Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

  • Extrait de mon journal 1989. Rêve du 20 janvier...
    Extrait de mon journal 1989. Rêve du 20 janvier : " Des gens viennent dîner, montent dans l'atelier que je viens... https://t.co/6V3n1KsRW9 Christian Vancau (@VancauChristian) November 18, 2017 Extrait de mon journal 1989. Rêve du 20 janvier : " Des gens...
  • Extrait de mon journal-1988
    Extrait de mon journal-1988 Le 31 août je suis au bord du Barrage la Vierre sur la route qui va de Neufchâteau à... https://t.co/NXwKUmCNXQ Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal-1988 Le 31 août je suis au bord du...
  • Extrait de mon journal Pense à partir en...
    Extrait de mon journal Pense à partir en Andalousie en automne mais m'aperçois que les Espagnols n'aiment pas les.… https://t.co/mbki75oLWR Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal Pense à partir en Andalousie en automne...
  • https://t.co/HP6TiBlYQz
    https://t.co/HP6TiBlYQz Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Christian Vancau shared his post.
  • L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque)...
    L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque) https://t.co/aTQcgUzx34 Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 0.0/5. Retrouvez L'Ombre de la bête (L'Instant romanesque) et des millions de livres en stock sur Amazon.fr. Achetez neuf ou...
  • Les Flamboyants https://t.co/DXsIDm6kXh
    Les Flamboyants https://t.co/DXsIDm6kXh Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 4.0. Les Flamboyants - Patrick Grainville et des millions de romans en livraison rapide
  • Jean Moulin (Tome 1): La République des...
    Jean Moulin (Tome 1): La République des catacombes https://t.co/Egwd6Pq0HW Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Noté 4.0/5. Retrouvez Jean Moulin (Tome 1): La République des catacombes et des millions de livres en stock sur Amazon.fr....
  • Homme de boue Homme d'argile - vidéo Dailymotion...
    Homme de boue Homme d'argile - vidéo Dailymotion https://t.co/ZVirnQjczX Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 "Je suis un vieux peau rouge qui ne marchera jamais dans une file indienne." Achille Chavée. C'est ainsi que se définit Christian...
  • Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la...
    Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la Nature qu'à l'Homme.. L'Homme vient de la Nature et il la cochonne.... https://t.co/l35XUgxIXu Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de ma bio de 1984"Je crois plus à la Nature qu'à...
  • Extrait de mon journal-1984
    Extrait de mon journal-1984 J'en conclus donc et plus que jamais que toute recherche ne peut être que soitaire.... https://t.co/aabNCiwSLF Christian Vancau (@VancauChristian) November 17, 2017 Extrait de mon journal-1984 J'en conclus donc et plus que...

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 09:52

Esch-sur-Sûre (luxembourgeois : Esch-Sauer ou Esch am Lach, allemand : Esch-Sauer) est une commune luxembourgeoise située dans le canton de Wiltz et le district de Diekirch, ainsi qu’une localité en faisant partie.

La localité est essentiellement connue pour sa vieille cité médiévale s'articulant autour du château, sis sur un éperon rocheux dans un méandre de la Sûre. Un lac artificiel se situe à prEsch-sur-Sûre
(lb) Esch-Sauer
(de) Esch-Sauer
Blason de Esch-sur-Sûre
Héraldique Localisation de Esch-sur-Sûre au Luxembourg
Localisation de Esch-sur-Sûre au Luxembourg Image illustrative de l'article Esch-sur-Sûre Administration Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg District Diekirch Canton Wiltz

Bourgmestre Gilles Kintzele Démographie Gentilé Eschois(e)

Population 2 477 hab. (2015)

Densité 48 hab./km2 Géographie Coordonnées 49° 54′ 40″ Nord 5° 56′ 05″ Est Altitude Min. 267 m – Max. 495 m

Superficie 5 125 ha = 51,25 km.

Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage

Superbe excursion au Grand Duché, è Esch-sur-Sûre, ce 17 août 2016, par un temps splendide

A Bastogne qui se trouve à 20 minutes de Moircy, nous avons pris la route de Wiltz (Nationale 84, puis Nationale 15), puis peu après Pommerloch, au Grand Duché nous avons pris à droite en direction du Lac de la Haute Sûre et sommes arrivés à Bavigne avec sa petite église et son auberge et nous avons suivi la Sûre, l'avons traversée, sommes arrivés au village de Lieffrange et puis au Barrage de la Sûre (voir ci-dessous) et de là nous avons piqué sur Esch-sur-Sûre (8 Kms environ), où nous sommes arrivés vers 11h00

De Moircy à Esch, il ya 50 Kms

Les bords de la Sûre au départ de Bavigne
Les bords de la Sûre au départ de Bavigne
Les bords de la Sûre au départ de Bavigne
Les bords de la Sûre au départ de Bavigne
Les bords de la Sûre au départ de Bavigne
Les bords de la Sûre au départ de Bavigne
Les bords de la Sûre au départ de Bavigne

Les bords de la Sûre au départ de Bavigne

VILLAGE D'ESCH-sur-SURE

Nous avons parcouru le village ses ruelles, les bords de la Sûre, et au sommet du village, après avoir croisé le "Gaston Chaissac" local, nous nous sommes arrêtés à l'Hôtel de la Sûre, au Restaurant COMTE GODEFROY

La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village
La découverte du village

La découverte du village

HOTEL de la SURE- Restaurant Comte Godefroy

Nous nous sommes assis sur une petite terrasse à l'étage, seuls occupants et avons dégusté. Le patron est hollandais, s'appelle Van Aar, sa mère vit au Portugal. Il a repris l'Hôtel en 1969. Nous avons pris des photos sur et de la terrasse (photos aériennes) en fer forgé, surplombant une très jolie place

Restaurant de style

Nous disposons d’une excellente cuisine du terroir, privilégiant les produits de la région du Parc Naturel et VUM SÉI, préparée par le fils de la maison, ancien membre de l’équipe nationale des cuisiniers du Luxembourg et son équipe.

Grande terrasse

Appréciez par beau temps des moments privilégiés sur notre grande terrasse à l'abri du vent et au pied des ruines du château, en toute tranquillité.
Profitez-en pour déguster une bonne glace, boire un bon verre de vin, prendre un lunch ou un diner ou simplement pour vous relaxer en profitant de la nature et du soleil.

Brasserie et bar agréable.

Vous y trouverez café, pâtisserie, glaces et petite restauration. Tout pour passer des moments agréables, pour être ensemble, lire quelque chose, prendre un lunch, boire un verre … Les groupes sont aussi les bienvenus ainsi que les enfants pour qui nous avons installé un coin spécial enfant.

 

Le restaurant du Compte Godefroy

Le restaurant du Compte Godefroy

Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage

Château d'Esch-sur-Sûre

 
image illustrant un château image illustrant le Luxembourg
Cet article est une ébauche concernant un château et le Luxembourg.

 

Château d'Esch-sur-Sûre
Image illustrative de l'article Château d'Esch-sur-Sûre
La tour carrée
Nom local Buerg Esch-Sauer
Période ou style Château Fort
Début construction VIIIe siècle
 
Coordonnées 49° 54′ 40″ Nord 5° 56′ 05″ Est
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Localité Esch-sur-Sûre
 

Le château d’Esch-sur-Sûre est un château fort situé dans le village luxembourgeois d’Esch-sur-Sûre.

Le premier témoignage écrit de l’existence d’Esch-sur-Sûre se retrouve dans le « Liber aureus Epternacensis ». Dans ce livre de l’abbaye d'Echternach, il est noté qu’un certain Nebelungus a fait don de ses propriétés avec serfs de « Hesc » à l’abbaye. Cet acte remonte à l’an 3 du règne de Charlemagne, c’est-à-dire entre le 9 octobre 773 et le 9 octobre 774.

Le 3 juin 927, Meginaud acquiert par échange avec l’abbaye de Stavelot, le site d’Esch-sur-Sûre et il y érige une tour d’habitation carrée de 8 x 8 mètres et des bâtiments d’exploitation agricole.

Les deux derniers seigneurs de la lignée des comtes d’Esch ont considérablement agrandi leur territoire et leur château : à la fin du XIe siècle, la seigneurie d’Esch-sur-Sûre compte 19 villages et hameaux et s’étendait jusqu’à Diekirch.

En 1285, le seigneur d'Esch est l'une des figures importantes du Tournoi de Chauvency, œuvre de Jacques Bretel.

Avec l’apparition de la poudre au XVe siècle, il faut adapter les constructions défensives. Ainsi, tout le village est entouré d’un mur d'enceinte de 450 m de long et de 1,5 m de large avec deux tours défensives. La tour de guet ronde est également fortifiée.

La décadence du château fort débute vers le milieu du XVIe siècle pour se terminer au XIXe siècle : après la prise de la forteresse de Luxembourg en 1685, les troupes de Louis XIV s’emploient à démanteler les places fortes du pays.

Néanmoins, à Esch-sur-Sûre, on n’a pas détruit le mur d’enceinte, parce que des maisons y étaient adossées et certaines le sont toujours.

Vers le milieu du XIXe siècle, le château passe entre les mains de bourgeois qui y habitent et, lorsque Victor Hugo le visite à l’été 1871, le château abrite toujours plusieurs familles.

Je n'ai pu résister à l'appel du château et j'ai gravi la colline par un escalier de pierres interminable, avec notre chien Max. Nous partions d'un petit café. Nous y avons laissé Danielle en terrasse

Voici d'abord les deux tours du château vues du village d'Esch

Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage

Voici ensuite notre montée au Château, le chien Max et moi, au départ de la terrasse de notre petit café perché. Des marches et des marches hautes et étroites et la visite des deux tours, la tour circulaire comprenant deux niveaux. Plus difficile encore la descente des marches, surtout pour le chien. Cela nous a pris environ une heure aller et retour

Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage

Barrage d'Esch-sur-Sûre

 
image illustrant un barrage image illustrant le Luxembourg
 
Barrage d'Esch-sur-Sûre
Image illustrative de l'article Barrage d'Esch-sur-Sûre
Le barrage
Géographie
Pays Drapeau du Luxembourg Luxembourg
Coordonnées 49° 54′ 42″ Nord 5° 55′ 22″ Est
Cours d'eau Sûre
Objectifs et impacts
Vocation Énergie, prévention des crues
Date du début des travaux 1955
Date de la fin des travaux 1959
Barrage
Hauteur du barrage
(lit de rivière)
47 m
Réservoir
Volume du réservoir 59 millions de m3
Surface du réservoir 380 ha

Géolocalisation sur la carte : Luxembourg

(Voir situation sur carte : Luxembourg)
Barrage d'Esch-sur-Sûre

Le barrage d'Esch-sur-Sûre est un barrage hydro-électrique du Grand-Duché de Luxembourg situé sur la rivière Sûre en amont de la localité d'Esch-sur-Sûre. Il contient la Sûre et son lac, le lac de la Haute-Sûre. Il comprend une usine hydro-électrique située à la base ; il se complète de deux barrages secondaires : celui de Bavigne (au nord-ouest) et celui de Pont-Misère (en amont), destinés à régulariser les crues de la rivière.

Données techniques

Année de construction : 1955-1959

Par le Bureau d'Ingénieurs Conseils Coyne et Bellier, à l'époque Bureau André Coyne et Jean Bellier.

Hauteur sur fondations : 47 m

Altitude de la digue à sa crête : 323 m

Cote maximale de remplissage : 322 m

Altitude à la base : 281 m

La voûte porte la route nationale no 27C.

Ouvrages connexes : plusieurs petits barrages en aval et deux digues en amont connues sous le nom barrage de Bavigne et barrage du pont Misère les deux derniers étant destinés à la retenue des vases.

Surface de retenue : 380 ha

Volume de retenue : 59 000 000 m3

 

Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Grand Duché-Esch-sur-Sûre, son château et son barrage
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 11:30
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
 

Hôtel - Restaurant Gastronomique
21, Grand Rue - B-6870 Awenne (Saint-Hubert)
Tél Restaurant : + 32 (0)84 / 366.504
Tél Hôtel : + 32 (0)84 / 366.523
Fax : + 32 (0)84 / 366.368
 


E-mail : info@aubergedusabotier.be
GPS : 50°04' 50.07 5°18' 5.30 21m12s
ING    BE18 3601 1101 2765
BBRUBEBB
Fortis BNP Paris    BE85 2670 1188 1206
GEBABEBB

Gastronomie

Au cœur de ce petit village d'Awenne, pays des sabotiers d'autrefois, s'insert un espace consacré à la gastronomie: le restaurant


les 7 Fontaines d'Awenne.


Que vous soyez client privilégié ou de passage dans notre belle région, vous y êtes toujours le bienvenu. Notre équipe vous y attend. Une cuisine intuitive et raffinée mise en oeuvre au fil des produits de saisons, comblera tous vos désirs.

Luc Dewalque, chef-propriétaire, et son équipe, l'ont bien compris, il faut aller au delà des clichés coutumiers. A l'écoute de tous et conscients de la curiosité de certains gourmets, c'est dans la cuisine, endroit habituellement censuré, qu'ils ont installé une table d'hôtes qui vous permet de participer à cette fête de la bonne humeur et des sens. Au gré des saisons la cuisine évolue.

Bien entendu le raffinement suprême ne peut être atteint sans une généreuse carte des vins.
Avec les années Luc Dewalque est devenu expert dans l’art de vous proposer un produit qu’il aura recherché sans préjugé. Outre les valeurs sûres, vous trouverez des vins d’origines parfois inattendues, mais toujours d’une grande qualité.

Luc Dewalque et toute son équipe feront de chacun de vos repas chez nous un moment inoubliable.

E-mail : E-mail aubergedusabotier@skynet.be

 

Un ancien relais de poste du 17e siècle que nous avons visité ce 15 août 2012, à Awenne, le village de ma compagne Danielle

Nous y sommes retournés ce Vendredi 22 avril 2016 dans la soirée pour y dîner cette fois. Une vraie merveille et un diaologue très chaleureux avec Luc Dewalque, le patron, ainsi qu'avec Salvatore le Sarde. Voir les photos en bas de et articleAuberge du Sabotier2002Auberge du Sabotier001-copie-1

Un ancien relais de poste du 17e siècle

  A un jet de pierre de Saint-Hubert, dans la province de Luxembourg

 

Voici son patron, Luc DEWALQUEAuberge du Sabotier3 Le Patron Dewalque003-copie-1

 

 Des préparations inspirées par l'authenticité de l'homme. Une cave qui regorge de milliers de millésimes rares.

