Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 09:52

 

Nous quittons Mostar pour prendre la route de Sarajevo que nous ne connaissons pas encore et qui est située à une centaine de Kms au Nord de Mostar. Et me voici devant le fameux pont où l'archiduc François-Joseph d'Autriche, héritier du trône de l'Empire austro-hongrois, a été assasiné par un serbe de19 ans, Gavrilo Princip, le 22 Juin 1914, ce qui a provoqué (et non causé) le premier grand charnier du 20e siècle, excusez du peu .

Je viens d'aller voir les traces de pas de Princip, fixées dans le béton, sur le pont au moment où il a tiré au pistolet sur l'archiduc et sur son épouse tchèque. Je suis en pleine histoire contemporaine. Suite à celà, l'Autriche, pays à la décidément très sombre histoire, déclenchera la Première guerre mondiale, elle n'attendait que celà. Après celà, quelques brochettes, dans ce restaurant de Sarajevo, qui surplombe la ville, avec ma fillette Valérie, à qui j'ai raconté ce merveilleux morceau, je devrais dire lambeau, d'humanité. Nous sommes évidemment loin de nous douter des surprises que nous prépare encore Sarajevo. les Balkans ont toujours été une poudrière. Princip qui n'avait pas 20 ans, n'a pas été exécuté ; on l'a laissé mourir dans la prison de Therezin  en 1918,
l'âge de 23 ans. Ce matin-là nous avons aussi parcouru le Marché de Sarajevo, pas de doute - nous sommes bel et bien en Orient avec les Mosquées  et tous les accessoires de rigueur. Bien sympa, par ailleurs. Il faut photographier, j'allais dire dégaîner très vite, car les musulmans n'aiment pas qu'on les prenne en photos
 

Le grand mot que l'on entend partout c'est Billig ou Billiger, le mot allemand qui signifie " bon marché". Nous sommes tous les trois, blonds aux yeux bleus, donc blonds aryens, c'est peut-être celà. Pas seulement, car il y a l'ancien royaume d'Autriche là--derrière et aussi beaucoup de touristes germaniques, criant toujours beaucoup plus fort que tout le monde, s'imaginant sans doute que le monde entier continue de leur appartenir. Dans n'importe quel pays, dés qu'il y a deux touristes allemands, vous êtes tout de suite au courant, surtout si ces deux touristes sont en groupe. Je me suis affronté avec eux à plus d'une reprise et dans leur langue "Schweigen, bitte, sie sprechen zu laute, Oberstürmen Führer" Sous-entendu "On a déjà donné"
 

Ceci dit le marché est très "couleur locale". Population rurale et artisanale, très loin d'avoir atteint la prospérité promise par les plans quinquennaux, comme on pourra en juger par les images qui suivent
 

Et ensuite nous remonterons en Belgique par Banja Luka, dernier village de Bosnie, afin de vivre de nouvelles aventures


 

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 09:43

 

Après neuf jours de pluie, on en a ras-le-bol et nous décidons de descendre vers le Sud comme nous l'avions déjà fait en 1967. Et du coup, il fait plus beau.

Nous repassons à Split, puis peu avant Dubrovnik, nous prenons à gauche et remontons la vallée de la Neretva en direction de Mostar et nous allons vite réaliser que nous nous retrouvons en pleine athmosphère turque, disons musulmane, dés notre arrivée à Mostar.

La vallée de la Neretva est une vraie merveille, que nous allons longer pendant près de 50 Kms, avant d'arriver dans cette superbe petite ville de Mostar (Stari Most ce qui signifie "Vieux Pont") et de son pont étonnant, détruit hélas en 1993, par les Croates. Mostar est toujours partagée par deux ethnies rivales, les Croates à l'Ouest et les Bosniaques à l'Est. Eternelle stupidité des hommes. Ce pont en "arche en dos d'âne" avait été construit en 1566 sous le règne de Soliman le Magnifique. Quand nous l'avons traversé, on y jetait des pièces dans la Néretva et des garçons plongeaient du pont pour aller les chercher (20 mètres de haut) au fond du fleuveMostar- Neretva-Vieux Pont-1968

Patrimoine mondial de l'Unesco, il a été reconstruit de 2001 à 2004, avec les pierres des carrières environnantes, mais ll n'a plus le même charme que sur cette photo prise en 1969.
 Nous allons déjeûner la-bas à l'ombre d'un soleil de plomb.

