Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • https://t.co/WMu5oWiAYn
    https://t.co/WMu5oWiAYn Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e...
    J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture rouge avec photos Christian... https://t.co/uQZQbyZhvQ Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 J'ai reçu le 1er tome de ma Biographie, 2e mouture et nouvelle couverture...
  • https://t.co/vFbC5e52lE
    https://t.co/vFbC5e52lE Christian Vancau (@VancauChristian) September 23, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • https://t.co/n3fOdLsXMm
    https://t.co/n3fOdLsXMm Christian Vancau (@VancauChristian) September 22, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969
    Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une vraie tempête et nous partons en train avec Jean-Pierre Michaux et Marcel Reynders. Dés notre arrivée dans une serre magnifique où les tables sont déjà dressées, nous sommes...
  • Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans -...
    Bio125 Mouvement Planète. A.G à Orleans - Déc.1969 - le blog totems par : Christian VANCAU https://t.co/syTVczuVu0 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017 Lettre de Louis Pauwels datée de décembre 1969 Il neige à flocons drus, c'est une...
  • Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut...
    Christian Vancau Votre PDF MA BIOGRAPHIE peut désormais être téléchargé depuis l'adresse... https://t.co/xloUA5csh3 Christian Vancau (@VancauChristian) September 20, 2017
  • https://t.co/pPLeKPWBkx
    https://t.co/pPLeKPWBkx Christian Vancau (@VancauChristian) September 19, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/yD4hlUcVqS
    https://t.co/yD4hlUcVqS Christian Vancau (@VancauChristian) September 18, 2017 Christian Vancau shared a memory.
  • https://t.co/eIXLLD1WNc
    https://t.co/eIXLLD1WNc Christian Vancau (@VancauChristian) September 17, 2017 Christian Vancau shared his post.

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

8 septembre 2015 2 08 /09 /septembre /2015 05:08

St Martin Entre Apt etCérste599501 2513773619108 150674050

Ce même mardi 10 Février en redescendant de Viens sur la N. 900 en direction d'Apt nous tombons sur une tout petit village que nous visitons avant de prendre le pastis en terrasse au Café du coin, le Bar de la Fontaine. Rien que des "locaux", tout ce que j'aime. Il fait froid mais on est bien couverts et on finira par manger dehors pour la première fois. On sympathise avec le patron qui ressemble un peu à Alain Souchon. Ce village est lui aussi magnifique. Jugez-en. C'est aussi un des points d'ancrage de Guy D'Amore (voir Facebook)de Martigues mais à cette époque je ne le connaissais pasCéreste-Montjustin039new 090727153146 39new 090727153105 44new 090727153411 21new 090727153254 62new 090727153523 37new 090727153450 96new 090727153631 65new 090727153558 71new 090727153710 92new 090727153822 45new 090727153754 69

new 090727153858 77new 090727153003 24

 

Et voici encore quelques photos qu'un ami Facebook, Guy d'Amore m'a envoyées en cette fin 2012. Il est de Martigues mais possède un pied à terre à St MartinSt-Martin557635_2513580334276_1743566751_n.jpgSt Martin Entre Apt etCérste599501 2513773619108 150674050St Martin du 343475189 nSt Martin557635 2513580334276 1743566751 n-copie-1Le Bar de la FontaineSt Martin du Castilhon223633 2513424770387 968187007 nSt Martin47409 2513434610633 1047338261 nApt-Villars-St-Martin--new_090728171721_57.jpg

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 07:07

 

La technique de la pierre sèche met en oeuvre sans mortier, des blocs de pierre irréguliers, peu épais, appelés LAUZES. L'origine des bories, cabanons voûtés utilisant ce mode de construction, remonte au néolithique. Ells ont été bâties jusqu'au début du XXe siècle mais la plupart des exemples qui subsistent datent ds XVIIIe et XIXe siècles, époque de développement agricole et de conquête de nouvelles terres. Le choix de ce type d'architecture répondant à la nécessité d'épierrer les sols pauvres des plateaux calcaires, pour y permettre la mise en cultureVillage des Bories-Gordes-Pierre sèche-Fev2009L'origine des Bories à Gordes, remonterait aux Ligures qui peuplaient la région plusieurs siècles avant notre ère. Les bories que l'on appelle ausi familièrement dans le pays "cabanes gauloises" sont bâties en pierre sèche, c'est à dire sans mortier, selon le principe de la fausse voûte en encorbellement. La construction de cet habitat traditionnel utilisant la pierre trouvée sur place s'est perpétuée jusqu'au siècle dernier. Le village des bories restauré entre 1969 et 1976 nous aparaît tel qu'il s'élevait lorsque ses derniers habitants l'abandonnèrent, au début du 19e siècle.Le Village des Bories-Gordes-LuberonVoici quelques exemples d'arbres et arbustes typiques du Luberon. Le Chêne vert, le Chêne blanc et le Cade, de son vrai nom, le genévrier à cade ou oxycèdre avec des baies orange, qui pousse dans les garrigues du bassin méditerranéen.
  Voici tout d'abord un cade et un chêne vert à l'arrière-plannew 090719222729 23new 090719222557 86
Ensuite un chêne blanc(arbre de l'Ubac des montagnes) et derrière lui un chêne vert

l
I
y a aussi le Laurier Tin ou Viornenew 090719222835 63Les Oliviersnew 090719222959 68Et un gros plan du Genèvrier CADE

 

L'INTERIEUR des BORIES 

Le village des Bories se trouve à 4 Kms au Sud-Ouest de Gordes. Ces habitaions en pierre sèche parsèment la Haute Provence. 3000 constructions de ce type existent rien que dans le Ventoux, le Luberon et la montagne de Lure. Ici, regroupées en hameau, elles semblent tout droit sortir de la préhistoire, même si elles ont été construites du XIVe au XIXe siècle et abandonnées il y a 150 ans. Ruelles, bergeries, cuves à vin et fouloirs, magnanerie (vers à soie), ont été restaurés à partir des années 50. A l'intérieur des bories qui servaient d'habitation, on en apprend un peu plus sur le mode de vie des paysans: mobilier réduit à sa plus simple expression (de simples cavités aménagées dans les murs pour ranger la vaisselleL'intérieur des Bories à Gordes-fév.2009L'intérieur des Bories-Gordes-Fév.2009

new 090719222927 42

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
6 septembre 2015 7 06 /09 /septembre /2015 07:04

Et dans l'après-midi de ce mercredi 4 Février, nous décidons d'aller à SIVERGUES, petit hameau perdu et en cul de sac, de 39 habitants au total, situé à 11 Kms au Sud d'Apt et dominant le vallon de l'Aiguebrun. IMGA0561Ce village est marqué par son passé religieux ayant opposé protestants et catholiques. Plusieurs familles vaudoises ont vécu à Sivergues. Sivergues est prolongé par deux mini-hameaux. auxquels on accède par un chemin de terre, en l'occurence Le Castelas et...Paris.Nous sommes dans le Vallon de l'Aiguebrun , au coeur même de la Chaine du Grand Luberon. Voici donc ce village étonnant qui compte une galerie d'Art tenue par une peintre locale. Nous y avons rencontré Madame La Maire, Madame Martin, et son Conseiller municipal. Ni café, ni magasin. On fait ses courses à Apt au Marché, le samedi. Il y a un grand gîte d'étape derrière la Mairie (voir dernière photo en bas de page)

Si la tradition fait remonter le hameau à la fondation d'un couvent au Ve siècle, par la femme du premier evêque d'Apt, Castor, aidée de ses 6 compagnes, l'agglomération réelle naît à l'aube du XVIe siècle, avec l'installation de sept familles vaudoises, appelées  par les seigneurs pour cultiver les terres abandonnées
Jusqu'au siècle dernier la communauté resta essentiellement protestante

Bien que paraissant vivre en marge de la civilisation, Sivergues est enveloppé d'une athmosphère particulière qui n'échappera pas aux vrais amoureux de la nature; ils ne regretterons pas le détour pour ce site si merveilleusement décrit par Henri Bosco

 

IMGA0562IMGA0563IMGA0571IMGA0572

IMGA0573IMGA0574IMGA0576IMGA0577IMGA0578IMGA0587IMGA0589Et voici la Mairie de Sivergues. Sa "Maire" est sur le point de sortir et en dernière photo, le Gîte d'étape, attenant à la Mairie

Votre location de vacances, chambre d'hôtes, hôtel, gîte, en Luberon et Provence. Direct propriétaires.

Le Castelas - Chambre d'hôte en Luberon - Sivergues

Descriptif

Auberge, gîte d'étape et restaurant au coeur du Luberon

Auberge, gîte d'étape et restaurant au coeur du Luberon

 

Le Castelas en Luberon : Ferme Auberge, Chambres d'hôtes,

 

gites d'étape, réception mariages, restaurant.