 

Luc Dewalque à la Foire de LibramontAuberge du Sabotier 4 004-copie-1Auberge du Sabotier 5 005-copie-1Auberge du Sabotier 6 007Voyez le site de l'Auberge http. www.aubergedusabotier.be ou http.www.les7fontaines.be

Nouivel e-mail    aubergedusabotier@skynet.be

 

Nous entrons dans ce paradis du 17e siècleP1110562Wow...l'ambiance. Un restaurant-MuséeP1110563P1110565Et on se promène de salles en salonsP1110566P1110567On se croirait au Procope à Paris...P1110568P1110569P1110570La sortie vers le jardin car il y a un grand jardin et on peut y manger sur le temps de midi et y prendre des consommations à toute heureP1110572P1110574Nous nous y installons et Charlyne viendra nous y rejoindreP1110603Danielle et moi photographiés par CharlyneP1110600P1110596.JPGMais je ne me lasse pas de revisiter ce lieuP1110575Le BarP1110576P1110583P1110578P1110579P1110580P1110581P1110582P1110583P1110584P1110585P1110586P1110587P1110589P1110590Merci Patron......P1110604.JPG
A Awenne, en Belgique, l’HOTEL L'AUBERGE DU SABOTIER est un havre de paix pour ceux qui viennent y passer quelques jours. Cet hôtel de charme, proche de Tellin et de Libramont, est situé au cœur de la forêt de Saint-Hubert. Ancien relais de poste du XVIIe siècle, il est entouré de jardins et de vergers.

Les chambres sont toutes équipées d’une salle de bain privée, avec sèche-cheveux, de téléphone et télévision. La décoration sobre aux teintes douces en fait de véritables cocons douillets et raffinés. La présence de boiseries (poutres, plancher, meubles…) leur donne un cachet rustique qui fait le charme de l’hôtel. Les visiteurs peuvent profiter des différents salons et, l’hiver, de leurs feux de cheminée.

Pour les activités, l’Auberge du Sabotier organise des week-end thématiques permettant de découvrir le charme de cette partie de la province du Luxembourg. Vous pouvez également visiter la basilique de Saint-Hubert, la forêt du même nom, dans le domaine de Chasses Royales, et son musée. A une quinzaine de kilomètres, le Parc Naturel des deux Ourthes offre également un grand choix de promenades et de randonnées.

Ici, le propriétaire de l’hôtel de charme du Luxembourg est aussi le chef de son restaurant, les 7 Fontaines d’Awenne. Pour faire partager sa passion, c’est dans la cuisine, une belle salle rustique, qu’il a installé sa table d’hôte. Intuitive et raffinée, sa gastronomie fait la part belle aux produits de saison et s’accompagne d’une carte des vins, parfois surprenante mais toujours juste.

3 étoiles. 18 chambres. Table gourmande. Séminaires. Parking. Animaux refusés au restaurant. Wifi.

 

Retour à l'Auberge ce 22 avril 2016 en soirée pour ne pas dire en "Nuit"

Un repas magnifique, terminé en beauté par un Calva de 45 ans d'âge

Installés dans le salon à 19h30, pour l'apéro Un flûte de champagne pour Danielle et un Bourbon pour moi

A table (de mémoire)

Comme vin, un Saint-Julien de 2008 (Gruault-Larose)

En entrée le Foie gras poêlé sur lit d'oignons rouges 

le Bouillon d'Ail des Ours avec langoustine aux fèves des marais

Agneau avec mousse de petits pois et légumes de saison

Dessert : Tiramitsu au Kiwi et Sorbet Pommes et Poires

 

Et en digestif, un calvados de 45 ans d'âge et un autre calvados, offert par le patron dans le salon

L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
L'Auberge du Sabotier à Awenne-Ardennes belges-St Hubert
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 10:20
Le Restaurant des Jardins de la Molignée

Ce restaurant est situé sur la route qui mène de Dinant à Yvoir, le long de la Meuse, sur la Nationale 92, à ANHEE, à l'entrée de la Vallée de la Molignée (Nationale 97), sur la gauiche, au-dessous de l'Hôtel du même nom

Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée

Un Restaurant délirant d'incompétence à Anhée-Belgique. Les Jardins de la Molignée. Un show "SURPRISE sur PRISE"

Nous avons eu le malheur ce dimanche 20 juillet 2015 de venir souper dans un des 3 restaurants proposés par l'Hôtel Les Jardins de la Molignée à Anhée. Le restaurant situé au rez-de-chaussée de l'hôtel même.Voulant réserver une table vers 16h00, on ne nous a pas permis de la réserver dans la véranda, située à côté du resto principal sous prétexte que celui-ci n'avait encore que 15 tables réservées jusque là, et que l'on ne désirait pas investir la deuxième pièce. Notez que nous logeons dans cet hôtel et que la réservation des tables se fait à la réception de cet hôtel. Etonnement ??? Et nous mettrons 3 heures à nous décider, après avoir jeté un oeil aux deux autres restaurants, situés de l'autre côté de la route et appartenant au même propriétaire

 

Nous revenons de promenade et quittons notre chambre située dans le même établissement vers 19h15. Nous sommes placés dans un endroit agréable et retiré. Nous faisons appel à un jeune garçon thaîlandais qui manifestement est préposé à notre table. Il n'y a d'ailleurs que 5 tables occupées au total. J'interroge le garçon sur les apéritifs proposés. Incapable de nous les décrire.Je choisis un whisky et comme aucune marque n'est indiquée sur la carte, je lui demande quel whisky il propose ? Il ne sait pas et marmonne une marque imaginaire style Red Label; A Danielle il décrit une "Molinette" comme un apéririf à base de mousseux. Résultat un whisky inconnu fortement mêlé d'eau et un blanc non-mousseux

 

Ensuite, avant de faire notre choix dans le Menu Ballade, à 34 Euros par personne, nous réinterrogeons le thaïlandais. Le menu propose un forfait pour le vin, servi à discrétion jusqu'aux fromages, à raison d'un supplément de 15 euros par personne. Oui mais quel vin???Ah..Euh....du vin blanc et du vin rouge. Oui mais quel vin blanc et quel vin rouge. Ah il ne sait pas et nous avoue n'y rien connaître en vin et préférer la bière (sic). D'où sort-il??? (Il est en 4e année de l'Ecole hôtelière de Namur). Je lui dis que je ne bois pas de vin sans en connaître la provenance et lui demande si, à la place du forfait, je puis choisir un vin dans la carte des vins. Il va demander..C'est oui ! Je prends la carte et choisis un Saint-Estèphe, domaine de la Commanderie. Car je connais ce vin et ce lieu. Mais de quelle année???? car cette carte de vins, NE COMPORTE AUCUN MILLESIME. ??? Du jamais vu. Il va se renseigner

 

Il nous montre le vin, c'est du 2011 !!!. Je le goûte. Désolé il est bouchonné. Je lui demande d'appeler le responsable de salle, sorte de grand cow-boy déjanté qui vient humer,  goûte et en effet doit reconnaître qu " il est clairement bouchonné". Il nous apporte une autre bouteille 2011, la pose sur la table et nous dit de la laisser reposer. Un quart d'heure plus tard, nous nous la verserons nous-mêmes car personne ne viendra à aucun moment remplir nos verres. C'est la Classe !

 

Dans cette salle circule aussi un jeune garçon européen complètement déphasé. On ne sait trop à quoi il sert. Je lui pose une question avec humour mais il ne comprend pas. Je lui dis qu'il n'a pas le sens de l'humour et il me répond qu'il est fatigué. Etrange alors qu'il n'a pour ainsi dire rien à faire. Il n'y a toujours que 5 tables occupées. Une dame d'un certain âge tourne, elle aussi, en rond dans la salle à manger, une espèce de surveillante qui ne viendra qu'une seule fois à notre table, sans nous adresser la moindre parole d'accueil ni nous avoir salué lors de ses pérégrinations, en passant 4 fois, auprès de notre table. Elle a un chignon et un style asiatique

Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée

MENU BALADE à 34 EUROS par personne

 

Carpaccio de saumon atlantique à l’huile d’olive

Ou

Les asperges à la flamande

Ou

Aumônière de Saint-Jacques à la bretonne

Ou

Médaillon de langoustine en terrine d’écrevisse

 

**********

Gaspacho

 

**********

 

Magret de canard aux fruits de la passion, pressé de légumes maraîchers

Ou

Côte de veau grillée aux champignons, grenailles au thym.

Ou

Pluma de cochon sauce Sambre et Meuse, röstis aux légumes

Ou

Filet de brochet au vin blanc et fondue de poireaux, pommes duchesse

**********

La coupe de fraises et sa boule vanille

Ou

Charlottine de fruits rouges

Ou

Assiette de fromages

 

Notre forfait vins vous est proposé au prix de 15€ par personne

(Servi à discrétion jusqu’au dessert)

Et voici notre Menu Ballade. Nous choisissons les plats surlignés en gras sur la photo du menu, ci-jointe. On nous sert l'entrée. C'est passable mais manifestement nous sommes dans le royaume du surgelé. C'est alors que le siège de  Danielle s"écroule et elle doit se raccrocher à une chaise voisine pour ne pas tomber sur le sol. Etant donné qu'elle souffre d'une tendinite et d'une arthrose des hanches, l'incident aurait pu être plus que grave. Le cow-boy attiré par nos cris et ceux de la jeune dame de la table voisine, se précipite et change la chaise en disant que cela n'a pas d'importance et qu'il y a des tas d'autres chaises valides et il la remplace sans un mot d'excuse

Le Magret est plus que coriace, aucune tranche avalable. Je le signale évidemment. Le "Pluma de cochon" porc de Danielle est dur, nappé d'une sauce insipide, accompagné de galettes de légumes industriels (surgelés) Le dessert est bon mais les fromages nuls. Quatre sortes, du style " nougat"

Nous avons nettement l'impression d'avoir été piégés dans l'émission SURPRISE SUR PRISE de Marcel Beliveaux. Mais nous n'apercevons aucun complice

 

Et voici l'addition. Je dis au garçon "je paierai après que le patron nous ait offert un verre de bienvenue. La moindre des choses. Nous sommes nouveaux clients et en plus passons la nuit dans votre hôtel". De plus en plus dépassé le garçon disparaît et revient avec deux coupes de champagne, que nous dégustons. Voici la note. Surprise... le vin bouchonné et remplacé coûte 42 euros au lieu de 28. J'appelle le Cow-Boy. "Ah mais 28 euros c'était pour une demi-bouteille". La carte des vins est tellement fumeuse. C'est mentionné mais très peu clairement donc je dois m'incliner

 

Les deux garçons, le blanc et le jaune semblent terrorisés, blottis l'un contre l'autre et toujours inactifs, car il ne reste que 3 tables occupées avec la nôtre. La dame a disparu. Il reste 2 tables occupées

 

Si j'ai gardé mon calme et manié l'humour c'est uniquement pour ne pas gâcher cette soirée avec Danielle. Seul, j'aurais rué dans les brancards et fait un scandale

 

J'ajoûterai que le lendemain nous avons fait un repas quasi identique mais bien meilleur, avec un patron accueillant et chaleureux, et que la bouteille de Merlot nous à coûté 20 euros et le repas complet-non surgelé, vin compris, 49 euros, au lieu de 101 euros aux Jardins de la Molignée. C'était à CRUPET au Relais Saint-Antoine

Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Le Restaurant des Jardins de la Molignée
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 12:16

9VIolette Gerard, ça devait être en 2009....

l'a choisie pour moi à Mac Leod Ganj, sur les hauteurs de Dharamsala, au pied de l'Himalaya et elle me l'a envoyée par la poste. Je l'ai remplie de mon Reiki en la mettant dans ma paume gauche et un apposant ma main droite à qques centimètres au-dessus de ma main gauche. Très vite une chaleur intense s'est installée au bord et au travers de la pierre.
 

Et puis j'ai eu l'idée de la replacer dans son décor. J'ai choisi des photos des pentes de l'Himalaya dans une revue et j'ai apposé la "Pierre de Violette" sur différentes photos que j'ai rephotographiées avec la pierre toujours au premier plan et sous des angles divers et je publie cette page pour dire merci à mon amie, un peu comme si je lui renvoyais sa pierre pour que nous la partagions51088-1Pierre de Violette 004Pierre de Violette 013Pierre de Violette 0086

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 19:06

HUY

HUY
HUY
HUY
HUY
HUY
HUY
HUY
HUY
HUY

HUY sur la Meuse en Belgique

Une reconnaissance de le ville, ce samedi 25 octobre 2014

Huy (en néerlandais Hoei, en wallon Hu) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne, chef-lieu d'arrondissement en province de Liège.

Huy est située sur la Meuse au confluent avec le Hoyoux à mi-chemin entre Namur et Liège.

Les habitants de Huy s'appellent les Hutois.

 

 

Sections de commune

Ben-Ahin, Huy, Tihange et Neuville-sous-Huy qui avait été rattachée à Tihange quelques années plus tôt. Statte est un faubourg de la ville de Huy.

Histoire

Aidée par un climat économique favorable, dû à sa situation de ville-étape de batellerie, Huy multiplie les corps de métiers. Nombreux étaient les étainiers, tanneurs, foulons, chaudronniers, menuisiers... Le corps de métier le plus puissant fut celui des orfèvres. La métallurgie hutoise remonte sans conteste très loin dans le passé (travail de l'étain depuis le VIIe siècle) et, favorisée par le Hoyoux, affluent de la Meuse, propice à l'établissement de roues hydrauliques, les forges et fourneaux connurent à Huy, dès le Moyen Âge, un âge d'or sans précédent. La technique du battage du cuivre, industrie florissante dans la cité hutoise, se répandit dans toute l'Europe dès le XIe siècle.

 

En 1066, l'évêque d'alors, Théoduin de Bavière, décide de reconstruire la collégiale Notre-Dame. Pour financer son projet, il demande aux Hutois la moitié de leurs biens meubles. En échange, il leur accorde la première charte de liberté d'Europe occidentale. Huy fut une des Bonnes Villes de la principauté de Liège de 985 à 1789.

 

La première croisade survient 30 ans plus tard (1096-1099) et l'on aurait vu arriver à Huy Pierre l'Ermite, fondateur selon la légende de l'abbaye du Neufmoustier en 1101.

 

Au XIIe siècle se détache la personnalité d'Ivette de Huy (ou Juette) (1158-1228), "féministe" avant l'heure  : contrainte d'épouser à 13 ans l'homme que lui avait choisi son père alors qu'elle voulait se consacrer à Dieu, elle en eut trois enfants dont un mourut au berceau. Veuve à 18 ans, défiant l'autorité paternelle, elle préféra se retirer dans un minuscule réduit accolé à l'église de Huy et se consacrer au soin des lépreux avant de se cloîtrer dans la léproserie.

