Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 


LE BLOG TOTEMS DE CHRISTIAN VANCAU


 


POUR TRADUIRE MON TEXTE DN ALLEMAND OU EN ANGLAIS CLIQUEZ CI-DESSOUS

 

Site traduit en Allemand :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/de/index.html

 

Site traduit en Anglais :

http://fp.reverso.net/christianvancautotems/3733/en/index.html


Sur cette photo, Christian Vancau dans son jardin avec quelques uns de ses totems et sa guitare à la main


Présentation

  • : le blog totems par : Christian VANCAU
  •   le blog totems par : Christian VANCAU
  • : Il s'agit de la réflexion d'un peintre de 78 ans, au départ d'un territoire peint et sculpté par lui, au coeur de l'Ardenne et dans lequel il vit en solitaire, tout en y accueillant de nombreux visiteurs!
  • Contact

Profil

  • Christian VANCAU
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.
  • Journal quotidien d'un peintre de 74 ans qui a créé un territoire naturel et artistique au centre le forêt ardennaise belge. Aussi écrivain, musicien et photographe, sans compter le jardinage 6 mois par an. Et voyageur... et adorant les animaux.

Carte mondiale des Blogueurs

J'habite dans le Sud de la Belgique, à 10 Kms au Nord de Libramont, 50 Kms au Nord  de Sedan et 75 Kms au Nord de Longwy. Sur cette carte, la Belgique au Nord de la France et au Sud, une flèche noire indiquant mon village, situé au Nord de LibramontUne autre perspective. Moircy encadré, Bastogne 30 Kms Nord-Est, Luxembourg- ville au Sud-Est, Carte-Prov.Lux2-jpgSedan et Carte-Prov.Lux-jpgCharleville au Sud-Ouest

Recherche

<a href=

Mon adresse-mail est la suivante:  christian.vancau@base.be


" C'est d'abord un combat contre les parents et ensuite un combat contre les maîtres qu'il faut mener et gagner, et mener et gagner avec la brutalité la plus impitoyable, si le jeune être humain ne veut pas être contraint à l'abandon par les parents et par les maîtres, et par là, être détruit et anéanti "
( Thomas Bernhard, écrivain autrichien décédé en 1989 )

Ma biographie c'est ce combat et rien d'autre




Je suis un homme de 74 ans retiré dans un tout petit village des ardennes belges,  un endroit magnifique au bord de la forêt. J'y vis seul . J'ai une fille de 46 ans et deux petit-fils de 21 et 6 ans, qui vivent tous les trois à 10 Kms de chez moi.. Je suis donc un homme d'avant-guerre (1937), né à Gand en Flandre, de père gantois et de mère liégeoise (Gand et Liège sont les deux villes rebelles de Belgique ). Je suis arrivé à Liège en 1940 avec ma mère et ma soeur, alors que mon père s'était embarqué pour l'Angleterre, dans l'armée belge et y exerçait son métier de chirurgien orthopédiste. Je n'ai donc réellement rencontré mon père qu'à l'âge de 8 ans, après la guerre, en 1945. Mis à part 2 années à Bruxelles et une année en Suisse à Saint-Moritz, j'ai vécu à Liège et y ai fait toutes mes études, humanités gréco-latines chez les Jésuites et Droit à l'Université de Liège. Je me suis marié en 1962, ai eu une petite fille Valérie et ai cherché une situation, muni de mon diplôme de Docteur en Droit. J'ai trouvé un emploi dans la banque. Je n'aimais ni le Droit ni la banque, je ne me savais pas encore artiste, je voulais être journaliste. Ma famille bourgeoise m'avait dit "Fais d'abord ton droit" !  En 1966, j'ai commencé une psychanalyse qui a duré 5 anset demi. En 1967, j'ai commencé à peindre. En 1971, ma Banque m'a envoyé créer un réseau d'agences dans le Sud de la Belgique, ce que j'avais déjà fait dans la province de Liège. Je me suis donc retrouvé en permanence sur les routes explorant village après village, formant les agents recrutés et les faisant "produire". Il ne m'aurait jamais été possible d'être un banquier enfermé. Je ne tiens pas en place. Pendant 8 ans j'ai vécu au-dessus de ma banque à Libramont, créant mon réseau. En 1975, j'ai été nommé Directeur et Fondé de Pouvoirs. En 1978 j'ai acheté une maison en ruines à Moircy, mon territoire actuel. Je l'ai restaurée et y suis entré en 1979. En 1980, ma banque a été absorbée par une banque plus puissante et l'enfer a commencé. En 1983, mon bureau a été fermé. Je suis devenu Inspecteur, puis Audit en 1985 avec un réseau de 140 agences couvrant tout le Sud et l'Est de la Belgique. Dans le même temps je transformais mon territoire, creusais des étangs, installais plantations et totems et peignais abondamment. En 1989, j'étais "liquidé" par ma Banque avec beaucoup d'autres, pour des raisons économiques. Ma femme est partie.Je me suis retrouvé libre avec 28 mois de préavis et puis ensuite chômeur. Mais j'ai  intenté un procés à ma Banque. Ca a duré 4 ans et j'ai gagné. Quelle jouissance de pouvoir écraser une banque (à suivre)
.

<a href=

  

J'ai commençé à exposer en 1976 et celà a duré jusqu'en 1995, le temps de réaliser que le monde de l'Art  n'était pas plus reluisant que celui de la Banque. Je n'avais en outre, nul besoin de vendre et encore moins d'être célèbre. A chercher l'argent et la gloire, on est sûrs de perdre son âme, tôt ou tard (et de toutes façons, la réputation monte quand le cercueil descend ). J'ai donc quitté les mileux de l'art. J'ai encore peint jusqu'en 2002. Celà aura tout de même fait 35 ans. Je n'ai plus besoin de la peinture. Elle m'a permis de survivre psychologiquement et de me chercher. Pour moi l'Art est ce qui doit rendre la Vie plus belle que l'Art
Je suis un HOMME LIBRE, un sauvage, proche de la nature et des animaux, misanthrope, profondément rebelle, tout d'une pièce, physique, violent contrôlé à savoir positif dans ma violence, agnostique. Je ne crois absolument pas à l'avenir de l'Humanité. L'Homme est indécrottable. Il est UN LOUP pour l'Homme. Aucune leçon de l'Histoire ne lui a servi
Je ne crois pas à la politique. J'ai le coeur à gauche, instinctivement du côté des défavorisés, contre toute exploitation et abus de pouvoir, contre tout racisme, mais je ne suis pas de gauche, ça ne veut plus rien dire ! Et encore moins de droite, celà va de soi !
Je pense que si l'homme n'arrive pas à créer le bonheur dans sa vie personnelle intérieure, il est incapable de le créer pour les autres. La meilleure chose que l'on puisse faire pour les autres est d'être heureux soi-même !
Je préfère nettement les femmes aux hommes. Je me sens de leur sensibilité, je m'efforce de faire fleurir les mêmes valeurs qu'elles
Je pense que réussir sa vie, c'est réussir l'amour. Toutes les autres formes de "réussite", sont des ersatz qui ne "comblent "pas
Je suis né un 1er Novembre, suis donc Scorpion, Ascendant Gemeaux, Milieu du Ciel en Verseau, Mercure en Scorpion comme le Soleil, Mars et Jupiter en Capricorne, Saturne en Poissons, Uranus en Taureau, Neptune en Vierge, Pluton en Lion, Vénus en Balance, ainsi que la Lune, j'ai mes Noeuds lunaires ( sens de ma vie, mon destin ici bas ) et Lilith (la lune noire) en Sagittaire. Du Scorpion, j'ai l'agressivité, le côté piquant, le côté rebelle. Du Gemeaux, j'ai le goût des langues , de l'écriture, des voyages, et l'incapacité à rentrer dans des hiérarchies ou dans des groupes,
quels qu'ils soient, et à me soumettre à une autorité
Dans mes jeunes années j'ai pratiqué beaucoup de sports: tennis, natation, cyclisme, ping-pong, ski, boxe et karaté. Aujourd'hui toute mon activité physique est concentrée sur les travaux d'entretien de mon territoire. Je suis jardinier 6 mois par an.
En dehors de la peinture, je pratique d'autres activités: 1) Lecture (romans, polars compris, poésie, théâtre, ouvrages de philosophie et de psychologie, mythologies etc..) 2) Ecriture (Un journal quotidien depuis 1980, comptant à ce jour 45.000 pages ), 3) Musique (Guitare et piano). Toutes les musiques m'intéressent, blues, jazz, rock, chanson française, musique classique et contemporaine. 4) Photo et Video. 5)Jardinage et rapport constant avec le monde animal. 6)Et enfin l'informatique, activité nouvelle que je pratique depuis3 ans et qui a abouti à la création de ce blog