Un des plus beaux endroits du Luberon

Ferme auberge du 16ème siècle, sur un domaine de 160 hectares.

Le Castelas se situe sur les hauteurs de Sivergues (un des plus beaux village du Luberon),

dans un cadre exceptionnel, en pleine nature, propice aux randonnées, au repos.

Troupeaux de chèvres et de cochons en total liberté.

Produits de la ferme.

Le Castelas est ouvert toute l'année sur réservation.

 

Le Castelas est l'une des plus grandes fermes auberges du luberon

avec une capacité d'hébergement allant jusqu'à 65 personnes.

7 chambres de 2 à 4 personnes

3 dortoirs de 20, 13, 9 personnes

 

C'est véritablement un retour à la nature, dans un cadre confortable, que vous propose le Castellas,

dans un environement d'une rare beauté, au coeur de la Provence, dans le Luberon.

Nos prestations :

Tous les soirs et midis de l'année, le dimanche midi et jours fériés

Une formule à 30€ comprenant :

Sangria à l'apéritif

2 entrées provençales

Plateau de jambon cru

Porcelet rôti ou agneau braisé

Pommes de terre paysannes au lard

Plateau de fromages de chèvre différents affinages et son miel de lavande

Café et vin rouge du Luberon (à volonté).

 

PROPRIETAIRES

Ladu Gianni

Contacts

Tél. : 0033 (0)490 743 081
Portable : 0033 (0)699 307 957

  Contacter le propriétaire

ADRESSE

Le Castelas
84400 Sivergues
(Vaucluse)

 

 

IMGA0595IMGA0597IMGA0599D'Henri BOSCO dans" L'habitant de Sivergues": " Quand il prononcait le nom de Sivergues, le Petit Berger hochait la tête, puis se taisait longtemps, comme si ce nom montagnard eût contenu mille souvenirs magnifiques qu'il examinait un à un et entre lesquels il ne se décidait pas à choisir. Ah, mon beau Sivergues ! c'est bougrement perché Sivergues ! et perdu au diable ! Ceux qui l'ont bâti, on voit bien qu'ils n'ont pas fait exprès de monter là-haut  "

IMGA0600

 

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 17:39
Biographie de MAHOMET
Biographie de MAHOMETBiographie de MAHOMET
Biographie de MAHOMETBiographie de MAHOMET
Biographie de MAHOMETBiographie de MAHOMETBiographie de MAHOMET

Mahomet (en arabe محمّد - Muḥammad), Muḥammad ou Mohammed, nom complet : Abū al-Qāsim Muḥammad ibn ʿAbd Allāh ibn ʿAbd al-Muṭṭalib ibn Hāshim, est un chef religieux, politique et militaire arabe de la tribu de Quraych. Fondateur de l'islam, il en est considéré comme le prophète majeur. Selon la tradition islamique, il serait né à La Mecque vers 570 et mort à Médine en 632.

 

Les musulmans le considèrent comme le dernier des prophètes du monothéisme, au sens où il termine et scelle le cycle de la révélation monothéique abrahamique. Ses biographies rapportent qu'il récitait à ses premiers compagnons (sahabas) les versets du Coran, qu'il présentait comme la parole même de Dieu (Allah en arabe), transmise à lui par l'archange Gabriel. Le Coran aurait été compilé après la mort de Mahomet, à partir de transcriptions sur des supports divers, par ses disciples. Par ailleurs, ses actions et ses paroles forment la sunna, qui est la seconde source à la base du droit musulman.

 

La fondation de l'islam, l'importance de la culture islamique transmise par les différentes confessions musulmanes, l'impact de son message et les interprétations auxquelles il a donné lieu ont influencé différentes cultures et civilisations au cours de l'histoire, faisant de Mahomet un personnage historique de premier plan.

 

 

Principaux éléments

 

Historiographie

Le Coran n'apporte que peu d'éléments biographiques concernant Mahomet. Les sources premières de la vie de Mahomet résident principalement dans des textes d'hagiographes et d'historiens musulmans de rédaction relativement tardive, aux IXe et Xe siècles. Il s'agit essentiellement d'Ibn Ishâm, de Ibn S'ad et de Tabari, qui proposent une histoire aspirant à répondre aux questionnements religieux, politiques, juridiques ou sociaux de leur époque, offrant par conséquent une image dogmatique et décalée5 dont l'historicité est sujette à caution, sans toutefois affecter l'importance historique de cette façon de voir des débuts de l'islam. Cette représentation conditionne les élaborations doctrinales qui se développent notamment au sein des madhahib, les écoles juridiques.

 

Biographie

Selon les termes d'Harald Motzki, traduisant la difficulté à atteindre l'historicité du fondateur de l'Islam sous la forme d'une biographie classique, « d'un côté, il n'est pas possible d'écrire une biographie historique du Prophète sans être accusé de faire un usage non critique des sources ; tandis que, d'un autre côté, lorsqu'on fait un usage critique des sources, il est simplement impossible d'écrire une telle biographie. Parmi d'autres biographes, Alfred-Louis de Prémare cite ces propos afin de souligner la difficulté à laquelle sont confrontés les historiens qui tentent d'établir la biographie de Mahomet : il existe à son sujet peu de sources fiables du point de vue de l'historien, ce qui fait, selon lui, que « toute biographie du prophète de l'islam n'a de valeur que celle d'un roman que l'on espère historique. »

Origines

 
La naissance de Mahomet, représentée dans une miniature du Siyar-I Nabi, Istanbul, vers 1595.

Mahomet nait, suivant la tradition, vers 570 à La Mecque, une petite ville de la région du Hedjaz au milieu de la partie occidentale de la Péninsule Arabique, non loin de la mer Rouge. D'une manière générale, l'Arabie traverse à cette époque une période désastreuse et se trouve en grande partie dévastée et ruinée, en proie à une certaine anarchie 3.

 

Développée autour de ses puits et sous l'impulsion de la puissante tribu de Quraysh qui impose des périodes de trêve et assure la sécurité des marchands, La Mecque — ou Makka —, devient une des villes les plus actives de la Péninsule, contrôlant notamment la route commerciale entre le Yémen et le Proche-Orient. Son activité principale s'organise autour du commerce caravanier et des services - finance, entrepôts, bureaux… - nécessaires à son développement. À la veille de l'islam, La Mecque est néanmoins un centre économique modeste au regard des grandes cités caravanières comme Palmyre et Pétra, ses ressources apparaissent limitées et on y souffre régulièrement de la faim. Mais c'est également un important centre sanctuaire et cultuel polythéiste qui abrite la Kaaba et accueille des pèlerinages donnant lieu à de grands rassemblements, notamment au cours des trêves, coïncidant avec la tenue d'importantes foires.

Années mecquoises

Mahomet voit le jour au sein du clan Hashîm, une branche au statut élevé de la puissante tribu des Quraysh mais qui a perdu de son influence au sein de la ville dont le commerce caravanier renaissant est dominé par le clan Umayya. Mahomet connaît une enfance pénible marquée par la pauvreté. Son père meurt avant sa naissance et sa mère alors qu'il n'a que six ans. Il est alors recueilli par son grand-père 'Abd al-Muttalib puis, à la mort de ce dernier, par son oncle Abû Tâlib - le père de 'Alî - qui dirige désormais le clan Hashîm.

 
L'arrivée de Mahomet à la Mecque - miniature persane du XVIe siècle.

 

Arrivé à l'âge adulte, dépourvu de fortune, il embrasse la carrière commerciale en accompagnant les caravanes notamment en Syrie où la tradition veut qu'un moine reconnaisse sur lui le signe de la vocation prophétique. Il entre au service d'une riche veuve du nom de Khadîja qui lui confie ses affaires et qui l'épouse bientôt, mettant Mahomet à l’abri des soucis matériels et lui conférant une certaine reconnaissance sociale à La Mecque. De cette union, il a plusieurs enfants dont seules survivent quatre filles, Zeynab, Umm Kulthûm, Fâtima et Ruqayya.

 

Les années suivantes de sa vie sont peu documentées et l'on ignore précisément les influences extérieures qui ont pu s'exercer sur lui durant cette période. C'est quand il a une quarantaine d'années, vers 610, que s’opère le changement déterminant dans son destin : à cette époque, il a pris l'habitude de se retirer dans les grottes des environs de La Mecque, à l'instar de ce que font les hunafâ, des ascètes de tendance monothéiste ; il y vit alors une expérience spirituelle forte qui lui fait entendre une voix, plus tard assimilée à celle de l'ange Gabriel. Celle-ci lui enjoint de « réciter » la parole de Dieu mais Mahomet craint d'avoir perdu la raison et ne s'ouvre de son expérience qu'auprès de son épouse - qui l'engage à accomplir son destin prophétique - puis auprès d'un petit cercle comprenant son cousin 'Alî et son affranchi et fils adoptif Zayd.