 

Au XVe siècle, le château est peu à peu transformé en véritable forteresse. Bâti sur une colline surplombant la Meuse, il fera la fierté des hutois et deviendra l'emblème de la ville. Huy est alors une ville bourgeoise de plaisir où se plaît à séjourner la Cour de Bourgogne.

Malheureusement, du fait de sa position stratégique, Huy voit sa brillante destinée se ternir et subit de nombreuses attaques. La forteresse est attaquée douze fois en trente ans. La belle cité connaît trop souvent massacres, pillages et incendies.

En l'an 1717, la destruction du « Tchestia » (château en wallon) est décidée. La destinée hutoise va alors en être modifiée. Le château-citadelle sera démonté pierre par pierre, soustraites par les citadins.

 

Huy connait alors enfin l'essor que ce joyau mosan méritait et les activités se multiplient : papeterie, orfèvrerie, métallurgie, etc. Au XIXe siècle, l'industrialisation permit à plusieurs familles hutoises de connaitre la fortune (citons Nestor Martin, les Delloye, les Godin). La Ville de Huy fut alors surnommée « La Ville aux Millionnaires ».

7

En 1818, la construction du nouveau fort débute. Il ne servira jamais de position d'attaque, mais nombreux sont les civils à y avoir souffert durant les guerres de 1914-1918 et 1939-1945.

 

Pendant la Première Guerre mondiale, l'armée allemande pris possession du Fort et y établit un camp de discipline pour ses propres troupes, réfractaires ou déserteurs. Ceux-ci y étaient soumis par leurs gardes à un régime très strict. En novembre 1918, le fort servit de centre d'hébergement pour des prisonniers russes. En 1920 que l'École régimentaire du 14e de Ligne prit possession du bâtiment pour s'y installer jusque 1932. C'est alors que la Défense Nationale autorisa l'utilisation du plateau à des fins touristiques jusqu'en 1937 pour le réoccuper ensuite. Ce sont les Chasseurs Ardennais qui l'occuperont à cette époque jusqu'en 1940. Mais, dès que Liège fut prise, l'armée belge quitta le Fort de Huy, qui fut à nouveau occupé par l'armée allemande. Dès septembre 1940, le fort devint un camp de détention pour civils belges et étrangers et ensuite un bagne où séjournèrent plus de 7 000 opposants au régime de l'occupant, soit plus du double de détenus qu'à Breendonk. On y compte 1 240 français et de nombreuses autres nationalités. Il y eut également une centaine de femmes détenues dans le Fort. Les interrogatoires se passaient à la Kommandantur, dans le bâtiment actuellement occupé par l'Atelier Rock, quai Dautrebande. Les prisonniers réputés plus dangereux ou devant être soumis à un régime plus strict étaient enfermés à la prison de Huy, ce qui lui vaut aujourd'hui le nom de rue de la Résistance. Au Fort, on compte dix personnes qui y moururent de mauvais traitements et cinq y tombèrent sous les balles du peloton d'exécution. Le 5 septembre 1944, les détenus qui n'avaient pas été envoyés vers les camps de concentration en Allemagne furent libérés. La Résistance occupa le fort et, le 12 septembre 1944, le Ministère de la Justice y installa un centre d'internement pour inciviques et collaborateurs. Malgré ce rôle important que le Fort de Huy joua, il n'est toujours pas officiellement reconnu comme mémorial national, alors que Breendonk bénéficie de ce statut depuis 1947. Tous les partis démocratiques francophones ont déposé des propositions de loi en ce sens mais elles sont, jusqu'à présent, toujours à l'examen dans les commissions parlementaires de la Chambre et du Sénat. Depuis 2007, un nouvel espace détaille le parcours de vie des différentes catégories de détenus au Fort de Huy et présente des témoignages. En 2010, deux nouvelles salles seront inaugurées, l'une consacrée à Huy sous l'occupation et l'autre à la libération de la Ville dont on a fêté, en 2009, le 65e anniversaire.

 
Le fort hollandais (1818)

De 1983 à 2009, Anne-Marie Lizin est Bourgmestre de Huy. Sa gouvernance suscite de vives oppositions au cours des années 2000. Mise en minorité au sein de son parti, soupçonnée de malversations et en proie à des problèmes de santé, elle quitte ses fonctions en février 2009. Micheline Toussaint lui succède en mars de la même année. Elle choisit de laisser la place à Alexis Housiaux le 12 juillet 2010.

Jumelages

 
L'hôtel de ville (1766)
 
Petites filles jouant près du Bassinia

La ville de Huy est jumelée avec 2:

Pactes d'amitié

Personnages célèbres

En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs
En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs

En venant du Pontia(Pont), Li Tchestia (La Forteresse hollandaise), la Place saint-Severin, avec la fontine la Tour Colombes et la Collégiale Notre-Dame, la Grand Place avec l'Hôtel de Ville et le Café littéraire, la Place Verte acec l'Eglise Saint Mengold et toute le quartier des Frères Mineurs

Les quatre merveilles de Huy

  • Li Bassinia, fontaine dont la partie la plus ancienne remonte au XVe siècle. Elle est située au centre de la Grand-Place (on peut y voir quatre personnages en bronze et l'aigle bicéphale autrichien).
  • Li Tchestia (le château-fort des princes-évêques, détruit en 1717 à la suite du Traité de la Barrière, est remplacé de 1818 à 1823 par les Hollandais qui construisent l'actuel fort sur son emplacement). Dominant la ville, le fort joua un rôle important au cours des deux guerres mondiales, particulièrement la guerre 1940-1945, en étant notamment un lieu de concentration où furent détenus plus de 7 000 prisonniers civils.
  • Li Rondia : la rosace, d'un diamètre de 9 mètres, de la Collégiale Notre-Dame récemment restaurée.
  • Li Pontia : l'ancien pont, détruit par la guerre qui est remplacé aujourd'hui par le pont Baudouin.

À voir aussi

Le musée communal, installé dans les bâtiments et le cloître de l'ancien couvent des Frères mineurs (XVIIe siècle), contient d'importantes collections illustrant l'histoire et le folklore local : intérieur régional orné d'une belle cheminée en grès de 1621, pièces archéologiques, estampes de la ville, céramiques fabriquées à Huy au XIXe siècle, étains, objets d'art religieux parmi lesquels on remarque le Christ du XIIIe siècle nommé « le beau Dieu de Huy ».

La maison Batta, située sur la rive gauche en face du fort de Huy, est un exemple du style renaissance mosan.

Plusieurs repères de crues ont été apposés dans la ville. Ils indiquent soit les crues de la Meuse de 1926 ou 1880, soit la crue du Hoyoux du 23 janvier 1893 (ces trois crues étant reconnues par la ville de Huy comme importantes car ayant atteint le Bassinia). Quelques emplacements de repères de crue à Huy :

  • Sur la taverne le Vieux Huy
  • Sur la maison Batta
  • De chaque côté d'une impasse rue l'Apleit
  • Sur la façade du l'église rue des Foulons
  • Au coins de la rue des Barreurs et rue des Sœurs Grises

Les Septennales

En 1656, une grave sécheresse met en péril les récoltes hutoises. Le 15 août, les habitants organisent alors une procession et descendent la Vierge de la Sarte avec une grande piété et la placent dans la Collégiale. Alors qu'on ramène la statue dans sa chapelle sur les hauteurs de la ville, la sécheresse prend fin. Les autorités décident alors, en remerciement, de rééditer la procession l'année suivante et ensuite tous les sept ans. Les fêtes septennales sont nées. Les dernières se sont déroulées le 15 août 2012.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a subi de nombreux bombardements, mais lors des fêtes septennales et la descente de la Vierge, tous les bombardements se sont arrêtés et la ville a été libérée peu de temps après.

HUY
HUY
HUY
HUY
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 05:54

Stephane c'est mon ex-beau-fils et ami (sur la 3e photo ci-dessous). C'est un grand voyageur. Il habite à St Hubert-Belgique, près de chez moi
DSC01439.JPG

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 10:47

 

Septembre 1961. Oxford-Vancau à la guitare-Jean-Marie Flamand-Editions du Seuil-1961Me voici au centre de la photo, en train de jouer de la guitare avec un ami londonien, dans une chambre d'étudiants à Oxford, en septembre 1961. De gauche à droite, l'ami londonien, ensuite Jean-Marie Flamand  de noir vêtu, le futur Directeur des Editions du Seuil, nous nous sommes rencontrés dans un "Chinois" et nous avons tout de suite commencé à parler de Camus (Albert, pas le Camus de Johnny Hallyday ), et entre Jean-Marie et moi, on aperçoit Cecile Vidart,Image (2)Image-copie-1.jpg

 que voici avec moi à Londres (nous venons d'achetetr le grand succès de l'époque "What 'd I  Say )ma petite amie parisienne et amie de Jean-Marie; c'est elle qui nous a présenté l'un à l'autre et le déclic a été immédiat. Cécile était ma voisine de banc au Collège et nous avions des fou-rires inextinguibles pendant les cours. Elle ressemblait à un Lucas Cranach. Jean-Marie était dans un autre collège et nous n'aurions normalment pas dû nous rencontrer. Mais chacun sait que les femmes sont de merveilleuses go-between (Voir Le Messager de Joseph Losey, en anglais "The Go-between") Jean-Marie allait me proposer son apart à Paris dés décembre de cette année-là, en plein coeur de Saint-Germain des Prés 

Image (3).Moi à Paris avec Aline Jaumain de Neuilly

  Je vais y arriver à la page suivante mais je devais passer par ce détour d' Oxford.

Année mouvementée puisqu'avant l'Angleterre, j'avais traversé la Yougoslavie de part en part, en voiture, par des chemins de terre et m'étais ensuite appuyé la Grèce, via la Macédoine et Thessalonique, pour retrouver ma" fiancée"" de l'époque,Brigitte au pied du Parthénon à Athènes.

Brigitte et mo à une boum à LiègeBrigitte 1960-62Je suis ascendant " Gemeaux "et donc ai toujours été porté sur les voyages et la littérature, entre autres choses1961-Carte-Yougoslavie--04-copie-1.jpgAthensFullDay5

 

L'Acropole  d'Athènesathenes-Acropolis (pixinn.net)Et le Cap Sounion  athens10802B
Ces photos du haut de page, sont de véritables documents d'époque des années soixante. Jean-Marie et moi avons  23 ans. Jean-Marie disparaîtra en 1966, lors de son service militaire en Algérie. Je ne m'en suis toujours pas remis
nti_bug_fck

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 11:11

LE PERIGORD

Le Périgord (Peiregòrd ou Perigòrd en occitan) est le nom du comté qui recouvrait, à peu de chose près, l'actuel département français de la Dordogne, dans la région Aquitaine. Le département de la Dordogne est essentiellement rural.

x

Présentation

Le nom « Périgord » vient du peuple gaulois des Pétrocores mais son histoire remonte à la nuit des temps.

À peu près dans les mêmes limites que le Périgord est créé en 1790 le département de la Dordogne. Légèrement remanié, il empiète sur quelques terres de l'Angoumois, de la Saintonge, du Quercy et du Limousin

Les habitants du Périgord sont appelés les Périgordins (les Périgourdins étant les habitants de la ville de Périgueux ).

CompositionPerigordS

magnify-clip.png
Les 4 Périgord

Le Périgord quadricéphale s'inscrit dans le département de la Dordogne. Il se compose :

  • Au centre et nord-ouest, du Périgord blanc (autour de Ribérac et Périgueux), ce nom vient du sol calcaire de cette région. Les grands champs de céréales lui ont donné le surnom de grenier du Périgord.
  • Au sud-est, du Périgord noir (autour de Sarlat-la-Canéda), historiquement la plus ancienne appellation des quatre, ce nom vient des forêts de chênes dits verts mais en réalité très sombres.
  • Au sud-ouest, du Périgord pourpre (autour de Bergerac), cette appellation est la plus récente (1970). Elle est due à l'expansion du tourisme, le pourpre rappelant la couleur des feuilles de vigne à l'automne. Autrefois le Bergeracois faisait partie du Périgord blanc.

Sites exceptionnels

220px-Lascaux2.jpg
magnify-clip.png
Cheval représenté dans la grotte de Lascaux
En Périgord « vert »
Le château de Puyguilhem à Villars3
La grotte de Villars
La ville de BRANTOME, la « Venise du Périgord »6a00d83451cda369e2012877134c3f970c-800wi
Abbaye de brantome01bBrantome 10511 0445brantomebrantome okBrantôme pavillon Renaissance (6)En Périgord « blanc » 
La cathédrale Saint-Front de Périgueux
La vieille ville de Périgueux
En Périgord « noir »
La grotte de Lascaux (patrimoine mondial)
Les Jardins du Manoir d'Eyrignac (jardin remarquable)
Les gisements préhistoriques Cro Magnon aux Eyzies-de-Tayac800px-Eyzies-musée-falaise
800px-Les Eyzies-de-Tayac-Sireuil800px-Grotte du Grand Roc - Les Eyzies de Tayac - 20090923401px-F07 0001.CoLes vestiges d'habitations troglodytiques au Moustier
Les cités médiévales : Sarlat-la-Canéda, SarlatSarlat488 1450px-Sarlat-Maison de la Boétie medieval-city-by-night-13La Tour de La Boétie à Sarlat
 
La Roque-Gageac, ph24_laroquegageac2.jpg
 
700 3adf63490e4206dca7df5ff040f26a0eph24 laroquegageac116k3pn6LA-ROQUE-GAGEAC1Roque-gageac (La) Eglise Roche Vegetation PbvfRoque-gageac (La) Passage Voute PbvfDOMMEdff
x
 
 
Les nombreux châteaux : Castelnaud, carte stcyprien sarlat798px-Castel of castelnaud la chapelleBeynac, Hautefort
En Périgord « pourpre »
La vieille ville de Bergerac
La villa romaine de Montcaret
Le château de Monbazillac
Les anciennes bastides médiévales de Beaumont, Lalinde et de Monpazier
L'abbaye cistercienne de Cadouin

Histoire

  • Charles d'Orléans, comte du Périgord est fait prisonnier à l'issue de la bataille d'Azincourt, en 1415. Il reste prisonnier en Angleterre jusqu'en 1440.
  • Le 14 décembre 1430, Charles d'Orléans donne à son frère naturel Jean, bâtard d'Orléans, futur comte de Dunois, le comté de Périgord en échange de celui de Porcien. Mais cette donation était peut-être fictive.
  • Finalement, le 4 mars 1438, pour se procurer les fonds nécessaires à sa rançon, Charles d'Orléans vend le comté à Jean de Châtillon dit Jean de L'Aigle, fils de Jean Ier de Châtillon, seigneur de Laigle, comte de Penthièvre, vicomte de Limoges, moyennant la somme de 16 000 réaux d'or et 10 000 florins qui étaient dus par feu Louis d'Orléans à Olivier de Clisson, dont Jean de Bretagne était héritier.
  • En 1454, Jean de Bretagne meurt. Le comté revient à son frère Guillaume.
  • En 1455, à la mort de Guillaume de Châtillon-Blois, le comté revient à sa fille aînée Françoise qui apporte en dot le comté en 1470 lors de son mariage avec Alain, sire d'Albret.
  • Le comté est possédé par Henri II de Navarre et d'Albret qui se marie en 1526 avec Marguerite d'Alençon, sœur du roi François Ier.
  • À sa mort en 1555, le comté de Périgord revient à Jeanne d'Albret qui s'était mariée en 1548 avec Antoine de Bourbon.
  • À la mort de Jeanne d'Albret, en 1572, le comté passe à son fils, Henri III de Navarre, qui devient Henri IV à la mort d'Henri III.
  • En 1584, Henri de Navarre cède ses droits sur le Périgord à sa sœur Catherine de Bourbon.
  • Par l'édit de juillet 1607, le comté de Périgord est réuni à la couronn4.

