genève.. Geneviève me parle de Valère Novarina, qui aurait un travail proche du mien. 

Voici le catalogue de l'Art Brut (Skyra) texte de Michel Thévoz, puis une reproduction d'une sculpure du Prisonnier de Bâle, en mie de pain (emprisonné pour le meurtre de son épouse), un exemplaie des Cahiers de l'Art Brut, publiés par Michel Thévoz, une peinture "paravent" de Wolf Wölfli de Berne,  un des représentants les plus importants de l'Art Brut, enfin un exemplaire la la Revue FUROR, fondée en 1980 par Daniel Wilhem avec la participation d'Yves LaplaceCatalogue Art Brut-Texte de Thévoz

Collection de l'Art BrutLe Prisonnier de BâleCahier de l'Art Brut-WölfliLe Paravent de WöfliLa Revue FUROR-Suisse-Lausanne-Daniel Wilhem Oct 1980Et voici les écrivains de cette soirée à Lausanne chez Geneviève Roulin (malheureusement décédée); Son père était Maire de Lutry, petit village sur le Lac LémanDaniel Wilhem Maurice Blanchot-La voix narrative 

)Daniel Wilhem Klossowski 

Et voici Yves Laplace, né en 1958 (il a donc 23 ans à l'époque), auteur aussi d'Isis, de L'Inséminateur (2001), enseignant, Photographe et Arbitre de Football. Participe à la Revue Furor avec Daniel WilhemYves LAPLACE Les Hautes Oeuvres 

Le lendemain 26 août, nous allons visiter la Biennale de la Tapisserie. Une merveille...Lausanne Biennale de la Tapisserie

 

Nous retournons picniquer au lac à Ouchy en compagnie des Cygnes.Ouchy1

Ouchy2Le 27 août, nous nous rendons chez Michel Thévoz et sommes accueillis par son épouse MELODY. J'ai quelques oeuvres avec moi. Le contact est excellent. Une exposition au château de Beaulieu est envisageable. C'est Jean Dubuffet qui a parlé de moi à Michel Thévoz. Michel Thévoz veut venir à Moircy en Belgique Carte Michel Thevoz-1

Ensuite, nous allons remonter par Fribourg et traverser la Suisse du Sud au Nord  Fribourg

FRIBOURGBERNEBerne

BALE, où nous visitons Le Museum fur Gegenwarts Kunst. RemarquableBâle

BALE Gegenwarts MuseumEt enfin Srasbourg où nous passons la nuitStrasbourg1Strasbourg

Strasbourg2

Strasbourg3 

 

Fin septembre la Galerie l'A, à Liège, va inviter un artiste français renommé, Jean CLAREBOUDT et ceci va m'entraîner vers de nouvelles aventures et à un nouveau voyage à Paris dont je parlerai dans l'article suivant

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 10:14
Ma Bio 187-Printemps 1981-Paul Verlaine à Corbion

A mon retour de Paris, je me rends à un Colloque à l'Université de Liège, là où j'ai accompli mes études de Droit. J'y retrouve de nombreux amis peintres. Voici l'objet du Colloque:Colloque Liège 2 Février

A la Tribune, de gauche à droite, Jacques Charlier, Michel Boulanger, Jean-Pierre Ransonnet, Guy Vandeloise et Leon Wuidar

 Colloque Liège Février Ensuite une soirée mémorable chez Jacques Charlier à Cointe. Voici Jacques et sa guitare jouant une de ses compositions "La Comète de Halley". Dans le fond, Charles François et Jean-Pierre RansonnetCointe Charlier à la guitare

 

Et le territoire pendant ce temps-là??. Voici l'Atelier en mars, avril et mai .Mon atelier en Avril 81 Mon atelier en Mai 81-2

Mon atelier en Mai 81-3Mon atelier en Mars 81

Et quoi de neuf dans le jardin pendant cette même période???.