Et voici très exactement l'ambiance de cette longue rue de Mostar qui borde le Neretva et le vieux pont. Valèrie ne semble guère rassurée, pourtant il est gentil le monsieur, mais voilà c'est sa première tête de Turc (il y en aura bien d'autres par la suite...Valérie, si tu me lis sur mon blog, avoue que je ne dis que la stricte vérité)
 

Village très calme, pas de voitures. Nous avons dégusté une savoureuse goulash dans un plat en étain; que j'ai toujours dans mon coin de feu en bas
 

Je rappelle que cette petite ville a été construite au 15e siècle, a fait partie de l'Empire Ottoman jusqu'en 1878, date à laquelle elle est passée sous la domination de l'Empire austro-hongrois et en 1918, avec toute la Bosnie est devenue partie constituante de la future Yougoslavie.

 

Suivent des images du pont détruit  par les Croates en 1993, du nouveau pont, inauguré en 2004 et des photos de l'ensemble du village Mostar-Pont détruit en 1993 par les Croates






























Mostar-Pont reconstruit en 2004
















































Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 09:36

Cette fois nous voici partis le 2 Juillet 1969, pour l'Istrie,

Cette péninsule yougoslave située entre Rijeka et Trieste-Venise, monde tout à fait à part, presqu'une île, emplie de mémoire romaine (les arênes de Pula) Nous allons planter notre tente à RABAC, côté Est de la péninsule et nous aurons  la pluie pendant 9 jours.

Epouvantable ! Nous visiterons toute la presqu'île et ferons un bond jusqu'à Venise, pour la première fois. j'en serai fortement impressionné. Et à Venise, en plus, pas de pluie. Cette visite va avoir une influence sur ma création future, au travers des bites d'amarrage bariolées des gondoles (futurs Totems) et aussi  bien entendu au travers de l'omniprésence de l'eau et de son effet-miroir, que l'on retrouve dans mon territoire actuel. Venise est à l'extrême gauche de cette carte. Dans le fond les Alpes bavaroises qu'il nous faut franchir en train. Pour la lisibilité des lieux, regardez la petite carte jaune. Venise est à gauche de Tr

Trieste et notre camping à Rabac est à droite Rabac en Istrie-Juillet 1969

de la presqu'île et au milieu. Nous visiterons principalement Labin, Pula, Rovinje et Porec, ainsi que Rijeka, Trieste et Venise
 

Ci-dessous une vue de notre camping à Rabac. Une baie complètement isolée au bord de la mer. Le rêve, hélas.. la pluie. Notre tente verte était dans les bosquets près de la caravane orange
 

Chaque jour on se disait, peut-être demain, oui sûrement, on est en juillet, on est dans le sud, ce n'est pas possible. Nous nous sommes un peu liés à un couple de Mulhouse et nos voisins venaient de hongrie mais ne parlaient que le Hongrois. Pas de regrets. On a vu Trieste, qui est loin de valoir Venise.

On est aussi allés voir les fameuses cascades de Plitvice. Plitvice le mini-Niagara, un parc naturel classé dans le patrimoine international de l'Unesco, extraordinaire avec ses16 lacs aux eaux bleu-turquoise, coulant en cascades à travers de la roche calcaire. Les différents barrages des lacs ont été formés par des dépôts calcaires de travertines. Plitvice c'est aussi le paradis des Libellules et celui des Ours, des Loups et des Lynx. Sur les photos du bas, Céline, et Valérie ( 6ans ), dont c'est le premier grand voyage
 

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:40

 

Le 26 Mai 1969, nous avons les premiers Etats Généraux de Planète-Belgique à Villers-la-Ville et je suis élu vice-coordinateur des Ateliers Planète Belgique, le responsable principal étant le Bruxellois Robert Scheiber, travaillant aux Communautés européennes. Voici le comité directeur se promenant le long de l'Abbaye de Villers-la-Ville,' à savoir de droite à gauche, Jeanine de Bakker, secrétaire belge du mouvement et travaillant aux Editions Dupuis, Christian Vancau déguisé en banquier, Robert Scheiber, Claude Klein, secrétaire-coordinateur, et le couple "Roger Decamp", le juriste qui va s'occuper des statuts
Et précisément voici la réunion du 15 Juin, chez moi à Liège, rue Fond Pirette où nous avons rédigé les statuts de Planète-Belgique Asbl, avec le couple Decamp, Claude Klein et Jeanine de Bakker, tous venus de Bruxelles. Il fait chaud et nous sommes dans la cour basse de notre jardin étagé. C'est très barbant les statuts.