Littérature

Jacquou le Croquant, d'Eugène Le Roy, raconte l'histoire de la révolte des Croquants, et la destruction du château de l'Herm.

Gastronomie

Outre son artisanat, le Périgord est célèbre pour sa gastronomie et les fruits de son terroir, comprenant:

Personnalités célèbres

 

xGROTTES de LASCAUX

 

 

Lascaux2La Sixtine de l'art pariétal », selon une expression attribuée à Henri Breuil qui la nomme également « Versailles de la Préhistoire » ou « Altamira française ».

Les peintures et les gravures qu'elle renferme n’ont pas pu faire l’objet de datations117525 taches-noires-lascaux directes précises : leur âge est estimé entre environ 18 000 et 17 000 ans à partir de datations et d’études réalisées sur les objets découverts dans la grotte. Elles sont attribuées au Magdalénien ancien, et, par certains, au Solutréen qui le précède.00 01

 

Géographie et contexte géologique

La grotte est située dans le Périgord noir en vallée de la Vézère sur la commune de Montignac (Dordogne), à une quarantaine de kilomètres au 118176sud-est de Périgueux et à 25 kilomètres de Sarlat-la-Canéda.

Elle s'ouvre sur la rive gauche de la Vézère, dans une colline calcaire au sein de l'étage coniacien (Crétacé supérieur). lascaux-salle des taureaux-NGContrairement à de nombreuses autres grottes de la région, la grotte de Lascaux est relativement « sèche ». En effet, une couche de marne imperméable l’isole de toute infiltration d’eau, empêchant Altamiratoute nouvelle formation de concrétion de calcite.

Historique

Découverte

Différentes versions parfois contradictoires ont été rapportées de la découverte de la grotte de Lascaux. Celle-ci a été effectuée en deux temps, les 8 et 12 septembre 1940.

Le 8 septembre 1940, Marcel bisons-lascaux-645174Ravidat découvre l'entrée de la cavité lors d'une promenade sur la commune de Montignac en Dordogne avec ses camarades Jean Clauzel, Maurice Queyroi et Louis Périer. Au cours de cette promenade, son chien poursuit 700 f484dfd77754c05494498e61f8009b73un lapin qui se réfugie dans un trou situé à l'endroit où un arbre avait été déraciné : un orifice d'environ 20 cm de diamètre s'ouvre au fond de ce trou, impossible à explorer sans un travail de désobstruction8. En jetant des pierres pour cessayer de faire sortir le lapin, Marcel Ravidat constate que le trou communique avec une aurochs-grotte-de-lascauxvaste cavité. Comme cela se situe à 500 mètres du château de Lascaux, il pense qu'il s'agit de la sortie d'un souterraingrotte-d-52

Quatre jours plus tard, le 12 septembre, Marcel Ravidat, muni d'un matériel de fortune (lampe à huile, coutelas) pour s'éclairer et élargir l'orifice découvert précédemment, lascauxrevient sur les lieux accompagné cette fois de Georges Agniel, Simon Coencas et Jacques Marsal. Les quatre jeunes gens pénètrent ainsi une première fois dans la grotte et y découvrent les premières peintures. Après des visites quotidiennes et une première exploration du Puits, Jacques Marsal dévoile leur découverte à ses parents, qui s'étonnent de le voir revenir couvert de poussière. Ils avertissent leur ancien instituteur Léon Laval le 16 septembre9. Une descente lascaux 2est organisée. Le préhistorien Henri Breuil, réfugié dans la région pour fuir l’occupant, est le premier spécialiste à visiter Lascaux, le 21 septembre 1940, en compagnie de Jean Bouyssonnie, d'André Cheynier, bientôt suivis de Denis Peyrony et de Henri Begouën, propriétaire du lieu.lascaux4b

Études et relevés

H. Breuil est le premier à authentifier Lascaux et à la décrire sommairement10. Il entreprend quelques relevés dès la fin de l'année 1940 et passe plusieurs semaines sur place pour étudier les œuvres qu’il attribue au Périgordien.article lascaux

Après plusieurs années passées en Espagne, au Portugal et en Afrique du Sud, il revient en 1949 et entreprend une rapide fouille avec Severin Blanc et Maurice Borgon,au pied de la scène du puits où il espère trouver une sépulture. Il y met au jour des pointes de sagaies décorées en bois de renne.

De 1952 à 1963, à la demande de Breuil, les relevés des gravures sont réalisés sur 120 m² de calques par André Glory qui comptabilise 1 433 représentations (aujourd’hui, 1 900 sont répertoriées).

Par la suite, les représentations grotte-de-lascaux-iipariétales sont également étudiées par Annette Laming-Emperaire, André Leroi-Gourhan (et toute son équipe pluridisciplinaire) de 1975 à nos jours et, de 1989 à 1999, par Norbert Aujoulat.

Protections

La grotte est classée au titre des monuments historiques l'année bmême de sa découverte, par arrêté du 27 décembre 1940. Les parcelles de terrain où se trouve la grotte ou voisines de celle-ci sont classées au titres des monuments historiques par arrêtés du 8 mai 1962 et du 5 septembre 1962.

En octobre 1979, elle est thot-4inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, parmi différents sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère.

Exploitation touristique et problèmes de conservation

En 1948, l'accès à la grotte est aménagé afin de permettre des visites touristiques qui vont se multiplier rapidement et mettre en péril la conservation des figurations pariétales. D’importants travaux de terrassement sont lancés et sanglier-grotte-de-lascauxmodifient le niveau et la nature des sols. Un éclairage électrique est installé et un escalier est mis en place pour accéder aisément à la salle des Taureaux. L’entrée est close par une lourde porte de bronze. Malgré l'installation de cette porte pour limiter le danger de déséquilibre atmosphérique et la présence d'appareils de climatisation, le problème du conditionnement de l'air n'a pu être résolu.lascaux-3

Acidification des parois, « maladie verte » et « maladie blanche »

Dès 1955, les premiers indices d'altération sont constatés. Ils sont dus à un excès de dioxyde de carbone induit par la respiration des visiteurs, qui provoque une acidification de la vapeur d'eau expirée corrodant les parois. En 1957 est mis en place un premier système destiné à régénérer l'air ambiant et à stabiliser la température et l'hygrométrie. Les visites continuent pourtant à se succéder au rythme effréné de plus de 1 000 touristes par jour, dégageant environ 2 500 litres de dioxyde de carbone et 50 kg de vapeur d’eau dans une cavité dont le volume est relativement faible, de l’ordre de 1 500 m³. André Glory, qui effectue des relevés durant cette période, doit travailler la nuit pour ne pas perturber le rythme des visites.lascaux 584x331

En 1960, la « maladie verte » fait son apparition : les émanations de dioxyde de carbone liées aux visites, une température trop élevée et les éclairages artificiels permettent la dissémination de colonies d'algues sur les parois. L’enrichissement de l’atmosphère en dioxyde de carbone génère la « maladie blanche », un voile de calcite qui se dépose sur les parois et sur certaines œuvres. En 1963, les micro-organismes continuent à proliférer malgré la mise en place de filtres à l'ozone. En avril 1963, André Malraux, alors Ministre chargé des Affaires culturelles, décide d'interdire l'accès de Lascaux au grand public.lascaux-vache noire

De 1965 à 1967, l'ensemble du système de régulation thermique et hygrométrique est modifié afin de recréer les conditions de circulation des masses d'air qui avaient permis la conservation de Lascaux durant des millénaires. Le principe de ce système statique de refroidissement consiste à utiliser la convection naturelle pour condenser la vapeur d'eau à un endroit déterminé.

Au début des années 1970, la réalisation d'un fac-similé d'une partie de la grotte est mise en œuvre. Elle est ouverte au public en 1983 (cf. infra Lascaux II).lascaux-chevaux.1217584438

Les moisissures blanches

En 2000, le matériel de gestion du climat de la cavité est remplacé. Au printemps 2001, Bruno Desplat et Sandrine van Solinge, les agents chargés de la surveillance du site, signalent l'apparition de moisissures dans le sas d'entrée de la grotte. Le sol se couvre en effet d'un champignon extrêmement résistant, Fusarium solani. Ce phénomène coïncide avec l'installation du nouveau système de régulation hygrothermique qui a été mal conçu. Les souches de Fusarium solani présentes dans la grotte sont résistantes au formaldéhyde employé depuis des décennies pour la désinfection des pieds des visiteurs. Le champignon s'est propagé aux peintures, bientôt recouvertes d'un duvet blanc de mycélium. Le champignon vit en symbiose avec une bactérie nommée Pseudomonas fluorescens, qui dégrade le fongicide employé jusque là. Celui-ci doit dès lors être combiné à un antibiotique.peinture004

En 2002, le Ministère de la Culture met sur pied un Comité scientifique international de la grotte de Lascaux, qui doit gérer le problème.

De juillet 2001 à décembre 2003, des traitements d’urgence appliqués dans la grotte sont destinés à ralentir le développement rapide des moisissures observées (compresses imbibées de fongicides et d’antibiotiques ; épandage de chaux vive sur les sols ; pulvérisations de produits biocides) 12.

En 2006, la contamination est à peu près maîtrisée, mais toutes les deux semaines une équipe revêtue de combinaisons spéciales est chargée de débarrasser à la main les Altamiraparois des filaments de mycélium qui réapparaissent malgré tout.

Quinze années de fréquentation touristique intense ont donc perturbé l'équilibre fragile qui avait permis la conservation miraculeuse de Lascaux et ont failli entraîner sa disparition.

Les taches noires

Après une première apparition sur la voûte et le sas d'entrée fin 2001, des taches noires dues à deux champignons ont fait leur apparition en juillet 2007 dans certaines parties plus confinées de la grotte, le Passage, la Nef et l'Abside. Un traitement biocide a été effectué en janvier 2008 et a été suivi d'un repos complet de la grotte pendant 3 mois. Le 11 avril 2008, le comité lascaux-1scientifique international a indiqué que les soins apportés étaient encourageants dans neuf des onze zones tests. Cependant, dans les deux dernières zones tests, le développement des taches noires continue.

D'après la conservatrice en chef du site, les mouvements de l'air se sont profondément modifiés depuis les années 1980 dans la partie tachée de la grotte. L'air circulait auparavant alors qu'il semble immobile aujourd'hui.

Le Ministère de la Culture a annoncé le 10 juillet 2008 que le comité du patrimoine mondial de l'Unesco n'avait pas jugé opportun d'inscrire la grotte sur la liste du patrimoine mondial en péril18. En réalité, le comité en question, réuni à Québec le 5 juillet, parle d'un sursis d'un an. Pendant cette période, la France devra répondre aux questions de l'Unesco concernant « la gestion de la crise et la conservation du site ». Il s'agirait notamment d'assurer des études d'impact avant toute intervention sur les peintures et les gravures dans la grotte, d'inviter une mission extérieure et indépendante mandatée par l'Unesco pour examiner Lascaux, mais aussi les autres sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère, et enfin, de fournir un rapport de conservation avant le 1er février 2009. En l'absence de progrès substantiels, la grotte pourrait se voir inscrite sur la liste du patrimoine en danger en juillet 200919.vache lascaux

Le ministre de la Culture Christine Albanel s'est rendue sur place le 25 juillet 2008 pour visiter brièvement la grotte. Soulignant l'importance de la régulation de l'air dans la grotte, elle a annoncé le changement du système de climatisation installé en 2000. Elle a par ailleurs envisagé lascaux-1003l'élargissement du Comité scientifique à d'autres experts, notamment étrangers20.

Le 26 novembre 2008, Christine Albanel a confirmé21 que les taches noires subsistaient dans la partie droite de la grotte. Elle annonce un symposium. Celui-ci, intitulé « Lascaux et la bnconservation en milieu souterrain », s’est tenu à Paris les 26 et 27 février 2009 sous la présidence de Jean Clottes. Réunissant près de trois cents participants provenant de dix-sept pays, il avait pour but de confronter les recherches et travaux menés dans la grotte de Lascaux depuis 2001 avec les expériences conduites dans les autres pays du monde sur la question de la conservation en milieu souterrain22. Les actes en sont parus en 2011, dans un volume qui regroupe les études présentées lors des séances ainsi que la transcription intégrale des débats. Soixante-quatorze spécialistes de domaines aussi variés que la biologie, la biochimie, la botanique, l'hydrologie, la 02 01climatologie, la géologie, la mécanique des fluides, l'archéologie, l'anthropologie, la restauration et la conservation, issus de nombreux pays (France, États-Unis, Portugal, Espagne, Japon, Australie, Allemagne, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande...), ont été associés à sa rédaction23.503004-med

Le 21 janvier 2010, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand confie au paléoanthropologue Yves Coppens la présidence du conseil scientifique chargé de la conservation de la grotte.

Description de la grotte179307 lascaux009

La grotte de Lascaux est relativement petite : l'ensemble des galeries n'excède pas 250 mètres de long pour un dénivelé d'environ 30 mètres. La partie décorée correspond à un réseau supérieur, le réseau inférieur étant difficilement pénétrable du fait de la présence de dioxyde de carbone.

 

L Abbé BREUIL 

 

Henri Édouard Prosper Abbé9782271072511Breuil, né le 28 février 1877 à Mortain (Manche) et mort le 14 août 1961 à L'Isle-Adam (Val-d'Oise, à l'époque Seine-et-Oise), est un préhistorien français. Universellement 220px-Henri-Breuil-Monsconnu sous le nom d'« abbé Breuil » et surnommé le « pape de la Préhistoire »1, il s’est illustré par ses contributions à la classification des industries lithiques, paléolithiques et à l’étude de l’art pariétal6083516145 3398e7b7f6 préhistorique.