 Me voici à l'époque en salopette sur mon chantier dans l'escalier de ma chambre car j'ai aussi en core des travaux à effectuer à l'intérieur, de finition, au mortier, entre autres. Photo prise par mon ami Marcel Reynders Vancau salopette

 D'abord la grande terrasse est terminée et j'ai construit le muret de mon premier potager. Le tout avec les pierres de schiste provenant des murs perforés pour faire place à deux baies vitrées dans le living, ces murs ayant une épaisseur variant entre 60 et 100 cmsFin Terrasse en Juin

Le PotagerEt l'Etang qui avance doucement (mois d'avril). Le ruisseau est à droite. A gauche, le détournement du ruisseau et le début d'un trou qui atteindra finalement les 200 m2. Ma maison est sur la droite du ruisseau, à  environ 75 mètres. Aucun arbuste n'a encore été planté.Voyez à l'avant-plan, les dalles de schiste que je soulève en creusant à la pioche L'étang en avril 81

Mon étang en Juin-1En mai, j'ai peint et mis sur pied de béton, mon premier totems extérieur, une poutre en chêne provenant de l'étable dont j'ai dû remonter les plafonds en vue d'y faire la future salle de séjour. Instinctivement  je l'ai planté dans la prairie en direction de l'étang futur mais rien n'est prémédité, je cherche, je tâtonneLe premier totem dans le jardin en 1981Charlier et cie MoircyAvril 81

En avril, il y a aussi une descente d'artistes liégeois qui établissent leur campement à Moircy. Promenade dans le village. Jacques Charlier, Ransonnet, Boulanger, Marie-Henriette Nassogne, Michèle Arnold, Nira Roth, Jean-Pierre Collignon, Thérèse Guissart . Ci-dessous, Jacques Charlier et Jean-Pierre Ransonnet dans mon atelierCharlier et Cie dans l'atelier 001

Et la grande bouffe du soir dans l'atelier...Charler et Cie dans l'atelier

Ce même mois d'avril, ouverture à Liège d'une galerie, la galerie L'A, par Guy Vandeloise et Jean-Pierre Ransonnet. Exposition de Dan Van Severen, peintre flamand, bien connuInvitation Van Severen

Vernissage l'A

Van Severen Ouverture de la Galerie L'A en Avril 81

Papier Van Severen Et ce même mois d'avril, en tournée d'inspection de mes agences bancaires, à CORBION près de Bouillon ,sur la Semois, je découvre, en descendant un chemin pour aller manger mes tartines et boire mon litron de rouge, les murets d'une maison en ruines, avec une plaque en métal  "Ici vécut Paul Verlaine de 1881 à 1888". Incroyable!!!. J'ai pu à peu près reconstituer l'histoire. Verlaine est renvoyé du Collège de Rethel (Reims). Il vagabonde et se lie d'amitié avec le curé de Corbion de l'époque qui lui trouve cette maison en plein bois

Verlaine à Corbion2Poursuivi par les polices française et belge, il se contentait de sauter le ruisseau quand il apercevait l'une d'entre elles, venue le chercher. C'est du moins ce que m'a raconté mon agent à Corbion, Monsieur Gognasselle, négociant en tabac.

J'ai donc arraché une des pierres du mur en ruines et elle trône dans mon atelier, avec les aiguilles de pin, fixées en surface par mon liant acrylique (Adam- Montparnasse)Verlaine à Corbion

Je signale qu'à cette époque, je fume la pipe et achète régulièrement du tabac aux cinq derniers cultivateurs-fabricants de tabac de la Semois. Mon préféré est la Langue de Chien, chez Joseph Martin, à Bohan sur SemoisTabacs de la Semois 1

 

A signaler en ce mois de mai 81, une lésion maculatoire à la rétine droite provoquée par une pointe de jonc reçue dans l'oeil en me penchant sur mon étang. Je suis pris en charge par le Dr.Duby de Libramont, qui m'envoie passer une angiographie(radio des vaisseaux) à l'Hôpital de Bavière à Liège et je devrai subir une série d'injections dans les semaines qui suivent. Je suis mis en congé de maladie car mon oeil droit est bandé. Ceci préfigure évidemment la Macula qui va m'envahir au même oeil dès 2009

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 10:05
Ma Bio 186-Février 1981-Expo à Paris (suite)