 

Nous avons cette année postposé nos vacances de mai-juin, car nous attendons la visite de notre ami David Hoffman, le Californien de Yougoslavie qui revient du Népal. Nous partirons en Yougoslavie en juillet.David Lee Hoffman-Liège-Belgique-Eté 1969

David arrive le 20 Juin er nous organisons une réunion Planète le 21 Juin en soirée. En effet David Lee Hoffman a ramené du Népal, du hash d'excellente qualité et  nous allons pour la première fois, expérimenter la drogue, ce qui nous paraît très excitant. Voici donc les préparatifs éxécutés par David. Nous allons planer (planèter) un peu ce soir-là, mais en ce qui me concerne, beaucoup trop peu. Mais bref c'est une initiation qui restera pour la plupart d'entre nous, sans lendemain. Sur la photo du bas, côte à côte, Jean-Pierre Michaux et Jean-Pierre Ransonnet qui commencent à léviter tout doucement. Nous allons entrer dans une sorte de léthargie méditative mais nous sommes guidés par David qui sait très bien utiliser la drogue à des fins métaphysiques. Il est de plus en plus orienté "Bouddhisme tantrique tibétain" et ses voyages ont désormais une destination unique qui est, Nord-Est de l'Inde et Népal, au sein des monastères bouddhistes. Il ne restera chez nous que du 20 au 23 Juin et reviendra en 1972, après notre emménagement dans les Ardennes en 1971. Ci-dessus une photo historique avec de gauche à droite, Jean-Pierre Collignon, Jean-Pierre Ransonnet, David Hoffman et Marcel Reynders. Un seul d'entre nous, David a disparu. il est devenu Lama en Californie à Oakland. Je le recherche en vain depuis des années. Ca ne m'étonnerait pas qu'il soit allé vivre à Daramsala, parmi ses frères métaphysiques, bien loin des senteurs nauséabondes  de l'Amérique de Bush

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:39

 

Dès octobre 68, j'écris à Paris et rédige une  lettre ouverte que je glisse dans tous les numéros de la Revue "Le Nouveau Planète, dans toutes les librairies liégeoises et tout de suite, j'ai un courrier abondant en retour. Dés octobre je rentre en contact avec José Bedeur, un Hutois, professeur de langues et c'est à nous deux que nous allons jeter les bases du futur atelier. José Bedeur qui deviendra un grand jazzman belge, par la suite. Et donc en Janvier 1969

j'organise une pré-réunion des gens intéressés, chez moi, rue Fond Pirette à Liège. Voici les photos de mon living ce soir-là. Les artistes liégeois reconnaîtront, face à face, les peintres Jean Hick (à gauche)et Jacques Luinyst à droite (Jacques-Louis Nyst)
A droite en bas et sur la droite de la photo, Jeannette, l'épouse du peintre Armand Silvestre, née Jeannette Caron, fille du peintre Caron et derrière à-demi caché,

Armand Silvestre, souriant avec ma belle-soeur, à côté de lui. Dans le fond ma première guitare. Cette réunion n'aura pas de suite effective. On ne peut pas encore parler d'une structuration d'Atelier. Nous tâtonnons. Je me souviens qu'il y avait pas mal de gens de la région de Huy, d'Amay et de Tihange, très motivés par la Centrale nucléaire de Tihange installée près de chez eux
 

Ce ne sera que le 23 Mars 1969, que je serai convoqué à Bruxelles pour rencontrer les collaborateurs du mouvement Planète de Paris. J'irai avec mon ami et collaborateur professionnel à la banque, Jean-Pierre Michaux et avec une amie liégoise, artiste, Denyse W.
 

Les contacts continuent de s'intensifier mais ce n'est qu'au mois de Mai 69, que notre atelier va réellement naître et devenir effectif et que nous allons avoir à Bruxelles, la première rencontre des Ateliers belges.
 