Articles Récents

Pages

Texte Libre


-->
<

Texte Libre

Texte Libre


Jetez un oeil dans mes LIENS sur Richard OLIVIER, BIG MEMORY, mon ami Richard, Cinéaste belge, étant sur un gigantesque projet: Filmer tous les CINEASTES BELGES, morts ou vifs. Enfin, un artiste qui s'intéresse à ses pairs !http://www.bigmemory.be

Texte Libre

COHEN Eveybody Knows
Tibetan Song

Je suis sur les blogs pro-tibétains:

www.candle4tibet.org
www.ning.com

VENEZ M'Y REJOINDRE !

Christian VANCAU

29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 08:54

 

 C'était le 24 Février 2009, grand soleil, nous sommes retournés chez René Char , la Sorgue était agitée grâce aux pluies de l'hiver, turbulente, comme à la fontaine de Vaucluse. Il y a du Venise à Sorgues (la venise comtadine à savoir du Comtat Venaissin) avec un côté torrentiel. Des tas de colverts. Les roues à Aubes, superbe sujet photographique. Nous avons mangé à la terrasse du Romantica, face au débarcadère, face aux colverts.Isle-sur-la-Sorgue planResto-new_090724152732_4.jpg

  Albert Camus et René Char à l'Isle- sur- la- Sorgue  en 1949 

488042 1952905598367 1936358091 nRené Char relate l'arrivée de Camus, dans sa postface à La Pospérité du soleil "Le repas achevé, nous partîmes d'Avignon sur l'Isle. Je sentis à la vue de ces montagnes: le Luberon, les Alpilles, le Ventoux, qui entourent la plaine de l'Isle-sur-Sorgue, je compris à l'expression des yeux de Camus, à l'exhubérance qui les éclaira, qu'il touchait à une terre et à des êtres aux soliels jumeaux qui prolongiant avec plus de verdure, de coloris la terre d'Algérie à laquelle il était si attaché"

Camus note dans ses carnets:" L'Isle-sur-Sorgue. Grande chambre ouverte sur l'automne. Automnale elle-même avec ses meubles aux arborescences contournées et les feuilles mortes des platanes qui glissent dans la chambre, poussées par le vent sous les fenêtres aux rideaux couverts de fougères brodées "

Texte d'Albert Camus:  

 

"Mais la lumière du Vaucluse, patrie de Char, se compose avec l'eau et le vent. Ce pays n'a pas la splendeur immobile et désséchante des plaines d'Afrique ou d'Espagne. Un vent royal irrigue son cile, faisant retentir les combes du Luberon d'un bruit d'eaux fraiches et tumultueuses. Une étrange et pure rivière, la Sorgue, aux flots verts et glacés, toujours parée de traines fleuries, fait les terres somptueuses. Tout se m^^ele ici dans les forces narurelles et c'est du noeud de cette claire contradiction au point d'appui de la création même, que Char trouve son inspiration la plus mystérieuse, délivrant un à un ces esprits solaires qui brûlent et purifient l'ulcère du monde."

 

Albert Camus "René Char", préface à l'édition allemande des Poésies de René char, 1959: "On ne rend pas justice en quelques pages à un poète comme René Char, mais on peut au moins le situer. Certaines oeuvres méritent qu'on saisisse tous les prétextes pour témoigner, même sans nuances, de la garitude qu'on leur doit. Et je suis heureux que cette édition allemande de mes poèmes préférés, me donne l'occasion de dire que je tiens René Char pour notre plus grand poète vivant et "Fureur et Mystère" pour ce que la poésie française nous a donné de plus surprenant depuis les Illuminations et Alcools"

Carmus par Karsch

Albert Camus dans l'émission radio de 1948 en hommage à Char organisée par Jean-Louis Barrault et Madeleine Renaud, avec 4 lecteurs; Camus, Renaud, Barrault et Casarès.

 Voici un extrait d'un des textes lus et écrits par Albert Camus:"Que demander d'autre à un poète d'aujourd'hui? Au milieu de nos citadelles démantelées, voici que le pain existe et la femme et la fière liberté. Dans le désert du temps, recueillant ces vraies richesses, la Beauté, enfin, s'élève, dont nous avions une soif désespérée. Elle sort de ces Feuillets d'Hypnos, brûlant comme l'arme des réfractaires, et d'être trempés dans le sang des combats, nous la reconnaissons enfin pour ce qu'elle est. Non pas la beauté anémiée des académies mais celle dont nous pouvons enfin vivre, rouge, ruisselante d'un étrange baptême, couronnée d'éclairs....." 

 

  A Camus Char dédicacait son "Lettera amorosa" en 1953: " A Albert Camus avec lui toujours, dans cette citadelle des eaux, sur laquelle il veille, où les mots du coeur gravés dans la pierre ne sont touchés que des courants et par l'Iris, leur fleur sous l'arche douce et folle. A Albert, mon frère et mon ami le plus cher".