 

Après quelques années d'hésitation, Mahomet entreprend de rendre publiques ses révélations mais, si sa prédication gagne à sa cause quelques adeptes essentiellement issus des clans de statut inférieur sensibles aux réformes prônées, elle lui aliène les familles influentes de l'aristocratie mecquoise et une partie de la population qui voit d'un mauvais œil le monothéisme prêché par Mahomet ainsi que ses attaques contre les divinités traditionnelles. En effet, celles-ci risquent de saper la prospérité économique de la cité, liée aux foires et aux pèlerinages, tandis que le rejet des cultes ancestraux risque de fragiliser le statut social des grandes familles. Certains des nouveaux disciples dépourvus de parentèle capable de les défendre sont alors l'objet de persécutions et sont contraints de s'exiler en Abyssinie vers 615, où les accueille le Négus chrétien. Mahomet est l'objet de vexations mais bénéficie de la protection de son oncle Abû Talîb ; cependant ce dernier meurt en 619 et est remplacé à la tête du clan par un autre de ses oncles, Abû Lahab, qui lui est hostile.

 

Avec la mort de sa première épouse à la même époque, Mahomet a perdu tous ses appuis et est contraint de chercher des soutiens hors d'une ville qui le rejette, non sans avoir converti quelques notables comme Abû Bakr et 'Umar. Mahomet cherche vainement à toucher la population de la ville voisine de Tâ'if, avant de trouver un accord avec la ville plus septentrionale de Yathrib où, en 621, les habitants lui demandent de trancher un conflit entre les deux tribus principales. Le succès de cette médiation gagne à sa cause une partie des habitants de la ville qui reconnaissent son autorité, renoncent aux idoles et lui promettent lors d'une rencontre à Aqaba de l'accueillir et de le protéger. L'année suivante marque la « migration » - hijra ou « hégire » - des partisans mecquois de Mahomet qui, au nombre d'une septantaine, abandonnent alors progressivement La Mecque pour Yathrib. Mahomet et Abû Bakr sont les derniers à partir, le 24 septembre 622, date que retient plus tard 'Umar pour marquer le début du calendrier musulman.

Période médinoise

Yathrib est également appelée Madînat al-nabî - la « ville du Prophète » - ou Médine. Là, Mahomet se mue en chef unificateur d'un État théocratique monothéiste qui dépasse les divisions tribales traditionnelles, commençant par former une communauté unique entre les Muhâjirûn - les « Émigrants » mecquois - et les Ansâr - les Auxiliaires [du Prophète] convertis de Médine. Cette communauté supra-tribale réunie sous l'autorité de Mahomet se concrétise à travers un ensemble de documents, connu sous le nom de « Constitution de Médine » par les historiens modernes, qui précise les droits et devoirs des différents groupes médinois, musulmans, juifs et polythéistes. Cette nouvelle communauté de nature religieuse - l’Umma - est ouverte à chacun par la conversion, indépendamment de son origine tribale ou ethnique. L'Umma initiale devait ainsi probablement inclure les trois tribus juives médinoises qui devaient participer à la défense de la ville.

 

Si Mahomet semble avoir voulu gagner la reconnaissance, voire l'adhésion des tribus juives de Yathrib par l'adoption ou l'adaptation de certaines de leurs pratiques - jeûne, prière de midi, institution de l'Achoura, à l'imitation du Yom Kippour, … -, les réticences de ces dernières poussent le prophète à prendre ses distances avec le judaïsme. La rupture se marque, selon la tradition, vers 623, à la suite d'une vision du prophète qui invite les fidèles à ne plus prier vers Jérusalem mais désormais tournés vers La Mecque, marquant l'« arabisation » de l'islam. Le sanctuaire mecquois dont la fondation est attribuée à Ibrahim devient le centre spirituel de la nouvelle religion tandis que le Coran s'affirme comme la seule révélation authentique, le judaïsme et le christianisme n’ayant su conserver l'intégrité des Écritures.

 

Rapidement après son arrivée à Médine, Mahomet se transforme en chef de guerre et, pour subvenir aux besoins de ceux qui l'ont suivi, organise des expéditions contre les caravanes mécquoises, malgré les réticences de ses disciples tant Muhâjirûn qu'Ansâr. Mais le succès de al-Nakhla en 624 dissipe leurs inquiétudes et permet aux musulmans de remporter la même année une bataille à Badr, assurant à Mahomet un prestige croissant qui lui permet de s'allier à des tribus de bédouins et de poursuivre ses raids. Mais les musulmans essuient également un sérieux revers, en 625 à Uhud, aux portes de Médine, où Mahomet est blessé et il s'en faut de peu que les Mecquois, renforcés par des Bédouins, ne s'emparent de Médine l'année suivante. La ville ne doit son salut qu'à un fossé creusé pour défendre une partie non protégée de la cité, ouvrage qui donne son nom à l'épisode.

 

Ceux qui ne s'accordent pas avec les projets de Mahomet se retrouvent écartés et l'opposition interne à Médine, qui inquiète Mahomet, est matée : deux tribus juives sont chassées de la ville en 624 puis 625 et la troisième est décimée en 627. L'opposition des munâfiqun - « hypocrites » -, les convertis qui marquent une certaine distance critique avec Mahomet, est elle aussi momentanément jugulée. Ce dernier peut alors se consacrer à la préparation de son retour à La Mecque.

Dernières années

Diverses expéditions vers le nord permettent aux troupes musulmanes de contrôler les réseaux commerciaux entre le Hijâz et la Syrie au détriment des mécquois et apportent à Mahomet une renommée qui amène plusieurs tribus arabes à le reconnaître comme prophète et comme chef puis à se convertir. En 628, il se rend vers La Mecque à la tête d'une troupe de musulmans pour y accomplir une 'umra - un pèlerinage mineur - auquel s'opposent les habitants ; mais des négociations débouchent sur un accord pour une trêve de dix ans entre les belligérants ainsi que sur l'autorisation pour Mahomet d'accomplir la 'umra l'année suivante. Cette islamisation du rite païen garantit la perpétuation des pèlerinages et leurs retombées économiques à La Mecque, levant les préventions des élites mecquoises des Quraysh, dont plusieurs notables - comme Khâlid ibn al-Walîd ou ‘Amr ibn al-‘As - se rallient à Mahomet.

 

Des négociations secrètes avec les représentants omeyyades et hachémites permettent à Mahomet de s'emparer de la ville sans coup férir en janvier 630. La plupart des habitants se convertissent à l'islam et la Kaaba, débarrassée de ses idoles, conserve sa place éminente dans la culture arabe en voie d'islamisation.

 

La victoire des musulmans contre la confédération tribale des Hawâzin alliés à la ville Ta'if - qui se soumet peu après - assied définitivement la renommée militaire de Mahomet : des émissaires venus de toute la péninsule se pressent pour faire allégeance et se rallier à la puissante organisation de Mahomet, versant leur tribut en gage de soumission à celui qu'ils reconnaissent comme prophète. Ce dernier, établi à Médine, poursuit l'élaboration de son réseau d'influence : plusieurs expéditions assurent la domination au nord de la Péninsule, la diplomatie suffisant souvent à répandre l'islam. Mahomet, qui domine alors une bonne partie de l'Arabie, semble s'engager dans des relations diplomatiques avec les souverains des empires voisins de l'Arabie mais également dans des entreprises à visées expansionnistes, ainsi que paraît en attester une expédition avortée contre la Syrie byzantine. Cependant, la raison de cette expédition était le meurtre d'un émissaire du Prophète par les Ghassanides.

 

En 632, Mahomet accomplit son seul grand pèlerinage à La Mecque dont il détermine les rites qui devront être suivis par tout musulman qui en a les moyens une fois dans sa vie. Ce « Pèlerinage de l'Adieu » (Hadjetou el Wadâ) constitue l'apogée de sa prédication : il tombe malade quelques mois plus tard et meurt emporté par une forte fièvre le 8 juin 632, non sans avoir, selon certaines sources, reçu une ultime révélation dix jours plus tôt mais sans laisser aucune instruction concernant sa succession. Il est enterré à Médine dans sa maison-mosquée qui devient un lieu de pèlerinage où sont enterrés ses deux successeurs Abû Bakr et 'Umar.

 

Au départ de la péninsule arabique et en moins d'un siècle, l'action politique de Mahomet conjuguée à la mission prophétique dont il s'est senti investi va affecter une grande partie du monde connu, de l'Atlantique aux confins de l'Asie, et modifier durablement les équilibres religieux, culturels et politiques de l'humanité.

Tradition et foi musulmanes

Mahomet est considéré par les musulmans comme le dernier des prophètes et des messagers dans le sens où il termine et scelle le cycle de révélation des religions abrahamiques. Il lui revient donc, dans la croyance islamique, de restaurer la loi ainsi que la foi incorruptible du monothéisme d'origine tel qu'il fut apporté par Dieu à Adam, Noé, Abraham, Moïse et Jésus, ainsi que tous les autres prophètes venus avant lui.