  Notre atelier s'appellera Pulsar, nouvelle planète repérée dans l'Univers à cette époque. Si notre première réunion effective a lieu chez Ransonnet, mon beau-frère, rue des Anglais, c'est le 31 mai 1969 que nous aurons notre premier WE Planète-Pulsar, à On, chez mes beaux-parents absents. Une vingtaine de personnes, enfants compris. (Je suis le président-formateur de cet atelier, mais nous ne voulons pas de cette appellation de "Président" et je suis donc "Coordinateur")

suis donc "coordinateur". Ci-dessous, Jean-Pierre Collignon sur les marches de la maison de ON. Il a lu ma lettre, il est venu. Quarante ans plus tard nous sommes toujours amis. Ensuite voici une partie du groupe de ce premier WE "Planète"Des noms disparus résonnent encore à mon oreille. Pepin et Dupont, les deux "Rose-Croix",
 

Van Gerven, l'homme qui racontait des blagues, les 3 enfants à l'avant-plan c'est de gauche à droite, Martine Reynders, Ma fille Valérie, et Fabrice Collignon, fils de Jean-Pierre. Ici à droite au 2e rang, il y a Marcel Reynders et ma belle-soeur, Céline au bras de Jean-Pierre Ransonnet, Jacqueline et Jean-Pierre Michaux (mon collègue à la Banque) et Josette Reynders et Jean-Pierre Collignon au fond du premier rang.

Quarante ans après, je suis encore en contact avec 6 des personnes de cette photo, plus José Bedeur qui n'a fait que passer ce we-là, plus d'autres personnes qui arriveront dans l'atelier plus tard, à la rentrée (Le couple Rikkers par exemple). Il y a aussi un absent de jour-là, c'est Raoul Crahay, le décorateur rencontré pendant mon service militaire et avec lequel je suis toujours en contact aussi. A noter que parmi ceux qui sont restés en contact, tous  les couples se sont séparés y compris le mien

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:37

Voici une photo du Nouvel-An 68-69, lors du réveillon passé avec la collègue de Céline chez Butch Couture, Marie-France, qui sort avec un turc d'Istanbul (Usküdar),Savaç Manço (pron. Manccho). Pure coïncidence après notre séjour à Istanbul ! Une de mes constantes est d'avoir toujours eu des amis étrangers. J'ignore pourquoi, je constate ! Savaç est à gauche, coupé en deux. Il est officier de la Marine marchande belge.

Ce réveillon clôture une année 1968, bien remplie. Je continue de fréquenter mon psychanalyste, Robert G., membre de l'Association Internationale de Psychologie Analytique de Zürich (Fondateur C.G. Jung) et membre de l'Institut International de Psychologie et de Psychothérapie de de Genève (Fondateur Charles Baudouin)Le Nouveau Planète-Sep/oct 1968- Création des Ateliers Planète-Louis Pauwels

 

En outre, en septembre-octobre 1968, le numéro 1 de la Revue "Le nouveau Planète"(successeur de la Revue Planète publiée depuis 1961), vient de paraître et a lancé un appel aux lecteurs, suite aux évènements de mai 68.
 

Louis Pauwels, écrivain et journaliste français, auteur de plusieurs romans, dont "Saint Quelqu'un et" L'Amour monstre", cité par Gainsbourg dans une de ses chansons et classé second du prix Goncourt 1954, auteur en 1961, du Matin des Magiciens avec Jacques Bergier, de "Monsieur Gurdjeff", fondateur de la Revue Planète en 1961, cent mille lecteurs en quelques mois, lance "Le Nouveau Planète" dont voici la couverture ci-dessus et propose de créer des Ateliers Planète en France et à l'Etranger, dans une lettre ouverte figurant dans ce premier numéro. Cette lettre m'emballe, j'écris à Paris, et j'attends une réponse qui ne va pas tarder.

La revue Planète en 1966 s'est employée avec Gérard Blitz, à donner un contenu culturel aux villages du Club Méditerranée et a tenté de mettre sur pied une "Université parallèle " en étant présente à la Sorbonne et en organisant des évènement mémorables à Paris (le Vaudou sous une tente à Puteaux, les derviches dans un hôtel particulier, les chanteurs noirs de la révolte dans une salle de judo, la première de la Neuvième Symphonie de Béjart au Palais des Sports...)
 

Louis Pauwels écrit donc dans ce premier numero " Nous recommençons à zéro car nous avons manqué être défigurés et consentir à l'être dans la seule mesure où nous n'avons pas été assez avec vous. Dans la mesure où nous avons consenti aux rapports traditionnels entre "le lecteur", finalement considéré comme "client" et les animateurs, finalement assimilés par le système et par d'insidieux délabrements de leur propre conceince, à des "marchands". Et à la notion de public, encore faut-il substituer la notion de famille d'esprits. En même temps qu'une nouvelle revue, nous allons créer des ATELIERS PLANETE ! Qu'y fera t'on ? Modestement, mais sérieusement, on y expérimentera la "puissance d'ouverture" de l'esprit libre, nécessaire à l'élaboration du monde de demain. On y traitera de tout: arts, sciences, politique, philosophie, religion, économie, affaires sociales, pédagogie etc.... Et ceci dans l'esprit de tolérance et de liberté, cherchant bien plutôt ce qui unit les hommes que ce qui les divise.
 