Correspondance Camus-Char 1-copie-1

Livre acheté à Lourmarin en septembre 2013 Correspondance Camus-Char verso

 Un mot sur la Famille Mathieu. Elle habitait à Lagnes  à l'Ouest de L'île-sur-Sorgue. Re né Char fit leur connaissance après la guerre par l'intermédiaire du docteur Jean Roux  et de son épouse Simone qui étaient très proches des Mathieu. Marcelle Mathieu donnait une âme particulière à cette maison des Camphoux où elle reçut par la suite tous les amis de René Char qui sont venus en Vaucluse. Elle leur prêta un cabanon sur une colline qui domine toute la plaine depuis la Durance jusqu'au Rhône. René Char y séjourna pour écrire une grande partie des Matinaux(en 1949). Le 'Rebanqué" accueillit aussi entre autres, Georges Braque, Nicolas de Staël, Albert Camus, Martin Heidegger 

 

 

La SORGUE
Cette bourgade, construite au XIIe siècle sur pilotis, fut longtemps la ville principale du Comtat Venaissin. Ici les gondoles s'appellent nego-chin (littéralement les noie chiens), nom qu'il est toujours bon de replacer dans la conversation quand on évoque les vieilles barques à fond plat
 

Autrefois 70 roues à aubes donnaient leur force motrice à diverses avtivités artisanales
P1160499

Cette ville est surtout connue comme la ville des antiquaires et des brocanteurs. En trente ans leur nombre est passé de un à trois-cents

Et comme l'on ne saurait oublier le marché traditionnel du jeudi matin, un des plus vivants de Provence, ainsi que le marché flottant un dimanche matin, début août, sur un bras de la Sorgue, vous comprendrez que l'Isle-sur-la-Sorgue est un lieu à ne pas manquer, tout au long de l'annéeChar et Picasso 1965Char et Picasso en 1965.

Char-et-Camus.jpg

Albert Camus chez René Char.

Un lieu célèbre par ailleurs auprès des intellectuels et des amoureux des mots au sens large, pour être la ville où naquit le poète René CHAR en 1907 dont l'inspiration est souvent imprégnée des lieux qu'il a connus ici...Dommage que personne n'ait songé en temps utile à préserver sa maison natale d'une issue fatale ! Heureusement l'Hôtel Donadeï de Campredon accueille désormais une maison qui porte son nom.

 

 En effet l'année 1955 fut deux fois terrible pour René Char. En mars le suicide de Nicolas de Staël l'a profondément touché; en octobre, les Névons sont vendus aux enchères à la suite d'un désaccord entre les enfants de Madame Char. On peut supposer que cette période, sur laquelle planait le souvenir de Staël (qui avait acheté le Castellet de Ménerbes) et la détresse de voir disparaître ses Névons, l'ait maintenu loin du Vaucluse, dans la vallée de l'Epte. Par ailleurs cet au cours de cet été 1955 que René char rencontre pour la première fois Martin Heidegger.

 

 

 

 

 "NE TE COURBE QUE POUR AIMER" Poème pulvérisé. René Char.

 

 

 

 

 

"Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la beauté" Feuillets d'Hypnos. René CharIsle-sur-la-Sorgue-Février 2009-Pont sur la SorgueLa Caisse d'EpargneCaisse-d-Epargne-new_09072510641_16.jpgRené Char à l'Isle-sur-la Sorgue-Hôtel Donadeï de CampredonLes Roues à Aube de l'Isle-sur-la SorgueLa Caisse d'Epargne à l'Isle-sur-la-SorgueRoue à Aubes
P1160486

Retour en 2003, 4 ans plus tardP1160488P1160501P1160493P1160492P1160512P1160495P1160489

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans René CHAR
commenter cet article
29 août 2015 6 29 /08 /août /2015 08:26
A 20 ans
 
René Char représente en France, un paradoxe. Sinon hermétique, du moins "difficile", il est néanmoins l'un des poètes modernes, sinon le poète, le plus célèbre et le plus fréquenté par les lecteurs. Surréaliste puis éloigné peu à peu du mouvement surréaliste, Résistant de première heure (Capitaine Alexandre), puis retrait de la politique, sinon pour défendre chaque fois qu'elle était en jeu la liberté, donc farouchement opposé au stalinisme, ayant toujours lié poésie et peinture, dans des manuscrits enluminés comme par les lithographies, dessins, peintures dont il enrichissait ses plaquettes,
Char est sur tous les fronts de la culture, de l'indépendance de la poésie, de, comme disait Maurice Blanchot, "la poésie de la poésie". Du commentaire inspiré, ligne à ligne, de ses poèmes par Paul Veyne, aux oeuvres des peintres amis, jusqu'à la parole de Heidegger aux "Séminaires du Thor", par la narration philosophique qu'en fait Jean Beaufret, voici quelques allures d'un des grands voyants de notre temps..
(Extrait du magazine littéraire n°340 de février 1996)
René Char (2) 
 
Albert Camus a écrit:"Je tiens René Char pour notre plus grand poète vivant et "Fureur et Mystère" pour ce que la poèsie française nous a donné de plus surprenant depuis Les Illuminations et Alcools (Apollinaire) "
  Correspondance Camus-Char 1
Correspondance Camus-Char versoMaurice Blanchot dans "L'Entretien Infini": "...Les phrases de René Char, îles de sens, sont, plutôt que coordonnées, posées les unes sur les autres, d'une puissante stabilité, comme les grandes pierres des temples égyptiens qui tiennent debout sans lien, d'une compacité extrême et toutefois capables d'une dérive infinie, délivrant une possibilité fugace, destinant le plus lourd au plus léger, le plus abrupt au plus tendre, comme le plus abstrait au plus vivace"

 
C'était un écrivain, qui, très tôt conscient que la barbarie nazie menaçait la civilisation, troqua sa plume contre les armes.
 
C'était un chef du maquis qui fit voeu de silence pendant quatre années.
 
C'était une force de la nature, un géant magnétique, né sous le signe du feu.
 
C'était un apôtre de la révolution par l'art qui adorait jouer du poing au côté des surréalistes.
 
C'était surtout un poète qui célébra à coup de fulgurances sensuelles sa terre, le désir, les femmes, la Résistance, et transforma sa retraite de l'Isle-sur-la-Sorgue en creuset artistique<
 
CHAR-La-Sorgue.jpg
La SORGUE
      
 
LA SORGUE
 
Rivière trop tôt partie d'une traite, sans compagnon
Donne aux enfants de mon pays le visage de ta passion
 
Rivière où l'éclair finit et où commence ma maison
Qui roule aux marches d'oubli la rocaille de ma maison
 
Rivière, en toi terre et frisson, soleil anxiété
Que chaque pauvre dans sa nuit fasse son pain de la moisson
 
Rivière souvent punie, rivière à l'abandon
 
Rivière des apprentis à la calleuse condition
Il n'est vent qui ne fléchisse à la crête de tes sillons
 
Rivière de l'âme vide, de la guenille et du soupçon
Du vieux malheur qui se dévide, de l'ormeau de la compassion
 
Rivière des farfelus, des fiévreux, des équarisseurs
Du soleil lâchant sa charrue pour s'acoquiner au menteur
 
Rivière des meilleurs que soi, rivière des brouillards éclos
De la lampe qui désaltère l'angoisse autour de son chapeau
 
Rivière des égards au songe, rivière qui rouille le fer
Où les étoiles ont cette ombre qu'elles refusent à la mer
 
Rivière des pouvoirs transmis et du cri embouquant les eaux
De l'ouragan qui mord la vigne et annonce le vin nouveau
 
Rivière au coeur jamais détruit dans ce monde fou de prison
Garde-nous violent et ami des abeilles de l'horizon
 
(René Char. Extrait de Fureur et mystère, 1948).
 