 

LE CORAN

Les révélations (ou Ayat, lit. « signes de Dieu »), sont progressivement « descendues » sur Mahomet jusqu'à sa mort sous forme de versets qui seront compilés en un seul livre : le Coran, considéré par les musulmans comme la « Parole de Dieu » autour de laquelle la religion est fondée. Outre le Coran, la vie de Mahomet (Sira) et les traditions (Sunna) nourrissent également la foi musulmane. La vie et les actes du prophète ont été commentés et critiqués au cours des siècles aussi bien par ses partisans que par ses opposants.

Le Coran (arabe : القرآن ; al Qur'ān, « la récitation » / syriaque : qeryânâ, « le lectionnaire »1) est le livre sacré de l'islam pour les Musulmans, qui le considèrent reprendre verbatim la parole de Dieu. La tradition musulmane le présente comme le premier ouvrage rédigé en arabe classique, avec le caractère spécifique dans l'islam d'inimitabilité dans la beauté et dans les idées.

Pour les musulmans, le Coran regroupe les paroles d'Allah, « révélations » faites au prophète, messager de l'islam Mahomet (محمد, Muḥammad, le loué) par l'archange Gabriel (جبريل, Jibrîl), suivant la tradition musulmane pour laquelle il a été révélé à Mahomet à partir de 610-612 jusqu'à sa mort en 6323.

Le Coran est parfois appelé simplement al-kitâb (le livre), adh-dhikr (le rappel) ou encore al furqân (le discernement). En ce sens, il est, pour les musulmans, l'expression incréée de cet attribut d'Allah adressée à l'intention de toute l'humanité. Les conditions de la mise par écrit puis la fixation canonique du texte, que la tradition fait remonter au troisième calife, Uthmân, fait toujours l'objet de recherches et de débats parmi les exégètes et historiens du XXIe siècle.

Description

Le Coran est divisé en chapitres appelés sourates, au nombre de 114 et débutant par la première appelée Al Fatiha (parfois traduite par « la liminaire » ou « le prologue » ou « l'ouverture » ou encore « la mère du livre »). Ces sourates sont elles-mêmes composées de versets nommés âyât (pluriel de l'arabe âyah, « preuve », « signe », et que l'on retrouve notamment dans le mot ayatollah). Les versets sont au nombre canonique de 6 236 pour le hafs (lecture orientale) et 6 213 pour le warch (lecture occidentale).

Biographie de MAHOMET
Biographie de MAHOMET
Repost 0
Published by Christian VANCAU
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 04:20
Le Colorado de RUSTREL

LE COLORADO

Le Colorado provençal ou ocres de Rustrel est un site semi-naturel, puisqu'il fut exploité depuis la fin du XVIIe siècle jusqu'en 1992 où le dernier ocrier prit sa retraite. Le site est situé sur la commune de Rustrel dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les paysages insolites qu'il offre sont constitués de sable ocreux d'origine latéritique.

Le site

Vue du Colorado

Le Colorado provençal s'étend sur plus de 30 hectares. Ses sentiers en terre permettent de découvrir des falaises érodées comprenant plus de 20 teintes d'ocre. Le « cirque de Barriès », le « cirque de Bouvène », les bassins de décantation, les cheminées de fée, le « Sahara », les tunnels, le lit de la Dôa (la petite rivière locale) offrent des décors variés aux randonneurs. Le chemin de grande randonnée GR 6 traverse le site.

Histoire

Jean-Étienne Astier
Formation d'une cheminée de fée dans le Colorado

Il y a plusieurs millions d’années, la mer se retire en laissant derrière elle des bancs de sables enrichis d'une argile ayant pour particularité de contenir du fer, la glauconie.

Le Roussillonnais Jean-Étienne Astier eut l'idée, à la fin du XVIIe siècle, de faire passer le sable dans des bassins de décantation pour en extraire l'ocre. Il le fit ensuite cuire pour en garder les propriétés colorantes. Six départements possédaient alors des gisements : le Vaucluse mais aussi le Cher, la Drôme, le Gard, la Dordogne et l'Yonne. L'arrivée du chemin de fer à Apt en 1877 permit l'exploitation intensive dans le Vaucluse. Créée en 1901, la Société des Ocres de France permit le développement du marché vers l'exportation. Les maxima de production furent atteints en 1929.

L'arrivée des colorants synthétiques vint progressivement concurrencer les ocres naturelles. Après un long déclin, l'exploitation des sites d'extraction s'arrêta peu à peu. Seul le site de production de Gargas reste en activité. Devant la variété de couleurs et de paysages, une association se forme afin de sauvegarder le site et démarre alors une exploitation touristique.

Panorama du Colorado provençal.

Accès et infrastructure[modifier | modifier le code]

En bordure de la route départementale 22 sont aménagés un parking ombragé payant, un espace avec tables de pique-nique et un lieu d'accueil, « la maison du Colorado » et un lieu de détente La Rinsoulette (qui signifie en provençal l'endroit où l'on s'arrête pour boire). Les sentiers sont semi-balisés avec des barrières et escaliers par endroits afin de canaliser les passages et éviter ainsi une érosion trop rapide du site.

Panorama du Colorado provençal.

Géologie, géochimie et origine

Le GR 6 traversant le Colorado

Au cours du Crétacé, il y a 110 millions d'années, à la période de l'Aptien, du nom de la ville d'Apt, un grès constitué par des grains de sable s'accumule sur 30 mètres d’épaisseur. Ces sédiments sableux se sont d'abord déposés en milieu marin proche des côtes, dans un environnement prodeltaïque, puis à la même époque le bombement dû au rapprochement de l'Ibérie, a fait émerger ces formations sédimentaires. Ces sables vont être à l'origine de l'ocre, grâce à une argile d'origine exclusivement marine et riche en fer : la glauconie[1].

Dans le Colorado de Rustrel, depuis leur dépôt et leur exposition aux conditions atmosphériques, les strates d'ocre ont subi, par processus d'altération de type latéritique, une forte oxydation ayant conduit à la formation d'oxy-hydroxydes et d'oxydes de fer, respectivement appelés goethite (FeOOH) et hématite (Fe|2|O|3|), dont les proportions relatives font varier les nuances de couleurs que ces pigments confèrent aux sables ocreux. Il s'y mêle des sables blancs où domine la kaolinite (Al4Si4O10OH8)[1].

La présence de manganèse, d'aluminium et de silicates sont à l'origine d'autres gammes de couleurs et des 24 teintes officiellement recensées, qui vont du gris au vert, en passant par le jaune et le rouge[1]. Ces dépôts marins sont surmontés par des dépôts plus grossiers d'origine continentale, dépourvus initialement de glauconie et donc particulièrement blancs, eux-mêmes surmontés encore d'une cuirasse ferrugineuse.

Fabuleuse aventure ce 19 Février 2009, parce que  tous les accès sont interdits ou du moins une partie, à cause des éboulements possibles pouvant être provoqués par les pluies abondantes de l'hiver et même de l'Eté dernier. Donc danger mais j'y vais tout de même. Nicole reste en bas et moi j'essaie d'accéder au plateau supérieur en escaladant. Je dois renoncer à plusieurs reprises et finis par trouver une issue. Je vais rechercher Nicole car cette fois le chemin escarpé est néanmoins accessible et nous allons monter lentement vers le sommet où nous attend un spectacle inouï, celui de la lumière des Ocres. C'est une mine d'OR brut !!RUSTREL Le COLORADO ProvençalLe Colorado de Rustrel-Ocres-Luberon

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres

 

Et voici la suite de la découverte. Le cow-boy du Colorado est enfin arrivé au sommet des Ocres, avec son nouveau chapeau acheté au Marcé d'Apt (Le retour d'Indiana Jones). Quelle jouissance! Nous sommes le 12 Février 2009 !Et sa" papoose" aussi, toute petite, à côté de la cheminéeRustrel-Colorado-Fev.2009-Luberon. Chemin des Ocres
C'est le soleil couchant, environ 18h00, le moment idéal. Je me rince l'oeil à l'ocreIl était une fois dans l'Ouest !!!