Si vous êtes décidés à participer à leur création, ou simplement tentés, ou simplement curieux, écrivez-nous d'urgence. Nous n'avons aucune idée préconcue sur la structure de ces ateliers. Mais ce sera nécessairement une structure ouverte, puisqu'il s'agira de centres de travail, de dialogues pour tous ceux qui éprouvent douloureusement la sclérose des organismes constitués"
 

J'ai donc réagi immédiatement..

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 07:36

 

GETTING STRAIGHT

Nous rentrons donc à Liège le 14 Juin 1968 et nous commençons seulement à ce moment-là, à réaliser ce qui s'est passé pendant notre absence. Nous avions bien une radio lors de notre voyage mais les postes français étaient inaudibles, sauf une fois à Skopje où nous avions pu capter quelques bribes.
 

A notre retour nous commençons à mieux comprendre les évènements. Je dirais que moi je me sens déjà un vieux dans cette révolte d'étudiants. A 30 ans, j'ai l'âge de leurs profs
Nous nous retrouvons donc à Paris fin octobre 1968, un Paris déjà repavé, pour un triple périple. Plus question d'aller rue Mabillon, occupée désormais, par les frères et soeurs de mon ami décédé. Nous prendrons donc un hôtel dans le quartier de la Montagne Sainte-Geneviève, rue Laplace, et je découvrirai, la rue Mouffetard et La Contrescarpe, que je ne connaissais pas.

Nous irons d'abord chez mon ami Elio Marinelli qui va se marier, chez lui, boulevard Saint-Germain n°145, près de chez Lipp, dans une des maisons en renfoncement du boulevard, direction Raspail. Sur la photo du haut de droite à gauche, moi, Elio et Céline et en bas, moi, Céline, Victor Obadia, le Marocain, grand ami d'Elio , la femme d'Elio et son amie. Elio m'offira pour mon anniversaire du 1er Novembre, "L'Attention" de Moravia avec une dédicace sur "La disattention". Il s'apprête à reprendre "La Maison du Livre Italien" au 28 de la rue de Grenelle, tenue par sa tante. Nous ne nous reverrons jamais
 

Ensuite nous allons à la Cité des artistes à Montparnasse où nous avons des amis récents, peintres et graveurs. Il s'appelle Paul Franck, et elle Michèle Andal, fille du peintre Landau. Ils viennent tous deux d'exposer à Liège, à l'inititaive du couple Vandeloise et c'est là, à la Galerie Baudoux, que nous les avons rencontrés. Ils ont un atelier-studio à Montparnasse et nous y passons la journée ensemble. Remarquez au passage la magnifique presse sur la photo de droite

Enfin nous irons passer quelques jours à Saint-Cloud, chez mon ami Maurice Rousseff, le Bulgare de Liège, et sa future femme Catherine, fille d'un médecin de Cambrai.

Au cours de ce séjour j'essaierai de rejoindre Michel Lancelot sur son plateau de campus, célèbre émission d'Europe 1, à l'époque" mais nous nous manquerons de peu. Qui se souvient de Michel Lancelot, de sa célèbre émisson Campus, sur Europe 1, et de son prix de l'Anti-Goncourt pour son livre "Le Lion dort avec ses dents" (Prix des Créateurs 1974) et de son émission exceptionnelle du dimanche après-midi sur A2 "Un Jour Futur", à partir de 1975 (Un après-midi entier avec Marlon Brando, les Beatles, Orson Welles, Iannis Xenakis, Jacques Higelin  etc...( Ecouter le générique ci-dessus) Lancelot c'était "LE" journaliste de .

1968. Il a écrit deux autres livres, "Campus" en 1971 et "Je veux regarder Dieu en Face" en 1968. Né en 1938, en Autriche, d'une mère autichienne et d'un père irlandais, il est mort en 1984 en regardant un match du PSG. Il avait 46 ans. Leo Ferré lui a dédié une chanson "Michel"; La video en annexe est issue du générique de l'Emission "Un Jour Futur", lui-même issu de la musique d'un film de Ronald Stein "Getting straight"
 

En annexe deux photos de l'appartement de Saint-Cloud avec Boris sur la photo du bas. Boris, après son Droit à Liège a fait une licence à l'Insead à Fontainebleau ( Ecole de l'administration et des Affaires ), ce qui explique sa présence à Paris pendant quelques années

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 06:54

CECI est un journal turc acheté le 6 Juin 1968 sur le Port de Galata à ISTANBUL. Robert KENNEDY vient d'être assassiné

Encore un souvenir d'Istanbul. Un matin, c'était le 6 juin, j'arrive au port de Galata, noir de monde. Et mon regard tombe sur les journaux turcs devant une aubette. Et je vois ceci. Et je me dis: "Non ce n'est pas possible, John est mort depuis 5 ans (22 Novembre 1963), c'est un anniversaire ou quoi ???"