"J'avais dix ans, la Sorgue m'enchâssait "
  sorgueChar Rea sorgue
Aube-new_090725120343_71.jpgCaisse-d-Epargne-new_090724104836_47.jpg800px-L'Isle sur la Sorgue1Je suis allé souvent à l'Ise-sur-Sorgue, fasciné par les Roues à Aubes.
 
Une aquarelle de René Char enluminant son manuscrit "Déclarer son  nom".
 Déclarer son nom
BIOGRAPHIE    "NE TE COURBE QUE PAR AMOUR" 
 
René Char est né en 1907, le 14 juin dans la propriété de Névons à l'Isle-sue-la-Sorgue.
Le grand-père paternel, abandonné à l'assistance publique dès sa naissance en 1826, avait troqué le nom de Charles Magne en Magne Char.
Le père du poète, Joseph-Emile Char, est né en 1863. Il deviendra administrateur des Plâtrières du Vaucluse et sera à partir de 1905, le maire de l'Isle-sur-la-Sorgue. Veuf de Julia Rouget, qui mourut à vingt ans, en 1886, un an après son mariage, il épousa sa belle-soeur, Marie-Thérèse Rouget, en 1888. Ils eurent quatre enfants dont René Char, le petit dernier. Le père mourra en 1918.
1925 Etudie à Marseille dans une école de commerce.
1927 Fait son service militaire à Nîmes
1928 Publication des Cloches sur le Coeur (Ed.Le Rouge et le Noir)
1929 Se rend à Paris où il rencontre Breton, Aragon, Crevel. Il adhère au groupe surréaliste et collabore au n°12 de La Révolution Surréaliste.1929 2e manifeste du Surréalisme
Voici Char et ses compagnons du Surréalisme, dans " L'Echiquier surréaliste" 1934 De haut en bas et de gauche à droite:1. Breton, Ernst, Dali, Arp 2. Tanguy, Char, Crevel, E luard 3.Chirico. Giacometti, Tzara, Picasso 4.Magritte, Brauner, Peret, Rosey 5.Miro, Mesens, Hugnet, Man RayL'Echiquer surréaliste 1934
1930 Le Tombeau des Secrets est dédié à Gala et Paul Eluard, accompagné d'un collage de Breton et d'Eluard. Voici Breton, Eluard et Char en 1930. Lit Rimbaud, Lautréamont, les Présocratiques, les traités d'alchimie. Publication de Ralentir Travaux, qui a été écrit en commun par Breton, Eluard et René Char, au cours de promenades à Avignon et dans le Vaucluse. Les voici...Breton-Eluard-Char 1931A Montparnasse, lors du saccage par les surréalistes du bar malencontreusement appelé Maldoror, René Char est blessé d'un coup de couteau à l'aine.
Fonde avec Eluard, Breton et Aragon, Le surréalisme au service de la Révolution où il publie "Le jour et la nuit de la liberté"
1931. Promenades à Gordes, Saumane, Lacoste, lieux chers à Sade avec Eluard, Jean et Valentine Hugo.
 
Voyage en Espagne avec Nush et Paul Eluard, escale à Cadaquès où se trouvent Gala et Salvador Dali.Gala-Char-Eluard-Nush-Cadaquès 19301932 "L'Affaire Aragon". Le poète est poursuivi pour incitation au meurtre
Char épouse Georgette Goldstein, à qui sera dédié "Le Marteau sans Maître"
1933 Réside à Saumane où il compose "Abondance viendra".
1934 Participe aux manifestations anti-fascistes.
Kandinsky illustre d'une pointe sèche les exemplaires du "Marteau sans Maître"
Char découvre l'oeuvre de Georges de la Tour et particulièrement "Le Prisonnier" sur lequel il écrira "Sa maigreur d'ortie sèche, je ne vois pas un souvenir pour la faire frissonner. L'écuelle est une ruine. Mais la robe gonflée emplit soudain tout le cachot. Le verbe de la femme donne naissance à l'inespéré mieux que n'importe quelle aurore "Georges-de-la-Tour-copie-1.jpg1935. Voyage en Suisse où il retrouve à Davos, Eluard et Crevel. Crevel se suicidera le 19 juin et Char écrira "C'est l'homme parmi ceux que j'ai connus, qui donnait le mieux et le plus vite l'or de sa nature. Il ne partageait pas, il donnait".
1936. Il est nommé administrateur de la S.A des Plâtrières du Vaucluse.
Immobilisé par une septicémie diagnostiquée tardivement
"Dépendance de l'adieu" chez Guy Levis Mano avec un dessin de Pablo Picasso.
"Moulin premier" chez Guy Levis Mano.
1937. Convalescence au Canet. Rejoint par Paul et Nush Eluard;
Abandonne ses fonctions d'administrateur.
Retour à Paris et voyage en Hollande.
1938. "Dehors la nuit est gouvernée"
1939. Le 3 septembre: déclaration de guerre. Il est mobilisé dans un régiment d'artillerie lourde, en Alsace.
1940.Participe à la défense du pont de Gien pour permettre aux civils de passer la Loire.
Démobilisé le 26 juillet.
Est dénoncé comme mlilitant d'extrême-gauche; perquisition à la maison des Niévons. Char est averti par un policier que pèse sur lui une menace d'arrestation. Il quitte l'Isle-sur-la-Sorgue pour Céreste..Voici Céreste  où je suis allé plusieurs fois. (Voir mon article sur Céreste, sur mon Blog)800px-Rue du Chat-qui-Peche
Voici" la Maison de René Char" à l'Isle-sur-la Sorgue, devenue Musée Campredon
new_090724112647_60.jpg
1941. Noue ses premiers liens avec la Résistance.
Revoit à Marseille André Breton, Pierre Mabille et Wilfredo Lam en attente de départ pour l'Amérique.
1942.Participe à la Résistance sous le nom d'Alexandre et est responsable du secteur de l'armée secrète Durance-SudCapitaine Alexandre 1943-copie-1Capitaine Alexandre1943. Institution du STO.
Chute de Mussolini remplacé par Badoglio, favorable aux alliés.
Avec d'autres résistants et résistantes, Francis Curel  est arrêté au petit jour dans sa maison à l'Isle-sur-Sorgue, et déporté à Linz
René Char sous le nom de Capitaine Alexandre est adjoint au chef régional du réseau Action. Accueille les réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO), aménage des terrains de parachutage, constitue des dépôts d'armes. Voici la maison de Char que j'ai photographiée à CérestePR.07-372.jpgPR.07 371
Prend des notes sur un carnet. une partie en sera publiée sous le nom de "Feuillets d'Hypnos".
1944. Perd au combat ses amis Emile Cavagni, Roger Chaudron et  Roger Bernard  , fusillé devant ses yeux par les SS sur la Nationale 100, le 22 juin. Il avait 23 ans. Char dit à ses hommes (ils sont sur la colline) de ne pas tirer pour éviter que le village ne subisse de terribles représailles. Voici l'endroit exact de l'assassinat. Tout le monde y passe quant on roule de Cavaillon vers Forcalquier. Roger Bernard, ami de Jean Giono, était éditeur et poète. Il avait déjà publié chez Seghers"Ma Faim noire dejà". Il avait laissé un cahier de poèmes à Char qui le fit publier après la Libération.
"S'il est possible
Je m'agenouille devant la taciturne
Quête de la nuit
Et je regarde avec l'oeil de l'oiseau
S'il est possible de mourir
Le front ceint
De l'insigne aux sept couleurs du rayon décomposé "
 