 

 

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 04:14
Le Mur de la Peste à Cabrières d'Avignon

Au mois de mai de l'année 172O, en provenance de Syrie avec sa cargaison d'étoffes précieuses, le Grand Saint-Antoine mouille à Pomègues, en rade de Marseille. Malgré la mort de membres d'équipage sur le chemin du retour, la négligence et la complicité des autorités maritimes, la cupidité des armateurs font que la Peste gagne la ville
En 1721, les paroisses du Comtat-Venaissin se protègent en construisant un mur de pierres sèches (comme les Bories), gardé par des "sentinelles", que l'on a dénommé plus tard "Mur de la Peste". La maladie ne sera éradiquée qu'en janvier 1723. Marseille a perdu la moitié de ses 100.000 habitants. Les ravages de la Peste entraîneront dans la région le décès de plus de 200.000 personnes. Désormais au Nord du village, le Mur de la Peste, témoigne encore des peurs d'antan.
Ce n'est qu'en 1986 que l'Association "Pierre sèche en Vaucluse" entreprit de le relever, beaucoup de pierres ayant été arrachées pour construire des maisons. Depuis cette date des centaines de jeunes bénévoles viennent chaque été y travailler...actuellement plus de cinq kilomètres ont été restaurés, en direction de Méthamis;

Sur cette carte Cabrières d'Avignon est au Sud-Ouest de Gordes.Cabrières-Beaumettes-StPantaleonnew 090728173008 14
Le Mur de la Peste-Luberon-Cabrières d'Avignon-Fev2009Cabrières d'Avignon-Le Mur de la PesteLe Mur de la Peste-Cabrières d'Avignon-LuberonLe Mur de la Peste-Cabrières d'Avignon-fév2009

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 08:48
GORDES en Luberon

Un bijou mais à ne jamais visiter en saison car là c'est la cohue imbécile et des prix imbattables. Hors saison, il faut aller au Café Républicain. Il faisait grand soleil et mistral violent et il gelait, les stalactites en bordure de route en témoignent. Mais la lumière était magnifique. 

Dressé au bord du plateau de Vaucluse, Gordes compte parmi les villages vedettes du Luberon où de nombreuses célébrités et artistes ont élu domicile.
Ses maisons en pierre sèche, de couleur blanche ou grise, s'alignent en spirale autour du rocaher sur lequel est posé le vilage avec, à son sommet, l'église et le château qui font face aux collines du Luberon

Sa situation prvilégiée, son charme exceptionnel et son architecture typique lui ont valu d'être classé "un des plus beaux villages de France". Au centre du village de Gordes, vous pourrez visiter son imposant château forteresse qui abrite l'hôtel de ville et le musée Pol Mara, peintre flamand contemporain

 

Histoire

Antiquité

 

L'origine de Gordes est liée au peuple celte des Vordenses qui érigent un oppidum défensif pour Cavaillon au sommet du roc où se trouve actuellement le village. Le nom de Gordes viendrait de Vordense qui se transforma en Gordenses puis Gordae et enfin Gordes.

Il reste encore plusieurs traces de l'importante occupation romaine comme le passage de la voie romaine de Carpentras à la vallée d'Apt au quartier des « Cousins », les vestiges gallo-romains du quartier des Bouisses (squelettes, amphores, colonnes) ou les substructions gallo-romaines au hameau des Gros.

Moyen Âge

Au VIIIe siècle, l’abbaye bénédictine de Saint-Chaffret est fondée par des moines de l'abbaye de Saint-Chaffre de Monastier-en-Velay sur les restes d'une ancienne cella détruite lors des invasions arabes12.

La vue du château par le nord permet de voir qu'il ne subsiste pas que la partie  
Renaissance.

Depuis le XIe siècle, la masse impressionnante de son château couronne le village de Gordes. Guillaume d'Agoult, l'un des premiers ancêtres de cette puissante famille féodale qui couvrit de fortifications tous les villages environnants, le mentionne dans une charte datée du 30 novembre 1031 (texte original contenu dans le cartulaire de Saint-Victor de Marseille). Ses successeurs le renforcent jusqu'à en faire en 1123 un nobile castrum, le seul ainsi dénommé parmi les très nombreux châteaux avoisinants. Assiégé en vain par le Baron des Adrets durant les guerres de religion, il est le fief des marquis de Simiane puis des ducs de Soubise et au XVIIIe siècle des princes de Condé13.

Au XIIIe siècle, Gordes rallie la maison de Savoie en se mettant sous la protection de Béatrix de Savoie à la suite d'une brouille avec le royaume de France. Celle-ci y établira une garnison (citée en 1258)14.

Au milieu du XIVe siècle, tout comme dans les villages environnants, les premiers remparts se dressent au pied des maisons. C'est l'une des répercussions de la peur engendrée par la guerre de Cent Ans15. François Joseph de Rémerville de Saint-Quentin décrit en 1690 le village en ces termes : « Gordes, gros bourg fermé de murailles ».

À la suite de la mort du roi René, le comté de Provence est incorporé au royaume de France sous l'appellation de « province royale française » en 1481. Une insurrection éclate dans les anciens états des d'Agoult-Simiane et l'ancien comté de Forcalquier. Gordes se distingue par une forte opposition au centralisme français mais paie lourdement ses prétentions d'indépendance. Un an plus tard, pour le mariage de son fils, Jacques Raybaud de Simiane prend le titre de « Baron de Gordes ». Par la suite, l'ensemble de sa descendance garde ce titre sans qu'aucun texte connu ne parle d'une transformation de la seigneurie en baronnie.

Temps Modernes

En 1544, des Vaudois incendient le monastère de Sénanque, abbaye cistercienne fondée en 1148 lors du mouvement de renaissance spirituelle et religieuse qui touche la région aux XIIe et XIIIe siècles16.

Gordes est l'un des premiers villages à accepter la Réforme protestante, choix très osé à l'époque vu la proximité d'Avignon17. En 1615, Gordes est érigé en marquisat par Louis XIII en faveur de Guillaume de Gordes Simiane.

En 1709, plusieurs documents attestent d'un hiver très rude qui a fortement pénalisé la population en détruisant récoltes (dont les oliviers), pots de stockage, cuves en pierre, etc18. En 1720, la peste arrive à Marseille, l'année suivante, elle frappe déjà toute la Provence et arrive en Comtat Venaissin19.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l'entretien des remparts qui entourent le bourg est peu à peu abandonné. L'un des cimetières est transféré en dehors de l'enceinte en 1755 à son emplacement actuel mais il n'est solennellement béni que le 27 mai 1855.

Période contemporaine

XIXe siècle

À la suite du décret du 25 juin 1793, le département de Vaucluse est créé le 12 août 1793. Il est alors constitué des districts d'Avignon et de Carpentras mais aussi de ceux d'Apt (dont Gordes fait partie) et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

De la fin du XVIIIe siècle à la deuxième moitié du XIXe siècle, l'activité économique autour de Gordes est forte et la commune est alors bien peuplée20.

Au début du XIXe siècle, la transformation du grain en farine est réalisé dans 5 moulins, tous à eau. Le plus important est le Moulin des Roberts21, situé sur l'Imergue, en bordure de la commune de Goult.

Dans le domaine de la production agricole, on note la culture de la garance, l'oléiculture ou encore la culture des figues et des amandes. Il y a aussi l'élevage de vers à soie servant pour l'artisanat.

Dans le domaine de la production artisanale, il y a le travail du cuir par des tanneurs et de très nombreux cordonniers. À l'époque, une chaussure était un modèle unique pour les deux pieds et c'est l'idée (trouvée et exploitée ailleurs) que l'on pouvait différencier la forme de la chaussure mise à droite de celle mise à gauche qui fit perdre le marché militaire au village et entraîna la chute de cette activité. On note aussi le tissage de la soie dont Gordes était un centre important avec deux filatures. Enfin, plusieurs carderies de laine ainsi que la confection de « cadis » (lainages et draps grossiers).

Concernant la production de matières premières, c'est avant tout pour ses pierres que Gordes est connu. Deux variétés ont fait sa renommée : la « molasse », qui fut utilisée dans la construction, et la « pierre de Gordes », résistant au feu et utilisée pour les fours et les cheminées. Il y eut aussi des mines de fer, une mine de charbon sur la colline de Roques et même une mine de soufre au bas du village.

En décembre 1851, environ cinquante à soixante républicains de la commune de Gordes participent à l'insurrection contre le coup d'Etat du 2 décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte22. Dirigés par le médecin Appy, homme ayant pris le relais de Germain dit Saint-Martin comme meneur du parti républicain dans le village, les « rouges » de Gordes se joignent à la colonne insurrectionnelle, partie d'Apt le matin du lundi 8 décembre, à Coustellet. À ce moment de l'insurrection, les forces républicaines peuvent être évaluées à près de 1600 hommes23.

Le mardi gras de 1886, la filature de Fontaine basse est détruite par un incendie. Cette catastrophe économique oblige les « fileuses » à trouver du travail ailleurs. Elles vont devoir faire plus de trois heures de marche pour rejoindre Fontaine-de-Vaucluse. Le chemin qu'elles empruntèrent est depuis appelé le « chemin des fileuses ».