Biographie

Né d'un père Procureur de la République à Clermont-de-l'Oise et de Cécile Mario de l'Isle, il entre au prestigieux séminaire de Saint Sulpice en 1895 en même temps que Jean Bouyssonie (1877-1965), il suit les cours de sciences naturelles de l’abbé Jean Guibert, auteur d'un traité - abbe-breuil-outillage-lithique« Les Origines » - sur les rapports de la science et de la religion - , dont l'enseignement fait une large place aux idées évolutionnistes alors relativement nouvelles. Il va faire un certain nombre de rencontres cruciales qui vont conforter son intérêt pour la science préhistorique naissante : G. d’Ault du Mesnil, Louis Capitan (1854-1929) en 1896, Edouard Piette en 1897 chez qui il peut admirer des chefs-d’œuvre de l’art mobilier préhistorique, Denis Peyrony.abbe-breuil-sur-le-terrain

Ordonné prêtre le 9 juin 1900 à Saint-Sulpice, l'abbé Breuil obtiendra2 de ne pas être attaché à une paroisse afin de pouvoir se consacrer entièrement à ses travaux de préhistorien dans un but d'apologétique catholique3. Il obtient sa licence d'Histoire Naturelle en 1904.

Dès 1905, il enseigne la Préhistoire à l’Université de Fribourg, puis à Paris prend en charge la chaire d'ethnographie historique de l’Institut de paléontologie humaine en 1910 (ce qui fait de lui le premier préhistorien professionnel de France4) et professe au Collège de France de 1929 à 1947. Il est nommé membre de l’Institut de France en 1938. Bien que détestant l'enseignement, il construit paradoxalement sa carrière dans ce domaine afin de le faire reconnaître et financer par l'université et la Caisse des Monuments Historiques et Préhistoriques.

Henri Breuil et l’art pariétal

En 1901, avec Louis Capitan et Denis Peyrony, il participe à la découverte de deux grottes ornées majeures de Dordogne, les Combarelles et Font-de-Gaume. Il commence à réaliser des relevés des gravures de la première et des peintures et gravures de la deuxième. En 1902, Émile Cartailhac le convie à étudier les peintures de Marsoulas et d’Altamira. Dès lors, il va participer à l’étude de nombreux sites ornés, en France (le Tuc-d’Audoubert, les Trois-Frères), en Espagne (Castillo) mais aussi en Afrique du Sud. Il sera notamment le premier préhistorien à visiter et décrire sommairement la grotte de Lascaux, avant de gagner l'Afrique.

Ses études vont lui permettre d'être reconnu désormais comme le spécialiste international de l'art pariétal préhistorique : en 1929, il reçoit une chaire au Collège de France, et en 1935, il obtient la première chaire du genre à l'Université de Bordeaux.

Son ouvrage majeur, Quatre cents siècles d'art pariétal, paru en 1952,

220px-Jean_Houzeau_et_Henri_Breuil.jpg dresse pour la première fois un panorama de l'art pariétal paléolithique franco-cantabrique connu à l'époque et lui confère une autorité mondiale. Ce livre est l'aboutissement de plus de 700 jours d’études sous terre. L'Abbé Breuil s'attache avant tout à relever et à décrire minutieusement les œuvres paléolithiques et à en préciser la chronologie qu'il imagine se dérouler en deux cycles successifs.

Plus tard, malgré son âge et ses difficultés visuelles, il ira constater et authentifier, comme on disait alors, les découvertes de Rouffignac (révélées par le Spéléo-Club de Périgueux dès 1948 et reconnues seulement en 1954 par L.-R. Nougier et R. Robert) et de Villars (découvertes par ces mêmes spéléologues).

Henri Breuil et les industries préhistoriques

magnify-clip.png
Henri Breuil (avec sa soutane, son béret vissé derrière l’oreille et la cigarette aux lèvres) et Jean Houzeau de Lehaie - Musée de Préhistoire de Mons (Belgique).

Sa contribution majeure concernant les industries lithiques reste sa révision de stratigraphies de références du Paléolithique supérieur et la restitution en 1906 de la véritable position de l’Aurignacien dans la chronologie de cette période, au terme d'une étude méthodique de l'outillage lithique et osseux d'Europe en stratigraphie menée depuis 1905.

Sa passion le conduit à s’intéresser à toutes les formes de la culture matérielle paléolithique, toutes périodes confondues. Avec le père Pierre Teilhard de Chardin, exilé en Chine dans les années 1930, il participe aux recherches concernant le Sinanthrope à Zhoukoudian en Chine.

Henri Breuil et l'Afrique

Ses nombreux voyages en Afrique lui permettent de se lier à sir Ernest Oppenheimer, alors leader mondial de l'industrie de l'or et du diamant. Il peut examiner de nombreuses collections et livrer les premières publications synthétiques traitant de la Préhistoire africaine.

En Afrique du Sud, il prend une part importante au développement académique de la discipline et est même élu Président de la South African Archeological Society. Il se lie d'amitié avec le maréchal Jan Smuts, grâce à qui il obtient les moyens financiers et logistiques de ses expéditions. Plus tard, il se lie avec l'anthropologue sud-africain Philip Tobias.

En 1918, le prospecteur et topographe allemand Reinhard Maack découvre sur une paroi rocheuse, une importante fresque rupestre, dans les monts du Brandberg (2 573 m), le plus haut massif montagneux de Namibie. En 1947, Henri Breuil visite cette découverte dont le personnage central, qu'il appelle la « dame blanche », le hante depuis qu'il a appris son existence dix-huit ans auparavant.

Des pratiques discutables

L'œuvre de pionnier de H. Breuil reste immense même si nombre de ses théories et de ses interprétations ont été infirmées par les analyses ou les études ultérieures. Il est également possible aujourd'hui, avec le recul, d'émettre des réserves quant à certaines de ses méthodes, parfois approximatives, ses préjugés idéologiques5 dont certains seraient aujourd'hui qualifiés de racistes, ses discours scientifiques fortement imprégnés d'une mythologie populaire, sa douteuse omniscience, son refus d'admettre l'erreur et son souci de se construire une image flatteuse pour la postérité.

 

Monuments à visiter

En Périgord « vert »
Le château de Puyguilhem à Villars
La grotte de Villars
 
La ville de BRANTOME, la « VENISE DU PERIGORD »6a00d83451cda369e2012877134c3f970c-800wi
Brantome 10511 0445Brantôme pavillon Renaissance (6)brantome okEn Périgord « blanc »
La cathédrale Saint-Front de Périgueux
La vieille ville de Périgueux
En Périgord « noir »
La grotte de Lascaux (patrimoine mondial)
Les Jardins du Manoir d'Eyrignac (jardin remarquable)
Les gisements préhistoriques Cro Magnon aux Eyzies-de-Tayac
Les vestiges d'habitations troglodytiques au Moustier
Les cités médiévales : Sarlat-la-Canéda, La Roque-Gageac,(ci-dessous)800px-La Roque Gageac01
 
DOMMEdff
800px-Domme porte des Tours800px-Halle Domme-18e siècleph24 domme1photo dommeLes nombreux châteaux : Castelnaud,798px-Castel of castelnaud la chapelle carte stcyprien sarlatCastelnaudlachapelleChateau-Les-Milandes794px-Milandes03.jpgChâteau Les Milandes où vécut Joséphine Baker(photos ci-dessus et ci-dessous)

Joséphine Baker

Le château constitue la résidence de la chanteuse et meneuse de revue Joséphine Baker et de son mari Jo Bouillon qui le louent à partir de 1937 et l'achètent dix ans plus tard. C'est à cette époque que sont installés l'eau courante, l'électricité et un système de chauffage central. Elle y développera un complexe touristique avant-gardiste, baptisé « Village du Monde », et y vivra avec ses douze enfants adoptés de neuf nationalités différentes qu'elle surnomme sa « Tribu Arc en Ciel ».

En 1964, suite à des problèmes financiers, la mise en vente aux enchères du château est annoncée. Malgré un répit grâce à l'intervention de Brigitte Bardot qui lance un appel aux Français et le refus par Joséphine Baker de l'offre de Gilbert Trigano, le château est finalement vendu pour un dixième de sa valeur en 1968. Faisant jouer la loi française, elle obtient néanmoins un sursis qui lui permet de rester au château jusqu'au 15 mars 1969. Cependant, alors qu'elle est en tournée, elle apprend que le nouveau propriétaire a investi les lieux. Elle s'y oppose et investit seule la cuisine dans laquelle elle se barricade, ses enfants étant confiés à sa sœur. Profitant d'une de ses sorties de la pièce pour aller chercher de l'eau, les ouvriers, qui ont pour consigne de la faire partir du château, referment la porte derrière elle. Elle passe la nuit devant la porte et doit être transportée à l'hôpital le lendemain. Cet évènement tourne en faveur de Joséphine Baker qui obtient finalement une autorisation de réintégration dans la cuisine par la justice.

Chateau Les-Milandes08
 
Beynac, Hautefort
 
Château de HAUTEFORT ci-dessous avec ses superbes jardins5715605
800px-Hautefort - Château -1
DSCN0445DSCN0446DSCN044724hautefort
En Périgord « pourpre »
La vieille ville de Bergerac
La villa romaine de Montcaret
Le château de Monbazillac
Les anciennes bastides médiévales de Beaumont, Lalinde et de Monpazier
L'abbaye cistercienne de Cadouin

Histoire

  • Charles d'Orléans, comte du Périgord est fait prisonnier à l'issue de la bataille d'Azincourt, en 1415. Il reste prisonnier en Angleterre jusqu'en 1440.
  • Le 14 décembre 1430, Charles d'Orléans donne à son frère naturel Jean, bâtard d'Orléans, futur comte de Dunois, le comté de Périgord en échange de celui de Porcien. Mais cette donation était peut-être fictive.
  • Finalement, le 4 mars 1438, pour se procurer les fonds nécessaires à sa rançon, Charles d'Orléans vend le comté à Jean de Châtillon dit Jean de L'Aigle, fils de Jean Ier de Châtillon, seigneur de Laigle, comte de Penthièvre, vicomte de Limoges, moyennant la somme de 16 000 réaux d'or et 10 000 florins qui étaient dus par feu Louis d'Orléans à Olivier de Clisson, dont Jean de Bretagne était héritier.
  • En 1454, Jean de Bretagne meurt. Le comté revient à son frère Guillaume.
  • En 1455, à la mort de Guillaume de Châtillon-Blois, le comté revient à sa fille aînée Françoise qui apporte en dot le comté en 1470 lors de son mariage avec Alain, sire d'Albret.
  • Le comté est possédé par Henri II de Navarre et d'Albret qui se marie en 1526 avec Marguerite d'Alençon, sœur du roi François Ier.
  • À sa mort en 1555, le comté de Périgord revient à Jeanne d'Albret qui s'était mariée en 1548 avec Antoine de Bourbon.
  • À la mort de Jeanne d'Albret, en 1572, le comté passe à son fils, Henri III de Navarre, qui devient Henri IV à la mort d'Henri III.
  • En 1584, Henri de Navarre cède ses droits sur le Périgord à sa sœur Catherine de Bourbon.
  • Par l'édit de juillet 1607, le comté de Périgord est réuni à la couronne[4].

Littérature

Jacquou le Croquant, d'Eugène Le Roy, raconte l'histoire de la révolte des Croquants, et la destruction du château de l'Herm.

Gastronomie 

 

Outre son artisanat, le Périgord est célèbre pour sa gastronomie et les fruits de son terroir, comprenant:

  • la truffe noire ;
  • le foie gras ;
  • les vins de Bergerac (13 AOC dont Monbazillac, Pécharmant...)
  • le papitou (pâté composé à 30% de fois gras de canard) ;
  • les confits ;
  • la sauve Périgueux ;
  • les pommes de terre « sarladaises » ;
  • les terrines ;
  • les fruits : pommes, fraises du Périgord (IGP), noix du Périgord (AOC).

Personnalités célèbres[modifier]

  • Pierre Grellety, (XVIIe siècle), le « dernier croquant »
  • Étienne de La Boétie (1530-1563), écrivain
  • La Calprenède, (~1614-1663), romancier
  • Lagrange-Chancel (1677-1758), écrivain et pamphlétaire, natif de Razac.
  • Michel de Montaigne (1533-1592), écrivain et philosophe
  • Jean de Vienne (1557-1608), contrôleur général des Finances, président de la Cour des comptes à Paris

     

  •  

  • LE GOUFFRE de PADIRAC (ROCAMADOUR)

    gouffre-padirac-407709

     

  • A 103 mètres sous terre, légendes et paradis naturel s'entremêlent pour faire du Gouffre de Padirac un lieu de visite des plus insolites. Situé au bord de la vallée de la Dordogne, à la croisée des chemins du Quercy et du Périgord Noir, près de Rocamadour, le site offre une belle balade au milieu de multiples galeries où baigne sur près de 2 400 mètres la rivière de Padirac.

    Visite des entrailles du Gouffre de Padirac
     

  • Ce gouffre à ciel ouvert s'est formé à partir des eaux de pluie qui, au fil des siècles, ont creusé la terre. C'est en 1889 que le père de la spéléologie, Edouard Alfred Martel, s'y aventure et découvre un des affluents de la Dordogne, la rivière de Padirac. Depuis de multiples galeries et lacs ont été mis à jour.
    Cette cavité naturelle de 33 mètres de diamètre et de 75 mètres de hauteur est accessible au public depuis 1898. Aujourd'hui, deux ascenseurs et un immense escalier permettent aux visiteurs de s'infiltrer dans ce souterrain.
    Cette descente vertigineuse vers les eaux vertes et limpides de cette rivière souterraine donne déjà un avant-goût du voyage captivant qui attend les aventuriers d'un jour. Padirac

    Au fur et à mesure que les visiteurs s'enfoncent à bord d'une barque dans ce gouffre aux parois de dentelles sculptées par l'érosion, le murmure de l'eau devient de plus en plus pressant.

  •  

  • Apparaît alors le Lac de la Pluie avec une impressionnante stalactite de 60 mètres de haut nommée "la Grande Pendeloque". Les concrétions sont multiples et peuvent atteindre des tailles assez importantes. Il faut ensuite mettre un pied à terre à cause du rétrécissement de la Rivière Plane. Là, des concrétions aux formes les plus originales ressemblant à des champignons, des candélabres et des bénitiers naturels parsèment le chemin qui mène au Lac des Grands Gours.