 

Le jour du  vernissage, nous arpentons le Boulevard Saint-Germain et en passant le long de la terrasse des Deux Magots, je suis interpellé par un ami, journaliste belge à la Télévision, qui est en train de tourner un documentaire sur Jean-Michel FOLON. Présentations faites, nous prenons un verre ensemble et nous invitons Folon à notre exposition , à la Galerie NRA. Sur cette photo de gauche à droite, Jean-Michel Folon lisant son journal, Manu Bonmariage, journaliste, réalisateur et cinéaste belge bien connu (Strip-Tease, Les Amants d'Assises etc...) et mon ami André Romus, réalisateur à la RTB belge à Liège.Aux 2 Magots avec Folon et Manu Bonmariage Folon en tournage à Paris

Après quoi nous  continuons notre route vers le Centre Wallonie-Bruxelles, rue Quincampoix, inauguré en 1979 ( en présence de quatre artistes-stars belges, Jean-Michel Folon, Pierre Alechinsky, Pol Bury et Felix Roulin) et situé face au Centre Pompidou, inauguré, lui en 1977.Centre de la Commun;Franç Paris-2

Centre de la Commun;Franç à Paris 001 Et le soir vernissage, rue du Jour, au Trou des Halles, un monde fou, plus de 1000 personnes, trois étages de livres-objets, au verso de l'Eglise Saint-Eustache. Une expo magnifique, inaugurée ce 4 février 1981, au coeur de Paris et qui va durer jusque fin mars 1981Vernissage à NRA Paris-Rue du Jour-Fév.1981 1 

Expo NRA

Vernissage à NRA 2

Expo réalisée avec la Librairie Shakespeare and Cy, square Viviani, où nous sommes passés cet après-midiShakespeare en 1981 Ensuite le resto de la Rue St Georges avec Céline, mon épouse, les frères Devresse et notre ami le sculpteur liégeois Attila

Au resto le soir du Vernissage NRA

Et enfin, le DERNIER METRO avec les frères DevresseMetro Devresse

Le lendemain, une visite avec Etienne Devresse chez mon ami, le compositeur Iannis XENAKIS dans son atelier et une pierre peinte à moi que je lui offre ce jour-là. C'est la fin du séjour à ParisParis 1981 Xenakis et Etienne DevresseVancau dans l'atelier de Iannis Xenakis en 1981-Paris 

Xenakis Pierre de Vancau

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 08:17
Ma biographie n°185 -1981-Expo NRA à Paris

 

Je suis dans ma 44e année. En Janvier je suis souvent à Bruxelles, à la Librairie Post Scriptum (Bernard Mercélis), qui, auparavant se trouvait rue de l'Arbre bénit, librairie bien achalandée sur tout ce qui concerne l'art contemporain et avant-gardiste. La voiciLibrairie Post Scriptum1

Librairie Post Scriptum2

POST-SCRIPTUMJe me rends aussi au Palais des Beaux-Arts à l'Exposition "Tremplns" qui met à l'honneur le travail de mon ami Jean-Pierre Ransonnet. Eh oui les photos sont piquées, elles ont 30 ansTremplin Ransonnet

Tremplin Ransonnet2

Tremplin Ransonnet3

Tremplin Ransonnet4 Tout ceci ne m'empêhe pas d'avancer dans mon nouveau travail qui, en fait, se construit sur les matériaux ruinés de la maison, chevrons arrachés, pierres fracasséesdAtelier en Fév. Mon travail 2AtelierMon travail en FévrierAtelier en Fév. Mon Travail 3Vancau dans son atelier2Vancau dans son atelierEn ce mois de Janvier nous avons aussi la visite de nos amis Thierry Dion et Mireille Rousseau, un couple qui vit près Toulon et travaille à la Culture de la Mairie de La Seyne-sur-. Des anciens du Centre Dramatique ardennais, théâtre dont je me suis occupé fin des années 70 et qui est tombé en faillite, suite aux malversations de son directeur, notre ami  Michel De Paepe, en fuite, en France. Sur ces photos, il y a aussi notre ami sculpteur liégeois Attila Les Dion et tutta la famiglia à Moircy