De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, plusieurs tremblements de terre se produisent en Luberon. Celui du 14 novembre 1887 ébranle même le clocher et détruit plusieurs maisons ainsi que tout un secteur de l'activité gordienne en rendant souterrain la Véroncle et privant ainsi d'énergie ses cinq moulins. Celui de 1909 détruit d'autres maisons encore. En outre, les froids rigoureux de 1890 et 1892 endommagent profondément les productions agricoles.

En 1914, on recense dix-huit moulins à vent sur la commune. Ceux-ci ont petit à petit remplacé les anciens moulins à eau.

XXe siècle

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Gordes est un important lieu de Résistance, ce qui vaudra au village de recevoir la Croix de guerre avec étoile d'argent.

Le 21 août 1944, une semaine après le débarquement sur les côtes de Provence, une patrouille ayant été durement accrochée par le maquis, le village dès le lendemain est victime de violentes représailles.

Le 22 août, les Allemands font rentrer dans les maisons les rares habitants qui n'ont pu se mettre à l'abri, tirant sur ceux qui s'attardent; puis, ayant installé des canons en face sur le rocher de Bel Air, ils bombardent le village, y détruisant une douzaine de maisons, tandis que plusieurs autres sont dynamitées puis incendiées, principalement aux entrées de la cité pour obstruer les carrefours et ralentir ainsi d'éventuels poursuivants. Au total, vingt immeubles ont été détruits par représailles ou par faits de guerre.

La milice avait aussi été active à Gordes et de nombreux immeubles furent, en invoquant cette raison, pillés et incendiés à la Libération, dont la maison du notaire Villevieille qui contenait les archives notariales du village. Toutes ces destructions valurent à la commune le triste privilège de figurer parmi les trois « villes sinistrées » du département de Vaucluse.

Au total, treize personnes sont tuées ou exécutées pendant la Seconde Guerre mondiale et c'est l'intervention d'un moine de l'abbaye de Sénanque auprès de la Kommandantur qui permet d'éviter des sévices encore plus graves. Vingt habitants sont tombés sous les balles ennemies et cinq d'entre eux ont été emmenés en terre étrangère.

À la suite de ces heures tragiques, la ville est citée à l'ordre de la division, le 11 novembre 1948. La Croix de guerre avec étoile d'argent lui est attribuée avec la citation suivante : « Ville martyre qui fut sous l'Occupation un des centres les plus actifs de la Résistance ».

Depuis l'après-guerre et la nécessaire période de reconstruction, le village attire de plus en plus d'artistes dont Marc Chagall ou encore Jean Deyrolle qui découvre le village en 1947 et y entraîne nombre de ses amis (Serge Poliakoff, Vasarely, Dewasne, etc.).

Plus récemment, les principales activités sont liées au tourisme (dont l'hôtellerie, les santons, les tissus, l'art, etc.) et à l'immobilier (vente, construction, décoration, etc.).

Plusieurs galeries d'expositions sont également installées dans le village.

Gordes-Fév2009-Café RépublicainEt le Palace pour milliardaires, en Euros bien sûr

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 08:56

Besoin de me positionner en revenant à l'orée de ce grand voyage d'un mois dans le Luberon. Besoin de dire à ceux qui me lisent que je suis fasciné par le Vaucluse dont le Luberon n'est qu'une partie et que pour moi toute cette région se décline en coupes horizontales, longitudinales se superposant du Nord au Sud. D'abord une première horizontale Nord avec le Sud de la Drôme (Nyons en haut à gauche) et les Baronnies, ensuite Le Mont Ventoux, promongé à  l'Est par la Montagne de Lure et encore plus à l'Est par les Alpes de Haute Provence (région de Digne-Sisteron), ensuite le plateau du Vaucluse au Sud du Ventoux avec les dentelles de Montmirail et Carpentras, puis Les Monts de Vaucluse avec Venasque, puis le Luberon coupé en deux par la Chaîne du Petit et du Grand Luberon et enfin le Pays d'Aigues qui descend  jusqu'à la Durance et Aix en ProvencePR.07 450Histoire du Luberon-Vaudois-Merindol-CabrièresHISTOIRE  
Le Luberon a été occupé par l'homme dès la préhistoire, mais c'est à partir du néolithique (2000 avant Jésus-Christ) que les vestiges abondent
A la fin de l'âge de Bronze (peu avant l'an 1000 av.J.C), les Ligures et les Celtes s'installent sur des sites fortifiés, les "Oppidums" (Voir la colline de Perreal à Gargas) qui sont à l'origine de la plupart des châteaux médiévaux
A la fin du 2e siécle avant J.C, la romanisation du Luberon se  fait avec la construction de la "Voie Domitia", dont un des plus anciens ouvrages est le Pont Julien à Bonnieux. Le pays se couvre alors d'expmoitations rurales sur les vestiges desquelles se construiront les mas d'aujourd'huinew_090723112220_20.jpg
Vers la fin du IIIe siècle, l'Empire romain se désagrège. Le christianisme apparaît et se propage en même temps que son clergé s'organise

Vers la fin du Ve siècle, le Vaucluse est le théâtre d'invasions barbares, comme les Wisigoths

En l'an 5OO, Gondebaud, le roi des Bourguignons s'empare d'Avignon et s'y défend contre Clovis Ier. Par la suite la ville est la proie des Goths e fin des Francs

En 574, les Lombards ravagent le secteur

Les troupes arabo-musulmanes prennent Avignon en 735, puis attaquent la Bourgogne. Mais Charles Martel parvient à les refouler dans le sud de la vallée du Rhône. En 737, il reprend Avignon et en 739, il s'allie aux Lombards pour reprendre la Provence. L'éviction définitive des troupes arabo-musulmanes du secteur (dont le Var) ne sera faite q'en 976 par Guillaume le Libérateur

 

Le moyen-âge est marqué par la forte empteinte du christiannisme et la construction de nombreuses églises, prieurés et abbayes, telles que Sylvacane et Sénanque. Au XIèmé siècle, création des "Gastrum" (Fortification perchées) du Luberon et du Vaucluse.

 

 Vers 1136 les Templiers fondent de puissantes commanderies. En 1148, l'Abbaye de Sénanque est fondée sur le territoire de Gordes
En 1236 avec leTraîté de Meaux, Raymond VII abandonne aux Papes tout ce qu'il possède sur la rive gauche du Rhône. En 1274, Philippe le Hardi met les Papes en possession du Comtat-Venaissin

Vers 1340 s'ouvre une période difficile: pestes et guerres déciment la région. Le repeuplement s'amorce au début du XVIe siècle avec l'arrivée de nombreux paysans alpins de religion Vaudoise. Le mouvement vaudois a été initié en 1170 par Pierre Vaudès (ou Pierre Valdo), créateur d'un mouvement religieux intitule "Les Pauvres de Lyon ) qui fut condamné en 1179 par l'Eglise au 3e concile de Latran.

De 1347 à 1351, l'Europe est touchée par une très importante épidémie de peste noire. La Provence (1347) puis le Comtat-Venaissin (1348) sont touchés dans les premiers

Avignon devient la résidence des Papes en 1309. Sept papes vont s'y succéder jusqu'en 1418. Clément V, Jean XXII, Benoît XII, Clément VI, Innocent IV, Urbain V et Grégoire XI. Il faut distinguer deux périodes:

 1) Celle des Papes légaux qui s'installent à Avignon, en résidence, au lieu de rester à Rome (1309-1378)
 

2) La période de 1378 à 1418, correspondant au Grand schisme d'Occident ou deux papes coexistent, celui de Rome et celui d'Avignon ( ceux que l'on nomme les Anti-Papes
Le Palais des Papes à Avignon est construit entre 1335 et 1352, sous les pontificats de Benoit XII et Clément 5)

1394. Expulsion des Juifs du royaume de France. Nombre d'entre eux se réfugient alors dans le jeune Comtat-Venaissin (et notamment à Carpentras qui en est la Capitale ), Etat pontifical qui se montre tolérant à leur égard


Les VAUDOIS.Le terme de Vaudois est appliqué aux disciples de Vaudès ou Valdès,. Ce riche marchand lyonnais décide vers 1170 de se faire pauvre et de prêcher l'Evangile en langage populaire, en l'appliquant à la lettre. Les vaudois refusant le serment, le mensonge, la peine de mort et la richesse sont déclarés schismatiques en 1184 et hérétiques en 1214, pour leur négation du purgatoire.  L'installation des Vaudois dans la région du Luberon commence en 1399: Louis II de Provence, à la suite d'une longue campagne militaire en Italie a besoin d'argent. Il met en vente des terres de peu de valeur, qui lui sont achetées par les Seigneurs de Boulier-Cental et de Rocca-Sparviera. Ceux-ci, qui ont des possessions dans le Piémont, installent dans ces terres nouvellement acquises une centaine de familles de paysans piémontais, de religion vaudoise: à Mérindol, Vaugines, Cabrières d'Aigues