Sa veuve Lucienne Bernard et son fils Alain furent par la suite, protégés par René Char. Comme Lucienne était jolie, Char l'adrese au peintre Matisse qui la prend pour modèle. Il ne cessera de l'aider, elle et son fils. Leurs échanges épistolaires ne cesseront qu'avec la mort de Lucienne qui avait rendu ses lettres à René pour qu'il les publie
N.100 Roger BernardEt Voici le Bastidon. Dans cette grange de Céreste se réfugiaient des réfractaires au STOCéreste Le BastidonLa ferme du Bontemps, sur les hauteurs de Céreste (Promenades de Char avec Claude Lapeyre. "A Claude Lapeyre qui m'a aidé à bâtir sur le givre sept petites maisons pour y recevoir cet hiver-là, mon errance endurcie")Ferme du Bontemps Hauts de Céreste
Char fait une grave chute sur le dos alors qu'il allait retirer des armes dans une cache; il est blessé à la tête et à la colonne vertébrale et a une fracture du bras.
Est appelé à l'Etat major à Alger pour la préparation du débarquement en Provence.
Fin août 1944, après la libération de Paris, il revient en France.Le voici au milieu des habitants de Céreste. Le village en effet rejoue pour le journal des Actualités françaises, ses heures héroiques. Mais le film ne sortira jamaisCéreste 1944
1945. Amitié pour Georges Braque et Albert Camus.
"On ne sait plus précisément combien il mesurait. Ses papiers militaires assurent que sa taille était de 1,92 mètre. D'autres papiers indiquent 1,96 . Qu'importe, sa carcasse faisait vibrer l'air et il ressemblait, à un gladiateur taciturne ou à un bucheron déterminé, prêt à empoigner sa cognée" .
Francis Curel, déporté à Linz, est rapatrié.
 
 Avocat parisien, Maxime Fischer se réfugie dans le Vaucluse dès le début de l'Occupation. Il entre dans le réseau Combat et dirige le Maquis du Ventoux avec le colonel Beyne. Après une brève rencontre avec René Char pendant la guerre, ils se retrouvent à la Libération en Avignon, où Max Fischer est nommé par Raymond Aubrac "sous-préfet délégué à l'épuration". A la fin de la guerre, il regagnera Paris. Il resta un proche de René Char
Voici Char et Camus à l'Isle-sur-la-Sorgue, en  1946 . Leur première rencontre eut lieu autour d'un manuscrit, " Feuillets d'Hypnose", que Camus admira tant qu'il le publia dans la collection "Espoir" qu'il dirigeait depuis peu chez Gallimard (avril 1946).
Char fait découvrir à Camus le Luberon et le Ventoux. Après un long séjour dans la maison familiale, René Char rejoindra ses amis Zervos sur la côte méditerranéenne. Il y rencontrera Henri Matisse Char-et-Camus.jpg 
ANASTIE :(de René CHAR

JE VEUX PARLER D'UN AMI

Depuis plus de dix ans que je suis lié avec Camus, bien souvent à son sujet la grande phrase de Nietzsche réapparaît dans ma mémoire : « J'ai toujours mis dans mes écrits toute ma vie et toute ma personne. J'ignore ce que peuvent être des problèmes purement intellectuels. » Voilà la raison de la force d'Albert Camus, intacte, reconstituée à mesure, et de sa faiblesse, continuellement agressée. Mais il faut croire que de l'horloge de la vérité, qui ne sonne pas chaque heure mais la beauté et les drames du temps seuls, peut toujours descendre un Michel, par les marches mal éclairées qui, en dépit de ses propres doutes, affirmera, face à la famille des totalitaires et des pyrrhoniens, la valeur des biens de la conscience tourmentée et du combat rafraîchissant. De l'œuvre de Camus je crois pouvoir dire : « Ici, sur les champs malheureux, une charrue fervente ouvre la terre, malgré les défenses et malgré la peur. » Qu'on me passe ce coup d'aile; je veux parler d'un ami.
Affligé ou serré, Camus ne s'échappe pas par la vertu de la méchanceté qui, bien qu'elle ascétise, a l'inconvénient de modeler à son utilisateur un visage voisin de la grimace de la mort. Sa parole incisive refuse le rapetissement de l'adversaire, dédaigne la dérision. La qualité qui satisfait le plus chez lui, quelle que soit la densité du rayon de soleil qui l'éclaire, est qu'il ne s'accointe pas avec lui-même; cela renforce son attention, rend plus féconde sa passion. Sa sensibilité étrangement lui sert d'amorce et de bouclier, alors qu'il l'engage toute. Enfin, nanti d'un avantage décisif, il ne remporte qu'une victoire mesurée dont promptement il se détourne, comme un peintre de sa palette, non comme un belliqueux de sa panoplie. Camus aime à marcher d'un pas souple dans la rue d'une ville quand, par la grâce de la jeunesse, la rue est pour un instant entièrement fortunée.
 
Dès 1946, René Char s'intéresse au cinema. Il écrit plusieurs scénarios de films qui ne pourront être réalisés malgré l'appui d'Yvonne Zervos. Seul le texte intitulé "Sur les Hauteurs", paru en 1949, sera tourné en cort métrage à AULAN la même année. Char écrit à Jacques Dupin, acteur et ami, en 1948: "Nous allons tourner à Aulan, dans le Mont Ventoux, un film de court-métrage dont j'ai écrit le scénario et assurerai avec Fossard, l'opérateur des Visiteurs du Soir, la mise en scène. Equipe minimium. Je désire vivement que tu joues un rôle et que tu m'aides..."
Voici le château d'Aulan...  Chateau d'aulan 01
1947. Représentation de "La Conjuration" au théâtre des Champs Elysées. Un ballet. Rideau de scène et costume de Georges Braque.
En mai, aux Editions Fontaine, publication du Poème pulvérisé. Les 65 exemplaires de tête comportent une gravure originale d'Henri Matisse
Ouverture en juin de l'exposition de peintures et de sculptures contemporaines, organisée au Palais des Papes à Avignon par Yvonne Zervos. Cette exposition qui réunissait tous les grands noms de l'art contemporain, fut l'occasion d'un long séjour de Braque dans le Vaucluse. Elle fut aussi le point de départ de ce qui deviendra le Festival de Théâtre d'Avignon, qu'animera Jean Vilar 
Parution de La Peste d'Albert Camus
1948 . Mort d'Antonin Artaud à Ivry-sur-Seine. Georges Braque et René Char s'étaient longuement entretenus avec lui à l'hospice d'Ivry quelques jours auparavant. Le professeur Henri Mondor  les tenait informés des progrès de la maladie.
André et Ciska Grillet ont rencontré René Char la première fois pendant la Résistance. A la Libération, André Grillet devint sous-préfet à Briançon. René Char défendit l'oeuvre picturale de Ciska en organisant une exposition à la Galerie Claude, rue de Seine dès juin 1949. Ciska Grillet sera par la suite très liée aux amis de René Char, et notamment aux amis de Nicolas de Staël
1949. Nombreuses publications: Les Transparents, L'homme qui marchait dans un rayon de soleil, Sur les Hauteurs, le Soleil des Eaux, Claire...
En Juillet : Divorce de Char et de Georgette Goldstein. Ils s'étaient mariés en 1932. Camus loua plusieurs fois, à Palerme, cette vaste maison en dehors de l'Isle-sur-la-Sorgue d'où l'on peut voir, le Luberon, construite au milieu de prairies et non loin d'une petite colline, "Le Bosquet", sur laquelle vécut pendant des années Toquebiol, l'un des "transparents" chers au coeur de René Char.
 