  •  

  • Passé le Pas du Crocodile, cet immense bassin de 120 mètres de long surgit. Il dissimule en son sein de multiples barrages naturels et lorsque l'extrémité du lac est atteinte, une cascade bouillonnante se fait entendre. Le visiteur poursuit sa route vers la salle du Grand Dôme dont la beauté vaut en particulier le coup d'oeil. Outre sa voûte de 94 mètres de haut et son Lac Suspendu, cette salle se caractérise par ses piles d'assiettes naturelles et ses cascades de calcites. Goufre de Padirac bad5142b

    La visite du Gouffre de Padirac se termine sur cette note de magie où la nature a révélé ses merveilles dignes d'un architecte de grand renom. On comprend mieux le fait que cet éden naturel souterrain ait séduit le diable comme le relate la légende du Gouffre de Padirac.

     Bienvenue dans l'antre de Dante
    Le site est réputé pour la légende diabolique qui lui est associée. Pendant des siècles, le site attisa les craintes et ce n'est pas le masque diabolique sculpté dans la roche au niveau du Lac Suspendu qui améliora les choses.

    La légende raconte que Satan fit la rencontre de Saint-Martin et le défia afin de récupérer son sac d'âmes damnées. Le diable frappa du pied le sol et un trou béant apparut. Saint-Martin franchit l'obstacle avec sa monture et remporta donc le défi. Satan disparut de rage au fond du gouffre
     
     ARNAC-POMPADOURDSCN0303

     

    Arnac est un ancien site gallo-romain.

    Aux environs se dresse un ancien château bâti en 1026 par les seigneurs de Lastours, DSCN0308Vicomtes de Pompadour. Il fut considérablement agrandi au cours du XVe siècle, au moment de l'apogée de la maison de Pompadour, suite à l'héritage de la puissante Vicomté de Comborn. La vicomté fut ensuite élevée au rang de marquisat. Après l'extinction de la famille au début du XVIIIe siècle, l'héritage, comprenant le château, les terres et le titre, fit l'objet d'une longue bataille judiciaire entre le Prince de Conti et le Marquis de La Vallière. Finalement aucun des deux n'obtint gain de cause puisque Louis XV préempta le château au nom de la Couronne. Il en fit presque aussitôt don à sa favorite, Mme d'Etiolles, qui prit de là le nom de Marquise de Pompadour.

    En 1760, quelques années avant sa mort, elle se sépara du château qui retomba dans le domaine royal. Louis XV y établit l'année suivante, sur la base du haras privé que la marquise avait créé en 1751, un Haras Royal, prospère jusqu'à la Révolution. Fermé avec la chute de la royauté, il est rétabli par le Directoire en 1795. Il devient Haras National en 1872.

  • Les HARAS de PmpadourDSCN0310

    DSCN0311

  • DSCN0320

     DSCN0325

  •  DSCN0330-copie-1

  • DSCN0334

    DSCN0335

  •   Et puis à ROCAMADOUR, étape suivante, on pourra assister à une spectacle de rapaces au Rocher des Aigles 

    Si l'on visite le rocher des aigles c'est avant tout pour assister à un spectacle de rapaces en vol libre. Pour l'avoir vu à 4 ans d'intervalle, il faut savoir que ce spectacle ne se renouvelle pas. Il est cependant riche et plaisant.

    On assistera à des animations sur 2 types d'oiseaux : des rapaces (aigles, vautours, milans, etc...) et des perroquets (aras, cacatoès, gris du Gabon, etc...). Le spectacle sur déroule en pleine nature sur une esplanade au bord d'un rocher.

    Le public se place autour de l'esplanade, soit en plein soleil, dos au bord du rocher et le long d'une rambarde en bois ou assis sur des bancs ombragés. On choisira selon son goût. En plein soleil, on a la meilleure vue et les plus grandes sensations. Sur les bancs, on est abrité des assauts du soleil qui sait être dur en plein été dans le Lot... mais le couvert des arbres, s'il offre de l'ombre, cache également le ciel et limite la vision qu'on peut avoir des rapaces quand ils sont hauts dans le ciel. Si une bonne partie du spectacle se fait au centre de l'esplanade, une autre partie s'apprécie en regardant les rapaces évoluer haut dans le ciel.

    Une personne équipée d'un casque micro commente le spectacle et donne des informations sur les rapaces. La sono est bonne. Le commentaire est intéressant. D'autres assistants "manipulent" les oiseaux et sont équipés du gant habituel pour que le rapace agrippe le bras.

    Plusieurs démonstrations sont offertes au public : un faucon qui attrape un appât accroché à une longe qu'un assistant fait tournoyer, des vols en face du public de diverses espèces de rapaces (vol d'une estrade en bois à une autre placées de part et d'autre de l'esplanade), vols libres où les rapaces partent en altitude puis reviennent à l'appel des assistants, aigle qui attrape en plein vol un bout de poisson qui flotte sur un bassin au milieu de l'esplanade, etc...

    Les espèces ne sont pas toutes européennes, en témoigne un grand condor qui révèle son envergure en volant devant nous.

     

  •   DSCN0363DSCN0364.JPGDSCN0365.JPGEt les Perroquets
  •  DSCN0368.JPG

  •  DSCN0369.JPG

  •  DSCN0373.JPG

  •  

  • ROCAMADOUR

    Rocamadour est une commune française, située dans le département du Lot et la région Midi-Pyrénées. Les habitants sont les Amadourien(ne)s. Le village se trouve au-dessus d'un plateau dominant de 150 m le canyon de l'Alzou.

    L'église Saint-Sauveur et la crypte de Saint-Amadour sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO, dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. C'est l'un des sites les plus visités de France avec plus d'1,5 million de visiteurs par an, après le Mont-Saint-Michel, la cité de Carcassonne, la Tour Eiffel et le château de Versailles2. Cette désignation touristique fut une véritable réussite digne des plus grands succès publicitaires, au moment où, durant l'après-guerre, la cité cherchait à valoriser son site plutôt que son pèlerinage559px-Rocamadour-panorama

    800px-Rocamadour paysage247961212 rocamadour 20070324 1174769607Rocamadour800px-Rocam durandal 082005 L'Epée Durandal dans un mur deL'épée Durantal de Roland, fichée dans la façade

  • lepalaisdes eveques-rocamadour

  • AYENDSCN0299.JPG

    DSCN0298.JPGROQUAMADOUR

  • Ayen est un ancien comté, qui fut érigé en duché en février 1737 pour Louis de Noailles.

    Une des plus importantes commanderies des chevaliers de Malte de la région se trouvait sur la commune au Temple d'Ayen

    En 1137, Ayen, comme toute l'Aquitaine, est réuni au royaume de France par le mariage d'Aliénor et de Louis VII, mais après le divorce d'Aliénor, elle passe sous domination anglaise.

    Après deux siècles mouvementés durant lesquels les barons limousins se livrèrent à des guerres incessantes, les Anglais réoccupent Malemort et Ayen dont le château a été notamment occupé par Richard Cœur de Lion.

    En 1415, les Brivistes soutenus par le roi Charles VI abattent le château de Malemeort. Les survivants anglais qui l'occupaient se réfugient alors à Ayen. L'année suivante, les paysans du village mettent le siège au château.

    Après 17 jours de blocus, vaincus par la famine et la soif, les Anglais se rendent. Afin d'éviter que la forteresse ne tombe aux mains de l'ennemi, Jean Ier de Comborn, futur chambellan de Charles VII, reçoit mission de raser le château d'Ayen.

    Ayen fut une des étapes de la route dite de Richard Cœur-de-Lion qui guerroya en France deux siècles auparavant, depuis Ségur où il reste des vestiges du passage de sa troupe, en passant par Pompadour, Juillac, Ayen, et Noailles, pour finir sa vie tué au siège de Châlus en Limousin en 1199.

     

    TURENNE

    Un des Plus Beaux Villages de France

       Le nom de cette localité était celui d'une vicomté qui forma pendant des siècles un véritable petit Etat souverain. De ce passé subsiste, dans la ville haute, les vestiges des trois enceintes et un donjon carré qui protégeaient le château. Celui-ci fut d'ailleurs démantelé au moment du rattachement de la vicomté à la Couronne de France, et il n'en reste que deux tours, dont l'une, la tour de César, date du XIIIe siècle. Dans les rues pavées de galets irréguliers, les maisons encastrées se regroupent autour de petites places. De riches bâtisses en calcaire sont adossées à la forteresse. Des hôtels particuliers flanqués de tourelles et de tours coiffées en poivrière datent du XVe siècle. En plus des nombreuses belles demeures anciennes, le village conserve deux monuments religieux : la collégiale du XVIe siècle et la chapelle des Capucins du XVIIe siècle.Turenne_fda.jpg

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Dordogne-Périgord Autres Voyages
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 18:51

Merveilleuse promenade hier sur les bords de la Semois.  Départ ce samedi 1 septembre 2012 à 10h00. Nous allons d'abord à Noirefontaine, voir le cabanon de Danielle au bord de la Semois. Nous y sommes vers 10h45.P1110779P1110782Tiens une femelle de Colvert, seuleP1110784

Puis nous fonçons sur Bouillon, que voicibouillon-11

 

BOUILLON (en wallon Bouyon) est une ville francophone de Belgique, située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

L'avoué du saint sépulcre dont l'origine demande encore quelques approfondissements scientifiques, le duc Godefroy dit de Bouillon est le personnage le plus célèbre de la localité. Il a vendu son château de Bouillon à l'évêché de Liège pour financer la première croisade, en 1099. La légende prétend qu'il serait né dans les Ardennes. La légende de son origine ardennaise trouve son origine dans les écrits de Jacques de Vitry qui trouva commode pour convaincre les gens originaires de l'évêché de Liège du bienfondé d'une participation à la croisade contre les Albigeois de manipuler un peu l'histoire et de faire naître ce personnage héroïque en bord de Meuse,. Bouillon est également la ville natale du leader rexiste Léon Degrelle. La localité est un centre touristique important (notamment le célèbre château qui domine la Semois du haut de son rocher). L'altitude de la ville est d'environ 220 mètres.800px-Bouillon vue du belvédère

Histoire

Au Moyen Âge, Bouillon était une seigneurie de Lotharingie et le siège principal de la dynastie des Ardennes-Bouillon aux Xe et XIe siècles. Au XIe siècle, ils dominaient la région et tenaient le titre de duc ainsi que de nombreux autres titres dans la région. Bouillon était la concentration dominante urbaine dans les possessions du duc3.

Une erreur courante est de croire que Bouillon était un comté. Bien que les seigneurs de Bouillon fussent fréquemment des comtes et des ducs, Bouillon en lui-même n'était cependant pas un comté. La fortification de Bouillon étaient, avec le comté de Verdun, le noyau central des possessions de la dynastie des Ardennes-Bouillon, et ils combinaient leur territoire avec une mixture complexe de fiefs, de terres allodiales et d'autres droits héréditaires à travers toute la zone. Un exemple de cela est l'avouerie du monastère de Saint-Hubert, qui a été donné à Godefroy II par le prince-évêque de Liège.800px-Bouillon - CF1 JPG

Le plus connu des seigneurs de Bouillon était Godefroy de Bouillon qui vendit Bouillon à la principauté de Liège. Les évêques commencèrent alors à s'appeler eux-mêmes Ducs de Bouillon, et la ville devint la capitale d'un duché souverain en 1678, quand il fut pris par l'armée française, et donné à la famille de La Tour d'Auvergne. Le duché était prisé pour sa position stratégique en tant que « clé des Ardennes » (appelée ainsi par Vauban, le grand architecte militaire de Louis XIV, qui entoura Bouillon d'une enceinte laquelle fut rasée au XIXe siècle) et ainsi donc de la France. Il est resté un protectorat quasi-indépendant, comme Orange ou Monaco, jusqu'en 1795 quand l'armée républicaine l'a finalement annexée à la France.

En 1814, Bouillon resta française, dans le département des Ardennes. En 1815, au second traité de Paris, elle fut rattachée au Royaume des Pays-Bas en même temps que Mariembourg, Fagnolle, Philippeville et Couvin. Lors de la Révolution belge de 1830, Bouillon devint Belge.

330px-Bouillon_Pl1JPG.jpg
magnify-clip.png

Plan ancien de la ville fortifiée et du château fort.

800px-Château de bouillon depuis la semois

La ville moderne

Bouillon a deux écoles, un collège et un lycée, des bancs et un square ainsi que de nombreux pédalos (simples ou ornés de cygnes ou dauphins colorés).P1110809

La ville se situe sur un méandre de la Semois. La ville est entourée de forêts.

Le château de Bouillon est toujours situé au-dessus du centre ville, et est une attraction touristique populaire.

La commune a lancé en 2010 son deuxième programme communal de développement rural associé à un agenda 21 local.

Célébrités

  • Philippe Albert, né en 1967 à Bouillon, ancien footballeur
  • Léon Degrelle (1906–1994), né à Bouillon, écrivain et politicien
  • Madeleine Ozeray (1908–1989), née et enterrée à Bouillon, actrice
  •  
  • Nous piquons sur BouillonP1110787 et allons d'abord à la grande papeterie de Bouillon acheter des classeurs et autres accessoires pour ma nouvelle bibliothèquePapeterie Bouillon018Ensuite Danielle m'entraîne dans le quartier de Bretagne, à gauche quand on monte sur le Château-fort et là nous découvrons un café-resto-gîte, des années 1600, avec un hommage rendu à Maurice Pirotte  , poète bouillonnais, que j'ai rencontré dans les années 1975, chez  Albert Conniasselle, marchand de tabac à Corbion 
  •  

Que fait Maurice Pirotte à 96 ans ? Il écrit, dessine, lit et, de sa fenêtre, dialogue avec le bastion de Bretagne et la Semois. En entrant chez lui, il vous accueille par un : « Je vous écrivais justement un poème ». Ah, l'élégance du mensonge bien tourné !

Il savoure les mots et les idées, les dispose en arabesques et les partage. Intelligence, humour et sens de l'humain pétillent dans son regard. Sa poésie ne livre pas toujours son secret à la première lecture et le symbolisme utilisé se teinte volontiers de couleurs mystérieuses. Depuis plusieurs années, Guy Adam se passionne pour les écrits et autres oeuvres artistiques de Maurice Pirotte. Aujourd'hui, il lui consacre l'espace de sa galerie « Les Miquelets ». « J'ai essayé de rassembler tous les visages de Maurice Pirotte : contes, poésies, dessins, revues, articles, sculptures, etc. Le 22 août, dans le cadre de la fête du quartier de Bretagne, nous présenterons le recueil qui lui est dédié. Un beau livre, édité chez Weyrich, qui contera 170 pages. Des hommages, une centaine de poésies illustrées par l'auteur, et une cinquantaine de contes ». C'est ainsi que dans la galerie « Les Miquelets » sont rassemblés des contes inédits, des poèmes, des dessins, des sculptures, des coupures de journaux... du poète et écrivain bouillonnais.