Les témoignages de l'époque décrivent ces vaudois comme de gros travailleurs, intègres, payant leurs dettes, d'une grande pureté de moeurs. Grâce à leur labeur, les terres produisent de plus en plus et leurs seigneurs voient leurs dividendes passer de quatre écus à 800 (Ca n'a pas changé)

Par accroissement naturel et par la venue de nouveaux Piémontais, ils s'installent, de l'autre côté du Luberon (au Nord): Gordes, Goult, Lacoste
En 1490, par son mariage avec Germaine de Montjoie, Cabrières devient seigneurie de Goraud d'Ancézune, Baron de Caderousse. Pour mettre ses terres en rapport, il fera venir plusiurs familles vaudoises du Piémont
Jusque vers 1528, ils semblent vivre en bonne intelligence avec leurs voisins catholiques

En 1528, l'évêque d'Apt, Jean Nicolaï, commence à lancer des procès en hérésie. Vers 1530, Jean de Roma, un dominicain, assemble une troupe et  commence massacres, viols, tortures, pillages, avant de devoir s'enfuir au Comtat Venaissin:( le roi de France, inquiet de ces pillages, avait saisi contre lui, le Parlement d'Aix.) Il meurt quelques années plus tard

En 1532, le mouvement vaudois se rattache officiellement au protestantisme

Dans le Comtat Venaissin, appartenant au pape, le vice légat confisque les terres des Vaudois et les redistribue à des catholiques. Le Pape Clément VII demande au Roi de France, François Ier, d'agir de même sur le versant français du Luberon (Le Comtat Venaissin  a appartenu aux Papes, de 1274 à 1791)

Or, après l'élection de Charles-Quint en 1619 comme empereur d'Allemagne, François Ier se senr encerclé car Charles-Quint possède l'Espagne, les Pays-Bas et une partie de l'Italie. En réaction François Ier s'allie avec l'empire Ottoman de Soliman le Magnifique, par le traîté des capitulations en 1536. Cette alliance avec un pays musulman faisant scandale, François Ier ne peut plus se permettre une attitude tolérante en France envers les hérétiques

Le parlement d'Aix-en-Provence condamne en 1532 sept personnalités vaudoises et demande aux seigneurs locaux de confiquer les terres des Vaudois. Ceux-ci prennent les armes et s'emparent de Mérindol, Lacoste et Cabrières d'Avignon

En 1535, François Ier cherche à calmer la situation dans le Luberon et accorde le pardon aux Vaudois à condition que ceux-ci abjurent leur religion dans les 6 mois
 

En 1540, le Parlement prend un nouvel arrêt, l'Edit de Merindol (la Genève provencale, en référence à Luther). Il ordonne que soient brûlés sur le bûcher les Vaudois de Mérindol et le village rasé.Merindol wo40vt2x Après quelques revirements, François Ier, accepte l'arrêt des Provençaux. Adjoint au Parlement de Provence, le baron Maynier d'Oppède prend la tête de la répression. Avec lui 6000 hommes se préparent à la curée, une soldatesque avide de vols, de viols et de tueries. Devant la colonne en marche, les Vaudois s'enfuient. En vain. Le 16 avril 1544 commence le massacre. Loin de s'en tenir au seul village de Merindol, les soldats s'en prennent à tout ce qui se trouve sur leur passage. En vallée d'Aygues, Cabrières, La Motte, Peypin et Saint-Martin -de-la-Brasque sont tour à tour, pillés et incendiés. Le 17 avril, 140 maisons de Lourmarin sont brulées. Entièrement vaudoise, Cabrières d'Avignon, entourée d'une enceinte, fut la dernière place forte prise par les armées royales et pontificales, le 19 avril 1545. Six à 7000 Vaudois sont dans le village et les assiégeants finissent par entrer dans Cabrières: c'est un carnage.
Après Cabrières, Lacoste est la cible des soldats. Mais le seigneur de Lacoste est parent de Maynier d'Oppède: le village sera épargné
En 1544, les Vaudois incendient le Monastère de Sénanqueabbaye-senanque
C'est donc en 1544 que commence la persécution des vaudois. Leurs villages sont pillés, les hommes sont massacrés ou envoyés aux galères, les femmes violées avant d'être tuées. Certains sont vendus comme esclaves. Leurs terres sont confisquées. Le chef de la résistance vaudoise, Eustache Marron a son fief à Cabrières d'Avignon. C'est pourquoi le village sera détruit le 19 avril 1545, tout comme 23 autres villages du Luberon, massacrés par l'armée du baron d'Oppède, Jean Maynier, président du parlement d'Aix. . Il incendie 9 villages, en pille 18, extermine 3000 personnes 
new 090722184424 40en cinq jours et envoie aux galères 670 hommes des deux côtés de la montagne du Luberon. De plus le passage des soldats empêche les cultures, les troupeaux sont tués et un nombre indéterminé de paysans meurent de faim

L'Edit de Nantes de 1598 va apporter un répit certain aux protestants mais dès 1661 les persécutions reprennent. Dans le Luberon, les réformés du Luberon sont à nouveau inquiétés. C'est le temps des dragonnades imposées par Louis XIV, à savoir pour les protestants l'obligation d'héberger ses dragons royaux. La pression fiscale est de plus en plus forte, elle aussi. Et en 1685 les habitants de Mérindol abjurent collectivement "la religion réformée". Même chose à Joucas où l'on compte plus de 120 abjurations. Et la même chose à Cabrières d'Aigues et tout celà aboutira à la Révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV, en 1685

Le XVIIe siècle avait pourtant commencé dans la tranquillité. Après le traumatisme dess guerres de religion, les 28 ans de paix de l'Edit de Nantes, ont permis aux campagnes de respirer. Celles-ci ont connu un regain d'activité et de nouvelles petite agglomérations rurales ont vu le jour, à Buoux par exemple. Mais la démographie est aussi vigoureusement repartie de l'avant et les espaces commencent à manquer. De simples fermes donnent naissance à des hameaux. Des terres sont défrichées jusque dans la montagne.

En 1661, au moment même où les persécutions contre les réformés reprenaient, la petite chapelle de Notre Dame des Lumières, au sud-ouest de Goult est le théâtre de surprenants évèvements. Après la guérison inimaginable d'un paysan du village, ce furent d'étonnantes lumières que l'on aurait vu briller autour de l'antique chapelleGoult N-D des Lumieres En 1720 la peste commence à à remonter de Marseille dans toute la Provence. Pour protéger le Comtat-Venaissin des pestiférés de Provence, les communes de la région commencent alors la construction d'un mur de 27 kilomètres, le Mur de la Peste (voir mon article sur ce blog). Il s'agit d'une muraille en pierre sèche, gardée. A Pernes toutes les portes des remparts sont fermées sauf la Porte Notre Dame. L'épidémie prend fin en 1723
new 090722202140 99-copie-1
En 1791, précédemment possessions pontificales, Avignon et le Comtat-Venaissin sont rattachés à la France et en 1792 est créé le département de Vaucluse. En 1800 Suze la Rousse est rattachée à la Drôme ce qui cause l'enclavement du canton vauclusien de Valreas dans ladite Drôme

Au 18e siècle, la sériciculture (mûriers et vers à soie) commence à se développer dans le Luberon. Elle connut un large essor en Provence au XIXe siècle et perdurera jusqu'à la Première Guerre mondiale. Avec Viens, la Bastide des Jourdans fut l'une des communes du Luberon qui en tira le plus de bénéfices grâce à des plantations de mûriers aujourd'hui disparues

Au XXe siècle la Résistance établit de nombreux foyers. Le département est occupé par l'Italie fasciste de novembre 1942 à septembre 1943
En avril 1965, le Plateau d'Albion est choisi pour l'implantation de silos nucléaires. Les travaux sont terminés en 1971 et en septembre 1996, le Président Chirac annonce son démantèlement ( chute du blog de l'Est )

 

En 199O c'est l'Affaire de la profanation du cimetière de Carpentras

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 08:54

Carte-Vaucluse--Luberon004.jpg 

Carte générale du LUBERON. Ne pas oublier que le Luberon est un Parc régional inscrit dans le département du VAUCLUSECarte-g-n-rale-new_090728173404_86.jpg