Extrait d'une lettre de René Char à Camus en 1949: "Aimer, ne pas aimer, Quel long vertige...Et on ne peut rester jamais deux ! Les autres, la morale, ce foyer dejà bâti que rien n'autorise à défaire sinon son propre plaisir"
1951 Char se lie d'amitié avec Nicolas de Staêl. En novembre il publiera "Poèmes" illustré de quatorze bois du peintre
Décès de sa mère Mme Veuve Emile Char.
Début d'une longue collaboration avec Pierre-André Benoit dit PAB.
 
1952  Mort de Paul Eluard.
 
1953. Lettera amorosa paraît chez Gallimard.
La collection Poètes d'aujourd'hui de Pierre Seghers, publie en juin un René Char, par Pierre Berger.
En juillet, Nicolas de Staël se met en quête d'une maison à acheter dans le Vaucluse et acquiert "Le Castellet", à Ménerbes (voir mon article sur le blog "Ménerbes")
De StaëlNicolas  de Staël. Colonnes. 1953-1954. Huile sur toile
Mais c'est sans doute avec de Staël, que la symbiose fut pour Char la plus complète. Cette concentration du langage par laquelle Pierre Boulez définit l'écriture du poète, c'est celle à laquelle tend Staël dans son progressif retour à une figuration elliptique où se construit par pans de couleurs, une émotion immédiate. Char lui-même n'écrivait-il pas, associant leurs démarches "Nous nous approchons quelquefois plus près qu'il n'est permis de l'inconnu et de l'empire des étoiles"
 
1954. Parution de "Le Deuil des Névons", avec une pointe sèche de Louis Fernandez. Après la mort de leur mère, le poète et sa soeur Julia souhaitaient préserver la demeure familiale. mais les deux autres enfants, à savoir Albert et Emilienne, en exigèrent la vente aux enchères, ce qui fut fait. les deux autres revendirent leur terrain à une sociéte de HLM. Les salauds.....
 
1955. Février "Poèmes des deux années" avec une eau-forte d'Alberto Giacometti pour les cinquante exemplaires de tête. Mort de Nicolas de Staël à Antibes. Il se jette dans le vide, par la fenêtre de son atelier. Un drame...de l'amour semble t'il. Une inconnue prénommée Jeanne, qui est mariée, et ne veut que de l'amitié. Pourtant elle aurait eu une brève liaison avec René Char, qui longtemps refusera de croire a la thèse du suicide de Nicolas. Voici la rue de Reveli où Nicolas s'est fracassé à Antibes, le rue à gauche, à l'avant-plan sur cette photo. Dans le fond, à droite le Fort Carréde Staël-Rue de Revely img036
Voici la dernière peinture inachevée de Nicolaï Vladimirovitch Staël von Holstein, emigré russe né à St Petersbourg en 1914, "Le Grand Concert", réalisé après avoir entendu à Paris un concert dirigé par Boulez, au cours duquel on avait donné du Webern que Staël adorait Nicolas de Staël Le Concert. Sa dernière toile
Et Voici de Staël dans son atelier. Il avait 41 ans lors de son suicide. Il laisse une fille de treize ans, Anne qui a publié un livre "Staêl du trait à la couleur"correction-de-stael094
 
"L'espace pictural est un mur mais tous les oiseaux du monde y volent librement à toutes profondeurs".
 
Juin 1955. Pierre Boulez met en musique trois poèmes du "Marteau sans Maître". Création à Baden-Baden.Manuscrit du Marteau sans Maître
Octobre 1955. Les Névons sont mis en vente publique. La surenchère empêche le poète et sa soeur Julia de s'en rendre acquéreurs. Ne disposant pas des fonds nécessaires pour payer leur achat, Albert Char et Emilienne Moustrou, qui se sont donc rendus propriétaires, sont contraints de séparer le parc de la maison. Le parc des Névons est alors acheté par une société qui abat les arbres et construit une cité HLM. La maison quoiqu'occupée, est quasi à l'abandon. Le Névon, ruisseau qui bordait le parc, est recouvert et devient une route.
 
Le Deuil des Névons (La Parole en Archipel).
 
Un pas de jeune-fille
A caressé l'allée
A traversé la grille
 
Dans le parc des Névons
Les sauterelles dorment
Gelée blanche et grêlons
Introduisent l'automne
 
C'est le vent qui décide
Si les feuilles seront
A terre avant les nids
 

Bravo Albert et Emilienne. Vous êtes passés à la postérité....(Note de l'Auteur).
 
La revue "Cahiers d'Art" publie sept merci pour Vieira da Silva.
Voici "la Bibliothèque en feu" de Vieira, inspirée par un message codé de René Char pour la BBC
Vieira da Silva-La Bibliothèque en feu
Durant l'été 1955, première rencontre et premier entretien à Paris chez le philosophe Jean Beaufret, de René Char et de Martin Heidegger, sous le marronnier de Ménilmontand. Char a senti chez Heidegger une "présence fraternelle".
1956."La Chute d'Albert Camus".
1957. Création à Cologne du "Visage nuptial", poèmes de René Char mis en musique par Pierre Boulez.
1959. Nombreuses publications dont "Cinq poésies en hommage à Georges Braque" avec une lithographie de couverture, de Braque

1960. Mort d'Albert Camus dans un accident de voiture (Voir mon blog sur Camus)Deux jours avant le départ de Camus de Lourmarin, René Char vint, en compagnie de Tina Jolas, passer une journée avec lui(donc le 2

janvier 1960).

Au moment de se quitter, Camus lui dit, en parlant de la "Postérité du soleil""René quoiqu'il arrive, faites que notre livre existe (Il va mourir dans 48 heures).

 

 

Biographie d'Henriette GRINDAT

 

 

Atteinte jeune de la poliomyélite, elle effectue son gymnase de 1941 à 1944 à Lausanne, puis obtient un diplôme de photographe (Lausanne et Vevey, 1945-1948) chez Gertrude Fehr.

En 1948, Henriette Grindat monte son atelier de photographie personnel à Lausanne et publie son travail dans plusieurs magazines et quotidiens suisses. Henriette Grindat s'installe à Paris en 1949 ; elle travaille pour différents journaux et diverses maisons d'édition (Bordas, Arthaud, Seuil). S'efforçant de perpétuer la magie de Lautréamont, Henriette Grindat expose dans la capitale française où ses œuvres séduisent, entre autres, André Breton, Man Ray, René Char et Albert Camus. Ces deux derniers lui proposent d'éditer un livre en trio. Achevé en 1952, La postérité du soleil ne paraît qu'en 1965, soit cinq ans après la mort de Camus. Photographiant au Rolleiflex, Henriette Grindat développa aussi un travail plus personnel proche des surréalistes, puis de la photographie humaniste.