 

Je m'approche et je vois le photo de Robert et bien sûr je ne pige pas un mot du texte. J'ai bien essayé d'apprendre le turc avant de partir, mais c'est impossible; c'est vraiment une langue très difficile.
 

Alors j'interroge des touristes, en anglais. Et on me dit..." que Ted a été assassiné la veille mais qu'il vit encore- (il a tenu pendant 25 heures). Il était Sénateur et candidat à la présidence et prenait un bain de foule à Los Angeles. En rentrant dans son hôtel "Ambassador", il a été abattu de quatre balles par un Jordanien Sirhan Sirhan qui lui en voulait de son soutien à Israël pendant la guerre des 6 jours en 1967. Sa femme qui était à ses côtés attendait son 11e enfant"
 

Je suis pétrifié et j'achète le journal que voici. C'est une manie chez moi d'acheter les journaux de tous les pays que je traverse et j'ai toute une bibliothèque avec ces journaux classés par pays et par dates. Il ne m'a donc pas fallu cinq minutes pour retrouver celui-ci
Terrible année que cette année 68, puisque Martin Luther King a été assassiné le 4 avril  et que les évènements de mai se propagent dans le monde entier, Chine comprise (Révolution culturelle)

 

Ci-contre, Robert Kennedy avec le groom de l'Hôtel Ambassador, à Los Angeles, alors qu'il

vient d'être abattu

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 09:36


Le 11 Juin à 8H00 nous nous faisons PEC-TITOGRAD et DUBROVNIK. Nous passons le col de Cakor, puis c'est Kolasin et puis Titograd à 12h35. Là, nous dinons à l'hôtel avec un Yougoslave, étudiant à Titograd, Martin Ujkaj. En suite on gravit le mont Lovcen, ensuite les bouches du Kotor à 17h35 et on pousse jusqu'à Dubrovnik. On arrive au camping Adria Stop à 19h00.
 

Le lendemain nous repartons vers Starigrad (Zadar) et faisons halte à Split à 13h00 où nous déjeûnons. Nous arrivons à notre camping préféré à Starigrad-Paklenica à 17h3O. 428 Kms depuis Dubrovnik.
.Et voici Split, la Dioclétienne, pour la 3e fois en ce qui me concerne. Et quelle ville !!!

De Starigrad, nous repartirons le 13 Juin pour Jesenice au Nors de Ljubljana, via Rijeka, et Postojna. Nous logerons au-delà de Jesenice dans une pension de famille. Ca sent l'Autriche toute proche. Et le lendemain nous serons en Belgique par le train de Mallnitz. Un petit marathon commencé à 6H00 et terminé à 21H00 à Liège. 1060 Kms d'une traite ce dernier jour
 

 Kilométrage total du voyage = 6.486 Kms et la Coccinelle se porte à merveille. Pas le moindre pépin

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 09:28
EDERLEZY de Goran BREGOVIC: Le Temps ds Gitans

Photos prises à l'aller, à Zagreb et aussi en Bosnie et en Serbie; Populations très mixées. Il y a du turc, du Slave et bien entendu, du Tzigane. Voici d'abord un petit Tzigane," tzigarett, tzigarette, mossieu, molim, molim(s'il vous plaît en serbo-croate).Hvala, hvala" (Merci)Ce n'est pas moi qui lui ai donné la cigarette d'ailleurs je n'en avais pas. Je préférais donner quelques dinars de temps en temps, mais alors j'étais immédiatement entouré d'une grappe humaine de petits mendiants et il m'est arrivé de me faire faire les poches
Juste en-desous regardez à droite, la tzigane et son enfant slavo-russe, le Papa serbe n'est pas loin mais il a dû se tirer à mon avis car sa femme et son gosse n'ont pas l'air de rouler sur l'or. D'ailleurs la mendicité est omni-présente dans les rues

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Ma BIOGRAPHIE
commenter cet article