D'APT à Forcalquier: Apt-Forcalquier-Pertuis-new_090728172127_83.jpgMONIEUX-SAULT-MONT VENTOUXMonieux-Sault-Mt-Ventoux-new_090728175028_24.jpgRégion d'APT, Gargas et Rustrel au Nord, Ménerbes, Bonnieux et Sivergues au Sud d'AptSud-d-Apt-Bonnieux-Lourmarin-Cabri-res-new_090728181757_8.jpgGargas, Apt, Saignon, Buoux, Sivergues, VauginesLourmarin-Vaugines-new_090728174757_85.jpgLe Pays d'Aigues au Sud de la Chaîne du Luberon, Vaugines, Cucuron, Cabrières d'Aigues, Grambois, La Tour d'Aigues.  St Martin de la BrasqueLe CONTADTour-d-Aigues-St-Martin-Grambois-new_090728181108_55.jpgLe Contadour au départ de SAULTContadour-new_090728174338_87.jpgAPT, St Saturnin au nord, Saignon,Villars, Rustrel et son colorado-Gignac-Oppedette, Caseneuve, St Martin du Castillon, CéresteCaseneuve-Viens-Reillanne-Simianenew_090728173651_25.jpgCabrières d'AIgues, Cucuron, Vaugines, Cadenet, Pertuis, Ansouis, La Tour d'AiguesCabri-res-Pertuis-new_090728180749_11.jpgL'Ascension du Mourre-Nègre, le sommet de la chaîne du Luberon, par Auribeau et CastelletAuribeau-Castellet-new_090728180243_2.jpg

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans LUBERON
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 08:54

 

 C'était le 24 Février 2009, grand soleil, nous sommes retournés chez René Char , la Sorgue était agitée grâce aux pluies de l'hiver, turbulente, comme à la fontaine de Vaucluse. Il y a du Venise à Sorgues (la venise comtadine à savoir du Comtat Venaissin) avec un côté torrentiel. Des tas de colverts. Les roues à Aubes, superbe sujet photographique. Nous avons mangé à la terrasse du Romantica, face au débarcadère, face aux colverts.Isle-sur-la-Sorgue planResto-new_090724152732_4.jpg

  Albert Camus et René Char à l'Isle- sur- la- Sorgue  en 1949 

488042 1952905598367 1936358091 nRené Char relate l'arrivée de Camus, dans sa postface à La Pospérité du soleil "Le repas achevé, nous partîmes d'Avignon sur l'Isle. Je sentis à la vue de ces montagnes: le Luberon, les Alpilles, le Ventoux, qui entourent la plaine de l'Isle-sur-Sorgue, je compris à l'expression des yeux de Camus, à l'exhubérance qui les éclaira, qu'il touchait à une terre et à des êtres aux soliels jumeaux qui prolongiant avec plus de verdure, de coloris la terre d'Algérie à laquelle il était si attaché"

Camus note dans ses carnets:" L'Isle-sur-Sorgue. Grande chambre ouverte sur l'automne. Automnale elle-même avec ses meubles aux arborescences contournées et les feuilles mortes des platanes qui glissent dans la chambre, poussées par le vent sous les fenêtres aux rideaux couverts de fougères brodées "

Texte d'Albert Camus:  

 

"Mais la lumière du Vaucluse, patrie de Char, se compose avec l'eau et le vent. Ce pays n'a pas la splendeur immobile et désséchante des plaines d'Afrique ou d'Espagne. Un vent royal irrigue son cile, faisant retentir les combes du Luberon d'un bruit d'eaux fraiches et tumultueuses. Une étrange et pure rivière, la Sorgue, aux flots verts et glacés, toujours parée de traines fleuries, fait les terres somptueuses. Tout se m^^ele ici dans les forces narurelles et c'est du noeud de cette claire contradiction au point d'appui de la création même, que Char trouve son inspiration la plus mystérieuse, délivrant un à un ces esprits solaires qui brûlent et purifient l'ulcère du monde."

 

Albert Camus "René Char", préface à l'édition allemande des Poésies de René char, 1959: "On ne rend pas justice en quelques pages à un poète comme René Char, mais on peut au moins le situer. Certaines oeuvres méritent qu'on saisisse tous les prétextes pour témoigner, même sans nuances, de la garitude qu'on leur doit. Et je suis heureux que cette édition allemande de mes poèmes préférés, me donne l'occasion de dire que je tiens René Char pour notre plus grand poète vivant et "Fureur et Mystère" pour ce que la poésie française nous a donné de plus surprenant depuis les Illuminations et Alcools"

Carmus par Karsch

Albert Camus dans l'émission radio de 1948 en hommage à Char organisée par Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, avec 4 lecteurs; Camus, Renaud, Barrault et Casarès.

 Voici un extrait d'un des textes lus et écrits par Albert Camus:"Que demander d'autre à un poète d'aujourd'hui? Au milieu de nos citadelles démantelées, voici que le pain existe et la femme et la fière liberté. Dans le désert du temps, recueillant ces vraies richesses, la Beauté, enfin, s'élève, dont nous avions une soif désespérée. Elle sort de ces Feuillets d'Hypnos, brûlant comme l'arme des réfractaires, et d'être trempés dans le sang des combats, nous la reconnaissons enfin pour ce qu'elle est. Non pas la beauté anémiée des académies mais celle dont nous pouvons enfin vivre, rouge, ruisselante d'un étrange baptême, couronnée d'éclairs....." 

 

  A Camus Char dédicacait son "Lettera amorosa" en 1953: " A Albert Camus avec lui toujours, dans cette citadelle des eaux, sur laquelle il veille, où les mots du coeur gravés dans la pierre ne sont touchés que des courants et par l'Iris, leur fleur sous l'arche douce et folle. A Albert, mon frère et mon ami le plus cher".

Correspondance Camus-Char 1-copie-1

Livre acheté à Lourmarin en septembre 2013 Correspondance Camus-Char verso

 Un mot sur la Famille Mathieu. Elle habitait à Lagnes  à l'Ouest de L'île-sur-Sorgue. Re né Char fit leur connaissance après la guerre par l'intermédiaire du docteur Jean Roux  et de son épouse Simone qui étaient très proches des Mathieu. Marcelle Mathieu donnait une âme particulière à cette maison des Camphoux où elle reçut par la suite tous les amis de René Char qui sont venus en Vaucluse. Elle leur prêta un cabanon sur une colline qui domine toute la plaine depuis la Durance jusqu'au Rhône. René Char y séjourna pour écrire une grande partie des Matinaux(en 1949). Le 'Rebanqué" accueillit aussi entre autres, Georges Braque, Nicolas de Staël, Albert Camus, Martin Heidegger 

 

 

La SORGUE
Cette bourgade, construite au XIIe siècle sur pilotis, fut longtemps la ville principale du Comtat Venaissin. Ici les gondoles s'appellent nego-chin (littéralement les noie chiens), nom qu'il est toujours bon de replacer dans la conversation quand on évoque les vieilles barques à fond plat
 

Autrefois 70 roues à aubes donnaient leur force motrice à diverses avtivités artisanales
P1160499

Cette ville est surtout connue comme la ville des antiquaires et des brocanteurs. En trente ans leur nombre est passé de un à trois-cents

Et comme l'on ne saurait oublier le marché traditionnel du jeudi matin, un des plus vivants de Provence, ainsi que le marché flottant un dimanche matin, début août, sur un bras de la Sorgue, vous comprendrez que l'Isle-sur-la-Sorgue est un lieu à ne pas manquer, tout au long de l'annéeChar et Picasso 1965Char et Picasso en 1965.

Char-et-Camus.jpg

Albert Camus chez René Char.

Un lieu célèbre par ailleurs auprès des intellectuels et des amoureux des mots au sens large, pour être la ville où naquit le poète René CHAR en 1907 dont l'inspiration est souvent imprégnée des lieux qu'il a connus ici...Dommage que personne n'ait songé en temps utile à préserver sa maison natale d'une issue fatale ! Heureusement l'Hôtel Donadeï de Campredon accueille désormais une maison qui porte son nom.

 

 En effet l'année 1955 fut deux fois terrible pour René Char. En mars le suicide de Nicolas de Staël l'a profondément touché; en octobre, les Névons sont vendus aux enchères à la suite d'un désaccord entre les enfants de Madame Char. On peut supposer que cette période, sur laquelle planait le souvenir de Staël (qui avait acheté le Castellet de Ménerbes) et la détresse de voir disparaître ses Névons, l'ait maintenu loin du Vaucluse, dans la vallée de l'Epte. Par ailleurs cet au cours de cet été 1955 que René char rencontre pour la première fois Martin Heidegger.

 

 

 

 

 "NE TE COURBE QUE POUR AIMER" Poème pulvérisé. René Char.

 

 

 

 

 

"Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la beauté" Feuillets d'Hypnos. René CharIsle-sur-la-Sorgue-Février 2009-Pont sur la SorgueLa Caisse d'EpargneCaisse-d-Epargne-new_09072510641_16.jpgRené Char à l'Isle-sur-la Sorgue-Hôtel Donadeï de CampredonLes Roues à Aube de l'Isle-sur-la SorgueLa Caisse d'Epargne à l'Isle-sur-la-SorgueRoue à Aubes
P1160486

Retour en 2003, 4 ans plus tardP1160488P1160501P1160493P1160492P1160512P1160495P1160489

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans René CHAR
commenter cet article