Henriette Grindat expose en Italie (Florence, Milan), aux États-Unis (Chicago) et à plusieurs reprises en Suisse, notamment à Lausanne. Elle obtient le Prix fédéral des arts appliqués en 1952, 1953 et 1954.

Quelques jours après le décès de son compagnon, le graveur Albert Yersin, Henriette Grindat se suicide, le 25 février 1986. Ses travaux font l'objet de grandes rétrospectives au Kunsthaus de Zurich (1984) et au Musée de l'Élysée à Lausanne

(1995).Le 17 janvier 1960, après la mort d'Albert, Char écrit à Siska Grillet "Tu penses que je t'oublie n'est-ce pas? Combien non ! Mais écrire à ceux que l'on chérit se fait (me fait) mal. Ils vous habitent et alors on leur parle. Comment est-ce que je vis par ailleurs? Je n'en sais rien. Je suis venu ici-après avoir passé une journée avec lui- ensevelir Camus. Présence absence. Royaume de l'éclair et du chagrin. Prenez bien garde à vous, Ded et toi. Je vous en prie

 

 

 

"  

Mort de Pierre Reverdy
Mort de Boris Pasternak.
1961. Parution de "L'inclémence lointaine" choix de poèmes, illustré de vingt-cinq burins de Vieira da Silva.
1962. "La Parole en archipel".Effacement du Peuplier-Les Busclats 1962

L'effacement du peuplier 1962-Les Busclats

Mort de Georges Bataille. Il avait été l'ami et voisin de René Char, lorsqu'il occupait de 1949 à 1951, le poste de conservateur à la bibliothèque de Carpentras. Les deux hommes se voyaient souvent et s'estimaient.Bataille

 
 1963. Lettera amorosa avec vingt-sept lithographies de Georges Braque.
Mort de Georges Braque.
En été la revue "L'ARC" publie un numéro consacré à Char.
En 1963 disparaissent aussi Tristan Tzara, le poète américain William Carlos Williams, fidèle ami de René Char et le peintre Jacques Villon.
 
1964. Flux de l'aimant, un texte sur le peintre Joan Miro, repris par la suite dans "Recherche de la base et du sommet".
 
1965. Mort de Julia Delfau, sa soeur
 
Mort de Francis Curel, "le cher Elagueur".
 
Picasso en visite chez Char "Le pompier et l'Indien".Char et Picasso 1965
Une plaquette: "La Provence point oméga", porte témoignage de la campagne de protestation organisée à la suite de l'implantation en Haute Provence, d'une base de lancement de fusées atomiques.(Plateau d'Albion) Une affiche est dessinée par Pablo Picasso.
Voici René char militant à la Fontaine de Vaucluse1966 Ftaine de Vaucluse-Anti-Albion1966. Mort d'Alberto Giacometti et de Victor Brauner, amis et illustrateurs de René Char depuis les années trente. Ici Brauner..Char par Brauner
Pendant l'été, et répondant à l'invitation de René Char, premier séjour de Martin Heidegger au THOR, proche de l'Isle-sur-Sorgue. C'est en effet à l'initiative de René Char que Heidegger vint séjourner  à trois reprises au Thor, dans le Vaucluse, à 5 Kms de l'Isle-sur-Sorgue: en 1966, 1968 et en 1969, année de son 80e anniversaire. Ces séminaires ont commencé de la manière suivante: c'était tout simple, quelques invités rassemblés en 1966 autour de Heidegger avaient imaginé de lui poser des questions, et c'est l'ensemble de ces questions et des réponses qui ont abouti à ce que l'on a appelé les "Séminaires de Thor".
Cette soirée où Heidegger et René Char firent connaissance eût lieu au domicile parisien de Jean Beaufret dans le XXe arrondissement, passage Stendhal. C'est aussi ce soir-là que René Char et Jean Beaufret se virent pour la première fois et que se nouèrent leurs relations. Char (qui habitait Paris à l'époque) prenait goût à revenir de temps à autre au passage Stendhal au cours des années suivantes. une exquise sympathie naquit entre eux et Heidegger resta évidemment au centre de leurs conversations. Char ne sachant pas l'allemand,  les lettres que lui adressait Heidegger transitaient souvent par le passage Stendhal où Beaufret tenait lieu d'Hermès, rôle qui lui convenait à merveille come le montre la fameuse lettre écrite par Heidegger à René Char, après la mort de Georges Braque dont la traduction française est bien d'un Beaufret au sommet de son art
 Heidegger aux BusclatsChar et HeideggerChar à Heidegger
Au Centre de gauche à droite, Char, Beaufret et Heidegger, à la PétanqueHeidegger Char et Beaufret à la Pétanque
Mort d'André Breton.
1967.Publication des "Transparents" avec 4 gravures de Pablo Picasso
1968. Peu avant les évènements de mai 68, Char tombe gravement malade.
Deuxième séjour de Martin Heidegger au Thor.
1969. Le Chien de coeur avec une lithographie originale de Joan MiroComplainte du Lezard amoureuxMiro Lezard amoureux
Dent prompte, illustré de onze lithographies en couleur de Max Ernst.
Dernier des trois séjours de Martin Heidegger au Thor.
 
1970. Yvonne Zervos meurt en janvier à Paris
De mai à octobre se tient au Palais des Papes à Avignon, l'exposition Picasso qu'elle avait conçue et mise au point.Yvonne Zervos
Décembre: Mort de Christian Zervos. Depuis 1926, la revue "Cahiers d'Art" qu'il avait fondée et la galerie du même nom que dirigeait Yvonne, étaient les plus clairvoyants et attentifs soutiens de l'art contemporain et de ses maîtres.
 
1971. La revue l'Herne consacre un des numéros de ses cahiers à René Char.
 
1972." La Nuit talismanique" paraît aux Editions Skira.
 
 
1973. Mort de Pablo Picasso et du peintre Louis Fernandez.
 
1976. "Le Marteau sans Maître", illustré de 23 eaux-fortes de Miro, paraît aux Editions "Au Vent d'Arles".
Mort de Martin Heidegger;
Mort du poète Pierre Jean Jouve à Paris.
 