« Après guerre, et pendant plusieurs années, poursuit Guy Adam, Maurice Pirotte avait mis en place « La Revue bouillonnaise ». Cette satire du temps avait fait vibrer la salle des fêtes et le coeur des spectateurs. On y retrouve l'humour bouillonnais, les trempinettes et les canados aux rousses. Le tout accompagné d'un orchestre symphonique . » T 'aimer entre les roses et le silence... et puis descendre en moi-même ». La voix claire, lente, ou forte, entre silence et intonations chantantes, déploie ses ailes, le temps de quelques vers. Dans la petite cave voûtée des Miquelets, le CD consacré au poète anime les murs, les écrits, les dessins, les sculptures de l'artiste. Car si ses muses favorites l'ont conduit vers les mots, Maurice Pirotte a également dansé avec le bois et la terre pour épancher son âme amoureuse. Sans oublier que dans les années '60, '70, il était le critique d'art de la province. Tous les peintres de la région sont passés sous sa plume. Maurice Pirotte se verra récompensé par de nombreux prix : un premier prix de poésie, le prix Phare, le grand prix littéraire de Wallonie, un deuxième prix de poésie en concours international (Guadeloupe)...

«Pour moi, Maurice Pirotte représente un rayon de gloire sur Bouillon, conclut Guy Adam. L'année prochaine, j'essayerai de rassembler d'autres écrits, tels ses "Revues" qu'il a créées, et de les faire éditer. »

Une rue très pittoresque avec un accès dans un passage souterrainADAM020VP1110791Voici un panneau d'entréeP1110795La maison donne sur deux rues. Voici la façade principale, dans la rue qui monte vers le châteauP1110789Et voici la cour-ruelle à l'arrièreP1110796P1110799P1110801P1110803P1110804P1110805Voici la ruelle, vue du dessusP1110807P1110808Ensuite nous allons prendre l'apéro à la Porte de France au pied du Château-fortP1110811à l'entrée de la route qui mène à Corbion-sur-Semois
 
  •  P1110809et en face l'Hôtel de France et L'Auberge d'AlsaceP1110812
  • 7 kms de côte en lacets et arrivée à Corbion,Corbion JPG02

 

Corbion (en wallon Côrbion) est une section de la ville belge de Bouillon située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Corbion se situe à 7 kilomètres du centre-ville.

Son altitude de 400 mètres permet de découvrir huit points de vue le long de 70 kilomètres de promenades balisées équipées de bancs de repos. Parmi les attractions touristiques figurent les vestiges de la « Maison des Couleuvres », où le poète Paul Verlaine séjourna vers 1885, ainsi que le « Moulin Joly » (propriété privée) qui date du XVIe siècle.

C'est le lieu de naissance de Sébastien de Corbion (né en 1520, dit Sébastien « Pistolet », inventeur de l'arme à feu qui porte son nom).

Corbion est aussi une cité de l'Italie centrale qui, selon Tite-Live (Histoire Romaine, livre III, 30) fut détruite par les Romains en 457 avant J.-C.

Étymologie

1315 Corbion

Cours d'eau (suffixe -on) à méandres (latin curuus « courbe »)1, désigne sans doute la Semois.

Histoire

Commune du département des Ardennes sous le régime français, elle fut transférée à la province de Luxembourg lors de sa création. Amputé de Frahan en faveur de Rochehaut en 1856, et de Poupehan (érigé en commune) le 18 juillet 1877. En 2002, un gros incendie avait ravagé une partie de l'usine Pierret.


  •  
  • ...nous piquons en direction de Rochehaut et nous arrêtons à Frahan-sur-Semois, dans un merveilleux petit restaurant "Les Croisettes", avec Gîte rural Trois Epis et Galerie d'art, le tout tenu par Michel Conniasselle, le fils d'Albert Conniasselle, de Corbion ( décédé en 1998), et son épouseFrahan015Frahan2016P1110814et nous nous installons en terrasseP1110816P1110821Avec le repas de viande et de poisson, nous dégustons un Côte du Rhône que voici, issu des Dentelles de Montmirail, Domaine des Auzières à ROAIXP1110819Voici l'intérieur de la Taverne. D'abord l'EntréeP1110818P1110822Le BarP1110825P1110823P1110826P1110827Et la veranda qui donne à l'arrièreP1110830P1110828P1110829-copie-1P1110831gAprès le repas nous visitons la galerie d'artP1110833 et puis nous remontons en direction de Rochehaut et de son point de vue sur le Tombeau du Géant et Botassart encerclé par la Semois

Le tombeau du Géant

Botassart se tapit dans un large fond de vallée qui renferme le magnifique site naturel du 'Tombeau du Géant', inscrit sur la liste du Patrimoine exceptionnel de Wallonie. Victor Hugo était lui-même un grand admirateur de ce coin de la Semois, considéré comme un des plus beaux.
Il ne faut pas rater ce point de vue récemment restauré. Le paysage que l'on découvre depuis le point de vue de Botassart, près du village homonyme, est grandiose. Dans un magnifique cadre de forêts, la Semois s'attarde en un long méandre étranglé autour d'une butte rocheuse. La forme régulière de la colline boisée ceinturée par la rivière lui a valu le nom de 'Tombeau du Géant'.

La légende veut qu’un géant gaulois fut assassiné par un centurion de l’armée de Labiénus. Son corps fut trouvé par un vieillard qui l’enterra avec l’aide de jeunes adolescents sur cette colline qui depuis est appelée 'Tombeau du Géant'.botassartp8230412

  • Botassartp8240510Et à Rochehaut, nous nous installons sur la terrasse  de l'Auberge de la Ferme, tenue par Michel BOREUX. Absolument intenable car la petite place est envahie par des motards qui pétaradent entre les tables. Absolument impensable. Nous n'irons jamais manger là-bas en terrasse....
  • Néanmoins Danielle craque devant une crème glacée colossale...Je ne vous raconte pasP1110846P1110845Er c'est le retour vers Moircy par Menuchenet et la 4 bandes qui mène à Recogne-Libramont
  • Nous venons de traverser la célèbre région du Tabac de la Semois

 

LE TABAC, SEMOIS !

Sur les bords de la rivière ardennaise, neuf planteurs et quatre fabricants surviventséchoir

Situé sur les hauteurs de Bouillon, le pays du poète Verlaine domine les méandres de la Semois, au coeur des Ardennes. Cultivé depuis le 16e siècle entre Rochehaut et Poupehan, ou entre Bohan et Corbion, le «tabac Semois» n'y est plus défendu aujourd'hui que par neuf planteurs et quatre fabricants, un chiffre dérisoire au regard des 400 planteurs de l'après-guerre.

C'est à partir de 1847 que le «Semois» connaît un essor considérable, lorsque Joseph Pieret, l'instituteur de Alle, ose le commercialiser hors des Ardennes pour relancer l'économie du pays. Une idée de génie car le succès ne se fait pas attendre : de 85 ha cultivés en 1895, on passe à 400 ha en 1910. Il est loin le temps où les habitants plantaient chacun quelques dizaines de pieds de tabac pour leur propre usage. Et aujourd'hui ? Pour diverses raisons, il ne reste plus que 3 hectares cultivés SéchoirTAPE 2592 BIG

Il n'empêche : l'herbe à Nicot ardennaise conserve une réputation que l'on dit mondiale - les effluves du tabac Semois flottent aujourd'hui encore jusqu'en Afrique et en Asie - et qui tient essentiellement à une exceptionnelle alchimie entre les quatre éléments de la création. La terre (de schiste), l'air, l'eau et le soleil, ce «feu» bienfaisant à un tabac principalement destiné à la pipe. Il y a ici une alternance étonnante entre l'humidité et le sec. Le matin, les feuilles de tabac transpirent sous les serpents de brume de la vallée. Mais vers midi, le temps se lève et les plants bénéficient d'un léger coup de vent ou de soleil qui les conservent de manière idéale, lance Jean-Paul Couvert, fabricant de tabac à Corbion. Voilà qui explique pourquoi, parmi les 400 sortes de tabacs qui existent à travers le monde, le Semois est considéré comme l'un des meilleurs par les fins connaisseurs.séchoirartsemoisced (45)

COMME LE BON VIN,

LE TABAC VIEILLIT BIEN

Maurice Grégoire, bien campé dans son fauteuil, raconte la passion qu'il nourrit pour le tabac depuis une cinquantaine d'années. A presque 70 ans, l'un des neuf derniers planteurs de la région ne fait que perpétuer une tradition amorcée en 1887 par son propre grand-père. De la plantation des graines de tabac au printemps, jusqu'au séchage en automne, en passant par la récolte en été, toutes ces opérations sont depuis longtemps devenues des gestes instinctifs pour Maurice Grégoire.

Neuf mois, c'est la période nécessaire pour transformer le dé à coudre de graines en un hectare de plants de tabac hauts d'un petit mètre. Soit l'équivalent d'un séchoir traditionnel bien rempli (12.000 plants) de feuilles séchées, glisse furtivement le planteur.Séchoirartsemoisced (33)

Les « manoques» (un bouquet d'une trentaine de feuilles) vont lentement brunir et sécher pendant quatre ans. Une étape importante qui détermine la qualité, le goût et la saveur de l'herbe à Nicot. Comme pour le vin, qui est meilleur quand on le laisse vieillir, le tabac se bonifie au fil du temps. Il y a moyen d'accélérer le processus, comme le font les grandes fabriques de tabac, mais la saveur s'en fait alors cruellement ressentir, nous explique Jean-Paul Couvert. Ainsi séchées dans des conditions optimales, les feuilles sont alors prêtes à être transforméespar le fabricant, l'autre maillon essentiel de la chaîne de production.

DU PLANTEUR AU FABRICANT,

DU SÉCHOIR AU TORRÉFACTEUR

Comme c'est le cas pour Maurice Grégoire, la passion que voue Jean-Paul Couvert au tabac s'est transmise au fil des générations. Ce fabricant d'une quarantaine d'années prend visiblement beaucoup de plaisir à expliquer le processus de fabrication du tabac, tant est manifeste son souci de ne pas laisser mourir une légende.

 

(N.B Jean-Paul COUVERT est aussi artiste-peintre et sculpteur et nous nous connaissons)Couvert PORTRAIT

Peintre, dessinateur et sculpteur, JTITRE-JPC.gifJean-Paul COUVERT est né en 1958 à Corbion dans les Ardennes belges.

Après un régendat en Arts Plastiques il poursuit des études supérieures à l'Académie Royale des Beaux-Arts de Liège (section supérieure, peinture de chevalet).
Il obtient le prix de peinture Marie Howet en 1983.


Influencé par la littérature initiatique, particulièrement l'alchimie, il effectue de nombreux voyages au Tibet, en Inde, au Cachemire, au moyen - Orient et en Afrique du Nord.

Son œuvre plastique est plutôt abstraite. Il travaille le bois, la pierre et l’ardoise de la région de la Semois. Il a réalisé plusieurs sculptures monumentales.

Il marque un profond intérêt pour l'oeuvre poétique de Saint John Perse, yves Bonnefoy et J.L.Borges ainsi que pour l'ouverture d'esprit que propose la pensée de Bachelard, C.G.Jung, Mircea Eliade et Gilbert Durand.
Son oeuvre est à envisager comme la pratique de la trace et du signe.

Enseignant les arts plastiques ,

il dirige également l’une des dernières manufactures de tabac
de la vallée de la Semois (Corbion-sur-Semois).

 

Cinq planteurs, dont Maurice Grégoire, lui fournissent quelques 2 tonnes de feuilles de tabac par an, soit 30 % de la production totale de tabac Semois.Séchoir24901164

Après avoir réhumidifié les feuilles rendues cassantes par les années de vieillissement, les manoques sont présentées au hachoir pour y être coupées. Il existe trois sortes de coupes : fine pour la cigarette, moyenne ou grosse pour la pipe. Le tabac ayant été réhumidifié, il faut le sécher à nouveau. C'est le rôle du torréfacteur, un grand cylindre tournant lentement sur son axe et chauffé par un feu de bois participant lui aussi pleinement au goût du tabac. Refroidi dans une soufflerie, le tabac passera ensuite sur des tamis qui le débarrasseront des fines poussières de tabac. Il est alors prêt pour l'empaquetage.SéchoirCP2

Sur un ballot de 13 kilos, il «sort» environ 150 paquets de 100 grammes, vendus au prix de 180 FB a pièce ( 45 Euros). La réputation du Semois auprès des vrais amateurs de tabac n'étant plus à faire, la seule publicité semble provenir du bouche à oreille. Voilà qui explique sans doute pourquoi le Semois est l'apanage de clients réguliers (principalement de Belgique et des pays frontaliers) qui viennent, une fois par an, se réapprovisionner sur les bords de la Semois.

Seule ombre au tableau d'une activité artisanale relativement lucrative (Jean-Paul Couvert réalise à lui seul près d'1,5 million de bénéfices par an, soit 125.000 euros) : les fausses appellations du Semois, qui représentent près de 70 % de la production vendue dans les grandes surfaces et même dans les magasins spécialisés. Cet «ersatz» est principalement fabriqué par des anciennes firmes de véritable tabac Semois rachetées par des établissements flamands, dit-on dans la région. Mais il n'y a du Semois que dans le nom et, par ailleurs, ce tabac ne bénéficie pas du label de qualité Semois. A bon fumeur...

Rentabilité dénigrée...

La demande de tabac Semois émane surtout de France, d'où arrivent des commandes de 2 tonnes par mois alors qu'il n'en sort que 2,1 tonnes par an chez moi, affirme Jean-Paul Couvert, fabricant de tabac à Corbion, près de Bouillon.

Le ton est donné : la production ne cesse de diminuer (7 tonnes à l'heure actuelle pour 650 par an au début du siècle), alors que la demande paraît bien réelle. Le nombre de fabricants suit la même évolution (4 aujourd'hui pour 80 au début des années 50) alors que c'est un marché rentable. Comment expliquer, dès lors, que ce secteur soit paradoxalement déserté ? Surtout quand on sait que le tabac est une plante qui a l'un des meilleurs rendements, en termes de prix, par rapport à la surface cultivée.Séchoirs poupehan 020

La première raison invoquée est que la fabrication exige des investissements relativement importants. Il faut savoir que les quatre machines utilisées par le fabricant représentent un coût de 40 millions de FB. Il est donc difficile de s'établir comme fabricant si des prédécesseurs n'ont pas eux-mêmes ouvert la voie. Mais pas impensable : compte tenu d'un chiffre d'affaires que l'on peut estimer à quelque 5 millions de francs par an (125.000 Euros) pour une production limitée à 2 tonnes, et d'une marge bénéficiaire confortable, le retour sur investissement est plutôt favorable.