Les Dion et tutta la famiglia à -2

Et en Février c'est PARIS à nouveau. Je suis en effet sélectionné  avec une dizaine de peintres belges,  pour une Expo sur "Le  Livre comme Objet d'Art" organisée à la Galerie NRA (Nicole Rousset Altounian) qui se tiendra au Forum des Halles en plein chantier à cette époque, rue du Jour, la rue qui passe derrière l'Eglise Saint-Eustache. Je suis accompagné par un ami de Libramont, lui aussi sélectionné , Jean-Pierre Devresse, son frère Etienne, et Céline ma femme. Le voyage commencera par un procès, payable cash à Rethel sur la route de Reims, là où Paul Verlaine enseigna jadis. Collège dont il s'est fait renvoyer 

Voici le lieu où nous allons exposer: L'Entrée de la rue du Jour avec à droite l'Eglise Sainte-Eustache et l'entrée de la galerie de 3 étages, qui est en fait une maison complètement imbriquée dans l'Eglise La Galerie NRA, Rue du JourLa Galerie NRA, Rue du Jour-2NRA Affiche

NRA Paris-Sélection Devolder

Presse Vancau 054+-0 NRA 2 Sélection belge

 

+-0 NRA Sélection belge

Nous avons retenu un hôtel dont je suis familier à l'époque, l'Hôtel de Roubaix, situé rue Greneta entre la Boulevard de Sebastopol et la rue de Turbigo, cette rue menant à la pittoresque Eglise Saint-Nicolas des Champs, à deux pas du "Trou des Halles" et du Centre Pompidou (inauguré en 1977)et donc du Centre Wallonie-Bruxelles, situé face à Beaubourg, rue de Quincampoix et inauguré en 1979 en présence d'Alechinski, Folon, Bury et Roulin). Voici l'Eglise St Nicolas des Champs, la nuit. Notre hôtel c'est le portique illuminé à gauche de la rue Greneta  Greneta et St Nicolas des Champs

 Après avoir pris possession de nos chambres, nous allons déposer nos travaux à la Galerie NRA. Passage forcé par le Trou des Halles, les anciennes Halles, le Ventre de Paris, ayant été démantelées et transportées  à la Villette et à Rungis. Voici le chantier à l'époque

Les Halles 2 en 1981

avec ce fameux mur sur lequel des artistes ont peint des Personnages en trompe-l'oeilLes Halles 1 en 1981-Trompe l'Oeil

Et enfin les premières galeries commerçantes en constructionLes Halles 3 en 1981Le  forum sera opérationnel en 1979 avec l'inauguration du 1er Centre commercial comportant en sous-sol, la plus grande gare souterraine du monde, celle du RER Châtelet-Les Halles 

Les Halles construites au départ par Napoleon avaient été recouvertes en 1863 par l'architecte Victord BaltardHalles de Paris, 1863

et en 1970, sous Giscard, on décide de les transporter à la Villette et à Rungis. Un espace vert sera aménagé à leur place ,avec des centres commerciaux et une gare RER "Châtelet-Les Halles". Voici l'espace en 2004

Les Halles en 2004

Là, nouvelle décison de changements. Multiple projets. C'est celui des arcitectes Patrick Berger et Jacques Anziutti, le Projet du petit carreau des Halles, qui s'imposera

Les travaux ont commencé en avril 2011. Et on recommence....300px-P1010076 Paris Ier Les Halles Travaux 2011

Et après NRA nous allons nous promener dans Paris. D'abord voir une exposition sur l'Allemagne aujourd'hui. Tous  les grands noms de la peinture allemande contemporaine des années 70

Expo Allemagne aujourd'hui

Anna Oppermann est ses chambres vôtives Ana Opperman

Eva-Maria SchoenSchoen

Michaël BUTHEMichel Buthe

Joseph BEUYSBeuys

Sigmar POLKESigmar Polke

Germaine RICHIERRichier

Wolf VOSTELL et ses camps concentrationnairesWolf VOSTELL

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article