1978. Au printemps, René Char quitte son domicile parisien de la rue de Chanaleilles où il vécut plus de vingt ans. Dès cette époque, le poète vit dans sa maison des Busclats sur le coteau de l'Isle-sur-Sorgue, sans cesser de parcourir les lieux alentours; les Monts du Vaucluse, les dentelles de Montmirail, le Ventoux et jusqu'à la veille de sa disparition. Saint-Remy et le prieuré de Saint-Paul-de-Mausole, dans les Alpilles.
Début août, un grave accident cardiaque immobilise le poète
 
1980 Photo de René Char. Il a 73 ans...Char en 1980-73 ans
1982. Mort du philosophe Jean Beaufret.
1983. Publication des oeuvres complètes dans la Bibliothèque de la Pléiade.
1985. "Les Voisinages de Van Gogh" Deuxième accident cardiaque.
1987. Char épouse à Blauvac (Vaucluse), face au mont Ventoux, Marie-Claude de Saint-Seine, dont il avait fait la connaissance onze ans plus tôt à Paris.
1988. 19 février, mort de René Char d'une crise cardiaque. Vingt-huit ans après Albert Camus
 
Photo de René Char en octobre 1986 à sa table de travail aux Busclats1966-Aux-Busclats.jpgEt toujours aux Busclats en 1986 avec le peintre Alexandre Galpérine, l'enlumineur des derniers ouvrages de René Char 'Le Gisant mis en lumière".
Alexandre Galpérine se rendait régulièrement dans la maison de Char, Les Busclats, où le poète s'était retiré pour y poursuivre avec plus d'assiduité qu'il ne pouvait le faire à Paris, celle qui fut l'amour de sa vie: la poésie. Les dimanches ils dinaient ensemble. Galpérine se souvient:
"Parfois lorsqu'il avait un peu de vague à l'âme loin de cette vie parisienne dont il avait aimé l'effervescence créatrice, je lui parlais de Montparnasse, de la rue de Chanaleilles où il avait vécu, des jardins du Luxembourg et des rues de la ville où il aimait marcher, de tous ces lieux que j'avais fréquentés après lui dans son sillage. Et je le voyais sourire, s'illuminer à ces évocations"1986 Les Busclats ave Galpérine
 
Voici les oeuvres de René Char que je possède:Char 4Char3 
 
 
 
 
 
 
 
 Char5
 
Terre , devenir de mon abîme, tu es ma baignoire à réflexion.
 
Mains obscures mains si terribles
Filles d'excommuniés
Faites saigner les têtes chaudes.
 
 
Tu ouvres les yeux sur la carrière d'ocre inexploitable
Tu bois dans un épieu l'eau souterraine
Tu es pour la feuille hypnotisée dans l'espace
A l'approche de l'invisible serpent 
O ma diaphane digitale 
 Char1
 
Comment me vint l'écriture? Comme un duvet d'oiseau sur ma vitre, en iver. Aussitôt s'éleva dans l'âtre une bataille de tisons qui n'a pas, encore à présent, pris fin.
 
 
Beauté, ma toute- droite, par des routes si ladres
A l'étape des lampes et du courage clos
Que je me glace et que tu sois ma femme de décembre
Ma vie future, c'est ton visage quand tu dors
 
 
 
Tel le chant du ramier, quand l'averse est proclamée...l'air se poudre de pluie, de soleil revenant...je m'éveille lavé, je fonds en m'élevant; je vendange le ciel novice
 
Allongé contre toi, je meus ta liberté. Je suis un bloc de terre qui réclame sa fleur.
 
Est-il gorge menuisée plus radieuse que la tienne?
Demander c'est mourir !
 
L'aile de ton soupir met un duvet aus feuilles. Le trait de mon amour ferme ton fruit, le boit.
 
Je suis dans la grâce de ton visage que mes ténèbres couvrent de joie.
 
Comme il est beau ton cri qui me donne ton silence !
 
 

  La Nuit TalismaniqueChar6
 
S'endormir dans la vie, s'éveiller par la vie, savoir la mort, nous laissent indigent, l'esprit rongé, les flancs meurtris.
 
Voici le temps venu des grottes d'acier, de l'invisibilité démente. Perdue est la Sirène devant laquelle autrefois les fougères s'exprimaient, goutte après goutte.
 
J'ai le souvenir de Buisson, de Visan, aussi de Richerenches,
où les odeurs de soupe s'enfermaient dans les chambres
Silencieuses comme les semelles d'un maçon vieilli sans paradis 
J'ai le souvenir d'horizons sans sommeil autour de ces villages; la première neige les montrait droits tels des accusés qu'effraie leur innocence
Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans René CHAR
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 05:05

La Sorgue, l'hiver en amont de l'Isle-sur-la-Sorgue, assortie du manuscrit " La Sorgue, Chanson pour Yvonne "

Rivière trop tôt partie, d'une traite, sans compagnon, donne aux enfants de mon pays, le visage de ta passion

Rivière où l'éclair finit et où commence ma maison, qui roule aux marches d'oubli, la rocaille de ma maison

Rivière, en toi terre et , soleil anxiété, que chaque pauvre dans sa nuit  fasse son pain de la moisson

Rivière des apprentis à la calleuse condition, il n'est de vent qui ne fléchisse à la crête de  tes sillons

Rivière de l'âme vide, de la guenille et du soupçon, du vieux malheur qui se dévide

Rivière des farfelus, des fiévreux, des équarisseurs, du soleil séchant sa charrue pour s'acoquiner au menteur

Rivière des meilleurs que soi, rivière des brouillards éclos, de la lampe qui désaltère l'angoisse autour de son chapeau


Rivière des égards au songe, rivière qui rouille le fer
Où les étoiles ont cette ombre qu'elles refusent à la mer

Rivière des pouvoirs transmis et du cri embouquant les eaux
De l'ouragan qui mord à la vigne et annonce le vin nouveau

Rivière au coeur jamais détruit dans ce monde fou de prison
Garde-nous violent et ami des abeilles de l'horizon

René CHARLa SORGUE

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans René CHAR
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 04:50

 

Albert Camus et René Char (à droite)Char-et-Camus.jpg

Carte MANOSQUEj-ForcalquierLe 31 mai 2007, nous nous dirigeons vers les Alpes de Haute Provence, par la Nationale 100, via Carpentras, Gordes, Apt et bien au-delà, pour accomplir un parcours littéraire via René CHAR (Céreste), Jean GIONO (Manosque) et Pi erre MAGNAN (Forcalquier), sans oublier la Librairie des BLEUETS, à Banon, sur le chemin de retour, sans oublier non plus, ce superbe village de MONTJUSTIN dans le LUBERON. Bref un cirduit de 280 Kms, qui nous prendra 12 heures.Capitaine Alexandre

Et la première étape, c'est Céreste et le Capitaine Alexandre, alias René CHAR, ayant dirigé dans ce village, un réseau de Résistance (Un reportage a été diffusé récemment sur Arte concernant cet épisode). C'est à Céreste que son camarade écrivain et de Résistance, Roger Bernard fut éxécuté sous ses yeux par les Schleus. René Char, au-dessus de la colline avec ss hommes ne put rien faire, car tout le village aurait été massacré, s'il avait donné l'ordre de tirer. (voir mon article sur René Char sur ce Blog))

Céreste 1944
Image d'un film tourné après la guerre avec René Char au centre et la population de Céreste, film qui malhuereusement n'a jamais vu le jour.

 

Le village de Céteste

800px-Rue du Chat-qui-PecheUn village plein de charme et désert. La ville compte 1036 hab796.jpg800.jpgL'Hôtel de VilleC-reste-1.jpg801.jpg

PR.07 364PR.07 385PR.07 390PR.07 391cPR.07 396Le Bastidon. Maison-refuge du Capitaine Alexandre et de ses amis résistants.Céreste Le Bastidon

 

La Maison de René Char à Céreste ci-dessous. 791.jpg790.jpg

Repost 0
Published by Christian VANCAU - dans René CHAR
commenter cet article