Deuxième raison invoquée : les taxes et charges professionnelles imposées aux fabricants. Sur les 1.800 FB que coûte le kilo de tabac, l'état en prend près de 1.000 FB. Sur les 800 FB restants, le planteur, qui est seulement taxé sur le bénéfice, ne reçoit du fabricant que 206 FB au kilo. Heureusement que la Communauté européenne aide les planteurs à hauteur de 110 FB au kilo, sinon, les revenus de la plantation seraient réduits à une peau de chagrin, lance Jean-Paul Couvert.Séchoirartsemoisced (37)

Sans oublier les analyses de sol et la désinfection des couches qui vont accueillir les graines de tabac, gracieusement offertes par l'Institut agricole de Gembloux. Par contre, même si les fabricants ne reçoivent aucune aide extérieure, leur situation est autrement plus enviable que celle des planteurs puisque leur marge bénéficiaire est de l'ordre de 25 % (450 FB au kilo pour environ 150 FB au planteur), compte tenu des coûts de transformation.

Reste une interrogation : pourquoi ne pas avoir réuni planteurs et fabricants au sein d'une sorte de coopérative, ce qui aurait singulièrement baissé les coûts de production ? Ce serait l'idéal : nous travaillerions moins, partagerions les bénéfices, et les coûts seraient revus à la baisse. Mais une association demande énormément de confiance..., dit Jean-Paul Couvert. Le jour viendra peut-êtreoù la survie du Semois dépendra de ce raisonnement désormais dans l'air du temps.

 

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 05:45

La basilique des Saints-Pierre-et-Paul est l'église principale de la ville belge de Saint-Hubert située en Région wallonne dans la province de Luxembourg. Ancienne église abbatiale de l'abbaye de Saint-Hubert (687-1797), elle fut élevée au rang de basilique mineure en 1927. L'église et le quartier abbatial font partie du Patrimoine majeur de Wallonie.800px-Saint-Hubert JPG02

 

La Basilique  450px-Saint-Hubert JPG02d

P1140868-copie-1

Derrière une façade baroque se cachent cinq nefs, un transept et un chœur construits en gothique flamboyant de type brabançon, sur des fondations romanes et à l'emplacement de plusieurs églises antérieures. Les reliques de saint Hubert transférées au IXe siècle dans la basilique (ancienne église de l'abbaye bén édictine) attirèrent de tout temps de nombreux pèlerins.P1140885

Histoire

Pour l'essentiel, la construction de l’église actuelle s’est étalée entre 1526 et 1564. L'intérieur des parties basses des tours date de 1230 environ. La voûte de la nef centrale a été élevée en 1683 (clés des bras du transept). Les voûtes des nefs latérales sont datées de 1564 (première clé de voûte du déambulatoire sud). La façade a pris son aspect actuel entre 1700 et 1702 (Frère Bérégise, bénédictin, et Jean-Arnold Hontoire).P1140886

P1140889De fréquents incendies de la cité abbatiale ont contribué à une modification des bâtiments, au fil des reconstructions successives. Le sac total opéré par les Huguenots français en octobre 1568 fut particulièrement dévastateur. Il faut ajouter à cela les spoliations par la France, puissance occupante, après 1795. Il subsiste aussi une des trois cryptes romanes, antérieure à 1080 et remaniée lors de la construction de l'abbatiale actuelle.P1140888vP1140890

Mobilier

Le décor général est de Jean-Arnold Hontoire ainsi que les autels latéraux, la sacristie. La statuaire a été réalisée par ses disciples, P.Vandervecken et R.Panhay de Rendeux, et surtout par Guillaume Evrard, le plus grand sculpteur liégeois du XVIIIe siècle, dont on peut admirer quatre des chefs-d'œuvres.

La basilique conserve un mobilier important :P1140891

  • P1140895L'autel de saint Hubert de 1648 de Nicolas de Fanson, avec retable de 24 émaux de Limoges du célèbre émailleur Didier, réalisé d'après la petite Passion d'Albrecht Dürer et un remarquable ensemble de sculptures dont la plupart se trouvent dans le chœur.P1140905P1140901
  • P1140904Les stalles, œuvre d’ébénisterie de qualité, terminée en 1733, ont été sculptées entièrement par Jean-François Louis, gendre de J-A Hontoire et construites par Pierre Martiny, menuisier borquin. Elles sont décorées de dix-huit panneaux de chêne sculptés en bas-relief et présentent les principaux épisodes des vies de saint Benoît et saint Hubert.
  • Les orgues classiques, installées dans un buffet à deux corps daté de 1685, ont été construites par Antoine le Picard de Noyon, elles comptent actuellement 44 jeux complets, elles ont cependant été fortement modifiées vers 1930.
  • Le cénotaphe de saint Hubert, sculpté par Guillaume Geefs en 1847, a été offert à l'église par le roi Léopold Ier de Belgique.
  • Enfin un ensemble de 16 toiles monumentales sont conservées et ont été réalisées entre 1840 et 1865: le chemin de croix par trois professeurs de l'Académie de Leuven, la conversion de saint Hubert par Lambert Mathieu et saint Hubert en prière dans la forêt par Maximilien Gillard, deux peintres importants de la région.P1140895

     P1140896

  •  P1140897

  • Saint-Hubert (en wallon Sint-Houbert) est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne dans la province de Luxembourg.

    Elle doit son nom à Hubert de Liège et est surtout connue pour sa basilique des Saints-Pierre-et-Paul, son abbaye et le hameau-musée Fourneau Saint-Michel.

    Géographie

     

  • Situation générale

    Saint-Hubert se situe au cœur de l'Ardenne belge, en Haute Belgique, à 61 km au sud de Namur et 60 km au nord d'Arlon. La ville se développe à proximité immédiate de la N89 reliant Bouillon (au sud-ouest) à Salmchâteau (au nord-est) et, dans une moindre mesure, à proximité de la N4 reliant Bruxelles à Luxembourg. Le point culminant de la commune (589,5 m) se trouve au nord-est de la ville, sur l'aérodrome militaire et il est seulement accessible via la route Hurtebisse.

    Localités de la commune

    Les sections de la commune sont Arville, Awenne, Hatrival, Mirwart, Saint-Hubert et Vesqueville. Les autres localités sont Fourneau Saint-Michel, Lorcy et Poix-Saint-Hubert.

    Histoire

     

  • Découvertes archéologiquesP1140911

    P1140912P1140914En 2010 débutent des fouilles archéologiques sur la place de l’Abbaye : Denis Henrotay, archéologue, responsable de l'étude du sous-sol de la place de l'Abbaye a mis à jour la « Porterie » de l'ancienne abbaye, déjà connue. Quelque temps plus tard, à la surprise générale, c'est une cave d'une villa romaine qui est apparue. Les fouilles progressant vers la Basilique, les chercheurs ont découvert de nombreux ossements enterrés à une petite trentaine de centimètres du sol pavé, vraisemblablement un cimetière que des centaines de milliers de personnes ont piétiné durant des siècles, sans le savoir. Des ossements d'hommes, de femmes et d'enfants, recouverts de linceul et qui dateraient du XIe voire XIIIe siècle.xP1140915

  • P1140916400px-0 Abbaye St-Hubert 100410 (1c)x


    magnify-clip.png
    L'ancien palais abbatial.

    Ces découvertes archéologiques représentent un bond de 300 ans d'histoire dans la connaissance des origines de la ville. La villa gallo-romaine découverte est sans doute celle que, d'après les archives, on attribue à Plectrude, mais beaucoup plus tardive. On sait qu'elle a brûlé à la fin du IIIe siècle. Les Archives de l'État possèdent bien des documents de l'année 687, mais ils ne sont pas clairs, beaucoup de zones d'ombre subsistent. « J'ai lu et relu les textes. On dit que « Plectrude arrive dans une vaste solitude à côté de la fontaine Andage». Jusqu'à aujourd'hui, ces textes ne nous satisfaisaient pas. Avec cette découverte, cela devient plus cohérent ! Il s'agit bien de la villa qui est évoquée dans nos archives de toute façon. » affirme Thierry Scholtes.saint-hubert-basilique-color

     

  • Saint-Hubert

     

  • Autrefois nommé Andage, le futur village de Saint-Hubert vit s'installer une communauté religieuse, à l'aube du VIIIe siècle. À l'initiative de Pépin de Herstal et de son épouse Plectrude, la communauté se voit dotée d'importantes possessions au cœur du fisc royal d'Amberloup. Un siècle plus tard, vers 819, la première communauté est remplacée par une abbaye, dirigée par celui qui deviendra saint Beregise. Les récits hagiographiques du milieu du Moyen Âge s'efforceront de discréditer le premier noyau de religieux installés à Andage, et son remplacement par une communauté obéissant à la règle de saint Benoît. Accusés de mœurs dissolues, les premiers moines d'Andage ont plus probablement souffert de leur isolement, sur une terre ingrate, parmi une population sans doute encore peu au fait des croyances chrétiennes. C'est peut-être dans cette même direction qu'il faut chercher la translation à Andage du corps de l'évêque de Liège, en 825. L'ancien évêque de Liège, déjà révéré dans son évêché, contribua largement au développement de l'abbaye d'Andage, à tel point que le nom de la ville évolua pour prendre le patronyme de Saint-Hubert.

    Vie et légende de Saint Hubert800px-Saint-Hubert JPG00


     
    L'église Saint-Gilles-au-Pré

     

  • Hubert, fils de Bertrand, duc d'Aquitaine et arrière-petit-fils de Clovis est né vers 660. Il a été nommé évêque de Liège vers 700. Cet évêché comprenait anciennement le territoire actuel de la province de Liège, certaines parties des provinces d’Anvers, du Brabant, de Namur et de Luxembourg, ainsi que du Limbourg (belge et néerlandais). Au début, le lieu de résidence d’Hubert se trouvait à Maastricht, mais vers 710, celui-ci vint s’établir à Liège. Il est considéré comme un des fondateurs de la ville de Liège. Il fut évêque à une époque où il y avait encore beaucoup de régions non christianisées. Il voyageait à cheval ou en bateau à l’intérieur de son évêché pour y évangéliser les personnes habitant ces contrées, ce qu’il fit jusqu'à sa mort en 727. Ses bienfaits furent très vite reconnus par l’Église et il fut d’ailleurs sanctifié dès le 3 novembre 743.

    Depuis le XVe siècle, la légende rapporte qu’alors qu’Hubert chassait un Vendredi Saint, il fit la rencontre d'un cerf blanc portant une croix lumineuse au milieu de ses bois. 24168010Celui-ci lui ordonna de se convertir et de vouer sa vie à l'évangélisation. De retour à Liège, il fut condamné par l’évêque Lambert à payer une amende et à faire un pèlerinage. Arrivé à Rome, le pape le désigna comme successeur de l’évêque Lambert, qui venait d’être assassiné.

    260px-Saint-Hubert_JPG02.jpg
    magnify-clip.png
    La basilique et le quartier abbatial
     

    Temps Modernes

    Abandonnée en 1797, l'abbaye fut démembrée et ses biens vendus. Sous l'occupation française puis hollandaise, le palais abbatial accueillit pendant une décennie l'administration du département des Deux-Ourthes, avant de sombrer dans la léthargie qu'on lui connaît encore aujourd'hui.

    Héraldique

    Blason Saint-Hubert.svg
    La ville possède des armoiries.
    Blasonnement : D’azur à la rencontre de cerf crucifère soutenu d’un cor enguiché, le tout d’or.
    • Délibération communale : 7 avril 2000
    • Arrêté de l'exécutif de la communauté : 24 août 2000
    Source du blasonnement : Lieve Viaene-Awouters et Ernest Warlop, Armoiries communales en Belgique, Communes wallonnes, bruxelloises et germanophones, t. 2 : Communes wallonnes M-Z, Communes bruxelloises, Communes germanophones, Bruxelles, Dexia, 2002 .

     

     

     

    Économie et tourisme

    Ressources naturelles

    Saint-Hubert est un centre touristique important de l' Ardenne . La ville jouit d’un vaste environnement boisé, partagé entre possessions privées, communales et royales. La forêt de Freyr et le domaine Saint-Michel sont ainsi deux ensembles contigus de forêts mixtes proposant une grande variété de paysages et une qualité biologique exceptionnelle sur près de 30 000 hectares (partagés entre plusieurs communes). La pratique du tourisme cohabite avec celle de l'exploitation forestière, des études agronomiques et de la chasse.images

    200811141404Les "Sonneurs" et en dessous, un chien de chasse de la race des "Saint-Hubert"3010702089 1 5 48PneyZn

  • Patrimoine


    magnify-clip.png
    800px-Fourneau St-Michel JPG0Le musée de plein air de Fourneau Saint-Michel.

    Les principales curiosités touristiques de Saint-Hubert sont:

    Aérodrome

    Article détaillé : aérodrome de Saint-Hubert.

    L'aérodrome civil de Saint-Hubert (Code ICAO: EBSH) fut créé en 1930. Il a servi d'école d'aviation dès 1934 sous l'autorité du capitaine Orta. Il fut cédé à l'État belge en 1946. L' Aéroclub des Ardennes y exerce ses activités depuis 1958 et le Centre national de vol à voile depuis 1960. On y trouve également une station météo, automatique depuis 2007. Le vol à voile est l'activité favorite à l'aérodrome de Saint-Hubert et des stages ADEPS permettent également de s'y initier à cette activité.

    Folklore et festivités

    • Cortège carnavalesque le samedi 43 jours avant Pâques.
    • Chaque année, le premier week-end de septembre, ont lieu les journées internationales de la chasse et de la nature.
    • Chaque été, dans le cadre du Festival de Wallonie, le Juillet Musical organise des concerts dans la ville et les villages voisins.
    • Le Borqtour, un festival de musique rock et electro logé sur la cour reliant la basilique à l'abbaye ayant lieu au début du mois d'août.

    Sécurité et secours

    La ville fait partie de la zone de police Semois et Lesse pour les services de police, ainsi que de la de la zone de secours Luxembourg pour les services de pompiers. Le numéro d'appel unique pour ces services est le 112.

    Personnalités liées à la commune

       

Commentaire

Jacques Charneux et Bernard Wodon écrivent à propos de l'édifice religieux :

« Unique en son genre au sud de la Meuse, l'ensemble abbatial hubertin possède la monumentalité, la grandeur et l'élégance ; aux formes archaïques parfois, racées souvent, éloquentes toujours1. »

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans Autres Voyages
commenter cet article